Suivez-nous

Preview

Preview 2017 : Oklahoma State Cowboys

Credit photo : Rob Ferguson-USA TODAY Sports

Publié

le

Oklahoma State Cowboys

Conférence Big 12
En 2016 :
10-3 11-2, 7-2 Big 12. Vainqueur de l’Alamo Bowl.
Head Coach : Mike Gundy, 13ème année (104-50).
Coordinateur offensif : Mike Yurcich.
Coordinateur défensif : Glenn Spencer.
Titulaires de retour : 7 en attaque, 6 en défense, punter.
Joueurs-clés partis : DT Vincent Taylor, LT Victor Salako, RB Chris Carson, S Jordan Sterns, LB Devante Averette, WR Jhajuan Seales, TE/FB Blake Jarwin.
Joueurs à suivre : QB Mason Rudolph, WR James Washington, WR Marcell Ateman, WR Tyron Johnson, RB Justice Hill, LB Chad Whitener, S Tre Flowers, DT Darrion Daniels, P Zach Sinor.

Après un exercice 2014 catastrophique sauvé des eaux par Bob Stoops et Tyreek Hill le programme d’Oklahoma State semble s’être remis sur les bons rails pour retrouver sa place de “nouveaux riches” aux côtés de Stanford ou Oregon. Si 2015 a été une année assez bizarre avec dix victoires initiales sans saveur, en mettant de côté la réception de TCU, puis trois lourdes défaites contre respectivement Baylor, Oklahoma et Ole Miss, l’année 2016 a laissé de réels motifs d’espoir aux fans des Cowboys.

Bien sûr la lourde défaite à Norman, encore une fois, est dans toutes les têtes mais la très convaincante victoire contre Colorado dans l’Alamo Bowl et le retour du duo magique QB Mason Rudolph / WR James Washington pour leur année senior pourraient bien être le signe que 2017 sera la cuvée qui vengera celle de 2011, injustement snobé pour la finale nationale à cause d’une triste défaite à Ames lors d’un non moins triste weekend pour toute l’université.

Alors 2017 année de la rédemption pour les Cowboys ?

Attaque

Si la promotion 2017 des Cowboys rappelle tant la talentueuse équipe de 2011 c’est surtout grâce à son trident offensif qui rappelle celui composé de Weeden / Blackmon / Randle. Le duo QB Mason Rudolph (4091 yards, 28 TD et seulement 4 interceptions en 2016) / WR James Washington (1380 yards et 10 TD) est probablement le duo le plus prolifique en College Football. Et le sophomore RB Justice Hill (1142 yards et 6 TD) est tout simplement le freshman qui a couru le plus de yards en 2016 et cela tout en partageant le poste avec Chris Carson. Vous l’aurez compris Oklahoma State possède un triumvirat comme aucun autre programme.

Mais si le nom de James Washington revient souvent, il est peut être l’arbre qui cache la forêt. A côté du talentueux Senior se bouscule WR Marcell Ateman (766 yards et 5 TD en 2015), enfin remis de sa blessure qui l’a tenu en dehors des terrains toute la saison dernière, WR Jalen McCleskey le meilleur receveur des Cowboys en terme de réceptions l’année dernière (812 yards en 73 réceptions pour 7 TD), WR Tyron Johnson le transfuge de LSU ou encore WR Chris Lacy (489 yards et 3 TD l’année dernière). Et cela sans parler du redshirt freshman WR Dillon Stoner et des talentueux true freshmen WR LC Greenwood et WR Tylan Wallace. N’en jetez plus la coupe est pleine.

Au niveau du poste de coureur c’est en revanche beaucoup plus flou, les pertes de Chris Carson drafté par les Seahawks, Rennie Child et Barry J. Sanders posent question de la profondeur de l’effectif. RB Justice Hill devrait surfer sur son excellent saison freshman mais quid de ses back-up? RB Jeff Carr a montré par intermittences des bonnes choses lors de ses deux premières saisons mais semble un peu limité. Les redshirt freshmen RB LD Brown et RB Ja’Ron Wilson ont tous les deux signés de très bons spring practices et devraient avoir du temps de jeu.

Mais la surprise pourrait bien venir de Géorgie en la personne du true freshman RB J.D. King qui, si les murmures se confirment, pourrait bien avoir un rôle à jouer dès sa première saison malgré quelques petits soucis physiques pendant l’été. Et ainsi reprendre le rôle de Chris Carson laissé vacant. RB Chubba Hubbard, le dragster canadien, et petite sensation de la classe de recrutement 2017 devrait en revanche profiter de cette saison pour se familiariser avec les règles américaines et se renforcer physiquement.

De la même façon que chez les coureurs la question du poste de QB#2 est encore en suspend. Le redshirt freshman QB Keondre Wudtee semblait tenir la corde pendant les spring practices mais son désastreux spring game est passé par là. Le rôle devrait se jouer entre ce dernier et le juniot QB Taylor Cornelius qui semble quand même proposer plus de garantie. QB Jelani Woods, le quarterback de la présente classe de recrutement et arrivé au mois de janvier, devrait quand à lui être laissé de côté cette saison, le temps de bien se familiariser avec le playbook et les exigences du niveau universitaire. Sauf cas de force majeure.

Du côté de l’Offensive Line après deux années plus que compliquées en 2014 et 2015 et une classe de recrutement 2017 réduite à une peau de chagrin qui a coûté sa place à coach Greg Adkins, il semble y avoir de l’espoir au bout du tunnel, et ce, malgré la perte de LT Victor Salako. En effet Mike Gundy a confirmé sa capacité à attirer des grad transfers avec l’arrivée de l’expérimenté OT Aaron Cochran en provenance des Golden Bears de Cal. Du poste pour poste, donc, qui comble un besoin important.

Du côté des titulaires de retour les valeurs de LG Marcus Keyes, C Brad Lundblade, RG Larry Williams et RT Zachary Crabtree ne sont plus à prouver. Mais comme pas mal d’autres postes c’est la profondeur qui pose des questions, le redshirt freshman OL Dylan Galloway ainsi que le junior OL Arlington Hambright, seul recrue 2017, semblent les mieux armés pour apporter leurs pierres à l’édifice. Mais la marge de manoeuvre est faible pour les Cowboys.

Défense

Même s’il est de bon ton de rire des défenses de la Big 12, celle d’Oklahoma State a la particularité de défendre par alternance et de profiter au maximum des turnovers des équipes adverses. Capable du meilleure (les six points accordés à TCU l’année dernière, l’Alamo Bowl) et du pire (Bedlam, Texas Tech), la bande à Glenn Spencer a quand même perdu deux éléments essentiels de sa tenue. DT Vincent Taylor a décidé de rejoindre plus tôt la NFL et S Jordan Sterns a lui terminé son cursus à Stillwater. Deux athlètes moteurs qu’il sera difficile de remplacer mais dont la succession devrait quand même être assurée.

Du côté de la ligne le départ de Vincent Taylor devrait être atténué par la montée en puissance de DT Darron Daniels (15 plaquages dont un pour perte) dont on attend une grosse progression à la manière de la saison sophomore de DE Emmanuel Ogbah en 2014. DT DeQuinton Osborne (12 plaquages dont 5.5 pour pertes, 3.5 sacks et une interception), la bonne pioche en provenance de Baylor devrait occuper lui la deuxième place de titulaire tandis que DL Enoch Smith Jr fraîchement arrivé de Michigan State et DT Trey Carter ajouteront un peu de profondeur au poste de Defensive Tackle assez léger numériquement parlant. Chez les Defensives Ends : moins d’inquiétude. La paire DE Cole Walterschied (28 tackles, 5.5 pour perte et deux sacks) et DE Jarell Owens (24 plaquages, 3.5 pour pertes et 2.5 sacks) a fait ses preuves l’année dernière et devrait être reconduite tout comme le senior DE Tralund Webber en rotation (21 plaquages, 9 pour pertes et 6 sacks).

