Suivez-nous

Preview

Preview 2017 : conférence Big 12

Double-champions de conférence Big 12 en titre, les Sooners d’Oklahoma et leur nouveau coach Lincoln Riley tenteront de faire la passe de trois en écartant de leur chemin Oklahoma State, Kansas State et Texas.

Credit photo : Ronald Martinez/Getty Images

Publié

le

L’expansion n’est plus à l’ordre du jour mais la conférence Big 12 vivra une petite révolution en 2017 avec le retour d’un Big 12 Championship Game. L’objectif est clair : renforcer les chances du champion de conférence de participer au College Football Playoff.

Avec neuf matchs de conférence pour chaque équipe, la Big 12 est donc garantie d’avoir un rematch lors de la finale organisée au AT&T Stadium d’Arlington.

Prédictions 2017 dans la conférence Big 12

Champion 2017 : Oklahoma.
MVP : QB Baker Mayfield, Oklahoma.
Meilleur joueur offensif : QB Mason Rudolph, Oklahoma State.
Meilleur joueur défensif : LB Malik Jefferson, Texas.
Freshman de l’année : RB Trey Sermon, Oklahoma.
Prospects NFL à suivre : QB Mason Rudolph (Oklahoma State), WR James Washington (Oklahoma State), WR Marcell Ateman (Oklahoma State), OT Orlando Brown (Oklahoma), OT Connor Williams (Texas), LB Malik Jefferson (Texas), Ogbonnia Okoronkwo (Oklahoma), CB Jordan Thomas (Oklahoma), S Kyzir White (West Virginia), KR KaVontae Turpin (Texas Christian).

Du 20 juillet au 23 juillet 2017, The Blue Pennant vous a proposé les présentations des principaux programmes de la conférence Big 12 :
Kansas State Wildcats.
Oklahoma Sooners.
Oklahoma State Cowboys.
Texas Longhorns.

Tour d’horizon dans la conférence Big 12

Qui peut menacer la suprématie d’Oklahoma ?

Après 17 saisons de pure domination (10 titres de champion de conférence), les Sooners ont tourné la page de l’ère Bob Stoops au profit de l’un des coachs les plus doués de sa génération, leur ex-coordinateur offensif Lincoln Riley. Double-champion de conférence Big 12 en titre, Oklahoma et son explosif quarterback, QB Baker Mayfield, semblent encore les grands favoris pour réussir un three-peat.

Embed from Getty Images

Toutefois, les plus fervents adversaires des Sooners seront leurs rivaux de l’État d’Oklahoma : les Cowboys d’Oklahoma State dont les trois stars offensives (QB Mason Rudolph, RB Justice Hill, WR James Washington) seront de retour en 2017 et ne sont pas sans rappeler la formidable équipe de 2011 (#3 du pays). Aucun autre coach de la conférence n’a actuellement le swag de Mike Gundy. Du mug « Big Daddy » en conférence de presse à la médiatisation contrôlée de son mullet, tout y est passé durant l’intersaison. Est-ce l’année des Cowboys ? La question est d’autant plus légitime qu’ils accueilleront les Sooners à Stillwater au mois de novembre.

On ne peut pas négliger les talentueux Longhorns de Texas désormais dirigés par Tom Herman (ex-Houston) et qui espèrent surprendre tout le monde dès 2017. West Virginia pourrait également construire sur une excellente saison 2016 (10-3) en injectant du sang neuf avec notamment l’arrivée de QB Will Grier via un transfert des Gators de Florida.

Comme toujours, aucun match face à Kansas State ne sera aisé. Le légendaire Bill Snyder connait trop bien la chanson et possède en QB Jesse Ertz l’un des quarterbacks les plus sous-estimés du pays. Co-champions en 2014, Baylor et Texas Christian ont également quelques arguments à faire valoir.

Finalement, le commissionnaire Bob Bowlsby n’a-t-il pas raison lorsqu’il déclare :

« La conférence Big est la plus équilibrée du pays » – Bob Bowlsby, commissionnaire de la conférence Big 12.

Quelque soit l’équipe qui se lancera à l’assaut des Sooners, il le fera sous la bannière commune « Beat Oklahoma » afin d’éviter un 3ème titre d’affilée du programme de Norman (Oklahoma).

Tom Herman peut-il déjà faire de Texas un programme de nouveau redouté ?

La descente aux enfers des Longhorns en 2016 a connu son apothéose avec l’invraisemblable défaite 24-21 en OT à Kansas. Exit coach Charlie Strong remplacé par le volubile Tom Herman (ex-Houston) dont la mission sera ni plus ni moins de redorer, en mode accéléré, le blason d’un programme historique du College Football.

Embed from Getty Images

Son premier défi sera de mettre en place un changement d’identité et de culture. Dès son arrivée, il a mis l’accent sur le travail avant tout. Puis, il a obtenu que les installations du programme de football du campus d’Austin (Texas) soient rénovées. « Look good, feel good, play good ». Objectif : l’investissement de l’université doit être à la hauteur des exigences de résultats envers les étudiants-athlètes.

Mais le challenge le plus important sera sur le terrain. La Burnt Orange Nation exige des victoires. Maintenant. Le sophomore QB Shane Buechele a un an d’expérience et il pourrait être l’un des grands bénéficiaires de l’arrivée de Tom Herman. Car l’attaque a semblé perdu l’an dernier lorsque le ballon n’allait pas dans les mains de RB D’Onta Foreman. Cela pourrait prendre plus d’une saison avant que les Longhorns redeviennent de vraies menaces pour les ténors de la Big 12 mais rien de moins qu’une participation à un bowl ne sera tolérée.

QB Mason Rudolph est-il le meilleur passeur du pays ?

Seulement 7 quarterbacks ont réussi plus de yards que QB Mason Rudolph l’an dernier et seulement trois seront de retour en 2017 (Luke Falk, Mike White, Logan Woodside). La voie du titre de meilleur passeur lui semble plus que jamais ouverte.

Les options offertes à lui ne manqueront pas puisque les deux meilleurs receveurs des Cowboys, WR James Washington et WR Jalen McCleskey, seront fidèles au poste pour montrer l’exemple au true freshman 4 étoiles, WR Tyler Wallace.

Embed from Getty Images

Si coach Mike Gundy reste toujours aussi agressif offensivement, QB Mason Rudolph pourrait ne pas se contenter du titre de meilleur passeur du pays mais être une menace très sérieuse pour son voisin d’Oklahoma, QB Baker Mayfield, dans la course à l’obtention du trophée Heisman.

Comment débutera l’ère Matt Ruhle à Baylor ?

S’il y a bien un programme qui a un besoin impératif d’une excellente saison de son nouveau coach, c’est assurément Baylor. Sous les ordres de l’intérimaire Jim Grobe, les Bears ont débuté leur campagne 2016 avec 6 victoires d’affilée avant de s’effondrer par la suite (6 défaites en 7 matchs). Le contre-choc – attendu – du scandale d’agressions sexuelles qui a frappé le programme de Waco (Texas) s’est durement fait ressentir.

Aucun des succès que le nouveau des Bears, Matt Ruhle (ex-Temple), remportera en 2017 n’effacera ce qui s’est passé du temps d’Art Briles. L’ancien coach des Owls de Temple le sait. Mais il sait aussi qu’il a l’opportunité d’écrire un nouveau chapitre – plus glorieux celui-là – du programme de Baylor. Avec plusieurs playmakers à sa disposition (QB Zach Smith, QB Anu Solomon, RB Terance Williams, WR Chris Platt) prêts à entrer dans le moule, coach Ruhle pourrait faire des Bears l’une des équipes surprises de cette saison 2017.

