Suivez-nous

Preview

[CFP National Championship 2016] Le face-à-face à chaque poste

Présentation des faces-à-faces à chaque poste du CFP Championship Game 2016.

Publié

le

@TBPChamp2016

Le numéro 1 contre le numéro 2 au pays. Si Ohio State avait créé la surprise la saison passée, la finale nationale 2016 opposera bien les deux programmes les plus en vue de l’année.

Un duel qui nous offrira une belle opposition de style, entre une attaque hyper explosive et une défense redoutablement agressive.

A trois jours du match tant attendu, The Blue Pennant vous propose une revue d’effectif, afin de déterminer quels sont les secteurs clés de cette rencontre au sommet.

Attaque

Quarterbacks

QB Deshaun Watson (Clemson) – Crédits photo : Tyler Smith/Getty Images North America

Clemson : C’est indéniablement la principale force des Tigers cette saison. Candidat au trophée Heisman, QB Deshaun Watson (3 699 yards, 31 TD) aura été le dynamiteur en chef d’une escouade déjà productive sous les ordres de coach Dabo Swinney. Un chef d’orchestre capable de découper une défense dans les airs, mais aussi de réaliser les jeux décisifs à l’aide de ses jambes. Le meilleur joueur de l’ACC 2015 a ainsi décroché une moyenne de 270 yards à la passe, de 68 yards à la course et de 3 touchdowns par match cette saison. Tout est dit ! Cette capacité de nuisance est accentuée par l’aspect imprévisible du personnage, capable de repérer le moindre trou de souris pour empocher un gain très longue distance. La défense des Sooners en sait quelque chose, elle qui lui a cédé 145 yards à la course, dont un sprint de 46 yards, lors de l’Orange Bowl. Une victoire de Clemson passerait donc par une belle prestation de son quarterback ? Elémentaire, mon cher Watson !

Alabama : Transféré de Florida State l’année dernière, Jake Coker (2 775 yards, 19 TD) est à l’image des quarterbacks coachés par Nick Saban : un parfait gestionnaire de l’attaque, faute de mieux. Le numéro 14 semble toutefois monter en puissance au fil des semaines et a su se montrer à la hauteur du casting de rêve qui l’entoure, tant offensivement que défensivement. En compétition avec Cooper Bateman en début de saison, Coker a finalement obtenu ses galons de titulaire après la défaite du Crimson Tide contre Ole Miss, la seule rencontre qu’il n’a pas démarré en 2015 … Depuis, une solide saison malgré quelques accrocs contre Arkansas ou Tennessee. Des trous d’airs qui ne l’ont pas empêché de malmener Michigan State, lors de la seconde période du Cotton Bowl. Une fiche de 286 yards et deux touchdowns, un parfait timing avec le true freshman WR Calvin Ridley et un titre de MVP de la demi-finale nationale.

Avantage : Clemson. D’un côté, un musicien appliqué à jouer sa partition. De l’autre, un chef d’orchestre inspiré et polyvalent. Watson mérite donc la meilleure note …

Running backs

RB Derrick Henry (Alabama) – Crédits photo : Mike Zarrilli/Getty Images

Clemson : A l’instar de son QB Deshaun Watson, RB Wayne Gallman (1510 yards, 12 TD) a véritablement explosé lors de sa deuxième année universitaire. Le coureur sophomore s’est peu à peu greffé au système de Tony Elliott et de Jeff Scott, au point de répondre systématiquement présent dans les matches importants. 111 yards contre Notre Dame, 103 yards et un touchdown face à Florida State, 187 yards et un touchdown contre North Carolina, et même 150 yards et deux touchdowns lors de l’Orange Bowl contre les Sooners. Sur les troisièmes tentatives, le natif de Loganville (Géorgie) est également précieux, avec plus de 7 yards en moyenne par porté. De quoi retirer un peu de pression à son quarterback vedette, et marcher sur les pas d’autres coureurs emblématiques du programme comme Andre Ellington et C.J. Spiller.

Alabama : Quels superlatifs peut-on encore trouver concernant le dernier Heisman Trophy ? Appelé à prendre les rênes de l’attaque, après le départ d’Amari Cooper chez les pros, RB Derrick Henry (25 touchdowns !) a largement répondu aux attentes, participant à la rédemption du Crimson Tide en deuxième partie de saison. Un physique hors normes, une capacité d’accélération et des mains relativement fiables en dehors du backfield, Henry a explosé les compteurs avec près de 2 000 yards déjà cumulés en 13 matches. Même Mark Ingram, autre meilleur joueur universitaire du programme de Tuscaloosa, n’avait pas franchi la barre des 1 700 yards en 2009 ! Assisté par une excellente ligne intérieure, le numéro 2 fait du grabuge sur des courses plein centre et ne manque pas d’accumuler les gros gains sur des appels de jeu bien choisis.

Avantage : Alabama, forcément.

Wide Receveurs – Tight Ends

WR Calvin Ridley (Alabama) – Crédits photo : Jamie Squire/Getty Images

Clemson : Sammy Watkins, DeAndre Hopkins, Martavis Bryant … Clemson aura formé d’excellents receveurs au cours des dernières années, 2015 ne faisant pas exception à la règle. Problème : les Tigers ont également subi pas mal de déboires à ce poste, avec la blessure de Mike Williams en début de saison, ou encore la récente suspension du true freshman Deon Cain. De quoi inquiéter Dabo Swinney ? Pas vraiment. Artavis Scott (868 yards, 5 TD) et Charone Peake (617 yards, 5 TD) auront été les cibles préférées de QB Deshaun Watson, tout au long de la saison. Le tight end Jordan Leggett (447 yards, 7 TD) est lui une véritable menace aérienne dans les 20 yards adverses. Ajoutez à cela les deux freshmen Hunter Renfrow et RayRay McCloud, et les Tigers ont de quoi ennuyer plus d’une équipe à l’échelon universitaire.

Alabama : Un freshman superstar peut en chasser un autre. Parti de Tuscaloosa, après avoir marqué les esprits dès sa première saison universitaire, Amari Cooper a vite vu sa fac lui trouver un successeur. WR Calvin Ridley n’était pourtant pas titulaire en début de saison, dans l’ombre notamment de Robert Foster. Mais la blessure de ce dernier a vite rebattu les cartes, en faveur du true freshman. Depuis, 120 yards et un touchdown contre Georgia, 102 yards contre Florida et surtout 138 yards et 2 touchdowns contre Michigan State. De belles prestations qui lui ont permis de franchir le cap des 1 000 yards à la réception, le meilleur chiffre pour un receveur freshman du programme. (« Amari who ? ») A ses côtés, Richard Mullaney et ArDarius Stewart se révèlent être de solides lieutenants. Principalement bloqueur, le tight end O.J. Howard peut avoir des mains fiables quand on fait appel à lui.

