Suivez-nous

Preview

Preview 2017 : conférence Big Ten

Le retour de QB J.T. Barrett à Ohio State, l’émergence de Penn State et la jeunesse talentueuse de Michigan feront-ils de la division East l’épicentre d’une conférence Big Ten en net regain de forme depuis deux ans ?

Credit photo : Justin K. Aller/Getty Images

Publié

le

Après la conférence ACC dont nous avons fait le tour la semaine passée, nous enchainons avec l’une des conférences du Power Five en plein renouveau depuis quelques années : la Big Ten.

Prédictions 2017 dans la conférence Big Ten

Champion 2017 : Ohio State.
Champion de division East : Ohio State.
Champion de division West : Wisconsin.
MVP : RB Saquon Barkley, Penn State.
Meilleur joueur offensif : RB Justin Jackson, Northwestern.
Meilleur joueur défensif : DE Tyquan Lewis, Ohio State.
Freshman de l’année : WR Donovan Peoples-Jones, Michigan.
Prospects NFL à suivre : RB Saquon Barkley (Penn State), QB J.T. Barrett (Ohio State), C Mason Cole (Michigan), DE Sam Hubbard (Ohio State), DT Maurice Hurst (Michigan), S Godwin Igwebuike (Northwestern), LB Josey Jewell (Iowa), DE Tyquan Lewis (Ohio State), QB Trace McSorley (Penn State), OT Damian Prince (Maryland), RB L.J. Scott (Michigan State), CB Denzel Ward (Ohio State).

Du 6 juillet au 16 juillet 2017, The Blue Pennant vous a proposé des présentations des principaux programmes de la conférence Big Ten :
Iowa Hawkeyes.
Michigan Wolverines.
Michigan State Spartans.
Nebraska Cornhuskers.
Northwestern Wildcats.
Ohio State Buckeyes.
Penn State Nittany Lions.
Purdue Boilermarkers.
Wisconsin Badgers.

Tour d’horizon dans la conférence Big Ten

Encore quatre équipes invitées en bowl majeur ?
Qu’il semble loin le temps où la Big Ten était la risée du pays au début de la décennie. Entre 2010 et 2013, son bilan lors des campagnes de bowl était de 10 victoires pour 22 défaites. Mais depuis le lancement des College Football Playoffs, la Big Ten a toujours été sélectionné dans le top 4, allant même glaner le titre national en 2014-15 grâce à Ohio State.

L’an dernier, outre les Buckeyes qualifiés en playoffs, pas moins de trois formations ont été choisis pour participer aux bowls majeurs : Penn State pour le Rose Bowl, Michigan pour l’Orange Bowl et Wisconsin pour le Cotton Bowl. Certes, le bilan de ce quatuor aura été d’un succès pour trois revers, mais la dynamique est là et pourrait permettre à la Big Ten d’être encore bien représentée au sommet de la première division en 2017.

Qu’espérer d’Anthony Mahoungou et de Purdue cette saison ?
C’est un changement majeur qui s’amorce depuis quelques mois sur le campus de West Lafayette. Arrivé en provenance de Western Kentucky, le nouvel head coach, Jeff Brohm, est un spécialiste offensif et a un penchant affirmé pour le jeu aérien. En trois saisons sous sa coupe, les Hilltoppers ont marqué plus de 44 points de moyenne par match, finissant toujours dans le top 6 national dans ce secteur (étant même premiers en 2016, avec 45,5 points).

Une bonne nouvelle donc pour Anthony Mahoungou, même si le jeu au sol très fourni pourrait être plus souvent impliqué en 2017. Avec le départ de nombreux seniors, le Français sera surtout en concurrence avec WR Gregory Phillips et le transfert de Notre Dame, WR Corey Holmes. Le redshirt freshman WR Jackson Anthrop (frère de Danny) sera aussi à surveiller. S’ils n’ont pas le même rôle, les tight ends pourraient aussi chiper quelques ballons à l’ancien courneuvien, TE Cole Herdman et TE Brycen Hopkins s’étant montré précieux par moments en 2016. Rappelons que Brohm apprécie les tights ends polyvalents et avec des bonnes mains, comme il l’avait démontré à WKU avec Tyler Higbee.

Malgré ce panel élargi de solutions offensives, Anthony Mahoungou a de quoi se battre pour devenir le receveur numéro 1 dans sa dernière année universitaire. Utilisé par intermittence ces deux dernières années, le numéro 21 a pu profiter de certaines opportunités, comme contre Marshall en 2015 (59 yards) ou Northwestern l’an passé (54), mais il court toujours après son premier TD en FBS. Pourquoi pas contre Louisville, le 2 septembre prochain, lors des retrouvailles entre Jeff Brohm et son ancien mentor Bobby Petrino ?

Qui pour mettre à mal Wisconsin à l’Ouest ?
Si l’Est semble promise à une empoignade entre Penn State, Ohio State et Michigan, l’Ouest semble beaucoup plus ouverte. Certes, Wisconsin sera considéré comme favori après un très bon exercice 2016 et un effectif globalement conservé. Mais les prétendants ne manquent pas. Iowa, tout d’abord, qui avait payé un mauvais début de saison l’an passé et qui pourrait donner plus de fil à retordre en 2017. Avec un gros jeu au sol et une bonne défense, les Hawkeyes ont les mêmes ingrédients que les Badgers pour réussir et devront faire la différence à Madison, le 11 novembre, pour croire en leur chance. Même profil pour Northwestern qui devra avant tout mieux gérer les temps forts en attaque. Nebraska espérera sans doute avoir gagné en expérience pour ne pas reconnaître la fin de saison dernière (quatre défaites sur les six derniers matches). Enfin, quid d’une équipe de Minnesota solide, mais tourmentée par des affaires extra-sportives et un changement brutal de coaching staff ? Les jeux sont faits, rien ne va plus…

Michigan, le revers de la médaille
17 ! Ils sont 17 titulaires à avoir quitté le campus de Michigan pendant l’intersaison. La majeure partie a rallié la NFL, dès le premier tour (Jabrill Peppers, Taco Charlton), poussant Jim Harbaugh à renouveler de manière plus que significative son escouade.

Le talent est là, mais quand pourra-t-il être exploité à 100% ? La moitié des titulaires annoncés des deux côtés du ballon sera au mieux dans son année sophomore, une donnée à ne pas prendre à la légère face aux Buckeyes et Nittany Lions, plus massivement composés de juniors et de seniors à des postes clés.

Pour ne rien arranger à leurs affaires, les Wolverines débuteront d’entrée contre Florida, sur terrain neutre, et se déplaceront à Wisconsin et Penn State. Se qualifier en playoffs avec un tel programme (non, on n’a pas oublié le choc annuel face à Ohio State, à Ann Arbor) serait clairement une performance de taille …

Michigan State peut-il s’en relever ?
Les scandales d’agression sexuelle visant des joueurs de football américain sont malheureusement devenus monnaie courante ces dernières années au sein des facs. L’un des derniers exemples en date concerne les Michigan State Spartans, avec de nombreux joueurs renvoyés pour avoir été accusés par des victimes. Parmi eux, le receveur WR Donnie Corley, annoncé comme le futur numéro 1 du poste après le départ de R.J. Shelton. DE Josh King, grand espoir sur le poste de defensive end, l’a imité.

Mais Mark Dantonio gère-t-il encore quelque chose dans le vestiaire des Spartans ? Car les « frasques » hors du rectangle vert n’ont pas manqué pendant l’intersaison. CB Vayante Copeland a mis les voiles pour ne pas avoir respecté les règles internes de l’équipe et DE Demetrious Cooper, l’un des nouveaux leaders présumés de cette escouade, est en passe d’être sanctionné par son coach pour avoir craché sur un officier de police.

Dans une division aussi disputée que la Big Ten East, Michigan State ne se facilite pas la tâche pour retrouver les standards de ses dernières années…

Le match de l’année

Penn State @ Ohio State
28 octobre
C’est une guerre de titans qui s’annonce dans la division Est, et les deux derniers vainqueurs de la conférence Big Ten devraient être au rendez-vous de ces passes d’armes. L’an passé, la victoire surprise de Penn State contre les Buckeyes avait lancé la bande de James Franklin vers une fin de saison régulière sans défaite et une sélection au Rose Bowl. Pasadena sera encore un lieu prisé en 2017, l’enceinte californienne était l’une des deux arènes des College Football Playoffs. Face à l’inexpérience relative de Michigan, ces deux équipes ont une carte à jouer pour intégrer le top 4 et un succès de référence à Colombus sera flatteur sur le CV.