Les Jayhawks de Kansas peuvent-ils gagner un match en 2017 ?
La question peut sembler provocante mais la tendance n’est pas en faveur d’un programme de Kansas à la dérive depuis près d’une décennie. Si ce n’avait pas été d’une victoire complètement folle remportée face à Texas en novembre dernier (la première face aux Longhorns depuis 1938 !), les Jayhawks auraient perdu leurs 20 derniers matchs de conférence Big 12. Depuis 2014, Kansas n’a attiré qu’un seul prospect 4 étoiles… le calvaire pourrait durer et durer encore.

Embed from Getty Images

Hormis un match d’ouverture à domicile face à SE Missouri State (FCS), les Jayhawks ne seront pas favoris dans tous leurs autres matchs prévus en 2017. Et pourtant, coach David Beatty a vu son salaire doubler (de 800 000 $ à 1.7 millions de $) pour avoir conclu une saison avec un bilan de 2-10…

Le match de l’année

Oklahoma @ Oklahoma State
4 novembre 2017
La 112ème édition du Bedlam Game pourrait bien être un avant-goût du Big 12 Championship Game qui se tiendra un mois plus tard. Bonne idée de la part de la conférence d’avoir avancé cet affrontement généralement organisé au début du mois de décembre. On saura lors de cette rencontre au sommet si QB Mason Rudolph et WR James Washington ont bien fait de faire leur retour chez les Cowboys pour leur année senior. Ils ont tous les deux déclaré qu’ils voulaient un titre de champion de Big 12 avant de tenter leur chance chez les pros. Pour les Sooners, l’objectif est clair : poursuivre leur large domination historique face à Oklahoma State (86-18-7) en remportant une 3ème victoire consécutive face aux Pokes. Le vaincu sera probablement écarté de la course aux playoffs.

Calendrier complet de la conférence Big 12

Nos prédictions

1. Oklahoma Sooners

En 2016 : 11-2, 9-0 Big 12. Champion de conférence.
Prédiction : 11-2, 8-1 Big 12. Champion de conférence.
Match décisif : @ Oklahoma State, 4 novembre.
Joueurs-clés partis : RB Samaje Perine, RB Joe Mixon, WR Dede Westbrook, LB Jordan Evans, S Ahmad Thomas.
Joueurs à suivre : QB Baker Mayfield, RB Abdul Adams, OT Orlando Brown, TE Mark Andrews, LB Ogbonnia Orkoronkwo, LB Caleb Kelly, CB Jordan Thomas, SS Steven Parker.
Future star : LB Jon-Michael Terry.

Embed from Getty Images

Le monde du College Football a été renversé lorsque le légendaire coach des Sooners, Bob Stoops, a annoncé sa retraite en plein mois de juin. Du coup, c’est le prometteur coordinateur offensif Lincoln Riley qui a pris les rênes du programme de Norman (Oklahoma). Malgré les départs de RB Joe Mixon, RB Samaje Perine et WR Dede Westbrook, l’attaque d’Oklahoma devrait rester explosive en raison du retour du candidat au trophée Heisman, QB Baker Mayfield, pour sa saison senior. La ligne offensive est solide comme jamais (Hello, LT Orlando Brown !) et plusieurs playmakers offensifs (RB Abdul Adams, WR Jeffery Mead, TE Mark Andrews) ont su attendre leur tour. Comme la plupart des équipes de la conférence Big 12, les interrogations sont plus nombreuses en défense. Les Sooners vont passer à un système défensif 4-3 afin de mettre davantage de pression sur les quarterbacks adverses : il y aura forcément un temps d’adaptation au sein d’une défense qui a perdu un leader en LB Jordan Evans. Avec des déplacements cruciaux à Ohio State, Kansas State et Oklahoma State, la route du College Football Playoff 2017 sera semée d’embûches.

2. Oklahoma State Cowboys

En 2016 : 10-3, 7-1 Big 12.
Prédiction : 10-3, 7-1 Big 12.
Match décisif : Oklahoma, 4 novembre.
Joueurs-clés partis : TE Blake Jarwin, OT Victor Salako, DT Vincent Taylor, S Jordan Sterns, PK Ben Grogan.
Joueurs à suivre : QB Mason Rudolph, RB Justice Hill, WR James Washington, WR Jalen McCleskey, WR Marcell Ateman, LB Chad Whitener, S Tre Flowers.
Future star : WR Tyler Johnson.

Embed from Getty Images

Pour beaucoup d’observateurs, Oklahoma State pourrait bien être la sensation de cet automne… au niveau national. Il faut dire que les ressemblances avec la génération 2011 des Cowboys (QB Brandon Weeden, RB Joseph Randle et WR Justin Blackmon), qui avait terminé #3 du pays, sont saisissantes. En 2017, la troupe de coach Gundy peut encore compter sur le meilleur QB-RB-WR du pays suite aux retours inattendus de QB Mason Rudolph et WR James Washington associés à l’éclosion de RB Justice Hill. De plus, c’est un programme qui bénéficie d’un certain élan né des 8 victoires remportées lors de ses 9 derniers matchs de 2016 et d’une démonstration réussie face à Colorado (38-8) lors du dernier Alamo Bowl. La grande incertitude se situe encore en défense (446.3 yards accordés en moyenne par match en 2016, #92 du pays); les pertes de DT Vincent Taylor et S Jordan Sterns n’arrangeant pas la situation. Tout pourrait finalement se jouer entre le 21 octobre et le 4 novembre alors que les Cowboys se déplaceront à Texas et à West Virginia avant le Bedlam Game face à Oklahoma au Boone Pickens Stadium de Stillwater (Oklahoma).

3. Texas Longhorns

En 2016 : 5-7, 3-6 Big 12.
Prédiction : 8-4, 6-3 Big 12.
Match décisif : Oklahoma State, 21 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Tyrone Swoopes, RB D’onta Foreman, OG Kent Perkins, DT Paul Boyette, S Dylan Haines.
Joueurs à suivre : QB Shane Buechele, WR Devin Duvernay, LT Connor Williams, DE Malcolm Roach, LB Malik Jefferson, LB Breckyn Hager.
Future star : S Brandon Jones.

Embed from Getty Images

Après 3 saisons négatives consécutives, les Longhorns n’avaient plus le choix : coach Charlie Strong a été renvoyé et remplacé immédiatement par le coach le plus convoité du moment : un ancien de la maison, Tom Herman (ex-Houston). Ce dernier bénéficiera de deux promotions de recrues successives classées dans le Top 10 et pas moins de 37 joueurs sur les 44 meilleurs du depth chart sont de retour en 2017 ! L’an passé, les Longhorns ont également dominé leurs adversaires de la conférence Big 12 par une moyenne 19.3 yards par match… tout en perdant 5 matchs par un écart de 7 points ou moins. Avec une année d’expérience supplémentaire et une nouvelle dynamique, ce groupe talentueux pourrait tout renverser sur son passage. Certes, le départ de RB D’Onta Foreman fera mal à l’attaque mais l’éclosion annoncé du sophomore QB Shane Buechele et le retour de blessure de RB Chris Warren III devraient permettre à l’attaque spread de Texas de rester dangereux (491.3 yards en moyenne par match, #16 du pays). L’arrivée du coordinateur défensif Todd Orlando a pour but de faire atteindre le plein potentiel d’une défense prometteuse mais très décevante la saison dernière (448.3 yards accordés par match, #94 du pays). Le déplacement du 16 septembre à USC nous en dira un peu plus sur le réel potentiel des Longhorns en 2017.

