Suivez-nous

Preview

Le guide de la 9ème semaine

Publié

le

Suivez le guide pour découvrir le programme complet de cette 9ème semaine de la saison 2018 :

Le Match de la Semaine

#7 Georgia (6-1) @ #9 Florida (6-1)

TIAA Bank Field, Jacksonville, Floride
Samedi 27 octobre 2018 à 15h30 (21h30 en France)

Embed from Getty Images

Pronostic : Georgia 24, Florida 16.

Samedi 27 octobre 2018

À partir de 18h00

#2 Clemson (7-0) @ Florida State (4-3)

Doak Campbell Stadium, Tallahassee, Floride
Samedi 27 octobre 2018 à 12h00 (18h00 en France)

Embed from Getty Images

Pronostic : Florida State 23, Clemson 21.

Autres matchs à partir de 18h
– Vanderbilt @ Arkansas à 12h00 (18h00 en France)
– Texas Tech @ Iowa State à 12h00 (18h00 en France)
– Wake Forest @ Louisville à 12h00 (18h00 en France)
– Purdue @ Michigan State à 12h00 (18h00 en France)
– Bethune-Cookman (FCS) @ Nebraska à 12h00 (18h00 en France)
– North Carolina (FCS) @ Virginia à 12h20 (18h20 en France)

À partir de 21h00

#18 Iowa (6-1) @ #17 Penn State (5-2)

Beaver Stadium, State College, Pennsylvanie
Samedi 27 octobre 2018 à 15h30 (21h30 en France)

Embed from Getty Images

Pronostic : Penn State 31, Iowa 27.

Autres matchs à partir de 21h00
– Kansas State @ #8 Oklahoma à 15h30 (21h30 en France)
– #14 Kentucky @ Missouri à 16h00 (22h00 en France)
– #15 Washington @ California à 16h00 (22h00 en France)
– #21 South Florida @ Houston à 15h30 (21h30 en France)
– TCU @ Kansas à 15h00 (21h00 en France)
– Oregon State @ Colorado à 15h00 (21h00 en France)
– Arizona State @ USC à 15h30 (21h30 en France)
– Illinois @ Maryland à 15h30 (21h30 en France)
– Duke @ Pittsburgh à 15h30 (21h30 en France)
– Northern Illinois @ BYU à 15h30 (21h30 en France)
– Cincinnati @ SMU à 15h30 (21h30 en France)

À partir de 01h00

#14 Washington State (6-1) @ #24 Stanford (5-2)

Stanford Stadium, Palo Alto, Californie
Samedi 27 octobre 2018 à 19h00 (01h00 en France)

Embed from Getty Images

Pronostic : Stanford 27, Washington State 23.

#3 Notre Dame (7-0) @ Navy (2-5)

SDCCU Stadium, San Diego, Californie
Samedi 27 octobre 2018 à 20h00 (02h00 en France)

Embed from Getty Images

Pronostic : Notre Dame 42, Navy 24.

Autres matchs à partir de 01h00
– #6 Texas @ Oklahoma State à 20h00 (02h00 en France)
– #16 Texas A&M @ Mississippi State à 19h00 (01h00 en France)
– North Carolina State @ Syracuse à 19h00 (01h00 en France)
– Boise State @ Air Force à 19h00 (01h00 en France)
– Tennessee @ South Carolina à 19h30 (01h30 en France)

À partir de 04h00

#19 Oregon (5-2) @ Arizona (3-5)

Arizona Stadium, Tucson, Arizona
Samedi 27 octobre 2018 à 22h30 (04h30 en France)

Embed from Getty Images

Pronostic : Oregon 38, Arizona 24.

Autres matchs à partir de 04h00
– Hawaii @ Fresno State à 22h30 (04h30 en France)
– San Diego State @ Nevada à 22h30 (04h30 en France)

Résultats de mardi

– South Alabama 16, Troy 38

Résultats de jeudi

– #13 West Virginia 58, Baylor 14
– Georgia Southern 34, Appalachian State 14
– Ohio 52, Ball State 14
– Western Michigan 14, Toledo 51
– Virginia Tech 28, Georgia Tech 49

Résultats de vendredi

– UCLA 41, #23 Utah 10
– Boston College 27, Miami 14
– Minnesota 38, Indiana 31
– Colorado State 21, Wyoming 34
– Florida Atlantic 13, Louisiana Tech 21

L'équipe TBP est composée de passionnés qui vous informent quotidiennement sur l'actualité du College Football et qui vous proposent des analyses et des points de vue originaux sur le 2ème sport le plus médiatisé aux Etats-Unis.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2019 : Auburn Tigers

En reprenant la direction de l’attaque des Tigers, Gus Malzahn veut sauver sa place à la tête d’un programme d’Auburn talentueux en défense et prêt à jouer les trouble-fêtes dans la SEC.

Publié

le

Crédit photo : Mark Humphrey, AP

Auburn Tigers

Conférence SEC

Division West

En 2018 : 8-5, 3-5 SEC.
Head Coach : Gus Malzahn, 7ème année (53-27). En carrière : 62-30.
Coordinateur offensif : Kodi Burns, Kenny Dillingham.
Coordinateurs défensifs : Kevin Steele, Travis Williams.
Titulaires de retour : 6 en attaque, 7 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB Jarrett Stidham, WR Ryan Davis, WR Darius Slayton, LB Deshaun Davis, DB Jamel Dean.
Joueurs à suivre : RB JaTarvious Whitlow, WR Seth Williams, WR Anthony Schwartz, LT Prince Tega Wanogho, LG Marquel Harrell, DT Derrick Brown, DE/LB Nick Coe, DE Marlon Davidson, S Jeremiah Dinson, S Daniel Thomas.

Les Tigers auront été l’une des déceptions majeures de la saison 2018. Classé dans le Top 10 de pré-saison, Auburn n’a jamais joué au niveau attendu s’inclinant même à domicile contre LSU et Tennessee. Certains diront que ces deux matchs perdus par un écart combiné de 7 points ont été la différence entre une saison de 8 et 10 victoires mais la déroute 52-21 subie à Alabama lors de l’Iron Bowl a mis coach Gus Malzahn (et son contrat de 49 millions sur 7 ans) sur le « hot seat ».

Embed from Getty Images

Car malgré la présence d’un excellent quarterback l’an passé, l’attaque des Tigers n’a fait que balbutier son jeu (389.9 yards par match, #79 du pays). Du coup, Gus Malzahn a repris les choses en main et assurera le play-calling offensif d’Auburn comme il l’avait fait lors du dernier Music City Bowl remporté par les Tigers… 63-14 contre Purdue. Bon présage pour la saison à venir ?