La grosse inconnue reste la santé de DE Jordan Brailford, joueur au combien talentueux mais dont le corps ne laisse que peu de répit. D’après les différents échos il devrait être frais et disponible pour le début de saison. A noter que le true freshman DE Brock Martin impressionne déjà tous les observateurs et il n’est pas à exclure de le voir grappiller quelques snaps.

Au poste de linebacker, derrière l’expérimenté LB Chad Whitener (71 plaquages, 7.5 pour pertes et un sack), la hiérarchie a encore du mal à se dessiner. LB Justin Phillips (45 tackles, 2.5 pour pertes et 2 sacks) devrait occuper l’un des deux autres postes de titulaires tandis qu’au poste de Star le sophomore LB Calvin Bundage tentera de briguer la place de Kenneth Edison-McGruder (39 plaquages en 2016). Chad Whitener a sorti de la saison éreinté physiquement en l’absence d’un remplaçant digne de ce nom, l’arrivée de LB Patrick Macon l’un des tous meilleurs linebackers en provenance d’un JUCO lui permettra donc de respirer un peu plus souvent.

Chez les defensive backs en revanche beaucoup de changement. S Ramon Richards (64 plaquages dont 2.5 pour pertes) et S Darius Curry deux CB de formation passeront safety cette saison et devraient former avec les vétérans S Tre Flowers (61 plaquages dont 2 pour perte) et S Anthony Morrow une rotation à quatre plutôt intéressante. Si le changement de poste de Ramon Richards était attendu car plus en accord avec ses qualités sur terrain celui de Darius Curry, plus tardif, a été une vraie curiosité, même si l’on murmure que ce dernier pourrait jouer cornerback dans quelques situations défensives.

Certains observateurs voient dans le changement de position de Curry et Richards un très bon signe quand à la progression du groupe des cornerbacks et notamment CB AJ Green, CB Rodarius Williams ou du true freshman CB Lamarcus Morton.

Mais l’autre très bonne nouvelle à ce poste est l’arrivée en tant que grad transfer de CB Adrian Baker, titulaire des Clemson Tigers pendant la saison 2015, rien que ça. L’ex-Tiger sort d’une saison blanche pour cause de blessure mais son départ est déjà regretté du côté de la Caroline du Sud. Il aura donc pour mission de mentorer un groupe de cornerbacks un peu vert mais prometteur.

Équipes spéciales

Le départ de K Ben Grogan le meilleur marqueur de l’histoire des Cowboys laisse un très grand vide mais les fulgurances qu’a montré K Matt Ammendola notamment avec un field goal de 53 yards dans la défaite victoire contre Central Michigan laisse à penser que c’est ce dernier qui devrait prendre à sa charge les coups de pieds. Même avec l’arrivée sous scholarship de K Jake McClure.

Au niveau du punt c’est toujours le très marrant et surtout efficace junior P Zach Sinor qui s’occupera à dégager le jeu. Oklahoma State lui doit beaucoup l’année dernière avec un pourcentage impressionnant de punt à l’intérieur des 20 yards adverses laissant alors souvent la défense dans des conditions de début de drive pas loin d’être parfaite. Pas sûr de le voir souvent sur le terrain ceci dit.

La question des retourneurs se pose toujours, plusieurs joueurs devraient se partager ces deux postes. WR Tyron Johnson pour commencer, le transfuge de LSU, RB Jeff Carr qui était déjà préposé à ce rôle l’année dernière et pourquoi pas le true freshman RB Chubba Hubbard dont la pointe de vitesse devrait rappeler celles de ces illustres prédécesseurs comme Tyreek “Cheetah” Hill ou Justin Gilbert. En tout cas après une saison désastreuse de ce côté là (aucun TD sur ces phases de jeu), Oklahoma State a de la marge de progression.

Calendrier

De loin le calendrier des Cowboys ressemble à une promenade de santé, Baylor, TCU et Oklahoma à la maison et une calendrier inter-conférence léger mais à y regarder de plus près il est truffé de matchs pièges qui sentent bon l’upset alert.

A commencer par le match d’ouverture contre Tulsa. Les Golden Hurricanes sortent d’une très grosse saison 2016 marquée par dix victoires et une lutte acharnée contre Ohio State jusque dans les derniers instants de la première mi-temps avant qu’un pick six ne vienne mettre fin aux espoirs des Oklahomans. Bien sûr Tulsa a perdu du monde, mais commencer la saison par un match de rivalité, un jeudi soir et devant les yeux de tout le pays, il y a quand même de quoi avoir quelques inquiétudes. De la même façon le déplacement à South Alabama le vendredi suivant pue le match piège à dix kilomètres à la ronde. Après Mississippi State l’année dernière rêvent de mettre à l’amende un autre gros poisson du Power 5. Sans oublier le déplacement à Pittsburgh qui ne sera pas une promenade de santé.

Si le début du calendrier intra conférence ne semble pas préfigurer de difficultés majeures, un très gros triptyque se prépare à cheval sur les mois d’octobre et novembre: @ Texas, @ West Virginia et contre OU. La réussite de la saison d’Oklahoma State sera dictée par ces trois matchs là. Un 3-0 et c’est probablement un aller simple pour le match de conférence et possiblement un ticket pour les playoffs. Une défaite compliquerait le scénario et deux c’est au mieux un Alamo Bowl encore une fois. 0-3? Inconcevable.

Et juste après Bedlam? Un déplacement à Ames pour y affronter Iowa State et rappeler de mauvais surprises aux fans des Cowboys. Sans oublier la réception en fin de saison d’un Kansas State toujours accrocheur. Un calendrier équilibré donc, ni trop dur ni trop simple, dans une ligue au niveau de plus en plus homogène où pas moins de neuf équipes (désolé Kansas) peuvent prétendre à jouer un bowl en fin de saison. Et ouais la Big 12 n’est pas, encore, morte.

Match clé
vs Oklahoma, le 4 novembre
Une fois n’est pas coutume la réussite de la saison des Cowboys passera par une victoire face au grand frère. Dans une des rivalités les plus déséquilibrées du College Football, Oklahoma State a toutes les cartes en main pour rapporter à la maison le trophée des Bedlam Series, les Sooners vient de perdre une bonne partie de leurs playmakers offensifs, leur head coach est inexpérimenté et le match se déroulera à Stillwater.

Trois facteurs qui placent les Cowboys en position de force pour l’un des grands rendez-vous de l’année.
Mais Mike Gundy semble faire un complexe d’infériorité face aux Sooners (il possède un pourcentage de victoire inférieur à celui de toute la série, un comble quand on connaît la réussite global du programme depuis son arrivée) et si les Cowboys prennent très au sérieux cette rivalité, c’est moins le cas d’Oklahoma dont le rendez-vous annuel le plus attendu est bien évidemment le match face à Texas.
Oklahoma State veut s’inviter cette saison à la table des grands, à la manière des Huskies de Washington l’année dernière. Et cela passera par une victoire contre Oklahoma, ou deux du fait de la finale de conférence. La défaite controversée de 2013 avec la vraie-fausse interception de Gilbert est encore dans toutes les têtes et aurait pu marquer un réel basculement dans la dynamique de la rivalité.
Avec une équipe d’Oklahoma State qui n’a jamais semblé aussi sûr de ses forces et des Sooners dont on doute de la capacité à arrêter le jeu aérien des Cowboys il semble que c’est l’année ou jamais pour remporter un deuxième titre de la Big 12 après 2011. Et clouer le bec à Oklahoma pour une année complète.