Calendrier complet de la conférence Big Ten

Nos prédictions

Division East

1. Ohio State Buckeyes

En 2016 : 11-1, 8-1 Big Ten.
Prédiction : 12-1, 8-1 Big Ten. Champion de conférence.
Match décisif : vs. Penn State, 28 octobre.
Joueurs-clés partis : RB Curtis Samuel, LB Raekwon McMillan, CB Marshon Lattimore, CB Gareon Conley, S Malik Hooker.
Joueurs à suivre : QB J.T. Barrett, RB Mike Weber, DE Tyquan Lewis, DE Sam Hubbard, LB Jerome Baker, CB Denzel Ward.
Future star : DE Nick Bosa.

Embed from Getty Images

A l’instar d’Alabama, Ohio State est rarement à prendre à la légère après un exode massif vers la NFL. Quelques joueurs clés sont partis, notamment au sein du backfield défensif (Malik Hooker, Marshon Lattimore, Gareon Conley), mais le talent est indéniablement présent. L’une des forces majeures du programme de Colombus devrait être le pass rush, DE Tyquan Lewis et DE Sam Hubbard étant des candidats crédibles au titre de défenseur de l’année dans la conférence. Un titre qu’avait d’ailleurs raflé Lewis en 2016. A leurs côtés, DE Jalyn Holmes et DE Nick Bosa, petit frère de Joey et grand espoir, apportent une rotation monstrueuse dont les lignes offensives devront se méfier. Si cela ne suffit pas, le backfield défensif grouille de pépites, avec CB Denzel Ward en fer de lance et le transfert CB Kendall Sheffield, ancienne recrue 5 étoiles d’Alabama.
En attaque, QB J.T. Barrett a déçu l’an dernier, mais il peut compter sur un backfield offensif renforcé, derrière RB Mike Weber et le sophomore hyper polyvalent, RB Demario McCall. Les cibles sont aussi là, avec WR Parris Campbell ou encore TE Marcus Baugh plus au centre. Il faudra clairement être très complet pour faire tomber une pareille escouade, emmené par un coach trois fois champion national avec deux universités différentes, Urban Meyer…

2. Penn State Nittany Lions

En 2016 : 11-2, 9-1 Big Ten.
Prédiction : 11-1, 8-1 Big Ten.
Match décisif : @ Ohio State, 28 octobre.
Joueurs-clés partis : WR Chris Godwin, LB Brandon Bell, CB John Reid.
Joueurs à suivre : QB Trace McSorley, RB Saquon Barkley, TE Mike Gesicki, LB Jason Cabinda, S Marcus Allen, CB Grant Haley.
Future star : RB Miles Sanders.

Embed from Getty Images

Après avoir fini la saison 2016 en boulet de canon, Penn State entend confirmer, derrière une attaque impressionnante et aux multiples visages. Sans surprise, la star devrait rester RB Saquon Barkley, le coureur ayant été la valeur sûre du programme ces deux dernières saisons. Mais l’émergence de QB Trace McSorley à la passe, aidée par le développement de ses cibles WR Saeed Blacknall ou encore TE Mike Gesicki peut donner le tournis aux défenses adverses.
La défense, justement : c’est encore un point noir relatif de l’équipe, notamment son pass rush. Si la ligne offensive a montré de meilleures choses en 2016, c’est maintenant à la défensive, emmenée par les jeunes DE Shariff Miller et DE Shane Simmons de montrer l’exemple. Le run stop est, lui, déjà solide, derrière les tauliers LB Jason Cabinda et S Marcus Allen.

3. Michigan Wolverines

En 2016 : 10-2, 7-2 Big Ten.
Prédiction : 10-2, 7-2 Big Ten.
Match décisif : @ Penn State, 21 octobre.
Joueurs-clés partis : RB De’Veon Smith, WR Jehu Chesson, WR Amara Darboh, TE Jake Butt, DE Taco Charlton, DL Chris Wormley, LB Jabrill Peppers, CB Jourdan Lewis.
Joueurs à suivre : QB Wilton Speight, C Mason Cole, DT Maurice Hurst, LB Chase Winovich.
Future star : DT Rashan Gary.

Embed from Getty Images

Doit-on s’attendre à une année de transition à Michigan ? Dépouillé de la majorité de ses titulaires de 2016 (5 joueurs de retour sur 22 !), Jim Harbaugh va devoir développer ses ouailles très rapidement pour prétendre de nouveau au titre de conférence.
Le plus gros chantier s’annonce en défense, WLB Mike McCray étant le seul titulaire de retour. Mais avec DE Chase Winovich, DT Maurice Hurst et l’ancienne recrue phare DT Rashan Gary, le coordinateur Don Brown a de la matière pour réussir.
En attaque, le boulot est moins conséquent, mais l’irrégularité de QB Wilton Speight à la passe sera clairement un secteur à surveiller, encore plus dans une conférence de plus en plus réputée pour ses défenses, et à la veille de matches contre Florida, Indiana, Ohio State ou Wisconsin, des équipes plus que réputées dans ce domaine.

4. Indiana Hoosiers

En 2016 : 6-6, 4-5 Big Ten.
Prédiction : 8-4, 5-4 Big Ten.
Match décisif : vs. Ohio State, 31 août.
Joueurs-clés partis : RB Devine Redding, WR Mitchell Paige, G Dan Feeney, LB Marcus Olliver.
Joueurs à suivre : QB Richard Lagow, WR Nick Westbrook, LB Tegray Scales, LB Marcelino Ball, CB Rashard Fant.
Future star : CB Andre Brown Jr.

Embed from Getty Images

Après six ans à la tête des Hoosiers, Kevin Wilson a été remercié par son directeur athlétique. Doit-on pour autant craindre le pire ? Pas si sûr, car Tom Allen, le nouvel head coach, a fait des petits miracles comme coordinateur défensif. Sous sa coupe, des joueurs comme LB Tegray Scales, LB Marcelino Ball, CB Rashard Fant et CB A’Shon Riggins ont explosé au grand jour. Et cela aurait pu être plus impressionnant si le linebacker Marcus Olliver n’était pas parti un an trop tôt en NFL.
Le principal travail doit se faire en attaque, dans un groupe qui a déjà fière allure, notamment dans les airs. L’ancien transfert de Junior College, QB Richard Lagow a donné satisfaction en 2016, et son entente avec WR Nick Westbrook et le revenant, WR Simmie Cobbs, sera à n’en pas douter spectaculaire. Ne reste qu’à combler certains postes massifs au sol, comme ceux du running back Devine Redding et du guard Dan Feeney.

5. Maryland Terrapins

En 2016 : 6-6, 3-6 Big Ten.
Prédiction : 5-7, 3-6 Big Ten.
Match décisif : @ Minnesota, 30 septembre.
Joueurs-clés partis : QB Perry Hills, CB William Likely.
Joueurs à suivre : RB Ty Johnson, OT Damian Prince, LB Jermaine Carter, CB Tino Ellis.
Future star : S Markquese Bell.

Embed from Getty Images

Pour sa première année à College Park, le head coach D.J. Durkin n’a pas démérité, avec un bilan de 6-6 et une qualification en bowl. Problème pour lui en 2017 : le calendrier s’annonce coton, avec les réceptions de Michigan et Penn State, ainsi que les déplacements à Ohio State, Wisconsin et Minnesota.
Pour contrer les pronostics les plus pessimistes, les Terps peuvent compter sur un des running backs les plus prometteurs du pays, RB Ty Johnson. Pour remplacer l’ancien quarterback Perry Hills, la concurrence s’annonce animée, entre le sophomore QB Caleb Henderson et l’une des recrues phares de l’intersaison, le true freshman QB Kasim Hill.
Comme à Indiana, la défense est sur de bons rails et compte sur le retour de dix titulaires sur onze.
A défaut de jouer la finale de conférence, Maryland se présente comme une équipe de coups, capable de bouleverser la hiérarchie interne de la Big Ten.

6. Michigan State Spartans

En 2016 : 3-9, 1-8 Big Ten.
Prédiction : 3-9, 1-8 Big Ten.
Match décisif : vs. Notre Dame, 23 septembre.
Joueurs-clés partis : TE Josiah Price, DT Malik McDowell, LB Riley Bullough, S Montae Nicholson, S Demetrious Cox.
Joueurs à suivre : RB L.J. Scott, WR Felton Davis III, G Brian Allen, LB Chris Frey.
Future star : CB Justin Layne.

Embed from Getty Images

asser à côté de sa saison, un an après s’être qualifié pour les College Football Playoffs, n’a rien d’alarmant en soi. Mais Michigan State a aussi dû composer avec de nombreux départs pendant l’intersaison, en raison d’une affaire de scandales sexuels sur le campus.
L’inexpérience est donc criante au sein de cette équipe, à l’image du quarterback sophomore QB Brian Lewerke, titulaire occasionnel l’an passé mais qui n’a jamais vraiment bluffé. Le jeu au sol restera une composante majeure de l’équipe, avec un monstre à trois têtes dans le backfield, et RB L.J. Scott en tant qu’artilleur en chef.
Depuis le départ du coordinateur Pat Narduzzi vers Pittsburgh, la défense pèche et ce n’est pas le départ de l’intégralité du backfield défensif qui rassurera Mark Dantonio. Un head coach plus que fragilisé et qui pourrait perdre sa place si les Spartans ne renouent pas avec un bowl.