Son grand défi sera de trouver celui qui dirigera l’attaque en 2019. Jarrett Stidham parti prématurément vers la NFL, trois quarterbacks inexpérimentés seront en concurrence pour assurer la transition. Curieusement pour un coach réputé être un stratège offensif, Gus Malzahn pourra compter sur un secteur défensif qui a plus de certitudes. La ligne défensive autour du puissant DT Derrick Brown et du rapide DE Marlon Davidson est peut-être la meilleur du pays. Si Auburn parvient à retrouver son élan offensif de 2017, ces Tigers pourraient jouer le rôle d’arbitre dans une division SEC West relevé.

Attaque

Le coordinateur offensif Chip Lindsey n’a pas survécu à une saison 2018 plus que décevante. Il a filé vers Troy pour devenir head coach des Trojans laissant sa place au prometteur Kenny Dillingham (28 ans) qui sera le plus jeune coordinateur offensif de la SEC. Toutefois, l’ancien graduate assistant de Memphis n’assurera pas la play-calling pendant les matchs. C’est une tâche que Gus Malzahn a repris au mois de décembre dernier. Objectif : retrouver son fameux run-heavy spread system.

Première préoccupation du coach des Tigers : trouver son quarterback titulaire. Trois candidats sont en concurrence durant le Fall Camp. Le junior QB Malik Willis (5/7, 24 yards), backup de Jarrett Stidham pendant deux ans, est le seul avec une petite expérience en NCAA. Toutefois, ses présences sur le terrain n’ont jamais impressionné et c’est pourquoi l’immense redshirt freshman QB Joey Gatewood et le true freshman 5-étoiles QB Bo Nix ont toutes les chances. Ce dernier, fils de l’ancienne star des Tigers, Patrick Nix, est probablement le plus talentueux des trois. Saura-t-il démontrer la maturité nécessaire pour s’imposer comme le QB#1 ? Réponse le 31 aout face à Oregon.

Pour la première fois de la décennie, aucun running back d’Auburn en 2018 n’a atteint le plateau des 1000 yards au sol. Une ligne offensive déficiente, des blessures et une approche du rôle de coureur par comité expliquent cette situation. Le manque de talent aussi, peut-être. Le senior QB Kam Martin (458 yards au sol, 1 TD) ne s’est pas imposé comme attendu laissant la voie au sophomore RB JaTarvious Whitlow (787 yards au sol, 6 TD). Gus Malzahn demande beaucoup à ses running backs. Le titulaire peut s’attendre à toucher 250 fois le ballon en 2019.

Embed from Getty Images

Les deux meilleurs receveurs des Tigers en 2018, Ryan Davis et Darius Slayton, ont filé vers la NFL. Toutefois, il y a des raisons de croire que le groupe de receveurs sera meilleur cette saison. Les sophomores WR Seth Williams (26 réceptions, 534 yards, 5 TD) et WR Anthony Schwartz (22 réceptions, 357 yards, 2 TD) ont progressé de manière fulgurante l’an dernier. Leur rôle devrait être plus important. Les vétérans WR Will Hastings, WR Eli Stove (3 réceptions, 17 yards) et WR Sal Cannella (12 réceptions, 111 yards, 3 TD) assurent une belle profondeur au sein d’une escouade pleine de promesses.

Finalement, les progrès de la ligne offensive seront déterminants. Inconstante, bousculée parfois même assiégée, elle a été le sujet de toutes les discussions au cours de l’intersaison. Les cinq titulaires sont de retour. LT Prince Tega Wanogho, LG Marquell Harrell, C Kaleb Kim, RG Mike Horton et RT Jack Driscoll doivent démontrer une plus grande cohésion.

Défense

On s’attend d’un programme dirigé par Gus Malzahn qu’il soit avant tout porté par son attaque… curieusement, c’est la défense qui a assuré l’essentiel depuis quelques saisons. Et cela pourrait être encore le cas en 2019.

Le front four a perdu le robuste DT Dontavius Russell mais cette ligne défensive est toujours considérée comme la meilleure du pays en raison du retour inattendu du senior DT Derrick Brown (48 plaquages, 10.5 pour perte, 4.5 sacks). Futur 1er tour de draft NFL, il va stabiliser l’intérieur sur le run stop avec le junior DT Tyrone Truesdell permettant à fantastique quatuor de pass rush de mettre énormément de pression dans le backfield adverse. Le senior DE Marlon Davidson (46 plaquages, 2.5 sacks) et le junior DE Nick Coe (26 plaquages, 13.5 pour perte, 7 sacks) sont des candidats à une sélection dans l’équipe All-SEC tandis que les juniors DE Big Kat Bryant (18 plaquages, 3.5 sacks) et DE TD Moultry seraient titulaires dans la plupart des autres programmes du pays. Dominer la ligne de scrimmage donne généralement un avantage dans la SEC c’est pourquoi Auburn a les ressources pour rester dans le coup dans tous ses matchs.

De bonnes performances sur la ligne sera d’ailleurs crucial car l’inexpérience du second rideau défensif pourrait être problématique. La succession de Deshaun Davis comme inside linebacker sera particulièrement critique.

Embed from Getty Images

Le junior ILB KJ Britt (23 plaquages) part favori mais il ne serait pas surprenant de voir rapidement le true freshman 5-étoiles LB Owen Pappoe prendre le leadership à l’intérieur, lui qui devrait débuter la saison comme strong side linebacker. Recrue #1 des Tigers en 2019, ce dernier est peut-être le joueur de le plus athlétique à être sorti des lycées américains en 2018. OLB Chandler Wooten (10 plaquages) et OLB Zakoby McClain (4 plaquages) devraient tourner au 3ème poste de linebacker tout en sachant que le coordinateur défensif Kevin Steele propose régulièrement des systèmes 4-2-5 à deux linebackers, donc.

Enfin, le backfield défensif sera l’un des plus expérimentés de la SEC à l’aube de la saison 2019. Le duo de safeties est particulièrement réputé. Joueurs instinctifs et ultra-physiques, les seniors S Jeremiah Dinson (64 plaquages, 1 sack, 2 INT et 3 passes défendues) et S Daniel Thomas (74 plaquages, 2 INT) brillent aussi bien sur le run support que sur les coverages. Le senior CB Javaris Davis (41 plaquages, 2 INT, 8 passes défendues) et le prometteur junior CB Noah Igbinoghene (50 plaquages, 1 INT, 11 passes défendues) seront titularisés et le sophomore CB Christian Tutt (25 plaquages, 1 INT) occupera le poste de nickelback si besoin.

Équipes spéciales

Le junior P Arryn Siposs a finalement donné à Auburn ce que dont les Tigers manquaient depuis des années : un punter de qualité. Avec une moyenne de 44.2 yards par punt, il a terminé parmi les meilleurs du pays l’an passé. Ce n’est pas la même situation sur le kicking game. Le sophomore K Anders Carlson a les mêmes gênes que son frère Daniel mais pas le même talent. Il a déçu en 2018 avec à peine 60% de réussite sur les FG (15/25). KR Noah Igbinoghene (1 TD en 2018) sera fidèle au poste sur les kick returns tandis que le defensive back PR Christian Tutt débutera la saison comme punt returner.

