Suivez-nous

Preview

Preview 2017 : conférence Big 12

Double-champions de conférence Big 12 en titre, les Sooners d’Oklahoma et leur nouveau coach Lincoln Riley tenteront de faire la passe de trois en écartant de leur chemin Oklahoma State, Kansas State et Texas.

Credit photo : Ronald Martinez/Getty Images

Publié

le

L’expansion n’est plus à l’ordre du jour mais la conférence Big 12 vivra une petite révolution en 2017 avec le retour d’un Big 12 Championship Game. L’objectif est clair : renforcer les chances du champion de conférence de participer au College Football Playoff.

Avec neuf matchs de conférence pour chaque équipe, la Big 12 est donc garantie d’avoir un rematch lors de la finale organisée au AT&T Stadium d’Arlington.

Prédictions 2017 dans la conférence Big 12

Champion 2017 : Oklahoma.
MVP : QB Baker Mayfield, Oklahoma.
Meilleur joueur offensif : QB Mason Rudolph, Oklahoma State.
Meilleur joueur défensif : LB Malik Jefferson, Texas.
Freshman de l’année : RB Trey Sermon, Oklahoma.
Prospects NFL à suivre : QB Mason Rudolph (Oklahoma State), WR James Washington (Oklahoma State), WR Marcell Ateman (Oklahoma State), OT Orlando Brown (Oklahoma), OT Connor Williams (Texas), LB Malik Jefferson (Texas), Ogbonnia Okoronkwo (Oklahoma), CB Jordan Thomas (Oklahoma), S Kyzir White (West Virginia), KR KaVontae Turpin (Texas Christian).

Du 20 juillet au 23 juillet 2017, The Blue Pennant vous a proposé les présentations des principaux programmes de la conférence Big 12 :
Kansas State Wildcats.
Oklahoma Sooners.
Oklahoma State Cowboys.
Texas Longhorns.

Tour d’horizon dans la conférence Big 12

Qui peut menacer la suprématie d’Oklahoma ?

Après 17 saisons de pure domination (10 titres de champion de conférence), les Sooners ont tourné la page de l’ère Bob Stoops au profit de l’un des coachs les plus doués de sa génération, leur ex-coordinateur offensif Lincoln Riley. Double-champion de conférence Big 12 en titre, Oklahoma et son explosif quarterback, QB Baker Mayfield, semblent encore les grands favoris pour réussir un three-peat.

Embed from Getty Images

Toutefois, les plus fervents adversaires des Sooners seront leurs rivaux de l’État d’Oklahoma : les Cowboys d’Oklahoma State dont les trois stars offensives (QB Mason Rudolph, RB Justice Hill, WR James Washington) seront de retour en 2017 et ne sont pas sans rappeler la formidable équipe de 2011 (#3 du pays). Aucun autre coach de la conférence n’a actuellement le swag de Mike Gundy. Du mug « Big Daddy » en conférence de presse à la médiatisation contrôlée de son mullet, tout y est passé durant l’intersaison. Est-ce l’année des Cowboys ? La question est d’autant plus légitime qu’ils accueilleront les Sooners à Stillwater au mois de novembre.

On ne peut pas négliger les talentueux Longhorns de Texas désormais dirigés par Tom Herman (ex-Houston) et qui espèrent surprendre tout le monde dès 2017. West Virginia pourrait également construire sur une excellente saison 2016 (10-3) en injectant du sang neuf avec notamment l’arrivée de QB Will Grier via un transfert des Gators de Florida.

Comme toujours, aucun match face à Kansas State ne sera aisé. Le légendaire Bill Snyder connait trop bien la chanson et possède en QB Jesse Ertz l’un des quarterbacks les plus sous-estimés du pays. Co-champions en 2014, Baylor et Texas Christian ont également quelques arguments à faire valoir.

Finalement, le commissionnaire Bob Bowlsby n’a-t-il pas raison lorsqu’il déclare :

« La conférence Big est la plus équilibrée du pays » – Bob Bowlsby, commissionnaire de la conférence Big 12.

Quelque soit l’équipe qui se lancera à l’assaut des Sooners, il le fera sous la bannière commune « Beat Oklahoma » afin d’éviter un 3ème titre d’affilée du programme de Norman (Oklahoma).

Tom Herman peut-il déjà faire de Texas un programme de nouveau redouté ?

La descente aux enfers des Longhorns en 2016 a connu son apothéose avec l’invraisemblable défaite 24-21 en OT à Kansas. Exit coach Charlie Strong remplacé par le volubile Tom Herman (ex-Houston) dont la mission sera ni plus ni moins de redorer, en mode accéléré, le blason d’un programme historique du College Football.

Embed from Getty Images

Son premier défi sera de mettre en place un changement d’identité et de culture. Dès son arrivée, il a mis l’accent sur le travail avant tout. Puis, il a obtenu que les installations du programme de football du campus d’Austin (Texas) soient rénovées. « Look good, feel good, play good ». Objectif : l’investissement de l’université doit être à la hauteur des exigences de résultats envers les étudiants-athlètes.

Mais le challenge le plus important sera sur le terrain. La Burnt Orange Nation exige des victoires. Maintenant. Le sophomore QB Shane Buechele a un an d’expérience et il pourrait être l’un des grands bénéficiaires de l’arrivée de Tom Herman. Car l’attaque a semblé perdu l’an dernier lorsque le ballon n’allait pas dans les mains de RB D’Onta Foreman. Cela pourrait prendre plus d’une saison avant que les Longhorns redeviennent de vraies menaces pour les ténors de la Big 12 mais rien de moins qu’une participation à un bowl ne sera tolérée.

QB Mason Rudolph est-il le meilleur passeur du pays ?

Seulement 7 quarterbacks ont réussi plus de yards que QB Mason Rudolph l’an dernier et seulement trois seront de retour en 2017 (Luke Falk, Mike White, Logan Woodside). La voie du titre de meilleur passeur lui semble plus que jamais ouverte.

Les options offertes à lui ne manqueront pas puisque les deux meilleurs receveurs des Cowboys, WR James Washington et WR Jalen McCleskey, seront fidèles au poste pour montrer l’exemple au true freshman 4 étoiles, WR Tyler Wallace.

Embed from Getty Images

Si coach Mike Gundy reste toujours aussi agressif offensivement, QB Mason Rudolph pourrait ne pas se contenter du titre de meilleur passeur du pays mais être une menace très sérieuse pour son voisin d’Oklahoma, QB Baker Mayfield, dans la course à l’obtention du trophée Heisman.

Comment débutera l’ère Matt Ruhle à Baylor ?

S’il y a bien un programme qui a un besoin impératif d’une excellente saison de son nouveau coach, c’est assurément Baylor. Sous les ordres de l’intérimaire Jim Grobe, les Bears ont débuté leur campagne 2016 avec 6 victoires d’affilée avant de s’effondrer par la suite (6 défaites en 7 matchs). Le contre-choc – attendu – du scandale d’agressions sexuelles qui a frappé le programme de Waco (Texas) s’est durement fait ressentir.

Aucun des succès que le nouveau des Bears, Matt Ruhle (ex-Temple), remportera en 2017 n’effacera ce qui s’est passé du temps d’Art Briles. L’ancien coach des Owls de Temple le sait. Mais il sait aussi qu’il a l’opportunité d’écrire un nouveau chapitre – plus glorieux celui-là – du programme de Baylor. Avec plusieurs playmakers à sa disposition (QB Zach Smith, QB Anu Solomon, RB Terance Williams, WR Chris Platt) prêts à entrer dans le moule, coach Ruhle pourrait faire des Bears l’une des équipes surprises de cette saison 2017.

Les Jayhawks de Kansas peuvent-ils gagner un match en 2017 ?
La question peut sembler provocante mais la tendance n’est pas en faveur d’un programme de Kansas à la dérive depuis près d’une décennie. Si ce n’avait pas été d’une victoire complètement folle remportée face à Texas en novembre dernier (la première face aux Longhorns depuis 1938 !), les Jayhawks auraient perdu leurs 20 derniers matchs de conférence Big 12. Depuis 2014, Kansas n’a attiré qu’un seul prospect 4 étoiles… le calvaire pourrait durer et durer encore.

Embed from Getty Images

Hormis un match d’ouverture à domicile face à SE Missouri State (FCS), les Jayhawks ne seront pas favoris dans tous leurs autres matchs prévus en 2017. Et pourtant, coach David Beatty a vu son salaire doubler (de 800 000 $ à 1.7 millions de $) pour avoir conclu une saison avec un bilan de 2-10…

Le match de l’année

Oklahoma @ Oklahoma State
4 novembre 2017
La 112ème édition du Bedlam Game pourrait bien être un avant-goût du Big 12 Championship Game qui se tiendra un mois plus tard. Bonne idée de la part de la conférence d’avoir avancé cet affrontement généralement organisé au début du mois de décembre. On saura lors de cette rencontre au sommet si QB Mason Rudolph et WR James Washington ont bien fait de faire leur retour chez les Cowboys pour leur année senior. Ils ont tous les deux déclaré qu’ils voulaient un titre de champion de Big 12 avant de tenter leur chance chez les pros. Pour les Sooners, l’objectif est clair : poursuivre leur large domination historique face à Oklahoma State (86-18-7) en remportant une 3ème victoire consécutive face aux Pokes. Le vaincu sera probablement écarté de la course aux playoffs.