4. Kansas State Wildcats

En 2016 : 9-4, 6-3 Big 12.
Prédiction : 8-4, 5-4 Big 12.
Match décisif : Oklahoma, 21 octobre.
Joueurs-clés partis : OL Terrale Johnson, DE Jordan Willis, LB Elijah Lee, LB Charmeachealle Moore, DB Dante Barnett.
Joueurs à suivre : QB Jesse Ertz, RB Alex Barnes, WR Byron Pringle, OL Dalton Risner, DB D.J. Reed.
Future star : WR Carlos Strickland.

Embed from Getty Images

Les Wildcats du légendaire head coach Bill Snyder seront assurément en course pour le titre de conférence Big 12. Les 4 défaites de Kansas State en 2016 l’ont été contre des programmes classés au Top 25 et deux d’entre-elles le furent par moins de 7 points. Le senior QB Jesse Ertz est le catalyseur d’une solide attaque aérienne qui évoluera protégée par une robuste ligne offensive. Cette attaque pourrait être amenée à faire la différence car la défense pourrait souffrir de la perte de 5 joueurs-clés dont le leader DB Dante Barnett. Les deux déplacements à Texas et Oklahoma State seront des tests grandeur nature pour déterminer quelles seront les possibilités des Wildcats en 2017.

5. Texas Christian Horned Frogs

En 2016 : 6-7, 4-5 Big 12.
Prédiction : 7-5, 5-4 Big 12.
Match décisif : Baylor, 24 novembre.
Joueurs-clés partis : OT Aviante Collins, DE Josh Carraway, DE James McFarland, DT Aaron Curry, S Denzel Johnson.
Joueurs à suivre : QB Kenny Hill, RB Kyle Hicks, C Austin Schlottmann, LB Travin Howard, S Niko Small.
Future star : DL Ross Blacklock.

Embed from Getty Images

Texas Christian fût l’une des plus importantes déceptions de la saison 2016 : avec un bilan de 6-7, les Horned Frogs ont connu l’une des trois seules saisons négatives des 16 années du règne de coach Gary Patterson. La régression a été particulièrement violente dans le secteur offensif (de 42.1 de moyenne en 2015 à 31.0 l’an passé, #8 de la Big 12). Désormais seul aux commandes de l’attaque Air Raid de TCU suite au départ de Doug Meacham à Kansas, le coordinateur offensif Sonny Cumbie misera sur le retour de 9 titulaires en attaque. Mais sans des performances plus constantes du senior QB Kenny Hill (13 INT en 2016), les Horned Frogs pourraient encore connaître plusieurs désillusions comme les 5 défaites subies à domicile l’an dernier. Défensivement, il faudra remplacer le leadership du duo de pass rushers, DE Josh Carraway / DE James McFarland mais la présence du meilleur plaqueur de la conférence Big 12, LB Travin Howard, apportera une certaine stabilité sur le second rideau. Objectif non-avoué des Horned Frogs en 2017 : la plateau des 8 victoires et un ou deux succès surprise face à l’un des ténors de la conférence (Oklahoma, Oklahoma State, Texas).

6. West Virginia Mountaineers

En 2016 : 10-3, 7-2 Big 12.
Prédiction : 7-5, 5-4 Big 12.
Match décisif : Oklahoma State, 28 octobre.
Joueurs-clés partis : WR Shelton Gibson, WR Daikiel Shorts, C Tyler Orlosky, LB Justin Arndt, CB Rasu Douglas.
Joueurs à suivre : QB Will Grier, RB Justin Crawford, WR Ka’Raun White, OG Kyle Bosch, LB David Long, S Kyzir White.
Future star : LB Brendan Ferns.

Embed from Getty Images

Pour la 2ème année d’affilée, la défense a été pillée par les départs pour la NFL. L’un des meilleurs coordinateurs défensifs de la Big 12, Tony Gibson, devra encore faire de la magie pour permettre aux Mountaineers de rester compétitifs. Cette baisse de régime attendue du secteur défensif pourrait être compensée par un feu d’artifice offensif. L’ancien quarterback titulaire de Florida, QB Will Grier, fera ses grands débuts à la tête d’une attaque qui peut aussi compter sur l’explosif RB Justin Crawford et sur un groupe de receveurs expérimentés mené par WR Ka’Raun White. Tout ce beau monde étant toujours sous les ordres d’un coach Dana Holgorsen favorable à des systèmes agressifs. Rééditer le bilan de 10-3 de l’an dernier serait un exploit mais une place dans le Top 25 de fin de saison n’est pas à écarter.

7. Baylor Bears

En 2016 : 7-6, 3-6 Big 12.
Prédiction : 6-6, 3-6 Big 12.
Match décisif : @ Texas Christian, 24 novembre.
Joueurs-clés partis : QB Seth Russell, WR KD Cannon, C Kyle Fuller, LB Aiavion Edwards, S Orion Stewart.
Joueurs à suivre : QB Zach Smith, RB Terence Williams, OT Mo Porter, DE K.J. Smith, LB Taylor Young.
Future star : S Henry Black.

Embed from Getty Images

La saison dernière des Bears de Baylor s’est terminée avant même qu’elle ait débuté. Coach Art Briles a été renvoyé en mai 2016 suite au scandale d’agressions sexuelles qui a emporté dans la tourmente le programme de Waco (Texas). Du coup, les Bears ont connu leur premier bilan négatif en match de conférence Big 12 depuis 2012. L’arrivée de coach Matt Ruhle (ex-Temple) devrait apporter un peu de stabilité. L’attaque devrait rester agressive (522.7 yards en moyenne par match en 2016, #6 du pays) autour de QB Zach Smith et RB Terence Williams. La défense a montré des signes encourageants l’an passé (5.4 yards par jeu en 2016, #1 de la Big 12) et le nouveau coordinateur défensif Phil Snow devrait bâtir autour des 5 titulaires de retour en 2017. Baylor devrait réussir à prolonger sa série de 7 participations à un bowl de fin de saison mais les Bears sont encore en convalescence et ne devraient pas être en mesure de défier les ténors de la conférence Big 12.

8. Iowa State Cyclones

En 2016 : 3-9, 2-7 Big 12.
Prédiction : 5-7, 3-6 Big 12.
Match décisif : Texas Christian, 28 octobre.
Joueurs-clés partis : OL Nick Fett, OL Brian Bobek, DT Demond Tucker, DL Jhaustin Thomas, CB Jomal Wiltz.
Joueurs à suivre : QB Jacob Park, WR Allen Lazard, LB Willie Harvey, S Kamari Cotton-Moya, CB Brian Peavy.
Future star : DT Ray Lima.

Embed from Getty Images

Malgré un bilan identique à celui de la saison précédente (3-9), les Cyclones ont fait des progrès prometteurs en 2016 lors de la première saison de coach Matt Campbell. Iowa State a perdu 5 de ses 9 matchs par 10 points ou moins et a remporté 2 de ses 3 derniers matchs dont une démonstration 66-10 face à Texas Tech. Une première participation à un bowl de fin de saison depuis 2012 est envisageable particulièrement si le junior QB Jacob Park poursuit sa progression après des débuts prometteurs d’autant qu’il pourra compter sur l’un des groupes de receveurs les plus explosifs du pays. Le senior WR Allen Lazard est même un potentiel candidat à un sélection dans l’équipe All-American. Il est évident que de sérieux progrès sont attendus au sein d’une défense qui a souffert l’an passé (452.9 yards en moyenne par match, #102 du pays). Si les Cyclones parviennent à remporter 2 de leurs swing games (Baylor, Iowa, Texas Tech), le plateau des 6 victoires devrait être atteint.

