Suivez-nous

Preview

The Big Game : Tennessee vs Virginia Tech

Publié

le

#17 Tennessee (1-0) vs Virginia Tech (1-0)

Bristol, Tennessee
Bristol Motor Speedway
Samedi 10 septembre 2016
20h (heure Est, 2h en France)

Après une première semaine absolument fantastique et des affrontements entre « gros » programmes comme s’il en pleuvait, la deuxième semaine de la saison sera sans aucun doute un peu moins palpitante en terme d’intérêt purement sportif : pas un seul affrontement entre équipes du Top 25. Néanmoins, certaines rencontres seront suivies avec un intérêt particulier et le projecteur est donc braqué cette semaine sur le Bristol Motor Speedway dans le Tennessee pour l’alléchant Battle at Bristol entre les Volunteers et les Hokies!

Certes, ces deux programmes historiques ne font plus partie du peloton de tête du College Football depuis plusieurs années déjà, mais chacun nourrit l’ambition plus ou moins affichée de retrouver les sommets dès cette saison. Outsiders dans leurs conférences respectives, chaque équipe aura a coeur de ne pas compromettre ses chances dès la deuxième semaine de la saison.

Enjeux du match

Classé #9 avant la première semaine, régulièrement citée comme une des probables surprises de la saison dans la conférence SEC, #17 Tennessee est passé à deux doigts d’une catastrophe atomique lors de la première semaine avec sa victoire à l’arrachée à domicile contre une vaillante équipe d’Appalachian State sur le score de 20 à 13 après prolongation.

Indignes d’un tel classement, les Vols se sont montrés brouillons et maladroits tout au long de la rencontre et ne doivent leur salut qu’à la maladresse du kicker adverse (FG manqué à 5:27 de la fin du temps réglementaire) et à la réactivité de RB Jalen Hurd qui recouvra le fumble de QB Joshua Dobbs (16/29, 192 yds, 1 TD, 1 INT) dans la zone d’en-but pour inscrire le TD de la victoire en prolongation. Mais que ce fut difficile ! Coach Butch Jones n’était d’ailleurs pas bien fier en conférence de presse, mais a tout de même souligné que « lors d’un match où nous avons tout fait à l’envers, nous avons trouvé un moyen de gagner ». Mouais. Il faudra être un peu plus convaincant ce week-end pour prouver que ce flatteur classement de pré-saison n’était pas totalement injustifié.

Logiquement, c’est bien vers le coordinateur offensif Mike DeBord que les regards seront tournés à Bristol car si la défense a rendu une copie correcte la semaine passée, l’attaque a évolué à un niveau pathétique. Après une saison dernière où l’escouade avait explosé, inutile de dire que l’on s’attendait à beaucoup mieux de la part de QB Joshua Dobbs & co du côté de Knoxville. A l’heure de véritablement lancer la saison, coach Butch Jones n’a plus de temps à perdre car d’ici deux semaines se profile un mois de tous les dangers avec des rencontres successives contre Florida, Georgia, Texas A&M et Alabama ! Il ne sera alors plus vraiment temps d’improviser et de compter sur un coup du destin pour espérer gagner et jouer les premiers rôles dans la SEC…

Moins de stress et de tension du côté des Hokies, qui ont ouvert l’ère de coach Justin Fuente sur une victoire face à Liberty (FCS) 36 à 13. Pour le premier match du programme sans Frank Beamer depuis 1986 (je n’étais même pas né…), l’équipe s’est montrée sérieuse et QB Jerod Evans (20/32, 221 yards, 4 TDs) a montré que le choix de coach Fuente de le nommer titulaire était le bon avec une feuille de stats impeccable. Inconstante l’année passée, l’escouade défensive de Virginia Tech a été solide avec notamment 3 interceptions réussies. A confirmer dès ce week-end face à un adversaire d’un autre calibre.

Duels clés

On suivra particulièrement le duel à distance entre les deux quarterbacks qui ont donc connus des fortunes diverses la semaine précédente. Côté Knoxville, un sursaut d’orgueil est attendu chez QB Joshua Dobbs après sa piètre performance. Sa capacité à courir avec le ballon sera peut-être déterminante s’il éprouve encore des difficultés à trouver du rythme à la passe et à sa connecter avec ses receveurs. A condition de bien tenir le ballon à l’approche de l’en-but adverse. QB Jerod Evans voudra lui confirmer la bonne impression laissée lors de la première rencontre et pourra pour cela s’appuyer sur sa cible favorite WR Isaiah Ford (11 rec, 117 yds, 1 TD). Il faudra cependant qu’il se montre également plus prudent avec le ballon en main, après avoir perdu 2 fumbles contre Liberty.

Face à eux, les secondary auront une importance capitale et pourraient bien décider du sort de ce match. Du côté de #17 Tennessee, CB Cameron Sutton (4 plaquages, 1 INT) est le leader incontesté du deuxième rideau et sera une menace permanente. Chez les Hokies, on surveillera plutôt CB Greg Stroman (2 plaquages, 2 INTs) qui pourrait être une des révélations de la saison du côté de Blacksburg.

Facteur X

Pas de joueur ou de coach pour le facteur X cette semaine, mais un lieu et une atmosphère : celle du Bristol Motor Speedway, circuit mythique de NASCAR au milieu duquel est installé le terrain pour ce Battle at Bristol ! Ce circuit de type short-track (« piste courte ») d’une longueur d’un demi-mile (0,533 exactement, soit 858 mètres) est surnommé le « World’s Fastest Half Mile » avec un record de vitesse en qualification de 211,88 km/h établi par Denny Hamlin en 2016. Il est également connu pour être un des circuits automobiles les plus bruyants ! Construit entre 1960 et 1961, il avait été pensé dès le début pour pouvoir accueillir des rencontres de pré-saison de NFL, ce qui arrive une seule en fois en 1961.

Situé à Bristol, berceau de la musique country (les fans auront même droit à un concert de la superstar Kenny Chesney la veille du match !), sur la frontière entre le Tennessee et la Virginie, l’idée de ce match remonte à 2005 et il aura donc fallu attendre 11 années pour voir le projet se concrétiser. Situé à 200 km du campus de Virginia Tech à Blacksburg et 180 km du campus de Knoxville, l’anneau de vitesse transformé en stade devrait voir déferler des hordes de supporters des deux camps et probablement établir un nouveau record d’affluence pour un match de football universitaire : pas moins de 150 000 personnes sont attendues samedi !

Déjà réputés pour leurs publics bouillants, les deux universités et leurs supporters vont donc transformer ce stade d’un soir en véritable fournaise et nul doute que l’ambiance exceptionnelle de ce match aura son importance sur la performance des joueurs et donc le résultat. Pression maximale sur les épaules, il s’agira d’avoir les nerfs solides pour les étudiants-athlètes présents sur la pelouse !

Stuff

Après la piteuse performance contre Appalachian State, #17 Tennessee a dégringolé de 8 places à l’AP Top 25 malgré la victoire et se retrouve donc désormais #17.

– Histoire de se sentir un peu à la maison malgré le contexte, les Vols auront au moins la satisfaction d’avoir un en-but à leurs couleurs, avec le célèbre damier orange et blanc. L’autre en-but sera aux couleurs des Hokies.

– L’actuel record d’affluence pour un match de football universitaire est de 115 109 spectateurs, établi le 7 septembre 2013 au Michigan Stadium d’Ann Arbor pour la rencontre entre les Wolverines et Notre Dame. Il devrait être pulvérisé samedi soir.