Avantage : Alabama. L’absence de Cain pourrait être préjudiciable, malgré une bonne profondeur chez les Tigers.

Ligne offensive

LT Mitch Hyatt (Clemson) – Crédits photo : ClemsonTigers.com

Clemson : Le remaniement total d’une ligne offensive laisse parfois craindre le pire d’une saison à l’autre. A Death Valley, cette problématique aura été indolore tout au long de la saison. Emmenée par l’excellent true freshman LT Mitch Hyatt, l’escouade de Robbie Caldwell n’aura concédé que 16 sacks en 14 rencontres, tout en ayant croisé la route de défenses piégeuses, comme Notre Dame, Florida State, Boston College ou encore Oklahoma. Plus en retrait depuis leur arrivée sur le campus, les seniors RT Joe Gore et LG Eric Mac Lain ont démontré toute leur valeur pour protéger efficacement Watson mais pour aussi ouvrir des brèches à la révélation RB Wayne Gallman. Les Tigers ont d’ailleurs enregistré plus de 500 yards offensifs par match lors de la deuxième moitié de la saison.

Alabama : Dans une conférence réputée pour ses défenses, le Crimson Tide a plus que mis les barbelés lors de ses 14 premières sorties. 20 sacks ont seulement été concédés par les coéquipiers de LT Cam Robinson, enfin épargné par les blessures cette année. A l’intérieur de la ligne, le trio RG Ross Pierschbacher- C Ryan Kelly- RG Adrian Taylor a largement contribué à la saison canon du Heisman Trophy, RB Derrick Henry. Ce n’est pas un hasard non plus si les hommes de Nick Saban ont décroché plus de 423 yards d’attaque cette saison. Sans compter les 50 touchdowns au compteur …

Avantage : Clemson a le dessus de très peu, mais jouera sans doute son plus gros test de la saison …

Défense

Ligne défensive

DL A’Shawn Robinson (Alabama) – Crédits photo : Marvin Gentry, USA TODAY

Clemson : Tout comme sur la ligne offensive, le premier rideau défensif a souffert de départs importants pendant l’intersaison. Mais la mission pour suppléer DE Vic Beasley et DT Grady Jarrett, partis chez les pros, a été plutôt réussie. Fer de lance de cette ligne, le DE Shaq Lawson est l’un des tous meilleurs pass rushers au pays, du haut de ses dix sacks et demi. Son compère DE Kevin Dodd (9 sacks, 18,5 plaquages pour perte) n’a pas grand-chose à lui envier. Contre la course, le premier rempart s’appelle DT Carlos Watkins (32 plaquages, 4 passes déflectées). Même avec un traitement de faveur à chaque rencontre, le run stopper des Tigers est un véritable poison pour les O-Lines. A surveiller aussi : l’ancienne recrue vedette, le DT freshman Christian Wilkins.

Alabama : C’est sans doute la ligne défensive la plus impressionnante du College Football. Sans doute la meilleure D-Line du Crimson Tide sous l’ère Nick Saban. Son efficacité est due en grande partie à deux colosses aussi puissants qu’explosifs. Le DT junior A’Shawn Robinson (3,5 sacks, 7,5 plaquages pour perte) est la principale force de perforation de ce premier rideau. Capable de concentrer plusieurs bloqueurs, il est une arme majeure qui permet de libérer des brèches sur des phases de blitz. Un brin moins véloce que son comparse, le DT senior Jarran Reed (56 plaquages) mise lui sur une présence et une réactivité dans les tranchées. Des qualités qui en ont fait une muraille du front seven d’Alabama, avec une aptitude à stopper le jeu au sol, même en étant au duel. Dernier larron de cette ligne défensive, et non des moindres : le DE junior Jonathan Allen. Principalement chargé du Contain, le numéro 93 est aussi un adepte de la poursuite et du pass rush. C’est d’ailleurs le meilleur sackeur de son programme (12 sacks). Outre son imposant trio de starters, le Crimson Tide peut compter sur une grosse rotation, avec la présence physique de DL Dalvin Tomlinson, DL Darren Lake, DL D.J. Pettway ou encore l’ancien recrue star de 2014, DE Da’Shawn Hand.

Avantage : Difficile de faire mieux qu’Alabama dans ce secteur de jeu.

Linebackers

LB Reggie Ragland (Alabama) – Crédits photo : Athlonsports

Clemson : Souvent sous-estimés, les linebackers de Clemson restent une valeur sûre de la défense de Tigers. Principal atout de cette escouade : le LB junior Ben Boulware (79 plaquages, 9 passes déflectées, 3 fumbles forcés). Force de dissuasion sur le run stop, le capitaine défensif sait aussi faire parler sa vitesse quand il faut rusher ou couvrir dans le domaine aérien. Cette polyvalence a d’ailleurs déteint sur B.J. Goodson (98 plaquages), devenu le plaqueur en chef du programme depuis le départ de Stephone Anthony chez les pros. Sa prestation face à Notre Dame avait marqué les esprits, avec notamment une interception et un fumble forcé. Pour les accompagner, le duo Dorian O’Daniel-Travis Blanks s’est parfaitement relayé tout au long de la saison pour cumuler un total de 66 plaquages, côté Will.

Alabama : Véritable tour de contrôle de sa défense, l’ILB senior Reggie Ragland (97 plaquages, 7 passes déflectées, 2 fumbles forcés) n’a cessé de progresser tout au long de la saison, au point d’annihilier à chacune de ses sorties le jeu au sol de ses adversaires. La tâche lui est également facilité aux côtés d’un run stopper comme ILB Reuben Foster (64 plaquages). En position d’outside, Alabama a également de gros arguments à faire valoir. Parmi eux, le LB junior Tim Williams (10,5 sackss), révélation de la saison à Tuscaloosa, et deuxième chasseur attitré de quarterbacks, derrière Jonathan Allen. De l’autre côté, le LB junior Ryan Anderson assume parfaitement sa position d’homme à tout faire. De quoi mettre sous pression l’ancien titulaire du poste Denzel Devall, touché en cours de saison. Au poste de linebacker, la profondeur est également un élément clé pour Nick Saban, avec le très rapide OLB Dillon Lee, sur le côté fort de la ligne.

Avantage : Alabama. Un impact similaire pour les starters, mais une profondeur non négligeable du côté du Crimson Tide.