Conclusion

C’est la croisée des chemins pour la bande à Mike Gundy, une victoire dans la Big 12 (et accessoirement une place pour les CFP) marquerait définitivement l’entrée d’Oklahoma State dans le gratin des programmes actuels du College Football et validerait la politique de recrutement en place à Stillwater. Des joueurs, souvent 3 étoiles, peu ou pas recrutés par les powerhouses et qui profitent généralement d’une année en tant que redshirt sous l’égide de coach Glass pour se renforcer. Une façon de faire dont Justin Blackmon ou Emmanuel Ogbah en sont la parfaite illustration.

A contrario une saison en demi-teinte, comprendre moins de dix victoires, ça serait un retour dans les rangs des outsiders dans la Big 12 avec les Texas et OU dont les deux nouveaux coachs semblent bien partis pour se disputer les honneurs de la conférence dans les années à venir. Les Cowboys doivent à tout prix garder leur place dans le bon wagon et s’installer définitivement comme la troisième force de la conférence.

Oklahoma State propose une équipe, sur le papier, quasiment inarrêtable en attaque et qui semble être armée pour tenir le choc en défense. Les deux arrivés de grad transfers comblent les trous laissés par les partants et rajoutent une couche d’expérience dans une équipe relativement jeune à certains postes. Néanmoins l’absence de réelle profondeur d’effectif (n’est pas Alabama qui veut) laisse à penser qu’une partie de la réussite de la saison passera par la bonne santé des titulaires, surtout sur les lignes.

C’est aussi une saison pleine de pression pour les Cowboys : depuis 2011, jamais une équipe n’avait été aussi attendue pour jouer les premiers rôles (ESPN les classent #7 de son classement de pré-saison) et Oklahoma State n’a jamais semblé aussi fébrile que lorsque l’équipe est attendue. Les Cowboys font partie de ces programmes souvent dans l’ombre d’autre noms plus ronflants et qui évolue à l’abri de la pression médiatique, année réussie ou non. Mais cette saison fait exception grâce à une présence médiatique presque inhabituelle pour le programme de Stillwater. Oklahoma State est une équipe sûre de ses forces à l’orée de la campagne la plus importante de son histoire récente. Qui pourrait se terminer si tous les astres s’alignent par une participation au Rose Bowl ou au Sugar Bowl. Et pourquoi pas tiens?

Baptiste Schweitzer est le créateur du compte Twitter @SquadStilly qui vous permet de suivre toute l'actualité des Cowboys d'Oklahoma State en français. Et parfois un peu plus. #OkState #GoPokes #BeatOU

Lire la suite
Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne défensive en 2018

DT Ed Oliver est un phénomène qui fait déjà rêver toutes les franchises NFL. Il est classé #1 de notre traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne défensive à l’aube de la saison prochaine.

Publié

le

Crédit photo : Joe Buvid, The Houston Chronicle

A trois mois de l’ouverture de l’exercice 2018, The Blue Pennant vous propose son traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne défensive de l’élite du College Football avant le coup d’envoi de la prochaine saison.

1. Ed Oliver, DT, Jr, Houston

Vainqueur en 2017 du trophée Outland remis chaque année au meilleur joueur de ligne intérieure et deux fois sélectionné dans l’équipe All-American lors de ses deux premières saisons NCAA, DT Ed Oliver est un phénomène qui fait déjà rêver toutes les franchises NFL. 39.5 plaquages pour perte lors de ses deux saisons à Houston. Top 5 de la prochaine draft NFL.

2. Christian Wilkins, DT, Sr, Clemson

Joueur emblématique et charismatique, il brille par ses frasques sur le terrain mais aussi par une incroyable polyvalence qui l’a amené à jouer à tous les postes sur la ligne défensive. 141 plaquages, 26.5 pour perte et 10.5 sacks en trois saisons sous le maillot des Tigers.

Embed from Getty Images

3. Nick Bosa, DE, Jr, Ohio State

Depuis son arrivée sur le campus de Columbus (Ohio), il ne peut échapper aux comparaisons avec son frère, DE Joey Bosa (Los Angeles Chargers, NFL) ce qui ne l’a pas empêché de monter en puissance jusqu’à être considéré aujourd’hui comme le meilleur pass rusher du pays. 13.5 sacks et 26 plaquages pour perte lors de ses deux premières saisons à Ohio State.

4. Dexter Lawrence, DT, Jr, Clemson

Véritable force de la nature, il fait régulièrement face à des blocks à deux ce qui ne l’a pas empêché de réussir 95 plaquages dont 11 pour perte depuis ses débuts à Clemson en 2016.

5. Clelin Ferrell, DE, Jr, Clemson

Redshirté en 2015 lors de sa saison freshman, il n’a cessé de progresser depuis son arrivée à Clemson avant de devenir le pass rusher #1 de la meilleure ligne défensive du pays. 66 plaquages, 18 pour perte et 9.5 sacks en 2017.

6. Rashan Gary, DE, Jr, Michigan

Prospect #1 du recrutement 2016, il a connu des débuts difficiles avant d’exploser complètement l’an passé. Ses statistiques ne reflètent pas l’influence qu’il a sur le jeu. 66 plaquages, 12 pour perte en 2017.

7. Raekwon Davis, DE, Jr, Alabama

Defensive end au gabarit impressionnant, il a répondu aux espoirs fondés en lui lors de son recrutement en devenant le meilleur sacker des champions nationaux en titre. 8.5 sacks en 2017.

Embed from Getty Images

8. Jeffery Simmons, DT, Jr, Mississippi State

Probablement le joueur le moins connu de ce Top 10, il est peut-être le defensive tackle le plus sous-estimé de la redoutable conférence SEC. Il forme un duo très complémentaire avec DE Montez Sweat. 12 plaquages pour perte en 2017.

9. Dre’Mont Jones, DT, Jr, Ohio State

Il aurait pu se présenter à la draft NFL après trois ans passés sur le campus de Columbus (Ohio) mais il a préféré faire son retour une saison de plus pour s’affirmer comme un potentiel 1er tour de draft en 2018. 71 plaquages dont 9 pour perte en deux saisons sous le maillot des Buckeyes.

10. Marlon Davidson, DE, Jr, Auburn

Défenseur au moteur incroyable, il brille également grâce à sa polyvalence. Régulièrement utilisé à l’extérieur comme DE ou à l’intérieur comme DT, il a réussi 42 plaquages, dont 6 pour perte et 3 sacks en 2017. Potentiel 1er tour de draft NFL en 2019.

11. Sutton Smith, DE, Jr, Northern Illinois

Meilleur sacker (14) du pays en 2017, il a également terminé #1 au niveau FBS l’an passé pour le nombre de plaquages pour perte (29.5). Il devrait encore terroriser la conférence MAC en 2018 avant de faire le saut chez les pros la saison prochaine.