– Virginia Tech est le programme ayant réalisé le plus d’interceptions depuis 1996. Mauvais présage pour QB Joshua Dobbs ?

– Un trophée spécial a été réalise pour cette rencontre, tout en simplicité :

Il mesure plus de 60 cm de haut et pèse près de 40 kg !

– Pour l’occasion, les Hokies porteront un uniforme spécial également inspiré par la « Hokie stone », un type de roche dont le gisement se trouve près de Blacksburg et qui a servi a construire plusieurs bâtiments emblématiques de l’université. Les couleurs noir et gris sont les couleurs historiques des Hokies, avant l’avènement des actuels « marron Chicago » et « orange brûlé ».

Prédiction

Virginia Tech 24, Tennessee 20.

Passionné de football depuis une quinzaine d'années, il est propriétaire des Packers de Green Bay (NFL) et a un petit faible pour les Golden Bears de Californie depuis son passage au Memorial Stadium en 2012. Suivant tout particulièrement la Pac 12 et la Big 10, il rejoint l'équipe de rédacteurs de The Blue Pennant à l'automne 2014.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2018 : Auburn Tigers

Champion de division SEC West en titre, les Tigers d’Auburn veulent maintenant franchir un cap en allant décrocher une place en College Football Playoff sous la direction d’un QB Jarrett Stidham en pleine confiance.

Publié

le

Crédit photo : Kevin C. Cox/Getty Images

Auburn Tigers

Conférence SEC

Division West

En 2017 : 10-4, 7-1 SEC. Champion de division SEC West. Peach Bowl : battu 34-27 contre Central Florida.
Head Coach : Gus Malzahn, 6ème année (45-22) – Résultats en carrière: 54-25.
Coordinateur offensif : Chip Lindsey.
Coordinateur défensif : Kevin Steele.
Titulaires de retour : 14, 6 en attaque, 7 défense, punter.
Joueurs-clés partis : RB Kerryon Johnson, DE Jeff Holland, OL Austin Golson, S Tray Matthews, PK Daniel Carlson.
Joueurs à suivre : QB Jarrett Stidham, WR Darius Slayton, WR Ryan Davis, DE Marlon Davidson, DT Derrick Brown, LB TD Moultry, LB Deshaun Davis, LB Darrell Williams, CB Jamel Dean, K Anders Carlson.

Deux victoires contre le #1 du pays du moment (40-17 contre Georgia, le 11 novembre, et 26-14 contre Alabama, le 25 novembre) et un titre inattendu de champion de division SEC West. Rien ne semblait pouvoir arrêter les Tigers en 2017, eux qui avaient pourtant quasiment perdu tout espoir au soir d’une défaite à LSU lors de la week 7.

Mais voilà, la troupe de coach Gus Malzahn s’est effondrée en finale de conférence SEC (dans un rematch 7-28 face à Georgia) et face à une équipe de Central Florida qu’Auburn a pris de haut à ses dépends lors du Peach Bowl (défaite 34-27). Du coup, c’est avec un gout amer que les Tigers ont repris le chemin des terrains au printemps dernier.

Embed from Getty Images

Tout auréolé d’un contrat juteux (49 millions de $ sur 7 ans), Gus Malzahn tente de voir les choses du bon côté :

« La chose positive à retenir est que nous étions très proches et la majorité de l’équipe est de retour ! » – Gus Malzahn, head coach des Tigers d’Auburn.

En effet. S’il demeure des incertitudes sur la ligne offensive et si un running back doit émerger pour succéder à Kerryon Johnson, l’optimisme de Gus Malzahn est compréhensible et légitime. À partir de septembre prochain, les Tigers pourront compter sur l’un des meilleurs quarterbacks du pays (Jarrett Stidham), sur l’un des meilleurs groupes de receveurs de la conférence SEC et sur une défense qui n’a rien à envier à celle d’Alabama et de Georgia.

Qu’on se le dise : Auburn sera encore en course pour une place en playoffs en 2018… au moins jusqu’à un mois de novembre qui sera décisif pour des Tigers en visite à Georgia (10 novembre) et à Alabama (24 novembre).

Attaque

Pour sa 6ème année à la tête de l’équipe, coach Gus Malzahn ne devrait rien changer à son système « Power Spread » basé sur l’alternance d’une sur-utilisation de ses running backs et d’un jeu aérien agressif. Toutefois, la montée en puissance du senior QB Jarrett Stidham en fin de saison dernière lui a permis de définitivement gagner la confiance d’un coaching staff qui sera peut-être tenté d’opter pour davantage de jeu vertical en 2018.

Après des débuts timides, il a conclu la saison dernière avec aplomb avec un total de 3158 yards à la passe pour 18 TD et 6 INT. Quarterback mobile et puissant, il aura un objectif en 2018 : trouver plus souvent ses receveurs dans l’en-but adverse.

Et il ne manquera pas du munitions tant le potentiel est énorme parmi un groupe de receveurs déjà considéré comme le plus complémentaire de la conférence SEC, et ce, malgré les blessures du genou subies par WR Eli Stove et WR Will Hastings au cours du printemps. Le senior WR Ryan Davis (84 réceptions, 815 yards, 5 TD en 2017) et les juniors WR Darius Slayton (29 réceptions, 643 yards, 5 TD en 2017) et WR Nate Craig-Myers (16 réceptions, 285 yards, 3 TD en 2017) pourraient rapidement se transformer en un trio cauchemardesque pour les défenses adverses s’ils parviennent à poursuivre sur la lancée d’une fin de saison dernière prometteuse.

Embed from Getty Images

En 2018, WR Ryan Davis a établi le nouveau record de la fac pour le nombre de réceptions (84) tandis que WR Darius Slayton s’est transformé en l’ultime receveur deep-threat avec sa moyenne de 22.2 yards par réception.

Coach Malzahn aimerait ajouter un tight-end dans le jeu aérien mais ni TE Jalen Harris, ni TE Sal Cannella n’ont encore convaincu. À noter qu’au cours des trois dernières saisons, les tight-ends d’Auburn ont capté un total dérisoire de… 6 passes sur cette période.

La clé des succès des Tigers en 2018 repose sur la capacité du jeu au sol de rester dominant malgré les départs de RB Kerryon Johnson et OL Braden Smith.

Au poste de running backs, les candidats à un poste de titulaire sont nombreux même si le junior RB Kam Martin (453 yards, 2 TD en 2017) semble partir avec une légère avance en raison de son expérience. Le redshirt freshman RB Ja’Tarvious Whitlow et le true freshman RB Asa Martin, élu Mr Football de l’État de l’Alabama en 2017, seront amenés à contribuer au sein d’une rotation où on pourrait retrouver le senior RB CJ Tolbert ou le sophomore RB Malik Miller (135 yards, 1 TD en 2017). L’émergence d’un coureur capable de porter le ballon 20 fois par match sera cruciale pour la survie des Tigers dans la conférence SEC.

Auburn a perdu des joueurs-clés (Braden Smith, Austin Golson) au sein d’une ligne offensive en reconstruction. Quatre nouveaux titulaires débuteront la saison sous les ordres du coach de ligne JB Grimes de retour après le départ de Herb Hand à Texas. Les juniors LT Prince Tega Wanogho, LG Marquel Harrell et RG Mike Horton semblent assurés d’un poste de titulaire tandis que le junior C Kaleb Kim et le redshirt freshman RT Austin Troxell devront confirmer ce statut au cours du Fall Camp.