Calendrier

Jouer dans la division SEC West vous assure des samedis dantesques. Ce sera le cas pour des Tigers qui seront en déplacement à Texas A&M, LSU et Florida avant la fin du mois d’octobre. Si on y ajoute la réception de Georgia et d’Alabama en plus d’un kickoff game face aux redoutables Ducks d’Oregon, vous avez compris que le calendrier 2019 d’Auburn sera l’un des plus difficiles du pays. Accueillir Mississippi State pour conclure le mois de septembre ne sera pas non plus une partie de plaisir. Ça devrait être plus simple contre Tulane, Kent State, Samford (FCS) et Ole Miss (quoique).

Embed from Getty Images

Match clé
contre Georgia, le 16 novembre
Ce calendrier démentiel des Tigers en 2019 sera marquer par la visite des Bulldogs de Georgia au Jordan-Hare Stadium. Certes, le programme d’Athens a dominé Auburn en remportant 11 des 14 derniers affrontements (dont la finale conférence SEC 2017) mais les Tigers avaient donné une leçon 40-17 aux Dawgs en novembre 2017. Et si on allait encore assister à la seule défaite de Georgia en 2019 à l’occasion de ce Rivalry Game ?

Conclusion

Considérés comme des candidats au titre de champion de SEC en 2018, les Tigers ont été refroidis par une saison dernière décevante. Pourtant, ils possèdent toujours la meilleure ligne défensive du pays et l’un des plus redoutables backfield défensif du Sud des États-Unis. Coach Malzahn a repris les clés d’une attaque qui pourra compter sur de prometteurs playmakers au poste de running back et de receveur. Finalement, la seule chose qui pourrait séparer Auburn de l’élite nationale est la présence d’un quarterback performant. Si le prochain titulaire (Bo Nix ?) développe un certain leadership, tout est possible pour ces Tigers. Un calendrier épique ne sera toutefois pas leur allié.

  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4

Résumé

Points forts :
– Un effectif rapide et véloce.
– La meilleure ligne défensive du pays.
– Un backfield défensif dominant.

Points faibles :
– Incertitude au poste de QB.
– Une ligne offensive inconstante.
– Un second rideau défensif inexpérimenté.

Prédiction : 7-5, 3-5 SEC

Lire la suite

Preview

Preview 2019 : Florida Gators

Après avoir redressé la situation des Gators en une seule saison, Dan Mullen compte sur QB Feleipe Franks et un effectif ultra-talentueux pour faire tomber l’ogre de la SEC East, les Bulldogs de Georgia.

Publié

le

Crédit photo : Allison Curry, Florida Gators

Florida Gators

Conférence SEC

Division East

En 2018 : 10-3, 5-3 SEC. Victoire 41-15 contre Michigan au Peach Bowl.
Head Coach : Dan Mullen, 2ème année (10-3) – Résultats en carrière: 79-49.
Coordinateur offensif : Billy Gonzales et John Hevesy.
Coordinateur défensif : Todd Grantham.
Titulaires de retour : 16, 7 en attaque, 7 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : RB Jordan Scarlett, LT Martez Ivey, RT Jawaan Taylor, DE CeCe Jefferson, LB Jachai Polite, LB Vosean Joseph, FS Chauncey Gardner-Johnson.
Joueurs à suivre : QB Feleipe Franks, RB Lamical Perine, WR Van Jefferson, WR Josh Hammond, LT Stone Forsythe, DE Jabari Zuniga, DE Jonathan Greenard, LB David Reese, CB CJ Henderson, CB Marco Wilson.

Il n’y a pas grand chose à dire sur la décennie écoulée : ces Florida Gators végètent depuis le départ du phénomène Tim Tebow et du coach Urban Meyer, en 2010. Tout de même deux titres de division, en 2015 et 2016, avant de se faire piétiner à chaque fois en finale de conférence SEC contre Alabama. Will Muschamp puis Jim McElwain n’ont pas su remettre au premier plan le programme de football de Gainesville (Floride), désormais aux mains de Dan Mullen depuis l’année dernière.

Embed from Getty Images

Le second coach le plus victorieux de l’histoire de Mississippi State a déjà conduit Florida à une saison de dix victoires en l’espace d’un an, et une victoire démonstrative face à Michigan au Peach Bowl. Mullen n’est pas un inconnu à Gainesville : c’est lui qui occupait le rôle de coordinateur offensif il y a dix ans, dirigeant l’attaque durant deux finales nationales et faisant de Tebow un vainqueur du Heisman Trophy.

L’objectif de Florida en l’embauchant était clair : former un bon quarterback et remettre le programme de football sur le devant de la scène. Après seulement un an, le coach a bien avancé et semble en phase avec les ambitions. À tel point que les Gators font office de favoris avec Georgia pour le titre de division et une place en finale de SEC, potentiellement synonyme de qualification pour les playoffs.

Avec une équipe sans véritable point faible, aussi bien en attaque qu’en défense, un coaching staff expérimenté dans sa 2ème année et le momentum d’une saison 2018 miraculeuse, Florida s’affirme déjà comme un client sérieux au niveau national.

Attaque

S’il y a bien un joueur qui a profité de l’arrivée du génie offensif Dan Mullen, c’est QB Feleipe Franks (188/322, 2 457 yds, 24 TD, 6 INT), dont le développement a surpris tout le monde l’an dernier. Titulaire depuis 2017 au détriment de Malik Zaire et Luke Del Rio, il a bouclé l’exercice 2018 comme MVP du Peach Bowl. Redoutable dans le jeu court, on peut s’attendre à une progression cette année dans le jeu en profondeur, pour un joueur qui commet peu d’erreurs. Seul point d’interrogation : comment sera-t-il protégé derrière une ligne offensive presque toute neuve après le départ de quatre titulaires ?

LT Stone Forsythe sera le joueur à surveiller, alors qu’il était auparavant le remplaçant de Martez Ivey. Le départ précoce de Jawaan Taylor pour la NFL a également laissé un vide à droite, déjà comblé par le vétéran RT Sean Delance. Le seul titulaire de retour, C Nick Buchanan, permettra de solidifier l’intérieur d’une ligne aux fondations nouvelles. Cette OL devrait assurer l’essentiel, avec une bonne rotation, et sera testée dès le premier match face à la redoutable ligne défensive de Miami. Il s’agit de faire aussi bien qu’en 2018, avec le jeu offensif des Gators articulé autour de la course.