9. Texas Tech Red Raiders

En 2016 : 5-7, 3-6 Big 12.
Prédiction : 4-8, 2-7 Big 12.
Match décisif : Texas Christian, 18 novembre.
Joueurs-clés partis : QB Patrick Mahomes, OL Braylen Brown, DE Kris Williams, DT Breiden Fehoko, CB Justis Nelson.
Joueurs à suivre : RB Da’Leon Ward, WR Keke Coutee, LB Jordyn Brooks, S Jah’Shawn Johnson, PK Clayton Hatfield.
Future star : OG Jack Anderson.

Embed from Getty Images

Ça passe ou ça casse pour coach Kliff Kingsbury. Sur les 4 dernières saisons, les Red Raiders possèdent un bilan peu reluisant de 13-23 en match de conférence Big 12 et se sont effondrés en fin de saison 2016 (6 défaites lors des 8 derniers matchs). Ce n’est pas en attaque que le bas blesse. Les départs de QB Patrick Mahomes et WR Jonathan Giles devraient être compensés par le gunslinger senior QB Nik Shimonek et le junior WR Keke Coutee. C’est surtout en défense que les progrès sont indispensables. Pour la 3ème saison, Texas Tech a accordé plus de 40 points par match l’an dernier (43.5 en 2016, #128 du pays) ! Le coaching staff a fait appel à 5 recrues venues du Junior College afin de donner une chance aux Red Raiders de retrouver une place dans un bowl de fin de saison.

10. Kansas Jayhawks

En 2016 : 2-10, 1-8 Big 12.
Prédiction : 4-8, 1-8 Big 12.
Match décisif : Texas Tech, 7 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Montell Cozart, RB Ke’aun Kinner, CB Brandon Stewart, CB Marnez Ogletree, S Fish Smithson.
Joueurs à suivre : WR Steven Sims Jr, DE Dorance Armstrong, DL Daniel Wise, LB Joe Dineen, S Mike Lee.
Future star : WR Daylon Charlot.

Embed from Getty Images

Le projet de reconstruction du programme de Lawrence (Kansas) de coach David Beatty n’a produit que de faibles signes d’amélioration l’an dernier. Certes, les Jayhawks ont mis fin à leur incroyable série de 19 défaites d’affilée en match de Big 12 mais le chemin semble encore long avant de revoir Kansas parmi les cadors de la conférence. Coach Beatty compte sur les 10 recrues venues du Junior College pour insuffler du sang neuf. QB Peyton Bender est notamment attendus comme le messie. Il sera aidé par un intrigant groupe de receveurs. Seul problème : l’attaque au sol a été anémique l’an dernier ( 119.1 yards par match en 2016, #116 du pays) et rien indique de grands changements dans ce secteur en 2017. Mais dans une conférence tournée vers l’attaque, ce sera encore la défense qui dictera les raisons d’y croire pour les Jayhawks. Épouvantable l’an passé (456.2 yards accordés par match, #109 du pays), elle ne peut que faire mieux. Cela ne devrait pas suffire pour éviter la dernière place au classement.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis près de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le podcast TBP/Radiossa - Made in US. Expert NFL et NHL. Grand amateur de la NBA et du College Basketball. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2018 : Miami Hurricanes

Après trois défaites pour conclure une saison dernière pourtant positive, les Hurricanes reviennent en 2018 avec l’ambition de conserver leur titre de division et de faire tomber Clemson dans la conférence ACC.

Publié

le

Crédit photo : Joel Auerbach/Getty Images

Miami Hurricanes

Conférence ACC – Division Coastal

En 2017 : 10-3, 7-1 ACC. Champion de la division ACC Coastal. Orange Bowl : défaite 34-24 face à Wisconsin.
Head Coach : Mark Richt, 3ème année (19-7) – Résultats en carrière: 164-58.
Coordinateur offensif : Thomas Brown.
Coordinateur défensif : Manny Diaz.
Titulaires de retour : 6 en attaque, 7 en défense, punter.
Joueurs-clés partis : RB Mark Walton, TE Chris Herndon IV, DE Chad Thomas, DT R.J. McIntosh, DT Kendrick Norton.
Joueurs à suivre : QB Malik Rosier, RB Travis Homer, WR Ahmon Richards, G Navaughn Donaldson, DE Joe Jackson, LB Shaquille Quaterman, LB Michael Pickney, CB Mike Jackson, CB Trajan Bandy, S Jaquan Johnson.

« The U » est-elle de retour ? Cette question ridicule et même illégitime, il y a peu, ne fait plus rire personne. Car en deux saisons à la tête des Hurricanes, coach Mark Richt a redoré le blason d’un programme qui n’avait plus atteint le plateau des 10 victoires depuis… 2003 !

L’an dernier, pour la première fois depuis qu’ils ont rejoint l’ACC, les Hurricanes ont participé à la finale de conférence ce qui leur a ouvert les portes d’une participation à l’Orange Bowl. Ils ont été classés #2 du pays après un net succès sur Notre Dame et ils ont également battu Florida State pour la première fois depuis 2009. Enfin, Miami a fait sensation avec la « Turnover Chain » qui a fait le buzz tout au long de l’automne 2017.

Embed from Getty Images

Toutefois, ce tableau idyllique a été terni par une fin de saison au gout amer : trois défaites d’affilée subies face à Pittsburgh, Clemson (ACC Championship Game) et Wisconsin (Orange Bowl). Et c’est donc avec la volonté de rebondir rapidement que les Hurricanes tenteront de renverser Clemson pour participer au College Football Playoff.

Pour y parvenir, coach Mark Richt peut compter sur un groupe de joueurs au talent homogène dont la force réside dans l’effort collectif plus que dans les exploits individuels. Si on y ajoute deux promotions de recrues dans le Top 10 National lors des deux dernières années, ces Hurricanes ont de nombreux atouts pour confirmer leur renouveau.

Attaque

Offensivement, c’était la grande incertitude à la même époque, il y a tout juste un an. QB Brad Kaaya venait de rejoindre la NFL laissant sa place à l’inexpérience d’un QB Malik Rosier (3120 yards, 26 Td, 14 INT et 468 yards au sol, 5 TD en 2017) qui n’avait été titularisé qu’à une seule reprise. Ce dernier a répondu aux attentes en remportant 10 victoires et en établissant notamment un nouveau record de l’université pour le nombre de TD réussi par un QB (31). Mais l’Histoire d’amour entre lui et Miami est tumultueuse… en raison de son inefficacité à la passe (45% lors des 3 défaites en fin de saison dernière). Coach Mark Richt a d’ailleurs été clair : sans une amélioration dans ce secteur, il n’hésitera pas à lancer dans le grand bain l’un des deux freshmen 4-étoiles, QB N’Kosi Perry ou QB Jarren Williams.

L’autre défi du coordinateur offensif Thomas Brown sera également de régler l’inconstance de la production d’une ligne offensive qui comptera sur le retour de trois titulaires. Le senior LT Tyree St.Louis succède à KC McDermott au poste de left tackle. Protecteur de passe appliqué, il devra progresser sur le run blocking. Il tentera de solidifier le côté gauche avec le senior LG Jahair Jones ou l’ancien joueur de Tennessee, LG Venzell Boulware. Au centre, on retrouvera toujours le senior C Tyler Gauthier alors que le sophomore RT Navaughn Donaldson sera, lui aussi, fidèle au poste au côté du junior RG Hayden Mahoney.

En 2017, le junior RB Travis Homer (966 yards au sol, 8 TD en 2017) s’est affirmé comme la première option dans le backfield offensif après la grave blessure de Mark Walton en octobre dernier. Il devrait encore former un solide duo de running backs avec le sophomore RB DeeJay Dallas (217 yards au sol, 3 TD en 2017). Le true freshman 5-étoiles RB Lorenzo Lingard devra apprendre le playbook avant de faire ses débuts. Peut-être ne le verra-t-on qu’en novembre afin de préserver son année redshirt.