Defensive backs

CB Mackenzie Alexander (Clemson)

Clemson : A force de défier d’excellents receveurs aux entraînements, le backfield défensif s’est imposé comme un des tous meilleurs à l’échelon universitaire.  La présence de CB Mackensie Alexander n’y est sans doute pas étrangère. Le sophomore fait partie des shutdown corners en devenir, et intéresse déjà de nombreux scouts NFL. Son duel face à Calvin Ridley a d’ailleurs de quoi faire saliver. Un peu plus exposé, le senior Cordrea Tankersley n’en démérite pas pour autant, avec cinq interceptions au compteur cette année. Côté safety, le tandem en place ratisse large et cogne fort. Le strong safety Jayron Kearse (60 plaquages, 7 passes déflectées) est un playmaker dans l’âme et l’a déjà démontré, à l’image de son stop défensif à la dernière seconde face à Notre Dame, ou lors d’un coup de pied bloqué du côté de Syracuse. Et que dire du FS T.J. Green (84 plaquages, 2 fumbles forcés), joueur hybride capable de couvrir une large zone du backfield mais aussi d’aller rapidement au plaquage ? Jadar Johnson, joker de luxe, apporte à son tour une plus-value non négligeable …

Alabama : Longtemps considéré comme un point faible du Crimson Tide, le poste de defensive back a bénéficié de l’arrivée de sang neuf au cours de la dernière campagne de recrutement. Les deux cornerbacks Minkah Fitzpatrick et Marlon Humphrey (5 interceptions à eux deux) se sont ainsi rapidement installés au volant du camion, capables de coller les receveurs adverses, mais aussi de blitzer et de sacker le quarterback. L’émergence des deux hommes a notamment recentré Eddie Jackson, passé de cornerback à free safety. Un changement salvateur compte tenu de la réactivité et des bonnes mains de l’intéressé. 7 passes déflectées, 5 touchdowns et même 2 touchdowns inscrits au compteur : Jackson est devenu un binôme de choix pour un autre ancien cornerback, le SS Geno Matias-Smith, lequel a enregistré au moins trois plaquages lors de 11 des 13 matches de son équipe.

Avantage : Clemson. Sur le talent purement individuel, les Tigers ont un léger ascendant.

Grand fan de football américain. Spécialiste du football français, de la NFL et du College Football. Rédacteur à The Blue Pennant depuis 2015 et à touchdownactu.com. Animateur sur Radiossa, la radio du football américain.

Publicité
1 commentaire

1 commentaire

  1. Tuzzz

    7 janvier 2016 at 21h43

    Excellent article 🙂

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2018 : Virginia Tech Hokies

Forcés de reconstruire sa défense en raison de nombreux départs pour la NFL et chahutés par des affaires durant l’intersaison, les Hokies de Virginia Tech seront-ils contraints de vivre une année de transition ?

Publié

le

Crédit photo : Ivan Morozov

Virginia Tech Hokies

Conférence ACC – Division Coastal

En 2017 : 9-4, 5-3 ACC. Camping World Bowl : défaite 30-21 face à Oklahoma State.
Head Coach : Justin Fuente, 3ème année (19-8) – Résultats en carrière: 45-31.
Coordinateur offensif : Brad Cornelsen.
Coordinateur défensif : Bud Foster.
Titulaires de retour : 7 en attaque, 4 en défense, punter.
Joueurs-clés partis : RB Travon McMillan, WR Cam Phillips, DT Tim Settle, LB Tremaine Edmunds, LB Andrew Motuapuaka, S Terrell Edmunds, CB Brandon Facyson, CB Greg Stroman, CB Adonis Alexander.
Joueurs à suivre : QB Josh Jackson, RB DeShawn McClease, WR Sean Savoy, DE Trevon Hill, DE Houshun Gaines, DT Ricky Walker, S Reggie Floyd.

Les fans de Virginia Tech ne pouvaient pas demander beaucoup plus de coach Justin Fuente depuis son arrivée à la tête des Hokies en 2016. En deux saisons, il a parfaitement assumé la transition avec le légendaire coach Frank Beamer, remporté un titre de division ACC Coastal dès sa première année et compilé un bilan de 19-8 satisfaisant.

Toutefois, il pourrait faire face à un défi plus important en 2018. Pendant deux saisons, il a surfé sur les promotions de recrues des dernières années de Frank Beamer. Il doit maintenant démontré avec des joueurs qu’il a lui-même recrutés qu’il est capable de garder les Hokies dans la course au titre de conférence ACC. Or, de nombreux underclassmen ont choisi de faire le saut pour la NFL laissant l’effectif de Virginia Tech avec de nombreux sophomores et freshmen. Cette inexpérience pourrait venir hanter l’ancien coach de Memphis lors de certains matchs à risque.

Si l’attaque, très jeune l’an passé, devrait bénéficier de cette saison 2017 d’apprentissage, la défense toujours dirigée par le stratège Bud Foster s’est fait piller durant l’intersaison avec notamment le départ des juniors LB Tremaine Edmunds, S Terrell Edmunds et DL Tim Settle.

Embed from Getty Images

Le calendrier des Hokies leur est plutôt favorable avec notamment l’absence de Clemson au programme et des matchs ouverts dans la division ACC Coastal mais ces Hokies auront un besoin vital de monter rapidement en compétence à des postes clés pour rester de sérieux prétendants à une place en finale de conférence ACC.

Attaque

Pour la première fois depuis qu’il a rejoint le campus de Blacksburg, coach Justin Fuente pourra compter sur le retour de son quarterback titulaire. Impressionnant lors de ses débuts en septembre 2017, le sophomore QB Josh Jackson (2991 yards, 20 TD et 9 INT et 324 yards au sol, 6 TD en 2017) a parfaitement assuré la succession de Jerod Evans malgré une ligne offensive parfois poreuse sur la pass protection. Il a même profité de son année freshman pour battre un record d’un certain… Michael Vick avec son total de 26 TD. Pourtant, une certaine baisse dans ses prestations en fin de saison pourrait ouvrir la porte au redshirt freshman QB Hendon Hooker. L’ancien de Kansas, QB Ryan Willis, pourrait aussi avoir sa chance.

