Suivez-nous

Preview

Le Guide de la semaine 13

Crédit photo : Marvin Fong, The Plain Dealer

Publié

le

Spécial Rivalry Week !

Comme chaque année, la semaine de Thanksgiving est le théâtre de très nombreux Rivalry Games plus passionnant les uns que les autres dont le choc annuel entre #2 Ohio State et #3 Michigan, « The Game », sera le match au sommet de cette semaine.

Passion et intensité seront aux programmes de la plupart des rencontres de cette week 13.

Les Buckeyes de #2 Ohio State doivent impérativement l’emporter pour garder un espoir de participer à la finale de conférence Big Ten et au College Football Playoff. #2 du CFP Rankings, ils doivent pourtant attendre le résultat de #7 Penn State pour savoir s’ils seront du Big Ten Championship Game d’Indianapolis, le 3 décembre prochain. De son côté, #3 Michigan serait assuré d’y participer en cas de victoire à Columbus (Ohio).

Dans la conférence SEC, #13 Auburn rend visite à #1 Alabama pour le classique « Iron Bowl » tandis que dans la conférence Pac-12, l’Apple Cup entre #5 Washington et #23 Washington State sera décisive dans la course au titre de champion de division Pac-12 North. Une place en finale de conférence Pac-12 sera également en jeu lors de la « Rumble in the Rockies » entre #22 Utah et #9 Colorado et possiblement lors de la bataille pour le « Jeweled Shillelagh » entre Notre Dame et #12 USC.

Les Rivalry Games se disputeront un peu partout aux Etats-Unis mais on gardera un oeil plus particulièrement sur les matchs suivants : #14 Florida State vs #15 Florida, #6 Wisconsin vs Minnesota, Texas A&M vs LSU, Iowa vs #16 Nebraska et #4 Clemson vs South Carolina.

Retrouvez ci-dessous une présentation exhaustive du programme exceptionnel de cette week 13 :

Big Game of the Week

#3 Michigan (10-1) @ #2 Ohio State (10-1)
Samedi 26 novembre 2016, 12h00 (18h00, heure française)
Historique : Michigan mène 58-48-6
Dernier résultat : Ohio State 42, Michigan 13

Cette rivalité entre Buckeyes et Wolverines est considérée par beaucoup comme la plus intense du College Football. 111 affrontements aux couteaux depuis 1897. Traditionnellement, ce match met un terme à la saison régulière des deux équipes et c’est encore le cas cette saison. Des premiers duels du début du 20ème Siècle au fameux Snow Bowl (1950) en passant par la « Ten Year War » (1969-78) et le choc #1 vs #2 (2006), de nombreux évènements ont fait de ce Rivalry Game la référence en terme de rivalité à tel point qu’on le nomme simplement : The Game.

Présentation complète de ce Big Game of the Week entre #3 Michigan et #2 Ohio State.
 
 
 

Samedi – A partir de 12h (18h en France)

Georgia Tech (7-4) @ Georgia (7-4)
Samedi 26 novembre, 12h00 (18h00, heure française)
Historique : Georgia mène 65–40–5
Dernier résultat : Georgia 13, Georgia Tech 7

Malgré un rapprochement géographique très fort (seulement 110 kms séparent les 2 campus), tout semble opposer Georgia et Georgia Tech. L’université de Georgia est située dans la petite ville d’Athens, et se trouve spécialisée dans la recherche des arts libéraux. L’université de Georgia Tech se trouve quand à elle dans la plus grande ville de l’Etat, Atlanta, et est spécialisée dans la recherche en ingénierie. La divergence institutionnelle, universitaire et géographique des deux institutions est au cœur d’une rivalité dont la suprématie se joue chaque année sur un terrain de football lors de la « Clean, Old-Fashioned Hate ».
Attendons-nous à un duel au sol entre l’attaque triple-option des Yellow Jackets et le junior RB Nick Chubb qui jouera probablement son dernier match au Sanford Stadium. Les deux équipes sont déjà qualifiées pour un bowl.
Pronostic : Georgia Tech 31, Georgia 20.

Kentucky (6-5) @ #11 Louisville (9-2)
Samedi 26 novembre, 12h00 (18h00, heure française)
Historique : La série est à égalité 14-14
Dernier résultat :

29ème édition d’une rivalité géographique qui a débuté en 1912 avant de connaître une absence de 70 ans entre 1924 et 1994. Sous l’impulsion de coach Howard Schnellenberger (Kentucky), ce Rivalry Game a revu le jour et les deux programmes s’affrontent désormais chaque année dans ce duel de l’État du Kentucky. Si #11 Louisville a remporté les 5 derniers matchs, la série est à égalité 14-14.
Battus par Houston lors de la week 12, les Cardinals n’ont plus que leurs yeux pour pleurer après avoir perdu toutes chances de participer au College Football Playoff. Danger pour les Cards : ils feront face à une équipe de Kentucky qui a déjà atteint son objectif en se rendant éligible pour un bowl. Détendus et libérés, les Wildcats de Kentucky joueront sans pression dans ce match. Évidemment, ces derniers n’auront aucune chance de s’en sortir sans une énorme performance de leur défense face au favori pour l’obtention du trophée Heisman, QB Lamar Jackson.
Pronostic : Louisville 45, Kentucky 17.

Illinois (3-8) @ Northwestern (5-6)
Samedi 26 novembre, 12h00 (18h00, heure française)
Historique : Illinois mène 55–49–5
Dernier résultat : Northwestern 24, Illinois 14

Wildcats et Fighting Illini s’affrontent depuis 1892 avec pour enjeu la supériorité de l’État d’Illinois. Si Illinois a régulièrement dominé Northwestern, les Wildcats ont remporté 9 des 13 derniers affrontements entre ces deux rivaux de la conférence Bg Ten. A noter que les deux programmes se battaient pour le Sweet Sioux Tomahawk jusqu’en 2009 avant que ce trophée soit remplacé par le Land of Lincoln Trophy suite à la décision de la NCAA de ne plus utiliser l’imagerie de la culture indienne dans ses compétitions athlétiques.
Si l’Illinois de coach Lovie Smith est en course depuis un bon moment, les Wildcats tenteront d’être éligible pour un bowl après avoir perdu 3 de leurs 4 derniers matchs. Northwestern sera peut-être privé du finaliste pour le trophée Biletnikoff, WR Austin Carr.
Pronostic : Northwestern 27, Illinois 24.

Purdue (3-8) @ Indiana (5-6)
Samedi 26 novembre, 12h00 (18h00, heure française)
Historique : Purdue mène 72–40–6
Dernier résultat : Indiana 54, Purdue 36

Purdue et Indiana, deux programmes de l’Etat d’Indiana et membres de la conférence Big Ten, s’affrontent tous les ans depuis 1891. Le vainqueur remporte le « Old Oaken Bucket » depuis 1925. Purdue domine très largement la série (72-40-6) mais a perdu les 3 derniers matchs. L’un des évènements marquants de cette rivalité eut lieu en 1903 lorsque 17 membres des Boilermakers de Purdue furent tués dans un accident de train.
Battus par Penn State et Michigan lors des deux dernières semaines, les Hoosiers ont une dernière chance de devenir éligible pour un bowl face à des Boilermakers qui ont perdu leurs 6 derniers matchs. Tout se jouera au niveau de la capacité de la défense de Purdue de stopper RB Devine Redding.
Pronostic : Indiana 38, Purdue 34.

