Suivez-nous

Playoffs

[Preview] Orange Bowl 2018 : #1 Alabama vs #4 Oklahoma

Présentation de la 2ème demi-finale du College Football Playoff.

Publié

le

#1 Alabama (13-0) vs #4 Oklahoma (13-1)

ORANGE BOWL
Miami Gardens, Floride
Hard Rock Stadium
Samedi 29 décembre 2018
20h00 (heure Est, 02h00 en France)

La seconde demi-finale du College Football Playoff voit s’affronter le Crimson Tide de #1 Alabama, champion national en titre, et les Sooners de #4 Oklahoma dans ce qui est indiscutablement le match le plus attendu de cette saison de bowls.

La troupe de coach Nick Saban participe aux playoffs pour la 5ème fois en 5 ans d’existence du tournoi final. C’est la 3ème participation pour les Sooners dans cet Orange Bowl qui sera surtout marqué par le duel à distance des deux meilleurs joueurs de la saison : QB Tua Tagovailoa (Alabama) vs QB Kyler Murray (Oklahoma).

Comment sont-ils arrivés là ?

#1 Alabama (13-0, 8-0 SEC)

Le Crimson Tide continue d’imposer sa domination sur le College Football. La troupe de Nick Saban a terminé la saison invaincue derrière un QB Tua Tagovailoa explosif. L’émergence du quarterback sophomore a permis à Alabama de transformer complètement son attaque qui est devenue l’une des plus spectaculaire et efficace du pays (527.6 yards, #6 au niveau national). En plus de cette escouade offensive tonitruante, le Crimson Tide reste une valeur sûre en défense (14.8 points en moyenne par match). En saison régulière, #1 Alabama a remporté tous ses matchs… avec un minimum de 22 points d’écart. Une boucherie. Toutefois, il aura fallu une scénario hollywoodien avec l’entrée en jeu de QB Jalen Hurts pour que le Crimson Tide remporte le titre de conférence SEC face à #5 Georgia.

#4 Oklahoma (13-1, 8-1 Big 12)

Malgré les départs de QB Baker Mayfield et de LT Orlando Brown, les Sooners de coach Lincoln Riley n’ont pas perdu le rythme de la saison passée. Bien au contraire. L’éclosion accélérée de QB Kyler Murray a permis à #4 Oklahoma de tourner à une moyenne impressionnante de 49.5 points par match (#1 du pays) et 8.8 yards par jeu. Hallucinant. Toutefois, la défense s’est encore avérée le maillon faible de l’équipe. Le coordinateur défensif Mike Stoops n’a pas survécu après les 48 points accordés à Texas lors de la seule défense des Sooners en 2018. Son successeur, Ruffin McNeill, n’a pas amélioré la situation même si certaines individualités ont réussi plusieurs big plays lors des matchs décisifs de fin de saison contre West Virginia et Texas en finale d’une conférence Big 12 que les Sooners ont finalement remporté pour la 4ème année d’affilée.

Embed from Getty Images

Les entraineurs

A peine besoin de présenter Nick Saban qui terminera probablement sa carrière en étant considéré comme le plus grand entraineur de l’histoire du College Football. Coach Saban, c’est évidemment le « Process » mais aussi un record de 231-62-1 (dont 13-9 en post-saison incluant 5-2 en playoff), 6 titres nationaux (2003 à LSU, 2009, 2011, 2012, 2015 et 2017 à Alabama), 8 titres de la SEC, 1 titre de la MAC (avec Toledo), 2 titres de coach de l’année (décerné par l’Associated Press en 2003 et 2008) et une pléthore d’autres récompenses individuelles dont l’intéressé n’a que faire (dixit Nick Saban en conférence de presse, ce qui compte avant tout c’est le prochain match et la prochaine saison et d’armer ses joueurs pour affronter leur vie d’adulte, il n’a pas le temps de regarder dans le miroir). La dynastie Bama de l’empereur Saban est une anomalie statistique qui prendra bien fin un jour mais que probablement aucun d’entre nous vivant aujourd’hui ne reverra avant la tombe.

De l’autre coté du ring, Lincoln Riley et ses 35 ans (soit près de la moitié des 67 ans de Nick Saban) qui, en deux saisons, a remporté deux titres de conférence Big 12 et participé à deux playoffs, rendant une carte de 24-3.

Analyse

Malgré une attaque plus explosive et plus performante, Oklahoma se repose sur moins de joueurs que son adversaire. En cas de coup dur au poste de quarterback (la cheville de Tua tiendra-t-elle ?), le Tide peut compter sur Jalen Hurts, qui l’a déjà sorti du pétrin contre Georgia en finale de conférence SEC. Pour OU, Austin Kendall est largement sous-testé. Mais bon, on disait de Kyler Murray qu’il aurait du mal à remplir les crampons laissés vides par Baker Mayfield et l’Heisman 2018 n’a rien eu à envier à l’Heisman 2017, bien au contraire…

Les Harris, Damien et Najee, porteront l’essentiel du fardeau contre les Sooners mais Joshua Jacobs devrait aussi voir son nom souvent appelé dans la rotation. De toute façon, à Alabama, on peut toujours compter sur le coureur remplaçant. OU possède aussi deux coureurs solides qui ont pris l’attaque au sol en main (et en hand-off) après la blessure de Rodney Anderson en début de saison.