7. Rutgers Scarlet Knights

En 2016 : 2-10, 0-9 Big Ten.
Prédiction : 2-10, 0-9 Big Ten.
Match décisif : @ Illinois, 14 octobre.
Joueurs-clés partis : DT Darius Hamilton, S Anthony Cioffi.
Joueurs à suivre : QB Kyle Bolin, RB Gus Edwards, WR Janavion Grant, CB Blessuan Austin.
Future star : WR Bo Melton.

Embed from Getty Images

2016 pourrait être appelé une “annus horribilis”. A l’image d’un historique 73-0 concédé à la maison contre Michigan, Rutgers et son head coach Chris Ash ont du pain sur la planche pour espérer revenir au premier plan de la conférence. L’arrivée de deux transferts, celui de Louisville, QB Kyle Bolin, et celui de Miami, RB Gus Edwards, ont pour but de renforcer une attaque anémique en 2016 et trop dépendante de son receveur star WR Janavion Grant.
La défense présente quelques gages d’espoir à l’image de LB Trevor Morris et de CB Blessuan Austin, mais voir les Scarlet Knights arracher une victoire intra-conférence relèverait presque de la surprise en 2017.

Division West

1. Wisconsin Badgers

En 2016 : 10-3, 7-3 Big Ten.
Prédiction : 10-3, 7-3 Big Ten.
Match décisif : @ Nebraska, 7 octobre.
Joueurs-clés partis : RB Corey Clement, OT Ryan Ramczyk, LB T.J. Watt, LB Vince Biegel, CB Sojourn Shelton.
Joueurs à suivre : RB Bradrick Shaw, TE Troy Fumagalli, C Michael Deiter, DL Connor Sheehy, LB T.J. Edwards, LB Jack Cichy, CB Derrick Tindal, S D’Cota Dixon.
Future star : S Scott Nelson.

Embed from Getty Images

Le retour de Paul Chryst à Wisconsin a été concluant, puisque les Badgers ont remis la main sur leur division, en décrochant un bowl majeur en 2016. Si un turnover a eu lieu au poste de running back, la course devrait rester la force de frappe du programme de Madison, grâce au prometteur RB Bradrick Shaw et à l’ancien élève de Chryst à Pittsburgh, le transfert RB Chris James.
La défense devra se remettre du départ du coordinateur Justin Wilcox, parti prendre les rênes de California. Mais le potentiel est présent à tous les étages, avec le duo LB T.J. Edwards – LB Jack Cichy sur l’intérieur du deuxième rideau, LB Garrett Dooley sur le pass rush et CB Derrick Tindal sur la couverture.
Pour renforcer un peu plus la possibilité de conserver le trône de la division, Wisconsin dispose d’un calendrier relativement abordable, et ce malgré le déplacement à Nebraska et BYU, ou encore la réception de Michigan et Iowa.

2. Nebraska Cornhuskers

En 2016 : 9-3, 6-3 Big Ten.
Prédiction : 8-4, 6-3 Big Ten.
Match décisif : vs. Wisconsin, 7 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Tommie Armstrong Jr, RB Terrell Newby, WR Jordan Westerkamp, S Nathan Gerry.
Joueurs à suivre : RB Devine Ozigbo, WR DeMornay Pierson-El, DL Mick Stoltenberg, S Joshua Kalu, CB Chris Jones.
Future star : CB Lamar Jackson.

Embed from Getty Images

Le beau début de saison dernière a donné des ailes à Mike Riley et ses hommes. Manque de chance pour l’équipe de Lincoln : leur calendrier n’est pas tendre à l’heure d’un virage important d’un point de vue offensif.
Plus éligible, le quarterback double-menace Tommie Armstrong va céder sa place à un pocket passer de base, le transfert de Tulane QB Tanner Lee. Son entente avec WR DeMornay Pierson-El et WR Stanley Morgan sera un bon indicateur de la forme des Huskers, RB Devine Ozigbo et RB Tre Bryant étant à même de prendre la suite de Terrell Newby dans le backfield offensif.
En défense, la pression sera primordiale et pourrait venir de partout, quatorze joueurs ayant mis la main sur le quarterback adverse derrière la ligne de scrimmage en 2016. Le secondary est l’un des plus complets et polyvalents du pays, avec la présence de CB Chris Jones, S Joshua Kalu, S Aaron Williams et du prometteur CB Lamar Jackson.
En recevant Wisconsin et Iowa, Nebraska a une grosse carte à jouer dans l’optique du titre de division, mais la visite d’Ohio State et le passage par Penn State représentent des marches non négligeables…

3. Iowa Hawkeyes

En 2016 : 8-4, 6-3 Big Ten.
Prédiction : 8-4, 6-3 Big Ten.
Match décisif : @Northwestern, 21 octobre.
Joueurs-clés partis : QB C.J. Beathard, RB LeShun Daniels, TE George Kittle, DT Jaleel Johnson, CB Desmond King.
Joueurs à suivre : RB Akrum Wadley, DE Anthony Nelson, DT Nathan Bazata, LB Josey Jewell, LB Ben Niemann, CB Manny Rugamba, S Miles Taylor.
Future star : TE Noah Fant.

Embed from Getty Images

Comme chaque année, Iowa sera une vraie énigme. En 2016, les Hawkeyes ont soufflé le chaud et le froid, étant capable de faire tomber Michigan et de se faire surprendre à domicile par North Dakota State (FCS).
Cette saison, les mamelles de la réussite devraient encore être la défense et le jeu au sol. L’escouade du coordinateur Phil Parker dispose d’une solide ligne, emmenée par DT Nathan Bazata et les frères DE Anthony Nelson et DE Matt Nelson, avec une profondeur intéressante, DE A.J. Epenasa ayant été l’une des recrues phares de l’intersaison.
Le deuxième rideau défensif n’a rien à envier au premier avec la présence du leader de ce groupe, le linebacker LB Josey Jewell, prospect à suivre en vue de la NFL.
En attaque, le coureur LeShun Daniels a quitté le campus, mais RB Akrum Wadley s’est fait les dents ces deux dernières années à Des Moines et s’appuiera sur une ligne offensive toujours redoutable pour ouvrir des brèches.
Mais tout pourrait s’effondrer comme un château de carte si QB Nathan Stanley n’est pas capable de succéder dignement à C.J. Beathard. Le talent de gestionnaire du nouveau Niner de San Francisco (NFL) avait envoyé Iowa au Rose Bowl en 2015. Petite pression donc…

4. Northwestern Wildcats

En 2016 : 6-6, 5-4 Big Ten.
Prédiction : 7-5, 4-5 Big Ten.
Match décisif : vs. Iowa, 21 octobre.
Joueurs-clés partis : WR Austin Carr, DE Ifeadi Onedigbo, LB Anthony Walker.
Joueurs à suivre : QB Clayton Thorson, RB Justin Jackson, S Kyle Queiro, S Godwin Igwebuike.
Future star : LB Nathan Fox.

Embed from Getty Images

Dans une attaque axée sur la prise d’espace et le jeu au sol, Northwestern va devoir régler un élément fondamental : la régularité. Car avec QB Clayton Thorson et RB Justin Jackson (1 524 yards à la course l’an passé) aux commandes, les voyants offensifs semblent au vert. Mais en 2016, certaines mauvaises gestions des moments clés avaient provoqué de fâcheuses défaites, comme contre Western Michigan et Illinois State (FCS) en début d’année. La défense ne l’a pas aidé non plus, les Wildcats s’inclinant automatiquement avec moins de 24 points au tableau d’affichage.
De ce côté du ballon, Pat Fitzgerald devra avant tout trouver un remplaçant à Ifeadi Odenigbo, meilleur sackeur des siens en 2016. La force de cette escouade reste avant tout son duo de safety, S Kyle Queiro et S Godwin Igwebuike. Avec CB Montre Hartage, le backfield défensif a fière allure et pourrait contrarier quelques attaques de Big Ten, plus à l’aise au sol que dans les airs.

5. Minnesota Golden Gophers

En 2016 : 8-4, 5-4 Big Ten.
Prédiction : 6-6, 4-5 Big Ten.
Match décisif : vs. Nebraska, 11 novembre.
Joueurs-clés partis : QB Mitch Leidner, OT Jonah Pirsig, DB Jalen Myrick.
Joueurs à suivre : RB Rodney Smith, RB Shannon Brooks, WR Rashad Still, DT Steven Richardson.
Future star : DE Tai’yon Devers.

