Suivez-nous sur

Preview

Preview 2017 : Ohio State Buckeyes

Privés de titre de champion de conférence Big Ten par Penn State et humiliés par Clemson en playoffs, coach Urban Meyer et les Buckeyes d’Ohio State auront qu’un seul mot en tête en 2017 : revanche !

Crédit photo : Jamie Sabau/Getty Images

Preview 2017 : Ohio State Buckeyes

Ohio State Buckeyes

Conférence Big Ten – Division East
En 2016 :
11-2, 8-1 Big Ten. Fiesta Bowl : battu 31-0 par Clemson.
Head Coach : Urban Meyer, 6ème année (61-6). Résultats en carrière : 165-29.
Coordinateur offensif : Ryan Day, Kevin Wilson.
Coordinateur défensif : Greg Schiano.
Titulaires de retour : 8 en attaque, 7 en défense.
Joueurs-clés partis : HB Curtis Samuel, WR Noah Brown, LB Raekwon McMillan, CB Marshawn Lattomore, CB Gareon Conley, S Malik Hooker.
Joueurs à suivre : QB J.T. Barrett, RB Mike Weber, WR Parris Campbell, C Billy Price, OT Jamarco Jones, DE Tyquan Lewis, DE Nick Bosa, LB Jerome Baker, CB Denzel Ward.

31-0. La claque reçue en demi-finale nationale face aux Tigers de Clemson lors du Fiesta Bowl est encore dans les mémoires. Jamais au cours de son illustre carrière, coach Urban Meyer n’avait subi un shutout. Les Buckeyes n’avaient plus été blanchis depuis le… 20 novembre 1993 (!) face à Michigan (28-0).

Cette débâcle est d’autant plus humiliante qu’elle s’est produite devant les caméras de TV National… en primetime. Le coach des Buckeyes ne pouvait pas passer l’éponge. Il l’avait d’ailleurs déclaré quelques minutes après la fin de la défaite face aux futurs champions :

« Ohio State n’a pas l’habitude de ça. Je n’ai pas l’habitude de ça. Cela ne se reproduira pas. » – Urban Meyer, coach d’Ohio State.

Du coup, l’intersaison a été marquée par le départ forcé du coordinateur offensif Tim Beck (parti à Texas) remplacé par l’ancien head coach des Hoosiers d’Indiana, le controversé Kevin Wilson, à qui on a adjoint l’ancien coach des QBs des 49ers de San Francisco (NFL), Ryan Day. De son côté, Greg Schiano a désormais seul les rênes de la défense suite au départ de Luke Fickell à Cincinnati. C’est donc un coaching staff musclé qui est en place et qui aura pour mission de bâtir une équipe à son image.

Pourtant, il ne faudrait pas dépeindre un tableau trop noir. Malgré un groupe de joueurs ravagés par les 12 départs pour la NFL au printemps 2016, Ohio State n’a perdu qu’un seul match de saison régulière l’an dernier : celui qu’il ne fallait pas, à Penn State, privant les Buckeyes de finale de conférence Big Ten mais qui ne les a pas empêché de participer au College Football Playoff. De plus, ils ont battu leurs rivaux historiques, les Wolverines de Michigan, pour une 5ème fois consécutive au terme d’un match épique conclu en double-prolongation.

Une attaque plus expérimentée et menée par le charismatique QB J.T. Barrett et une défense qui regorge de playmakers talentueux débuteront la saison 2017 avec un seul objectif en tête : retrouver le titre de champion de conférence Big Ten qui échappe aux Buckeyes depuis 2014 et prendre leur revanche dans les playoffs.

Attaque

0 point face à Clemson, 17 face à Michigan State et 21 face à Penn State : trois contre-performances offensives en 2ème partie de saison. Grand responsable de cette situation : une attaque aérienne inexistante classée 81ème au niveau national avec une moyenne de 213.9 yards par match. En aout 2016, les Buckeyes espéraient l’éclosion de WR Noah Brown et WR Dontre Wilson. Ce n’est jamais arrivé ayant pour conséquence de rendre unidimensionnelle l’attaque d’Ohio State. Du coup, coach Urban Meyer a pris les choses en main : exit le coordinateur offensif Tim Beck remplacé par le bouillant Kevin Wilson et son attaque spread au tempo élevé. Le nouveau coach des QBs, Ryan Day, aura une seule mission : développer le jeu vertical afin que les Buckeyes soient moins prévisibles offensivement.