La différence en attaque pourrait se faire au niveau des receveurs. Alabama possède un corps de receveurs qui n’a rien à envier à aucun autre dans le pays. Son quintette tourne à plus de trente réceptions par tête de pipe cette saison et pourra donc s’autoriser un coup de moins bien de l’un ou l’autre. Coté Oklahoma, le tableau est moins rose. Il y a essentiellement deux superstars et l’une d’entre elles, Marquise « Hollywood » Brown, est en délicatesse avec une jambe depuis la finale de conférence Big 12 et est incertaine pour le match. Ayant joué la majorité de la saison avec des bobos par-ci par-là, il serait bien étonnant que le staff d’Oklahoma n’envoie pas Marquise Brown au charbon contre Alabama tant il est décisif dans cette attaque des Sooners.

Embed from Getty Images

Comparaisons statistiques

#1 Alabama #4 Oklahoma
Points marqués par match 47.9 49.5
Points encaissés par match 14.8 32.4
Yards gagnés par match (passe / course) 527.6 (325.5 / 202.2) 577.9 (324.0 / 253.9)
Yards concédés par match (passe / course) 295.4 (178.4 / 117.0) 448.1 (291.4 / 156.7)
First down gagnés par match (passe / course / pénalité) 24.6 (12.9 / 10.1 / 1.6) 26.4 (13.3 / 11.6 / 1.5)
First down concédés par match (passe / course / pénalité) 15.8 (8.0 / 5.9 / 1.9) 24.2 (12.7 / 9.4 / 2.1)
Pénalités pour nombre / yards 6.5 / 54.5 6.1 / 56.1
Pénalités contre nombre / yards 5.5 / 50.0 6.1 / 61.5
Ballons perdus (fumble / interception) 1.0 (0.5 / 0.5) 1.0 (0.5 / 0.5)
Ballons gagnés (fumble / interception) 1.6 (0.5 / 1.1) 0.8 (0.4 / 0.5)
Conversion 3ème down (%) pour / contre 52.8 / 30.9 51.2 / 45.2
Conversion 4ème down (%) pour / contre 44.4 / 40.0 69.2 / 66.7
Sacks pour / contre 42 / 13 28 / 16
Yards sur punt 35.4 41.1
Field goal (%) 72.2 88.2

Bon, on pourrait mettre des rouleaux de PQ de statistiques et passer des heures à les analyser mais ce qui saute aux yeux c’est que les attaques des deux protagonistes sont assez proches (avec un net avantage au taux de conversion sur 4ème down pour les Sooners) mais que la défense d’Alabama est largement supérieure à celle d’Oklahoma. D’où la question que tous les analystes d’ESPN, Fox, CBS, j’en passe et des meilleurs (et aussi des moins bons) se posent : OU arrivera-t-elle à stopper Bama ou le Tide marquera-t-il sur chacune de ses possessions de balles ?

Selon Lincoln Riley, toujours en conférence de presse la veille du match, les deux équipes ont une identité qui les a amenées à ce stade de la compétition et elles ne devraient pas trop bouleverser ce qui a fonctionné pour elles jusque-là. Donc, si on lit entre les lignes, comprenez qu’Oklahoma va tout miser sur son attaque avec défense en option. Cela sera-t-il suffisant pour inquiéter Alabama si Tua Tagovailoa ne se déglingue pas une cheville ou un genou ? (le marc du café du Starbucks de Fort Lauderdale aurait tendance à dire non).

Leaders statistiques

Quarterbacks

Tua Tagovailoa (Alabama)
Passe : 199/294 (67.7%), 3353 yards (11.4 yards par passe), 37 TD, 4 INT
Course : 48 courses, 190 yards, 5 TD

Jalen Hurts (Alabama)
Passe : 50/67 (74.6%), 755 yards, 8 TD, 2 INT
Course : 34 courses, 167 yards, 2 TD

Kyler Murray (Oklahoma)
Passe : 241/340 (70.9%), 4053 yards, 40 TD, 7 INT
Course : 123 courses, 892 yards, 11 TD

Austin Kendall (Oklahoma)
Passe : 12/17 (70.6%), 122 yards, 1 TD
Course : 7 courses, 21 yards

Running backs

Damien Harris (Alabama)
Course : 126 courses, 771 yards, 7 TD
Réception : 18 réceptions, 176 yards

Najee Harris (Alabama)
Course : 102 courses, 679 yards, 4 TD

Joshua Jacobs (Alabama)
Course : 94 courses, 495 yards, 11 TD
Réception : 15 réceptions, 171 yards, 2 TD

Trey Sermon (Oklahoma)
Course : 155 courses, 928 yards, 12 TD
Réception : 12 réceptions, 181 yards

Kennedy Brooks (Oklahoma)
Course : 113 courses, 1021 yards, 12 TD
Réception : 7 réceptions, 36 yards

Wide receivers

Jerry Jeudy (Alabama)
Réception : 59 réceptions, 1103 yards, 12 TD

Henry Ruggs III (Alabama)
Réception : 42 réceptions, 724 yards, 10 TD

Jaylen Waddle (Alabama)
Réception : 41 réceptions, 803 yards, 7 TD

Irv Smith (Alabama)
Réception : 38 réceptions, 648 yards, 7 TD

Devonta Smith (Alabama)
Réception : 30 réceptions, 524 yards, 5 TD

Marquise Brown (Oklahoma)
Réception : 75 réceptions, 1318 yards, 10 TD

CeeDee Lamb (Oklahoma)
Réception : 57 réceptions, 1049 yards, 10 TD

Grant Calcaterra (Oklahoma)
Réception : 25 réceptions, 378 yards, 6 TD

Lee Morris (Oklahoma)
Réception : 21 réceptions, 457 yards, 6 TD

Facteur X

QB Jalen Hurts, Alabama
QB Tua Tagovailoa semble en bonne voie pour faire son retour à l’occasion de cet Orange Bowl après avoir été opéré de la cheville… mais en cas de souci, coach Saban peut compter sur celui qui a renversé la situation en finale de conférence SEC pour offrir le titre au Crimson Tide. Sa mobilité apporte une autre dimension au jeu offensif des champions nationaux en titre.