Embed from Getty Images

Pour aider QB Malik Rosier, le groupe de receveurs devra monter son niveau de jeu d’un cran. Certes, les Hurricanes possèdent en WR Ahmmon Richards (24 réceptions, 439 yards et 3 TD en 7 matchs joués en 2017) l’un des meilleurs receveurs de la conférence ACC mais les départs de WR Braxton Berrios et de TE Chris Herndon ont laissé un grand vide. Les rapides sophomores WR Jeff Thomas (17 réceptions, 374 yards, 2 TD en 2017) et WR Mike Harley ainsi que le receveur de possession, WR Lawrence Cager (16 réceptions, 237 yards, 3 TD en 2017) seront donc sous le feu des projecteurs. Mais la bonne surprise pourrait venir du poste de tight-end. Le true freshman 4-étoiles TE Brevin Jordan et le junior TE Michael Irvin II vont apporter de sérieuses options au jeu aérien des Hurricanes grâce à leurs aptitudes de vitesse.

Défense

Si l’attaque est sujette à plusieurs interrogations, c’est avec plus de certitude en défense que les Hurricanes vont défendre leur titre de champion de division ACC Coastal, et ce, malgré de nombreux départs sur la ligne défensive (Kendrick Norton, RJ McIntosh, Chad Thomas, Trent Harris) et celui du coach de ligne, Craig Kuligowski, à Alabama.

Car la bonne nouvelle est le retour sur les terrains de l’ancien joueur de Florida, le senior DT Gerald Willis III, absent tout au long de la saison 2017 pour « raisons personnelles ». Il va apporter un certain leadership à un front four agressif (3.5 sacks en moyenne par match en 2017) composé des juniors DT Pat Bethel (18 plaquages en 2017) et DE Joe Jackson (50 plaquages, 6.5 sacks en 2017) ainsi que du sophomore DE Jonathan Garvin (2 sacks en 2017). On gardera également un oeil sur les pass-rushers DE Demetrius Jackson (18 plaquages, 3.5 sacks en 2017), de retour après une blessure qui a mis un terme à sa saison 2017 après le 7ème match, et DE Greg Rousseau.

Pour la 3ème année consécutive, les Hurricanes pourront compter sur la même ligne de linebackers. Les juniors MLB Shaquille Quarterman (83 plaquages, 2.5 sacks en 2017), WLB Michael Pinckney (68 plaquages, 3.5 sacks, 1 INT en 2017) et SLB Zach McCloud (48 plaquages, 2 sacks en 2017) avaient tous les trois été titularisés dès leur saison freshman, en 2016. Du coup, ils forment un trio complémentaire et performant même s’ils ont été pointés du doigt pour leur manque d’efficacité sur les coverages en fin de saison dernière.

Embed from Getty Images

Comme l’an passé, le backfield défensif sera encore la grande force de la défense de Miami. Les trois seniors S Jaquan Jackson (96 plaquages, 1 sack, 4 INT en 2017), S Sheldrick Redwine (59 plaquages, 2 INT en 2017) et CB Michael Jackson (43 plaquages, 1 sack en 2017) sont de retour pour une dernière saison au niveau NCAA. Malgré sa petite taille, S Jaquan Jackson est un des plus gros frappeurs de la conférence ACC et son instinct pour le jeu fait de lui un spécialiste sur les coverages. Il formera un excellent duo avec le senior S Sheldrick Redwine. Au poste de cornerback, les Hurricanes ont appris avec stupeur la fin de carrière de CB Malek Young (blessure à la nuque). Du coup, le senior CB Jhavonte Dean devrait débuter la saison au côté du percutant CB Michael Jackson.

Équipes spéciales

Miami a dit au revoir à celui qui assuré le poste de kicker pendant 4 saisons, Michael Badgley. Ce dernier a passé le relais au freshman K Bubba Baxa. Au poste de punter, on retrouvera encore l’inconstant sophomore P Zach Feagles (38.6 yards en moyenne par punt) dont le père, Jeff, a remporté le Super Bowl avec les Giants de New York, en 2008. Avec le départ de Braxton Berrios, Miami a perdu le meilleur retourneur de la conférence ACC. WR Jeff Thomas sur retour de kickoff et RB DeeJay Dallas sur retour de punt semblent être deux options viables pour le remplacer.

Calendrier

« The U » pourra-t-elle faire aussi bien que l’an passé en débutant sa saison 2018 par 10 victoires ? Pour y parvenir, il ne faudra pas se louper dès la week 1. Les Hurricanes affrontent LSU au AT&T Stadium d’Arlington dans un choc ACC-SEC très excitant. Une défaite dans ce match et le joker de Miami serait déjà utilisé. La fin du mois de septembre semble tranquille avec des match contre Savannah State (FCS), Toledo, FIU et North Carolina. Octobre commencera en fanfare avec la réception des rivaux de Florida State revanchards. Suivront deux déplacements à Virginia et à Boston College avant que le mois de novembre débute par la visite de Duke à Miami Gardens dans un match à priori crucial. La dernière ligne droite pourrait également être dangereuse avec deux matchs à Georgia Tech et à Virginia Tech avant de recevoir une équipe de Pitt qui avait été la première à faire tomber les Hurricanes en 2017.

Embed from Getty Images

Match clé
à Virginia Tech, le 17 novembre
Ce match pourrait décider du vainqueur de la division ACC Coastal. Ces deux équipes ont gagné 5 de leurs 10 affrontements et se sont partagés les titres de division lors des deux dernières saisons. Un choc qui déterminera le Destin de Miami en 2018.

Conclusion

Quelques mois après un premier titre de champion de division ACC Coastal et une participation à un bowl majeur, le programme de Miami est sur la voie d’un retour parmi l’élite du College Football. Avec le retour de 14 titulaires, les Hurricanes paraissent en mesure de se mêler à la lutte pour une place en College Football Playoff. QB Malik Rosier est de retour après des débuts convaincants l’an passé même si coach Mark Richt n’hésitera pas à lancer QB N’Kosi Perry en cas de problème. Avec un effectif pétri de talent, le coach de Miami n’a qu’un seul souci en attaque : la ligne offensive, qui a accordé 29 sacks en 2017. En défense, le coordinateur défensif Manny Diaz a quelques trous à combler après de nombreux départs mais la qualité du groupe de défenseurs devrait encore faire de ce secteur la force de l’équipe. Finalement, les chances de participation aux playoffs des Hurricanes résideront dans leur capacité à bien négocier une 2ème partie de calendrier critique (4 déplacements sur les 6 derniers matchs).

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : Duke Blue Devils

Portés par le junior QB Daniel Jones et une défense suffocante, les Blue Devils de Duke seront-ils la bonne surprise de la saison 2018 dans la conférence ACC ?

Publié

le

Crédit photo : Jeremy Brevard-USA TODAY Sports

Duke Blue Devils

Conférence ACC – Division Coastal

En 2017 : 7-6, 3-5 ACC. Quick Lane Bowl : victoire 36-14 face à Northern Illinois.
Head Coach : David Cutcliffe , 14ème année (59-67) – Résultats en carrière: 103-96.
Coordinateur offensif : Zac Roper.
Coordinateur défensif : Ben Albert, Matt Guerrieri.
Titulaires de retour : 7 en attaque, 8 en défense.
Joueurs-clés partis : RB Shaun Wilson, CB Bryon Fields.
Joueurs à suivre : QB Daniel Jones, RB Brittain Brown, WR T.J. Rahming, TE Daniel Helm, LB Joe Giles-Harris, CB Mark Gilbert, S Jeremy McDuffie.