Embed from Getty Images

Le backfield est plus que solide, avec le retour de RB Lamical Perine (826 yards au sol, 7 TD), déjà titulaire au sein d’une escouade de coureurs qui a fait un gros travail l’an dernier. La perte de Jordan Scarlett devrait rapidement être compensée par RB Dameon Pierce (424 yards au sol, 2 TD), sophomore prêt à passer au stade supérieur. Avec une rotation composée de RB Iverson Clement, RB Malik Davis et de la recrue RB Nayquan Wright, les Gators devraient encore courir beaucoup. Le polyvalent WR Kadarius Toney (25 réceptions, 260 yards, 1 TD, 240 yards au sol, 1 TD sur passe) pourrait même apporter sa pierre à l’édifice avec quelques courses inattendues à l’occasion, voire même une passe après son TD réussi par les airs l’an dernier. Son rôle principal sera néanmoins celui de receveur et il pourrait vite devenir indispensable à un quarterback qui aime les tracés courts grâce à sa vitesse électrisante.

Franks pourra également s’appuyer sur les vétérans WR Van Jefferson (35 réceptions, 503 yards, 6 TD), sa cible principale en 2018, et WR Trevon Grimes (26 réceptions, 364 yards, 2 TD), les deux têtes d’affiche de l’escouade aérienne. WR Josh Hammond (28 réceptions, 369 yards, 4 TD) et WR Freddie Swain (14 réceptions, 265 yards, 5 TD) seront principalement à la réception comme slot receivers. Enfin, si les tight ends n’avaient pas beaucoup servi à la réception la saison passée, il devrait en être autrement avec le développement de TE Lucas Kroll et du jeune TE Kyle Pitts (3 réceptions, 73 yards, 1 TD). C’est un groupe sans réelle faiblesse apparente qui sera donc chargé de marquer des points, à moins que la ligne offensive ne tarde à trouver son rythme.

Défense

Florida a réussi à conserver son coordinateur défensif Todd Grantham malgré des appels insistants du côté de la NFL et des Cincinnati Bengals. Dans la même continuité tactique, les sept titulaires de retour retrouveront l’agressive défense 3-4 basée sur un front three robuste avec deux safeties en profondeur. La majorité des défenseurs de 2018 est en place, malgré quelques pertes.

La ligne défensive semble increvable, avec un tandem sur les extérieurs composé de DE Jabari Zuniga (45 plaquages, 11 pour perte, 6.5 sacks), futur joueur NFL et Preseason First-Team All-SEC, et de DE Jeremiah Moon (31 plaquages, 1.5 sack), vétéran prêt à monter en grade pour remplacer Jachai Polite. Le pass rush pourrait ainsi être redoutable, avec l’apport de LB Amari Burney (12 plaquages), reconverti après avoir évolué comme safety par le passé, et surtout de LB Jonathan Greenard (48 plaquages, 15.5 pour perte, 7 sacks en 2017), transféré de Louisville avec son talent et son expérience.

Embed from Getty Images

À l’intérieur de la ligne défensive, l’ancien transfuge de West Virginia DT Adam Shuler (39 plaquages) occupera l’espace, pour sa 2ème année dans le système de Grantham. Chez les linebackers, la perte de Vosean Joseph, meilleur plaqueur en 2018 et véritable force au milieu, sera difficile à compenser mais LB David Reese (77 plaquages) devrait reprendre le flambeau de leader alors qu’il était le dauphin de Joseph au classement des plaquages.

Le secondary n’aura pas de mal à rebondir malgré le départ de Chauncey Gardner-Johnson pour la NFL, avec les retours de six joueurs ayant été titularisés au minimum cinq fois l’an dernier. Le junior CB CJ Henderson (38 plaquages, 5 pour perte, 3 sacks, 2 fumbles forcés, 2 INT) est considéré comme l’un des meilleurs cornerbacks du pays et pourrait donc être la prochaine perle NFL d’une fac qui aime se faire appeler « DBU ». CB Marco Wilson (34 plaquages, 10 passes défendues en 2017) revient d’une blessure au genou mais occupera évidemment un rôle de titulaire. Le départ précoce de la recrue cinq étoiles Chris Steele (à USC) ne devrait pas même handicaper la rotation tant l’effectif est fourni. NB Trey Dean (26 plaquages, 6 passes défendues, 1 INT) est un joueur solide, de même que la paire FS Donovan Stiner (49 plaquages, 2 INT) et SS Jeawon Taylor (64 plaquages), avec SS Brad Stewart (41 plaquages, 2 INT, 1 TD) et FS Shawn Davis (22 plaquages) en remplaçants. Le secondary devrait s’en sortir aussi bien en 2019, associé à un pass rush cauchemardesque qui devrait faire de la défense de Florida une muraille difficile à transpercer.

Équipes spéciales

Le jeu de coup de pied sera l’une des grandes forces des Gators en 2019. K Evan McPherson a été le meilleur freshman du pays avec une moyenne de 89.5% sur FG (17/19). Le senior P Tommy Townsend a également terminé la saison passée avec une formidable ligne de stats (45.4 yards en moyenne par punt). PR Freddie Swain reprendra le rôle de punt returner après ses solides performances dans le domaine l’an dernier tandis que le receveur KR Kadarius Toney pourrait donner un coup de main pour que les Gators s’affirment plus dans les retours.

Calendrier

Comme chaque année, les calendriers au sein de la SEC sont brutaux, et Florida n’échappe pas à la règle, même en division East. Les Gators ne se simplifient pas la tâche non plus avec les rivaux floridiens de Miami au programme en ouverture de la saison. La féroce DL des Canes pourrait bien poser problème à la nouvelle OL de Dan Mullen. Florida a prévu deux cupcakes pour souffler, UT Martin et Towson (FCS), et recevra tout de même Tennessee, Auburn, Vanderbilt et Florida State, même si les Gators ont largement les ressources pour gagner chacune de ces rencontres. Ce qui sera déjà plus compliqué sur la route avec Kentucky, LSU, South Carolina et Missouri, et à Jacksonville en terrain neutre contre Georgia.

Embed from Getty Images

Match-clé
contre Georgia (à Jacksonville, Floride), le 2 novembre
Ce n’est pas pour rien que les Bulldogs ont été désignés favoris pour la première place de la division East d’après les votes des médias. Le champion régnant reste pourtant sur deux revers bouleversants, en finale de conférence SEC contre Alabama et au Sugar Bowl contre Texas. Florida devra néanmoins se méfier d’une équipe efficace, dans ce qui ressemble à une petite finale de division entre les deux favoris. Les Gators restent sur deux revers face à Georgia et auront probablement à cœur de prendre une revanche alors que la défaite contre les Bulldogs en 2018 avait mis fin à leurs espoirs pour la SEC East.