Face-à-face

Les deux équipes ne se sont affrontées que cinq fois dans leur histoire… La première rencontre remonte à… l’Orange Bowl 1963, remporté par le Crimson Tide (17-0)… Pas de vainqueur en 1970 lors du défunt Bluebonnet Bowl de 1970 (24-24)… Oklahoma est sorti vainqueur de la double confrontation de 2002-2003 (37-27 à Norman et 20-13 à Tuscaloosa)… OU a empoché le Sugar Bowl 2014 (45-31).

Blessés

#1 Alabama
Absent : CB Trevon Diggs (pied), LB Terrell Lewis (genou), TE Kedrick James (suspension), OL Hunter Brannon (suspension), OL Elliot Baker (suspension), OL Deonte Brown (suspension), DB Daniel Wright (épaule).
Incertain : Aucun.
Probable : QB Tua Tagovailoa (cheville).

#4 Oklahoma
Absent : RB Rodney Anderson (genou), RB Marcelias Sutton (jambe), C Alex Dalton (genou), S Chanse Sylvie (talon d’Achille), DE Jalen Redmond (malade), FB Joe Castiglione Jr (épaule), WR Michael Thompson (genou), WR Sam Iheke (cheville).
Incertain : CB Jordan Parker (raison inconnue), DE Mark Jackson Jr (raison inconnue), CB Justin Broiles (raison inconnue), S Kahlil Haughton (raison inconnue).
Probable : WR Marquise Brown (pied).

Embed from Getty Images

Pronostic

Comme on est payé bénévole pour donner notre opinion dont tout le monde (même nos mères) se fout, voilà en exclusivité comment ce match va se dérouler. On attend tous un match à la Harlem Globe Trotters avec un milliard et demi de points et, ce qui arrive toujours dans ces cas-là, le match se termine sur un pauvre 21-18 qui laisse tout le monde sur sa faim. Bon, il faudrait un cataclysme ouragano-nucléaire sur la Floride (qui possède et des centrales électriques du type précité et un climat parfois agité) pour que le Crimson Tide ne mette que 21 points à la passoire à nouilles (genre raviolis, pas coquillettes) qui sert de défense aux Sooners. Et, même si la défense de Bama est encore au top niveau cette saison, elle n’est pas aussi imperméable que la saison passée. On peut donc compter sur les Oakland Athletics Oklahoma Sooners pour mettre quelques points.

Si on se souvient bien du Georgia-Oklahoma de l’an dernier, les Sooners avaient démarré en trombe puis les Dawgs ont verrouillé le chenil en seconde mi-temps pour revenir petit à petit et finalement s’imposer dans le plus grand Rose Bowl de l’histoire n’ayant pas Vince Young comme acteur principal. Alabama en a vu d’autres et le Tide ne se laissera pas malmener pendant trente minutes. Oklahoma mettra une bonne trentaine de points mais ce sera bien insuffisant pour battre Alabama dont les receveurs vont s’amuser toute la soirée avec le secondaire des Sooners.

Score final : Alabama 56, Oklahoma 38

Blaze of Glory

Oui, ça n’est pas BoG, mais qui met une bonne tape dans le dos pour le bon travail réalisé par les employés bénévoles de TBP ?

Alors, cette semaine, l’auréole de gloire revient à TBP pour son excellente question à Messieurs Saban et Riley lors de la conférence de presse du 28 décembre (oui, c’est mal de s’auto-congratuler, promis, en 2019 on ne le fera plus !).

TBP : avec la longue période entre la fin de la saison régulière et ce match, qu’est-ce qui est le plus favorisé selon vous, la meilleure attaque ou la meilleure défense ?

Crédit photo : Blaise Collin, TBP

LINCOLN RILEY: on espère que ce sera l’attaque d’Oklahoma et la défense d’Oklahoma (rires) [NDLR : on peut toujours rêver !]. Je ne sais pas, c’est une bonne question [NDLR : je dirais même une excellente question !]. Je veux dire, je ne sais pas vraiment. Je crois, en fin de compte, qu’il y a un processus que l’on suit à nouveau pour préparer un match comme on fait chaque semaine. Ce match ressemble probablement plus au premier de la saison ou peut-être à un match après une semaine de repos juste parce qu’on a un peu plus de temps. Ce n’est pas comme si on avait le mois entier avec la période de recrutement avancée placée comme elle l’est maintenant et le fait que cette période est vraiment devenue le vrai jour de signature des recrues. On a vraiment deux semaines qui sont critiques dans le processus de recrutement avec les visites des joueurs et de leurs familles avant cette première date de signature.

Nous avons passé beaucoup de temps ici mais, en gros, on a deux semaines pour se préparer et on espère être capable de remettre certains joueurs sur pied. On espère aussi avoir une bonne idée de ce que fait l’adversaire et, encore une fois, de la meilleure formule pour nous pour gagner et de ce qu’il faut qu’on améliore par rapport, peut-être, au match précédent et continuer à progresser pour être l’équipe que l’on pense pouvoir être.

C’est une question difficile. Comme je l’ai dit, on espère juste utiliser notre temps au mieux et parvenir à avoir les trois phases [NDLR : attaque, défense, équipes spéciales] aussi prêtes que possible.

