Suivez-nous sur

Saison Régulière

UCLA piétine USC au Rose Bowl, 38-20

Pour la troisième saison consécutive, Brett Hundley et Jim Mora remportent la Victory Bell, synonyme de la suprématie de Los Angeles. UCLA a dominé toute la rencontre face à USC, qui a montré une bien pâle figure dans ce match attendu comme le choc de cette fin de saison dans la conférence Pac-12.

Pour la troisième saison consécutive, Brett Hundley et Jim Mora remportent la Victory Bell, synonyme de la suprématie de Los Angeles. UCLA a dominé toute la rencontre face à USC, qui a montré une bien pâle figure dans ce match attendu comme le choc de cette fin de saison dans la conférence Pac-12.

Dominateurs en défense, explosifs en attaque, les Bruins ont remporté une victoire décisive face à leurs plus grands rivaux et se replacent dans la course aux playoffs. Sous l’impulsion de QB Brett Hundley (22/31, 326 yds, 3 TD, 1 INT, 7 att, 2 yds, 1 TD), électrique comme à son habitude face à USC, UCLA a complètement géré cette rencontre. L’équipe de Coach Mora est désormais en bonne position pour aller affronter Oregon en finale de conférence Pac-12.

WR Devin Fuller, UCLA

Le match avait pourtant mal débuté pour Hundley, intercepté sur sa première tentative de passe par LB Anthony Sarao (3 tackles, 2 solo, 1 BrUp, 1 INT, 1 TD), qui retourne le cuir dans la end zone adverse, pour le premier touchdown d’une rencontre dont les prémices laissaient imaginer un développement débridé. Tandis que les supporters locaux sont dépités dès l’entame, les Trojans se demandent si la suprématie de Brett Hundley dans la rivalité entre les deux équipes touche à sa fin. Malheureusement pour Coach Sarkisian et ses joueurs, le quarterback se reprend rapidement et inscrit deux touchdowns à la passe, profitant à chaque fois de la couverture hasardeuse de S Leon McQuay III (7 tackles, 5 solo), coupable à plusieurs reprises au cours du match d’erreurs défensives décisives.

En face, USC peine à développer son jeu offensif, comme l’illustre cette quatrième tentative à quelques yards de la end zone adverse, stoppée net par la défense féroce des Bruins. Avec six sacks encaissés, QB Cody Kessler (22/34, 214 yds, 1 TD, 1 INT) a été constamment sous pression dans cette rencontre et n’a pu développer son habituelle connexion létale avec WR Nelson Agholor (3 rec, 24 yds). LB Eric Kendricks (14 tackles, 12 solo, 1 TFL, 1 INT), certainement l’homme du match du côté défensif à UCLA, s’est même payé le luxe d’une interception spectaculaire, sur une mauvaise passe de Kessler, à quelques minutes de la pause, pour permettre aux siens d’inscrire un nouveau touchdown et de mener 24-14.

La seconde mi-temps illustre la complète domination des Bruins, qui inscrivent deux autres touchdowns dans le troisième quart-temps, dont un par l’intermédiaire de RB Paul Perkins (24 att, 93 yds, 1 TD). USC ne trouve aucune solution et continue de se faire piétiner en attaque par une défense adverse agressive à l’extrême. RB Javorius Allen (14 att, 60 yds, 1 TD, 7 rec, 42 yds) pénètre enfin dans la end zone en fin de rencontre, mais le match est déjà plié, à 38-20.

QB Brett Hundley, UCLA

La jeune ligne offensive des Trojans a été inefficace face au monstrueux front seven des Bruins, mené par DT Eddie Vanderdoes (7 tackles, 3 solo, 1 TFL, 1 sack) et DE Owamagbe Odighizuwa (5 tackles, 4 solo, 2 TFL, 2 sacks). Et la défense n’a rien pu faire face au talent de Brett Hundley, malgré le retour aux affaires de CB Josh Shaw (1 tackle, 1 solo), qui s’est montré peu à l’aise pour son retour et qui n’a eu aucun impact sur le match.

Cette défaite illustre surtout l’anémie offensive des Trojans, qui promettaient pourtant une attaque explosive et polyvalente sous la houlette de Steve Sarkisian, ainsi que l’impéritie de Justin Wilcox, coordinateur défensif à USC, à mettre en place une défense efficace. Alors que les supporters des vaincus auront sans doute du mal à se remettre de la gueule de bois infligée par cette défaite, la question de savoir si Coach Sarkisian représente une meilleure alternative au désastreux Lane Kiffin des dernières années se pose légitimement. En cas de défaite face à Notre Dame le week-end prochain, l’ancien Huskie pourrait rapidement se trouver en situation très délicate, alors que les Trojans n’ont montré aucune progression cette saison.

Du côté des vainqueurs, ce troisième succès en trois ans sur USC représente bien plus qu’une suprématie sportive ; il illustre également le retour au premier plan des Bruins, qui disposent désormais d’un avantage de taille dans la course au recrutement des meilleurs prospects de la région de Los Angeles, généralement en ballottage entre les deux programmes rivaux. Sans compter sur la fin de saison, avec une finale de conférence entre UCLA et Oregon qui se profile, et une place en playoffs pour le chapion de la Pac-12. Avec une attaque et une défense en pleine forme, l’équipe de Jim Mora peut se permettre de rêver en grand.

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

2 Commentaires

2 Comments

  1. DOWN

    26 novembre 2014 à 08h52

    C’est un fan aigris de USC qui a fait le résumé vidéo non…?

    • Loïc Baruteu

      26 novembre 2014 à 16h04

      C’est une vidéo du Département des sports à USC. Il n’y avait pas tellement de résumés disponibles, certainement que les médias sportifs avaient pris un week-end de congé pour éviter de se taper des matches nazes.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Saison Régulière