Embed from Getty Images

Un petit tour et puis s’en va ! Après avoir suppléé Jerry Kill, et ses problèmes de santé, Tracy Claeys a payé son soutien trop prononcé à ses joueurs après une affaire de scandale sexuel. Résultat : le head coach quitte Minneapolis un an après sa prise de fonction, et est remplacé par P.J. Fleck, participant au dernier Cotton Bowl avec Western Michigan.
La victoire surprise contre Washington State lors du Holiday Bowl a insisté sur les promesses défensives du programme. La ligne pourrait notamment être une clé majeure, au vu du leadership de DT Steven Richardson et de l’émergence des pass rushers DE Carter Coughlin et DE Tai’yon Devers.
En attaque, les Golden Gophers ont sûrement l’un des tous meilleurs tandems de coureurs, avec RB Rodney Smith et RB Shannon Brooks. Ce ne sera pas de trop pour permettre à QB Conor Rhoda de prendre ses marques.
Capable de développer Corey Davis chez les Broncos, P.J. Fleck a toute la confiance des fans du programme pour faire de WR Rashad Still un joueur inarrêtable.
Si Minnesota parvient à surmonter les tumultes vécus au début de l’année civile, la formation pourrait devenir un véritable poil-à-gratter de la conférence…

6. Purdue Boilermakers

En 2016 : 3-9, 1-8 Big Ten.
Prédiction : 5-7, 4-5 Big Ten.
Match décisif : vs. Minnesota, 7 octobre.
Joueurs-clés partis : WR DeAngelo Yancey, WR Domonique Young, DT Jake Replogle.
Joueurs à suivre : RB Markelle Jones, RB D.J. Knox, TE Cole Herdman, LB Ja’Whaun Bentley, LB Markus Bailey.
Future star : DE Kai Higgins.

Embed from Getty Images

Cancre de la Big Ten West sous les ordres de Darrell Hazell, Purdue repart de zéro avec Jeff Brohm à sa tête. Chef d’orchestre de l’explosive attaque de Western Kentucky, le spécialiste offensif devra enfin apporter un peu de stabilité au poste de quarterback. QB David Blough a de fortes chances de garder sa place comme quarterback et a de quoi faire malgré le départ de nombreux receveurs seniors. Outre le Français WR Anthony Mahoungou, le duo de tight end TE Cole Herdman – TE Brycen Hopkins sera une bonne soupape de sécurité. On n’omettra pas non plus l’exceptionnelle profondeur du backfield offensif, RB Markelle Jones, RB D.J. Knox et RB Tario Fuller pouvant prendre feu n’importe quand.
La défense sera clairement à faire progresser car, hormis le deuxième rideau, les playmakers se font assez discrets. Cela pourrait changer avec un pass rush intéressant entrevu lors des entraînements printaniers.

7. Illinois Fighting lllini

En 2016 : 3-9, 2-7 Big Ten.
Prédiction : 2-10, 1-8 Big Ten.
Match décisif : vs. Nebraska, 29 septembre.
Joueurs-clés partis : DE Dawuane Smoot, DE Carroll Phillips, DT Chunky Clements, LB Hardy Nickerson.
Joueurs à suivre : RB Kendrick Foster, WR Malik Turner, LB Tre’Watson, CB Jaylen Dunlap.
Future star : WR Carmoni Green.

Embed from Getty Images

Pour enfin faire ses preuves à l’échelon universitaire, Lovie Smith va devoir trouver la clé au poste de quarterback, QB Chayse Crouch et QB Jeff George Jr. n’apportant pas toutes les garanties à l’heure actuelle.
Le départ de cadres défensifs du vestiaire (DE Dawuane Smoot, DE Carroll Phillips, LB Hardy Nickerson) est aussi à pallier avec efficacité, même si les jeunes pousses frappent à la porte, à l’image du backfield défensif.
Qu’attendre d’Illinois cette saison ? A priori quelques surprises sont possibles, mais le programme de Champaign semble avoir beaucoup de lacunes pour être un candidat crédible sur la durée.
Dans un premier temps, il faudra installer un jeu au sol supersonique. Mission qui sera sûrement confiée au tandem RB Kendrick Foster – RB Reggie Corbin.

Grand fan de football américain. Spécialiste du football français, de la NFL et du College Football. Rédacteur à The Blue Pennant depuis 2015 et à touchdownactu.com. Animateur sur Radiossa, la radio du football américain.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Cinq coachs sur le « hot seat » en 2020

Découvrez les cinq coachs les plus menacés à l’aube de la prochaine saison de College Football.

Publié

le

Crédit photo : Alicia de Artola, Reign of Troy

La pression des résultats n’a jamais été aussi forte dans l’élite du College Football. À une époque, on laissait du temps à un coach pour recruter, développer son système et mettre sa marque sur un programme. Aujourd’hui, l’impatience est de mise dans les directions athlétiques et en 2020, plusieurs head coachs savent qu’ils jouent leur poste.

Découvrez les cinq coachs sur le « hot seat » à l’aube de la prochaine saison de College Football.

Clay Helton, USC

Les Trojans ont un bilan de 13-12 lors des 2 dernières saisons et le nouveau directeur athlétique Mike Bohn ne pourra pas faire autrement que de se séparer de son coach principal si USC ne remporte pas la division Pac-12 South en 2020. Après avoir reconstitué l’attaque autour du coordinateur offensif Graham Harrell (ex-North Texas), Clay Helton a donné les clés de la défense au coordinateur défensif Todd Orlando (ex-Texas) avec pour objectif de ramener les Trojans dans l’élite de conférence Pac-12. Un nouvel échec serait synonyme de fin de l’ère Helton à Los Angeles.

Tom Herman, Texas

Il devait être l’incarnation du « Texas is back ». Depuis qu’il a fait son retour sur le campus d’Austin, les Longhorns ont perdu 15 matchs en 3 saisons. 15 ! Pourtant, les classes de recrues dans le Top 10 national ne suivent les unes après les autres. Texas doit jouer les yeux dans les yeux avec Oklahoma pour le titre de conférence. Sinon, bye-bye…

Tom Herman, coach de Texas – Crédit photo : Tim Warner/Getty Images

Kevin Sumlin, Arizona

La magie Sumlin était-telle une vaste enfumade lorsqu’il était à Texas A&M ? Reconnu pour ses talents de recruteurs hors-pair, a-t-il surtout bénéficié de l’aura des Aggies ? Car depuis son arrivée à Tucson (Arizona), les Wildcats font du surplace tant dans le domaine du jeu que dans celui du recrutement (Arizona a été le dernier programme FBS à obtenir un commit pour la promotion 2021) et son coaching staff a réussi l’exploit de torpiller le seul playmaker de l’effectif lors des deux dernières saisons : QB Khalil Tate. Son bilan de 9-15 est insuffisant pour un programme qui ambitionne de jouer les premiers rôles dans la conférence Pac-12.

Chip Kelly, UCLA

Son arrivée avait ravivé la flamme du football sur un campus de Westwood qui vibre habituellement pour son équipe de basketball. Un bilan de 7-17 en deux saisons (7-11 en match Pac-12) n’a pas de quoi satisfaire une direction athlétique des Bruins qui a investi chèrement dans l’ancien head coach des Ducks d’Oregon pour des résultats à court terme. Le manque de progrès de l’attaque est notamment inquiétant. Seul un bilan positif en 2020 pourrait sauver sa tête.

Derek Mason, Vanderbilt

Deux participations (perdues) à des bowls en six saisons et aucun bilan positif depuis son arrivée à Nashville en 2014. Certes, il n’est pas facile de construire une équipe gagnante pour un programme qui n’a pas une grande tradition de football, mais la division SEC East était très ouverte ces dernières années (derrière Georgia) et les Commodores ont continué de trainer dans les bas fonds du classement. Mauvaise nouvelle pour lui : un nouveau directeur athlétique (qui ne l’a pas choisi, donc) vient d’arriver. Aïe.

Autres head coachs sous pression en 2020 : Scott Frost (Nebraska), Jim Harbaugh (Michigan) et Will Muschamp (South Carolina).

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : Brigham Young Cougars

Après une saison 2019 décevante, QB Zach Wilson et les Cougars sauront-ils rebondir malgré un calendrier absoluement infernal ?

Publié

le

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de tout savoir de la prochaine saison. On retrouve aujourd’hui les Cougars de Brigham Young.

Brigham Young Cougars

Indépendant

En 2019 : 7-6. Défaite 38-34 face à Hawaii lors de l’Hawaii Bowl.
Head Coach : Kalani Sitake, 4ème année (27-25) – Résultats en carrière: 27-25.
Coordinateur offensif : Jeff Grimes.
Coordinateur défensif : Illaisa Tuiaki.
Titulaires de retour : 12, 7 en attaque, 4 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : WR Aleva Hifo, WR Micah Simon, DB Dayan Ghanwoloku.
Joueurs à suivre : QB Zach Wilson, RB Lopini Katoa, WR Gunner Romney, TE Matt Bushman, OL Brady Christensen, DL Khyiris Tonga, LB Payton Wilgar, CB Chris Wilcox, S Troy Warner.