Conclusion

En l’espace d’une saison, Dan Mullen a rappelé à tout Gainesville qu’il était l’un des grands artisans de la période dorée des Gators entre 2008 et 2010. En l’espace d’une saison, le coach a imposé son style, changé la culture d’une équipe qui piétinait, transformé un quarterback et atteint le plateau des dix victoires. Avec la plupart des titulaires de retour et une défense aux allures de forteresse, avec son pass rush de haut niveau et un secondary parmi les meilleurs du pays, Florida devrait continuer sur sa lancée de 2018, et probablement représenter un opposant farouche à Georgia dans la course au titre de division SEC East.

Évidemment, le calendrier sera à la hauteur des ambitions des Gators, qui veulent redevenir un poids lourd de la conférence SEC et qui sont bien partis pour y arriver. LSU ou Missouri sur la route et Georgia sur terrain neutre seront des adversaires coriaces, avec les deux derniers en quête d’un titre de division.

En 2018, Dan Mullen est devenu le troisième coach seulement, avec Clark Shaughnessy à Stanford en 1940 et Gus Malzahn à Auburn en 2013, à conduire pour sa première année une équipe de Power 5 à dix victoires après une saison où elle en avait gagné moins de cinq. Même s’il n’a pas Tim Tebow avec lui, le coach pourra compter sur un groupe complet, avec plusieurs stars prêtes à émerger, fourni et talentueux, capable de faire du bruit en Floride et dans le reste du pays.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4.3

Résumé

Points forts :
– Profondeur en attaque.
– Deux premiers rideaux défensifs intimidant.
– Un duo de cornerbacks explosifs.

Points faibles :
– 4 nouveaux titulaires sur la ligne offensive
– Des running backs fragiles.

Prédiction : 10-2, 6-2 SEC

Lire la suite

Preview

Preview 2019 : Arkansas Razorbacks

An II de l’ère Chad Morris. Les années Bret Bielema ont laissé des traces à Arkansas qui tentera de retrouver sa dignité en 2019 avec l’arrivée de QB Ben Hicks.

Publié

le

Crédit photo : Twitter/@RazorbackFB

Arkansas Razorbacks

Conférence SEC

Division West

En 2018 : 2-10, 0-8 SEC.
Head Coach : Chad Morris, 2ème année (2-10). En carrière : 16-32.
Coordinateur offensif : Joe Craddock.
Coordinateurs défensifs : John Chavis.
Titulaires de retour : 6 en attaque, 5 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB Ty Storey, WR La’Michael Pettway, LG Hjalte Froholdt, DL Armon Watts, LB Dre Greenlaw.
Joueurs à suivre : QB Ben Hicks, RB Rakeem Boyd, WR Trey Knox, TE Cheyenne O’Grady, DT McTelvin Agim, LB De’Jon Harris.

Les Razorbacks retrouvent le chemin des terrains après une saison 2018 catastrophique. Un bilan de 10 défaites, une première dans l’histoire du programme d’Arkansas.

Embed from Getty Images

Chad Morris voulait faire de ces Hogs une équipe véloce capable de renverser n’importe quelle défense par sa vitesse… il a rapidement déchanté prenant conscience qu’il héritait de Bret Bielema d’un groupe de joueurs inadaptés à ces principes up tempo. Du coup, tout est à reconstruire à Fayetteville. L’attaque anémique a été pointée du doigt l’an dernier (21.7 points par match, #114 du pays) mais le problème est plus profond.

Arkansas doit reprendre le contrôle de la bataille des turnovers, être plus robuste et agressif dans les tranchées et ajouter de la vitesse et de l’explosivité en attaque tout en trouvant une certaine stabilité au poste de quarterback. C’est le chemin critique pour retrouver une certaine crédibilité dans une division SEC West impitoyable. #GoodLuck

Attaque

Arrivé de SMU en décembre 2017, coach Chad Morris voulait transformer les Razorbacks en une attaque « marteau-pilon » accélérée, capable de tout renverser par sa force physique et sa vitesse folle. Rien de cela est arrivé l’an dernier. Pire, l’attaque des Hogs a été la risée de la SEC en 2018 (335.7 yards par match, #13 de la SEC). Ainsi, l’ancien coordinateur offensif de Dabo Swinney à Clemson a repris les fondamentaux durant l’intersaison en ajoutant du sang neuf au poste de quarterback.

Ty Storey et Cole Kelley étant partis, deux joueurs transférés ont fait leur arrivée à Arkansas durant l’intersaison. Chad Morris est d’abord allé chercher une vieille connaissance à SMU en recrutant le senior QB Ben Hicks (9081 yards, 71 TD, 34 INT en 3 saisons à Dallas) via un grad transfer. Ce dernier a été titulaire pendant 3 ans chez les Mustangs et a joué pour l’actuel coach des Razorbacks en 2016-17. Autre arrivée : l’ancien backup de QB Kellen Mond à Texas A&M, le redshirt junior QB Nick Starkel (1793 yards, 14 TD, 6 INT en 2017), qui a lui encore deux années d’éligibilité NCAA. Le redshirt freshman QB Connor Noland apporte un peu de profondeur, lui qui s’est consacré au baseball au cours de l’intersaison.

Sa connaissance du système de jeu préconisé par Chad Morris devrait assurer le poste de titulaire à QB Ben Hicks. Ce dernier peut apporter un peu de sérénité à une attaque horrible l’an dernier.

Embed from Getty Images

La ligne offensive était clairement le point faible en 2018; les blessures n’ont pas aidé. Trois titulaires sont partis, ce n’est peut-être pas une mauvaise nouvelle. Le senior LT Colton Jackson a montré une nette progression durant le printemps avant qu’une blessure ne l’écarte des terrains. Il aura un rôle crucial dans le jeu aérien. Il devra aussi être le leader inspirant d’un groupe qui doit trouver sa cohésion. Le junior C Ty Clary est de retour tandis que LG Austin Capps, RG Shane Clenin et RT Noah Gatlin feront leurs débuts comme titulaire. Une nette amélioration de cette ligne est essentielle au succès des Razorbacks cette saison.

Car le reste de l’attaque est pleine de promesses. Le groupe de receveurs a le potentiel d’être explosif avec le retour du senior WR Deon Stewart (22 réceptions, 178 yards), du senior TE Cheyenne O’Grady (30 réceptions, 400 yards, 6 TD) et du sophomore WR Mike Woods (18 réceptions, 206 yards, 1 TD). Le true freshman WR Trey Knox a fait tourner les têtes depuis son arrivée dans l’Arkansas. Ce groupe a également beaucoup de vitesse avec WR Jordan Jones (17 réceptions, 191 yards, 1 TD) et WR Koilan Jackson. Seul problème : le manque d’efficacité sur les blocs.

Du coup, le jeu au sol est parfois laissé à lui-même. Par chance, les Razorbacks peuvent compter sur l’une des bonnes surprises de la saison passée, l’ex-vedette de « Last Chance U », RB Rakeem Boyd (734 yards au sol, 2 TD), et sur un duo de potentiels starters : le senior RB Devwah Whaley (368 yards au sol, 2 TD) et le junior RB Chase Hayden (251 yards, 1 TD), qui avait réussi une saison freshman étincelante en 2017.