Le jeu au sol des Hokies n’a pas vraiment impressionné la saison dernière avec une décevante moyenne de 3.9 yards par course (#13 de l’ACC). Le manque de playmaker a rendu l’équipe prévisible (une seule course de plus de 25 yards en 2017). Il faut dire que l’absence du senior RB Steven Peoples (267 yards au sol, 2 TD en 2017) pendant 6 matchs n’a pas aidé. Il sera de retour en 2018 pour sa saison senior avec le puissant sophomore RB Jalen Holston (226 yards au sol, 3 TD en 2017) et le rapide junior RB Deshawn McClease (530 yards, 3 TD en 2017) au sein d’une rotation qui a perdu les services de RB Travon McMillian parti à Colorado pour sa saison senior.

Après WR Isaiah Ford et TE Bucky Hodges, le 3ème élément du « Big 3 », WR Cam Phillips, a quitté les Hokies après avoir établi de nouveaux records de l’université pour le nombre de yards sur réception et pour le nombre de réceptions. Du coup, c’est un groupe de receveurs qui aura tout à prouver qui débutera la saison 2018. Certes, le dynamique sophomore WR Sean Savoy (39 réceptions, 454 yards, 4 TD en 2017) et le puissant junior WR Eric Kumah (28 réceptions, 324 yards, 2 TD en 2017) ont eu quelques coups d’éclat l’an passé et le sophomore WR Damon Hazelton (transféré de Ball State en 2017) a un potentiel énorme après une saison freshman réussie avec les Cardinals. Pourtant, ils devront rapidement développer leurs automatismes avec QB Josh Jackson pour que les Hokies puissent proposer une attaque équilibrée. Le sophomore TE Dalton Keane (10 réceptions, 167 yards en 2017) pourrait être une bouée de secours sur certains schémas tout comme le slot receiver senior WR C.J. Carroll (15 réceptions, 157 yards, 1 TD en 2017).

Embed from Getty Images

Trois titulaires sont de retour sur la ligne offensive dont le senior C Kyle Chung, qui a bénéficié d’une 6ème année d’éligibilité pour raisons médicales et qui glissera au centre après avoir joué right tackle en 2017. Les deux autres vont solidifier un côté droit expérimenté grâce au retour de RG Braxton Pfaff et RT Yosuah Nijman pour leur saison senior. Le redshirt freshman LT Silas Dzansi est l’un des grands espoirs de cette ligne offensive. Le junior LG D’andre Plantin devrait lui aussi débuter la saison comme titulaire.

Défense

Donc, Virginia Tech débuterait la prochaine saison avec des doutes en défense ? Une hérésie pour un programme qui n’a pas accordé plus de 400 yards offensifs dans un match depuis plus d’un quart de siècle. Défendre efficacement fait partie de l’ADN des Hokies. Le coordinateur défensif Bud Foster étant le gardien d’une Tradition née avec l’ère Frank Beamer. Il est l’essence de la « Lunch Pail Defense ».

Toutefois, il y a des évidences qu’on ne peut pas nier. L’exode de talent a été massif durant l’intersaison : DT Tim Settle, LB Tremaine Edmunds, LB Andrew Motuapuaka, S Terrell Edmunds, CB Brandon Facyson, CB Greg Stroman et CB Adonis Alexander sont tous partis tenter leur chance dans la NFL. Et le senior OLB Mook Reynolds a récemment été renvoyé du programme. Le second rideau et le backfield défensif sont donc en reconstruction totale.

Du coup, cette défense pourrait se reposer sur une solide ligne défensive… au moins en début de saison. Si DT Tim Settle était resté un an de plus, l’intégralité du front four aurait été de retour. Le senior DT Ricky Walker (41 plaquages, 12.5 pour perte, 4.5 sacks en 2017) sait que son avenir sera fait de matchs le dimanche après-midi. Leader incontesté, il va stabiliser cette défense en formant un duo de run stopper intimidant avec un autre senior, DT Vinny Mihota (24 plaquages, 1.5 sacks en 2017). Sur les extérieurs, les juniors DE Trevon Hill (5.5 sacks, 1 INT en 2017) et DE Houshun Gaines (24 plaquages, 3 sacks en 2017) sont deux pass-rushers prometteurs capables d’être précieux sur le run stop.

Embed from Getty Images

Dans un système 4-2-5, l’équilibre repose sur deux linebackers polyvalents. Les Hokies ont perdu deux joyaux en LB Tremaine Edmunds et LB Andrew Motuapuaka. La succession sera lourde à porter d’autant que le témoin a été passé à deux sophomores essentiellement utilisés sur équipes spéciales jusqu’à présent. Le défi sera immense pour ILB Rayshard Ashby et ILB Dylan Rivers, deux joueurs qui devront en plus montrer la voie à la star attendue, le true freshman ILB Dax Hollifield.

Virginia Tech a perdu 4 de ses 5 defensive backs titulaires. Une désertion. Seul le junior SS Reggie Floyd (72 plaquages, 3 INT, 1 TD en 2017) sera de retour. Ce backfield défensif sera donc la grande inconnue pour les Hokies à l’aube de cette saison 2018. Le sophomore FS Divine Deablo (8 plaquages, 1 INT en 2017) a le potentiel de devenir la prochaine perle de la défense de VT. Au poste de cornerback, le Fall Camp servira à déterminer les titulaires entre CB Caleb Farley, CB Bryce Watts, CB Jeremy Webb, CB Jovonn Quillen et CB Tyree Rodgers.

Équipes spéciales

Les Hokies doivent trouver des remplaçants à des postes forts depuis plusieurs années. La raison ? Les départs de PR Greg Stroman et de K Joey Slye. WR C.J. Carroll a secondé Stroman depuis 3 ans et aura désormais la chance de lui succéder tout en étant également utilisé sur kick return. Au poste de kicker, le sophomore K Brian Johnson sera en concurrence avec le freshman K Jordan Stout. L’australien P Oscar Bradburn (42.4 yards par punt) est de retour au poste de punter.

Calendrier

Comme souvent ces dernières années, les Hokies débuteront la saison par un Big Game. Après West Virginia l’an passé et Ohio State en 2015, Virginia Tech fera le délicat déplacement à Florida State pour un match intra-conférence explosif. La suite du calendrier est plutôt favorable avec seulement 2 matchs contre des équipes du Top 25 (Miami, Notre Dame). Le mois de septembre (William & Mary, East Carolina, Old Dominion) devrait permettre aux jeunes pousses d’acquérir de l’expérience avant un dernier match à Duke qui pourrait s’avérer périlleux.

Embed from Getty Images

Le mois d’octobre commencera par la réception d’une équipe de Notre Dame revancharde après sa défaite à domicile contre les Hokies l’an passé. VT fera le voyage à North Carolina avant de recevoir Georgia Tech, puis Boston College pour débuter le mois de novembre. La dernière ligne droite débutera à Pittsburgh avant deux matchs à domicile, face à Miami et Virginia pour la Commonwealth Cup.