Que la saison 2017 fût bizarre et surprenante pour les Blue Devils de Duke ! Après un départ canon (4-0), ils ont subi six défaites consécutives avant de remporter trois succès d’affilée pour conclure la saison, une première depuis 1962.

Résultat : un bilan de 7-6 et une victoire face à Northern Illinois lors du Quick Lane Bowl. De cet élan de fin d’année souffle un vent d’optimisme sur le campus de Durham (Caroline du Nord) d’autant plus que 15 titulaires sont de retour en 2018 dont 8 au sein d’une défense héroïque l’an dernier (20.2 points accordés par match, #21 du pays).

Malgré le départ à Oklahoma State du coordinateur défensif, Jim Knowles, c’est sur ce secteur défensif mené par le potentiel All-American LB Joe Giles-Harris que les Blue Devils tenteront de construire leur succès en 2018 même si l’attaque s’est réveillée en fin de saison dernière grâce à l’émergence tardive de QB Daniel Jones.

Si ce secteur offensif parvient à garder le rythme, Duke sera encore une fois une équipe très difficile à manoeuvrer. L’un des coachs les plus respectés à travers le pays, David Cutcliffe, aime ce qu’il voit de son groupe et n’en prive pas pour le dire.

« Nous savons que notre équipe est capable de produire au sol. C’est peut-être aussi le groupe de joueurs le plus athlétique que nous avons eu sur le campus depuis un bon bout de temps. » – David Cutcliffe, coach des Blue Devils de Duke.

Le reste de conférence ACC est prévenu : Duke est prêt pour être l’équipe surprise de 2018.

Embed from Getty Images

Attaque

Le redshirt junior QB Daniel Jones (2691 yards, 14 TD, 11 INT et 518 yards, 7 TD en 2017) est de retour pour sa 3ème saison comme quarterback titulaire des Blue Devils. Certes, ses statistiques ont baissé l’an dernier en raison notamment d’une chute de son efficacité à la passe (56.7%) mais son mois de novembre a été phénoménal et il nous a rappelé pourquoi il est l’un des joueurs les plus combatifs et intelligents de la conférence ACC à son poste. Il fait déjà partie de l’Histoire des Blue Devils en devenant l’an dernier le 3ème QB à réussir 20 TD à la passe et 10 au sol lors d’une même saison.

L’attaque de Duke n’a réussi que 26 TD en 53 présences dans la red zone adverse. Pour remédier à ce problème, les Blue Devils possèdent peut-être le coureur qui deviendra bientôt le plus productif de l’Histoire du programme. Avec ses 701 yards au sol l’an dernier, le sophomore RB Brittain Brown a réalisé la 2ème meilleure performance historique pour un joueur de Duke… en tant que backup de Shaun Wilson. Suite au départ de ce dernier, il sera seul aux commandes du jeu au sol même si le sophomore RB Deon Jackson et le rapide freshman RB Marvin Hubbard III devrait également contribuer.

Bonne nouvelle pour QB Daniel Jones : ses deux cibles préférées sont de retour en 2018. Les seniors WR T.J. Rahming (65 plaquages, 795 yards, 2 TD en 2017) et WR Jonathan Lloyd (39 réceptions, 367 yards, 1 TD en 2017) seront fidèles au poste tout comme un groupe fourni de tight-ends composés des seniors TE Daniel Helm (22 réceptions, 261 yards, 2 TD en 2017) et TE David Koppenhaver (17 réceptions, 154 yards, 3 TD en 2017) et du sophomore TE Noah Gray (2 TD en 2017). Seul problème pour les receveurs : leur incapacité à se défaire de leur défenseur direct. Conséquences : les receveurs n’ont réussi que 4 TD sur réception. Une misère.

La ligne offensive a régulièrement été prise à défaut l’an passé accordant notamment 29 sacks. De plus, elle ne s’est jamais montré infaillible sur le jeu au sol. Toutefois, coach Cutcliffe s’est montré confiant dans la capacité de ce groupe de poursuivre son développement. C Zach Harmon glissera de sa position de guard à celle de centre. LG Julian Santos est le seul autre titulaire de retour. Ainsi, les sophomores RG Rakavius Chambers et RT Daniel Kraeling occuperont le flanc droit tandis que le senior LT Christian Harris aura un rôle primordial comme tackle sur le côté aveugle de QB Daniel Jones.

Embed from Getty Images

Défense

Pour la première fois de l’ère Cutcliffe, la défense 4-2-5 fût la force de l’équipe l’an passé (332.6 yards accordés par match, #4 de l’ACC). Ce sera encore le cas en 2018 en raison du retour de 8 titulaires de ce côté du ballon dont les leaders, LB Joe Giles-Harris et CB Mark Gilbert.

Si la défense aérienne des Blue Devils a été si performante l’année dernière (179.4 yards accordés par match, #16 du pays), c’est grâce à une ligne défensive agressive composée de solides athlètes recrutés par le renommé coach de ligne, Ben Albert. DT Edgar Cerenord (34 plaquages, 2 sacks en 2017) est le seul senior d’un groupe fourni dont les juniors DE Tre Hornbuckle (50 plaquages, 1 sack en 2017) et DT Trevon McSwain (23 plaquages, 2.5 sacks en 2017), et le sophomore DE Victor Dimukeje (40 plaquages, 2 sacks, 1 INT en 2017) seront probablement les plus utilisés.

Le second rideau des Blue Devils est peut-être le meilleur de la conférence ACC. Ni plus ni moins. Dans un système 4-2-5, le junior MLB Joe Giles-Harris (125 plaquages, 16 pour perte, 3.5 sacks et 1 INT en 2017) et le senior WLB Ben Humphreys (70 plaquages, 2.5 sacks et 1 INT en 2017) forment un duo infernal autant sur le run support que sur les coverages. Ces deux-là ont réussi 195 plaquages à eux-deux en 2017.

Le backfield défensif pourra encore compter sur l’un des joyaux des Blue Devils en défense : le junior CB Mark Gilbert (35 plaquages, 6 INT en 2017), sélectionné dans la 1ère équipe All-ACC après avoir réussi 6 INTs et défendu 15 passes en 2017. Le système défensif de Duke à 5 defensive backs demande de la polyvalence aux safeties qui doivent être capables d’attaquer la ligne de scrimmage tout en assurant la couverture. Ce sera un vrai défi pour les deux nouveaux titulaires que seront le sophomore S Marquis Waters et le freshman ROV Leonard Johnson. Le junior S Jordan Hayes (50 plaquages, 1 INT en 2017) et le senior S Jeremy McDuffie (58 plaquages, 3 INT en 2017, blessé au genou en novembre) tenteront de récupérer leur statut de titulaire au junior S Dylan Singleton. Le sophomore CB Myles Hudzick devrait compléter ce quintet.

Embed from Getty Images

Équipes spéciales

La situation du kicking game s’est quelque peu détériorée lorsque le polyvalent K/P Austin Parker (17/21 FG, 42 yards sur punt) a été renvoyé du programme en décembre dernier. Ce sont donc deux joueurs walk-on, K Collin Wareham et P Jackson Hubbard, qui débuteront la saison pour les Blue Devils. Comme l’an passé, WR T.J. Rahming retournera les punts tandis que RB Deon Jackson succédera à Shaun Wilson sur les retours de kickoff.

