Suivez-nous sur

Preview

[CFP National Championship 2017] Les clés du match

Dans le cadre de sa série d’articles de présentation du CFP National Championship 2017, The Blue Pennant vous propose de découvrir les clés de ce rematch entre #1 Alabama et #2 Clemson.

Deshaun Watson face à l’opportunisme de la défense de #1 Alabama

Malgré deux interceptions face aux Buckeyes de #3 Ohio State, QB Deshaun Watson s’en est sorti avec la victoire grâce à ses 316 yards dans les airs et un total de 3 TD, mais aussi parce que la défense des Tigers a fait le travail lors de la victoire 31-0 de #2 Clemson.

Face à #1 Alabama, les turnovers le tueraient.

En 2016, le Crimson Tide a réussi 15 « nots » (non-offensive TDs), 15 TD non-offensifs. Complètement fou. Commettre des turnovers face à #1 Alabama, c’est s’exposer à une rapide désillusion. Car, il faut en plus résoudre le problème des équipes spéciales… ça devient impossible.

Or les interceptions ont été l’un des pêchés mignon du quarterback de #2 Clemson, QB Deshaun Watson. Il en a commis 17. Les Tigers ont le talent pour faire tomber le géant #1 Alabama mais ils devront compter sur un match discipliné de leur leader offensif pour réussir l’exploit.

Le jeu au sol de #1 Alabama face à la ligne défensive de #2 Clemson

#1 Alabama veut vous marcher dessus avec son jeu au sol. C’est un fait. Mais #2 Clemson a plutôt été costaud défensivement dans ce secteur (125.8 points, #22 du pays). Et les Tigers ont été monstrueux contre le 12ème jeu au sol du pays, celui de #3 Ohio State lors du Fiesta Bowl. Ils doivent maintenant répéter cette exploit face aux RB Bo Scarbrough, RB Damien Harris et autre QB Jalen Hurts. La ligne offensive du Crimson Tide a permis à l’attaque de coach Nick Sabam de dominer ses adversaires match après match, le plus souvent en 2ème mi-temps.

La capacité de la défense de #2 Clemson de forcer QB Jalen Hurts à les battre dans les airs sera déterminante quant à l’issue de cette finale nationale. Grâce à un front four explosif, les Tigers sont #3 du pays concernant le nombre de sacks réussis. C’est aussi dans ce secteur que le match se jouera. Sans pression sur le quarterback freshman du Crimson Tide, #2 Clemson n’a aucune chance.

Ainsi DL Carlos Watkins, DE Christian Wilkins, DE Dexter Lawrence et DE Clelin Farrell, dominants face à #3 Ohio State avec 11 plaquages pour perte et 2 sacks, devront réussir de nouveau à s’infiltrer dans le backfield offensif adverse. Ils doivent réussir leur meilleure performance de la saison.

Certes, le front seven de #1 Alabama est rempli de future star NFL mais c’est au niveau de la ligne d’en face que pourrait se jouer ce match.

QB Jalen Hurts

Tout au long de la saison, le jeu aérien de #1 Alabama a été satisfaisant. Sans plus. Et surtout inconstant.

On se souvient que le secondary de LSU a pris le dessus sur le quarterback freshman du Crimson Tide qui n’avait réussi que 107 yards dans les airs face aux Tigers. Face à #2 Washington et son backfield digne de la NFL ? Même chose. 57 petits yards et 0 TD.

Aidé par un pass rush de folie, le secondary de #2 Clemson a brillé tout au long de l’année avec 20 interceptions pour seulement 12 passes de TD accordés dont 5 face à Pittsburgh. QB Jalen Hurst doit être très prudent. S’il veut jouer les héros en forçant ses passes, il le payera « cash » face à CB Cordrea Tankersley et S Jadar Johnson.

L’énigme Sarkisian

Lane Kiffin est parti. Le clash permanent entre l’ancien coordinateur offensif du Crimson Tide et coach Nick Saban a abouti à une séparation une semaine avant le match le plus important de la saison. Après avoir accepté le poste de head coach à Florida Atlantic, Lane Kiffin – et du coup l’attaque de #1 Alabama – a semblé hors du coup lors du Peach Bowl remporté par #1 Alabama essentiellement grâce à sa défense. Que doit-on attendre de la prise de fonction de Steve Sarkisian ? Transformation ou continuité ?

Steve Sarkisian ne transformera pas QB Jalen Hurts en gunslinger en une semaine. Ainsi, on ne voit pas comment #1 Alabama pourrait ne pas utiliser, avant tout, son jeu au sol dominant. Mais on peut aussi s’attendre à voir les receveurs davantage solliciter que face à #4 Washington.

Tout le monde aura les yeux rivés sur TE O.J. Howard, héros de la finale 2016 avec ses 208 yards sur réception et 2 TD, mais WR Calvin Ridley et WR ArDarius Stewart doivent être plus impliqués que la semaine dernière. A eux deux, ils ont réussi 119 réceptions pour un total de 15 TD en 2016 mais ils ont également la réputation de disparaître dans les grands rendez-vous (0 réception pour Stewart en finale 2016, 1 seule pour Ridley)

Steve Sarkisian est sous pression. En cas de désillusion, il sait qu’il sera l’un des premiers visés. Bon courage.

Le froid attendu à Tampa lundi soir

Oui, le match aura lieu à Tampa (Floride) mais les conditions de jeu ne seront pas aussi parfaites que celles d’un dome qui a accueilli les deux dernières finales (Arlington, Glendale).

On n’attend pas de pluie mais après trois jours aux alentours de 25 degrés sur le Sud de la Floride, les orages attendus pendant le week-end pourrait faire tomber la température à… 10 degrés lors du coup d’envoi, lundi soir. Il se pourrait que cette finale nationale 2017 soit le National Championship Game le plus froid de ces 20 dernières années !

Considérant que ces deux équipes ont l’habitude des chaleurs du Sud des Etats-Unis, cela pourrait être un facteur à ne pas négliger.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis près de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le podcast TBP/Radiossa - Made in US. Expert NFL et NHL. Grand amateur de la NBA et du College Basketball. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Preview 2017

Advertisement

Podcast

A la Une

A lire également - Preview