Défense

Comme l’attaque, le secteur défensif devra faire d’immenses progrès en 2019. Les Razorbacks ont laissé des boulevards sur le jeu au sol (167.8 yards en moyenne, #70 du pays) et n’ont guère fait mieux contre la passe l’an dernier (245.3 yards en moyenne, #87 du pays). Ce qui n’a pas empêché Arkansas de compter sur le meilleur plaqueur de la SEC en 2018, le senior MLB De’Jon Harris (118 plaquages, 2 sacks, 5 passes défendues) qui sera encore le leader vocal au milieu de la défense.

Le coordinateur défensif John Chavis a beaucoup insisté au cours du printemps sur un niveau d’agressivité qui doit être supérieur pour réussir dans la SEC. Ainsi, les deux seniors DT McTelvin Agim (45 plaquages, 10 pour perte, 4.5 sacks) et DT TJ Smith (26 plaquages) ont pris de la masse musculaire depuis l’an passé. Ils ont auront un rôle essentiel sur un run stop inexistant la saison dernière. Sur les extérieurs, cette défense 4-3 ne manque pas d’expérience à défaut de vitesse. Les seniors DE Dorian Gerald (21 plaquages), DE Gabe Richardson (16 plaquages) et DE Damario Bell devront passer un cap et montrer la voie au prometteur true freshman DE Mataio Soli.

Embed from Getty Images

Le second rideau défensif des Hogs a manqué de robustesse et de profondeur depuis quelques années. Derrière le tackle machine MLB De’Jon Harris, tout est ouvert pour les places de titulaire. Le sophomore OLB Bumper Pool (29 plaquages, 4 passes défendues) et le junior OLB Hayden Henry (24 plaquages) ont une légère avance mais le junior OLB Grant Morgan (24 plaquages) a aussi montré du caractère depuis la fin de saison passée.

Le manque de profondeur sur le secondary a également été une plaie ouverte en 2018. La technique de plaquage était déficiente et la lecture de jeu sur les coverages était souvent approximative. Cette escouade sera encore jeune avec le retour des sophomores CB Jacques McClellion (25 plaquages, 7 passes défendues), CB Montaric Brown et FS Joe Foucha et du junior SS Kamren Curl (53 plaquages, 5 passes défendues)…

Équipes spéciales

Le retour du senior K Connor Limpert (19/24 FG) est une excellente nouvelle des équipes spéciales encore traumatisées par le retour de punt pour un TD de 90 yards réussi par North Texas. Le sophomore P Reid Bauer (38.9 yards en moyenne) a joué régulièrement l’an dernier. Il sera sur le spot en 2019. Sur les retours de coup de pied, PR Deon Stewart a connu quelques coups d’éclat l’an dernier tout comme KR De’Vion Warren.

Calendrier

Entamer une reconstruction générale dans la SEC West est un défi immense tant les adversaires sont sans pitié. Ainsi, c’est encore face à un calendrier démentiel que les Razorbacks vont tenter de rebondir en 2019 après une saison passée épouvantable (2-10, 0-8 SEC). Arkansas devra faire le plein au mois de septembre lors de ses matchs inter-conférence. Portland State (FCS), Colorado State et San Jose State sont des équipes à la portée des Hogs. Le déplacement à Ole Miss et la visite de Texas A&M au Razorback Stadium seront plus compliqués. La suite du programme laisse peu d’espaces à l’espoir : Kentucky, Auburn, Alabama, Mississippi State, LSU et Missouri. Seul la réception de Western Kentucky au mois de novembre pourrait panser les plaies d’une équipe qui peut difficilement viser plus de 4 victoires cette année.

Embed from Getty Images

Match clé
contre Texas A&M, le 28 septembre
Et si le Southwest Classic donnait l’occasion aux Razorbacks de sortir de leur torpeur ? Ils ne seront pas favoris face à des Aggies ambitieux, loin de là, d’autant que le match se jouera sur terrain neutre… à Arlington (Texas). Mais s’il y a bien une occasion de bousculer la hierarchie, c’est bien à l’occasion de ce match. Texas A&M aura l’avantage dans tous les secteurs de jeu… mais tout est possible dans un Rivalry Game !

Conclusion

La première promotion de recrues de Chad Morris est pleine de promesses mais il en faudra davantage pour redresser un programme qui a touché le fond l’an dernier. Remonter la pente dans la division SEC West est un défi titanesque. Il faudra de la patience aux fans des Razorbacks car deux victoires contre des équipes de la SEC seront nécessaires à Arkansas pour espérer participer à un improbable bowl. Seule lueur d’espoir, le jeu offensif devrait tourner un peu plus que l’an passé avec l’arrivée du senior QB Ben Hicks. Et c’est déjà ça.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
2.7

Résumé

Points forts :
– Un QB qui connait le système offensif.
– Un tackle machine au milieu de la défense.
– Esprit de revanche.

Points faibles :
– Une ligne offensive sans cohésion.
– Incertitude sur le pass rush.
– Manque de robustesse générale.

Prédiction : 4-8, 1-7 SEC.

Lire la suite

Preview

Preview 2019 : Missouri Tigers

Suspendus de bowl en 2019 et orphelins de QB Drew Lock, les Tigers de Missouri poursuivront-ils leur redressement initié par le brillant coach Barry Odom ?

Publié

le

Crédit photo : Ed Zurga, Getty Images

Missouri Tigers

Conférence SEC

Division East

En 2018 : 8-5, 4-4 SEC. Liberty Bowl : défaite 38-33 contre Oklahoma State.
Head Coach : Barry Odom, 4ème année (19-19).
Coordinateur offensif : Derek Dooley.
Coordinateurs défensifs : Ryan Walters.
Titulaires de retour : 7 en attaque, 6 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : QB Drew Lock, WR Emmanuel Hall, TE Kendall Blanton, DL Terry Beckner, LB Terez Hall.
Joueurs à suivre : QB Kelly Bryant, RB Larry Rountree, WR Jalen Knox, WR Johnathon Johnson, TE Albert Okwuegbunam, OT Yasir Durant, G Tre’Vour Wallace-Simms, C Trystan Colon-Castillo, DT Jordan Elliott, DL Akial Byers, LB Cale Garrett, CB DeMarkus Acy, CB Christian Holmes, S Tyree Gillespie.

Pas facile d’être fan de Missouri ces dernières années…

Vainqueur de la division SEC Est en 2013 et 2014, le programme de Columbia (Missouri) avait vu Gary Pinkel, head coach de l’équipe, démissionner un an plus tard, pour des soucis de santé. S’en est suivi une série de 13 défaites en 19 rencontres sous la coupe de son successeur, Barry Odom. Mais depuis octobre 2017, et l’émergence de Drew Lock, les Tigers marchent sur l’eau. Une fiche de 14-6 qui a relancé Mizzou au point de les qualifier pour des bowls et d’en refaire un candidat dangereux dans la conférence (victoire à Florida, par exemple, en 2018).