Crédit photo : Blaise Collin, TBP

NICK SABAN: Je crois que certaines choses qui nous préoccupent toujours quand on a beaucoup de temps entre les matchs c’est… je crois que les joueurs de ballon [NDLR : traduction un peu pauvre de « skill players »] se remettent toujours plus vite que les « gros » [NDLR : « big guy » n’est pas péjoratif en anglais]. ». Ils [NDLR : les QB, RB et WR] perdent moins et reviennent plus vite. Ça prend un peu plus de temps pour les « gros ». Je parle des joueurs de lignes offensive et défensive. Je crois que le plaquage est toujours un point préoccupant quand les joueurs prennent un certain rythme et qu’on joue toutes les semaines et là on ne joue plus pendant longtemps. C’est difficile de simuler certaines de ces choses aux entrainements comme on le voudrait. La cadence est aussi un problème parce qu’on n’est plus habitué au rythme que l’on avait quand on jouait toutes les semaines.

Cela pose des problèmes pour les deux équipes, problèmes pour lesquels on essaie toujours de se préparer pour un match de post-saison pour qu’ils n’impactent pas l’issue du match.

Membre de la Football Writers Association of America, Blaise Collin est un passionné de football universitaire et de NFL, passé par l'Idaho et basé en Californie depuis 2018. Après avoir contribué au au site elitefoot.com, il a rejoint la rédaction de 4th&Goal en 2013. Il partage désormais sa vision du football sur The Blue Pennant et sur footballamericain.com.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Playoffs

Clemson renverse Ohio State, 29-23, et jouera une 4ème finale en 5 ans

Au terme d’un match ultra-physique qui s’est joué dans les dernières secondes, les Tigers de #3 Clemson remportent le Fiesta Bowl face aux Buckeyes de #2 Ohio State et rejoignent #1 LSU au National Championship Game.

Publié

le

Crédit photo : Rick Scuteri, AP

Les Champions nationaux défendront donc leur titre à La Nouvelle-Orléans, le lundi 13 janvier prochain.

Menés par le phénoménal QB Trevor Lawrence (18/33, 259 yards, 2 TD et 16 courses, 107 yards, 1 TD), qui n’a toujours pas perdu le moindre match au niveau NCAA comme quarterback titulaire, les Tigers de #3 Clemson ont su renverser une situation plutôt mal engagée après 25 minutes de jeu… pour finalement mettre la main sur le Fiesta Bowl et continuer leur route jusqu’à la Louisiane pour y affronter d’autres Tigers, deux de Louisiana State.

Alors que #3 Clemson (14-0) était dos au mur, le quarterback sophomore des Tigers a su prendre le match à son compte. Car c’est bien QB Trevor Lawrence qui a redonné espoir en toute fin de 1ère mi-temps avec un fantastique TD au sol de 67 yards qui ramenait alors #3 Clemson à deux points seulement des Buckeyes. C’est lui aussi qui dirigera de mains de maître un drive décisif à 3 minutes de la fin : deux passes parfaites pour WR Justyn Ross (6 réceptions, 47 yards) et WR Amari Rodgers, une course de 11 yards, puis une screen pass à destination de l’explosif RB Travis Etienne que le running back junior transformera en un TD de 34 yards à 1:49 de la fin. Le TD de la victoire.

Pendant une mi-temps, les Tigers ont pourtant été dominés physiquement par les Buckeyes, et ce, dans tous les secteurs de jeu. Il faut dire que #3 Clemson n’avait pas rencontré un adversaire de ce niveau tout au long de la saison. #2 Ohio State (13-1), non plus, n’avait pas rencontré un opposant aussi coriace. Car, les Tigers n’ont jamais rien lâché. Et dès qu’ils ont élevé leur niveau de jeu à hauteur des champions de conférence Big Ten, les champions nationaux ont été irrésistibles !

QB Trevor Lawrence, Clemson (#16) – Crédit photo : Mark J. Rebilas, USA Today Sports

#3 Clemson donne donc rendez-vous à #1 LSU, le 13 janvier 2020, au Mercedes-Benz Superdome de La Nouvelle-Orléans pour le National Championship Game. La troupe de coach Dabo Swinney, qui a gagné ses 29 derniers matchs, tentera d’y remporter un 3ème titre de champion national en 4 ans.

#2 Ohio State voit prendre fin sa série de 19 victoires d’affilée. C’est même la première défaite de coach Ryan Day à la tête des Buckeyes, lui qui a pris la succession d’Urban Meyer au cours de l’intersaison. Les Buckeyes peuvent avoir des regrets… et de la frustration. Pas envers le corps arbitral mais plutôt envers leur incapicité à « tuer » le match en 1ère mi-temps : #2 Ohio State s’est présenté à trois reprises dans la red zone des Tigers avec 9 petits points à la clé (trois FGs).

Le film du match

Les Buckeyes sont parfaitement rentrés dans ce Fiesta Bowl avec une véritable démonstration de puissance sur le premier drive. QB Justin Fields (30/46, 320 yards, 1 TD, 2 INT) va ainsi réussir 6 passes consécutives avant de manquer la plus importante, à destination de WR Chris Olave (3 réceptions, 50 yards, 1 TD). Malgré cette entâme parfaite, #2 Ohio State dût alors se contenter d’un FG de 21 yards de K Blake Haubeil (3-0 pour Ohio State).