Virginia (2-9) @ Virginia Tech (8-3)
Samedi 26 novembre, 12h00 (18h00, heure française)
Historique : Virginia Tech mène 55–37–5
Dernier résultat : Virginia Tech 23, Virginia 20

C’est la supériorité de l’Etat de Virginia qui est en jeu dans cette rencontre entre Cavaliers et Hokies. Si les deux programmes se sont affrontés 97 fois, ils repartent avec la Commonwealth Cup que depuis 1994. Virginia Tech a remporté 16 des 17 derniers matchs.
Assurés d’une participation pour un bowl pour une 24ème année consécutive, les Hokies doivent s’imposer pour remporter la division ACC Coastal et ainsi se qualifier pour la finale de conférence ACC. Pour Virginia, l’objectif est simple : éviter une 10ème défaite cette saison ce qui établirait un triste record historique pour les Cavaliers.
Pronostic : Virginia Tech 42, Virginia 24.

Autres matchs : Kansas @ Kansas State, Rutgers @ Maryland, Syracuse @ Pittsburgh, Central Florida @ South Florida.
 
 
 

Samedi – A partir de 15h00 (21h00 en France)

#13 Auburn (8-3) @ #1 Alabama (11-0)
Samedi 26 novembre, 15h30 (21h30, heure française)
Historique : Alabama mène 44–35–1
Dernier résultat : Alabama 29, Auburn 13

Iron Bowl. Les deux plus grandes universités publiques de l’Etat d’Alabama se rencontrent traditionnellement chaque année depuis 1893 lors de la semaine de Thanksgiving. Cette rivalité est considérée comme l’une des 2-3 plus féroces du College Foobtall dans un Etat ou le football est une religion. Régulièrement joué à Birmingham, ville minière et grand centre sidérurgique du Sud des Etats-Unis, c’est de là que l’Iron Bowl tire son nom. Tout au long du 20ème siècle, le vainqueur de ce traditionnel match a régulièrement été sacré champion de la conférence SEC et depuis 7 ans, l’équipe qui a remporté l’Iron Bowl a plusieurs fois été champion national (Alabama en 2009, 2011 et 2012, Auburn en 2010). Cet affrontement est assurément l’un des grands moments d’une saison de College Football.
QB Jalen Hurts peut-il poursuivre sa saison freshman magique et ainsi offrir un 12ème succès en 12 matchs au Crimson Tide ? Le retour de RB Kamryn Pettway avec les Tigers de #13 Auburn peut-il remettre en cause la suprématie de #1 Alabama ? Deux solides défenses l’une face à l’autre. Il faudra être patient dans cette rencontre. Roll Tide ! War Eagle !
Pronostic : Alabama 27, Auburn 20.

Michigan State (3-8) @ #7 Penn State (9-2)
Samedi 26 novembre, 15h30 (21h30, heure française)
Historique : Michigan State mène 15–14–1
Dernier résultat : Michigan State 55, Penn State 16

31ème édition de cette rivalité intra-conférence Big Ten dont le vainqueur remportera le Land Grant Trophy. Depuis que #7 Penn State a rejoint la conférence Big Ten en 1993, les deux équipes s’affrontent traditionnellement chaque année lors de la dernière semaine de la saison. Les Spartans restent sur trois victoires consécutives face aux Nittany Lions.
Cette saison, #7 Penn State a une occasion en or de réussir l’un des exploits de l’année 2016. Avec une victoire dans ce match et un succès de #2 Ohio State contre #3 Michigan, les Nittany Lions seraient déclarés champion de division Big Ten East et s’assureraient une place en finale de conférence Big Ten ! #7 Penn State possède le meilleur running back de la conférence et l’un des meilleurs front four du pays avec l’éclosion de DL Garrett Sickels. Avec l’absence probable de DL Malik McDowell, Michigan State pourrait être en très grande difficulté dans cette rencontre. Les Spartans tenteront de racheter la plus mauvaise saison de coach Mark Dantonio à East Lansing en remportant au Beaver Stadium ce Rivalry Game.
Pronostic : Penn State 24, Michigan State 20.

Notre Dame (4-7) @ #12 USC (8-3)
Samedi 26 novembre, 15h30 (21h30, heure française)
Historique : Notre Dame mène 46–36–5
Dernier résultat : Notre Dame 41, USC 31

Les universités de Notre Dame et de South California forment l’une des plus prestigieuses et importantes rivalités du football universitaire. Celle-ci débuta en 1926 lorsque les deux équipes se rencontrent pour la première fois. Notre Dame et USC sont considérés à juste titre comme des programmes « élite » du College Football. Les deux universités combinent les chiffres record de 22 titres nationaux (11 pour chaque université) et 14 vainqueurs du trophée Heisman. A plusieurs occasions, le vainqueur de ce match se retrouvait à la fin de la saison en finale nationale. Ce ne sera – probablement – pas le cas cette année, mais la rivalité reste intacte.
Les Trojans ont encore un petit espoir de participation à la finale de conférence Pac-12 et au Rose Bowl. Cela passe tout d’abord par une victoire sur une équipe de Notre Dame en totale déconfiture. Il faudra aussi compter sur un faux pas de #9 Colorado lors de cette week 13. Le sort de ce match devrait dépendre du vainqueur du duel à distance entre le freshman QB Sam Darnold (USC) et QB DeShone Kizer (Notre Dame).
Pronostic : USC 42, Notre Dame 20.

Ole Miss (5-6) @ Mississippi State (3-8)
Samedi 26 novembre, 15h30 (21h30, heure française)
Historique : Ole Miss mène 63–43–6
Dernier résultat : Ole Miss 38, Mississippi State 27

La supériorité de l’Etat du Mississippi est en jeu dans le traditionnel Egg Bowl qui met aux prises l’université publique de Mississippi State et l’université privée de Mississippi (Ole Miss). Cette rivalité est la 13ème plus longue du College Football (112 matchs). Le vainqueur reçoit le « Golden Egg » (oeuf en or).
Cet Egg Bowl met un terme à une saison décevante des deux équipes. Candidat au titre de division SEC West en septembre dernier, Ole Miss doit maintenant s’imposer à Mississippi State pour s’assurer d’être éligible pour un bowl. La défense des Rebels ne doit penser qu’à une seule chose : stopper le quarterback « dual-threat » QB Nick Fitzgerald. A noter qu’il s’agira de la 3ème titularisation du true freshman QB Shea Patterson (Ole Miss).
Pronostic : Ole Miss 27, Mississippi State 24.