Embed from Getty Images

Problème : au-delà de la fin d’éligibilité de Lock, parti rejoindre les Broncos, en NFL, le programme a connu des heures sombres. La faute à un scandale académique, organisé pour permettre aux joueurs les moins studieux d’être bien notés. En conséquence, malgré des ambitions affichées et des transferts d’envergure arrivés au printemps, les Tigers seront tout bonnement privés de bowl en fin d’année.

Ont-ils les moyens de s’en relever, à l’image d’Ole Miss, en 2017 ? Rien n’est moins sûr…

Attaque

36,6. C’est la moyenne de points inscrite par Missouri en 2018. Un chiffre étourdissant, quand on sait que 8 de leurs 12 rencontres annuelles se jouent dans la SEC. Encore une fois, l’apport de Drew Lock (3 498 yards, 38 touchdowns, 8 interceptions) est tout sauf négligeable. Mais réduire le niveau offensif de l’équipe à son quarterback serait insultant pour le coordinateur Derek Dooley.

Comme souvent ces dernières saisons, Missouri a bluffé par la qualité de son jeu au sol. Après Henry Josey, Russell Hansbrough, Ish Witter ou encore Damarea Crockett, c’est un autre joueur prometteur qui a explosé au sein du backfield local en atteignant la barre des 1 000 yards. Sans être le titulaire indiscutable, le junior RB Larry Rountree (1 216 yards au sol, 11 TD) a usé de son accélération pour sévir et récupérer un max de portés. Son impact a été tel que Crockett, encore éligible, a préféré s’inscrire en NFL. Son nouveau backup s’appelle RB Tyler Badie (437 yards au sol, 2 TD), petit gabarit sophomore, qui peut s’avérer intéressant en sortie de backfield.

Mais revenons-en au jeu aérien … Car le départ de Drew Lock a été anticipé par coach Barry Odom. En octobre 2018, il avait ainsi mis la main sur QB Kelly Bryant, quarterback de Clemson, inexorablement barré par la nouvelle vedette Trevor Lawrence. En Caroline du Nord, Bryant n’avait pas démérité, assurant la transition post-Deshaun Watson en décrochant 3 467 yards cumulés et 24 touchdowns. L’intéressé n’a d’ailleurs pas mis longtemps à recevoir le statut de titulaire à Mizzou. N’en déplaise au sophomore QB Taylor Powell. QB Shawn Robinson, autre transfert venu de TCU et inéligible cette saison, devra lui attendre 2020 pour porter le maillot des Tigers. Principalement considéré comme un quarterback double-menace, Bryant a démontré un sens de la lecture à Clemson, et il devrait avoir, comme à Death Valley, un casting de choix pour le mettre en application.

Embed from Getty Images

Révélation de la saison passée, le sophomore WR Jalen Knox (419 yards, 3 TD) est déjà prêt à prendre plus de responsabilités sur le jeu profond, avec le départ du vétéran Emmanuel Hall. Il libérera également des brèches pour le senior WR Johnathon Johnson (737 yards, 7 TD), plus adepte du slot, et pour d’autres recrues : celle d’Arkansas, WR Jonathan Nance, ou celle d’Oregon, WR Alex Ofodile. Ce groupe est très jeune et plein de ressources, à, l’image des sophomores WR Kam ScottWR Dominic Gicinto ou WR Barrett Bannister. Pourtant, la cible prioritaire de Bryant ne devrait pas être un receveur. Appelé à devenir le meilleur tight end de la prochaine draft NFL, le junior TE Albert Okuwegbunam (466 yards, 6 TD) a été couvé derrière Kendall Blanton, mais sera l’une des deux soupapes de sécurité plein centre chez les Tigers, devant le prometteur sophomore TE Daniel Parker.

Côté ligne offensive, le groupe est de qualité, mais manque encore de caractère. Cela a pu se ressentir en 2018, avec du déchet en goal line et des protections bâclées sur troisièmes tentatives. Pour la deuxième année du coach de position, Brian Davis, l’escouade semble tout de même avoir gagné en expérience et possède, en son sein, des prospects hyper intrigants. C’est le cas des seniors LT Yasir Durant et RG Tre’Vour Wallace-Simms ainsi que du junior C Tryston Colon-Castillo, le trio de revenants cette année. Les autres spots s’annoncent plus disputés, avec les sophomores LG Larry Borom et LG Case Cook en prétendants comme guard gauche. RT Hyrin White doit, lui, surveiller, le redshirt freshman RT Bobby Lawrence, lequel s’est bien développé pendant l’intersaison.

Défense

Si Missouri a pris de bonnes habitudes offensives, avec Barry Odom, elle en a perdu certaines en défense. Car le pass rush a été une petite tradition locale au cours des années 2010, avec l’éclosion de talents comme Michael Sam, Markus Golden, Shane Ray ou Charles Harris. L’an passé, les Tigers ont cumulé 27 sacks au total, soit la 108e (!) marque nationale. Fort heureusement pour Mizzou, la ligne défensive est tout de même dominante dans les tranchées et sur le run stop avec le 22e meilleur ratio du pays en 2018 en termes de yards concédés au sol.

Embed from Getty Images

Cette force contre la course, DT Jordan Elliott (24 plaquages, 8 pour perte, 3 sacks) n’y est pas étranger. Transféré de Texas, le junior est un atout majeur sur la pénétration et a collecté 8 plaquages pour perte en 2018. Avec les juniors DT Akial Byers (20 plaquages), excellent edge-setter recentré cette saison, et DT Kobie Whiteside, phénomène physique de retour de blessure, il devrait de nouveau permettre aux Tigres de briller et de maîtriser les coureurs adverses.

Sur les extérieurs, l’équation est donc plus compliquée, au vu des performances de la saison dernière. Pour ne rien arranger, le défensive end le plus prolifique en 2018, DE Tre’ Williams, a un temps été suspendu par son programme pour des raisons extra-sportives. Réintégré sur le fil, il devra s’employer pour reprendre sa place de titulaire, promise au junior DE Chris Turner (24 plaquages, 2 sacks) et au sophomore DE Trajan Jeffcoat. On gardera également un oeil sur DE Sci Martin Jr., arrivé tout droit d’LSU.