Calendrier complet de la conférence Big 12

Nos prédictions

1. Oklahoma Sooners

En 2016 : 11-2, 9-0 Big 12. Champion de conférence.
Prédiction : 11-2, 8-1 Big 12. Champion de conférence.
Match décisif : @ Oklahoma State, 4 novembre.
Joueurs-clés partis : RB Samaje Perine, RB Joe Mixon, WR Dede Westbrook, LB Jordan Evans, S Ahmad Thomas.
Joueurs à suivre : QB Baker Mayfield, RB Abdul Adams, OT Orlando Brown, TE Mark Andrews, LB Ogbonnia Orkoronkwo, LB Caleb Kelly, CB Jordan Thomas, SS Steven Parker.
Future star : LB Jon-Michael Terry.

Embed from Getty Images

Le monde du College Football a été renversé lorsque le légendaire coach des Sooners, Bob Stoops, a annoncé sa retraite en plein mois de juin. Du coup, c’est le prometteur coordinateur offensif Lincoln Riley qui a pris les rênes du programme de Norman (Oklahoma). Malgré les départs de RB Joe Mixon, RB Samaje Perine et WR Dede Westbrook, l’attaque d’Oklahoma devrait rester explosive en raison du retour du candidat au trophée Heisman, QB Baker Mayfield, pour sa saison senior. La ligne offensive est solide comme jamais (Hello, LT Orlando Brown !) et plusieurs playmakers offensifs (RB Abdul Adams, WR Jeffery Mead, TE Mark Andrews) ont su attendre leur tour. Comme la plupart des équipes de la conférence Big 12, les interrogations sont plus nombreuses en défense. Les Sooners vont passer à un système défensif 4-3 afin de mettre davantage de pression sur les quarterbacks adverses : il y aura forcément un temps d’adaptation au sein d’une défense qui a perdu un leader en LB Jordan Evans. Avec des déplacements cruciaux à Ohio State, Kansas State et Oklahoma State, la route du College Football Playoff 2017 sera semée d’embûches.

2. Oklahoma State Cowboys

En 2016 : 10-3, 7-1 Big 12.
Prédiction : 10-3, 7-1 Big 12.
Match décisif : Oklahoma, 4 novembre.
Joueurs-clés partis : TE Blake Jarwin, OT Victor Salako, DT Vincent Taylor, S Jordan Sterns, PK Ben Grogan.
Joueurs à suivre : QB Mason Rudolph, RB Justice Hill, WR James Washington, WR Jalen McCleskey, WR Marcell Ateman, LB Chad Whitener, S Tre Flowers.
Future star : WR Tyler Johnson.

Embed from Getty Images

Pour beaucoup d’observateurs, Oklahoma State pourrait bien être la sensation de cet automne… au niveau national. Il faut dire que les ressemblances avec la génération 2011 des Cowboys (QB Brandon Weeden, RB Joseph Randle et WR Justin Blackmon), qui avait terminé #3 du pays, sont saisissantes. En 2017, la troupe de coach Gundy peut encore compter sur le meilleur QB-RB-WR du pays suite aux retours inattendus de QB Mason Rudolph et WR James Washington associés à l’éclosion de RB Justice Hill. De plus, c’est un programme qui bénéficie d’un certain élan né des 8 victoires remportées lors de ses 9 derniers matchs de 2016 et d’une démonstration réussie face à Colorado (38-8) lors du dernier Alamo Bowl. La grande incertitude se situe encore en défense (446.3 yards accordés en moyenne par match en 2016, #92 du pays); les pertes de DT Vincent Taylor et S Jordan Sterns n’arrangeant pas la situation. Tout pourrait finalement se jouer entre le 21 octobre et le 4 novembre alors que les Cowboys se déplaceront à Texas et à West Virginia avant le Bedlam Game face à Oklahoma au Boone Pickens Stadium de Stillwater (Oklahoma).

3. Texas Longhorns

En 2016 : 5-7, 3-6 Big 12.
Prédiction : 8-4, 6-3 Big 12.
Match décisif : Oklahoma State, 21 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Tyrone Swoopes, RB D’onta Foreman, OG Kent Perkins, DT Paul Boyette, S Dylan Haines.
Joueurs à suivre : QB Shane Buechele, WR Devin Duvernay, LT Connor Williams, DE Malcolm Roach, LB Malik Jefferson, LB Breckyn Hager.
Future star : S Brandon Jones.

Embed from Getty Images

Après 3 saisons négatives consécutives, les Longhorns n’avaient plus le choix : coach Charlie Strong a été renvoyé et remplacé immédiatement par le coach le plus convoité du moment : un ancien de la maison, Tom Herman (ex-Houston). Ce dernier bénéficiera de deux promotions de recrues successives classées dans le Top 10 et pas moins de 37 joueurs sur les 44 meilleurs du depth chart sont de retour en 2017 ! L’an passé, les Longhorns ont également dominé leurs adversaires de la conférence Big 12 par une moyenne 19.3 yards par match… tout en perdant 5 matchs par un écart de 7 points ou moins. Avec une année d’expérience supplémentaire et une nouvelle dynamique, ce groupe talentueux pourrait tout renverser sur son passage. Certes, le départ de RB D’Onta Foreman fera mal à l’attaque mais l’éclosion annoncé du sophomore QB Shane Buechele et le retour de blessure de RB Chris Warren III devraient permettre à l’attaque spread de Texas de rester dangereux (491.3 yards en moyenne par match, #16 du pays). L’arrivée du coordinateur défensif Todd Orlando a pour but de faire atteindre le plein potentiel d’une défense prometteuse mais très décevante la saison dernière (448.3 yards accordés par match, #94 du pays). Le déplacement du 16 septembre à USC nous en dira un peu plus sur le réel potentiel des Longhorns en 2017.

4. Kansas State Wildcats

En 2016 : 9-4, 6-3 Big 12.
Prédiction : 8-4, 5-4 Big 12.
Match décisif : Oklahoma, 21 octobre.
Joueurs-clés partis : OL Terrale Johnson, DE Jordan Willis, LB Elijah Lee, LB Charmeachealle Moore, DB Dante Barnett.
Joueurs à suivre : QB Jesse Ertz, RB Alex Barnes, WR Byron Pringle, OL Dalton Risner, DB D.J. Reed.
Future star : WR Carlos Strickland.

Embed from Getty Images

Les Wildcats du légendaire head coach Bill Snyder seront assurément en course pour le titre de conférence Big 12. Les 4 défaites de Kansas State en 2016 l’ont été contre des programmes classés au Top 25 et deux d’entre-elles le furent par moins de 7 points. Le senior QB Jesse Ertz est le catalyseur d’une solide attaque aérienne qui évoluera protégée par une robuste ligne offensive. Cette attaque pourrait être amenée à faire la différence car la défense pourrait souffrir de la perte de 5 joueurs-clés dont le leader DB Dante Barnett. Les deux déplacements à Texas et Oklahoma State seront des tests grandeur nature pour déterminer quelles seront les possibilités des Wildcats en 2017.

5. Texas Christian Horned Frogs

En 2016 : 6-7, 4-5 Big 12.
Prédiction : 7-5, 5-4 Big 12.
Match décisif : Baylor, 24 novembre.
Joueurs-clés partis : OT Aviante Collins, DE Josh Carraway, DE James McFarland, DT Aaron Curry, S Denzel Johnson.
Joueurs à suivre : QB Kenny Hill, RB Kyle Hicks, C Austin Schlottmann, LB Travin Howard, S Niko Small.
Future star : DL Ross Blacklock.

Embed from Getty Images

Texas Christian fût l’une des plus importantes déceptions de la saison 2016 : avec un bilan de 6-7, les Horned Frogs ont connu l’une des trois seules saisons négatives des 16 années du règne de coach Gary Patterson. La régression a été particulièrement violente dans le secteur offensif (de 42.1 de moyenne en 2015 à 31.0 l’an passé, #8 de la Big 12). Désormais seul aux commandes de l’attaque Air Raid de TCU suite au départ de Doug Meacham à Kansas, le coordinateur offensif Sonny Cumbie misera sur le retour de 9 titulaires en attaque. Mais sans des performances plus constantes du senior QB Kenny Hill (13 INT en 2016), les Horned Frogs pourraient encore connaître plusieurs désillusions comme les 5 défaites subies à domicile l’an dernier. Défensivement, il faudra remplacer le leadership du duo de pass rushers, DE Josh Carraway / DE James McFarland mais la présence du meilleur plaqueur de la conférence Big 12, LB Travin Howard, apportera une certaine stabilité sur le second rideau. Objectif non-avoué des Horned Frogs en 2017 : la plateau des 8 victoires et un ou deux succès surprise face à l’un des ténors de la conférence (Oklahoma, Oklahoma State, Texas).