Calendrier

Afin de participer à un bowl pour une 6ème fois lors des 7 dernières années, les Blue Devils devront se sortir d’un calendrier éprouvant. Au programme : deux difficiles déplacements contre des équipes du Power Five en match inter-conférence (à Northwestern et à Baylor) et deux matchs crossover périlleux (à Clemson et contre Wake Forest). Duke ne pourra également manquer la marche face à Army (en match d’ouverture) et face à North Carolina Central (FCS) à la fin du mois de septembre. Virginia et North Carolina seront également en visite au Wallace Wade Stadium alors que les Blue Devils défieront Georgia Tech, Pittsburgh et Miami sur leur terrain.

Match clé
Virginia Tech, le 29 septembre
Lourdement battu à Blacksburg l’an dernier, Duke sera revanchard au moment de recevoir les Hokies de Virginia Tech. Un succès dans ce match d’ouverture du calendrier de conférence ACC des Blue Devils leur donnerait un momentum incroyable et pourrait en faire de réels concurrents aux Hurricanes de Miami, champion de division Coastal en titre.

Conclusion

Après une saison 2016 catastrophique (4-8), Duke a rebondi l’an dernier (7-6) en obtenant une 5ème participation à un bowl en 6 ans. Les Blue Devils de coach Cutcliffe ont à leur disposition l’un des plus prometteurs quarterbacks de la conférence, QB Daniel Jones, et peuvent compter sur deux stars en défense, LB Joe Giles-Harris et CB Mark Gilbert. Est-ce que cela suffira pour une équipe qui a perdu son coordinateur défensif et qui fera face à un calendrier défavorable ? QB Daniel Jones a dans ses mains les clés des succès des Blue Devils en 2018. Car si le secteur aérien offensif progresse, Duke pourrait être la bonne surprise de la conférence ACC.

Lire la suite

Preview

Louisville renomme son stade qui devient le Cardinal Stadium

Suite à la controverse née des déclarations racistes du boss de Papa’s Johns Pizza, l’université Louisville abandonne le nom « Papa John’s Cardinal Stadium » de son stade qui devient le « Cardinal Stadium ».

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

Cela n’aurait donc pris beaucoup de temps pour que l’université de l’État du Kentucky prenne ses distances avec l’ancien booster et fondateur du géant de la restauration rapide, John Schnatter.

Le président de l’université Louisville, Neeli Bendapudi, a donc pris la décision que tous les fans des Cardinals attendaient en renonçant d’associer le nom du stade à une compagnie – pourtant locale – dont l’image est désormais entaché par un scandale retentissant.

Pour rappel, John Schnatter, a reconnu avoir utilisé une insulte raciste envers la communauté afro-américaine lors d’un appel conférence au mois de mai dernier. Cette déclaration de l’ancien président-fondateur de Papa’s Johns a fait un véritable tollé dans les médias forçant ainsi ce dernier à démissionner de son poste tout en gardant une grande partie de ses parts dans la compagnie.

Connu par le grand public pour ses apparitions dans des pubs TV notamment au côté de Peyton Manning, John Schnatter a présenté des excuses qui n’ont pas suffi à calmer la colère de certains joueurs qui avaient récemment demandé à la présidence de l’université d’envisager d’abandonner le contrat de naming du stade avec Papa’s Johns. C’est désormais chose faite. Les conséquences financières de cette rupture de contrat ne sont pas connues.

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : North Carolina State Wolfpack

Malgré la perte du pass-rusher vedette Bradley Chubb, le Wolfpack de North Carolina State reste la principale menace de Clemson dans la division ACC Atlantic grâce à la présence de l’excellent QB Ryan Finley.

Publié

le

Crédit photo : Rob Kinnan-USA TODAY Sports

North Carolina State Wolfpack

Conférence ACC – Division Atlantic

En 2017 : 9-4, 6-2 ACC. Sun Bowl : vainqueur contre Arizona State, 52-31.
Head Coach : Dave Doeren, 6ème année (34-30) – Résultats en carrière : 57-34.
Coordinateur offensif : Eli Drinkwitz.
Coordinateur défensif : Dave Huxtable, Ted Roof.
Titulaires de retour : 6 en attaque, 3 en défense, punter, kicker.
Joueurs-clés partis : RB Nyheim Hines, TE Jaylen Samuels, OT Will Richardson, G Tony Adams, DE Bradley Chubb, DT B.J. Hill, DT Justin Jones, DE Kentavious Street, LB Jerod Fernandez.
Joueurs à suivre : QB Ryan Finley, WR Kelvin Harmon, WR Jakobi Meyers, G Terrone Prescod, DE Darian Roseboro, LB Germaine Pratt, S Jarius Morehead.

Nommé head coach du Wolfpack en 2013, Dave Doeren a enregistré son meilleur bilan à la tête du programme l’an passé. Une fiche de 9-4, pour 6 victoires en 8 matches dans la conférence ACC. De quoi faire de NC State le principal poursuivant de Clemson dans la division Atlantic.

L’équipe de Raleigh espère rééditer pareille performance, mais doit composer avec un groupe pas mal renouvelé, surtout en défense, avec seulement 3 titulaires de retour.

La perte est significative, avec 7 joueurs sélectionnés lors de la dernière draft. Mais coach Doeren, qui n’a plus connu de fiche négative sur le campus depuis sa première année, compte sur une relève expérimentée et qui pourrait surfer sur un calendrier favorable.

Embed from Getty Images

Attaque

Si beaucoup de mouvements ont été constatés pendant l’intersaison, NC State peut se rassurer sur une chose : le Wolfpack possède sans doute l’attaque aérienne la plus explosive de la conférence ACC. En dépit d’une excellente saison à 3 517 yards dans les airs, avec 17 touchdowns et 6 interceptions au compteur, QB Ryan Finley a décidé de rempiler pour sa saison senior, et peut compter sur une escouade de receveurs tout simplement délirante, la meilleure de l’histoire du programme. Tout simplement.

Sa cible prioritaire devrait rester le junior WR Kelvin Harmon, qui a brillamment franchi la barre des 1 000 yards en 2017. Mais l’ancien quarterback WR Jakobi Meyers a tout simplement explosé (727 yards et 5 TD) et limiter les réceptions de l’ancien numéro 2, le senior WR Stephen Louis (583 yards et 2 TD). Dans le système offensif très écarté du coordinateur Eli Drinkwitz, les places seront chères. Encore plus avec l’émergence attendue des deux imposants sophomores, WR Emeka Emezie et WR C.J. Riley.

Ce casting de rêve devrait mettre moins de pression sur le jeu au sol, devenu orphelin de Nyheim Hines (NFL, Colts). Avec 506 yards et 7 touchdowns en 2017, RB Reggie Gallaspy II a tout de même les épaules pour être rapidement productif. Derrière lui, les deux freshmen RB Nakia Robinson et RB Erin Collins ont faim, après avoir été redshirtés. Ils seront des concurrents à suivre pour le sophomore RB Will Eason, deuxième coureur le plus expérimenté, mais avec 2 minuscules portés au compteur. Le départ du fullback/tight end Jaylen Samuels devrait limiter les jeux surprise de NC State et libérer moins de brèches au sol. Principalement bloqueur, le sophomore TE Dylan Autenrieth est le successeur annoncé, mais un autre ancien quarterback, TE Dylan Parham a son mot à dire.

Parlant de bloqueur, la ligne offensive a perdu deux pièces essentielles, avec les départs du tackle Will Richardson et du guard Tony Adams. Le reste de l’escouade est tout de même de retour et devrait composer le côté gauche de la O-Line. L’expérience est de mise avec la présence de trois seniors : LT Tyler Jones, LG Terrone Prescod et C Garrett Bradbury. Côté droit, les sophomores RG Joshua Fedd-Jackson et RT Justin Witt tiennent la corde, mais la rotation apportée par G/C Joe Sculthorpe et RT Tyrone Riley s’annonce bienvenue.