Match clé
vs Miami, le 17 novembre
Ce match pourrait décider du vainqueur de la division ACC Coastal. Ces deux équipes ont gagné 5 de leurs 10 affrontements et se sont partagés les titres de division lors des deux dernières saisons. Un choc qui déterminera le Destin de Virginia Tech en 2018.

Conclusion

La série de 25 participations à un bowl des Hokies est-elle en danger ? Si le début de saison pourrait s’avérer délicat en raison de l’inexpérience de plusieurs joueurs notamment en défense, il serait surprenant de ne pas voir Virginia Tech dans la lutte pour le titre de division ACC Coastal. Pour y parvenir, le coordinateur défensif Bud Foster devra faire parler sa magie habituelle avec un jeune groupe de défenseurs. Offensivement, le poste de running back est un sujet d’inquiétude mais le retour du sophomore QB Josh Jackson et la présence d’un groupe de receveurs prometteurs devrait compenser. Au final, les Hokies seront dans le coup dans tous leurs matchs mais leur inexpérience pourrait leur couter cher.

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : Miami Hurricanes

Après trois défaites pour conclure une saison dernière pourtant positive, les Hurricanes reviennent en 2018 avec l’ambition de conserver leur titre de division et de faire tomber Clemson dans la conférence ACC.

Publié

le

Crédit photo : Joel Auerbach/Getty Images

Miami Hurricanes

Conférence ACC – Division Coastal

En 2017 : 10-3, 7-1 ACC. Champion de la division ACC Coastal. Orange Bowl : défaite 34-24 face à Wisconsin.
Head Coach : Mark Richt, 3ème année (19-7) – Résultats en carrière: 164-58.
Coordinateur offensif : Thomas Brown.
Coordinateur défensif : Manny Diaz.
Titulaires de retour : 6 en attaque, 7 en défense, punter.
Joueurs-clés partis : RB Mark Walton, TE Chris Herndon IV, DE Chad Thomas, DT R.J. McIntosh, DT Kendrick Norton.
Joueurs à suivre : QB Malik Rosier, RB Travis Homer, WR Ahmon Richards, G Navaughn Donaldson, DE Joe Jackson, LB Shaquille Quaterman, LB Michael Pickney, CB Mike Jackson, CB Trajan Bandy, S Jaquan Johnson.

« The U » est-elle de retour ? Cette question ridicule et même illégitime, il y a peu, ne fait plus rire personne. Car en deux saisons à la tête des Hurricanes, coach Mark Richt a redoré le blason d’un programme qui n’avait plus atteint le plateau des 10 victoires depuis… 2003 !

L’an dernier, pour la première fois depuis qu’ils ont rejoint l’ACC, les Hurricanes ont participé à la finale de conférence ce qui leur a ouvert les portes d’une participation à l’Orange Bowl. Ils ont été classés #2 du pays après un net succès sur Notre Dame et ils ont également battu Florida State pour la première fois depuis 2009. Enfin, Miami a fait sensation avec la « Turnover Chain » qui a fait le buzz tout au long de l’automne 2017.

Embed from Getty Images

Toutefois, ce tableau idyllique a été terni par une fin de saison au gout amer : trois défaites d’affilée subies face à Pittsburgh, Clemson (ACC Championship Game) et Wisconsin (Orange Bowl). Et c’est donc avec la volonté de rebondir rapidement que les Hurricanes tenteront de renverser Clemson pour participer au College Football Playoff.

Pour y parvenir, coach Mark Richt peut compter sur un groupe de joueurs au talent homogène dont la force réside dans l’effort collectif plus que dans les exploits individuels. Si on y ajoute deux promotions de recrues dans le Top 10 National lors des deux dernières années, ces Hurricanes ont de nombreux atouts pour confirmer leur renouveau.

Attaque

Offensivement, c’était la grande incertitude à la même époque, il y a tout juste un an. QB Brad Kaaya venait de rejoindre la NFL laissant sa place à l’inexpérience d’un QB Malik Rosier (3120 yards, 26 Td, 14 INT et 468 yards au sol, 5 TD en 2017) qui n’avait été titularisé qu’à une seule reprise. Ce dernier a répondu aux attentes en remportant 10 victoires et en établissant notamment un nouveau record de l’université pour le nombre de TD réussi par un QB (31). Mais l’Histoire d’amour entre lui et Miami est tumultueuse… en raison de son inefficacité à la passe (45% lors des 3 défaites en fin de saison dernière). Coach Mark Richt a d’ailleurs été clair : sans une amélioration dans ce secteur, il n’hésitera pas à lancer dans le grand bain l’un des deux freshmen 4-étoiles, QB N’Kosi Perry ou QB Jarren Williams.

L’autre défi du coordinateur offensif Thomas Brown sera également de régler l’inconstance de la production d’une ligne offensive qui comptera sur le retour de trois titulaires. Le senior LT Tyree St.Louis succède à KC McDermott au poste de left tackle. Protecteur de passe appliqué, il devra progresser sur le run blocking. Il tentera de solidifier le côté gauche avec le senior LG Jahair Jones ou l’ancien joueur de Tennessee, LG Venzell Boulware. Au centre, on retrouvera toujours le senior C Tyler Gauthier alors que le sophomore RT Navaughn Donaldson sera, lui aussi, fidèle au poste au côté du junior RG Hayden Mahoney.

En 2017, le junior RB Travis Homer (966 yards au sol, 8 TD en 2017) s’est affirmé comme la première option dans le backfield offensif après la grave blessure de Mark Walton en octobre dernier. Il devrait encore former un solide duo de running backs avec le sophomore RB DeeJay Dallas (217 yards au sol, 3 TD en 2017). Le true freshman 5-étoiles RB Lorenzo Lingard devra apprendre le playbook avant de faire ses débuts. Peut-être ne le verra-t-on qu’en novembre afin de préserver son année redshirt.

Embed from Getty Images

Pour aider QB Malik Rosier, le groupe de receveurs devra monter son niveau de jeu d’un cran. Certes, les Hurricanes possèdent en WR Ahmmon Richards (24 réceptions, 439 yards et 3 TD en 7 matchs joués en 2017) l’un des meilleurs receveurs de la conférence ACC mais les départs de WR Braxton Berrios et de TE Chris Herndon ont laissé un grand vide. Les rapides sophomores WR Jeff Thomas (17 réceptions, 374 yards, 2 TD en 2017) et WR Mike Harley ainsi que le receveur de possession, WR Lawrence Cager (16 réceptions, 237 yards, 3 TD en 2017) seront donc sous le feu des projecteurs. Mais la bonne surprise pourrait venir du poste de tight-end. Le true freshman 4-étoiles TE Brevin Jordan et le junior TE Michael Irvin II vont apporter de sérieuses options au jeu aérien des Hurricanes grâce à leurs aptitudes de vitesse.