6. West Virginia Mountaineers

En 2016 : 10-3, 7-2 Big 12.
Prédiction : 7-5, 5-4 Big 12.
Match décisif : Oklahoma State, 28 octobre.
Joueurs-clés partis : WR Shelton Gibson, WR Daikiel Shorts, C Tyler Orlosky, LB Justin Arndt, CB Rasu Douglas.
Joueurs à suivre : QB Will Grier, RB Justin Crawford, WR Ka’Raun White, OG Kyle Bosch, LB David Long, S Kyzir White.
Future star : LB Brendan Ferns.

Embed from Getty Images

Pour la 2ème année d’affilée, la défense a été pillée par les départs pour la NFL. L’un des meilleurs coordinateurs défensifs de la Big 12, Tony Gibson, devra encore faire de la magie pour permettre aux Mountaineers de rester compétitifs. Cette baisse de régime attendue du secteur défensif pourrait être compensée par un feu d’artifice offensif. L’ancien quarterback titulaire de Florida, QB Will Grier, fera ses grands débuts à la tête d’une attaque qui peut aussi compter sur l’explosif RB Justin Crawford et sur un groupe de receveurs expérimentés mené par WR Ka’Raun White. Tout ce beau monde étant toujours sous les ordres d’un coach Dana Holgorsen favorable à des systèmes agressifs. Rééditer le bilan de 10-3 de l’an dernier serait un exploit mais une place dans le Top 25 de fin de saison n’est pas à écarter.

7. Baylor Bears

En 2016 : 7-6, 3-6 Big 12.
Prédiction : 6-6, 3-6 Big 12.
Match décisif : @ Texas Christian, 24 novembre.
Joueurs-clés partis : QB Seth Russell, WR KD Cannon, C Kyle Fuller, LB Aiavion Edwards, S Orion Stewart.
Joueurs à suivre : QB Zach Smith, RB Terence Williams, OT Mo Porter, DE K.J. Smith, LB Taylor Young.
Future star : S Henry Black.

Embed from Getty Images

La saison dernière des Bears de Baylor s’est terminée avant même qu’elle ait débuté. Coach Art Briles a été renvoyé en mai 2016 suite au scandale d’agressions sexuelles qui a emporté dans la tourmente le programme de Waco (Texas). Du coup, les Bears ont connu leur premier bilan négatif en match de conférence Big 12 depuis 2012. L’arrivée de coach Matt Ruhle (ex-Temple) devrait apporter un peu de stabilité. L’attaque devrait rester agressive (522.7 yards en moyenne par match en 2016, #6 du pays) autour de QB Zach Smith et RB Terence Williams. La défense a montré des signes encourageants l’an passé (5.4 yards par jeu en 2016, #1 de la Big 12) et le nouveau coordinateur défensif Phil Snow devrait bâtir autour des 5 titulaires de retour en 2017. Baylor devrait réussir à prolonger sa série de 7 participations à un bowl de fin de saison mais les Bears sont encore en convalescence et ne devraient pas être en mesure de défier les ténors de la conférence Big 12.

8. Iowa State Cyclones

En 2016 : 3-9, 2-7 Big 12.
Prédiction : 5-7, 3-6 Big 12.
Match décisif : Texas Christian, 28 octobre.
Joueurs-clés partis : OL Nick Fett, OL Brian Bobek, DT Demond Tucker, DL Jhaustin Thomas, CB Jomal Wiltz.
Joueurs à suivre : QB Jacob Park, WR Allen Lazard, LB Willie Harvey, S Kamari Cotton-Moya, CB Brian Peavy.
Future star : DT Ray Lima.

Embed from Getty Images

Malgré un bilan identique à celui de la saison précédente (3-9), les Cyclones ont fait des progrès prometteurs en 2016 lors de la première saison de coach Matt Campbell. Iowa State a perdu 5 de ses 9 matchs par 10 points ou moins et a remporté 2 de ses 3 derniers matchs dont une démonstration 66-10 face à Texas Tech. Une première participation à un bowl de fin de saison depuis 2012 est envisageable particulièrement si le junior QB Jacob Park poursuit sa progression après des débuts prometteurs d’autant qu’il pourra compter sur l’un des groupes de receveurs les plus explosifs du pays. Le senior WR Allen Lazard est même un potentiel candidat à un sélection dans l’équipe All-American. Il est évident que de sérieux progrès sont attendus au sein d’une défense qui a souffert l’an passé (452.9 yards en moyenne par match, #102 du pays). Si les Cyclones parviennent à remporter 2 de leurs swing games (Baylor, Iowa, Texas Tech), le plateau des 6 victoires devrait être atteint.

9. Texas Tech Red Raiders

En 2016 : 5-7, 3-6 Big 12.
Prédiction : 4-8, 2-7 Big 12.
Match décisif : Texas Christian, 18 novembre.
Joueurs-clés partis : QB Patrick Mahomes, OL Braylen Brown, DE Kris Williams, DT Breiden Fehoko, CB Justis Nelson.
Joueurs à suivre : RB Da’Leon Ward, WR Keke Coutee, LB Jordyn Brooks, S Jah’Shawn Johnson, PK Clayton Hatfield.
Future star : OG Jack Anderson.

Embed from Getty Images

Ça passe ou ça casse pour coach Kliff Kingsbury. Sur les 4 dernières saisons, les Red Raiders possèdent un bilan peu reluisant de 13-23 en match de conférence Big 12 et se sont effondrés en fin de saison 2016 (6 défaites lors des 8 derniers matchs). Ce n’est pas en attaque que le bas blesse. Les départs de QB Patrick Mahomes et WR Jonathan Giles devraient être compensés par le gunslinger senior QB Nik Shimonek et le junior WR Keke Coutee. C’est surtout en défense que les progrès sont indispensables. Pour la 3ème saison, Texas Tech a accordé plus de 40 points par match l’an dernier (43.5 en 2016, #128 du pays) ! Le coaching staff a fait appel à 5 recrues venues du Junior College afin de donner une chance aux Red Raiders de retrouver une place dans un bowl de fin de saison.

10. Kansas Jayhawks

En 2016 : 2-10, 1-8 Big 12.
Prédiction : 4-8, 1-8 Big 12.
Match décisif : Texas Tech, 7 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Montell Cozart, RB Ke’aun Kinner, CB Brandon Stewart, CB Marnez Ogletree, S Fish Smithson.
Joueurs à suivre : WR Steven Sims Jr, DE Dorance Armstrong, DL Daniel Wise, LB Joe Dineen, S Mike Lee.
Future star : WR Daylon Charlot.

Embed from Getty Images

Le projet de reconstruction du programme de Lawrence (Kansas) de coach David Beatty n’a produit que de faibles signes d’amélioration l’an dernier. Certes, les Jayhawks ont mis fin à leur incroyable série de 19 défaites d’affilée en match de Big 12 mais le chemin semble encore long avant de revoir Kansas parmi les cadors de la conférence. Coach Beatty compte sur les 10 recrues venues du Junior College pour insuffler du sang neuf. QB Peyton Bender est notamment attendus comme le messie. Il sera aidé par un intrigant groupe de receveurs. Seul problème : l’attaque au sol a été anémique l’an dernier ( 119.1 yards par match en 2016, #116 du pays) et rien indique de grands changements dans ce secteur en 2017. Mais dans une conférence tournée vers l’attaque, ce sera encore la défense qui dictera les raisons d’y croire pour les Jayhawks. Épouvantable l’an passé (456.2 yards accordés par match, #109 du pays), elle ne peut que faire mieux. Cela ne devrait pas suffire pour éviter la dernière place au classement.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis plus de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le Podcast Bowl. Expert NFL et NBA. Grand amateur de la NHL. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2020 : Brigham Young Cougars

Après une saison 2019 décevante, QB Zach Wilson et les Cougars sauront-ils rebondir malgré un calendrier absoluement infernal ?

Publié

le

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de tout savoir de la prochaine saison. On retrouve aujourd’hui les Cougars de Brigham Young.

Brigham Young Cougars

Indépendant

En 2019 : 7-6. Défaite 38-34 lors de l’Hawaii Bowl contre Hawaii.
Head Coach : Kalani Sitake, 4ème année (27-25) – Résultats en carrière: 27-25.
Coordinateur offensif : Jeff Grimes.
Coordinateur défensif : Illaisa Tuiaki.
Titulaires de retour : 12, 7 en attaque, 4 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : WR Aleva Hifo, WR Micah Simon, DB Dayan Ghanwoloku.
Joueurs à suivre : QB Zach Wilson, RB Lopini Katoa, WR Gunner Romney, TE Matt Bushman, OL Brady Christensen, DL Khyiris Tonga, LB Payton Wilgar, CB Chris Wilcox, S Troy Warner.

