Suivez-nous sur

Preview

Preview 2017 : Pittsburgh Panthers

Avec un calendrier infernal en septembre et plusieurs leaders partis à l’intersaison, les Panthers de Pittsburgh trouveront-ils les ressources pour s’affirmer comme un prétendant dans la conférence ACC ?

Credit photo : Joe Sargent/Getty Images

Preview 2017 : Pittsburgh Panthers

Pittsburgh Panthers

Conférence ACC – Division Coastal
En 2016 :
8-5, 5-3 ACC. Pinstripe Bowl : défaite contre Northwestern, 24-31.
Head Coach : Pat Narduzzi, 3ème année (16-10). Résultats en carrière : 16-10.
Coordinateur offensif : Shawn Watson.
Coordinateur défensif : Josh Conklin.
Titulaires de retour : 7 en attaque, 3 en défense.
Joueurs-clés partis : QB Nathan Peterman, RB James Conner, TE Scott Orndoff, T Adam Bisnowaty, G Dorian Johnson, DE Ejuan Price, DE Shakir Soto, DT Tyrique Jarrett, LB Matt Galambos, S Terrish Webb.
Joueurs à suivre : QB Max Browne, RB Qadree Ollison, WR Jester Weah, WR Quadree Henderson, T Brian O’Neill, DE Dewayne Hendrix, LB Olawuseon Idowu, CB Avonte Maddox, S Jordan Whitehead.

C’était sans doute l’une des équipes les plus déroutantes en 2016. Capables d’aller s’imposer chez le futur champion national, Clemson, ou de dominer Penn State, futur champion Big Ten, dans une rivalité locale, Pittsburgh a pourtant fini son exercice en retrait, la faute à des failles défensives contre la passe et des mauvaises gestions de fin de rencontre.

Conséquence : sur leurs 7 matches s’étant joués à un touchdown d’écart ou moins au tableau d’affichage, les Panthers se sont inclinés quatre fois, annihilant leur chance de participer à une finale de conférence ACC.

En 2017, le turnover s’annonce conséquent, avec seulement 10 titulaires de retour des deux côtés du ballon, et le coordinateur offensif Matt Canada, très inspiré l’an passé (450 yards et 41 points de moyenne, excusez du peu) et débauché par LSU pendant l’intersaison.

Pour sa cinquième année au sein de l’ACC, Pittsburgh ne manque tout de même pas de talent pour prendre la suite, notamment en défense. Mais que vaut vraiment le programme de Pennsylvanie ?

Attaque

Une efficacité qui attire forcément les convoitises. En permettant à l’attaque de Pitt d’inscrire plus de 40 points de moyenne, par match, le coordinateur offensif Matt Canada s’est rendu précieux aux yeux de grosses écuries de première division. Résultat des courses : le coach de 45 ans va diriger l’offense de LSU la saison prochaine. Pour le remplacer, Pat Narduzzi a misé sur un ancien lieutenant de Charlie Strong à Louisville et Texas, Shawn Watson.

Adepte d’un jeu au sol prononcé, celui qui a révélé Teddy Bridgewater aura de la matière pour alimenter le backfield offensif. Pourtant, le dur au mal RB James Conner (1092 yards et 16 TD l’an passé), force de frappe des Panthers en 2016 et vainqueur d’un cancer au cours des derniers mois, a filé en NFL pour rejoindre l’autre institution locale, les Pittsburgh Steelers.

Qu’à cela ne tienne : ils sont cinq à pouvoir succéder à celui que l’on appelait « Terminator » sur le campus. Le junior RB Qadree Ollison est le titulaire en puissance le plus crédible, après une saison 2015 qui l’avait vu franchir la barre des 1 000 yards à la course. Le running back reste malgré tout sur une dernière année moyenne (127 yards en 33 portés), ce qui laisse ses concurrents dans la course. Pour sa première saison en Pennsylvanie, le sophomore TB Chawntez Moss a été une belle option pour suppléer Conner et pourrait prendre plus de galon en 2017. Même chose pour le junior RB Darrin Hall, dont les spring practrices ont donné grande satisfaction. On suivra enfin le junior FB George Aston et le true freshman RB A.J. Davis, capables de prendre feu sur certaines parties.