Défense

Si l’attaque est sujette à plusieurs interrogations, c’est avec plus de certitude en défense que les Hurricanes vont défendre leur titre de champion de division ACC Coastal, et ce, malgré de nombreux départs sur la ligne défensive (Kendrick Norton, RJ McIntosh, Chad Thomas, Trent Harris) et celui du coach de ligne, Craig Kuligowski, à Alabama.

Car la bonne nouvelle est le retour sur les terrains de l’ancien joueur de Florida, le senior DT Gerald Willis III, absent tout au long de la saison 2017 pour « raisons personnelles ». Il va apporter un certain leadership à un front four agressif (3.5 sacks en moyenne par match en 2017) composé des juniors DT Pat Bethel (18 plaquages en 2017) et DE Joe Jackson (50 plaquages, 6.5 sacks en 2017) ainsi que du sophomore DE Jonathan Garvin (2 sacks en 2017). On gardera également un oeil sur les pass-rushers DE Demetrius Jackson (18 plaquages, 3.5 sacks en 2017), de retour après une blessure qui a mis un terme à sa saison 2017 après le 7ème match, et DE Greg Rousseau.

Pour la 3ème année consécutive, les Hurricanes pourront compter sur la même ligne de linebackers. Les juniors MLB Shaquille Quarterman (83 plaquages, 2.5 sacks en 2017), WLB Michael Pinckney (68 plaquages, 3.5 sacks, 1 INT en 2017) et SLB Zach McCloud (48 plaquages, 2 sacks en 2017) avaient tous les trois été titularisés dès leur saison freshman, en 2016. Du coup, ils forment un trio complémentaire et performant même s’ils ont été pointés du doigt pour leur manque d’efficacité sur les coverages en fin de saison dernière.

Embed from Getty Images

Comme l’an passé, le backfield défensif sera encore la grande force de la défense de Miami. Les trois seniors S Jaquan Jackson (96 plaquages, 1 sack, 4 INT en 2017), S Sheldrick Redwine (59 plaquages, 2 INT en 2017) et CB Michael Jackson (43 plaquages, 1 sack en 2017) sont de retour pour une dernière saison au niveau NCAA. Malgré sa petite taille, S Jaquan Jackson est un des plus gros frappeurs de la conférence ACC et son instinct pour le jeu fait de lui un spécialiste sur les coverages. Il formera un excellent duo avec le senior S Sheldrick Redwine. Au poste de cornerback, les Hurricanes ont appris avec stupeur la fin de carrière de CB Malek Young (blessure à la nuque). Du coup, le senior CB Jhavonte Dean devrait débuter la saison au côté du percutant CB Michael Jackson.

Équipes spéciales

Miami a dit au revoir à celui qui assuré le poste de kicker pendant 4 saisons, Michael Badgley. Ce dernier a passé le relais au freshman K Bubba Baxa. Au poste de punter, on retrouvera encore l’inconstant sophomore P Zach Feagles (38.6 yards en moyenne par punt) dont le père, Jeff, a remporté le Super Bowl avec les Giants de New York, en 2008. Avec le départ de Braxton Berrios, Miami a perdu le meilleur retourneur de la conférence ACC. WR Jeff Thomas sur retour de kickoff et RB DeeJay Dallas sur retour de punt semblent être deux options viables pour le remplacer.

Calendrier

« The U » pourra-t-elle faire aussi bien que l’an passé en débutant sa saison 2018 par 10 victoires ? Pour y parvenir, il ne faudra pas se louper dès la week 1. Les Hurricanes affrontent LSU au AT&T Stadium d’Arlington dans un choc ACC-SEC très excitant. Une défaite dans ce match et le joker de Miami serait déjà utilisé. La fin du mois de septembre semble tranquille avec des match contre Savannah State (FCS), Toledo, FIU et North Carolina. Octobre commencera en fanfare avec la réception des rivaux de Florida State revanchards. Suivront deux déplacements à Virginia et à Boston College avant que le mois de novembre débute par la visite de Duke à Miami Gardens dans un match à priori crucial. La dernière ligne droite pourrait également être dangereuse avec deux matchs à Georgia Tech et à Virginia Tech avant de recevoir une équipe de Pitt qui avait été la première à faire tomber les Hurricanes en 2017.

Embed from Getty Images

Match clé
à Virginia Tech, le 17 novembre
Ce match pourrait décider du vainqueur de la division ACC Coastal. Ces deux équipes ont gagné 5 de leurs 10 affrontements et se sont partagés les titres de division lors des deux dernières saisons. Un choc qui déterminera le Destin de Miami en 2018.

Conclusion

Quelques mois après un premier titre de champion de division ACC Coastal et une participation à un bowl majeur, le programme de Miami est sur la voie d’un retour parmi l’élite du College Football. Avec le retour de 14 titulaires, les Hurricanes paraissent en mesure de se mêler à la lutte pour une place en College Football Playoff. QB Malik Rosier est de retour après des débuts convaincants l’an passé même si coach Mark Richt n’hésitera pas à lancer QB N’Kosi Perry en cas de problème. Avec un effectif pétri de talent, le coach de Miami n’a qu’un seul souci en attaque : la ligne offensive, qui a accordé 29 sacks en 2017. En défense, le coordinateur défensif Manny Diaz a quelques trous à combler après de nombreux départs mais la qualité du groupe de défenseurs devrait encore faire de ce secteur la force de l’équipe. Finalement, les chances de participation aux playoffs des Hurricanes résideront dans leur capacité à bien négocier une 2ème partie de calendrier critique (4 déplacements sur les 6 derniers matchs).

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : Duke Blue Devils

Portés par le junior QB Daniel Jones et une défense suffocante, les Blue Devils de Duke seront-ils la bonne surprise de la saison 2018 dans la conférence ACC ?