Charismatique et apprécié de ses joueurs, coach Kalani Sitake a pourtant passé la majeure partie de la saison dernière sur le « hot seat » en raison d’un bilan insuffisant de 20-19 lors des trois dernières saisons. Les attentes sont nettement supérieures sur le campus de Provo (Utah) qui vit encore dans le souvenir des années LaVell Edwards.

Finalement, le coach des Cougars a probablement sauvé sa place et obtenu une prolongation de contrat jusqu’en 2023 grâce à trois victoires remportées contre Tennessee, USC et Boise State. Pourtant, les défaites du mois d’octobre face à Toledo et South Florida et celles pour finir la saison, face à San Diego State et Hawaii (Hawaii Bowl), ont fragilisé un coaching staff qui sera sous pression en 2020.

Également sous pression car le grand nombre de blessures qui ont frappé les Cougars depuis deux ans commencent à mettre en cause la préparation physique d’un programme qui devra faire face, encore cette année, à un calendrier infernal.

Zach Wilson est-il menacé au poste de QB titulaire ?

Inconcevable il y a 18 mois après une saison freshmen plein de promesses en 2018, et si le statut de titulaire de QB Zach Wilson (2382 yards à la passe, 11 TD, 9 INT et 3 TD au sol en 2019) était en danger ? Certes, le quarterback junior possède d’indéniables qualités de lanceur et son aptitude à gagner des yards au sol peut s’avérer précieuse mais son incapacité à rester loin de l’infirmerie et son inquiétante stagnation dans son développement pourraient ouvrir la voie à l’un des sophomores, QB Jaren Hall (420 yards à la passe, 1 TD) et QB Baylor Romney (747 yards à la passe, 7 TD, 2 INT), qui ont tous les deux porté leur équipe à la victoire l’an passé, respectivement contre Utah State et Boise State. À suivre.

QB Zach Wilson – Crédit photo : Eugene Tanner, AP

Le titulaire au poste de quarterback bénéficiera du retour surprise du senior TE Matt Bushman (47 réceptions, 688 yards, 4 TD) alors qu’on attendait son départ pour la NFL. Auteur de 125 réceptions pour un total de 1719 yards et 9 TD en carrière, il s’approche de plusieurs records de la fac et il sera assurément l’une des bouées de secours d’un jeu aérien des Cougars qui devra composer avec un groupe de receveurs inexpérimentés suite au départ de Aleva Hifo, Micah Simon et Talon Shumway. Les juniors WR Gunner Romney (31 réceptions, 377 yards, 2 TD), WR Dax Milne (21 réceptions, 285 yards, 2 TD) et WR Neil Pau’u (de retour de suspension) partent favoris mais la nouvelle garde de freshmen pourrait être sollicitée dès cette saison…

Les premiers pas du français Terence Fall ?

Récruté par les Cougars dès la période de signature anticipée du mois de décembre 2019, le français WR Terence Fall fera ses débuts sous le maillot des Cougars. La concurrence sera rude et comme tous les true freshmen au niveau national, il pourrait utiliser sa première saison pour s’acclimater à son nouvel environnement en utilisant son redshirt.

Toutefois, avec l’absence de titulaires indéboulonnables au poste de receveur, lui et l’ancien du lycée Mater Dei, WR Kody Epps, auront assurément une carte à jouer. Son physique imposant et ses mains sûres pourraient notamment représenter une arme redoutable dans la red zone adverse.

« Run DMC », sauveur du jeu au sol

En grande difficulté depuis le départ de Jamaal Williams fin 2016, le jeu de course des Cougars doit impérativement progresser en 2020 au risque de rendre l’attaque unidimensionnelle comme ce fût le cas l’an dernier (167.5 yards au sol, #78 du pays). Le junior RB Lopini Katoa (358 yards au sol, 4 TD) a montré de belles choses mais de manière inconstante. Du coup, la clé de l’attaque au sol de BYU pourrait être entre les mains de RB Devonta’e Henry-Cole. Ancien joueur de l’ennemi juré, Utah, ce dernier a choisi de terminer sa carrière NCAA au sud de Salt Lake City. Coureur surpuissant, il a réussi 4 TD avec les Utes dans un rôle de backup derrière Zach Moss.

La meilleure ligne offensive hors Power Five

La ligne offensive sera la grande force de l’attaque de Brigham Young. Tous les titulaires l’an passé sont de retour, à commencer par le candidat au trophée Outland, LT Brady Christensen, et le candidat pour le trophée Rimington, C James Empey. Deux joueurs qui ont joués ensemble un total de 26 matchs.

Les seniors LG Kieffer Longson et RG Tristen Hoge sont de retour et le sophomore RT Blake Freeland ferait déjà tourner les têtes de certains scouts NFL.

Matt Bushman – Crédit photo : Chris Gardner/Getty Images

Un défense expérimentée mais en quête de leadership

Handicapée par un nombre important de blessures, la défense des Cougars sera l’une des plus expérimentées à l’ouest du Mississippi. Cependant, le coordinateur défensif Ilaisa Tuiaki fera face à deux défis : relancer un pass rush déficient l’an dernier (#117 du pays) et trouver des successeurs aux leaders défensifs, le duo de safeties Fayan Ghanwoloku / Austin Lee.

Le retour de NT Khyiris Tongo (45 plaquages en 2019) va apporter beaucoup de stabilité au centre de la ligne défensive ce qui facilitera le travail des defensive ends, à priori DE Bracken El-Bakri (37 plaquages) et DT Lorenzo Fauatea (21 plaquages, 2 sacks).

On attend la contribution du senior OLB Isaiah Kaufusi (60 plaquages, 2 INT) sur le pass rush, tout comme celle du junior OLB Chaz Ah You (31 plaquages, 1 sack), deux joueurs dont le développement est plus long que prévu initialement.

Le backfield défensif verra le retour de blessure des seniors CB Chris Wilcox et S Zayne Anderson. Une excellente nouvelle pour un groupe de defensive backs expérimentés mais qui a parfois été trop perméables face aux gunslingers. Cole McDonald (ex-Hawaii) et Jacob Eason (ex-Washington) s’en souviennent.

Un calendrier démentiel

Si le début de saison 2019 avait semblé compliqué avec deux matchs contre Utah, Tennessee, USC et Washington (BYU s’en était sorti avec u bilan de 2-2), la saison 2020 va y ressembler énormément. En pire.

La traditionnelle Holy War contre Utah va donner le coup d’envoi lors d’un match chaud bouillant. La suite sera démoniaque. Michigan State, Arizona State, Minnesota sont au programme du mois de septembre. Après le Rivalry Game contre Utah State, les Cougars recevront un membre de la SEC (Missouri) et une équipe de Houston revancharde. Le mois de novembre sera marqué par des affrontements contre Boise State, San Diego State et… Stanford. Ouch !

DateAdversaire
3 septembreà Utah
12 septembreMichigan State
19 septembreà Arizona State
26 septembreà Minnesota
2 octobreUtah State
10 octobreMissouri
16 octobreHouston
24 octobreNorthern Illinois
6 novembreà Boise State
14 novembreSan Diego State
21 novembreNorth Alabama (FCS)
28 novembreà Stanford

Conclusion

Bien que des progrès substantiels sont attendus dans la production offensive et défensive, ils pourraient ne pas se matérialiser par des victoires tant le calendrier semble compliqué pour un programme de BYU qui a participé à un bowl à 14 reprises sur les 15 dernières années. Si les Cougars marqueront surement beaucoup de points, la défense saura-t-elle être à la hauteur ? La performance du secteur défensif pourrait faire la différence entre un bilan décevant de 5-7 et une une fiche de 7-5 qui serait considérée comme un vrai succès pour coach Sitake.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Potentiel
  • Coaching
3

Résumé

Points forts
– Profondeur au poste de quarterback.
– Ligne offensive solide.
– Défense expérimentée.

Points faibles
– Manque de profondeur au poste de running back.
– Inefficacité dans la red zone adverse.
– Manque de leadership en défense.

Prédiction : 6-6

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : Notre Dame Fighting Irish

Le retour de QB Ian Book derrière une ligne offensive expérimentée sera-t-il suffisant pour faire des Fighting Irish des prétendants aux playoffs ?

Publié

le

Crédit photo : Matt Cashore-USA TODAY Sports

Coup d’envoi de nos 50 previews en 50 jours, une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de tout savoir de la prochaine saison. On commence par les Fighting Irish de Notre dame de coach Brian Kelly qui tenteront de retrouver une place en playoffs après avoir gagné 33 matchs lors des 3 dernières saisons.

