Suivez-nous sur

Preview

[CFP National Championship 2016] Les coachs : Dabo Swinney vs Nick Saban

Présentation des deux coachs qui seront opposés lors du CFP Championship Game 2016 : Dabo Swinney (Clemson) vs Nick Saban (Alabama).

@TBPChamp2016

La finale nationale de lundi prochain verra deux coaches aux profils et aux trajectoires très différents s’affronter dans le but de recevoir le trophée du CFP, le titre national, et la gloire absolue ou presque.

Dabo Swinney, un gars sympa

Sur la sideline de Clemson, William Christopher « Dabo » Swinney, 46 ans, ancien receveur walk on du… Crimson Tide de l’université d’Alabama, est head coach des Tigers de Clemson depuis le milieu de la saison 2008, il succède à Tommy Bowden, qui démissionne après 6 matchs, alors que Swinney est coach des receveurs et un coordinateur du recrutement reconnu (classé dans le top de Rivals.com en 2007).

Swinney avait rejoint le staff de son ancien coach de position à ‘Bama en 2003, après avoir été viré avec tout le staff de DuBose en 2001, alors qu’il était coach des receveurs et des tight ends. Il a occupé sa période hors football en s’occupant d’immobilier, et est diplômé d’un MBA de l’université d’Alabama.

Swinney conserve sa réputation de recruteur exceptionnel en tant que head coach, et a tranquillement fait sa place dans le haut du panier des coaches de College Football. Il est l’un des quatre coaches à avoir eu une classe de recrues dans le top 20 de ESPN pendant cinq années de suite. Les autres ? Bob Stoops d’Oklahoma, Les Miles de LSU et… Nick Saban d’Alabama.

Dabo Swinney a lancé la tradition de la Tiger Walk à Clemson : les joueurs des Tigers traversent le parking où se tient en général la fiesta des supporters d’avant match, qu’on appelle Tailgating chez nos amis américains, environ deux heures avant le match, pour renforcer le côté ‘représentants d’une communauté, d’une famille’ de l’équipe en Caroline du Sud.

Avec le parcours qu’il réalise en tant que head coach des Tigers, Dabo Swinney semble marcher dans les traces du plus grand coach de l’histoire de Clemson, John Heisman. Il est par exemple le premier coach des Tigers à avoir engrangé 32 victoires au cours de ses trois premières saisons, et a reçu un petit paquet de distinctions, comme par exemple le Bobby Dodd Coach of the Year Award 2011, qui récompense un coach pour sa performance de terrain et pour sa performance universitaire.

 

2011 marque un premier sommet dans la carrière de Swinney, avec notamment le titre de conférence ACC, qui connaît par la suite des saisons quelque peu plus compliquées, tout en demeurant de fort belle facture, avec toujours une ou deux défaites qui faisaient un peu mal au fondement, souvent moquée par les commentateurs, dont votre serviteur, sous le terme de « Clemsoning », et ce malgré la victoire à l’Orange Bowl contre Ohio State à l’issue de la saison 2013.

En effet, Dabo a parfois eu quelques soucis dans sa communication, notamment avant l’Orange Bowl 2011, annonçant ‘vous verrez, on parlera de la défense de Clemson après le match’. En effet, Clemson a subi la pire défaite de l’histoire des bowls BCS, contre West Virginia…

Ajoutons à ça les nombreuses vidéos de Dabo en train de danser dans le vestiaire qui auront peut-être fait plus pour sa notoriété que son coaching – un peu comme Mike Gundy à Oklahoma State – et on se retrouve avec un type peut-être pas suffisamment pris au sérieux.

En 2015, Dabo a décrété la fin du « Clemsoning », et a réitéré son décret à l’issue de la victoire des Tigers à l’Orange Bowl, cette fois pour la qualification en finale nationale dans la deuxième saison de l’ère du CFP.

Et, de fait, le « Clemsoning » semble bel et bien terminé. Clemson réalise la meilleure saison de l’ère Swinney, en accédant donc à la finale nationale. Le parcours de la saison aura valu à Dabo les distinctions de coach of the year de l’ACC, Home Depot, Maxwell, Walter Camp et Associated Press. En comptant la dernière victoire à l’Orange Bowl, Swinney a mené ses troupes à 75 victoires pour 26 défaites depuis sa prise de fonction.

Nick Saban, le Dark Vador du College Football

Face à Dabo, on retrouve le Dark Vador du college football, monsieur Nick Saban. Oui, le type qui déclarait à l’issue de la saison 2006 des Dolphins de Miami : « Je ne serai pas le coach d’Alabama ».

Nicholas Lou Saban Junior, 64 ans, est le coach d’Alabama depuis 2007, après une longue carrière dans les rangs universitaires, commencée comme assistant coach à Kent State, son alma mater, où il a évolué comme defensive back durant deux saisons. Aujourd’hui encore, les postes du backfield défensif sont supervisés directement par Saban, qui n’hésite pas à recadrer directement ses joueurs de position aux entraînements ou en match.