La réponse des Tigers sera plus timide. Après un FG manqué de K BT Potter, l’attaque de #3 Clemson va enchainer trois punts dont deux après des 3-and-out ! #2 Ohio State est alors en plein contrôle du match, offensivement et défensivement. Et lorsque RB JK Dobbins (174 yards au sol, 1 TD) transperce le rideau défensif des champions nationaux en titre pour un TD éclatant de 68 yards (10-0 pour Ohio State), on se dit que ces Buckeyes filent tout droit vers la finale. Le running back junior réussira même une seconde course longue distance de 64 yards en début de 2ème quart-temps !

RB JK Dobbins, Ohio State (#2) – Crédit photo : Ross D. Franklin, AP

Toutefois, la défense en red zone des Tigers a tenu bon et malgré une large domination, #2 Ohio State ne menait que 16-0 à 5 minutes de la fin de la première mi-temps.

C’est alors que survint l’un des tournants de ce match : sur un corner blitz, S Shaun Wade frappa QB Trevor Lawrence casque contre casque. Sanction logique et immédiate : 15 yards de pénalités et expulsion pour targeting du defensive back des Buckeyes. Un drive qui semblait en mauvaise voie pouvait continuer. Le momentum changea alors complètement, RB Travis Etienne (10 courses, 36 yards et 3 réceptions, 98 yards, 2 TD) inscrivant le premier TD des Tigers sur une course de 8 yards.

Après un 3-and-out des Buckeyes, QB Trevor Lawrence ramena même son équipe à deux points seulement avec une course de 67 yards qui restera surement dans l’Histoire comme le symbole de cette victoire de #3 Clemson. 16-14 à la mi-temps. Si dominant pendant 25 minutes, #2 Ohio State rentrait sonné aux vestiaires.

L’intensité va encore monter d’un cran en 2ème mi-temps. Rarement on aura vu un match aussi physique au niveau NCAA. Après un punt de chaque côté pour débuter la 2ème mi-temps, RB Travis Etienne va démontrer une nouvelle fois pourquoi il est considéré comme l’un des running backs les plus rapides. Un catch-and-run de 53 yards pour assommer des Buckeyes qui se retrouvent alors menés 21-16. Et lorsque S Isaiah Simmons intercepta QB Justin Fields en fin de 3ème quart-temps, les joueurs de coach Ryan Day semblaient au bord du K.O.

RB Travis Etienne, Clemson (#9) – Crédit photo : Rick Scuteri, AP

Mais ces Buckeyes ont aussi un coeur énorme et alors qu’il semblait au plus mal, QB Justin Fields dirigera un magnifique drive conclu par une réception de WR Chris Olave pour un TD de 23 yards sur un 4th-and-1 ! #2 Ohio State repassait devant, 23-21 à 11:46 de la fin.

Deux punts plus tard, #3 Clemson récupéra la possession du ballon à 3 minutes du terme de la rencontre. Inconstant dans les airs depuis le début du match, QB Trevor Lawrence réussit alors un drive qui va entrer dans l’Histoire, RB Travis Etienne profitant des errances défensives des Buckeyes pour transformer une screen pass en un TD de 34 yards. 29-23 pour #3 Clemson.

Les Buckeyes avaient moins de 2 minutes pour marquer un TD. Et QB Justin Fields approchera son équipe à l’entrée dans la red zone des Tigers… avant de se faire intercepter dans l’en-but par S Nolan Turner suite une mauvaise communication entre lui et son receveur Chris Olave. Game over.

Le résumé en vidéo

Lire la suite

Playoffs

Joe Burrow et LSU surclassent Oklahoma, 63-28, et s’offrent une finale à domicile

Les Tigers de #1 LSU obtiennent leur billet pour le National Championship en démolissant les Sooners de #4 Oklahoma, 63-28, lors du Peach Bowl avec notamment 49 points inscrits au cours d’une première mi-temps historique.

Publié

le

Crédit photo :

Deux semaines après avoir mis la main sur le trophée Heisman, QB Joe Burrow (29/39, 493 yards, 7 TD et 22 yards au sol, 1 TD) a largement remporté son duel à distance avec QB Jalen Hurts (15/31, 217 yards, 1 INT et 43 yards au sol, 2 TD) établissant plusieurs records des playoffs au terme d’une 1ère mi-temps absolument sensationnelle.

7. C’est le nombre de touchdowns réussis par le quarterback senior des Tigers… lors des 30 premières minutes d’un Peach Bowl outrageusement dominé par les champions de conférence SEC qui n’ont laissé aucune chances aux Sooners de #4 Oklahoma (12-2). Quatre de ses sept passes de touchdowns ont été captées par WR Justin Jefferson (14 réceptions, 227 yards, 4 TD) qui, lui aussi, entre dans l’Histoire des playoffs avec un record de 227 yards sur réception en plus de ses 4 TD. Ahurissant.

Les superlatifs manquent pour décrire l’incroyable performance offensive des Tigers de #1 LSU (14-0) dans cette demi-finale des playoffs (692 yards, 31 first downs, 9 TD) !

Mis sous pression tout au long de l’après-midi, QB Jalen Hurts aurait aimé terminer sa carrière universitaire de manière différente. Auteur de deux TD au sol, il n’a pas eu l’impact attendu. Il quitte donc la NCAA avec un un titre de champion national, quatre participations aux playoffs et un bilan de 38-4 comme quarterback titulaire.

Cette défaite est la 4ème en quatre matchs de playoffs pour les Sooners. Plus inquiétant, #4 Oklahoma a été largement dominé lors de trois de ces quatre matchs. Le comité de sélection pourrait s’en souvenir dans les prochaines années.