Notre Dame Fighting Irish

Indépendant

En 2019 : 11-2. Victoire 33-9 lors du Camping World Bowl face Iowa State.
Head Coach : Brian Kelly, 11ème année (92-37) – Résultats en carrière: 263-94-2.
Coordinateur offensif : Tommy Rees.
Coordinateur défensif : Clark Lea.
Titulaires de retour : 14, 7 en attaque, 5 en défense, punter, kicker.
Joueurs-clés partis : RB Tony Jones Jr, WR Chase Claypool, WR Chris Finke, TE Cole Kmet, DE Khalid Kareem, S Alohi Gilman.
Joueurs à suivre : QB Ian Book, WR Kevin Austin, WR Braden Lenzy, OL Liam Eichenberg, DE Ade Ogundeji, OLB Jeremiah Owusu-Koramoah, CB Shaun Crawford, S Kyle Hamilton.

Coach Brian Kelly est ambitieux. En 2019, les Fighting Irish ont atteint le plateau des 10 victoires pour la 3ème saison consécutive; du jamais vu à South Bend depuis l’époque glorieuse de Lou Holtz à la tête des Golden Domers (1988-93). Pourtant, le bilan de 33-6 depuis 2017 ne satisfait pas le coach de Notre Dame qui n’a pas hésité à se séparer de son coordinateur offensif, Chip Long, quelques heures seulement après le dernier match de saison régulière 2019.

Il y a deux saisons, la participation au College Football Playoff a donné des ailes à un programme qui a cependant fait un pas en arrière l’an passé, devant se contenter d’une invitation au Camping World Bowl remporté certes brillament, 33-9, face à Iowa State. Pour rester aux portes de l’élite, les Fighting Irish doivent rebondir dès 2020 avec un groupe de joueurs qui n’est peut-être pas le plus doué des dernières années mais probablement le plus soudé et le plus expérimenté depuis l’arrivée de Brian Kelly à South Bend.

Crédit photo : Matt Cashore-USA TODAY Sports

Pour la 3ème année d’affilée, l’attaque sera dirigée par un QB Ian Book protégé par une ligne offensive qui comptera sur le retour de ses 5 titulaires. Malgré le départ de plusieurs leaders sur la ligne défensive lors de la dernière draft NFL, quatre seniors sont de retour. Ces Fighting Irish ont grandi ensemble et se sont renforcés via le portail des transferts en ajoutant des joueurs d’expérience à certains postes fragilisés au cours de l’intersaison (receveur, cornerback, safety).

Un calendrier favorable à une participation aux playoffs (Wisconsin, Stanford, Clemson, USC au programme) met les Fighting Irish en position idéal pour être des concurrents crédibles à une place dans le dernier carré (en cas de victoires, bien sûr). Un impératif : éviter la fessée annuelle dans un big game, comme lors des trois dernières saisons (Miami 2017, Clemson 2018, Michigan 2019).

Un coaching staff remanié pour franchir un cap

La décision de renvoyer le coordinateur offensif Chip Long a pris par surprise le monde du College Football… sauf à South Bend. Certes, celui qui a été finaliste du trophée Broyles (meilleur coach assistant) en 2018 a réussi la transition de l’attaque des Fighting Irish vers un système spread et ses succès dans le recrutement sont inombrables mais l’incapacité des Golden Domers d’être dominants dans le jeu au sol et ses méthodes brutales en coulisses ont fini par convaincre Brian Kelly qu’il fallait du changement pour donner une chance à Notre Dame de redevenir un candidat sérieux aux playoffs.

Pour le remplacer, le head coach des Fighting Irish a promu l’ancien quarterback Tommy Rees avant le Camping World Bowl. Avec succès. Un choix encensé par les joueurs eux-mêmes qui apprécient leur relation plus organique avec le nouveau coordinateur offensif de 27 ans. Autour de Tommy Rees, Lance Taylor (coach des RB) et John McNulty (coach des TE) seront plus impliqués.

Malgré sa jeunesse, Tommy Rees a convaincu Brian Kelly qu’il a les compétences pour faire passer un cap à l’attaque. Ses objectifs : faire de Ian Book l’un des 5 meilleurs QBs du pays grâce à un coaching personnalisé et développer le jeu au sol qui a terminé en milieu de peloton en 2019 (179.2 yards/matchs, #45 National).

Tommy Rees – Crédit photo : South Bend Tribune-USA TODAY NETWORK

L’énigme Ian Book

QB Ian Book (3034 yards à la pase, 34 TD, 6 INT en 2019) a fait face à de nombreuses critiques après un début de saison 2019 râtée. Ses prestations inquiétantes contre Georgia, Virginia ou Michigan auraient pu l’envoyer sur le banc mais il a su parfaitement rebondir au mois de novembre menant son équipe à 6 victoires d’affilée avec un total de 19 TD à la passe. Du coup, l’ancien prospect 4-étoiles QB Phil Jurkovec a filé vers Boston College laissant les clés de l’attaque au quarterback senior.

Cependant, les succès de Notre Dame passeront par une plus grande constance de sa part, et ce, tout au long de l’année. QB Ian Book sera le premier quarterback titularisé pour la 3ème année consécutive depuis Jimmy Clausen en 2009. Cette expérience doit se concrétiser par des prises de décision éclairées dans les moments décisifs d’un match ce qui n’a pas toujours été le cas dans le passé.

À la recherche de playmakers offensifs

Le quarterback senior des Fighting Irish sera protégé par une ligne offensive qui verra le retour de 6 joueurs ayant été régulièrement titularisés ces dernières années. LT Liam Eichenberg et RT Robert Hainsey ont le potentiel de futur choix de 1er tour de draft NFL tandis que LG Aaron Banks et RG Tommy Kraemer seront de retour de blessure pour entourer l’un des meilleurs joueurs de centre du pays, C Jarrett Patterson.

Les incertitudes ne seront donc pas sur la ligne mais plutôt concernant les autres postes offensifs. Les Fighting Irish sont toujours à la recherche d’un running back #1 et l’escouade aérienne a perdu WR Chase Claypool, TE Cole Kmet et WR Chris Finke qui ont totalisé à eux trois 150 réceptions pour 2008 yards en 2019.

RB Jafar Armstrong (383 yards au sol, 7 TD en 2018) est de retour pour son année junior après avoir été écarté des terrains l’an dernier en raison d’une blessure à l’abdomen. En cas de défaillance de sa part, RB Jahmir Smith (180 yards au sol, 2 TD) ou RB C’Bo Flemister (162 yards au sol, 5 TD) devront prendre leurs responsabilités ou Tommy Rees pourrait sortir la carte RB Chris Tyree, le running back 4-étoiles vedette du dernier recrutement.

Jafar Armstrong – Crédit photo : Mike Miller/One Foot Down

Les places de titulaires seront également en jeu chez les receveurs. De retour de suspension, le redshirt sophomore WR Kevin Austin Jr semble le favori pour le poste de WR#1. Derrière lui, tout est ouvert. Les sophomores WR Braden Lenzy (11 réceptions, 254 yards, 2 TD) et WR Lawrence Keys III (13 réceptions, 134 yards) ainsi que les seniors WR Javon McKinley (11 réceptions, 268 yards, 4 TD) et WR Ben Skrowronek (ex-Northwestern) complètent un groupe qui a tout à prouver en 2020.

C’est aussi la grande énigme chez les tight-ends : qui du sophomore TE Tommy Tremble (16 réceptions, 183 yards, 4 TD) ou du senior TE Brock Wright va assurer la succession de Cole Kmet ? À moins que le prometteur true freshmen 5-étoiles TE Michael Mayer ne grille tout le monde pour prendre le pouvoir dès 2020.

Une défense sous-estimée : l’impact de Clark Lea

En seulement deux saisons, le coordinateur défensif Clark Lea est passé du statut de quasi-inconnu à celui de candidat sérieux pour un poste de head coach d’un programme FBS. Il faut dire que pour la 2ème année consécutive, les Fighting Irish ont terminé dans le Top 15 au niveau national avec une moyenne de 17.9 points accordés par match (#12 du pays) et avec la 3ème meilleure défense contre la passe au niveau national (168.5 yards).

Grâce à sa personnalité forte mais toujours à l’écoute de ses joueurs, il a su créér une identité à laquelle a adhéré l’ensemble du groupe de défenseurs. Le résultat est une défense athlétique et opportuniste (2.15 turnovers provoqués par match en 2019, #2 du pays).

La grande force du cordinateur défensif de Notre Dame est sa capacité à optimiser le potentiel de son groupe. Ainsi, les joueurs passent mais la production défensive reste identique.