Dans un premier temps, Saban a multiplié les postes d’assistant, à Kent State donc puis à Syracuse, à West Virginia dans son Etat natal, à Ohio State, à Navy puis Michigan State où il accède à son premier poste de coordinateur défensif avant de partir une première fois tester le monde du football professionnel en tant qu’assistant coach chargé des defensive backs chez les Houston Oilers (aujourd’hui Tennessee Titans).

Sa première expérience en tant que head coach, après son départ de Houston, intervient dans l’Ohio, encore, à Toledo. Il refuse au passage d’embaucher Urban Meyer dans son staff alors que ce dernier, qui ne doute de rien, avait sollicité directement Saban pour un poste. Il n’est coach qu’une saison, mais amène les Rockets à un record de 9-2 et un titre de co-champion de la MAC, avant de démissionner pour retourner en NFL, comme coordinateur défensif des Browns, sous la tutelle d’un autre Dark Vador du football, professionnel celui-là, Bill Belichick, le plénipotentiaire coach des Patriots de New England.

Après trois années chez les pros, Saban revient dans les rangs universitaires en tant que head coach à Michigan State pour cinq saisons assez moyennes avec quelques belles performances anecdotiques, avant de mettre en oeuvre sa spécialité : la démission.

Il file donc son billet aux Spartans pour rejoindre Louisiana State, pour cinq saisons marquées par un titre SEC en 2001 et le premier championnat national de Nick Saban en 2003.

En 2004, Saban nous refait le bon vieux coup de la démission pour partir chez les Dolphins de Miami en NFL. Wayne Huizenga, le propriétaire d’alors des Dolphins, pense rejouer le coup de ce bon vieux Jimmy Johnson, en embauchant un coach universitaire à succès, pour remettre la franchise de Floride sur le devant de la scène. Et devinez ce qu’il advint ?

Retour donc chez les universitaires (oui, certains font des études à ‘Bama, voir Swinney, Dabo). Et même s’il n’allait pas être le prochain coach d’Alabama, il débarque quand même avec armes, bagage et mauvaise humeur permanente à Tuscaloosa, pour rendre vie à un programme moribond depuis les années Bear Bryant (et ça date, Anouar).

Imaginez un peu…

  • Finaliste malheureux de la SEC en 2008.
  • Champion BCS en 2009 contre Texas
  • Champion BCS en 2011 contre LSU 21-0, pour le match qui allait, finalement, semer le glas pour le BCS et ouvrir trois ans plus tard l’ère du playoff universitaire en division FBS, grâce à ce rematch de rencontre toute pourrie de saison régulière terminée sur le score 9-6 pour LSU, dans une purge infâme.
  • Champion BCS en 2012 contre #1 Notre Dame, atomisée en direct devant les caméras.
  • Champion SEC 2014 et 2015, avec une place en finale nationale la semaine prochaine.

Avec 190 victoires au total en carrière universitaire, Nick Saban est aujourd’hui le coach en activité avec le plus grand nombre de victoires en carrière. (5 victoires acquises à ‘Bama lui ont été retirées dans le cadre de sanctions NCAA contre le Tide, dans le cadre du scandale des manuels scolaires [rofl]. Même si les faits se sont déroulés du temps de son prédécesseur Mike Shula – un nom qu’on connait bien à Miami, mais avec ‘Don’ comme prénom – les sanctions se sont étendues aussi à 2007).

Saban est le prototype du gars qu’on adore détester, mais il est aujourd’hui un pur baron de ce sport. Tuscaloosa lui appartient, les fans du Tide sacrifieraient leurs enfants pour lui, et il pourrait, s’il le voulait, se taper toutes les minettes du campus et des environs, le tout en mesurant un mètre vingt quatre les bras levés. Amazing. Avec la retraite de Frank Beamer, il est aujourd’hui le seul à sembler pouvoir compter sur un poste à vie, s’il le souhaite, à Tuscaloosa, dans la lignée des coaches historiques du football comme Joe Paterno, Bear Bryant, Woody Hayes ou LaVell Edwards…

Nick Saban est connu pour ses pétages de plombs légendaires en conférence de presse, une presse qu’il déteste cordialement.

Ces dernières saisons, Saban aura su montrer un côté humain qu’on ne lui soupçonnait pas forcément, en invitant ses joueurs pour Thanksgiving, en montrant un peu d’émotion à l’évocation de son coordinateur défensif Kirby Smart qui partira après la finale prendre le poste de head coach à Georgia, ou encore…

Malgré son abord désagréable au possible, Saban, pieux catholique marié à Terry depuis la fin de leurs années de fac (soit 44 ans) et père de deux enfants, est la figure de proue de sa fondation, Nick’s Kids, dédiée aux enfants handicapés mentaux et dirigée par son épouse.

Il est aussi une ‘star’ de cinéma, ayant fait une apparition dans le film dédié à l’histoire de Michael Oher, The Blind Side (avec Sandra Bullock), dans le rôle de… Nick Saban…

 

En finale, nous verrons donc s’affronter deux coaches aux profils très différents : Nick le défensif, Dabo l’offensif. Swinney le type sympa avec qui on prendrait bien une binouze bien fraîche autour d’un bon barbecue et Saban le Diable incarné.

Faites vos jeux…

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Preview 2017

Advertisement

Podcast

A la Une

A lire également - Preview