Charismatique et apprécié de ses joueurs, coach Kalani Sitake a pourtant passé la majeure partie de la saison dernière sur le « hot seat » en raison d’un bilan insuffisant de 20-19 lors des trois dernières saisons. Les attentes sont nettement supérieures sur le campus de Provo (Utah) qui vit encore dans le souvenir des années LaVell Edwards.

Finalement, le coach des Cougars a probablement sauvé sa place et obtenu une prolongation de contrat jusqu’en 2023 grâce à trois victoires remportées contre Tennessee, USC et Boise State. Pourtant, les défaites du mois d’octobre face à Toledo et South Florida et celles pour finir la saison, face à San Diego State et Hawaii (Hawaii Bowl), ont fragilisé un coaching staff qui sera sous pression en 2020.

Également sous pression car le grand nombre de blessures qui ont frappé les Cougars depuis deux ans commencent à mettre en cause la préparation physique d’un programme qui devra faire face, encore cette année, à un calendrier infernal.

Zach Wilson est-il menacé au poste de QB titulaire ?

Inconcevable il y a 18 mois après une saison freshmen plein de promesses en 2018, et si le statut de titulaire de QB Zach Wilson (2382 yards à la passe, 11 TD, 9 INT et 3 TD au sol en 2019) était en danger ? Certes, le quarterback junior possède d’indéniables qualités de lanceur et son aptitude à gagner des yards au sol peut s’avérer précieuse mais son incapacité à rester loin de l’infirmerie et son inquiétante stagnation dans son développement pourraient ouvrir la voie à l’un des sophomores, QB Jaren Hall (420 yards à la passe, 1 TD) et QB Baylor Romney (747 yards à la passe, 7 TD, 2 INT), qui ont tous les deux porté leur équipe à la victoire l’an passé, respectivement contre Utah State et Boise State. À suivre.

QB Zach Wilson – Crédit photo : Eugene Tanner, AP

Le titulaire au poste de quarterback bénéficiera du retour surprise du senior TE Matt Bushman (47 réceptions, 688 yards, 4 TD) alors qu’on attendait son départ pour la NFL. Auteur de 125 réceptions pour un total de 1719 yards et 9 TD en carrière, il s’approche de plusieurs records de la fac et il sera assurément l’une des bouées de secours d’un jeu aérien des Cougars qui devra composer avec un groupe de receveurs inexpérimentés suite au départ de Aleva Hifo, Micah Simon et Talon Shumway. Les juniors WR Gunner Romney (31 réceptions, 377 yards, 2 TD), WR Dax Milne (21 réceptions, 285 yards, 2 TD) et WR Neil Pau’u (de retour de suspension) partent favoris mais la nouvelle garde de freshmen pourrait être sollicitée dès cette saison…

Les premiers pas du français Terence Fall ?

Récruté par les Cougars dès la période de signature anticipée du mois de décembre 2019, le français WR Terence Fall fera ses débuts sous le maillot des Cougars. La concurrence sera rude et comme tous les true freshmen au niveau national, il pourrait utiliser sa première saison pour s’acclimater à son nouvel environnement en utilisant son redshirt.

Toutefois, avec l’absence de titulaires indéboulonnables au poste de receveur, lui et l’ancien du lycée Mater Dei, WR Kody Epps, auront assurément une carte à jouer. Son physique imposant et ses mains sûres pourraient notamment représenter une arme redoutable dans la red zone adverse.

« Run DMC », sauveur du jeu au sol

En grande difficulté depuis le départ de Jamaal Williams fin 2016, le jeu de course des Cougars doit impérativement progresser en 2020 au risque de rendre l’attaque unidimensionnelle comme ce fût le cas l’an dernier (167.5 yards au sol, #78 du pays). Le junior RB Lopini Katoa (358 yards au sol, 4 TD) a montré de belles choses mais de manière inconstante. Du coup, la clé de l’attaque au sol de BYU pourrait être entre les mains de RB Devonta’e Henry-Cole. Ancien joueur de l’ennemi juré, Utah, ce dernier a choisi de terminer sa carrière NCAA au sud de Salt Lake City. Coureur surpuissant, il a réussi 4 TD avec les Utes dans un rôle de backup derrière Zach Moss.

La meilleure ligne offensive hors Power Five

La ligne offensive sera la grande force de l’attaque de Brigham Young. Tous les titulaires l’an passé sont de retour, à commencer par le candidat au trophée Outland, LT Brady Christensen, et le candidat pour le trophée Rimington, C James Empey. Deux joueurs qui ont joués ensemble un total de 26 matchs.

Les seniors LG Kieffer Longson et RG Tristen Hoge sont de retour et le sophomore RT Blake Freeland ferait déjà tourner les têtes de certains scouts NFL.

Matt Bushman – Crédit photo : Chris Gardner/Getty Images

Un défense expérimentée mais en quête de leadership

Handicapée par un nombre important de blessures, la défense des Cougars sera l’une des plus expérimentées à l’ouest du Mississippi. Cependant, le coordinateur défensif Ilaisa Tuiaki fera face à deux défis : relancer un pass rush déficient l’an dernier (#117 du pays) et trouver des successeurs aux leaders défensifs, le duo de safeties Fayan Ghanwoloku / Austin Lee.

Le retour de NT Khyiris Tongo (45 plaquages en 2019) va apporter beaucoup de stabilité au centre de la ligne défensive ce qui facilitera le travail des defensive ends, à priori DE Bracken El-Bakri (37 plaquages) et DT Lorenzo Fauatea (21 plaquages, 2 sacks).

On attend la contribution du senior OLB Isaiah Kaufusi (60 plaquages, 2 INT) sur le pass rush, tout comme celle du junior OLB Chaz Ah You (31 plaquages, 1 sack), deux joueurs dont le développement est plus long que prévu initialement.

Le backfield défensif verra le retour de blessure des seniors CB Chris Wilcox et S Zayne Anderson. Une excellente nouvelle pour un groupe de defensive backs expérimentés mais qui a parfois été trop perméables face aux gunslingers. Cole McDonald (ex-Hawaii) et Jacob Eason (ex-Washington) s’en souviennent.

Un calendrier démentiel

Si le début de saison 2019 avait semblé compliqué avec deux matchs contre Utah, Tennessee, USC et Washington (BYU s’en était sorti avec u bilan de 2-2), la saison 2020 va y ressembler énormément. En pire.

La traditionnelle Holy War contre Utah va donner le coup d’envoi lors d’un match chaud bouillant. La suite sera démoniaque. Michigan State, Arizona State, Minnesota sont au programme du mois de septembre. Après le Rivalry Game contre Utah State, les Cougars recevront un membre de la SEC (Missouri) et une équipe de Houston revancharde. Le mois de novembre sera marqué par des affrontements contre Boise State, San Diego State et… Stanford. Ouch !

DateAdversaire
3 septembreà Utah
12 septembreMichigan State
19 septembreà Arizona State
26 septembreà Minnesota
2 octobreUtah State
10 octobreMissouri
16 octobreHouston
24 octobreNorthern Illinois
6 novembreà Boise State
14 novembreSan Diego State
21 novembreNorth Alabama (FCS)
28 novembreà Stanford

Conclusion

Bien que des progrès substantiels sont attendus dans la production offensive et défensive, ils pourraient ne pas se matérialiser par des victoires tant le calendrier semble compliqué pour un programme de BYU qui a participé à un bowl à 14 reprises sur les 15 dernières années. Si les Cougars marqueront surement beaucoup de points, la défense saura-t-elle être à la hauteur ? La performance du secteur défensif pourrait faire la différence entre un bilan décevant de 5-7 et une une fiche de 7-5 qui serait considérée comme un vrai succès pour coach Sitake.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Potentiel
  • Coaching
3

Résumé

Points forts
– Profondeur au poste de quarterback.
– Ligne offensive solide.
– Défense expérimentée.

Points faibles
– Manque de profondeur au poste de running back.
– Inefficacité dans la red zone adverse.
– Manque de leadership en défense.

Prédiction : 6-6

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : Notre Dame Fighting Irish

Le retour de QB Ian Book derrière une ligne offensive expérimentée sera-t-il suffisant pour faire des Fighting Irish des prétendants aux playoffs ?

Publié

le

Crédit photo : Matt Cashore-USA TODAY Sports

Coup d’envoi de nos 50 previews en 50 jours, une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de tout savoir de la prochaine saison. On commence par les Fighting Irish de Notre dame de coach Brian Kelly qui tenteront de retrouver une place en playoffs après avoir gagné 33 matchs lors des 3 dernières saisons.