Embed from Getty Images

Défense

C’est en défense que la reconstruction est massive, avec 8 titulaires à remplacer par rapport à 2017. Le front seven a notamment pâti de l’intersaison, avec toute la ligne défensive partie renforcer la NFL, dont le cinquième choix de la dernière draft, Bradley Chubb (Broncos). Fort heureusement, coach Doeren a préparé ses arrières en effectuant une solide rotation l’an passé. Avec deux sacks et demi au compteur, le senior DE Darian Roseboro était le troisième meilleur pass rusher du Wolfpack en 2017. Il sera le leader du premier rideau, aux côtés d’un autre senior, DT Eurndraus Bryant, si ce dernier revient bien de sa récente blessure à la jambe. Le prometteur sophomore DT Shug Frazier et le junior DE James Smith-Williams complètent cette escouade, malgré leur cumul de 23 plaquages en 2017. Sur l’extérieur de la ligne, le transfert de Junior College, DE Joe Babros, sera un élément à surveiller.

Le poste de linebacker n’a pas non plus été épargné par les exils. Mais celui de Jerod Fernandez, meilleur plaqueur du programme en 2017, devrait être relativement indolore. Tout cela grâce au senior LB Germaine Pratt, plus grand talent de cette défense new-look. Ses lieutenants sont encore difficiles à identifier, même si les sophomores WLB Brock Miller et WLB Louis Acceus ont une longueur d’avance. La belle surprise pourrait venir du freshman MLB Payton Wilson, même si ce dernier a dû lutter avec des douleurs au genou.

Vous l’aurez compris : les vieux briscards défensifs du programme se trouvent plutôt dans le secondary. Avec 80 plaquages, et 4 passes défendues, le junior SS Jarius Morehead fait office de roc sur le run stop et encadre un groupe de safeties qui a au moins démarré un match en carrière. C’est le cas de FS Dexter Wright, de retour de blessure, et des deux sophomores SS Isaiah Stallings et FS Tim Kidd-Glass. Ce quatuor de talent profite de l’arrivée du nouveau co-coordinateur défensif, Ted Roof, en provenance de Georgia Tech. Il s’occupera en partie des defensive backs et verra sans doute d’un bon œil la rotation que lui offre son escouade de safeties.

Embed from Getty Images

Sur les extérieurs, l’expérience est plus limitée, mais le junior CB Nick McCloud est déjà l’une des valeurs sûres de la conférence à son poste (7 passes défendues et une interception en 2017). L’autre position sera disputée entre le junior CB Kishawn Miller et les sophomores CB Markel Valdez et CB Chris Ingram. Dans un système défensif adepte du 4-2-5, le backfield sera souvent renforcé. Une aubaine pour le junior NB Stephen Griffin, transfert de Tennessee, qui a à cœur de faire ses preuves.

Équipes spéciales

Avec 43 yards de moyenne en 2017, le senior P A.J. Cole III sera fidèle au poste sur les punts. Sur la position de kicker, plus d’interrogations, après la blessure du senior K Carson Wise. Son homologue K Kyle Bambard domine la hiérarchie, mais les deux hommes n’étaient qu’à 50% de réussite sur field goal en 2017. Le true freshman K Christopher Dunn a donc une grosse carte à jouer lors des camps estivaux. Pas plus d’assurance sur le poste de retourneur, occupé l’an passé par Nyheim Hines. Le senior KR/PR Maurice Trowell a été le plus sollicité de l’escouade actuel et devra tout faire pour confirmer son statut.

Calendrier

Capable d’épingler Florida State et Louisville en 2017, NC State aura une division ACC Atlantic homogène et donc accrochée cette saison. Bonne nouvelle pour eux : le début de programme s’annonce abordable, leur permettant de monter en puissance avant les duels intra-conférence. Il faudra tout de même se méfier de West Virginia, le 15 septembre. Même avec l’avantage de recevoir les Mountaineers, la défense aura à faire à de grosses menaces adverses comme le duo QB Will Grier – WR David Sills V. Le plus gros test de l’exercice 2018 sera incontestablement le déplacement à Clemson le 20 octobre. Le mois de novembre sera également charnière pour accrocher les premières places de la division, mais c’est bien à Raleigh que Florida State et Wake Forest viendront défier le Wolfpack.

Match clé
Boston College, le 6 octobre
En y regardant bien, ce match devrait être capital pour les deux programmes. Comme évoqué, une semaine avant le déplacement à Clemson, une défaite de NC State plongerait très clairement les joueurs de Dave Doeren dans le doute. De l’autre côté, Boston College a une deuxième partie de saison peu enviable et va devoir entamer ce virage avec le plein de confiance. L’an passé, malgré une équipe des Eagles en pleine bourre, NC State avait réussi à quitter Chestnut Hill victorieux (14-17). Il y aura un sentiment de revanche dans l’air pour le programme du Massachusetts. Enfin, l’opposition de style offensive sera intrigante, entre la force de frappe aérienne de North Carolina State et le jeu au sol massif d’AJ Dillon et des Eagles.

Conclusion

Deuxième de division Atlantic derrière Clemson, NC State a clairement les armes pour être de nouveau le principal outsider des Tigers. Il ne sera pas aisé de remplacer Nyheim Hines, tant sur le jeu au sol que sur les équipes spéciales. Pas plus facile de compenser l’hémorragie défensive de l’intersaison, avec le départ du pass rusher vedette Bradley Chubb. Mais au vu du calendrier abordable, NC State a de quoi démarrer en fanfare et faciliter la transition en défense. Une fiche aussi bonne qu’en 2017, voire mieux avec neuf ou dix victoires, reste largement plausible.

Lire la suite
Publicité

Preview 2018

Previewil y a 2 jours

Preview 2018 : Miami Hurricanes

Après trois défaites pour conclure une saison dernière pourtant positive, les Hurricanes reviennent en 2018 avec l'ambition de conserver leur...

Previewil y a 4 jours

Preview 2018 : Duke Blue Devils

Portés par le junior QB Daniel Jones et une défense suffocante, les Blue Devils de Duke seront-ils la bonne surprise...

Previewil y a 4 jours

Preview 2018 : North Carolina State Wolfpack

Malgré la perte du pass-rusher vedette Bradley Chubb, le Wolfpack de North Carolina State reste la principale menace de Clemson...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Boston College Eagles

Ça passe ou ça casse pour coach Steve Addazio. Avec la présence de RB A.J. Dillon et d'une défense de...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Florida State Seminoles

Les Seminoles de Florida State ont connu une mini-Révolution durant l'intersaison avec le départ de Jimbo Fisher mais le programme...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Clemson Tigers

Avec la meilleure ligne défensive du pays et une attaque au potentiel énorme, les Tigers de Clemson n'ont qu'un seul...

Previewil y a 1 semaine

Conférence ACC : les Tigers de Clemson sont-ils indestructibles ?

Preview de saison 2018 dans la conférence ACC.

Previewil y a 2 semaines

Preview 2018 : Boise State Broncos

Menés par le senior QB Brett Rypien et une défense intimidante, les Broncos de Boise State seront-ils de retour au...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2018 : Central Florida Knights

Malgré le départ de l'emblématique coach Scott Frost, les champions de conférence AAC en titre possèdent le talent nécessaire pour...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2018 : Boise State de retour au sommet du Group of Five ?

Absent d'un bowl du Nouvel An depuis 2014, le programme de l'Idaho semble avoir toutes les armes en main pour...

Articles les plus lus