QB Joe Burrow, LSU – Crédit photo : Twitter/LSU

Le film du match

Dès les premières minutes de jeu, on a compris que ce serait très compliqué pour les Sooners. Un 3-and-out pour commencer avec un sack de LB K’Lavon Chaisson (6 plaquages, 2 sacks) sur QB Jalen Hurts sur le premier snap… Ça ne pouvait pas commencer plus mal. Les Tigers vont immédiatement faire payer cet entâme de match râté par l’attaque de #4 Oklahoma. En moins d’une minute, QB Joe Burrow va découper la défense adverse se connectant avec WR Justin Jefferson pour le premier TD de ce Peach Bowl.

Le TD au sol de RB Kennedy Brooks (35 yards au sol, 1 TD) après une magnifique réception de 51 yards de WR CeeDee Lamb (4 réceptions, 119 yards) ne fera pas illusion bien longtemps. Dès le drive suivant, QB Joe Burrow redonnera l’avantage aux Tigers en trouvant WR Terrace Marshall Jr (6 réceptions, 80 yards, 2 TD) dans l’en-but pour son 2ème TD (14-7 pour LSU).

Dèjà en difficulté face à une équipe de #1 LSU clairement bien préparée, #4 Oklahoma va en plus être victime d’une monumentale erreur d’arbitrage lorsque une interférence de passe pourtnat évidente sur WR Jadon Haselwood sera complètement ignorée. Les Sooners pouvaient rester dans les talons des Tigers… Ces derniers vont prendre le large en moins de 7 minutes grâce à une incroyable séquence de trois TD sur réception de plus de 30 yards réussis par WR Justin Jefferson ! Le receveur junior de #1 LSU a donc réussi 4 TD en 21 minutes ! Inimaginable ! 35-7 et il restait alors encore 9 minutes à jouer dans le 2ème quart-temps.

Comme si les choses n’allaient pas déjà assez mal pour #4 Oklahoma, S Brendan Radley-Hiles se fera expulser pour un targeting vicieux sur RB Clyde Edwards-Hilaire forçant l’inexpérimenté freshman DB Woodi Washington à entrer sur le terrain.

WR Justin Jefferson, LSU – Crédit photo : Twitter/LSU

QB Jalen Hurts réduira bien le score à 35-14 sur un TD au sol de 2 yards mais la machine offensive des Tigers a continué d’appuyer sur l’accélérateur et TE Thaddeus Moss (4 réceptions, 99 yards, 1 TD) sur une réception de 62 yards, puis WR Terrace Marshall Jr sur une réception de 2 yards vont porter le score à 49-14 à la mi-temps.

QB Joe Burrow rentre alors aux vestiaires avec des statistiques décrivant parfaitement sa performance hors-norme : 21/27, 403 yards et 7 TD. 7 TD ! En 30 minutes, les Tigers ont accumulé presque 500 yards en attaque !

Le début de 2ème mi-temps enterrera les derniers espoirs des Sooners (s’ils en avaient encore). Un long drive 13 jeux pour 74 yards sera conclu au sol par QB Joe Burrow. Son 8ème TD dans ce match. Son dernier.

Car le match va alors baisser en intensité. QB Jalen Hurts et RB TJ Pledger réussiront bien un TD au sol chacun tandis que le true freshman RB John Emery marquera le 4ème TD de sa saison. Le sort de ce Peach Bowl était depuis longtemps scellé.

Le résumé en vidéo

Lire la suite

Playoffs

LSU et Clemson qualifiés pour le National Championship Game

Le champion national en titre contre la meilleure équipe du pays cette saison, ce sera donc l’affiche de la 6ème finale des playoffs de l’Histoire.

Publié

le

Les Tigers de #1 LSU ne manqueront pas le rendez-vous de La Nouvelle-Orléans : en s’imposant largement 63-28 face aux Sooners de #4 Oklahoma au terme d’un Peach Bowl dominé de bout en bout, le programme de Bâton-Rouge disputera une finale nationale… à domicile !

QB Joe Burrow et coach Ed Orgeron seront donc les hôtes des champions nationaux en titre : les Tigers de #3 Clemson. Malmenés pendant près d’une mi-temps, ces derniers ont démontré une grande force de caractère pour finalement renverser les Buckeyes de #2 Ohio State sur le score de 29-23 lors du Fiesta Bowl.

Tigers contre Tigers.

Joe Burrow contre Trevor Lawrence.

On a déjà hâte !

On se donne donc rendez-vous le 13 janvier 2020 à La Nouvelle-Orléans pour le National Championship Game !

Lire la suite

Playoffs

[Preview] Peach Bowl 2019 : #1 LSU vs #4 Oklahoma

Les Tigers de #1 LSU et les Sooners de #4 Oklahoma donnent le coup d’envoi du College Football Playoff à l’occasion de ce Peach Bowl, cadre de la première demi-finale des playoffs 2019-20.

Publié

le

#1 LSU (13-0) vs #4 Oklahoma (12-1)

PEACH BOWL
Atlanta, Géorgie
Mercedes-Benz Stadium
Samedi 28 décembre 2019
16h00 (heure Est, 22h00 en France)

Les Tigers de #1 LSU et les Sooners de #4 Oklahoma donnent le coup d’envoi du College Football Playoff à l’occasion de ce Peach Bowl, cadre de la première demi-finale des playoffs 2019-20.

C’est une grande première en playoffs pour #1 LSU tandis que les Sooners participeront aux demi-finales pour la 4ème fois lors d’un Peach Bowl qui sera surtout marqué par le duel à distance entre les deux meilleurs quarterbacks de la saison : QB Joe Burrow (LSU) et QB Jalen Hurts (Oklahoma).

Comment sont-ils arrivés là ?