De nombreux programmes se seraient empressés de lancer dans le grand bain deux des meilleurs prospects 4 étoiles de ces deux dernières années : le sophomore QB Dwayne Haskins et le freshman QB Tate Martrell. Pas Ohio State. Il faut dire qu’avec le senior QB J.T. Barrett (2555 yards à la passe, 24 TD et 7 INT et 845 yards au sol pour 9 TD en 2016), les Buckeyes possèdent l’un des quarterbacks double-menace les plus dangereux du pays et l’un des plus victorieux de leur Histoire (24 victoires en 30 titularisations). Il ne lui manque plus que 7 TD pour battre le record de la conférence Big Ten du nombre de TD détenu par un certain Drew Brees (ex-Purdue) avec 106. S’il parvient à provoquer davantage de big plays dans les airs, il sera assurément un candidat au trophée Heisman. Il devrait débuter la saison 2017 avec le junior QB Joe Burrow comme backup permettant aux deux jeunes pousses de peaufiner leur apprentissage du nouveau système de Kevin Wilson.

Ce dernier est un adepte de systèmes « spread » sophistiqués et des formations « Pistol » mais c’est surtout un vrai partisan d’un jeu au sol affirmé. Sans faire de bruit, le sophomore RB Mike Weber (1096 yards au sol, 9 TD) a atteint le plateau des 1000 yards au sol malgré l’omniprésence du H-Back, Curtis Samuel. Ce dernier étant parti, il devrait avoir davantage de responsabilités au sein d’un backfield offensif qui comprend également le speedster RB Demario McCall (270 yards au sol, 3 TD en 2016), le sensationnel true freshman RB J.K. Dobbins et l’ancien prospect 4 étoiles, le sophomore RB Antonio Williams.

Si l’amélioration du jeu aérien des Buckeyes est la priorité du coordinateur offensif Kevin Wilson, le groupe de receveurs reste mystérieux. Après le départ inattendu de WR Noah Brown, et celui plus attendu de Dontre Wilson, ce groupe comprend plusieurs athlètes prometteurs mais qui n’ont encore rien prouvé au haut niveau. WR K.J. Hill (18 réceptions, 262 yards, 1 TD en 2016), WR Parris Campbell (13 réceptions, 121 yards en 2016), WR Terry McLaurin (11 réceptions, 114 yards en 2016) et WR Binjimen Victor (4 réceptions, 64 yards, 1 TD en 2016) seront tous sollicités à partir de septembre prochain. L’un d’entre-eux devra impérativement s’affirmer comme le go-to guy de QB J.T. Barrett sans quoi les carences dans le jeu aérien des Buckeyes persisteront en 2017. Avec ses 24 réceptions réussies l’an passé, le senior TE Marcus Baugh pourrait devenir une soupape de sécurité.

L’an passé, le coach de ligne offensive Greg Studrawa a fait un excellent travail pour développer le jeu au sol des Buckeyes (245.2 yards par match, #11 au niveau national). Ce fût beaucoup plus difficile pour contrôler les pass-rushers adverses. Ohio State a accordé 28 sacks en 2016 et l’incapacité de cette ligne à stopper les front four de Penn State et Clemson a été l’une des principales raisons des deux défaites des Buckeyes la saison dernière. RT Isaiah Prince a régulièrement été mis en défaut et LG Michael Jordan, premier freshman à être titularisé sur la ligne offensive depuis Orlando Pace, a commis des erreurs dûes à son inexpérience. Le départ de C Pat Elflein pour la NFL signifie également une perte de leadership pour un groupe qui pourrait quand même compter sur le retour de 4 titulaires. Les seniors LT Jamarco Jones et C Billy Price (41 titularisations consécutives) sont fidèles au poste tout comme le junior RT Isaiah Prince et le sophomore RG Michael Jordan. Le poste de guard droit se jouera entre les juniors OG Demetrius Knox et l’ancien joueur de Junior College, OG Malcolm Pridgeon. Sans une nette amélioration sur le pass blocking, cette ligne pourrait encore être responsable de désillusions pour les Buckeyes.