Embed from Getty Images

Défense

Dirigée pour une 3ème saison par la coordinateur Kevin Steele, la défense (18.5 points accordés par match, #11 du pays en 2017) reposera encore sur un front four intimidant et sur un second rideau ultra-dynamique.

La perte du pass-rusher Jeff Holland (10 sacks en 2017) aurait du causer des maux de tête à Gus Malzahn. Pas à Auburn. Des recrutements successifs de haut vol ont permis aux Tigers de se constituer un réservoir sans fond de joueurs de ligne défensive. Ainsi, seuls Auburn et Ohio State peuvent légitimement prétendre être plus costaud que Clemson sur la ligne de scrimmage. Les juniors DT Derrick Brown (57 plaquages, 9.5 pour perte, 3 sacks en 2017) et DE Marlon Davidson (42 plaquages, 6 pour perte, 3 sacks en 2017) ainsi que le senior NT Dontavius Russell (46 plaquages, 6.5 pour perte, 3 sacks en 2017) sont de retour pour une dernière saison avant de faire le saut chez les professionnels de la NFL. Le sophomore DL T.D. Moultry (15 plaquages en 2017), ancienne recrue 4-étoiles est le favori pour succéder à Jeff Holland au poste hybride de BUCK. Mais cette ligne défensive brille aussi et surtout par sa profondeur. Le senior DT Andrew Williams et les sophomores NT Tyrone Truesdell et DE Big Kat Bryant sont trois joueurs talentueux qui permettront aux Tigers de rester dominant tout au long d’un match. On gardera également un oeil sur le sophomore DE Nick Coe dont le passé de lutteur en fait un pass rusher à surveiller.

Composé des trois seniors OLB Darrell Williams (57 plaquages en 2017), ILB Deshaun Davis (82 plaquages, 7 pour perte, 4 sacks en 2017) et OLB Montavious Atkinson (43 plaquages, 1 sack en 2017), le second rideau défensif sera encore l’une des forces de cette défense. ILB Deshaun Davis est un gros frappeur redoutable sur le run support tandis que OLB Darrell Williams est le meilleur du groupe sur les couvertures. De son côté, OLB Montavious Atkinson brille par sa polyvalence ce qui en fait un élément précieux capable de glisser sur le backfield défensif dans des schémas défensifs 4-2-5.

La seule inquiétude des Tigers en défense se situe au niveau d’un secondary en manque de profondeur suite aux départs de CB Carlton Davis et des safeties, Tray Matthews et Stephen Roberts. Toutefois, Auburn peut compter sur quatre vétérans juniors qui ont tous accumulé une certaine expérience depuis leur arrivée dans l’équipe.

Embed from Getty Images

CB Jamel Dean (43 plaquages, 8 passes défendues en 2017) et CB Javaris Davis (29 réceptions, 2 INT et 1 TD en 2017) seront alignés au poste de cornerback tandis que FS Jeremiah Dinson (47 plaquages, 4 passes défendues en 2017) sera fidèle au poste aux côtés de SS Daniel Thomas (35 plaquages, 1 INT en 2017). Derrière ces quatre vétérans, la profondeur est si mince que les true freshmen DB Quindarious « Smoke » Monday et DB Jamien Sherwood pourraient être amenés à contribuer sur des packages nickel et dime dès la saison 2018.

Équipes spéciales

Après avoir utilisé son redshirt l’an dernier pendant que son frère Daniel devenait le nouveau recordman de l’université Auburn pour le nombre de points inscrits, le freshman K Anders Carlson est prêt à avoir un gros impact sur les équipes spéciales en raison de la puissance et de l’efficacité de son coup de pied. Il était considéré comme le meilleur kicker à sortir des lycées américains en 2017. La sensation sur les équipes spéciales pourrait venir de l’ancien joueur de football australien, P Arryn Siposs. À 25 ans, il possède un coup de pied canon et une précision hors-norme.

Calendrier

Il faudra ne pas être en retard à l’allumage car dès le premier match de la saison, les Tigers joueront un match crucial dans l’optique des playoffs face aux Huskies de Washington. Après ce choc joué au Mercedes-Benz Stadium d’Atlanta, Auburn enchainera 4 matchs à domicile dont deux face à des concurrents de la division SEC West (LSU, Arkansas). Alabama State (FCS) et Southern Miss serviront de préparation avant trois matchs au mois d’octobre (à Mississippi State, contre Tennessee et à Ole Miss). La dernière ligne droite sera décisive avec la réception de Texas A&M suivi de deux déplacements à Georgia et Alabama entrecoupés de la réception de Liberty. Ce calendrier ultra-exigent aura au moins l’avantage de permettre à Auburn de séduire le comité de sélection si ça devait bien se passer.

Embed from Getty Images

Match clé
à Alabama, le 24 novembre
Après avoir remporté une superbe victoire en 2017, Auburn espère faire un back-to-back que les Tigers n’ont plus réussi depuis la fameuse série de 6 succès d’affilée contre leur rival à l’époque de coach Tommy Tuverville. Comme l’an passé, le titre de division SEC West pourrait être en jeu à l’occasion de ce match.

Conclusion

Les Tigers d’Auburn ont réussi l’impensable en 2017 : mettre un terme au règne d’Alabama sur la division SEC West… avant de perdre les deux matchs les plus importants de leur saison face à Georgia (finale de conférence) et face à UCF (Peach Bowl). Pour se maintenir au top, coach Malzahn devra remplacer des joueurs-clés des deux côtés du ballon. Pour sa 2ème saison à la tête de l’attaque, QB Jarrett Stidham sera privé du soutien de RB Kerryon Johnson et évoluera derrière une ligne offensive remaniée. Les groupes de running backs (Kam Martin, JaTarvious Whitlow) et de receveurs (Ryan Davis, Darius Slayton, Nate Craig-Myers) sont prometteurs. En défense, DE Jeff Holland et CB Carlton Davis, deux jouers partis pour la NFL, laissent un trou béant. Mais Auburn a un point commun avec le rival Alabama : le talent est inépuisable sur le ligne défensive et le second rideau. À l’inverse de l’an dernier, le calendrier des Tigers ne leur est pas favorable en 2018 (deux déplacements à Georgia et à Alabama). Toutefois, tout pourrait se jouer dans l’Iron Bowl. Encore une fois.

Trailer

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : Ole Miss Rebels

Menés par une attaque aérienne explosive, les Rebels possèdent en QB Jordan Ta’amu et WR A.J. Brown deux playmakers capables de faire d’Ole Miss l’équipe surprise de la saison dans la conférence SEC.

Publié

le

Mississippi Rebels

Conférence SEC

Division West

En 2017 : 6-6, 3-5 SEC.
Head Coach : Matt Luke, 2ème année (6-6) – Résultats en carrière: 6-6.
Coordinateur offensif : Phil Longo.
Coordinateur défensif : Wes McGriff.
Titulaires de retour : 14, 8 en attaque, 6 en défense.
Joueurs-clés partis : QB Shea Patterson, RB Jordan Wilkins, WR Van Jefferson, DE Marquis Haynes, DL Breeland Speaks, LB Demarquis Gates.
Joueurs à suivre : QB Jordan Ta’amu, WR AJ Brown, WR DK Metcalf, WR DeMarkus Lodge, LT Greg Little, C Sean Rawlings, DT Benito Jones, CB Ken Webster, S Zedrick Woods.