12. Derrick Brown, DT, Jr Auburn

Après une saison freshman prometteuse, il a pris ses responsabilités l’an passé pour devenir le général de la ligne défensive des Tigers d’Auburn. Avec DT Dontavious Russell, il forme le meilleur tandem de defensive tackles du pays. 57 plaquages, 9.5 pour perte, 3 sacks en 2017.

Embed from Getty Images

13. Greg Gaines, DT, Sr, Washington

C’est l’âme et le coeur de la défense des Huskies de Washington. Suite au départ de DL Vita Vea pour la NFL, toute l’attention sera désormais sur lui en 2018. 30 plaquages, 5.5 pour perte et 1.5 sacks en 2017.

14. Austin Bryant, DE, Sr, Clemson

Après avoir réussi sa meilleure saison en carrière en 2017, il a pris tout le monde par surprise en annonçant son retour à Clemson pour sa saison senior. 50 plaquages, 15.5 pour perte et 8.5 sacks en 2017.

15. Jerry Tillery, DT, Sr, Notre Dame

Son gabarit impressionnant et sa détermination à toute épreuve en a fait un titulaire indiscuté au sein de la défense des Fighting Irish lors des deux dernières saisons. 56 plaquages, 9 pour perte et 4.5 sacks en 2017.

16. Montez Sweat, DE, Sr, Mississippi State

Ancienne recrue de Michigan State passé par le niveau Junior College avant de rebondir à Mississippi State l’an dernier, il s’est révélé comme l’un des pass rushers les plus doués de sa génération. 105 sacks en 2017.

17. Cece Jefferson, DE, Sr, Florida

Opéré de l’épaule au cours du printemps, il devrait faire son retour à 100% à l’occasion de l’ouverture de la saison 2018. 13.5 plaquages pour perte et 4.5 sacks l’an dernier.

Embed from Getty Images

18. Ben Banogu, DE, Sr, Texas Christian

Transféré de Louisiana-Monroe à Texas Christian en 2016, il a remporté le titre de Newcomer of the Year dans la conférence Big 12. 55 plaquages, 16.5 pour perte et 8.5 sacks en 2017.

19. Ricky Walker, DT, Sr, Virginia Tech

Après avoir attendu son tour pendant deux saisons, il est devenu un titulaire indéboulonnable l’an dernier. Peut-être l’un des meilleurs run blockers du pays. 12 plaquages pour perte et 4.5 sacks l’an dernier.

20. Chase Winovich, DE, Sr, Michigan

Dans l’ombre de DT Rashan Gary (voir plus haut), il s’est pourtant affirmé comme un élément indispensable au sein de la 3ème meilleure défense du pays l’an dernier. 18 plaquages pour perte et 8 sacks en 2017.

21. Joe Jackson, DE, Jr, Miami

Titularisé à 12 reprises l’an passé pour sa saison sophomore, il sera la pass rusher #1 des Hurricanes de Miami en 2018. Peut-être le defensive end avec le plus gros upside de Top 25. 23 plaquages pour perte et 15 sacks en deux saisons.

22. Olive Sagapolu, DT, Sr, Wisconsin

Probablement le nose guard le plus imposant du pays, il s’est fait connaitre médiatiquement en exécutant un incroyable back flip sur la plage au cours du printemps.

Embed from Getty Images

23. Landis Dunham, DE, Sr, Texas A&M

Peut-être pas aussi dominant que son prédécesseur chez les Aggies, DE Myles Garrett, mais sa production l’an dernier fût proche de celle de l’ancien pass rusher de Texas A&M. 11 sacks en 2017.

24. Curtis Weaver, DE, So, Boise State

Véritable révélation de la saison passée dans la Mountain West, il a réussi 9 sacks pour les Broncos de Boise State dès sa saison freshman. Régulièrement comparé à l’ancien Bronco, DeMarcus Lawrence (Dallas Cowboys, NFL).

25. Dontavius Russell, DT, Sr, Auburn

Annoncé comme la prochaine superstar des Tigers, il a connu une progression plus lente que prévu avant de devenir l’un des defensive tackles les plus redoutés de la conférence SEC. 46 plaquages, 6.5 pour perte et 3 sacks.

Sr: Senior; Jr: Junior; So: Sophomore; Fr: Freshman

Lire la suite

Preview

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne offensive en 2018

Titulaire depuis 3 ans au sein de l’attaque des Tigers de Clemson, LT Mitch Hyatt est classé #1 de notre traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne offensive à l’aube de la prochaine saison

Publié

le

Crédit photo : Mark J. Rebilas/USA TODAY Sports

A trois mois de l’ouverture de l’exercice 2018, The Blue Pennant vous propose son traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne offensive de l’élite du College Football avant le coup d’envoi de la prochaine saison.

1. Mitch Hyatt, OT, Sr, Clemson

Si les Tigers sont encore et toujours candidats au titre national, c’est aussi en grande partie grâce à l’effet stabilisateur qu’apporte un joueur comme OT Mitch Hyatt sur la ligne offensive. Après avoir protégé QB Deshaun Watson pendant deux ans, il a permis l’excellente saison de QB Kelly Bryant l’an passé et devrait être le meilleur allié du true freshman QB Trevor Lawrence si ce dernier était finalement titularisé en 2018. Un roc à la mobilité incroyable.

2. Beau Benzschawel, OG, Sr, Wisconsin

Après avoir débuté sa carrière NCAA comme tackle, il a glissé à l’intérieur de la meilleure ligne offensive du pays pour en devenir en devenir même l’un des maillons principaux. Probablement le meilleur run blocker du pays, il a joué un grand rôle dans l’éclosion accélérée de RB Jonathan Taylor en 2017.

Embed from Getty Images

3. Dalton Risner, OT, Sr, Kansas State

Il sera surement un joueur de centre chez les professionnels mais son charisme et sa polyvalence en font actuellement l’un des meilleurs offensive tackles du pays. Il excelle surtout sur les run blocks.

4. Sam Mustipher, C, Sr, Notre Dame

La Tradition des solides joueurs de ligne offensive provenant de Notre Dame se poursuit avec le meilleur joueur de centre de sa génération : Sam Mustipher. Joueur ultra-expérimenté, il débutera sa 3ème saison comme titulaire au sein de l’attaque des Fighting Irish. Il a récemment favorisé l’éclosion de RB Josh Adams et pourrait jouer un rôle clé dans celle du senior RB Dexter Williams.

5. Jonah Williams, OT, Jr, Alabama

Impossible d’imaginer ce classement sans un joueur du Crimson Tide dans le Top 5. Dans la pure tradition des left tackles sortis d’Alabama ces dernières saisons (Cyrus Kouandjio, Cam Robinson), il est déjà promis à un bel avenir au niveau NFL. Athlète intelligent, il excelle aussi bien sur le run block que la pass protection. Sa polyvalence et sa mobilité lui ont permis de jouer à plusieurs postes sur la ligne offensive des champions nationaux.

6. Trey Adams, OT, Sr, Washington

Sa saison 2017 s’est arrêtée nette lorsqu’une rupture du ligament antérieur du genou droit l’a écarté des terrains après avoir été titularisé à 30 reprises d’affilée. Il est considéré par de nombreux scouts comme le tackle le plus NFL-Ready de ce classement.

7. Toa Lodenbahn, C, Sr, USC

Blocker ultra-polyvalent, il a déjà évolué à quatre postes différents sur le ligne offensive des Trojans de USC. Après avoir protégé QB Sam Darnold comme left tackle l’an passé, il glissera à l’intérieur au poste de centre en 2018.