Au sol, l’objectif sera donc surtout de trouver un vrai numéro 1. Un chantier qui ne sera pas d’actualité au poste de quarterback. Certes, les Panthers ont perdu l’excellent Nathan Peterman (2 855 yards, 27 TD et 7 INT en 2016), auteur d’un jeu propre et explosif. Mais en recrutant l’ancienne star d’USC, QB Max Browne, Pittsburgh a assuré ses arrières, en mettant la main sur un pocket passer de formation capable de diversifier le visage offensif des Panthers.

Comme si cela ne suffisait pas pour les futurs adversaires de Pitt, Browne aura à sa disposition un beau tandem de receveurs, aussi dangereux que complémentaire. Après avoir explosé en 2016, le senior WR Jester Weah devrait être le « go-to-guy » de l’équipe, de par son profil de menace profonde et ses 870 yards et 10 touchdowns glanés l’an dernier. A ses côtés, le junior WR Quadree Henderson est un véritable couteau suisse. Principalement utilisé dans le slot, le numéro 10 est hyper explosif et profite de son impressionnante mobilité pour sévir à la réception comme à la course. Il a d’ailleurs fini deuxième meilleur coureur statistique de son équipe en 2016, avec des gros gains sur des appels style « Jet Sweep ». Pour parfaire cette escouade de receveurs, Watson pourra s’appuyer sur deux sophomores, WR Tre Tipton et WR Aaron Matthews, au rôle assez réduit jusque-là. En raison d’une fin d’éligibilité, le tight end Scott Orndoff a plié bagage. Mais Pittsburgh fonde de gros espoirs en TE Chris Clark, ancienne recrue 4 étoiles transfuge de UCLA.

En voyant Dorian Johnson et Adam Bisnowaty rallier la NFL, c’est à deux joueurs All-American que les Panthers ont dû dire au revoir. Fort heureusement pour eux, leurs remplaçants semblent tout trouvés sur le côté gauche de la ligne, le junior LT Brian O’Neill et le senior LG Alex Bookser ayant chacun été nommés dans une équipe All-ACC en 2016. L’expérience reste d’ailleurs de mise au sein de cette escouade, avec la présence du junior C Connor Dintino et des seniors RG Alex Officer et RT Jaryd Jones-Smith sur le reste de la O-Line.

Défense

453 yards de moyenne, 333 yards à la passe, 35,2 points encaissés par match … Les statistiques de la défense des Panthers sont tout simplement horribles en 2016. De quoi mettre la pression sur le coordinateur défensif Josh Conklin, qui verra en plus son groupe de titulaires renouvelé aux deux-tiers.

Paradoxalement, le pass rush n’a pas vraiment été le problème du programme l’an passé, bien que la pression ait trop souvent été dépendante du néo-joueur des Los Angeles Rams, Ejuan Price (13 sacks, 23 plaquages pour perte). Le nouveau leader sur l’extérieur de la ligne défense devrait être le junior DE Dewayne Hendrix, ancien transfert de Tennessee, et victime d’une fin de saison prématurée en 2016. Il sera épaulé par les seniors DE Rori Blair et DE Allen Edwards pour assurer un peu de rotation.

La principale énigme se trouve sans doute sur l’intérieur du premier rideau. Tyrique Jarrett devenu inéligible, les Panthers ont en plus dû faire face au départ de Jeremiah Taleni pour raisons disciplinaires. C’est donc le sophomore DT Amir Watts qui sera amené à prendre les commandes du run stop, un secteur où les Panthers n’ont pas vraiment démérité en 2016 (119 yards de moyenne tout de même). Le junior DT Shane Roy et le true freshman DT Keyshon Camp devraient se disputer le dernier spot de defensive tackle.

Toujours pour contrer le jeu au sol, Pat Narduzzi devra compenser les départs de deux cadres du vestiaire, les linebackers Matt Galambos et Mike Caprara. Mais la polyvalence du sophomore WLB Saleem Brightwell et du senior MLB Quintin Wirginis ont de quoi donner de solides motifs d’espoirs au coaching staff. L’ancien safety SLB Oluwaseon Idowu restera chargé d’évoluer côté fort.