Les Rebels auraient pu totalement s’effondrer lorsque leur head coach Hugh Freeze a été contraint de démissionner, le 21 juillet 2017, pour une sombre histoire d’appel téléphonique à un service d’escort girl.

À un mois du coup d’envoi de la saison, l’ancien joueur des Rebels et co-coordinateur offensif depuis 2008, Matt Luke, prit alors ses responsabilités et malgré une suspension de bowl pendant deux ans et une réduction du nombre de scholarship, il parvint à convaincre la direction athlétique qu’il était l’homme de la situation… au moins pour assurer la transition. De son rôle de coach par intérim, il est devenu officiellement head coach au mois de décembre dernier.

Embed from Getty Images

Grâce à sa proximité avec les joueurs qui voient en lui un excellent motivateur, Ole Miss a limité la casse durant une intersaison au cours de laquelle la NCAA a autorisé les transferts sans restrictions des joueurs du programme d’Oxford (Mississippi). Finalement, parmi les leaders de l’équipe, seuls QB Shea Patterson (à Michigan) et WR Van Jefferson (à Florida) ont quitté les Rebels.

Du coup, c’est avec optimisme qu’Ole Miss va débuter la saison 2018. Il faut bien dire que les 3 victoires lors des 4 derniers matchs de la dernière campagne ont créé un certain momentum, en grande partie grâce à l’éclosion de l’ancien joueur de Junior College, QB Jordan Ta’amu, successeur de QB Shea Patterson suite à la blessure de ce dernier en week 8.

Offensivement, les Rebels ont tous les éléments pour être explosifs au moins dans le jeu aérien. En plus du meilleur receveur du pays, WR A.J. Brown, Ole Miss pourra compter sur un groupe dense et sur une ligne offensive menée par l’ancien prospect 5-étoiles, OT Greg Litte. Le grand défi du coordinateur défensif Wesley McGriff sera de reconstruire la « Landshark Defense » qui n’est que l’ombre d’elle-même depuis deux ans.

Après avoir dépassé tous les objectifs l’an dernier (6-6 malgré une année tumultueuse hors terrain), les Rebels ne pourront probablement jouir de l’effet de surprise mais l’équipe possède suffisamment de talent pour réussir une ou deux surprises dans la conférence SEC en 2018.

Attaque

Le départ de QB Shea Patterson à Michigan aura eu pour conséquence positive de donner sa chance au senior QB Jordan Ta’amu. Ce dernier a parfaitement répondu au défi qui s’est présenté à lui. Titularisé lors des 5 derniers matchs des Rebels en 2017 (bilan de 3-2), il a terminé l’année avec un taux de réussite à la passe de 66.5 %, 1682 yards dans les airs pour 11 TD contre 4 INT.

Embed from Getty Images

QB Jordan Ta’amu a notamment frappé les esprits en offrant la victoire à la dernière seconde contre Kentucky et en portant son équipe à Starkville dans une victoire inattendue contre le voisin, Mississippi State. C’est donc avec confiance que l’attaque Air Raid d’Ole Miss entamera la prochaine saison. De plus, Matt Luke a réussi l’un des plus beaux coups du dernier recrutement national en s’assurer l’engagement du californien (ex-USC), QB Matt Corral. Arrivé dès le mois de janvier sur le campus d’Oxford, il sera le backup tandis que le géant redshirt freshman, QB Alex Faniel, sera le QB#3.

Comme l’an passé, c’est surtout par les airs que passera l’attaque des Rebels (328.4 yards par match en 2017, #11 du pays). Ils auraient tort d’être gênés tant le groupe de receveurs est dense et talentueux. Le junior WR A.J. Brown aurait pu demander son transfert mais il a préféré rappeler sa loyauté envers le programme qui l’a recruté. Il sera encore le receveur #1 après avoir accumulé 1252 yards pour 11 TD en 75 réceptions. Déjà considéré comme un potentiel Top 10 de la prochaine draft NFL, WR A.J. Brown est quasiment indéfendable dans le slot grâce à sa taille et sa mobilité. Le sophomore WR DK Metcalf (39 réceptions, 646 yards, 7 TD en 2017) est également un cauchemar pour les defensive backs adverses sur les tracées fade. Le senior WR DaMarkus Lodge (41 réceptions, 698 yards, 7 TD en 2017) et le junior TE Dawson Knox (24 réceptions, 321 yards en 2017) apportent d’autres options à un secteur de jeu qui pourra aussi compter sur le true freshman 4-étoiles WR Elijah Moore, qui a fait un flip le jour du National Signing Day après un decommit de Georgia.

Le défi du coordinateur offensif Jeff Longo aura à coeur de rééquilibrer une attaque pouvant rapidement devenir unidimensionnelle si le jeu au sol ne parvient pas à se développer (133.4 yards par match en 2017, #104 du pays). La perte de Jordan Wilkins (en fin d’éligibilité) sera couteuse tant il a pesé en cours de saison dernière. Trois candidats sont en compétition pour le poste de titulaire. Arrivé en du Junior College, le junior RB Scottie Phillips semble tenir la corde devant le junior RB Eric Swinney (195 yards au sol, 3 TD en 2017), qui a fait sensation au cours du printemps. Le junior RB D’Vaughn Pennamon (217 yards au sol, 2 TD en 2017) pourrait manquer le début de la saison en raison d’une blessure subie en novembre dernier ce qui a forcé le coaching staff à faire appel à l’ancien safety, RB Armani Linton, au sein du backfield offensif.

Embed from Getty Images

La ligne offensive sera l’un des éléments-clés de cette attaque des Rebels version 2018. En difficulté ces dernières années, elle possède suffisamment d’expérience (5 joueurs ont été titularisés à 8 reprises minimum) et de talent pour devenir l’une des meilleurs de la conférence. L’ancien prospect 5-étoiles LT Greg Little n’a pas déçu depuis son arrivée en 2016 et son statut de futur 1er tour de draft NFL 2019 semble assuré. Les seniors LG Javon Patterson, C Sean Rawlings et RG Jordan Sims ainsi que le junior RT Alex Givens forment un groupe solide.

Défense

Beaucoup de départs de ce côté du ballon… ce qui pourrait ravir le coordinateur défensif Wesley McGriff qui dirigeait, l’an dernier, l’une des pires défenses de la conférence SEC (459.5 yards accordés par match, #116 du pays). Privé de recrues de renom, il devra mettre l’accent sur le développement d’un groupe dynamique et déterminée.

Afin de renforcer une défense contre la course épouvantable en 2017 (245.3 yards accordés par match, #124 du pays), les Rebels espèrent que les juniors DT Josiah Coatney (65 plaquages, 8 pour perte, 3.5 sacks en 2017) et DT Benito Jones (29 plaquages, 7.5 pour perte, 1.5 sacks en 2017) pourront franchir un cap. Ole Miss a également apporté du renfort en allant chercher le prometteur espoir du Junior College, DT Hal Northern. Sur le pass-rush, les Rebels ont perdu leurs deux leaders, Marquis Haynes et Breeland Speaks. La nouvelle génération devra ainsi prendre le relais mais le senior DE Victor Evans (18 plaquages, 5 pour perte en 2017) et le junior DE Qaadir Sheppard (8 plaquages en 2017) n’ont encore rien démontré. Finalement, tous les espoirs sont dans les mains du sophomore DE Ryan Anderson (1.5 sacks en 2017).