Embed from Getty Images

8. Nate Herbig, OG, Jr, Stanford

Sélectionné dans la première équipe All-Pac-12 l’an passé, il sera de retour afin d’ouvrir des brêches pour le meilleur running back du pays, RB Bryce Love.

9. Michael Jordan, OG, Jr, Ohio State

Opéré de l’épaule durant l’intersaison, il sera rétabli à 100% pour le début de la saison 2017 en passant du poste de left guard à celui de right guard. En constante progression depuis qu’il s’est fait une place de titulaire dès son année freshman, en 2016.

10. David Edwards, OT, Jr, Wisconsin

Ancien tight-end reconverti au poste de right tackle, il est devenu l’un des meilleurs joueurs à son poste ce qui lui a valu une sélection dans l’équipe All-American en 2017. Fantastique run blocker, il doit encore améliorer sa pass protection.

11. Greg Little, OT, Jr, Ole Miss

Si sa technique de main demande encore à être peaufinée, il possède toutes les capacités athlétiques et le potentiel pour se faire une place tout en haut des big boards de nombreuses franchises NFL en vue de la draft 2019. Son modèle ? Laremy Tunsil.

12. Greg Pierschbacher, C, Sr, Alabama

Dans l’ombre de plusieurs stars du Crimson Tide qui ont fait le saut chez les professionnels, il a été titularisé à 42 reprises au poste de left guard avant de glisser au centre en 2018 pour palier au départ de Bradley Bozeman. Peut-être le meilleur run blocker de la conférence SEC.

Embed from Getty Images

13. Michael Deiter, OG, Sr, Wisconsin

Véritable phénomène au sein de l’attaque des Badgers, il a joué à tous les postes sur la ligne offensive avant de s’établir comme left guard pour cette saison 2018 après avoir succédé à Ryan Ramczyk au poste de left tackle la saison dernière.

14. Trey Smith, OT, So, Tennessee

Il a été le rayon de soleil d’une équipe des Volunteers de Tennessee aux abois en 2017. Ancien prospect 5-étoiles, il possède un potentiel énorme sur lequel pourrait compter le nouveau coach, Jeremy Pruitt.

15. Justin Falcinelli, C, Sr, Clemson

Il n’a pas accordé le moindre sack en 14 titularisations et plus de 900 snaps l’an dernier. Un monstre. Moins connu médiatiquement que son coéquipier LT Mitch Hyatt, il demeure l’une des forces majeures de l’excellente ligne offensive des champions de conférence ACC en titre.

16. Hjalte Froholdt, OG, Sr, Arkansas

Il avait été recruté par les Razorbacks comme defensive lineman, c’est finalement de l’autre côté du ballon qu’il est devenu l’un des meilleurs joueurs de la conférence SEC à son poste. 25 titularisations consécutives au poste de left guard.

17. Alex Bars, OG, Sr, Notre Dame

Il n’est peut-être pas aussi talentueux et imposant que son ancien coéquipier, Quenton Nelson, mais il a su se développer comme l’une des références du pays au poste de right guard.

Embed from Getty Images

18. Ben Powers, OG, Sr, Oklahoma

Il forme peut-être la meilleure paire de guards du pays avec son coéquipier, OG Dru Sarmia (voir ci-dessous). Deux fois sélectionné dans le 2ème équipe All-Big 12, il a été titularisé à 22 reprises lors des deux dernières saisons.

19. Tyler Biadasz, C, So, Wisconsin

Révélation de la saison passée au sein de la meilleure ligne offensive du pays, il été sélectionné dans l’équipe Freshman All-American. Tout laisse penser qu’il va poursuivre sa progression avant peut-être de devenir le meilleur joueur de centre du pays en 2019.

20. Martez Ivey, OT, Sr, Florida

Joueur ultra-expériementé (31 titularisations avec les Gators), il possède une formidable polyvalence qui lui a permis d’évoluer comme tackle ou comme guard depuis son arrivée à Florida. Ancien prospect 5-étoiles, il devra encore améliorer sa mobilité pour convaincre qu’il peut briller chez les pros.

21. Ryan Bates, OG, Jr, Penn State

Probablement le meilleur blocker en situation de passe de la conférence Big Ten. Rarement mis en difficulté, il possède une excellente technique de mains et une mobilité précieuse.

22. Connor McGovern, C, Jr, Penn State

Il a régulièrement brillé pour ses qualités de run blocker en 2017 permettant la sensationnelle saison de RB Saquon Barkley. C’est également un précieux soutien pour QB Trace McSorley sur la pass protection mais son manque de puissance devra être corrigée s’il veut passer un cap.

Embed from Getty Images

23. Dru Samia, OG, Sr, Oklahoma

Avec ses 34 titularisations au sein de la ligne offensive des Sooners, il est l’un des leaders respectés de l’attaque d’Oklahoma. Régulièrement utilisé comme right tackle lors de sa saison freshman, il est plus à l’aise à l’intérieur.

24. Chris Lindstrom, OT, Sr, Boston College

Après avoir été titularisé au poste de right guard à 22 reprises, il a glissé sur l’extérieur en 2017 devenant l’une des pièces maitresses de la surprenante ligne offensive de Boston College. Il a notamment régulièrement ouvert des brèches pour RB A.J. Dillon.

25. Jesse Burkett, C, Sr, Stanford

C’est un vrai phénomène. En plus d’être un blocker complet pour QB K.J. Costello, il excelle au niveau académique en science cognitive et en japonais.

OT: Offensive Tackle; OG: Offensive Guard; C: Center; Sr: Senior; Jr: Junior; So: Sophomore; Fr: Freshman

Lire la suite

Preview

Top 25 des meilleurs receveurs en 2018

Receveur polyvalent au gabarit déjà prêt pour la NFL, WR A.J. Brown des Rebels d’Ole Miss est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs receveurs à l’aube de la prochaine saison.

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

A trois mois de l’ouverture de l’exercice 2018, The Blue Pennant vous propose son traditionnel classement des meilleurs receveurs de l’élite du College Football avant le coup d’envoi de la prochaine saison.

1. A.J. Brown, Jr, Ole Miss

Receveur polyvalent, il peut sévir en profondeur le long de la sideline ou se transformer en un receveur de possession dans le trafic. Meilleur receveur de la conférence SEC en 2017 avec 75 réceptions pour 1252 yards et 11 TD, il a réussi plus de 150 yards sur réception lors de 5 des 6 victoires des Rebels en 2017. WR A.J. Brown est peut-être aujourd’hui le prospect NFL le plus prometteur de la conférence SEC.

2. David Sills V, Sr, West Virginia

Ancien quarterback recruté par Lane Kiffin à USC à l’âge de 13 ans, il s’est finalement affirmé au niveau national… comme receveur à West Virginia ! L’an passé, il été sélectionné à l’unanimité dans la 1ère équipe All-Big 12 au terme d’une saison 2017 qu’il a terminée avec un total de 18 TD sur réception (#1 du pays). Cible préférée de QB Will Grier dans la end-zone, il possède des mains incroyablement sûres ce qui compense son manque de vitesse de pointe. Il formera avec WR Gary Jennings l’un des meilleurs tandems de receveurs du pays en 2018. Finaliste pour le Biletnikoff Award l’an passé, il sera encore l’un des favoris pour remporter ce trophée remis chaque année au meilleur receveur de la saison.