Notre Dame Fighting Irish

Indépendant

En 2019 : 11-2. Victoire 33-9 lors du Camping World Bowl face Iowa State.
Head Coach : Brian Kelly, 11ème année (92-37) – Résultats en carrière: 263-94-2.
Coordinateur offensif : Tommy Rees.
Coordinateur défensif : Clark Lea.
Titulaires de retour : 14, 7 en attaque, 5 en défense, punter, kicker.
Joueurs-clés partis : RB Tony Jones Jr, WR Chase Claypool, WR Chris Finke, TE Cole Kmet, DE Khalid Kareem, S Alohi Gilman.
Joueurs à suivre : QB Ian Book, WR Kevin Austin, WR Braden Lenzy, OL Liam Eichenberg, DE Ade Ogundeji, OLB Jeremiah Owusu-Koramoah, CB Shaun Crawford, S Kyle Hamilton.

Coach Brian Kelly est ambitieux. En 2019, les Fighting Irish ont atteint le plateau des 10 victoires pour la 3ème saison consécutive; du jamais vu à South Bend depuis l’époque glorieuse de Lou Holtz à la tête des Golden Domers (1988-93). Pourtant, le bilan de 33-6 depuis 2017 ne satisfait pas le coach de Notre Dame qui n’a pas hésité à se séparer de son coordinateur offensif, Chip Long, quelques heures seulement après le dernier match de saison régulière 2019.

Il y a deux saisons, la participation au College Football Playoff a donné des ailes à un programme qui a cependant fait un pas en arrière l’an passé, devant se contenter d’une invitation au Camping World Bowl remporté certes brillament, 33-9, face à Iowa State. Pour rester aux portes de l’élite, les Fighting Irish doivent rebondir dès 2020 avec un groupe de joueurs qui n’est peut-être pas le plus doué des dernières années mais probablement le plus soudé et le plus expérimenté depuis l’arrivée de Brian Kelly à South Bend.

Crédit photo : Matt Cashore-USA TODAY Sports

Pour la 3ème année d’affilée, l’attaque sera dirigée par un QB Ian Book protégé par une ligne offensive qui comptera sur le retour de ses 5 titulaires. Malgré le départ de plusieurs leaders sur la ligne défensive lors de la dernière draft NFL, quatre seniors sont de retour. Ces Fighting Irish ont grandi ensemble et se sont renforcés via le portail des transferts en ajoutant des joueurs d’expérience à certains postes fragilisés au cours de l’intersaison (receveur, cornerback, safety).

Un calendrier favorable à une participation aux playoffs (Wisconsin, Stanford, Clemson, USC au programme) met les Fighting Irish en position idéal pour être des concurrents crédibles à une place dans le dernier carré (en cas de victoires, bien sûr). Un impératif : éviter la fessée annuelle dans un big game, comme lors des trois dernières saisons (Miami 2017, Clemson 2018, Michigan 2019).

Un coaching staff remanié pour franchir un cap

La décision de renvoyer le coordinateur offensif Chip Long a pris par surprise le monde du College Football… sauf à South Bend. Certes, celui qui a été finaliste du trophée Broyles (meilleur coach assistant) en 2018 a réussi la transition de l’attaque des Fighting Irish vers un système spread et ses succès dans le recrutement sont inombrables mais l’incapacité des Golden Domers d’être dominants dans le jeu au sol et ses méthodes brutales en coulisses ont fini par convaincre Brian Kelly qu’il fallait du changement pour donner une chance à Notre Dame de redevenir un candidat sérieux aux playoffs.

Pour le remplacer, le head coach des Fighting Irish a promu l’ancien quarterback Tommy Rees avant le Camping World Bowl. Avec succès. Un choix encensé par les joueurs eux-mêmes qui apprécient leur relation plus organique avec le nouveau coordinateur offensif de 27 ans. Autour de Tommy Rees, Lance Taylor (coach des RB) et John McNulty (coach des TE) seront plus impliqués.

Malgré sa jeunesse, Tommy Rees a convaincu Brian Kelly qu’il a les compétences pour faire passer un cap à l’attaque. Ses objectifs : faire de Ian Book l’un des 5 meilleurs QBs du pays grâce à un coaching personnalisé et développer le jeu au sol qui a terminé en milieu de peloton en 2019 (179.2 yards/matchs, #45 National).

Tommy Rees – Crédit photo : South Bend Tribune-USA TODAY NETWORK

L’énigme Ian Book

QB Ian Book (3034 yards à la pase, 34 TD, 6 INT en 2019) a fait face à de nombreuses critiques après un début de saison 2019 râtée. Ses prestations inquiétantes contre Georgia, Virginia ou Michigan auraient pu l’envoyer sur le banc mais il a su parfaitement rebondir au mois de novembre menant son équipe à 6 victoires d’affilée avec un total de 19 TD à la passe. Du coup, l’ancien prospect 4-étoiles QB Phil Jurkovec a filé vers Boston College laissant les clés de l’attaque au quarterback senior.

Cependant, les succès de Notre Dame passeront par une plus grande constance de sa part, et ce, tout au long de l’année. QB Ian Book sera le premier quarterback titularisé pour la 3ème année consécutive depuis Jimmy Clausen en 2009. Cette expérience doit se concrétiser par des prises de décision éclairées dans les moments décisifs d’un match ce qui n’a pas toujours été le cas dans le passé.

À la recherche de playmakers offensifs

Le quarterback senior des Fighting Irish sera protégé par une ligne offensive qui verra le retour de 6 joueurs ayant été régulièrement titularisés ces dernières années. LT Liam Eichenberg et RT Robert Hainsey ont le potentiel de futur choix de 1er tour de draft NFL tandis que LG Aaron Banks et RG Tommy Kraemer seront de retour de blessure pour entourer l’un des meilleurs joueurs de centre du pays, C Jarrett Patterson.

Les incertitudes ne seront donc pas sur la ligne mais plutôt concernant les autres postes offensifs. Les Fighting Irish sont toujours à la recherche d’un running back #1 et l’escouade aérienne a perdu WR Chase Claypool, TE Cole Kmet et WR Chris Finke qui ont totalisé à eux trois 150 réceptions pour 2008 yards en 2019.

RB Jafar Armstrong (383 yards au sol, 7 TD en 2018) est de retour pour son année junior après avoir été écarté des terrains l’an dernier en raison d’une blessure à l’abdomen. En cas de défaillance de sa part, RB Jahmir Smith (180 yards au sol, 2 TD) ou RB C’Bo Flemister (162 yards au sol, 5 TD) devront prendre leurs responsabilités ou Tommy Rees pourrait sortir la carte RB Chris Tyree, le running back 4-étoiles vedette du dernier recrutement.

Jafar Armstrong – Crédit photo : Mike Miller/One Foot Down

Les places de titulaires seront également en jeu chez les receveurs. De retour de suspension, le redshirt sophomore WR Kevin Austin Jr semble le favori pour le poste de WR#1. Derrière lui, tout est ouvert. Les sophomores WR Braden Lenzy (11 réceptions, 254 yards, 2 TD) et WR Lawrence Keys III (13 réceptions, 134 yards) ainsi que les seniors WR Javon McKinley (11 réceptions, 268 yards, 4 TD) et WR Ben Skrowronek (ex-Northwestern) complètent un groupe qui a tout à prouver en 2020.

C’est aussi la grande énigme chez les tight-ends : qui du sophomore TE Tommy Tremble (16 réceptions, 183 yards, 4 TD) ou du senior TE Brock Wright va assurer la succession de Cole Kmet ? À moins que le prometteur true freshmen 5-étoiles TE Michael Mayer ne grille tout le monde pour prendre le pouvoir dès 2020.

Une défense sous-estimée : l’impact de Clark Lea

En seulement deux saisons, le coordinateur défensif Clark Lea est passé du statut de quasi-inconnu à celui de candidat sérieux pour un poste de head coach d’un programme FBS. Il faut dire que pour la 2ème année consécutive, les Fighting Irish ont terminé dans le Top 15 au niveau national avec une moyenne de 17.9 points accordés par match (#12 du pays) et avec la 3ème meilleure défense contre la passe au niveau national (168.5 yards).

Grâce à sa personnalité forte mais toujours à l’écoute de ses joueurs, il a su créér une identité à laquelle a adhéré l’ensemble du groupe de défenseurs. Le résultat est une défense athlétique et opportuniste (2.15 turnovers provoqués par match en 2019, #2 du pays).

La grande force du cordinateur défensif de Notre Dame est sa capacité à optimiser le potentiel de son groupe. Ainsi, les joueurs passent mais la production défensive reste identique.

Toutefois, Clark Lea aura le défi de trouver des leaders sur la ligne de scrimmage après les départs de DE Khalid Kareem et DE Julian Okwara pour la NFL durant l’intersaison. Les seniors DE Ade Ogundeji (26 plaquages, 4.5 sacks en 2019) et DE Daelin Hayes partent favoris pour débuter la saison mais leurs pépins physiques récurrents pourraient mettre une certaine pression sur un poste en manque d’expérience. À l’intérieur de la ligne, le senior NT Kurt Hinish (15 plaquages, 2 sacks) et le junior DT Myron Tagovailoa-Amosa (23 plaquages) sont de retour dans une rotation composée du junior DT Jayson Ademilola (25 plaquages, 4 pour perte) et du sophomore DT Jacob Lacey (14 plaquages). Du solide mais pas de game changer.