Minnesota (8-3) @ #6 Wisconsin (9-2)
Samedi 26 novembre, 15h30 (21h30, heure française)
Historique : Minnesota mène 59–58–8
Dernier résultat : Wisconsin 31, Minnesota 21

Avec 126 confrontations opposant les universités de Wisconsin et de Minnesota, la rivalité entre les Badgers et les Golden Gophers est la plus ancienne de la NCAA Division I Football Bowl Subdivision au niveau du nombre de rencontres jouées. Membres de la même conférence depuis 1896, Wisconsin et Minnesota se sont affrontés quasiment chaque année depuis 1890. A chaque match depuis 1948, le Paul Bunyan’s Axe (la hache de Paul Bunyan) est décernée au vainqueur.
L’enjeu est simple : si #6 Wisconsin l’emporte, les Badgers sont champions de la division Big Ten West et ils s’assurent un billet pour la finale de conférence Big Ten. S’ils s’inclinent, tout dépendra du score de la veille entre #16 Nebraska et Iowa. Pour avoir une chance de s’en sortir dans ce match, RB Rodney Smith (Minnesota) devra être extrêmement efficace face à la robuste et dominante défense de #6 Wisconsin.
Pronostic : Wisconsin 23, Minnesota 17.

Oregon (4-7) @ Oregon State (3-8)
Samedi 26 novembre, 16h00 (22h00, heure française)
Historique : Oregon mène 63-46-10
Dernier résultat : Oregon 52, Oregon State 42

Avec 119 confrontations au compteur, la rivalité entre Oregon State et Oregon, nommée la « Civil War », est classée le 6ème Rivalry Game le plus disputé de l’Histoire. Les Ducks et les Beavers se disputent à chaque match le Platypus Trophy. Ce trophée représente un ornithorynque, symbole parfait de la rivalité entre Oregon et Oregon State : cet animal est un mélange entre le canard (duck) et le castor (beaver). Les Ducks restent actuellement sur 5 victoires consécutives contre les Beavers.
Cela peut paraître incroyable mais l’enjeu de cette Civil War est d’éviter la dernière place de la division Pac-12 North. Les deux équipes possèdent un bilan de 2-6. Deux jeunes quarterbacks seront face à face : le freshman QB Justin Herbert (Oregon) et le sophomore QB Marcus McMaryion (Oregon State).
Pronostic : Oregon State 38, Oregon 35.

Autres matchs : West Virginia @ Iowa State, Boston College @ Wake Forest, Duke @ Miami, San Jose State @ Fresno State, Navy @ SMU, Nevada @ UNLV.

Samedi – A partir de 19h00 (01h00 en France)

#15 Florida (8-2) @ #14 Florida State (7-3)
Samedi 26 novembre, 20h00 (02h00, heure française)
Historique : Florida mène 34-24-2
Dernier résultat : Florida State 27, Florida 2

Les universités de Florida et de Florida State sont les deux plus anciennes universités de l’Etat de Floride. Le premier match entre les Gators (Florida) et les Seminoles (Florida State) a eu lieu en 1958. De 1958 à 1976, Florida a littéralement dominé son rival avec seulement deux défaites concédées durant cette période. Mais depuis, la rivalité est plus équilibrée même si les Seminoles ont remporté 5 des 6 derniers matchs entre les deux équipes. La proximité géographique, le bon niveau des deux programmes et les matchs à enjeu ont fait de cette rivalité ce qu’elle est aujourd’hui, à savoir l’une des plus intenses du College Football.
Cette saison, les Seminoles vont essayer de stopper le puissant jeu au sol des Gators afin de forcer QB Austin Appleby à gagner le match par les airs. Même chose pour les Gators. Leur mission : arrêter l’explosif RB Dalvin Cook. #15 Florida va jouer ce Rivalry Game totalement libéré puisque les Gators sont déjà assurés du titre de champion de division SEC East.
Pronostic : Florida 24, Florida State 23.

South Carolina (6-5) @ #4 Clemson (10-1)
Samedi 26 novembre, 19h30 (01h30, heure française)
Historique : Clemson mène la série 67-42-4
Dernier résultat : Clemson 37, South Carolina 32

« The Battle of Palmetto State » ou le « Palmetto Bowl » voit s’affronter tous les ans depuis 1909 (107 matchs consécutifs) les deux plus grandes universités publiques de l’Etat de Caroline du Sud. Bien que la proximité géographique entre les deux campus est l’une des raisons de cette rivalité ancienne, les vraies raisons remontent à un conflit entre agronomes du Sud-Est des Etats-Unis datant de 1880 qui a conduit à la création des deux campus et à une haine sans faille entre leurs deux programmes de football. Tout au long de la semaine précédent la rencontre, plusieurs activités sont organisées sur les deux campus comme le « Tiger Burn » à South Carolina et les « funérailles de Cocky » à Clemson.
Si les Tigers sont déjà qualifiés pour la finale de conférence ACC, la défaite est interdite pour #4 Clemson afin de rester dans le Top 4 du CFP Rankings. Les Gamecocks se sont assurés une place dans un bowl lors de la week 12 et se présenteront au Memorial Stadium sans pression. Le freshman QB Jake Bentley a été la révélation de la saison sur le campus de Columbia. Sera-t-il faire face à l’ambiance électrique de Death Valley ?
Pronostic : Clemson 27, South Carolina 23.

#22 Utah (8-3) @ #9 Colorado (9-2)
Samedi 26 novembre, 19h30 (01h30, heure française)
Historique : Colorado mène 31-28-3
Dernier résultat : Utah 20, Colorado 14

Il aura fallu attendre plus de 50 ans pour que cette ancienne rivalité qui a rythmé le College Football de 1903 à 1962 revive à l’occasion du ré-alignement de la conférence Pac-12 en 2010. Après 58 ans de sommeil, « The Rumble in the Rockies » a revu le jour le lendemain de Thanksgiving 2010, le jour de Black Friday. Les deux Etats de Utah et Colorado partagent une frontière : c’est donc une rivalité géographique entre les Utes et les Buffaloes. #22 Utah a remporté les 4 derniers affrontements.
L’enjeu est énorme pour les Buffaloes. Une victoire face aux Utes et #9 Colorado obtiendrait un inattendu titre de champion de division Pac-12 South. On suivra avec intérêt le duel à distance entre deux des meilleurs running backs du pays, RB Phillip Lindsay (Colorado) et RB Joe Williams (Utah). La différence dans ce match historique pour #9 Colorado pourrait venir du senior QB Sefo Liufau, le coeur et l’âme des Buffaloes.
Pronostic : Colorado 41, Utah 27.

UCLA (4-7) @ California (4-7)
Samedi 26 novembre, 19h00 (01h00, heure française)
Historique : UCLA mène 53-32-1
Dernier résultat : UCLA 40, Cal 24

86ème édition de ce Rivalry Game entre deux campus de l’université California (Los Angeles vs Berkeley). Cette rencontre met un terme à une semaine totalement réservée à des matchs entre les deux campus dans tous les sports, « Cal Week ». Les Bruins mènent la série 53-32-1.
Les deux programmes n’ont pas répondu aux attentes en 2016 et ils voudront terminer cette campagne décevante sur une bonne note. On devrait assister à un duel entre l’explosive attaque « Bear Raid » des Bears menée par QB Davis Webb et WR Chad Hansen face à l’athlétique défense des Bruins. Les deux équipes ont beaucoup de difficultés dans le jeu au sol. Attendez-vous à voir beaucoup, beaucoup de passes.
Pronostic : California 35, UCLA 30.