Défense

Avec le départ du co-coordinateur défensif Luke Fickell à Cincinnati, Greg Schiano est désormais le seul commandant à bord et il pourra compter sur le meilleur front four du pays grâce notamment au retour du Big Ten Defensive Player of the Year en titre, DE Tyquan Lewis (29 plaquages, 11 pour perte, 8,5 sacks en 2016), et de DE Sam Hubbard (46 plaquages, 3.5 sacks en 2016) pour leur saison senior. C’est clairement une très mauvaise nouvelle pour le reste de la Big Ten d’autant plus que DE Nick Bosa (29 plaquages, 5 sacks en 2016) et DE Jalyn Holmes (33 plaquages, 2 INT en 2016) ont explosé l’an dernier. A l’intérieur de la ligne, le sophomore DT Dre’Mont Jones (51 plaquages, 4 pour perte en 2016) a complètement répondu aux attentes pour sa année freshman. Il formera un tandem robuste avec un autre sophomore, DT Robert Landers (16 plaquages en 2016). Le coach de ligne, Larry Johnson, aura aussi le luxe de compter sur deux seniors, DT Michael Hill (21 plaquages en 2016) et DT Tracy Sprinkle de retour de blessure, dans le rôle de backup de luxe.

Le productif LB Raekwon McMillan est parti pour la NFL mais les Buckeyes ne sont absolument pas en mode « panique ». La raison ? La talent regorge au sein du groupe de linebackers à commencer par la présence du senior MLB Chris Worley (69 plaquages, 1 INT en 2016). Auteur de 11 plaquages face à Michigan et 10 face à Penn State et Clemson, ce dernier a tout du prochain gros frappeur des Buckeyes. Il sera aligné aux côtés du junior WLB Jerome Baker (83 plaquages, 3.5 sacks, 2 INT en 2016), l’un des linebackers les plus constants du pays. Les blessures semblent avoir ralenti la progression du prometteur SLB Dante Booker mais il sera motivé comme jamais pour sa saison senior. On surveillera aussi l’ancien quarterback, OLB Malik Harrison, que coach Urban Meyer a régulièrement encensé.

Depuis l’arrivée de l’ancien coach de Florida, le secondary a été l’un des grands artisans des succès du programme de Columbus (Ohio). Après avoir perdu CB Eli Apple et S Vonn Bell en 2016, les Buckeyes devront se débrouiller en 2017 sans trois autres defensive backs partis pour la NFL : CB Gareon Conley, CB Marshawn Lattimore et S Malik Hooker. Ouch ! Pourtant, comme les excellents recrutements successifs des Buckeyes devraient encore leur permettre d’être performant sur le backfield défensif. Le junior CB Denzel Ward (23 plaquages en 2016) a évolué comme nickelback l’an passé et parait comme le digne successeur des Marshawn Lattimore, Eli Apple et autre Bradley Roby. Il pourrait débuter la saison avec l’inattendu prospect 3 étoiles, CB Damon Arnette (21 plaquages en 2016), même si l’ancien prospect 5 étoiles du Crimson Tide d’Alabama, le sophomore CB Kendall Sheffield pourrait être la révélation de la saison dans la défense d’Ohio State. Et si on y ajoute le meilleur cornerback sorti des lycées américains en 2017, le true freshman Texan DE Jeffrey Okudah, et l’expérimenté paire de safeties composée de SS Erick Smith (16 plaquages en 2016) et FS Damon Webb (57 plaquages, 1 INT en 2016), c’est encore une fois un secondary bourré de talent qui va débuter la saison 2017.