Il y a tout juste un an, l’incertitude règnait sur le second rideau défensif mais la magie de Clark Lea a transformé le duo de juniors OLB Jeremiah Owusu-Koramoah (80 plaquages, 13.5 pour perte dont 5.5 sacks) / ILB Drew White (80 plaquages, 2 sacks) en l’une des forces de l’équipe. OLB Jack Lamb, OLB Paul Moala et le suédois OLB Jordan Genmark-Heath seront en concurrence pour le 3ème poste de titulaire dans une défense qui privilégira les formations 4-3.

Kyle Hamilton – Crédit photo : Joe Robbins, Getty Images

L’éclosion attendue de Kyle Hamilton

La perspective de perdre les deux safeties titulaires des deux dernières saisons, S Alohi Gilman et S Jalen Elliott, aurait dû inquiéter le coordinateur défensif de Notre Dame mais la reconstruction de ce secteur crucial devrait être accélérée par l’éclosion attendue du sophomore FS Kyle Hamilton (41 plaquages, 4 INT, 1 TD). Cantonné au rôle de backup lors de son année freshman, il a brillé à chaque fois qu’il est entré sur le terrain terminant même #1 de l’équipe en terme d’interception. À ses côtés, on devrait retrouver le junior SS Houston Griffith ou le junior SS Isaiah Pryor, arrivé au cours du printemps d’Ohio State via un transfert.

Au poste de cornerback, Tony Pride Jr laissera sa place de shutdown corner à l’éternel CB Shaun Crawford (28 plaquages, 1 INT) qui jouera une dernière saison, sa 6ème (!), sous le maillot des Fighting Irish. Le junior CB TaRiq Bracy (34 plaquages) n’ayant pas forcément convaincu l’an dernier, Brian Kelly est allé chercher le senior CB Nick McCloud qui a été titularisé à 19 reprises à North Carolina State tout en étant capitaine du Wolfpack.

Un calendrier taillé sur mesure pour les playoffs

Comme souvent, Notre Dame ne se protège pas lors de composer son calendrier annuel. L’année 2020 ne déroge pas à la règle. Après un Rivalry Game pour commencer la saison (Navy), les Fighting Irish navigueront entre adversaires de l’ACC, puissance de la Big Ten, rivaux historiques jusqu’au Jeweled Shillelagh face à USC.

Le mois de septembre (Navy, Arkansas, Western Michigan, Wake Forest) ne devrait être qu’un mois de préparation avant le premier choc face à Wisconsin joué dans le myhtique Lambeau Field de Green Bay. Une victoire dans ce match et les Fighting Irish pourraient bien recevoir Clemson, le 7 novembre, sans la moindre défaite au compteur. Ce duel au sommet serait alors le rendez-vous à ne pas manquer pour un programme de Notre Dame, qui s’est tellement pris les pieds dans le tapis ces dernières années lors de ces big games. Un succès à domicile face au quintuple champion de conférence ACC et la voie pour les playoffs serait ouverte… à moins que QB Kedon Slovis et les Trojans ne viennent crucifier Brian Kelly et les Fighting Irish, encore une fois.

DateAdversaire
5/6 septembreà Navy
12 septembreArkansas
19 septembreWestern Michigan
26 septembreWake Forest (à Charlotte)
3 octobreWisconsin (à Green Bay)
10 octobreStanford
17 octobreà Pitt
31 octobreDuke
7 novembreClemson
14 novembreà Georgia Tech
21 novembreLouisville
28 novembreà USC

Conclusion

Brian Kelly semble avoir fait du plateau des 10 victoires la norme pour ses Fighting Irish. Tout autre résultat en 2020 serait donc considéré comme un échec. La quasi-totalité du groupe de cette saison vit ensemble depuis 3-4 ans ce qui avantagera Notre Dame en ces temps de pandémie qui vient chambouler la préparation de toutes les équipes. Le senior QB Ian Book tient entre ces mains la clé des succès de Golden Domers en 2020. S’il parvient à poursuivre sur son élan de la fin de saison dernière, Notre Dame pourrait être en course dans la dernière ligne droite vers les playoffs. Encore faudrait-il gagner ce big game que les Fighting Irish ne savent plus remporter depuis une éternité.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Potentiel
  • Coaching
4.1

Résumé

Forces
– Un quarterback expérimenté.
– L’une des meilleures lignes offensives du pays.
– Un groupe soudé en défense.

Faiblesses
– Incertitude au poste de running back.
– Des receveurs inexpérimentés.
– Pass rush en reconstruction.

Prédiction : 10-2.

Lire la suite

Preview

L’équipe TBP All-America de pré-saison 2020

Publié

le

Crédit photo : Richard Shiro, AP

La saison 2020 aura peut-être bien lieu après tout et il est temps de célébrer la crème de la crème de la prochaine campagne à l’occasion de la publication de notre équipe All-America de pré-saison.

La conférence SEC est déjà à l’honneur avec 10 joueurs sélectionnés dans la 1ère équipe devant la conférence ACC (6) et la Big Ten (3). Alabama est l’équipe la plus représentée avec 5 joueurs nommés.

Découvrez, avec nous, les futures stars de la saison tout poste confondu :

Attaque

QB Trevor Lawrence, Jr, Clemson

25-1. C’est son bilan victoire-défaite depuis sa première titularisation à Clemson. Après un début de saison dernière décevant (8 INTs en 7 matchs), il a remis les pendules à l’heure avec aucune interception au cours de ses 8 derniers matchs terminant la campagne 2019 avec 3665 yards et 47 TD. L’an dernier, on a aussi découvert sa mobilité (107 yards au sol contre Ohio State lors du Fiesta Bowl en demi-finale nationale) faisant de lui le quarterback le plus dangereux du pays. #1 de la draft NFL en 2021.

Embed from Getty Images

RB Travis Etienne, Sr, Clemson

Promis au 1er tour de draft NFL en 2020, il a pris tout le monde par surprise en annonçant son retour à Clemson pour sa saison senior. Il a réussi plus de 1500 yards au sol en 2018 et 2019, et il débutera la prochaine saison en tant que meilleur coureur en activité au niveau FBS (4038 yards). Recordman du nombre de TD au sol de la conférence ACC avec 56 TD dont 23 l’an dernier.

Embed from Getty Images

RB Najee Harris, Jr, Alabama

Limité au rôle de backup lors de ses deux premières saisons universitaires, il a pris son envol l’an dernier totalisant 1224 yards au sol pour 13 TD et 27 réceptions pour 304 yards. Ses 7 TD sur réception en font le meilleur running back du pays dans ce domaine. Protégé par une solide ligne offensive d’Alabama, il sera assurément un sérieux candidat pour le trophée Heisman 2020.

Embed from Getty Images

WR Ja’Marr Chase, Jr, LSU

Détenteur du Biletnikoff Award qui récompense le meilleur receveur de la saison, il sera encore la principale arme offensive de l’attaque des champions nationaux en titre. En 2019 : 84 réceptions (dont 9 de plus de 50 yards !), 1780 yards et 20 TD (meilleure performance au niveau national depuis Corey Coleman en 2015). Déjà considéré comme un probable Top 10 de la prochaine draft NFL.

Embed from Getty Images

WR DeVonta Smith, Sr, Alabama

Meilleur receveur du Crimson Tide l’an dernier avec un total de 1256 yards pour 14 TD, il n’était devancé que par WR Jerry Jeudy pour le nombre de réceptions (68 contre 77 pour le pick #15 de la dernière draft NFL). 17.9 yards par réception en carrière.

Embed from Getty Images

TE Kyle Pitts, Jr, Florida

Joueur ultra-athlétique et aux mains sûres, il est quasi-incontrôlable dans la zone des buts adverse. Meilleur receveur des Gators de Florida la saison dernière avec un total de 54 réceptions, 649 yards et 5 TD ce qui lui a valu une sélection dans l’équipe All-SEC.

Embed from Getty Images

OT Penei Sewell, Jr, Oregon

Vainqueur du trophée Outland 2019, nommé meilleur joueur offensif de la conférence Pac-12 l’an passé et sélectionné dans l’équipe All-American à l’unanimité, il a été l’un des éléments moteurs de la resurrection du jeu offensif des Ducks lors des deux dernières saisons n’accordant qu’un seul sack en… 1376 snaps. Monstrueux ! Un gabarit gigantesque pour un avenir qui passera par le top 15 de la draft NFL au printemps 2021.