Barry Odom vit avec son époque et privilégie les backfields défensifs renforcés. C’est donc vers un système 4-2 que devraient s’orienter les Tigers. Pourtant, ne vous y trompez pas : le poste de linebacker devrait être la principale force de Columbia. Meilleur plaqueur des siens l’an passé (106), le senior MLB Cale Garrett est un leader dans l’âme, avec un volume de jeu impressionnant, n’hésitant pas à apporter le surnombre dans la poche. Et si son binôme avec Terez Hall est révolu, suite à la fin d’éligibilité de ce dernier, tout le monde attend avec impatience sa collaboration avec le sophomore WLB Nick Bolton (22 plaquages), considéré comme le futur gros prospect sorti de Mizzou. L’an passé, malgré un deuxième rideau fourni en talent, il avait fait valoir un vrai sens de la poursuite avec 22 plaquages.

Un tel duo de linebackers, une grosse rotation sur le poste de defensive tackles … Voilà qui est déjà bien suffisant pour contrarier le jeu au sol opposé. Mais à Missouri, on met toutes les chances de son côté dans ce domaine. Ainsi, à l’instar d’autres programmes, c’est un groupe de 5 DB, dont 3 safeties à plein temps, qu’emploie le coordinateur défensif Ryan Walters. Là encore, la rotation est salvatrice, même si les juniors SS Tyree Gillespie (48 plaquages) et FS Joshuah Bledsoe (27 plaquages) ont glané leur place en fin de saison passée. Le dernier spot de safeties hybrides se jouera a priori entre les seniors LB/S Ronnell Perkins et LB/S Khalil Oliver.

Embed from Getty Images

Côté cornerbacks, difficile de juger de leur vrai niveau, en raison des largesses du pass rush l’année dernière. Toujours est-il qu’avec 22 passes défendues et 5 interceptions à eux deux, le senior CB DeMarkus Acy et le junior CB Christian Holmes n’ont pas chômé. Leur expérience ne sera pas de trop, aux côtés du longiligne plaqueur CB Adam Sparks (38 plaquages, 2 passes défendues).

Équipes spéciales

Un seul départ au niveau des « Spécial Teams », mais quel départ … Avec une moyenne de 44 yards et demi par coup de pied, Corey Fatony était l’un des punters les plus respectés de première division. Le senior K/P Tucker McCann n’a pas hésité à le suppléer, malgré un rôle de kicker attitré. Pas toujours très rassurant sur field goal (24/33 en 2018), l’intéressé n’a jamais punté en carrière universitaire. Missouri s’avance donc quelque peu dans l’inconnu. Sur retour de coup de pied, KR Tyler Badie et PR Johnathon Johnson devraient, comme la saison dernière, se partager les tâches. Badie a notamment cumulé 22 yards par ballon catché, mais aucun touchdown n’a été inscrit sur équipes spéciales.

Calendrier

Pour une équipe évoluant dans la SEC, Missouri aurait pu tomber sur bien pire, d’un point de vue calendrier. Bien sûr, en tant que pensionnaire de la division Est, le programme croisera Florida et Georgia (en déplacement), en plein mois de novembre. Un mois qui sourit habituellement à Barry Odom depuis son arrivée à Columbia. Le fait de se rendre à Vanderbilt, Kentucky et Arkansas, trois programmes en transition, tout en recevant South Carolina et Tennessee, armés pour leur disputer le podium de la division, est en soi un avantage non négligeable.

Match clé
contre South Carolina, le 21 septembre
Quelle direction peut prendre la saison de Missouri ? Tout devrait être dicté par ce « Columbia Bowl » au vu du début de saison régulière relativement favorable pour les Tigers. Avec beaucoup de matchups équivalents entre les deux programmes, il sera intéressant de voir ce que propose Mizzou, notamment dans les tranchées. Bryan Edwards contre DeMarkus Acy, Albert Okwuegbunam contre R.J. Roderick, la bataille du run stop entre deux places fortes dans ce domaine … Difficile d’imaginer une déculottée dans ce match, au vu des forces en présence.

Conclusion

Fort d’une dynamique positive, avec 14 succès sur ses 20 derniers matches, Missouri entend bien capitaliser sur une défense de fer au sol et l’arrivée médiatisée de Kelly Bryant pour poursuivre sa progression. Mais le scandale académique qui a touché le programme, et les sanctions qui vont avec, ont douché l’enthousiasme ambiant. D’ici le verdict de l’appel interjeté par le programme, dur de connaître sa vraie motivation cette saison. Mais comme Ole Miss, en 2017, il ne serait pas étonnant de voir les Tigers jouer un rôle de poil-à-gratter dans la principale conférence de I-A. Compte tenu du calendrier, le plateau des sept victoires est largement atteignable, de même que la troisième place de la SEC Est, dans une division hyper homogène, derrière Georgia et Florida.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3.8

Résumé

Points forts :
– Jeu au sol établi.
– Run stop performant.
– Dynamique positive sous Barry Odom.

Points faibles :
– Pass rush inconstant.
– Incertitude sur équipes spéciales.
– Moral après les sanctions NCAA.

Pronostic : 8-4, 4-4 SEC.

Lire la suite
Publicité

Preview 2019

Previewil y a 16 heures

Preview 2019 : Auburn Tigers

En reprenant la direction de l'attaque des Tigers, Gus Malzahn veut sauver sa place à la tête d'un programme d'Auburn...

Previewil y a 3 jours

Preview 2019 : Florida Gators

Après avoir redressé la situation des Gators en une seule saison, Dan Mullen compte sur QB Feleipe Franks et un...

Previewil y a 4 jours

Preview 2019 : Arkansas Razorbacks

An II de l'ère Chad Morris. Les années Bret Bielema ont laissé des traces à Arkansas qui tentera de retrouver...

Previewil y a 4 jours

Preview 2019 : Missouri Tigers

Suspendus de bowl en 2019 et orphelins de QB Drew Lock, les Tigers de Missouri poursuivront-ils leur redressement initié par...

Previewil y a 5 jours

Preview 2019 : Tennessee Volunteers

Après une saison 2017 désastreuse, coach Jeremy Pruitt a redressé la barre d'un programme de Tennessee qui va dans la...

Previewil y a 6 jours

Preview 2019 : Alabama Crimson Tide

Humiliés par Clemson lors de la dernière finale nationale, Nick Saban et le Crimson Tide n'ont qu'une ambition : faire...

Previewil y a 7 jours

Preview 2019 : Georgia Bulldogs

Depuis l'arrivée de coach Kirby Smart, les Bulldogs se sont établis comme l'un des trois meilleurs programmes du pays. Ne...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2019 : conférence Pac-12

Après deux ans sans playoffs, la Pac-12 relèvera-t-elle la tête en 2019 dans le sillage de Huskies de Washington encore...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2019 : Washington Huskies

Malgré la perte de 8 joueurs sélectionnés lors de la draft NFL 2019, Washington reste la référence sur la West...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2019 : Stanford Cardinal

Malgré un calendrier dantesque, le Cardinal de coach David Shaw sera encore dans la course au titre de division Pac-12...

Articles les plus lus