Équipes spéciales

Embêté par plusieurs petites blessures, le junior K Sean Nuernberger a souffert lors de ses deux premières saisons avec les Buckeyes. Il pourrait perdre son poste de titulaire au profit du freshman K Blake Haubeil dont la puissance des coups de pied a impressionné durant les spring practices. Le punting game a perdu la constance de P Cameron Johnston dont l’éligibilité a expiré après 4 ans sur le campus de Columbus mais Ohio State a mis la main sur le sensationnel P Drue Chrisman auteur d’une moyenne de 46.2 yards par punt lors de sa dernière année au lycée. Après avoir réussi une moyenne de près de 28 yards sur retour de kickoff l’an dernier, PR Parris Campbell est de retour en 2017. Le départ de Dontre Wilson devrait ouvrir la porte à PR K.J. Hill sur les retours de punt.

Calendrier

Comme l’an passé, les Buckeyes seront favoris dans tous leurs matchs du calendrier 2017, et ce, malgré des déplacements périlleux à Nebraska, Iowa et Michigan. Pour la première fois en 40 ans, Ohio State va débuter une saison par un match intra-conférence : un voyage non sans risques du côté d’Indiana, le 31 aout. Ce sera une excellente préparation avant la réception des Sooners d’Oklahoma, le 9 septembre, au Horseshoe pour une revanche d’une victoire 45-24 des Buckeyes à Norman l’an dernier.

La troupe d’Urban Meyer enchainera avec 4 matchs largement à sa portée face à Purdue, UNLV, Rutgers et Maryland. Commencera alors la partie plus compliquée de sa saison 2017. Les Buckeyes seront d’abord attendus de pied ferme par Nebraska, deux semaines avant la réception du Big Game de l’année dans la conférence Big Ten : le choc face à Penn State, à Columbus. Le déplacement à Iowa sera également à haut risque. Ohio State conclura alors sa saison avec deux matchs à domicile, face à Michigan State et Illinois, avant le déplacement à Michigan pour un traditionnel The Game qui pourrait décider du champion de division Big Ten East.

Match clé
contre Penn State, le 28 octobre
C’est une guerre de titans qui s’annonce dans la division Est, et les deux derniers vainqueurs de la conférence Big Ten devraient être au rendez-vous de ces passes d’armes. L’an passé, la victoire surprise de Penn State contre les Buckeyes avait lancé la bande de James Franklin vers une fin de saison régulière sans défaite et une sélection au Rose Bowl. Pasadena sera encore un lieu prisé en 2017, l’enceinte californienne était l’une des deux arènes des College Football Playoffs. Face à l’inexpérience relative de Michigan, ces deux équipes ont une carte à jouer pour intégrer le top 4 et un succès de référence à Colombus sera flatteur sur le CV.

Conclusion

A l’instar d’Alabama, Ohio State est rarement à prendre à la légère après un exode massif vers la NFL. Quelques joueurs clés sont partis, notamment au sein du backfield défensif (Malik Hooker, Marshon Lattimore, Gareon Conley), mais le talent est indéniablement présent. L’une des forces majeures du programme de Colombus devrait être le pass rush, DE Tyquan Lewis et DE Sam Hubbard étant des candidats crédibles au titre de défenseur de l’année dans la conférence. Un titre qu’avait d’ailleurs raflé Lewis en 2016. A leurs côtés, DE Jalyn Holmes et DE Nick Bosa, petit frère de Joey et grand espoir, apportent une rotation monstrueuse dont les lignes offensives devront se méfier. Si cela ne suffit pas, le backfield défensif grouille de pépites, avec CB Denzel Ward en fer de lance et le transfert CB Kendall Sheffield, ancienne recrue 5 étoiles d’Alabama.
En attaque, QB J.T. Barrett a déçu l’an dernier, mais il peut compter sur un backfield offensif renforcé, derrière RB Mike Weber et le sophomore hyper polyvalent, RB Demario McCall. Les cibles sont aussi là, avec WR Parris Campbell ou encore TE Marcus Baugh plus au centre. Il faudra clairement être très complet pour faire tomber une pareille escouade, emmené par un coach trois fois champion national avec deux programmes différents, Urban Meyer…

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis près de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le podcast TBP/Radiossa - Made in US. Expert NFL et NHL. Grand amateur de la NBA et du College Basketball. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Lahaie

    8 juillet 2017 à 23h33

    Champion national 3 fois mais avec deux équipes, 2 fois Florida et une fois Ohio State !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Preview 2017

Advertisement

Podcast

A la Une

A lire également - Preview