Toutefois, Clark Lea aura le défi de trouver des leaders sur la ligne de scrimmage après les départs de DE Khalid Kareem et DE Julian Okwara pour la NFL durant l’intersaison. Les seniors DE Ade Ogundeji (26 plaquages, 4.5 sacks en 2019) et DE Daelin Hayes partent favoris pour débuter la saison mais leurs pépins physiques récurrents pourraient mettre une certaine pression sur un poste en manque d’expérience. À l’intérieur de la ligne, le senior NT Kurt Hinish (15 plaquages, 2 sacks) et le junior DT Myron Tagovailoa-Amosa (23 plaquages) sont de retour dans une rotation composée du junior DT Jayson Ademilola (25 plaquages, 4 pour perte) et du sophomore DT Jacob Lacey (14 plaquages). Du solide mais pas de game changer.

Il y a tout juste un an, l’incertitude règnait sur le second rideau défensif mais la magie de Clark Lea a transformé le duo de juniors OLB Jeremiah Owusu-Koramoah (80 plaquages, 13.5 pour perte dont 5.5 sacks) / ILB Drew White (80 plaquages, 2 sacks) en l’une des forces de l’équipe. OLB Jack Lamb, OLB Paul Moala et le suédois OLB Jordan Genmark-Heath seront en concurrence pour le 3ème poste de titulaire dans une défense qui privilégira les formations 4-3.

Kyle Hamilton – Crédit photo : Joe Robbins, Getty Images

L’éclosion attendue de Kyle Hamilton

La perspective de perdre les deux safeties titulaires des deux dernières saisons, S Alohi Gilman et S Jalen Elliott, aurait dû inquiéter le coordinateur défensif de Notre Dame mais la reconstruction de ce secteur crucial devrait être accélérée par l’éclosion attendue du sophomore FS Kyle Hamilton (41 plaquages, 4 INT, 1 TD). Cantonné au rôle de backup lors de son année freshman, il a brillé à chaque fois qu’il est entré sur le terrain terminant même #1 de l’équipe en terme d’interception. À ses côtés, on devrait retrouver le junior SS Houston Griffith ou le junior SS Isaiah Pryor, arrivé au cours du printemps d’Ohio State via un transfert.

Au poste de cornerback, Tony Pride Jr laissera sa place de shutdown corner à l’éternel CB Shaun Crawford (28 plaquages, 1 INT) qui jouera une dernière saison, sa 6ème (!), sous le maillot des Fighting Irish. Le junior CB TaRiq Bracy (34 plaquages) n’ayant pas forcément convaincu l’an dernier, Brian Kelly est allé chercher le senior CB Nick McCloud qui a été titularisé à 19 reprises à North Carolina State tout en étant capitaine du Wolfpack.

Un calendrier taillé sur mesure pour les playoffs

Comme souvent, Notre Dame ne se protège pas lors de composer son calendrier annuel. L’année 2020 ne déroge pas à la règle. Après un Rivalry Game pour commencer la saison (Navy), les Fighting Irish navigueront entre adversaires de l’ACC, puissance de la Big Ten, rivaux historiques jusqu’au Jeweled Shillelagh face à USC.

Le mois de septembre (Navy, Arkansas, Western Michigan, Wake Forest) ne devrait être qu’un mois de préparation avant le premier choc face à Wisconsin joué dans le myhtique Lambeau Field de Green Bay. Une victoire dans ce match et les Fighting Irish pourraient bien recevoir Clemson, le 7 novembre, sans la moindre défaite au compteur. Ce duel au sommet serait alors le rendez-vous à ne pas manquer pour un programme de Notre Dame, qui s’est tellement pris les pieds dans le tapis ces dernières années lors de ces big games. Un succès à domicile face au quintuple champion de conférence ACC et la voie pour les playoffs serait ouverte… à moins que QB Kedon Slovis et les Trojans ne viennent crucifier Brian Kelly et les Fighting Irish, encore une fois.

DateAdversaire
5/6 septembreà Navy
12 septembreArkansas
19 septembreWestern Michigan
26 septembreWake Forest (à Charlotte)
3 octobreWisconsin (à Green Bay)
10 octobreStanford
17 octobreà Pitt
31 octobreDuke
7 novembreClemson
14 novembreà Georgia Tech
21 novembreLouisville
28 novembreà USC

Conclusion

Brian Kelly semble avoir fait du plateau des 10 victoires la norme pour ses Fighting Irish. Tout autre résultat en 2020 serait donc considéré comme un échec. La quasi-totalité du groupe de cette saison vit ensemble depuis 3-4 ans ce qui avantagera Notre Dame en ces temps de pandémie qui vient chambouler la préparation de toutes les équipes. Le senior QB Ian Book tient entre ces mains la clé des succès de Golden Domers en 2020. S’il parvient à poursuivre sur son élan de la fin de saison dernière, Notre Dame pourrait être en course dans la dernière ligne droite vers les playoffs. Encore faudrait-il gagner ce big game que les Fighting Irish ne savent plus remporter depuis une éternité.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Potentiel
  • Coaching
4.1

Résumé

Forces
– Un quarterback expérimenté.
– L’une des meilleures lignes offensives du pays.
– Un groupe soudé en défense.

Faiblesses
– Incertitude au poste de running back.
– Des receveurs inexpérimentés.
– Pass rush en reconstruction.

Prédiction : 10-2.

Lire la suite

Preview

L’équipe TBP All-America de pré-saison 2020

Publié

le

Crédit photo : Richard Shiro, AP

La saison 2020 aura peut-être bien lieu après tout et il est temps de célébrer la crème de la crème de la prochaine campagne à l’occasion de la publication de notre équipe All-America de pré-saison.

La conférence SEC est déjà à l’honneur avec 10 joueurs sélectionnés dans la 1ère équipe devant la conférence ACC (6) et la Big Ten (3). Alabama est l’équipe la plus représentée avec 5 joueurs nommés.

Découvrez, avec nous, les futures stars de la saison tout poste confondu :

Attaque

QB Trevor Lawrence, Jr, Clemson

25-1. C’est son bilan victoire-défaite depuis sa première titularisation à Clemson. Après un début de saison dernière décevant (8 INTs en 7 matchs), il a remis les pendules à l’heure avec aucune interception au cours de ses 8 derniers matchs terminant la campagne 2019 avec 3665 yards et 47 TD. L’an dernier, on a aussi découvert sa mobilité (107 yards au sol contre Ohio State lors du Fiesta Bowl en demi-finale nationale) faisant de lui le quarterback le plus dangereux du pays. #1 de la draft NFL en 2021.

Embed from Getty Images

RB Travis Etienne, Sr, Clemson

Promis au 1er tour de draft NFL en 2020, il a pris tout le monde par surprise en annonçant son retour à Clemson pour sa saison senior. Il a réussi plus de 1500 yards au sol en 2018 et 2019, et il débutera la prochaine saison en tant que meilleur coureur en activité au niveau FBS (4038 yards). Recordman du nombre de TD au sol de la conférence ACC avec 56 TD dont 23 l’an dernier.

Embed from Getty Images

RB Najee Harris, Jr, Alabama

Limité au rôle de backup lors de ses deux premières saisons universitaires, il a pris son envol l’an dernier totalisant 1224 yards au sol pour 13 TD et 27 réceptions pour 304 yards. Ses 7 TD sur réception en font le meilleur running back du pays dans ce domaine. Protégé par une solide ligne offensive d’Alabama, il sera assurément un sérieux candidat pour le trophée Heisman 2020.

Embed from Getty Images

WR Ja’Marr Chase, Jr, LSU

Détenteur du Biletnikoff Award qui récompense le meilleur receveur de la saison, il sera encore la principale arme offensive de l’attaque des champions nationaux en titre. En 2019 : 84 réceptions (dont 9 de plus de 50 yards !), 1780 yards et 20 TD (meilleure performance au niveau national depuis Corey Coleman en 2015). Déjà considéré comme un probable Top 10 de la prochaine draft NFL.

Embed from Getty Images

WR DeVonta Smith, Sr, Alabama

Meilleur receveur du Crimson Tide l’an dernier avec un total de 1256 yards pour 14 TD, il n’était devancé que par WR Jerry Jeudy pour le nombre de réceptions (68 contre 77 pour le pick #15 de la dernière draft NFL). 17.9 yards par réception en carrière.

Embed from Getty Images

TE Kyle Pitts, Jr, Florida

Joueur ultra-athlétique et aux mains sûres, il est quasi-incontrôlable dans la zone des buts adverse. Meilleur receveur des Gators de Florida la saison dernière avec un total de 54 réceptions, 649 yards et 5 TD ce qui lui a valu une sélection dans l’équipe All-SEC.

Embed from Getty Images

OT Penei Sewell, Jr, Oregon

Vainqueur du trophée Outland 2019, nommé meilleur joueur offensif de la conférence Pac-12 l’an passé et sélectionné dans l’équipe All-American à l’unanimité, il a été l’un des éléments moteurs de la resurrection du jeu offensif des Ducks lors des deux dernières saisons n’accordant qu’un seul sack en… 1376 snaps. Monstrueux ! Un gabarit gigantesque pour un avenir qui passera par le top 15 de la draft NFL au printemps 2021.