Embed from Getty Images

3. Stanley Morgan Jr, Sr, Nebraska

Fils de l’ancien receveur NFL (Patriots, Colts), Stanley Morgan, il fait son retour chez les Cornhuskers après s’être développé, l’an passé, comme l’un des receveurs les plus performants de la conférence Big Ten. D’ailleurs, il a établi un nouveau record de l’université Nebraska avec un total de 986 yards sur réception. L’arrivée de coach Scott Frost pourrait lui permettre d’exploser complètement en 2018. 61 passes captées et 10 TD en 2017.

4. Deebo Samuel, Sr, South Carolina

Joueur électrique bâti comme un running back, il a inscrit 6 TD sur réception et 2 TD sur retour de kickoff lors des 3 premiers matchs de la saison dernière (!)… avant de manquer les 10 matchs suivants en raison de diverses blessures. Après avoir tourné à 33 points en moyenne lors de ces 3 matchs, l’attaque des Gamecocks est tombée à 22.6 points en moyenne par match par la suite. Tout est dit.

5. Marquise Brown, Jr, Oklahoma

Le départ pour la NFL de TE Mark Andrews fait de lui l’ultime playmaker de l’attaque aérienne des Sooners. Surnommé « Hollywood » pour son attitude de showman, il est devenu la cible préférée de Baker Mayfield sur les passes capitalisant sur sa vitesse folle pour réussir 7 réceptions de plus de 50 yards l’an passé. Il sera l’atout #1 de QB Kyler Murray en 2018. 57 réceptions, 1095 yards et 7 TD en 2017.

6. Parris Campbell, Sr, Ohio State

Ancien champion d’athlétisme en salle, il possède une vitesse exceptionnelle ce qui en fait une arme redoutable sur les tracés de type Flat dans son rôle de H-Back. Ses statistiques ne représentent pas bien l’influence qu’il a sur le tempo de l’attaque des Buckeyes mais ses courses en profondeur ont souvent ouvert des brèches pour le jeu au sol. 40 réceptions, 584 yards et 3 TD en 2017.

7. Ahmmon Richards, Jr, Miami

Ralenti dans son développement en 2017 en raison de multiples blessures (cuisse, ménisque), il a pour ambition de rebondir à partir de septembre prochain avant de probablement tenter sa chance chez les pros. Sélectionné dans l’équipe Freshman All-American en 2016 et considéré comme le receveur le plus rapide de la conférence ACC, il devrait retrouver son statut de WR#1 dans un groupe de receveurs des Hurricanes très prometteurs.

Embed from Getty Images

8. Anthony Johnson, Sr, Buffalo

Ses 1356 yards sur réception réussis en 2017 font de lui le receveur le plus prolifique de retour en 2018 au niveau FBS. Cousin de DE Jadeveon Clowney (Houston Texans, ex-South Carolina), il possède la taille et l’explosivité pour attirer les convoitises de plusieurs franchises NFL en avril 2019. 76 réceptions pour 14 TD en 2017.

9. N’Keal Harry, Jr, Arizona State

Meilleur receveur de la conférence Pac-12 de retour en 2018 après avoir réussi 82 réceptions pour 1142 yards, il possède d’excellentes mains et profite régulièrement de son gabarit grâce à un remarquable contrôle de son corps dans les airs. Il sera peut-être le seul à surnager dans une médiocre équipe d’Arizona State.

10. Juwan Johnson, Jr, Penn State

Avec les départs de 4 des 6 meilleurs receveurs des Nittany Lions durant l’intersaison, il devrait profiter de son nouveau rôle de WR#1 pour poursuivre sa progression après une campagne sophomore prometteuse. L’an passé, il s’est révélé médiatiquement en captant la passe de TD de la victoire à Iowa dans les dernières secondes de la rencontre avant de réussir 22 réceptions lors de ses 4 derniers matchs. 54 réceptions, 701 yards, 1 TD.

11. Denzel Mims, Jr, Baylor

Profitant des blessures de plusieurs joueurs des Bears l’an passé, il a saisi l’opportunité pour devenir le go-to guy du jeu aérien des Bears. Certes, il ne prendra personne par surprise en 2018 mais sa vitesse supersonique (ancien champion de l’État du Texas sur 200m) devrait lui permettre de confirmer l’excellente impression qu’il a laissée l’an dernier. 61 réceptions, 1087 yards et 8 TD en 2017.

12. Jaylen Smith, Sr, Louisville

Alors que tout le monde attendait son départ pour la NFL au terme de sa saison junior, il a finalement décidé de revenir à Louisville pour une dernière année afin d’améliorer son route running. Cible préférée de QB Lamar Jackson lors des deux dernières saisons, il sera le leader du solide groupe de receveurs des Cardinals. 60 réceptions, 980 yards et 7 TD en 9 matchs joués en 2017.

Embed from Getty Images

13. Jerry Jeudy, So, Alabama

Alabama a perdu les receveurs Calvin Ridley, Robert Foster et Cam Sims durant l’intersaison ouvrant ainsi la voie à l’ancien prospect 5-étoiles du recrutement 2017, WR Jerry Jeudy. Peu utilisé l’an passé, il a un potentiel énorme et semble prêt à prendre son envol comme cible privilégiée de QB Tua Tagovailoa. Symbole de la nouvelle génération de receveurs du Crimson Tide, il possède des mains sûres et suit d’excellents tracées.

14. Terry Godwin, Sr, Georgia

L’an passé, il a terminé la saison comme 2ème meilleur receveur des Bulldogs pour la 3ème année consécutive. Tout le monde se souvient de sa superbe réception à une main qui fût l’un des tournants de la saison de Georgia. 38 réceptions, 639 yards et 6 TD en 2017.

15. Tyler Vaughns, So, USC

Phénoménal en 2ème partie de saison dernière, il est prêt pour devenir la prochaine sensation des Trojans de USC au poste de receveur. 57 réceptions, 809 yards et 5 TD en 2017 pour sa saison freshman.

16. Felton Davis III, Sr, Michigan State

Pratiquement impossible de défendre contre lui en raison de son gabarit imposant. Sa progression sur ses tracés et ses mains sûres lui ont permis de devenir l’un des receveurs les plus redoutés de la conférence Big Ten. Il avait joué un rôle primordial lors de la victoire surprise de Michigan State sur Penn State l’an passé (12 réceptions, 181 yards). 55 réceptions, 776 yards, 9 TD en 2017.

17. Gary Jennings, Sr, West Virginia

Dans l’ombre du #2 de ce classement à West Virginia, il fût pourtant le 4ème meilleur receveur du pays en 2017 avec ses 97 réceptions. Peut-être le meilleur slot receiver du pays. 1096 yards et 1 TD en 2017.

Embed from Getty Images

18. Emmanuel Hall, Sr, Missouri

Redoutable receveur de profondeur, il a terminé la saison passée avec une moyenne de 24.8 yards par réception. Avec le départ de WR J’Mon Moore, il sera la cible #1 du meilleur quarterback de la conférence SEC, QB Drew Lock. 33 réceptions, 817 yards et 8 TD en 2017.

19. Hakeem Butler, Jr, Iowa State

WR Allen Lazard étant désormais diplômé, c’est à WR Hakeem Butler de prendre le relais dans le jeu aérien des Cyclones. Avec son 1m98 et son accélération de feu, il pourrait être l’un des playmakers les plus explosifs de la conférence Big 12 en 2018. 41 réceptions, 697 yards et 7 TD en 2017.