#1 LSU (13-0, 8-0 SEC)

Jamais dans l’Histoire du programme de Bâton-Rouge, on avait vu une attaque aussi explosive que celle des Tigers en 2019 (47.8 points par match).

Menée par le récent vainqueur du trophée Heisman, QB Joe Burrow, et dirigée par l’ancien assisant des New Orleans Saints (NFL), le coordinateur offensif Joe Brady, cette escouade a tout renversé sur son passage lors d’un début de saison marquée par 6 premiers matchs à plus de 40 points (notamment face à Texas et Florida). Seule la défense d’Auburn a réussi à contenir les Tigers (victoire 23-20). Alabama a encaissé 46 points, Florida 42 points, Ole Miss 58 points, Arkansas 56 points, Texas A&M 50 points et Georgia 37 points. Inimaginable !

Au final, #1 LSU n’a pas perdu le moindre match en une saison pour la première fois depuis 1958 et les Tigers ont remporté leur premier titre de champion de conférence SEC depuis 2011. #1 LSU débutera les playoffs avec la tête de série #1 (qui n’a jamais été champion dans la courte histoire des playoffs) après avoir battu cinq équipes du Top 10. Boom !

#4 Oklahoma (12-1, 7-1 Big 12)

Les choses changent sans vraiment changer à Oklahoma. Pour la 3ème année d’affilée, les Sooners ont débuté la saison avec un quarterback charismatique… et pour la 3ème saison consécutive, #4 Oklahoma participera aux playoffs (une 4ème fois en 5 ans).

Après Baker Mayfield en 2017 et Kyler Murray en 2018, l’ancien quarterback titulaire d’Alabama, QB Jalen Hurts, a été en course pour l’obtention du trophée Heisman jusqu’au bout (pas vraiment, mais bon il finit 2ème du scrutin) en raison d’une excellente saison sur le plan statistique.

Une baisse de régime au mois d’octobre a couté la seule défaite des Sooners en 2019 (à Kansas State) mais le coordinateur défensif Alex Grinch a alors réussi l’impensable : faire de la défense de #4 Oklahoma une escouade performante. Deux victoires contre Baylor dont une en finale de conférence Big 12, ont convaincu le comité de sélection des playoffs que le programme de Norman (Oklahoma) méritait sa place dans le dernier carré.

Clairement l’équipe la plus sous-côtée des quatre demi-finalistes (LSU, Clemson, Ohio State, Oklahoma), les Sooners aborderont ces playoffs sans pression avec l’opportunité de briser le rêve de toute la Louisiane : voir LSU jouer la finale nationale à La Nouvelle-Orléans.

Les clés du match

L’attaque aérienne de LSU contre la défense contre la passe d’Oklahoma

Le coordinateur défensif des Sooners, Alex Grinch, espère que les célébrations de son Heisman ou les abus gastronomiques de la période des Fêtes sauront ralentir un QB Joe Burrow qu’aucune défense de la SEC n’est parvenue à contenir cette saison. Le quarterback des Tigers a dépassé les 300 yards à la passe lors de 11 de ses 13 matchs joués cette saison pour un total de 48 touchdowns contre 6 interceptions seulement.

#4 Oklahoma ne pourra pas s’en sortir dans ce match sans une performance exceptionnelle de son backfield défensif face au trio de receveurs magique de #1 LSU : WR Ja’Marr Chase (73 réceptions, 1498 yards, 18 TD), WR Justin Jefferson (88 réceptions, 1207 yards, 14 TD) et WR Terrace Marshall (37 réceptions, 545 yards, 10 TD).

Et pourtant, CB Parnell Motley (34 plaquages, 1 INT), CB Tre Brown (34 plaquages, 1 INT) et CB Brendan Radley-Hiles (44 plaquages, 2 INT) n’ont pas toujours montré les garanties sur les couvertures. Loin de là. Règulièrement pris au piège par des receveurs athlétiques, ces trois-là seront sous pression toute l’après-midi… à moins que le pass rush des Sooners parviennent à prendre le dessus sur… la meilleure offensive du pays. Ouch ! Ça devient compliquer.

Privé de DE Ronnie Perkins suspendu pour ce Peach Bowl, ce pass rush d’Oklahoma devra probablement inclure le leader défensif Kenneth Murray de son poste de linebacker intérieur. Alex Grinch fait face à un casse-tête mais il le sait : si #1 LSU installe son jeu aérien, le sort de cette rencontre va rapidement basculer en faveur des champions de conférence SEC.

QB Jalen Hurts face à la défense de LSU

Depuis son arrivée à Norman (Oklahoma), coach Lincoln Riley a su imposer le jeu au sol comme élément-clé de l’attaque des Sooners… et ce, malgré la présence de receveurs comme Marquise « Hollywood » Brown et WR CeeDee Lamb.

En 2019, les Sooners ont terminé la saison avec la 12ème meilleure attaque au sol du pays (251 yards en moyenne)… grâce à la mobilité et la vitesse d’un QB Jalen Hurts qui s’est parfaitement intégré après trois ans passés à Alabama. Le quarterback de #4 Oklahoma a accumulé 1255 yards au sol pour un total de 18 TD. Toutefois, il pourrait être bien esseulé dans le backfield offensif des champions de conférence Big 12 si RB Kennedy Brooks (cou) devait déclarer forfait alors que RB Trey Sermon (genou) et RB Rhamondre Stevenson (suspension) seront eux absents.

#4 Oklahoma utilise de nombreux plays à deux running backs. Les Sooners devront ainsi probablement forcer RB TJ Pledger à évoluer dans un rôle inhabituel de blocker. L’objectif est clair : contrôler l’horloge en prolongeant au maximum les drives pour laisser l’attaque de #1 LSU sur la sideline.