Sans une nette amélioration de la production du second rideau, les Rebels seront toujours vulnérables contre le jeu au sol adverse. Hors le passage à un système 4-2-5 mettra encore davantage de pression sur les deux middle linebackers. Le senior MLB Detric Bing-Dukes (24 plaquages en 2017) et l’ancien tight-end, MLB Willie Hibbler (13 plaquages en 2017), ont régulièrement joué dans la 1ère équipe au cours du printemps même si le sophomore MLB Mohamed Sanogo et les freshmen MLB Josh Clarke et MLB Zi Baker auront tous leurs chances.

Embed from Getty Images

Le jeu au sol étant en déroute l’an dernier, le backfield défensif a fait bonne figure… sur le plan statistique (214.2 yards accordés par match en 2017, #52 du pays). Le senior CB Ken Webster (29 plaquages en 2017) et le junior CB Myles Hartsfield (42 plaquages, 2 INT en 2017) donnent aux Rebels deux défenseurs d’expérience et l’athlétique sophomore CB D.D. Bowie apporte une profondeur à un groupe de cornerbacks intrigants. D’autant plus que l’ancien joueur de Junior College, NB Vernon Dasher, s’annonce prometteur dans le rôle de nickelback. Au poste de safety, le senior SS Zedrick Woods (64 plaquages, 4 passes défendues en 2017) est de retour pour une 3ème saison comme titulaire. Le senior FS C.J. Moore (51 plaquages, 3 INT en 2017) et le junior FS Jaylon Jones (34 plaquages, 3 passes défendues en 2017) seront alignés à ses côtés en rotation.

Équipes spéciales

Suite au départ de K Gary Wunderlich et P Will Gleeson, Ole Miss fera confiance en deux joueurs walk-on. Les sophomores K Luke Logan et P Mac Brown feront ainsi leurs débuts en 2018. P Mac Brown tournait avec une impressionnante moyenne de 46 yards par punt. Sur les retours de coup de pied, Ole Miss pourrait devenir l’une des terreurs de la conférence SEC si le receveur KR A.J. Brown et le cornerback PR Jaylon Jones obtiennent le renfort d’équipes spéciales désynchronisées l’an passé.

Calendrier

Avec seulement 3 matchs sur le campus adverse, le calendrier 2018 sera l’allié (relatif) de Rebels qui débuteront la saison au NRG Stadium de Houston face à Texas Tech. Ole Miss se déplacera à LSU, Texas A&M et Vanderbilt tandis que les joueurs de coach Matt Luke accueilleront Alabama, Auburn, South Carolina et Mississippi State dans leur Vaught-Hemingway Stadium. Le match contre Arkansas du 13 octobre se jouera à Little Rock. Les Rebels affronteront également Southern Illinois (FCS), Kent State et Louisiana-Monroe en match hors-conférence.

Embed from Getty Images

Match clé
contre Mississippi State, le 22 novembre
Les Rebels avaient créé la surprise en allant s’imposer 31-28 à Starkville face à une équipe de Mississippi State privée, il est vrai, des services de leur leader, QB Nick Fitzgerald. Les Bulldogs seront donc revanchards dans cet Egg Bowl qui pourrait être décisif pour une équipe d’Ole Miss qui visera le plateau des 6 victoires en 2018.

Conclusion

Malgré le scandale qui a amené au renvoi du coach Hugh Freeze quelques jours avant le début de la saison, coach Matt Luke a démontré sa capacité de diriger un programme FBS. Personne ne s’attendait à ce qu’Ole Miss remporte 6 victoires en 2017. Comme l’an passé, le défi de Matt Luke sera de motiver son équipe malgré la suspension de bowl en fin d’année. L’attaque devrait continuer d’inscrire beaucoup de points au tableau d’affichage en raison de la présence de l’un des meilleurs groupes de receveurs du pays (AJ Brown, DeKaylin Metcalf, DeMarkus Lodge) et de l’étonnant QB Jordan Ta’Amu. Ce secteur offensif pourrait même être inarrêtable si un successeur de RB Jordan Wilkins peut émerger rapidement. Finalement, le destin des Rebels en 2018 est entre les mains d’une défense qui s’est fait marcher dessus en match de conférence l’an dernier (270.5 yards au sol accordés en moyenne par match !). Si le front seven parvient à resserrer les rangs, Ole Miss pourrait être la belle surprise de la saison dans la SEC.

Trailer

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : Mississippi State Bulldogs

Débauché de Penn State pour prendre la succession de Dan Mullen, Joe Moorhead transformera-t-il un groupe mature et expérimenté en l’équipe la plus explosive de la conférence SEC ?

Publié

le

Crédit photo : Jonathan Bachman/Getty Images

Mississippi State Bulldogs

Conférence SEC

Division West

En 2017 : 9-4, 4-4 SEC. Tax Slayer Bowl : victoire contre Louisville, 31-27.
Head Coach : Joe Moorhead, 1ère année – Résultats en carrière: 38-13.
Coordinateur offensif : Luke Getsy.
Coordinateur défensif : Bob Schoop.
Titulaires de retour : 18, 9 en attaque, 8 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : TE Jordan Thomas, OT Martinas Rankin, LB Dez Harris.
Joueurs à suivre : QB Nick Fitzgerald, RB Aeris Williams, TE Farrod Green, C Elgton Jenkins, DE Montez Sweat, DT Jeffery Simmons, LB Leo Lewis, LB Erroll Thompson, S Mark McLaurin.

Victime de son succès. Si Mississippi State fait partie des cinq programmes de la SEC à avoir changer de head coach pendant l’intersaison, cela n’avait rien d’un choix. Arrivé en 2009, en provenance de Florida, Dan Mullen a été débauché par son équipe de cœur, mais quitte Starkville en laissant les lieux dans un état nickel.

Embed from Getty Images

Une aubaine pour Joe Moorhead, ancien coordinateur offensif de Penn State et qui vient connaitre sa première expérience de head coach en première division, après quatre années à la tête de Fordham entre 2012 et 2015. Cet ancien quarterback sait rendre une attaque explosive, et l’a démontré en faisant de Trace McSorley et Saquon Barkley des stars universitaires. Avec 17 titulaires de retour sur le campus, sa marge de manœuvre est plus qu’intéressante pour faire de Mississippi State une vraie équipe poil-à-gratter dans la conférence SEC.

Attaque

Sa carrière universitaire aurait pu prendre fin le 23 novembre 2017. Touché à la cheville, face au rival Ole Miss, en fin de saison passée, QB Nick Fitzgerald est pourtant bien sur le chemin d’un retour quasi inespéré pour les fans des Bulldogs. Connu pour son profil double-menace (2 766 yards, 29 touchdowns), le senior pourrait même développer ses facultés aériennes, en étant encadré par un spécialiste offensif comme Moorhead et par son nouveau coordinateur, Luke Getsy, ancien coach des receveurs en NFL, chez les Packers. Cette verticalité pourrait aussi être bénéfique au sophomore QB Keytaon Thompson, solide remplaçant de Fitzgerald l’an passé lors du TaxSlayer Bowl et qui se tient prêt en cas de nouvelle rechute de son partenaire.