Publié

le

Crédit photo : Jeremy Brevard-USA TODAY Sports

Duke Blue Devils

Conférence ACC – Division Coastal

En 2017 : 7-6, 3-5 ACC. Quick Lane Bowl : victoire 36-14 face à Northern Illinois.
Head Coach : David Cutcliffe , 14ème année (59-67) – Résultats en carrière: 103-96.
Coordinateur offensif : Zac Roper.
Coordinateur défensif : Ben Albert, Matt Guerrieri.
Titulaires de retour : 7 en attaque, 8 en défense.
Joueurs-clés partis : RB Shaun Wilson, CB Bryon Fields.
Joueurs à suivre : QB Daniel Jones, RB Brittain Brown, WR T.J. Rahming, TE Daniel Helm, LB Joe Giles-Harris, CB Mark Gilbert, S Jeremy McDuffie.

Que la saison 2017 fût bizarre et surprenante pour les Blue Devils de Duke ! Après un départ canon (4-0), ils ont subi six défaites consécutives avant de remporter trois succès d’affilée pour conclure la saison, une première depuis 1962.

Résultat : un bilan de 7-6 et une victoire face à Northern Illinois lors du Quick Lane Bowl. De cet élan de fin d’année souffle un vent d’optimisme sur le campus de Durham (Caroline du Nord) d’autant plus que 15 titulaires sont de retour en 2018 dont 8 au sein d’une défense héroïque l’an dernier (20.2 points accordés par match, #21 du pays).

Malgré le départ à Oklahoma State du coordinateur défensif, Jim Knowles, c’est sur ce secteur défensif mené par le potentiel All-American LB Joe Giles-Harris que les Blue Devils tenteront de construire leur succès en 2018 même si l’attaque s’est réveillée en fin de saison dernière grâce à l’émergence tardive de QB Daniel Jones.

Si ce secteur offensif parvient à garder le rythme, Duke sera encore une fois une équipe très difficile à manoeuvrer. L’un des coachs les plus respectés à travers le pays, David Cutcliffe, aime ce qu’il voit de son groupe et n’en prive pas pour le dire.

« Nous savons que notre équipe est capable de produire au sol. C’est peut-être aussi le groupe de joueurs le plus athlétique que nous avons eu sur le campus depuis un bon bout de temps. » – David Cutcliffe, coach des Blue Devils de Duke.

Le reste de conférence ACC est prévenu : Duke est prêt pour être l’équipe surprise de 2018.

Embed from Getty Images

Attaque

Le redshirt junior QB Daniel Jones (2691 yards, 14 TD, 11 INT et 518 yards, 7 TD en 2017) est de retour pour sa 3ème saison comme quarterback titulaire des Blue Devils. Certes, ses statistiques ont baissé l’an dernier en raison notamment d’une chute de son efficacité à la passe (56.7%) mais son mois de novembre a été phénoménal et il nous a rappelé pourquoi il est l’un des joueurs les plus combatifs et intelligents de la conférence ACC à son poste. Il fait déjà partie de l’Histoire des Blue Devils en devenant l’an dernier le 3ème QB à réussir 20 TD à la passe et 10 au sol lors d’une même saison.

L’attaque de Duke n’a réussi que 26 TD en 53 présences dans la red zone adverse. Pour remédier à ce problème, les Blue Devils possèdent peut-être le coureur qui deviendra bientôt le plus productif de l’Histoire du programme. Avec ses 701 yards au sol l’an dernier, le sophomore RB Brittain Brown a réalisé la 2ème meilleure performance historique pour un joueur de Duke… en tant que backup de Shaun Wilson. Suite au départ de ce dernier, il sera seul aux commandes du jeu au sol même si le sophomore RB Deon Jackson et le rapide freshman RB Marvin Hubbard III devrait également contribuer.

Bonne nouvelle pour QB Daniel Jones : ses deux cibles préférées sont de retour en 2018. Les seniors WR T.J. Rahming (65 plaquages, 795 yards, 2 TD en 2017) et WR Jonathan Lloyd (39 réceptions, 367 yards, 1 TD en 2017) seront fidèles au poste tout comme un groupe fourni de tight-ends composés des seniors TE Daniel Helm (22 réceptions, 261 yards, 2 TD en 2017) et TE David Koppenhaver (17 réceptions, 154 yards, 3 TD en 2017) et du sophomore TE Noah Gray (2 TD en 2017). Seul problème pour les receveurs : leur incapacité à se défaire de leur défenseur direct. Conséquences : les receveurs n’ont réussi que 4 TD sur réception. Une misère.

La ligne offensive a régulièrement été prise à défaut l’an passé accordant notamment 29 sacks. De plus, elle ne s’est jamais montré infaillible sur le jeu au sol. Toutefois, coach Cutcliffe s’est montré confiant dans la capacité de ce groupe de poursuivre son développement. C Zach Harmon glissera de sa position de guard à celle de centre. LG Julian Santos est le seul autre titulaire de retour. Ainsi, les sophomores RG Rakavius Chambers et RT Daniel Kraeling occuperont le flanc droit tandis que le senior LT Christian Harris aura un rôle primordial comme tackle sur le côté aveugle de QB Daniel Jones.

Embed from Getty Images

Défense

Pour la première fois de l’ère Cutcliffe, la défense 4-2-5 fût la force de l’équipe l’an passé (332.6 yards accordés par match, #4 de l’ACC). Ce sera encore le cas en 2018 en raison du retour de 8 titulaires de ce côté du ballon dont les leaders, LB Joe Giles-Harris et CB Mark Gilbert.

Si la défense aérienne des Blue Devils a été si performante l’année dernière (179.4 yards accordés par match, #16 du pays), c’est grâce à une ligne défensive agressive composée de solides athlètes recrutés par le renommé coach de ligne, Ben Albert. DT Edgar Cerenord (34 plaquages, 2 sacks en 2017) est le seul senior d’un groupe fourni dont les juniors DE Tre Hornbuckle (50 plaquages, 1 sack en 2017) et DT Trevon McSwain (23 plaquages, 2.5 sacks en 2017), et le sophomore DE Victor Dimukeje (40 plaquages, 2 sacks, 1 INT en 2017) seront probablement les plus utilisés.

Le second rideau des Blue Devils est peut-être le meilleur de la conférence ACC. Ni plus ni moins. Dans un système 4-2-5, le junior MLB Joe Giles-Harris (125 plaquages, 16 pour perte, 3.5 sacks et 1 INT en 2017) et le senior WLB Ben Humphreys (70 plaquages, 2.5 sacks et 1 INT en 2017) forment un duo infernal autant sur le run support que sur les coverages. Ces deux-là ont réussi 195 plaquages à eux-deux en 2017.