Hormis la débâcle à Ole Miss (402 yards au sol accordés ce jour-là), la défense contre la course des Tigers a été très solide tout au long de la saison (119 yards en moyenne, #23 du pays). Le coordinateur défensif Dave Aranda a effectué un boulot monstre pour ramener cette escouade parmi les meilleures défenses du pays. NT Tyler Shelvin, LB Patrick Queen et LB K’Lavon Chaisson auront des rôles-clés pour stopper le jeu au sol des Sooners.

Joueurs à suivre

QB Joe Burrow, LSU
Vainqueur du trophée Heisman, il a incarné à lui tout seul la Révolution du jeu offensif des Tigers en 2019. Il a aussi réécrit les livres d’Histoire du programme de LSU et de la SEC en établissant de nombreux records dans le jeu aérien. 4715 yards à la passe, 48 TD, 6 INT.

RB Clyde Edwards-Hélaire, LSU
Blessé à la cuisse lors d’un entrainement en préparation de ce Peach Bowl, il sera peut-être l’un des grands absents de cette demi-finale. Régulièrement décisif (hello Alabama) sur des drives cruciaux, il a permis à l’attaque des Tigers d’être suffisamment équilibrée pour ne pas être prévisible. 1290 yards au sol, 16 TD et 50 réceptions pour 399 yards et 1 TD en 2019.

WR Ja’Marr Chase, LSU
Receveur ultra-athlétique à l’envergure énorme, il s’est affirmé comme la cible #1 de QB Joe Burrow remportant au passage le prestigieux Biletnikoff Award. Intenable dans la red zone adverse. 73 réceptions, 1498 yards, 18 TD en 2019.

CB Derek Stingley, LSU
Pour beaucoup d’observateurs, il aurait dû remporter le Jim Thorpe Award remis au meilleur defensive back de la saison (à la place de son coéquipier S Grant Delpit). Il a terminé la saison en boulet de canon réussissant notamment deux interceptions sur QB Jake Fromm en finale de conférence SEC.

QB Jalen Hurts, Oklahoma
Transféré d’Alabama lors de l’intersaison, il a marché dans les pas de Baker Mayfield et Kyler Murray dirigeant l’attaque des Sooners de mains de maitre. 2ème lors du scrutin pour l’obtention du trophée Heisman, il participe… à ses 4ème playoffs en 4 ans ! Une Légende. 3634 yards, 32 TD et 7 INT et 1255 yards au sol, 18 TD.

RB Kennedy Brooks, Oklahoma
Il est toujours incertain pour ce match. Il forme avec QB Jalen Hurts un 1-2 punch de folie sur le jeu au sol. 976 yards, 7 TD, 6.7 yards par course en 2019.

WR CeeDee Lamb, Oklahoma
Longtemps considéré comme le grand favori pour remporter le Biletnikoff Award, il a été coiffé sur le fil par WR Ja’Marr Chase (voir plus haut). Il possède des mains de velour et une accélération supersonique. 58 réceptions, 1208 yards, 14 TD en 2019.

LB Kenneth Murray, Oklahoma
Parfois inconstant dans l’effort, lorsque’il joue à 100%, il est l’un des défenseurs les plus dominants du pays. Aussi solide sur le run stop que capable de créer la confusion dans le backfield offensif adverse, il sera l’une des clés de cette rencontre. 95 plaquages, 16 pour perte, 4 sacks en 2019.

Facteur X

Les Turnovers
Les Sooners ont régulièrement souffert tout au long de la saison en raison de trop nombreuses pertes de ballon (-7 en 2019). À l’inverse, les Tigers se sont montrés disciplinés en attaque et opportuniste en défense (+8 en 2019). Qu’on se le dise : pour avoir la moindre chance de l’emporter, QB Jalen Hurts et RB Kenndy Brooks devront impérativement protéger la possession du ballon. Si #4 Oklahoma retombe dans ses travers du début de saison en rendant le ballon à LSU en bonne position, l’équipe de coach Lincoln Riley n’aura aucune chance de s’imposer dans ce Peach Bowl.

Historique

LSU et Oklahoma ne sont affrontés que deux fois dans l’Histoire, à chaque fois lors du Sugar Bowl. Le 2 janvier 1950, les Sooners alors classés #2 du pays ne feront qu’une bouchée des Tigers, 35-0.

54 ans plus tard, les deux équipes se sont données rendez-vous pour le BCS Championship Game qui allait désigner le champion national 2003. Ce jour-là, LSU va s’imposer 21-14 pour remporter l’un des titres nationaux les plus controversés de l’Histoire.

Blessés

#1 LSU
Absent : LB Michael Divinity Jr (raisons personnelles), S Todd Harris Jr (genou), OL Kardell Thomas (cheville).
Incertain : RB Tyrion Davis-Prince (raisons inconnues).
Probable : RB Clyde Edwards-Helaire (cuisse).

#4 Oklahoma
Absent : RB Rhamondre Stevenson (suspension), DE Ronnie Perkins (suspension), WR Trejan Bridges (suspension), DE Kenneth Mann (bas du corps), S Delarrin Turner-Yell (clavicule), CB Tre Norwood (genou), DT Jordan Kelley (genou), RB Tre Sermon (genou).
Incertain : CB Brendan Radley-Hiles (tête).
Probable : RB Kennedy Brooks (cou).

Pronostic

LSU 34, Oklahoma 37.

Lire la suite

Articles les plus lus