Attention, ne vous méprenez pas ! Le jeu aérien ne sera sans doute pas omniprésent dès la première année de Joe Moorhead aux commandes. Il faut dire qu’avec les armes au sol que possèdent les Bulldogs, le coaching staff aurait tort de se précipiter. Avec 1 107 yards et 6 touchdowns en 2017, le senior RB Aeris Williams a été une alternance plus que crédible pour Fitzgerald la saison dernière, et il figure parmi les tous meilleurs running backs de sa conférence. En 2018, il s’annonce encore plus dangereux, de par la rotation sur la position et sa capacité à souffler un peu plus entre les snaps. Avec le sophomore RB Kylin Hill (393 yards, 4 TD en 2017) et le junior RB Nick Gibson (239 yards, 1 TD en 2017), MSU possède un véritable monstre à trois têtes qu’il sera bien difficile de contrer. Les trois hommes ont la mobilité et la vitesse pour se distinguer en sortie d’écran, une tactique pas forcément privilégiée sous les ordres de Dan Mullen.

L’an passé, la course a trop souvent écrasé la passe du côté de Starkville. Et cela s’en est ressenti, d’un point de vue statistique. Le meilleur receveur des Bulldogs en 2017 comptait … 276 yards ! Bien trop mince pour faire du programme une force équilibrée.

Embed from Getty Images

Egalement en charge des receveurs, Luke Getsy devra trouver sa cible prioritaire. Heureusement pour lui, le réservoir est assez fourni et complémentaire. Avec les juniors WR Deddrick Thomas (22 réceptions, 227 yards, 4 TD en 2017) et WR Keith Mixon (18 réceptions, 275 yards, 1 TD en 2017), ce sont deux titulaires sur 3 qui sont de retour en 2018. Dans un premier temps, ils devraient être accompagnés par le senior WR Jesse Jackson (27 réceptions, 276 yards en 2017), receveur le plus productif de la saison passée. Pourtant, la hiérarchie pourrait rapidement être bouleversée. Par le junior WR Malik Dear, de retour d’une longue blessure ? Par le freshman WR Austin Williams, star des camps printaniers ? Par WR Stephen Guidry, meilleur receveur issu du Junior College pendant l’intersaison ? Ou par le freshman WR Devonta Jason, recrue 4 étoiles de la dernière cuvée des Bulldogs ? Faites vos jeux.

L’autre atout dans le domaine aérien pourrait être le junior TE Farrod Green (9 réceptions, 174 yards en 2017) sur le poste de tight end. Souvent gêné par des pépins physiques, le numéro 82 a parfois été dans l’ombre de Jordan Thomas dans les airs. Mais sa polyvalence en fait un joueur capable d’exploser, surtout dans un système qui a révélé Mike Gesicki à Penn State…

Sur la ligne offensive, le mot clé est stabilité. Avec 4 titulaires de retour, le groupe est expérimenté à l’image des seniors RG Deion Calhoun et surtout C Elgton Jenkins. Ils sont rejoints par le junior LG Daryl Williams et le sophomore RT Stewart Reese. Côté aveugle, la perte de Martinas Rankin est de taille, mais ses blessures ont permis aux Bulldogs d’assurer leurs arrières. Le sophomore LT Greg Eiland a déjà démarré quatre matches en 2017 et semble prêt à prendre le relais efficacement.

Défense

On l’aura compris, Joe Moorhead n’est pas arrivé à Starkville pour tout reconstruire. Pourtant, quelques modifications notables ont été effectuées au sein de l’escouade défensive. L’arrivée du coordinateur Bob Schoop, en provenance de Tennessee, refait passer les Bulldogs dans un système 4-3. Si un temps d’adaptation sera sans doute nécessaire, la polyvalence de l’escouade pourrait faciliter les choses.

Embed from Getty Images

Sur la ligne défensive, par exemple, les seniors DE Montez Sweat (48 plaquages, 15.5 pour perte, 10.5 sacks en 2017) et DE Gerri Green (38 plaquages, 11 pour perte, 5 sacks en 2017) ont dû prendre un peu plus de masse, mais restent de véritables menaces sur le pass rush, avec plus de 15 sacks en cumulé sur le dernier exercice. Une situation qui n’est pas près de changer si le junior DT Jeffery Simmons conserve son niveau. Ancienne recrue star, le lineman défensif a connu des soucis extra-sportifs lors de son année freshman, mais semble de nouveau à l’endroit. Pour preuve, il a obtenu 5 sacks et surtout 60 plaquages en 2017. Plus que n’importe quel linebacker de l’équipe. Pour un nose tackle ! Son binôme pourrait être le senior DT Braxton Hoyett (21 plaquages en 2017), à moins que DT Cory Thomas (12 plaquages en 2017), de retour de blessures au pied, ne se refasse sa place dans le onze.

Au poste de linebacker, les Bulldogs ont perdu un leader charismatique avec Dez Harris. Mais la relève est là, au vu de la prometteuse saison freshman de MLB Erroll Thompson (46 plaquages, 5.5 pour perte en 2017). Avec le junior WLB Leo Lewis (46 plaquages en 2017), les deux hommes représenteront un véritable rempart sur le run stop. Le troisième spot reste à attribuer côté fort, mais le sophomore SLB Willie Gay (23 plaquages) et le junior SLB Tim Washington ont une longueur d’avance dans cette optique.

Malgré le départ de deux titulaires (J.T. Gray, Tolando Cleveland), le backfield défensif s’appuie sur une belle ossature, et pas mal d’expérience, surtout plein centre. Meilleur plaqueur et meilleur intercepteur de son équipe l’an passé (79 plaquages, 6 INT en 2017), le senior FS Mark McLaurin est le taulier du secondary, et son entente avec l’autre senior, SS Johnathan Abram (71 plaquages, 2 sacks, 5 passes défendues en 2017) s’annonce brutale pour les attaques adverses. Plus d’incertitude sur les extérieurs, où le sophomore CB Cameron Dantzler (25 plaquages, 1 INT en 2017) devrait encore défendre ses chances aux côtés des seniors CB Chris Rayford (14 plaquages en 2017) et CB Jamal Peters (23 plaquages, 1 INT en 2017).

Embed from Getty Images

Équipes spéciales

Outre Erroll Thompson, la belle surprise 2017 sur le campus de Starkville a sans doute été K Jake Christmann. Avec un ratio de 12/14 sur field goal, le sophomore pourrait être un atout de taille dans des fins de match au couteau. Côté punt, le départ de Logan Cooke vers la NFL laisse place à une compétition pendant les camps d’entraînement entre P Cody Schexnayder et l’ancien kicker P Tucker Day. Auteur d’un touchdown dans ce secteur l’an passé, le receveur KR/PR Deddrick Thomas devrait se charger des retours, épaulés par KR/PR Keith Mixon et KR/PR Malik Dear.

Calendrier

Programme intéressant pour des Bulldogs qui pourraient doucement mais sûrement monter en régime pour les débuts de leur nouvel head coach. Les quatre premiers matches de la saison contre Stephen F. Austin (I-AA), Kansas State, Louisiana et Kentucky sont largement jouables, et en recevant d’autres sérieux outsiders, comme Florida, Auburn et Texas A&M, MSU a de quoi avancer ses pions dans la conférence SEC. Certes, les passages par LSU et Alabama n’auront rien d’une promenade tranquille, mais en terminant par Arkansas et Ole Miss, les Bulldogs ont l’occasion de terminer fort.