Embed from Getty Images

OT Alex Leatherwood, Sr, Alabama

Leader de la ligne offensive du Crimson Tide en 2020, il a montré l’exemple grâce à une polyvalence à toute épreuve. Il a d’abord débuté sa carrière à Alabama comme guard avant d’être titularisé à 13 reprises comme tackle gauche la saison dernière. 28 titularisations en deux saisons complètes avec le programme de Tuscaloosa.

Embed from Getty Images

OG Wyatt Davis, Jr, Ohio State

Il ne lui aura fallu qu’une seule saison comme titulaire à l’intérieur de la ligne offensive des Buckeyes pour devenir l’une des références au niveau national. Excellent sur la pass protection, il sera un joueur essentiel pour Ohio State dans la course au titre national. Aucun sack accordé l’an passé.

Embed from Getty Images

OG Trey Smith, Sr, Tennessee

De graves problèmes de santé ont ralenti son développement avant son éclosion en 2019. Symbole du renouveau des Volunteers au cours de la saison dernière, il a conclu son année junior avec une sélection dans la 1ère équipe All-SEC.

Embed from Getty Images

C Creed Humphrey, Jr, Oklahoma

Attention, sensation ! L’automne dernier, il était le seul revenant de la fantastique ligne offensive 2018 des Sooners. Son leadership et sa combativité en ont fait le leader d’une escouade qui est restée l’une des meilleures de la conférence Big 12. Il sera encore cette année l’un des favoris pour l’obtention du Rimington Trophy.

Embed from Getty Images

Défense

DE Gregory Rousseau, So, Miami

Il a déboulé dans l’ACC comme un ouragan réussissant 19.5 plaquages pour perte et 15.5 sacks dès sa saison freshman, une ligne de statistiques qui lui sera difficile d’égaler en 2020. Ses matchs à 4 sacks et 3 sacks respectivement contre Florida State et Pitt sont encore dans toutes les mémoires. Le duo qu’il va former avec DE Quincy Roche (voir ci-dessous) s’annonce sensationnel.

Embed from Getty Images

DE Kayvon Thibodeaux, So, Oregon

Le jeune californien est monté en puissance tout au long de la saison dernière après un recrutement ultra-médiatique qui lui avait mis une énorne pression sur les épaules. Sa grande force ? Être décisif dans les moments importants comme le démontrent ses 7 sacks réussis l’an passé en 4ème quart-temps (#1 FBS). Un vrai game changer.

Embed from Getty Images

DT Marvin Wilson, Sr, Florida State

Il aurait pu faire le saut dans la NFL dès cette année mais il a préféré revenir à Florida State pour sa saison senior au grand bonheur du nouveau coach des Seminoles, Mike Norvell. Ralenti par les blessures en 2019, il a quand même été sélectionné dans la 1ère équipe All-ACC. 44 plaquages, 8.5 pour perte et 5 sacks l’an dernier.

Embed from Getty Images

DT Jaylen Twyman, Jr, Pitt

Déjà comparé à l’ancien Panther Aaron Donald, il s’est affirmé comme l’élément le plus constant d’une défense de Pitt qui a limité ses adversaires à 22.5 points par match en 2019. 41 plaquages, 12 pour perte et 10.5 sacks la saison dernière.

Embed from Getty Images

LB Micah Parsons, Jr, Penn State

Prospect vedette du recrutement 2018, il n’a pas perdu de temps pour devenir le leader défensif des Nittany Lions dès sa saison freshman avant d’exploser complètement l’an dernier permettant à Penn State de devenir l’une des puissances défensives de la conférence Big Ten (16.0 points par match, #8 National). Son impact est tel que certains en font un candidat crédible pour le… trophée Heisman ! 109 plaquages, 14 pour perte dont 5 sacks et 4 fumbles forcés en 2020.

Embed from Getty Images

LB Dylan Moses, Sr, Alabama

Considéré comme l’un des meilleurs défenseurs du pays dès aout 2019, il a énormément manqué au Crimson Tide après avoir subi une blessure du genou au cours d’un entrainement peu avant le coup d’envoi de la dernière saison. Il sera de retour en 2020 pour apporter son expérience et toute la stabilité dont a besoin le second rideau défensif d’Alabama. 116 plaquages, 15.5 pour perte dont 5 sacks et 1 INT depuis son arrivée à Tuscaloosa (Alabama).

Embed from Getty Images

LB Nick Bolton, Jr, Missouri

En 2019, la perte du leader défensif LB Cale Garrett aurait pu faire sombrer la défense des Tigers mais LB Nick Bolton a su prendre ses responsabilités jusqu’à devenir l’un des linebackers les plus polyvalents de la meilleure conférence du pays. 107 plaquages (7.5 pour perte), 2 interceptions et 8 passes défendues l’an dernier.

Embed from Getty Images

CB Patrick Surtain II, Jr, Alabama

Rouage essentiel de la défense aérienne du Crimson Tide depuis qu’il a mis le pied sur le campus de Tuscaloosa (Alabama), Patrick Surtain II a été titularisé à 25 reprises lors de ses deux premières saisons sous le maillot d’Alabama accumulant 42 plaquages et 2 interceptions après une année freshman explosive. Probablement le cornerback le plus complet du pays.

Embed from Getty Images

CB Shaun Wade, Jr, Ohio State

Sa décision de rester à Ohio State pour une année supplémentaire a représenté un boost énorme pour la défense des Buckeyes qui a déjà perdu Jeff Okudah, Damon Arnette et Jordan Fuller lors de la draft NFL. En 13 matchs joués l’an passé, il a défendu 8 passes et réussi 1 interception. Préparez-vous à son éclosion en 2020.

Embed from Getty Images

S Richard LeCounte, Sr, Georgia

Il va prendre le leadership du backfield défensif des Dawgs maintenant que JR Reed est parti. Son gros volume de jeu sera précieux pour une équipe de Georgia qui visera encore une fois une place en College Football Playoff. 61 plaquages, 4 interceptions, 2 fumbles forcés et 7 passes défendues en 2019.

Embed from Getty Images

S Andre Cisco, Jr, Syracuse

Il possède une lecture et un sens du jeu exceptionnels comme le démontrent ses 12 interceptions réussies lors de ces deux premières saisons sous le maillot de Syracuse.

Embed from Getty Images

2ème équipe

ATTAQUEDEFENSE
QBJustin Fields, Ohio StateDEQuincy Roche, Miami
RBChubb Hubbard, Oklahoma StateDEHamilcar Rashed, Oklahoma State
RBJaret Patterson, BuffaloDTChristian Barmore, Alabama
WRTylan Wallace, Oklahoma StateDTTyler Davis, Clemson
WRRondale Moore, PurdueLBCameron McGrone, Michigan
TEPat Feiermuth, Penn StateLBKuony Deng, California
OTTyler Vrabel, Boston CollegeLBTerrel Bernard, Baylor
OTCole Van Lanen, WisconsinCBDerek Stingley, LSU
OGDeonte Brown, AlabamaCBPaulson Adebo, Stanford
OGTommy Kraemer, Notre DameSParis Ford, Pitt
CJosh Myers, Ohio StateSKyle Hamilton, Notre Dame
Lire la suite

Preview

Top 25 des meilleurs defensive backs en 2020

Le cornerback junior du Crimson Tide d’Alabama, Patrick Surtain II, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs defensive backs à l’aube de la prochaine saison.

Publié

le

Crédit photo : Jason Clark, Daily Mountain Eagle

Découvrez, avec nous, les futures stars de la saison 2020 au poste de defensive back :

1. Patrick Surtain II (CB), Jr, Alabama

Rouage essentiel de la défense aérienne du Crimson Tide depuis qu’il a mis le pied sur le campus de Tuscaloosa (Alabama), Patrick Surtain II a été titularisé à 25 reprises lors de ses deux premières saisons sous le maillot d’Alabama accumulant 42 plaquages et 2 interceptions après une année freshman explosive. Probablement le cornerback le plus complet du pays.

Embed from Getty Images

2. Derek Stingley Jr (CB), So, LSU

Sous le feu des projecteurs depuis son arrivée en grande pompe sur le campus de Bâton-Rouge, cet ancien prospect 5-étoiles n’a aucunement déçu assumant la hype autour de lui. 15 titularisations dès son année freshman pour un total de 38 plaquages, 21 passes défendues et 6 interceptions en 2019.

Embed from Getty Images

3. Shaun Wade (CB), Jr, Ohio State

Sa décision de rester à Ohio State pour une année supplémentaire a représenté un boost énorme pour la défense des Buckeyes qui a déjà perdu Jeff Okudah, Damon Arnette et Jordan Fuller lors de la draft NFL. En 13 matchs joués l’an passé, il a défendu 8 passes et réussi 1 interception. Préparez-vous à son éclosion en 2020.

Embed from Getty Images

4. Elijah Molden (CB), Sr, Washington

Il sait tout faire et il le fait bien. Joueur ultra-polyvalent, il apporte toujours une aide précieuse sur le run stop tout autant qu’il excelle sur la défense aérienne. 79 plaquages, 4 interceptions, 13 passes défendues en 2019. 27 matchs joués sans aucune blessure lors des deux dernières saisons.