#17 Tennessee (8-3) @ Vanderbilt (5-6)
Samedi 26 novembre, 19h30 (01h30, heure française)
Historique : Tennessee mène 75-30-5
Dernier résultat : Tennessee 53, Vanderbilt 28

Membres de la même conférence (SEC) et séparées par seulement 290 kms, les universités de Vanderbilt et de Tennessee se sont opposées 110 fois depuis 1892. La proximité géographique est au coeur de cette rivalité entre les deux universités de l’Etat du Tennessee. La rivalité est largement à l’avantage des Volunteers, qui ont été battus seulement 11 fois par les Commodores depuis 1927. Tennessee reste sur une nette victoire 53 à 28 en 2015.

Vanderbilt vient de battre Ole Miss lors de la week 12. Les Commodores devront réussir un nouvel exploit contre #17 Tennessee pour s’assurer une participation dans un bowl. Les Volunteers voudront conclure cette saison 2016 décevante par un net succès contre leurs rivaux afin de participer à un bowl du 1er tiers. On suivra le duel entre LB Zach Cunningham (Vanderbilt) et QB Joshua Dobbs (Tennessee) ainsi que la performance de RB Ralph Webb (Vanderbilt) face à la défense agressive de #17 Tennessee.
Pronostic : Vanderbilt 34, Tennessee 31.

Autres matchs : Rice @ Stanford, Western Kentucky @ Marshall, East Carolina @ Temple.

Samedi – A partir de 22h30 (4h30 en France)

Utah State (3-8) @ Brigham Young (7-4)
Samedi 26 novembre, 22h15 (04h15, heure française)
Historique : Brigham Young mène 47-35-3
Dernier résultat : Brigham Young 51, Utah State 28

86ème édition d’une rivalité géographique et religieuse qui remonte à 1922. Depuis 1948, les deux programmes se battent pour le Old Wagon Wheel trophy. Ce match fait généralement partie de célébrations religieuses de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours dont de nombreux étudiants des deux facs sont membres. La série fût très équilibrée jusqu’en 1974. Depuis, les Cougars de BYU ont largement dominé les affrontements entre les deux équipes (30-5). Ce sera le dernier match de QB Taysom Hill, le très apprécié quarterback des Cougars de Brigham Young.
Pronostic : Brigham Young 41, Utah State 25.

Autres matchs : Wyoming @ New Mexico, UMass @ Hawaii.

Calendrier complet de cette semaine 13

La rédaction est composée de passionnés qui vous informent quotidiennement sur l'actualité du College Football et qui vous proposent des analyses et des points de vue originaux sur le 2ème sport le plus médiatisé aux Etats-Unis.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2018 : Duke Blue Devils

Portés par le junior QB Daniel Jones et une défense suffocante, les Blue Devils de Duke seront-ils la bonne surprise de la saison 2018 dans la conférence ACC ?

Publié

le

Crédit photo : Jeremy Brevard-USA TODAY Sports

Duke Blue Devils

Conférence ACC – Division Coastal

En 2017 : 7-6, 3-5 ACC. Quick Lane Bowl : victoire 36-14 face à Northern Illinois.
Head Coach : David Cutcliffe , 14ème année (59-67) – Résultats en carrière: 103-96.
Coordinateur offensif : Zac Roper.
Coordinateur défensif : Ben Albert, Matt Guerrieri.
Titulaires de retour : 7 en attaque, 8 en défense.
Joueurs-clés partis : RB Shaun Wilson, CB Bryon Fields.
Joueurs à suivre : QB Daniel Jones, RB Brittain Brown, WR T.J. Rahming, TE Daniel Helm, LB Joe Giles-Harris, CB Mark Gilbert, S Jeremy McDuffie.

Que la saison 2017 fût bizarre et surprenante pour les Blue Devils de Duke ! Après un départ canon (4-0), ils ont subi six défaites consécutives avant de remporter trois succès d’affilée pour conclure la saison, une première depuis 1962.

Résultat : un bilan de 7-6 et une victoire face à Northern Illinois lors du Quick Lane Bowl. De cet élan de fin d’année souffle un vent d’optimisme sur le campus de Durham (Caroline du Nord) d’autant plus que 15 titulaires sont de retour en 2018 dont 8 au sein d’une défense héroïque l’an dernier (20.2 points accordés par match, #21 du pays).

Malgré le départ à Oklahoma State du coordinateur défensif, Jim Knowles, c’est sur ce secteur défensif mené par le potentiel All-American LB Joe Giles-Harris que les Blue Devils tenteront de construire leur succès en 2018 même si l’attaque s’est réveillée en fin de saison dernière grâce à l’émergence tardive de QB Daniel Jones.

Si ce secteur offensif parvient à garder le rythme, Duke sera encore une fois une équipe très difficile à manoeuvrer. L’un des coachs les plus respectés à travers le pays, David Cutcliffe, aime ce qu’il voit de son groupe et n’en prive pas pour le dire.

« Nous savons que notre équipe est capable de produire au sol. C’est peut-être aussi le groupe de joueurs le plus athlétique que nous avons eu sur le campus depuis un bon bout de temps. » – David Cutcliffe, coach des Blue Devils de Duke.

Le reste de conférence ACC est prévenu : Duke est prêt pour être l’équipe surprise de 2018.

Embed from Getty Images

Attaque

Le redshirt junior QB Daniel Jones (2691 yards, 14 TD, 11 INT et 518 yards, 7 TD en 2017) est de retour pour sa 3ème saison comme quarterback titulaire des Blue Devils. Certes, ses statistiques ont baissé l’an dernier en raison notamment d’une chute de son efficacité à la passe (56.7%) mais son mois de novembre a été phénoménal et il nous a rappelé pourquoi il est l’un des joueurs les plus combatifs et intelligents de la conférence ACC à son poste. Il fait déjà partie de l’Histoire des Blue Devils en devenant l’an dernier le 3ème QB à réussir 20 TD à la passe et 10 au sol lors d’une même saison.

L’attaque de Duke n’a réussi que 26 TD en 53 présences dans la red zone adverse. Pour remédier à ce problème, les Blue Devils possèdent peut-être le coureur qui deviendra bientôt le plus productif de l’Histoire du programme. Avec ses 701 yards au sol l’an dernier, le sophomore RB Brittain Brown a réalisé la 2ème meilleure performance historique pour un joueur de Duke… en tant que backup de Shaun Wilson. Suite au départ de ce dernier, il sera seul aux commandes du jeu au sol même si le sophomore RB Deon Jackson et le rapide freshman RB Marvin Hubbard III devrait également contribuer.

Bonne nouvelle pour QB Daniel Jones : ses deux cibles préférées sont de retour en 2018. Les seniors WR T.J. Rahming (65 plaquages, 795 yards, 2 TD en 2017) et WR Jonathan Lloyd (39 réceptions, 367 yards, 1 TD en 2017) seront fidèles au poste tout comme un groupe fourni de tight-ends composés des seniors TE Daniel Helm (22 réceptions, 261 yards, 2 TD en 2017) et TE David Koppenhaver (17 réceptions, 154 yards, 3 TD en 2017) et du sophomore TE Noah Gray (2 TD en 2017). Seul problème pour les receveurs : leur incapacité à se défaire de leur défenseur direct. Conséquences : les receveurs n’ont réussi que 4 TD sur réception. Une misère.