20. Tee Higgins, So, Clemson

Comparé à Mike Williams (San Diego Chargers, NFL) depuis son arrivée en Caroline du Sud, il a démontré tout son talent au cours des derniers spring practices et tout indique qu’il sera la prochaine superstar de la Wide Receiver U. 17 réceptions pour 345 yards et 2 TD en 2017.

21. Ryan Davis, Sr, Auburn

Extrêmement fiable comme receveur de possession ou en profondeur mais également comme blocker, il a battu l’an passé le record de l’université Auburn pour le nombre de réceptions réussies en une saison (84). 815 yards et 5 TD en 2017.

22. Kelvin Harmon, Jr, North Carolina State

Avec son compère QB Ryan Finley, il sera peut-être le meilleur duo QB-WR de la conférence ACC en 2018. Il fût le meilleur receveur du Wolfpack l’an passé avec 1017 yards sur réception et tout indique que ses statistiques vont encore gonfler l’an prochain en raison du départ WR Jaylen Samuels. 69 réceptions et 4 TD en 2017.

Embed from Getty Images

23. Albert Okwuegbunam (TE), So, Missouri

Tight-end à l’énorme envergure, il sera encore un cauchemar pour les linebackers et les safeties adverses. Les scouts NFL en rêvent déjà. 29 réceptions pour 415 yards et 11 TD en 2017.

24. J.J. Arcega-Whiteside, Sr, Stanford

Ultime receveur de possession, il sera la cible préférée du prometteur QB K.J. Costello en 2018. Il possède peut-être les mains les plus sûres de la conférence Pac-12. 48 réceptions, 781 yards et 9 TD en 2017.

25. Nyqwan Murray, Sr, Florida State

Absent des spring practices pour une blessure du genou, il possède la vitesse et la combativité pour devenir l’un des meilleurs receveurs de la conférence ACC. 40 réceptions, 604 yards, 4 TD en 2017.

Sr: Senior; Jr: Junior; So: Sophomore; Fr: Freshman

Lire la suite

Preview

Top 25 des meilleurs running backs en 2018

De retour à Stanford après une saison 2017 record, RB Bryce Love est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs running backs à l’aube de la prochaine saison.

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

Le retour inattendu de RB Bryce Love pour sa saison senior avec Stanford et l’émergence d’une génération exceptionnelle symbolisée par les sophomores RB Jonathan Taylor (Wisconsin), RB A.J. Dillon (Boston College) et RB J.K. Dobbins (Ohio State) nous rappellent que le poste de running back ne manquera pas de talent en 2018.

Avec deux joueurs présents dans ce classement, le Crimson Tide d’Alabama sera encore une fois la référence au niveau national sur ce poste. RB Damien Harris et RB Najee Harris formeront un tandem de choc pour les champions en titre. Le duo RB J.K. Dobbins / RB Mike Weber (Ohio State) pourrait également faire des dégâts dans la conférence Big Ten tout comme RB Travis Etienne et RB Tavien Feaster avec les Tigers de Clemson.

Comme chaque année, The Blue Pennant vous propose son traditionnel classement des meilleurs running backs de l’élite du College Football à moins de trois mois du coup d’envoi de la prochaine saison.

Embed from Getty Images

1. Bryce Love, Sr, Stanford
Il y a tout juste un an, il avait le défi de succéder à Christian McCaffrey au poste de running back #1 du Cardinal de Stanford. Sa saison junior aura été un franc succès avec un total impressionnant de 2118 yards au sol pour 19 TD qui lui ont valu d’être un candidat pour l’obtention du trophée Heisman. Tout ça avec une blessure de la cheville qui l’a ralenti en 2ème partie de saison. Brillant étudiant en médecine, il a préféré poursuivre ses études pendant une année supplémentaire en renonçant de se présenter à la draft NFL d’avril dernier. Véritable playmaker (13 courses de plus de 50 yards en 2017), il a réussi 12 matchs à plus de 100 yards au sol l’an passé.

2. Jonathan Taylor, So, Wisconsin
Le programme de Wisconsin nous a habitué à « produire » des running backs ultra-performants… après une saison freshman exceptionnelle et prolifique, il ne fait aucun doute que Jonathan Taylor est la prochaine superstar des Badgers. Il a établi un nouveau record FBS pour un freshman avec 1977 yards au sol réussis en 2017. Il a également inscrit 13 TD et atteint le plateau des 200 yards au sol dans un match à trois reprises.

3. A.J. Dillon, So, Boston College
Il devait être la future star de Michigan, c’est finalement à Boston College que le phénoménal RB AJ Dillon a tout explosé dès sa saison freshman : 1589 yards au sol pour 14 TD et une performance d’anthologie face à Louisville (272 yards au sol). Le plus effrayant est qu’il n’a cessé de progresser tout au long de la saison terminant avec une moyenne de 179 yards au sol lors de ses 7 derniers matchs. Protégé par l’une des meilleures lignes offensives du pays, il pourrait bien être le #1 de ce Top 25 au mois de décembre prochain.

4. J.K. Dobbins, So, Ohio State
Il a su profiter d’une blessure du titulaire, RB Mike Weber (voir plus bas) pour prendre les rênes de l’attaque au sol des Buckeyes. 1403 yards et 7 TD pour une moyenne de 7.23 yards par course en 2017. Plus impressionnant, il a dépassé le plateau des 100 yards au sol face aux meilleures défenses de la conférence Big Ten (Michigan, Wisconsin, Michigan State).

Embed from Getty Images

5. Myles Gaskin, Sr, Washington
Auteur d’un total de 4055 yards au sol en trois saisons jouées avec Washington, il est le meilleur coureur en activité au niveau FBS. Son objectif : réussir plus de 1300 yards au sol pour une 4ème saison d’affilée. 21 TD au sol en 2017, un record personnel.

6. Rodney Anderson, Jr, Oklahoma
Oklahoma avait perdu RB Samaje Perine et RB Joe Mixon lors de l’intersaison 2017 mais l’attaque au sol des Sooners est restée ultra-compétitive grâce à l’éclosion de RB Rodney Anderson. 1161 yards au sol pour 13 TD et une moyenne de 6.2 yards par course en 2017. Malgré la défaite d’Oklahoma, sa performance lors du dernier Rose Bowl (201 yards au sol et 3 TD) est encore dans toutes les mémoires.

7. Cam Akers, So, Florida State
Prospect 5-étoiles à sa sortie du lycée, il a réussi quelques coups d’éclat lors de sa saison freshman avec les Seminoles. Tout en partageant son temps de jeu avec RB James Patrick, il a atteint le plateau des 1000 yards au sol et réussi 7 TD en 2017. Il possède toutes les qualités pour succéder à RB Dalvin Cook dans le coeur des fans de FSU. Ses 1025 yards au sol réussis l’an passé lui ont d’ailleurs permis de battre un record de l’université pour un freshman détenu jusque-là par… Dalvin Cook.

8. Devin Singletary, Jr, Florida Atlantic
Il n’a jamais aussi bien porté son surnom (« Motor ») que l’an passé. Avec 1920 yards au sol pour un total hallucinant de 32 TD (3ème meilleure performance de l’Histoire de l’élite du College Football), il a été le catalyseur de l’attaque débridée de FAU en 2017.