Match clé
contre Auburn, le 6 octobre
Si les Tigers restent favoris sur le papier, Mississippi State est typiquement l’équipe capable de faire chuter Auburn, en étant efficace dans les tranchées. Comme évoqué précédemment, les joueurs de Joe Moorhead pourraient jouer ce match avec une fiche de 5-0 et un succès leur donnerait de sérieuses chances de briguer au minimum un bowl majeur. Offensivement et défensivement, les forces des deux programmes semblent également similaires, ce qui pourrait donner un duel âpre et accroché.

Conclusion

Dans une conférence comme la SEC, aucune rencontre n’est gagnée d’avance. Encore plus pour un programme qui a changé de tête pendant l’intersaison. Si Joe Moorhead a récupéré un programme carré en arrivant, l’instauration d’un jeu offensif plus vertical et la transition défensive sur un système 4-3 pourraient se révéler piégeux pour des Bulldogs qui ont pourtant de sérieux arguments dans leur manche. Vu le talent des deux côtés du ballon et le calendrier qui les voit recevoir pas mal d’équipes de même niveau, les pensionnaires ont de quoi rééditer la saison passée, en atteignant au moins une fiche de neuf succès. Disputer un bowl majeur, quatre ans après l’Orange Bowl joué contre Georgia Tech, n’a rien non plus d’un fantasme.

Trailer

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : Texas A&M Aggies

L’arrivée de Jimbo Fisher et son contrat monstreux de 75 millions de $ sur 10 ans permettront-ils aux Aggies de Texas A&M de jouer les premiers rôles dans la redoutable division SEC West ?

Publié

le

Crédit photo : Texags

Texas A&M Aggies

Conférence SEC

Division West

En 2017 : 7-6, 4-4 SEC. Belk Bowl : défaite contre Wake Forest, 52-55.
Head Coach : Jimbo Fisher, 1ère année – Résultats en carrière: 83-23.
Coordinateur offensif : Darrell Dickey.
Coordinateur défensif : Mike Elko.
Titulaires de retour : 15, 6 en attaque, 7 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : RB Keith Ford, WR Christian Kirk, OT Koda Martin, S Armani Watts.
Joueurs à suivre : RB Trayveon Williams, WR Jhamon Ausbon, C Erik McCoy, DE Landis Durham, DT Kingsley Keke, LB Otaro Alaka, LB Tyrel Dodson, S Donovan Wilson, K Daniel LaCamera.

Sans le vouloir, coach Kevin Sumlin a précipité le lancement d’un nouveau cycle sur le campus de College Station. Après six ans à la tête des Aggies, celui qui a longtemps surfé sur la vague Johnny Manziel n’a jamais réussi à installer durablement le programme au sommet de la conférence SEC. L’an passé, sur fond de cafouillage au poste de quarterback, Texas A&M a dû se contenter de sept victoires en saison régulière, avant de s’incliner lors du Belk Bowl contre Wake Forest (52-55).

Embed from Getty Images

Pour trouver un nouvel head coach d’envergure, la direction athlétique a dû mettre la main au porte-feuille. Résultat : c’est Jimbo Fisher qui débarque dans le Texas, fort d’un titre BCS gagné avec Florida State en 2013.

Pour relancer une équipe en stagnation, le technicien de 52 ans peut quand même compter sur des belles classes de recrutement et un réservoir quasi-inépuisable sur certaines positions, notamment dans le domaine aérien. Que peut-il espérer pour sa première année dans la conférence phare de première division, aux côtés des monstres Alabama, Auburn, Georgia et autres ? Éléments de réponse…

Attaque

La première mission importante de Jimbo Fisher sera bien sûr de trouver le quarterback titulaire du programme. Une position que le head coach connaît, tout comme le nouveau coordinateur offensif : à Memphis, Darrell Dickey a permis à l’attaque locale d’exploser, tant sous les ordres de Justin Fuente que sous ceux de Mike Norvell. Les têtes d’affiche pour mener l’offense sont les mêmes que l’an passé, à savoir les sophomores QB Nick Starkel (1 793 yards, 14 touchdowns, 6 interceptions en 2017) et QB Kellen Mond (1 375 yards, 8 touchdowns, 6 interceptions). Si le premier, pocket passer, avait pris une longueur d’avance au printemps, le deuxième, double-menace, a amélioré son jeu à la passe et part favori des observateurs. Jimbo Fisher a tout de même précisé que rien n’était décidé à quelques jours à peine du premier match de saison régulière.

Si le chef d’orchestre n’est pas encore déterminé, les musiciens devraient encore jouer à l’unisson. Le poste de receveur a souvent été un axe majeur du recrutement de Kevin Sumlin, et cela s’en ressent au vu des armes de cette saison. Après une première année dans l’ombre de Christian Kirk, le sophomore WR Jhamon Ausbon (571 yards, 3 TD) est appelé à devenir le « go-to-guy » du programme. Derrière lui, les places coûtent cher, mais le sophomore WR Quartney Davis est revenu en forme, après une année blanche, pour cause de blessure. Les sophomores WR Camron Buckley, WR Kendrick Rogers, WR Hezekiah Jones et WR Roshauud Paul seront d’autres noms à surveiller.

Embed from Getty Images

La concurrence est tellement âpre que WR Jalen Preston, dernière recrue 4 étoiles, pourrait être redshirté, malgré l’énorme potentiel que certains lui voient. Sur le poste de tight end, la belle surprise pourrait être le junior TE Jace Sternberger, impressionnant lors du Spring Game et revanchard après une opportunité gâchée du côté de Kansas.

Le jeu aérien était sacré ces dernières années du côté de College Station. Mais à Florida State, Jimbo Fisher s’est surtout évertué à établir un solide jeu au sol. Une bonne nouvelle pour le massif junior RB Trayveon Williams (798 yards, 6 TD en 2017), mis en difficulté par Keith Ford l’an passé, mais qui devrait devenir le titulaire indiscutable. Il devra tout de même rester sur ses gardes, car sous la menace du sophomore RB Jacob Kibodi.

Pour rendre ce jeu de course redoutable, le coaching staff compte sur le retour quasi-intégral de la ligne offensive. L’escouade aurait d’ailleurs pu revenir au complet, sans le coup de théâtre de l’intersaison : le transfert du tackle gauche Koda Martin vers Syracuse, pour rejoindre son beau-père Dino Babers. Pour le remplacer, les sophomores LT Dan Moore et LT Carson Green partent sur la même ligne et auront à cœur d’accompagner les seniors RG Connor Lanfear et RT Keaton Sutherland ainsi que les juniors LG Colton Prater et C Erik McCoy, véritable leader de la O-Line.

Défense

Si l’arrivée de Darrell Dickey est attendue en attaque, que dire de l’enthousiasme défensif ? Efficace à Wake Forest, puis Notre Dame, Mike Elko est l’un des coordinateurs défensifs les plus prometteurs du pays et débarque à College Station pour développer une escouade trop souvent naïve dans une conférence comme la SEC. Et vu le talent à sa disposition, les Aggies pourraient faire très mal !

Embed from Getty Images

Sur la ligne défensive, Texas A&M peut notamment compter sur l’excellent senior DT Kingsley Keke (54 plaquages, 2 fumbles recouverts) pour percer la poche adverse. Aussi puissant que rapide, le lineman sera l’un des prospects NFL à suivre sur sa position en 2018. Avec le départ de Zaycoven Henderson, c’est le sophomore DT Justin Madubuike qui semble promis au deuxième poste de titulaire, grâce à un énorme camp printanier. Mais le nouveau staff espère enfin faire exploser le senior DT Daylon Mack, ancienne recrue 5 étoiles, mais beaucoup trop irrégulier depuis son arrivée sur le campus.