La ligne offensive a régulièrement été prise à défaut l’an passé accordant notamment 29 sacks. De plus, elle ne s’est jamais montré infaillible sur le jeu au sol. Toutefois, coach Cutcliffe s’est montré confiant dans la capacité de ce groupe de poursuivre son développement. C Zach Harmon glissera de sa position de guard à celle de centre. LG Julian Santos est le seul autre titulaire de retour. Ainsi, les sophomores RG Rakavius Chambers et RT Daniel Kraeling occuperont le flanc droit tandis que le senior LT Christian Harris aura un rôle primordial comme tackle sur le côté aveugle de QB Daniel Jones.

Embed from Getty Images

Défense

Pour la première fois de l’ère Cutcliffe, la défense 4-2-5 fût la force de l’équipe l’an passé (332.6 yards accordés par match, #4 de l’ACC). Ce sera encore le cas en 2018 en raison du retour de 8 titulaires de ce côté du ballon dont les leaders, LB Joe Giles-Harris et CB Mark Gilbert.

Si la défense aérienne des Blue Devils a été si performante l’année dernière (179.4 yards accordés par match, #16 du pays), c’est grâce à une ligne défensive agressive composée de solides athlètes recrutés par le renommé coach de ligne, Ben Albert. DT Edgar Cerenord (34 plaquages, 2 sacks en 2017) est le seul senior d’un groupe fourni dont les juniors DE Tre Hornbuckle (50 plaquages, 1 sack en 2017) et DT Trevon McSwain (23 plaquages, 2.5 sacks en 2017), et le sophomore DE Victor Dimukeje (40 plaquages, 2 sacks, 1 INT en 2017) seront probablement les plus utilisés.

Le second rideau des Blue Devils est peut-être le meilleur de la conférence ACC. Ni plus ni moins. Dans un système 4-2-5, le junior MLB Joe Giles-Harris (125 plaquages, 16 pour perte, 3.5 sacks et 1 INT en 2017) et le senior WLB Ben Humphreys (70 plaquages, 2.5 sacks et 1 INT en 2017) forment un duo infernal autant sur le run support que sur les coverages. Ces deux-là ont réussi 195 plaquages à eux-deux en 2017.

Le backfield défensif pourra encore compter sur l’un des joyaux des Blue Devils en défense : le junior CB Mark Gilbert (35 plaquages, 6 INT en 2017), sélectionné dans la 1ère équipe All-ACC après avoir réussi 6 INTs et défendu 15 passes en 2017. Le système défensif de Duke à 5 defensive backs demande de la polyvalence aux safeties qui doivent être capables d’attaquer la ligne de scrimmage tout en assurant la couverture. Ce sera un vrai défi pour les deux nouveaux titulaires que seront le sophomore S Marquis Waters et le freshman ROV Leonard Johnson. Le junior S Jordan Hayes (50 plaquages, 1 INT en 2017) et le senior S Jeremy McDuffie (58 plaquages, 3 INT en 2017, blessé au genou en novembre) tenteront de récupérer leur statut de titulaire au junior S Dylan Singleton. Le sophomore CB Myles Hudzick devrait compléter ce quintet.

Embed from Getty Images

Équipes spéciales

La situation du kicking game s’est quelque peu détériorée lorsque le polyvalent K/P Austin Parker (17/21 FG, 42 yards sur punt) a été renvoyé du programme en décembre dernier. Ce sont donc deux joueurs walk-on, K Collin Wareham et P Jackson Hubbard, qui débuteront la saison pour les Blue Devils. Comme l’an passé, WR T.J. Rahming retournera les punts tandis que RB Deon Jackson succédera à Shaun Wilson sur les retours de kickoff.

Calendrier

Afin de participer à un bowl pour une 6ème fois lors des 7 dernières années, les Blue Devils devront se sortir d’un calendrier éprouvant. Au programme : deux difficiles déplacements contre des équipes du Power Five en match inter-conférence (à Northwestern et à Baylor) et deux matchs crossover périlleux (à Clemson et contre Wake Forest). Duke ne pourra également manquer la marche face à Army (en match d’ouverture) et face à North Carolina Central (FCS) à la fin du mois de septembre. Virginia et North Carolina seront également en visite au Wallace Wade Stadium alors que les Blue Devils défieront Georgia Tech, Pittsburgh et Miami sur leur terrain.

Match clé
Virginia Tech, le 29 septembre
Lourdement battu à Blacksburg l’an dernier, Duke sera revanchard au moment de recevoir les Hokies de Virginia Tech. Un succès dans ce match d’ouverture du calendrier de conférence ACC des Blue Devils leur donnerait un momentum incroyable et pourrait en faire de réels concurrents aux Hurricanes de Miami, champion de division Coastal en titre.

Conclusion

Après une saison 2016 catastrophique (4-8), Duke a rebondi l’an dernier (7-6) en obtenant une 5ème participation à un bowl en 6 ans. Les Blue Devils de coach Cutcliffe ont à leur disposition l’un des plus prometteurs quarterbacks de la conférence, QB Daniel Jones, et peuvent compter sur deux stars en défense, LB Joe Giles-Harris et CB Mark Gilbert. Est-ce que cela suffira pour une équipe qui a perdu son coordinateur défensif et qui fera face à un calendrier défavorable ? QB Daniel Jones a dans ses mains les clés des succès des Blue Devils en 2018. Car si le secteur aérien offensif progresse, Duke pourrait être la bonne surprise de la conférence ACC.

Lire la suite

Preview

Louisville renomme son stade qui devient le Cardinal Stadium

Suite à la controverse née des déclarations racistes du boss de Papa’s Johns Pizza, l’université Louisville abandonne le nom « Papa John’s Cardinal Stadium » de son stade qui devient le « Cardinal Stadium ».

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

Cela n’aurait donc pris beaucoup de temps pour que l’université de l’État du Kentucky prenne ses distances avec l’ancien booster et fondateur du géant de la restauration rapide, John Schnatter.

Le président de l’université Louisville, Neeli Bendapudi, a donc pris la décision que tous les fans des Cardinals attendaient en renonçant d’associer le nom du stade à une compagnie – pourtant locale – dont l’image est désormais entaché par un scandale retentissant.

Pour rappel, John Schnatter, a reconnu avoir utilisé une insulte raciste envers la communauté afro-américaine lors d’un appel conférence au mois de mai dernier. Cette déclaration de l’ancien président-fondateur de Papa’s Johns a fait un véritable tollé dans les médias forçant ainsi ce dernier à démissionner de son poste tout en gardant une grande partie de ses parts dans la compagnie.

Connu par le grand public pour ses apparitions dans des pubs TV notamment au côté de Peyton Manning, John Schnatter a présenté des excuses qui n’ont pas suffi à calmer la colère de certains joueurs qui avaient récemment demandé à la présidence de l’université d’envisager d’abandonner le contrat de naming du stade avec Papa’s Johns. C’est désormais chose faite. Les conséquences financières de cette rupture de contrat ne sont pas connues.

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : North Carolina State Wolfpack

Malgré la perte du pass-rusher vedette Bradley Chubb, le Wolfpack de North Carolina State reste la principale menace de Clemson dans la division ACC Atlantic grâce à la présence de l’excellent QB Ryan Finley.