Embed from Getty Images

5. Richard LeCounte (S), Sr, Georgia

Il va prendre le leadership du backfield défensif des Dawgs maintenant que JR Reed est parti. Son gros volume de jeu sera précieux pour une équipe de Georgia qui visera encore une fois une place en College Football Playoff. 61 plaquages, 4 interceptions, 2 fumbles forcés et 7 passes défendues en 2019.

Embed from Getty Images

6. Andre Cisco (S), Jr, Syracuse

Il possède une lecture et un sens du jeu exceptionnels comme le démontrent ses 12 interceptions réussies lors de ces deux premières saisons sous le maillot de Syracuse.

Embed from Getty Images

7. Jevon Holland (S), Jr, Oregon

L’an dernier, il fût le leader du groupe de defensive backs d’Oregon qui faisaient partie des meilleurs du pays. Avec ses 66 plaquages, 4 interceptions et 8 passes défendues réussis en 2019, il a été l’un des éléments-clés des Ducks et tout indique que le Canadien sera encore plus complet en 2020.

Embed from Getty Images

8. Paulson Adebo (CB), Jr, Stanford

Il a renversé le monde du College Football en 2018 lorsqu’il avait accumulé 24 passes défendues avant de voir sa production baisser l’an dernier (comme l’ensemble de l’équipe de Stanford) même s’il a conservé sa place dans la 1ère équipe All-Pac-12. 97 plaquages et 8 interceptions en deux saisons joués avec le Cardinal.

Embed from Getty Images

9. Trevon Moehrig (S), Jr, Texas Christian

Et s’il formait le meilleur duo de safeties avec son coéquipier Ar’Darius Washington ? 62 plaquages, 11 passes défendues et 4 interceptions en 2019 ce qui lui a valu une sélection dans la 1ère équipe All-Big 12.

Embed from Getty Images

10. Caleb Farley (CB), Jr, Virginia Tech

Il avait déjà étonné lors de son année freshman avant d’éclore définitivement l’an dernier au terme d’une saison conclue par une sélection dans la 1ère équipe All-ACC. 12 passes défendues et 4 sacks en 2019.

Embed from Getty Images

11. JaCoby Stevens (S), Sr, LSU

Avoir réussi à convaincre JaCoby de revenir à Bâton-Rouge pour sa saison senior est un nouvel exploit de coach O. Défenseur athlétique et instinctif, il va également apporter son expérience à une défense des Tigers qui en aura besoin en 2020. 92 plaquages, 5 sacks, 3 interceptions la saison dernière.

12. Kyle Hamilton (S), So, Notre Dame

Il a grandi dans l’ombre de Alohi Gillman et Jalen Elliott lors d’une saison freshman qu’il a conclu avec 4 interceptions et une sélection dans l’équipe Freshman All-America. Joueur ultra-athlétique et très véloce, il est attiré par le ballon comme aimant.

13. Kaiir Elam (CB), So, Florida

Prospect vedette du recrutement 2019, le fils de l’ancien joueur NFL, Abram Elam, a rapidement montré ses aptitudes et sa polyvalence sur le terrain. Il a progressé tout au long de la saison passée (notamment athlétiquement) et semble prêt pour s’affirmer comme l’un des cornerbacks les plus productifs de la SEC en 2020.

14. Israel Mukuamu (CB), Jr, South Carolina

Cornerback au grand gabarit et au sens de l’anticipation incroyable, son talent va au-delà de son incroyable match de la saison passée contre Georgia (3 interceptions). 59 plaquages, 4 interceptions, 1 TD en 2020.

15. Caden Sterns (S), Jr, Texas

Considéré comme un prospect NFL depuis son arrivée à Austin (NFL), il a confirmé son statut grâce à une admirable régularité dans l’effort. 121 plaquages, 4 interceptions en 2 saisons sous le maillot des Longhorns.

16. Camryn Bynum (CB), Sr, California

Gros plaqueur et joueur ultra-fiable (38 titularisations consécutives), il a obtenu une sélection dans la 2ème équipe All-Pac-12 l’an passé après avoir réussi 59 plaquages et 9 passes défendues.

17. Ahmad Gardner (CB), So, Cincinnati

À peine 11 matchs joués sous le maillot des Bearcats et il est déjà considéré comme le meilleur cornerback de la conférence American. 3 interceptions dont 2 remontées pour des TD en 2019.

18. Kolby Harvell- Peel (S), Jr, Oklahoma State

Défenseur discipliné, il a émergé l’an passé comme l’un des plus prometteurs playmakers du pays au poste de safety. Sélectionné dans la 1ère équipe All-Big 12 après avoir réussi 71 plaquages, 13 passes défendues et 5 interceptions en 2019.

19. Thomas Graham Jr (CB), Sr, Oregon

Titulaire depuis 4 ans au sein d’une défense qui est devenue l’une des meilleures du pays, il n’est pas étranger au succès des Ducks grâce à son excellente lecture du jeu. 40 passes défendues en 3 saisons.

20. Hamsah Nasirildeen (S), Sr, Florida State

Meilleur plaqueur des Seminoles lors des deux dernières saisons, il sera encore le général du backfield défensif de FSU en 2020. 22 plaquages contre Boston College la saison passée. 220 plaquages, 3 interceptions, 1 TD depuis son arrivée à Florida State.

21. Daxton Hill (S), So, Michigan

Arrivé comme un héros à Ann Arbor (Michigan) après avoir snobbé Nick Saban et le Crimson Tide lors de son recrutement en 2019, il a assumé son statut de prospect 5-étoiles en devenant le backup de luxe de Josh Metellus. Il sera cette saison le FS #1 des Wolverines. 36 plaquages, 3 passes défendues, 1 interception la saison dernière.

22. Tariq Thompson (S), Sr, San Diego State

Véritable guerrier sur le terrain, il est le symbôle de la rugueuse et robuste défense des Aztecs (75.4 yards au sol par match, #2 du pays). 31 passes défendues et 11 interceptions en carrière.

23. Eric Stokes (CB), Jr, Georgia

Bien moins médiatisé que son coéquipier CB Tyson Campbell (voir ci-dessous), cet ancien prospect 3-étoiles s’est rapidement imposé comme un vrai playmaker au sein de la défense des Dawgs malgré l’énorme concurrence au poste de cornerback à Georgia. 38 plaquages, 9 passes défendues (#1 de l’équipe) en 2019.

24. Tyson Campbell (CB), Jr, Georgia

Probablement l’un des defensive backs les plus robustes et athlétiques au niveau national. 2ème meilleur cornerback du recrutement national en 2018, il possède trop de talent pour ne pas s’imposer cette saison comme l’une des références à son poste après une année 2019 écourtée par les blessures.

25. Asante Samuel Jr (CB), Jr, Florida State

Comparé à son père depuis qu’il joue au football, il a su composer avec cette pression supplémentaire pour se faire une place parmi les meilleurs cornerbacks de l’ACC. 49 plaquages, 14 passes défendues et 1 TD en 2019.

Fr: freshman; so: sophomore; Jr: junior; Sr: senior
CB : cornerback; S : safety

Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Previewil y a 3 jours

Preview 2020 : Brigham Young Cougars

Après une saison 2019 décevante, QB Zach Wilson et les Cougars sauront-ils rebondir malgré un calendrier absoluement infernal ?

Previewil y a 6 jours

Preview 2020 : Notre Dame Fighting Irish

Le retour de QB Ian Book derrière une ligne offensive expérimentée sera-t-il suffisant pour faire des Fighting Irish des prétendants...

Previewil y a 6 jours

L’équipe TBP All-America de pré-saison 2020

La saison 2020 aura peut-être bien lieu après tout et il est temps de célébrer la crème de la crème...

Previewil y a 6 jours

Top 25 des meilleurs defensive backs en 2020

Le cornerback junior du Crimson Tide d'Alabama, Patrick Surtain II, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs defensive...

Previewil y a 1 semaine

Top 25 des meilleurs linebackers en 2020

Le joueur junior des Nittany Lions de Penn State, Micah Parsons, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs...

Previewil y a 2 semaines

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne défensive en 2020

Le defensive end sophomore des Hurricanes, Gregory Rousseau, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne...

Previewil y a 2 semaines

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne offensive en 2020

Le joueur senior des Ducks d'Oregon, Penei Sewell, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne...

Previewil y a 3 semaines

Top 25 des meilleurs receveurs en 2020

Le joueur junior des Tigers de LSU, Ja'Marr Chase, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs receveurs à...

Previewil y a 4 semaines

Top 25 des meilleurs running backs en 2020

Le running back des Tigers de Clemson, Travis Etienne, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs coureurs à...

Previewil y a 4 semaines

Top 25 des meilleurs quarterbacks en 2020

Le quarterback des Tigers de Clemson, Trevor Lawrence, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs quarterbacks à l’aube...

Articles les plus lus