Venons-en maintenant au gros bémol de la défense de Pittsburgh en 2016 : le backfield défensif. Un secondary qui a souvent été exposé sur la couverture en un-contre-un et qui devra très sérieusement corriger le tir cette saison. Pour l’aider dans cette tâche, le très réputé junior FS Jordan Whitehead devrait quitter son poste de strong pour contrarier un peu plus les quarterbacks adverses. Son repositionnement devrait permettre au junior SS Dennis Briggs de devenir titulaire dans le backfield. La hiérarchie pourrait être sérieusement bouleversée par le true freshman S Paris Ford, une des principales recrues de l’intersaison et l’un des joueurs les plus athlétiques de son programme.

Sur les extérieurs, le senior CB Avonte Maddox s’est révélé sur le tard mais s’est aussi montré prometteur. Son binôme avec le sophomore CB Dane Jackson pourrait être beaucoup plus intéressant en 2017, si les cornerbacks ne sont pas encore trop souvent livrés à eux-mêmes. Souvent aperçu sur troisième tentative, le sophomore CB Damar Hamlin renforcera cette escouade si besoin est.

Équipes spéciales

Redshirt freshman, le jeune K Alex Kessman aura une petite pression sur ses épaules en suppléant Chris Blewitt, meilleur marqueur de l’histoire du programme. Un peu plus de décompression sur les épaules du senior P Ryan Winslow, qui ne devrait pas être mis en difficulté.

Sans trop de surprises, c’est le receveur KR/PR Quadree Henderson qui se chargera des retours de coups de pied. Le spécialiste avait enregistré la bagatelle de 4 touchdowns l’an passé sur l’exercice, dont un formidable retour de 100 yards sur le terrain des Miami Hurricanes. En cas de pépin, le cornerback KR/PR Avonte Maddox sera lui aussi sollicité.

Calendrier

Dans une ACC Coastal habituellement homogène ces dernières années, la route ne s’annonce quoiqu’il arrive pas simple pour les Panthers, dans l’optique d’un titre de division. Mais comme si cela ne suffisait pas, Pitt devra se mesurer à de sérieux clients hors de sa conférence ACC. Semaine 2 à Penn State, semaine 3 contre Oklahoma State : voilà qui aura rapidement de quoi donner une tendance à la bande de Pat Narduzzi sur les objectifs raisonnables à viser. Beaucoup de matches pièges seront au programme, car outre les déplacements à Georgia Tech ou Virginia Tech, celui à Syracuse, tombeur de Virginia Tech en 2016 et sans doute revanchard des 76 points récemment encaissés au Heinz Field, est à noter. Si le début de calendrier n’est pas simple, la dernière ligne droite ne sera pas plus tendre, avec un passage chez les Hokies et la réception de Miami pour boucler la saison régulière. Il faudra donc se montrer costaud de bout à bout…

Match clé
16 septembre : vs. Oklahoma State
S’il n’est pas le match le plus décisif de la saison pour Pitt, la réception d’Oklahoma State sera une étape majeure et fondamentale pour juger du vrai niveau des Panthers. Tout d’abord pour savoir si le programme a progressé contre la passe, après une saison cataclysmique dans ce domaine. Ensuite car ce résultat pourrait donner une tendance sur la suite des événements. En 2016, à Stillwater, les Panthers s’étaient inclinés d’une courte tête (38-45).
En plus d’une rencontre capitale pour l’équipe, cette confrontation pourrait donc aussi devenir un vrai festival offensif.

Conclusion

Malgré un large remaniement des forces en présence, notamment côté défensif, les Pittsburgh Panthers pourraient encore jouer des coudes pour enfin décrocher un titre de division Coastal. Pour cela, il faudra gérer pas mal de paramètres, comme (encore !) du changement au sein du coaching staff, avec le départ du coordinateur offensif. Le rôle de la défense sera également primordial, car outre les chiffres désastreux sur les yards et les points concédés, l’escouade de Josh Conklin avait concédé un 21 sur 28 sur quatrième tentative (!). Depuis son arrivée en ACC, le programme n’a jamais franchi la barre des huit victoires en saison. Un exercice avec neuf succès reste envisageable, de même qu’une finale de conférence ACC. Des ajustements défensifs seront bien entendu nécessaires pour y parvenir.

Grand fan de football américain. Spécialiste du football français, de la NFL et du College Football. Rédacteur à The Blue Pennant depuis 2015 et à touchdownactu.com. Animateur sur Radiossa, la radio du football américain.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Preview 2017

Advertisement

Podcast

A la Une

A lire également - Preview