Publié

le

Crédit photo : Rob Kinnan-USA TODAY Sports

North Carolina State Wolfpack

Conférence ACC – Division Atlantic

En 2017 : 9-4, 6-2 ACC. Sun Bowl : vainqueur contre Arizona State, 52-31.
Head Coach : Dave Doeren, 6ème année (34-30) – Résultats en carrière : 57-34.
Coordinateur offensif : Eli Drinkwitz.
Coordinateur défensif : Dave Huxtable, Ted Roof.
Titulaires de retour : 6 en attaque, 3 en défense, punter, kicker.
Joueurs-clés partis : RB Nyheim Hines, TE Jaylen Samuels, OT Will Richardson, G Tony Adams, DE Bradley Chubb, DT B.J. Hill, DT Justin Jones, DE Kentavious Street, LB Jerod Fernandez.
Joueurs à suivre : QB Ryan Finley, WR Kelvin Harmon, WR Jakobi Meyers, G Terrone Prescod, DE Darian Roseboro, LB Germaine Pratt, S Jarius Morehead.

Nommé head coach du Wolfpack en 2013, Dave Doeren a enregistré son meilleur bilan à la tête du programme l’an passé. Une fiche de 9-4, pour 6 victoires en 8 matches dans la conférence ACC. De quoi faire de NC State le principal poursuivant de Clemson dans la division Atlantic.

L’équipe de Raleigh espère rééditer pareille performance, mais doit composer avec un groupe pas mal renouvelé, surtout en défense, avec seulement 3 titulaires de retour.

La perte est significative, avec 7 joueurs sélectionnés lors de la dernière draft. Mais coach Doeren, qui n’a plus connu de fiche négative sur le campus depuis sa première année, compte sur une relève expérimentée et qui pourrait surfer sur un calendrier favorable.

Embed from Getty Images

Attaque

Si beaucoup de mouvements ont été constatés pendant l’intersaison, NC State peut se rassurer sur une chose : le Wolfpack possède sans doute l’attaque aérienne la plus explosive de la conférence ACC. En dépit d’une excellente saison à 3 517 yards dans les airs, avec 17 touchdowns et 6 interceptions au compteur, QB Ryan Finley a décidé de rempiler pour sa saison senior, et peut compter sur une escouade de receveurs tout simplement délirante, la meilleure de l’histoire du programme. Tout simplement.

Sa cible prioritaire devrait rester le junior WR Kelvin Harmon, qui a brillamment franchi la barre des 1 000 yards en 2017. Mais l’ancien quarterback WR Jakobi Meyers a tout simplement explosé (727 yards et 5 TD) et limiter les réceptions de l’ancien numéro 2, le senior WR Stephen Louis (583 yards et 2 TD). Dans le système offensif très écarté du coordinateur Eli Drinkwitz, les places seront chères. Encore plus avec l’émergence attendue des deux imposants sophomores, WR Emeka Emezie et WR C.J. Riley.

Ce casting de rêve devrait mettre moins de pression sur le jeu au sol, devenu orphelin de Nyheim Hines (NFL, Colts). Avec 506 yards et 7 touchdowns en 2017, RB Reggie Gallaspy II a tout de même les épaules pour être rapidement productif. Derrière lui, les deux freshmen RB Nakia Robinson et RB Erin Collins ont faim, après avoir été redshirtés. Ils seront des concurrents à suivre pour le sophomore RB Will Eason, deuxième coureur le plus expérimenté, mais avec 2 minuscules portés au compteur. Le départ du fullback/tight end Jaylen Samuels devrait limiter les jeux surprise de NC State et libérer moins de brèches au sol. Principalement bloqueur, le sophomore TE Dylan Autenrieth est le successeur annoncé, mais un autre ancien quarterback, TE Dylan Parham a son mot à dire.

Parlant de bloqueur, la ligne offensive a perdu deux pièces essentielles, avec les départs du tackle Will Richardson et du guard Tony Adams. Le reste de l’escouade est tout de même de retour et devrait composer le côté gauche de la O-Line. L’expérience est de mise avec la présence de trois seniors : LT Tyler Jones, LG Terrone Prescod et C Garrett Bradbury. Côté droit, les sophomores RG Joshua Fedd-Jackson et RT Justin Witt tiennent la corde, mais la rotation apportée par G/C Joe Sculthorpe et RT Tyrone Riley s’annonce bienvenue.

Embed from Getty Images

Défense

C’est en défense que la reconstruction est massive, avec 8 titulaires à remplacer par rapport à 2017. Le front seven a notamment pâti de l’intersaison, avec toute la ligne défensive partie renforcer la NFL, dont le cinquième choix de la dernière draft, Bradley Chubb (Broncos). Fort heureusement, coach Doeren a préparé ses arrières en effectuant une solide rotation l’an passé. Avec deux sacks et demi au compteur, le senior DE Darian Roseboro était le troisième meilleur pass rusher du Wolfpack en 2017. Il sera le leader du premier rideau, aux côtés d’un autre senior, DT Eurndraus Bryant, si ce dernier revient bien de sa récente blessure à la jambe. Le prometteur sophomore DT Shug Frazier et le junior DE James Smith-Williams complètent cette escouade, malgré leur cumul de 23 plaquages en 2017. Sur l’extérieur de la ligne, le transfert de Junior College, DE Joe Babros, sera un élément à surveiller.

Le poste de linebacker n’a pas non plus été épargné par les exils. Mais celui de Jerod Fernandez, meilleur plaqueur du programme en 2017, devrait être relativement indolore. Tout cela grâce au senior LB Germaine Pratt, plus grand talent de cette défense new-look. Ses lieutenants sont encore difficiles à identifier, même si les sophomores WLB Brock Miller et WLB Louis Acceus ont une longueur d’avance. La belle surprise pourrait venir du freshman MLB Payton Wilson, même si ce dernier a dû lutter avec des douleurs au genou.

Vous l’aurez compris : les vieux briscards défensifs du programme se trouvent plutôt dans le secondary. Avec 80 plaquages, et 4 passes défendues, le junior SS Jarius Morehead fait office de roc sur le run stop et encadre un groupe de safeties qui a au moins démarré un match en carrière. C’est le cas de FS Dexter Wright, de retour de blessure, et des deux sophomores SS Isaiah Stallings et FS Tim Kidd-Glass. Ce quatuor de talent profite de l’arrivée du nouveau co-coordinateur défensif, Ted Roof, en provenance de Georgia Tech. Il s’occupera en partie des defensive backs et verra sans doute d’un bon œil la rotation que lui offre son escouade de safeties.

Embed from Getty Images

Sur les extérieurs, l’expérience est plus limitée, mais le junior CB Nick McCloud est déjà l’une des valeurs sûres de la conférence à son poste (7 passes défendues et une interception en 2017). L’autre position sera disputée entre le junior CB Kishawn Miller et les sophomores CB Markel Valdez et CB Chris Ingram. Dans un système défensif adepte du 4-2-5, le backfield sera souvent renforcé. Une aubaine pour le junior NB Stephen Griffin, transfert de Tennessee, qui a à cœur de faire ses preuves.

Équipes spéciales

Avec 43 yards de moyenne en 2017, le senior P A.J. Cole III sera fidèle au poste sur les punts. Sur la position de kicker, plus d’interrogations, après la blessure du senior K Carson Wise. Son homologue K Kyle Bambard domine la hiérarchie, mais les deux hommes n’étaient qu’à 50% de réussite sur field goal en 2017. Le true freshman K Christopher Dunn a donc une grosse carte à jouer lors des camps estivaux. Pas plus d’assurance sur le poste de retourneur, occupé l’an passé par Nyheim Hines. Le senior KR/PR Maurice Trowell a été le plus sollicité de l’escouade actuel et devra tout faire pour confirmer son statut.