9. Justice Hill, Jr, Oklahoma State
Avec les départs de QB Mason Rudolph et WR James Washington pour la NFL, il pourrait devenir le fer de lance de l’attaque des Cowboys en 2018. Après avoir réussi 1142 yards au sol lors de sa saison freshman, il a flirté avec les 1500 yards l’an passé. En plus de ses 15 TD au sol, il a ajouté 31 réceptions pour 190 yards en 2017. Un vrai playmaker.

Embed from Getty Images

10. Damien Harris, Sr, Alabama
Bien que la concurrence sera forte au sein du backfield offensif du Crimson Tide, RB Damien Harris a choisi de faire son retour à Alabama pour sa saison senior. Auteur de deux saisons à plus de 1000 yards au sol malgré un temps de jeu partagé avec Bo Scarbrough, il sera l’indiscutable titulaire en 2018 tout en jouant le rôle de mentor pour la future star, RB Najee Harris (voir plus bas).

11. David Montgomery, Jr, Iowa State
Il a été le symbole de la surprenante saison des Cyclones d’Iowa State en 2017. Auteur de 1146 yards au sol pour 11 TD l’an passé, il a été responsable de 78% des yards au sol de son équipe. Running back polyvalent, il a également capté 36 passes pour un total de 8 TD.

12. D’Andre Swift, So, Georgia
Après avoir réussi 618 yards au sol et 3 TD en 2017 dans un rôle de RB#3 derrière Sony Michel et Nick Chubb, il est sur la rampe de départ pour exploser complètement en 2018. Vrai playmaker, il a réussi plus de 9 yards par course lors des 3 derniers matchs de la saison régulière 2017.

13. Travis Etienne, So, Clemson
Avec son coéquipier RB Tavien Feaster, il va former l’un des duos de running backs les plus tonitruants du pays en 2018. Auteur de 766 yards et 13 TD lors de sa saison freshman, il a accumulé les big plays l’an passé comme l’a démontré sa moyenne de 7.2 yards par course (#1 de la conférence ACC).

14. Benny Snell, Jr, Kentucky
Meilleur running back de la conférence SEC de retour en 2018, il sera le moteur d’une attaque des Wildcats qui devra apprendre à jouer avec un nouveau quarterback à sa tête. Après une saison freshman convaincante (1091 yards, 13 TD), il a poursuivi sa progression l’an passé en accumulant 1333 yards au sol pour 19 TD et en devenant le premier joueur de l’Histoire de Kentucky à réussir deux saisons consécutives avec plus de 1000 yards au sol.

Embed from Getty Images

15. Aeris Williams, Sr, Mississippi State
Assurément le running back le plus sous-estimé de la conférence SEC. Malgré la présence du QB dual-threat, Nick Fitzgerald, à ses côtés, il a atteint le plateau des 1000 yards au sol (1107) pour un total de 13 TD. Tout le monde se souvient de ses 97 yards pour 2 TD réussis dans une courte défaite concédée face à Alabama.

16. Trayveon Williams, Jr, Texas A&M
Il a donné  le tempo de l’attaque au sol des Aggies lors des deux dernières saisons et l’arrivée de Jimbo Fisher (ex-Florida State) à la tête du programme texan pourrait lui permettre de franchir un cap. Malgré une petite baisse de production l’an passé (798 yards au sol), il reste l’une des valeurs sûres de l’attaque de la conférence SEC. 1057 yards au sol en 2016 pour sa saison freshman.

17. Najee Harris, So, Alabama
Son talent brut est phénoménal. Il a réussi quelques coups d’éclat lors du dernier National Championship (64 yards au sol pour une moyenne de 10.7 yards par course) qui laissent penser qu’il est probablement le prochain joyau formé par le Crimson Tide à ce poste de running back. Prospect 5-étoiles du recrutement 2017, il a réussi 370 yards et 3 TD l’an passé. En 2018, il devrait rester (ou pas) le RB#2 d’Alabama derrière RB Damien Harris avant son explosion en 2019.

18. LJ Scott, Sr, Michigan State
Prospect 4-étoiles du recrutement 2015, il a réussi trois solides saisons au sein du backfield offensif des Spartans de Michigan State (2481 yards au sol, 23 TD). Pourtant, il n’a toujours pas réussi à atteindre le plateau des 1000 yards au sol en une saison mais sa maturité et le momentum entourant l’équipe après une excellente saison 2017 pourraient lui permettre de franchir un cap en 2018.

19. Travis Homer, Jr, Miami
Il a remarquablement assumé le rôle de RB#1 suite à la perte sur blessure pour l’intégralité de la saison 2017 de RB Mark Walton face à Florida State. 966 yards et 8 TD l’an passé en une demi-saison comme titulaire. Cependant, il sera soumis à une forte concurrence avec le retour de RB DeeJay Dallas et l’arrivée du sensationnel true freshman Lorenzo Lingard.

Embed from Getty Images

20. Damarea Crockett, Jr, Missouri
Sa saison 2017 a été écourtée en raison d’une blessure de l’épaule mais tout indique qu’il sera de retour à 100% pour sa saison junior. Il avait surpris tout le monde en 2016 lorsqu’il avait réussi plus de 1062 yards au sol pour 10 TD en seulement 153 portées de ballon. La présence de QB Drew Lock à la tête de l’attaque des Tigers pourrait lui permettre d’évoluer sans pression.

21. Miles Sanders, Jr, Penn State
Le défi est insurmontable : remplacer Saquon Barkley ! Toutefois, cet ancien prospect 5-étoiles du recrutement 2016 possède un talent fou et il pourrait s’affirmer rapidement comme l’arme fatale du jeu au sol des Nittany Lions en 2018. Peut-être la révélation de la saison dans la conférence Big Ten.

22. Juwan Washington, Jr, San Diego State
Avec sa présence, San Diego State pourrait terminer la campagne 2018 avec un coureur à plus de 1000 yards au sol pour la 9ème saison d’affilée. Coach Rocky Long a le talent pour développer des running backs ultra-efficaces et Juwan Washington a le profil pour devenir la prochaine vedette des Aztecs. 759 yards au sol et 7 TD en seulement 127 portées de ballon l’an passé.

23. Jalin Moore, Sr, Appalachian State
Il vient de réussir deux saisons en dépassant le plateau des 1000 yards au sol et bien qu’il ait manqué deux matchs en 2017, il a terminé meilleur coureur de la conférence Sun Belt avec une moyenne de 94.3 yards par match. 24 TD au sol en trois saisons à Appalachian State.

24. Mike Weber, Jr, Ohio State
Meilleur coureur des Buckeyes d’Ohio State lors de sa saison freshman, en 2016, tout indiquait qu’il allait tout casser en 2017… avant qu’une blessure de la cuisse limite sa contribution l’an passé. Pire, il a ouvert la voie au true freshman RB J.K. Dobbins qui a saisi l’opportunité de devenir le RB#1 des champions de conférence Big Ten en titre. Toutefois, il sera complétement rétabli pour démarrer la saison avec la détermination de récupérer son statut de #1. 626 yards et 10 TD en 2017.

25. Karan Higdon, Sr, Michigan
Malgré les carences évidentes de la ligne offensive des Wolverines l’an passé, il a terminé la saison 2017 avec un total de 994 yards au sol et 11 TD pour une moyenne de 6.1 yards par course. Au coeur d’une équipe plus expérimentée, il pourrait également bénéficier de la présence de QB Shea Patterson pour semer la terreur dans la conférence Big Ten.

Sr: Senior; Jr: Junior; So: Sophomore; Fr: Freshman

Lire la suite
Publicité

NCAA sur Twitter

Articles les plus lus