Le backfield défensif pourra encore compter sur l’un des joyaux des Blue Devils en défense : le junior CB Mark Gilbert (35 plaquages, 6 INT en 2017), sélectionné dans la 1ère équipe All-ACC après avoir réussi 6 INTs et défendu 15 passes en 2017. Le système défensif de Duke à 5 defensive backs demande de la polyvalence aux safeties qui doivent être capables d’attaquer la ligne de scrimmage tout en assurant la couverture. Ce sera un vrai défi pour les deux nouveaux titulaires que seront le sophomore S Marquis Waters et le freshman ROV Leonard Johnson. Le junior S Jordan Hayes (50 plaquages, 1 INT en 2017) et le senior S Jeremy McDuffie (58 plaquages, 3 INT en 2017, blessé au genou en novembre) tenteront de récupérer leur statut de titulaire au junior S Dylan Singleton. Le sophomore CB Myles Hudzick devrait compléter ce quintet.

Embed from Getty Images

Équipes spéciales

La situation du kicking game s’est quelque peu détériorée lorsque le polyvalent K/P Austin Parker (17/21 FG, 42 yards sur punt) a été renvoyé du programme en décembre dernier. Ce sont donc deux joueurs walk-on, K Collin Wareham et P Jackson Hubbard, qui débuteront la saison pour les Blue Devils. Comme l’an passé, WR T.J. Rahming retournera les punts tandis que RB Deon Jackson succédera à Shaun Wilson sur les retours de kickoff.

Calendrier

Afin de participer à un bowl pour une 6ème fois lors des 7 dernières années, les Blue Devils devront se sortir d’un calendrier éprouvant. Au programme : deux difficiles déplacements contre des équipes du Power Five en match inter-conférence (à Northwestern et à Baylor) et deux matchs crossover périlleux (à Clemson et contre Wake Forest). Duke ne pourra également manquer la marche face à Army (en match d’ouverture) et face à North Carolina Central (FCS) à la fin du mois de septembre. Virginia et North Carolina seront également en visite au Wallace Wade Stadium alors que les Blue Devils défieront Georgia Tech, Pittsburgh et Miami sur leur terrain.

Match clé
Virginia Tech, le 29 septembre
Lourdement battu à Blacksburg l’an dernier, Duke sera revanchard au moment de recevoir les Hokies de Virginia Tech. Un succès dans ce match d’ouverture du calendrier de conférence ACC des Blue Devils leur donnerait un momentum incroyable et pourrait en faire de réels concurrents aux Hurricanes de Miami, champion de division Coastal en titre.

Conclusion

Après une saison 2016 catastrophique (4-8), Duke a rebondi l’an dernier (7-6) en obtenant une 5ème participation à un bowl en 6 ans. Les Blue Devils de coach Cutcliffe ont à leur disposition l’un des plus prometteurs quarterbacks de la conférence, QB Daniel Jones, et peuvent compter sur deux stars en défense, LB Joe Giles-Harris et CB Mark Gilbert. Est-ce que cela suffira pour une équipe qui a perdu son coordinateur défensif et qui fera face à un calendrier défavorable ? QB Daniel Jones a dans ses mains les clés des succès des Blue Devils en 2018. Car si le secteur aérien offensif progresse, Duke pourrait être la bonne surprise de la conférence ACC.

Lire la suite

Preview

Louisville renomme son stade qui devient le Cardinal Stadium

Suite à la controverse née des déclarations racistes du boss de Papa’s Johns Pizza, l’université Louisville abandonne le nom « Papa John’s Cardinal Stadium » de son stade qui devient le « Cardinal Stadium ».

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

Cela n’aurait donc pris beaucoup de temps pour que l’université de l’État du Kentucky prenne ses distances avec l’ancien booster et fondateur du géant de la restauration rapide, John Schnatter.

Le président de l’université Louisville, Neeli Bendapudi, a donc pris la décision que tous les fans des Cardinals attendaient en renonçant d’associer le nom du stade à une compagnie – pourtant locale – dont l’image est désormais entaché par un scandale retentissant.

Pour rappel, John Schnatter, a reconnu avoir utilisé une insulte raciste envers la communauté afro-américaine lors d’un appel conférence au mois de mai dernier. Cette déclaration de l’ancien président-fondateur de Papa’s Johns a fait un véritable tollé dans les médias forçant ainsi ce dernier à démissionner de son poste tout en gardant une grande partie de ses parts dans la compagnie.

Connu par le grand public pour ses apparitions dans des pubs TV notamment au côté de Peyton Manning, John Schnatter a présenté des excuses qui n’ont pas suffi à calmer la colère de certains joueurs qui avaient récemment demandé à la présidence de l’université d’envisager d’abandonner le contrat de naming du stade avec Papa’s Johns. C’est désormais chose faite. Les conséquences financières de cette rupture de contrat ne sont pas connues.

Lire la suite
Publicité

Preview 2018

Previewil y a 5 heures

Preview 2018 : Virginia Tech Hokies

Forcés de reconstruire sa défense en raison de nombreux départs pour la NFL et chahutés par des affaires durant l'intersaison,...

Previewil y a 2 jours

Preview 2018 : Miami Hurricanes

Après trois défaites pour conclure une saison dernière pourtant positive, les Hurricanes reviennent en 2018 avec l'ambition de conserver leur...

Previewil y a 4 jours

Preview 2018 : Duke Blue Devils

Portés par le junior QB Daniel Jones et une défense suffocante, les Blue Devils de Duke seront-ils la bonne surprise...

Previewil y a 5 jours

Preview 2018 : North Carolina State Wolfpack

Malgré la perte du pass-rusher vedette Bradley Chubb, le Wolfpack de North Carolina State reste la principale menace de Clemson...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Boston College Eagles

Ça passe ou ça casse pour coach Steve Addazio. Avec la présence de RB A.J. Dillon et d'une défense de...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Florida State Seminoles

Les Seminoles de Florida State ont connu une mini-Révolution durant l'intersaison avec le départ de Jimbo Fisher mais le programme...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Clemson Tigers

Avec la meilleure ligne défensive du pays et une attaque au potentiel énorme, les Tigers de Clemson n'ont qu'un seul...

Previewil y a 1 semaine

Conférence ACC : les Tigers de Clemson sont-ils indestructibles ?

Preview de saison 2018 dans la conférence ACC.

Previewil y a 2 semaines

Preview 2018 : Boise State Broncos

Menés par le senior QB Brett Rypien et une défense intimidante, les Broncos de Boise State seront-ils de retour au...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2018 : Central Florida Knights

Malgré le départ de l'emblématique coach Scott Frost, les champions de conférence AAC en titre possèdent le talent nécessaire pour...

Articles les plus lus