Calendrier

Capable d’épingler Florida State et Louisville en 2017, NC State aura une division ACC Atlantic homogène et donc accrochée cette saison. Bonne nouvelle pour eux : le début de programme s’annonce abordable, leur permettant de monter en puissance avant les duels intra-conférence. Il faudra tout de même se méfier de West Virginia, le 15 septembre. Même avec l’avantage de recevoir les Mountaineers, la défense aura à faire à de grosses menaces adverses comme le duo QB Will Grier – WR David Sills V. Le plus gros test de l’exercice 2018 sera incontestablement le déplacement à Clemson le 20 octobre. Le mois de novembre sera également charnière pour accrocher les premières places de la division, mais c’est bien à Raleigh que Florida State et Wake Forest viendront défier le Wolfpack.

Match clé
Boston College, le 6 octobre
En y regardant bien, ce match devrait être capital pour les deux programmes. Comme évoqué, une semaine avant le déplacement à Clemson, une défaite de NC State plongerait très clairement les joueurs de Dave Doeren dans le doute. De l’autre côté, Boston College a une deuxième partie de saison peu enviable et va devoir entamer ce virage avec le plein de confiance. L’an passé, malgré une équipe des Eagles en pleine bourre, NC State avait réussi à quitter Chestnut Hill victorieux (14-17). Il y aura un sentiment de revanche dans l’air pour le programme du Massachusetts. Enfin, l’opposition de style offensive sera intrigante, entre la force de frappe aérienne de North Carolina State et le jeu au sol massif d’AJ Dillon et des Eagles.

Conclusion

Deuxième de division Atlantic derrière Clemson, NC State a clairement les armes pour être de nouveau le principal outsider des Tigers. Il ne sera pas aisé de remplacer Nyheim Hines, tant sur le jeu au sol que sur les équipes spéciales. Pas plus facile de compenser l’hémorragie défensive de l’intersaison, avec le départ du pass rusher vedette Bradley Chubb. Mais au vu du calendrier abordable, NC State a de quoi démarrer en fanfare et faciliter la transition en défense. Une fiche aussi bonne qu’en 2017, voire mieux avec neuf ou dix victoires, reste largement plausible.

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : Boston College Eagles

Ça passe ou ça casse pour coach Steve Addazio. Avec la présence de RB A.J. Dillon et d’une défense de fer, les Eagles doivent franchir un cap au risque de connaitre un changement majeur de coaching staff en 2019.

Publié

le

Crédit photo : USA Today

Boston College Eagles

Conférence ACC – Division Atlantic

En 2017 : 7-6, 4-4 ACC. New Era Pinstripe Bowl : défaite 27-20 face à Iowa.
Head Coach : Steve Addazio, 6ème année (31-33) – Résultats en carrière: 44-44.
Coordinateur offensif : Scot Loeffler.
Coordinateur défensif : Jim Reid.
Titulaires de retour : 7 en attaque, 5 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : DE Harold Landry, LB Ty Schwab, CB Isaac Yiadom.
Joueurs à suivre : QB Anthony Brown, RB A.J. Dillon, RT Chris Lindstrom, WR Kobay White, DE Zach Allen, LB Connor Strachan, CB Lukas Denis, S Will Harris.

La saison 2017 de College Football a été le théâtre de l’une des métamorphoses les plus renversantes de ces dernières années. En quelques mois, l’attaque des Eagles s’est transformée en une machine infernale digne de la côte Ouest après avoir contrôlé l’horloge par un jeu offensif conservateur pendant des années.

Résultat : une moyenne de 386 yards offensifs (on n’avait pas vu ça depuis les années Matt Ryan), près de 90 jeux par match et 5 victoires remportées lors des 7 derniers matchs. Boston College s’est imposé chez les Cardinals de Louisville d’un certain QB Lamar Jackson. Plus incroyable encore : ils ont détruit Florida State, 35-3, à domicile. Une Révolution.

Embed from Getty Images

Toutefois, cette 6ème saison à la tête des Eagles sera déterminante pour coach Steve Addazio. Le nouveau Directeur athlétique, Martin Jarmond, pourrait ne plus être satisfait par le total des 7 victoires que les Eagles ont atteint 4 fois lors des 5 dernières saisons.

Malgré un calendrier dantesque (notamment Miami et Virginia Tech en matchs crossover et un déplacement à Purdue en match inter-conférence), Boston College n’est pas sans arguments pour prétendre devenir l’équipe surprise de la saison 2018 dans la conférence ACC. La défense de NC State est en recomposition et Florida State vivra peut-être une période de transition suite au départ de Jimbo Fisher. Est-ce l’année ou jamais pour ces Eagles dans la division Atlantic ?

Avec la présence de l’explosif Freshman of the Year dans la conférence ACC en 2017, RB A.J. Dillon, les Eagles seront-ils encore une équipe poil à gratter en 2018 ou rentreront-ils dans les rangs ?

Attaque

Comme l’an passé, les rênes de l’attaque des Eagles seront donc entre les mains de l’un des plus dangereux running backs du pays : le sophomore RB A.J. Dillon (1589 yards au sol, 14 TD en 2017). A beast. Indiscutablement le meilleur prospect offensif recruté par Steve Addazio à Boston College. Celui que Michigan avait initialement recruté mais qui voulait le faire jouer au poste de linebacker a préféré la banlieue ouest de Boston pour confirmer son incroyable aptitude à porter le ballon. Coureur rapide et puissant, il sera encore la pierre angulaire de l’attaque dirigée pour la 3ème année par le coordinateur offensif Scot Loeffler.

Une saison à plus de 2000 yards au sol n’est pas à exclure pour le running back vedette d’autant qu’il évoluera derrière une ligne offensive de retour au grand complet et comptant 7 joueurs avec une expérience comme titulaire. Le senior RT Chris Lindstrom est le leader d’un groupe qui excelle sur le run blocking mais qui a également étonné par sa mobilité en 2ème partie de saison permettant l’utilisation de schémas spread inattendus. Les seniors LT Aaron Monteiro et LG Sam Schmal cimenteront le côté gauche alors que le sophomore RG Ben Petrula devrait glisser à droite pour laisser sa place au senior C Jon Baker, de retour en 2018 après une saison dernière écourtée par une blessure.

Embed from Getty Images

En plus des exploits de RB A.J. Dillon, l’un des tournants de la saison 2017 des Eagles fût la titularisation du sophomore QB Anthony Brown (1367 yards à la passe, 11 TD, 9 INT en 2017) à la place du décevant QB Darius Wade (transféré à Delaware, FCS). Blessé au genou en fin de saison, il devrait être de retour à 100% pour le coup d’envoi de la saison. Dans le cas contraire, on pourrait voir la star montante, QB E.J. Perry. Étincelant à l’entrainement, ce dernier est déjà le petit préféré des fans des Eagles.