Sur le pass rush, le senior DE Landis Durham s’est révélé en 2017, avec 11 sacks au compteur, co-meilleur bilan de la conférence. DE Micheal Clemons devait l’épauler dans cette tâche, mais des pépins physiques pourraient l’éloigner des terrains pour le début de la saison régulière. Si Keke pourrait être excentré dans un premier temps, les freshmen DE Bobby Brown et DE Ondario Robinson sont susceptibles d’être lancés dans le grand bain dès leur première année.

L’âme de cette défense se situe clairement sur le deuxième rideau, car avec une détonante saison 2017 (104 plaquages, 5 sacks et demi, 8 passes défendues, 3 interceptions), le junior MLB Tyrel Dodson est devenu la menace constante de cette escouade défensive. Le duo qu’il composera avec le senior WLB Otaro Alaka (78 plaquages) a de quoi faire saliver les fans texans, de par leur vision du jeu et leur explosivité. Tout aussi polyvalent, le junior WLB Anthony Hines III leur permettra de souffler, lui qui serait titulaire dans bon nombre d’autres programmes de première division. Bien que Mike Elko soit partisan d’un système 4-2-5 en défense, le sophomore SLB Buddy Johnson sera amené à renforcer le front seven si nécessaire. Son pendant devrait être le sophomore LB/S Ikenna Okeke, sur un poste hybride visant à blinder le run stop.

Les defensive backs, parlons-en justement. Car Texas A&M a rarement connu autant de talent sur la position dans son histoire. Les déconvenues de la saison passée ont permis aux Aggies de donner à de jeunes loups leur chance. C’est le cas du junior CB Charles Oliver et du sophomore CB Debione Renfro. Agressifs sur le porteur de balle, les deux hommes sont des titulaires annoncés, mais devront regarder dans le rétroviseur, avec les sophomores CB Myles Jones, CB Travon Fuller et CB Clifford Chattman.

Embed from Getty Images

Vous trouvez la compétition féroce, attendez de voir le poste de safety. Un secteur qui a vu Armani Watts filer vers la NFL. Fort heureusement, les Aggies peuvent compter sur le retour de blessure du senior FS Donovan Wilson, après une année blanche. Il épaulera le très physique sophomore SS Derrick Tucker (55 plaquages, 4 passes défendues) au centre du secondary. La rotation sera cependant précieuse, avec la présence du junior FS/SS Larry Pryor, du sophomore FS Keldrick Carper et surtout du true freshman SS Leon O’Neal, recrue 4 étoiles arrachée aux autres grosses écuries texanes. Sur des formations à cinq defensive backs, le senior NB Shawn Capers-Smith et le junior NB Roney Elam ont des arguments en tant que nickelback.

Équipes spéciales

La star incontestée de cette escouade est le kicker, le senior K Daniel LaCamera. En 2017, le Floridien de naissance a crevé l’écran (…) en réussissant un ratio de 18/21 sur field goal. Il sera l’un des principaux botteurs à suivre à l’orée de la draft 2018. Son efficacité a poussé le junior P Braden Mann à se focaliser sur les punts, après le départ de Shane Tripucka. Il sera aussi en charge des coups de pied d’engagement.
Côté retour, c’est un gros vide qu’a laissé l’explosif Christian Kirk en rejoignant les Arizona Cardinals. KR Trayveon Williams et KR Klyde Chriss seront sollicités sur les retours de kickoffs. Sur les punts, c’est PR Shawn Capers-Smith et PR Roshauud Paul qui semblent les mieux placés.

Calendrier

Une chose est sûre : la première année de Jimbo Fisher à College Station n’aura rien d’un long fleuve tranquille. Après cinq semaines de saison régulière, les Aggies auront déjà croisé Clemson et Alabama, sans oublier Arkansas, dans le Southwest Classic disputé à Arlington, dans le stade des Dallas Cowboys. Dans la foulée, ce sont trois sorties intra-conférence, à South Carolina, Mississippi State et Auburn qui s’annoncent. Seule bonne nouvelle : le fait de recevoir LSU en dernière semaine, au Kyle Field, dans l’antre du 12e homme. Suffisant pour sauter au plafond ? Pas sûr…

Embed from Getty Images

Match clé
à South Carolina, le 13 octobre
Comme évoqué, avec un calendrier aussi copieux d’entrée, Texas A&M doit aller chercher des succès références pour rester le plus longtemps dans la course à une finale de conférence. Et avec une victoire sur le terrain de Columbia, les Aggies auraient le mérite d’entamer la dernière ligne droite avec une fiche potentiellement positive. Le plein de confiance ne sera pas trop avant le mois de novembre !

Conclusion

En attirant un coach déjà sacré avec Florida State, Texas A&M a affiché ses ambitions dans la conférence SEC. Mais avec une incertitude au poste de quarterback, une majorité de sophomores sur des postes-clés et un calendrier dantesque, la saison 2018 pourrait avoir des allures de transition pour Jimbo Fisher. Vu le talent et le niveau du coaching staff, il ne manque qu’une étincelle et un succès d’envergure pour donner une nouvelle allure à ce programme. Une saison à huit victoires n’aurait rien de farfelu. Pour un bowl majeur, il sera peut-être encore trop tôt…

Trailer

Lire la suite
Publicité

Preview 2018

Previewil y a 2 heures

Preview 2018 : Auburn Tigers

Champion de division SEC West en titre, les Tigers d'Auburn veulent maintenant franchir un cap en allant décrocher une place...

Previewil y a 1 jour

Preview 2018 : Ole Miss Rebels

Menés par une attaque aérienne explosive, les Rebels possèdent en QB Jordan Ta'amu et WR A.J. Brown deux playmakers capables...

Previewil y a 2 jours

Preview 2018 : Mississippi State Bulldogs

Débauché de Penn State pour prendre la succession de Dan Mullen, Joe Moorhead transformera-t-il un groupe mature et expérimenté en...

Previewil y a 3 jours

Preview 2018 : Texas A&M Aggies

L'arrivée de Jimbo Fisher et son contrat monstreux de 75 millions de $ sur 10 ans permettront-ils aux Aggies de...

Previewil y a 4 jours

Preview 2018 : LSU Tigers

Avec une attaque remaniée désormais dirigée par un Steve Ensminger et qui comptera sur les nouveaux-venus, QB Joe Burrow et...

Previewil y a 6 jours

Preview 2018 : Tennessee Volunteers

Après des mois de chaos sur le campus de Knoxville, Jeremy Pruitt est le nouveau boss à Rocky Top. La...

Previewil y a 6 jours

Preview 2018 : Florida Gators

Le retour de coach Dan Mullen chez les Gators a ramené l'espoir au sein d'un programme de Florida qui sera...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Georgia Bulldogs

En deux saisons seulement, les Bulldogs de Georgia sont devenus les plus sérieux concurrents du Crimson Tide d'Alabama qu'ils espèrent...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : South Carolina Gamecocks

En pleine ascension depuis l'arrivée de Will Muschamp sur le campus de Columbia en 2016, les Gamecocks de South Carolina...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : conférence SEC

Avec deux programmes au National Championship l'an passé et un 5ème titre national pour Alabama en 9ans, la conférence SEC...

Articles les plus lus