Embed from Getty Images

OT Alex Leatherwood, Sr, Alabama

Leader de la ligne offensive du Crimson Tide en 2020, il a montré l’exemple grâce à une polyvalence à toute épreuve. Il a d’abord débuté sa carrière à Alabama comme guard avant d’être titularisé à 13 reprises comme tackle gauche la saison dernière. 28 titularisations en deux saisons complètes avec le programme de Tuscaloosa.

Embed from Getty Images

OG Wyatt Davis, Jr, Ohio State

Il ne lui aura fallu qu’une seule saison comme titulaire à l’intérieur de la ligne offensive des Buckeyes pour devenir l’une des références au niveau national. Excellent sur la pass protection, il sera un joueur essentiel pour Ohio State dans la course au titre national. Aucun sack accordé l’an passé.

Embed from Getty Images

OG Trey Smith, Sr, Tennessee

De graves problèmes de santé ont ralenti son développement avant son éclosion en 2019. Symbole du renouveau des Volunteers au cours de la saison dernière, il a conclu son année junior avec une sélection dans la 1ère équipe All-SEC.

Embed from Getty Images

C Creed Humphrey, Jr, Oklahoma

Attention, sensation ! L’automne dernier, il était le seul revenant de la fantastique ligne offensive 2018 des Sooners. Son leadership et sa combativité en ont fait le leader d’une escouade qui est restée l’une des meilleures de la conférence Big 12. Il sera encore cette année l’un des favoris pour l’obtention du Rimington Trophy.

Embed from Getty Images

Défense

DE Gregory Rousseau, So, Miami

Il a déboulé dans l’ACC comme un ouragan réussissant 19.5 plaquages pour perte et 15.5 sacks dès sa saison freshman, une ligne de statistiques qui lui sera difficile d’égaler en 2020. Ses matchs à 4 sacks et 3 sacks respectivement contre Florida State et Pitt sont encore dans toutes les mémoires. Le duo qu’il va former avec DE Quincy Roche (voir ci-dessous) s’annonce sensationnel.

Embed from Getty Images

DE Kayvon Thibodeaux, So, Oregon

Le jeune californien est monté en puissance tout au long de la saison dernière après un recrutement ultra-médiatique qui lui avait mis une énorne pression sur les épaules. Sa grande force ? Être décisif dans les moments importants comme le démontrent ses 7 sacks réussis l’an passé en 4ème quart-temps (#1 FBS). Un vrai game changer.

Embed from Getty Images

DT Marvin Wilson, Sr, Florida State

Il aurait pu faire le saut dans la NFL dès cette année mais il a préféré revenir à Florida State pour sa saison senior au grand bonheur du nouveau coach des Seminoles, Mike Norvell. Ralenti par les blessures en 2019, il a quand même été sélectionné dans la 1ère équipe All-ACC. 44 plaquages, 8.5 pour perte et 5 sacks l’an dernier.

Embed from Getty Images

DT Jaylen Twyman, Jr, Pitt

Déjà comparé à l’ancien Panther Aaron Donald, il s’est affirmé comme l’élément le plus constant d’une défense de Pitt qui a limité ses adversaires à 22.5 points par match en 2019. 41 plaquages, 12 pour perte et 10.5 sacks la saison dernière.

Embed from Getty Images

LB Micah Parsons, Jr, Penn State

Prospect vedette du recrutement 2018, il n’a pas perdu de temps pour devenir le leader défensif des Nittany Lions dès sa saison freshman avant d’exploser complètement l’an dernier permettant à Penn State de devenir l’une des puissances défensives de la conférence Big Ten (16.0 points par match, #8 National). Son impact est tel que certains en font un candidat crédible pour le… trophée Heisman ! 109 plaquages, 14 pour perte dont 5 sacks et 4 fumbles forcés en 2020.

Embed from Getty Images

LB Dylan Moses, Sr, Alabama

Considéré comme l’un des meilleurs défenseurs du pays dès aout 2019, il a énormément manqué au Crimson Tide après avoir subi une blessure du genou au cours d’un entrainement peu avant le coup d’envoi de la dernière saison. Il sera de retour en 2020 pour apporter son expérience et toute la stabilité dont a besoin le second rideau défensif d’Alabama. 116 plaquages, 15.5 pour perte dont 5 sacks et 1 INT depuis son arrivée à Tuscaloosa (Alabama).

Embed from Getty Images

LB Nick Bolton, Jr, Missouri

En 2019, la perte du leader défensif LB Cale Garrett aurait pu faire sombrer la défense des Tigers mais LB Nick Bolton a su prendre ses responsabilités jusqu’à devenir l’un des linebackers les plus polyvalents de la meilleure conférence du pays. 107 plaquages (7.5 pour perte), 2 interceptions et 8 passes défendues l’an dernier.

Embed from Getty Images

CB Patrick Surtain II, Jr, Alabama

Rouage essentiel de la défense aérienne du Crimson Tide depuis qu’il a mis le pied sur le campus de Tuscaloosa (Alabama), Patrick Surtain II a été titularisé à 25 reprises lors de ses deux premières saisons sous le maillot d’Alabama accumulant 42 plaquages et 2 interceptions après une année freshman explosive. Probablement le cornerback le plus complet du pays.

Embed from Getty Images

CB Shaun Wade, Jr, Ohio State

Sa décision de rester à Ohio State pour une année supplémentaire a représenté un boost énorme pour la défense des Buckeyes qui a déjà perdu Jeff Okudah, Damon Arnette et Jordan Fuller lors de la draft NFL. En 13 matchs joués l’an passé, il a défendu 8 passes et réussi 1 interception. Préparez-vous à son éclosion en 2020.

Embed from Getty Images

S Richard LeCounte, Sr, Georgia

Il va prendre le leadership du backfield défensif des Dawgs maintenant que JR Reed est parti. Son gros volume de jeu sera précieux pour une équipe de Georgia qui visera encore une fois une place en College Football Playoff. 61 plaquages, 4 interceptions, 2 fumbles forcés et 7 passes défendues en 2019.

Embed from Getty Images

S Andre Cisco, Jr, Syracuse

Il possède une lecture et un sens du jeu exceptionnels comme le démontrent ses 12 interceptions réussies lors de ces deux premières saisons sous le maillot de Syracuse.

Embed from Getty Images

2ème équipe

ATTAQUEDEFENSE
QBJustin Fields, Ohio StateDEQuincy Roche, Miami
RBChubb Hubbard, Oklahoma StateDEHamilcar Rashed, Oklahoma State
RBJaret Patterson, BuffaloDTChristian Barmore, Alabama
WRTylan Wallace, Oklahoma StateDTTyler Davis, Clemson
WRRondale Moore, PurdueLBCameron McGrone, Michigan
TEPat Feiermuth, Penn StateLBKuony Deng, California
OTTyler Vrabel, Boston CollegeLBTerrel Bernard, Baylor
OTCole Van Lanen, WisconsinCBDerek Stingley, LSU
OGDeonte Brown, AlabamaCBPaulson Adebo, Stanford
OGTommy Kraemer, Notre DameSParis Ford, Pitt
CJosh Myers, Ohio StateSKyle Hamilton, Notre Dame
Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Previewil y a 4 heures

Cinq coachs sur le « hot seat » en 2020

Découvrez les cinq coachs les plus menacés à l'aube de la prochaine saison de College Football.

Previewil y a 6 jours

Preview 2020 : Brigham Young Cougars

Après une saison 2019 décevante, QB Zach Wilson et les Cougars sauront-ils rebondir malgré un calendrier absoluement infernal ?

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Notre Dame Fighting Irish

Le retour de QB Ian Book derrière une ligne offensive expérimentée sera-t-il suffisant pour faire des Fighting Irish des prétendants...

Previewil y a 1 semaine

L’équipe TBP All-America de pré-saison 2020

La saison 2020 aura peut-être bien lieu après tout et il est temps de célébrer la crème de la crème...

Previewil y a 1 semaine

Top 25 des meilleurs defensive backs en 2020

Le cornerback junior du Crimson Tide d'Alabama, Patrick Surtain II, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs defensive...

Previewil y a 2 semaines

Top 25 des meilleurs linebackers en 2020

Le joueur junior des Nittany Lions de Penn State, Micah Parsons, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs...

Previewil y a 2 semaines

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne défensive en 2020

Le defensive end sophomore des Hurricanes, Gregory Rousseau, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne...

Previewil y a 3 semaines

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne offensive en 2020

Le joueur senior des Ducks d'Oregon, Penei Sewell, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne...

Previewil y a 4 semaines

Top 25 des meilleurs receveurs en 2020

Le joueur junior des Tigers de LSU, Ja'Marr Chase, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs receveurs à...

Previewil y a 4 semaines

Top 25 des meilleurs running backs en 2020

Le running back des Tigers de Clemson, Travis Etienne, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs coureurs à...

Articles les plus lus