Avec le senior TE Tommy Sweeney (36 réceptions, 512 yards, 4 TD en 2017), Boston College peut compter sur l’un des plus productifs receiving tight-ends du pays. Toutefois, il est bien seul. Le sophomore WR Kobay White (34 réceptions, 423 yards, 4 TD en 2017) a su profiter des opportunités de play-action pour gonfler ses statistiques mais il devra s’améliorer sur ses tracées pour devenir une vraie menace sur le jeu vertical. Réputé pour sa vitesse, le senior WR Jeff Smith (25 réceptions, 296 yards en 2017) n’a pas encore démontré l’étendue de son talent. Finalement, la bonne surprise pourrait venir du freshman WR Noah-Jordan Williams, révélation du printemps grâce à ses mains sûres.

Défense

L’escouade dirigée par le coordinateur défensif Jim Reid a terminé au 3ème rang national en 2017 pour l’efficacité contre la passe et s’il reste quelques interrogations au poste de cornerback, les Eagles peuvent compter sur le meilleur duo de safeties de la conférence ACC avec les deux seniors FS Lukas Denis (83 plaquages, 7 INT en 2017) et SS Will Harris (83 plaquages, 4 fumbles recouverts en 2017). Le groupe de cornerback est orphelin après le départ du leader CB Isaac Yiadom. Ainsi, le senior CB Taj-Amir Torres (33 plaquages, 1 INT en 2017) et le junior CB Hamp Cheevers (16 plaquages, 2 INT en 2017) devraient faire leurs débuts comme titulaire à moins que le freshman CB Tate Haynes, fils du membre du Hall of Fame de la NFL, Mike Haynes, réussisse à se tailler une place.

Certes, Harold Landry est parti pour la NFL mais on notera que la ligne défensive est restée extrêmement performante durant son absence pour cause de blessure. Le senior DE Zach Allen (100 plaquages, 15.5 pour perte, 4 sacks en 2017) a prêché par l’exemple et il est tout désigné pour prendre le rôle de leader du pass-rush des Eagles. En raison de son expérience, le senior DE Wyatt Ray (39 plaquages, 3 sacks en 2017) devrait conserver son statut de titulaire en attendant le développement des sophomores DE Brandon Barlow et DE Bryce Morais. A l’intérieur, c’est le manque de profondeur derrière le puissant senior NT Ray Smith (59 plaquages en 2017) qui pourrait inquiéter. Le junior DT Tanner Karafa (16 plaquages en 2017) devra être plus régulier pour convaincre le coaching staff qu’il peut justifier son statut de titulaire.

Embed from Getty Images

Les multiples blessures auraient pu ravager le second rideau l’an passé. Au contraire, elles auront permis à Boston College de découvrir que le programme ne manquait pas de profondeur à ce poste de linebacker. Ainsi, le sophomore MLB John Lamot (63 plaquages, 1 sack en 2017) a été l’une des révélations tandis que l’ancien running back, WLB Davon Jones (23 plaquages en 2017), a émerveillé convaincant le coaching staff de l’utiliser régulièrement en défense. Avec le retour de blessure du plus gros frappeur de la conférence ACC, SLB Connor Strachan, et la montée en puissance du sophomore WLB Isaiah McDuffie, Boston College peut encore être l’une des défenses les plus intimidantes de la côte Est.

Équipes spéciales

C’est assurément l’un des secteurs les plus inquiétants des Eagles en 2018. Le départ de P Mike Knoll laisse un trou béant que les inexpérimentés P Grant Carlson et P James Levere tenteront de comblée. Pas rassurant. Et le kicking game n’est guère en meilleure situation après la saison 2017 inconstante de K Colton Lichtenberg (12/20 FG). Sur les retours de coup de pied, pas de changement : le receveur PR/KR Michael Walker (23.6 yards sur KR et 13.1 yards sur PR) est fidèle au poste.

Calendrier

Le gros point noir des espoirs des Eagles en 2018. Si les deux premiers matchs ne devraient pas être problématiques (Umass et Holy Cross), la suite sera semée d’embûches. En plus d’un calendrier de division Atlantic copieux (Louisville, Clemson, à NC State et à Florida State), les Eagles affronteront Miami et se déplaceront à Virginia Tech en matchs crossover. Ils feront également un voyage à l’ouest, dans l’Indiana, pour se mesurer à une séduisante équipe de Purdue. Wake Forest, Temple et Syracuse sont également au programme des Eagles en 2018

Embed from Getty Images

Match clé
à Florida State, le 27 octobre
Certes, les Seminoles ont perdu de sérieuses armes en défense, l’attaque reste dépendante de l’état de santé de son quarterback, Deondre François et l’arrivée de coach Willie Taggart (ex-Oregon) ne se fera pas sans une période de transition mais l’opportunité est trop belle pour Florida State de faire mal à Clemson en les privant d’une potentielle saison invaincue.

Conclusion

Porté par un RB AJ Dillon stratosphérique et une défense de fer, Boston College a conclu sa dernière campagne par 5 victoires lors de ses 7 derniers matchs donnant un indiscutable momentum à un programme en quête de renouveau. Bonnes nouvelles : le running back vedette est de retour protégé par une ligne offensive monstrueuse tout comme 6 titulaires en plus du retour de blessure du leader SLB Connor Starchan. Si QB Anthony Brown ou QB AJ Perry parviennent à devenir de vraies menaces dans la jeu aérien, coach Steve Adazzio pourrait remporter plus de 7 matchs en une saison pour la première fois de son règne à Chestnut Hill. Cependant, il faudra se sortir d’un calendrier de conférence ACC dantesque.

Lire la suite
Publicité

Preview 2018

Previewil y a 3 jours

Preview 2018 : Duke Blue Devils

Portés par le junior QB Daniel Jones et une défense suffocante, les Blue Devils de Duke seront-ils la bonne surprise...

Previewil y a 7 jours

Preview 2018 : Boston College Eagles

Ça passe ou ça casse pour coach Steve Addazio. Avec la présence de RB A.J. Dillon et d'une défense de...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Florida State Seminoles

Les Seminoles de Florida State ont connu une mini-Révolution durant l'intersaison avec le départ de Jimbo Fisher mais le programme...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Clemson Tigers

Avec la meilleure ligne défensive du pays et une attaque au potentiel énorme, les Tigers de Clemson n'ont qu'un seul...

Previewil y a 1 semaine

Conférence ACC : les Tigers de Clemson sont-ils indestructibles ?

Preview de saison 2018 dans la conférence ACC.

Previewil y a 2 semaines

Preview 2018 : Boise State Broncos

Menés par le senior QB Brett Rypien et une défense intimidante, les Broncos de Boise State seront-ils de retour au...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2018 : Central Florida Knights

Malgré le départ de l'emblématique coach Scott Frost, les champions de conférence AAC en titre possèdent le talent nécessaire pour...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2018 : Boise State de retour au sommet du Group of Five ?

Absent d'un bowl du Nouvel An depuis 2014, le programme de l'Idaho semble avoir toutes les armes en main pour...

Previewil y a 4 semaines

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne défensive en 2018

DT Ed Oliver est un phénomène qui fait déjà rêver toutes les franchises NFL. Il est classé #1 de notre...

Previewil y a 1 mois

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne offensive en 2018

Titulaire depuis 3 ans au sein de l'attaque des Tigers de Clemson, LT Mitch Hyatt est classé #1 de notre...

Articles les plus lus