Suivez-nous

NFL Draft

Les Espoirs de la Draft NFL 2018 – Episode #8

Publié

le

Comme on aime bien croire qu’on peut prédire l’avenir à TBP, on analyse chaque semaine les prospects qui font du pied à la NFL et on rapporte ce qu’on a vu. Parce qu’on a sans doute plus de crédibilité que Migos, qui prédisait une saison sans défaite à Rutgers.

WITH THE FIRST PICK IN THE 2018 NFL DRAFT…

Plus que quelques heures avant de connaître enfin le nom du roi de la promo. Les Cleveland Browns sont encore une fois en bonne position pour sélectionner un playmaker, en espérant que cette fois ils ne se plantent pas. Myles Garrett était une bonne pioche l’an dernier, ça serait bien de trouver un quarterback cette année après des siècles de galère à ce poste. Coup de pot, les Browns ont l’embarras du choix. Pas mal d’experts considèrent cette cuvée de quarterbacks comme la meilleure de l’histoire de la draft. Rien que ça.

Il y a Josh Allen, dont personne ne voulait entendre parler à cause de sa précision douteuse et du fait qu’il ait évolué dans une équipe de faible niveau. Entouré de peintres, il a forcément connu des moments difficiles, surtout face aux grosses écuries qui ont croisé son chemin. Depuis la fin de la saison, la cote de Josh n’a cessé de grimper, entre son excellent combine où les médias ont failli s’évanouir sur une passe de 66 yards, et les comparaisons avec Ben Roethlisberger ou Carson Wentz, qui a partagé le même coach que le QB de Wyoming. Et comme les Browns auraient flashé sur lui, Allen a autant de chances que n’importe qui d’être sélectionné en première position.

Embed from Getty Images

Josh Allen, Wyoming

À moins que les experts ne se soient plantés, ce qui arrive chaque année avec une régularité aussi efficace que les impôts. Parce que Sam Darnold est aussi plutôt bien vu du côté des scouts. Malgré une saison décevante vis-à-vis des attentes autour du MVP offensif du Rose Bowl 2017, le golden boy californien est toujours tenu en grande estime par le monde de la NFL.

La décision de Sam de ne pas lancer au combine a fait tiquer les patrons de franchises, jusqu’à ce Pro Day sous la pluie à Los Angeles, où le QB a balancé des dizaines de passes parfaites sans sourciller. De quoi prouver aux Browns, aux Giants, aux Jets ou aux Bills, qui évoluent tous dans des stades ouverts et dans des régions capricieuses, qu’il est complètement capable de lancer comme il faut malgré des conditions difficiles. Sans parler du potentiel d’un joueur encore jeune et qui n’a été titulaire que deux saisons jusqu’ici.

Il y a aussi Saquon Barkley, qui a survolé le truc. C’était son combine, merci aux autres d’être venus.Dès le premier jour, le running back a explosé les chronos, tapé plus de reps au développé-couché que le left tackle de Baker Mayfield et a répondu aux questions comme un grand, en mec habitué. On avait déjà ses highlights à Penn State, on a maintenant ses perfs à Indianapolis pour savoir que Barkley devrait péter la NFL en deux dès sa saison rookie.qui a tout simplement cassé en deux le combine.

Même si la hype s’est un peu éteinte, notamment parce que les Browns sont désormais sous pression pour sélectionner un quarterback avec le premier choix depuis que les Jets ont récupéré le troisième choix, le running back est un talent incroyable capable de transformer une attaque. Ce dont auraient bien besoin les Browns, qui seront peut être contraints de sélectionner le running back de Penn State avec leur premier choix s’ils tiennent vraiment à lui, sachant que les Giants pourraient se ruer dessus en deuxième position.

Embed from Getty Images

Josh Rosen, UCLA

Quant à Baker Mayfield et Josh Rosen, aucun des deux n’a réellement été relié à Cleveland mais les voies des franchises NFL sont impénétrables et on n’est jamais à l’abri d’une surprise. Comme un trade, par exemple. Bien que les Browns aient visiblement écarté l’idée d’échanger leur premier choix cette année, qui vaut de l’or étant donné la valeur des top prospects disponibles. Difficile d’abandonner un siège aussi confortable.

TBP MOCK DRAFT

Si vous étiez sur les plages pour profiter des premiers rayons de soleil, sachez que Morgan et Grégory nous ont livré un mock draft à quatre mains le week-end dernier. L’occasion de passer en revue une dernière fois les différents scénarios possibles. On va se contenter du top 10, c’est déjà pas mal.

1. Cleveland Browns : QB Sam Darnold, USC

Pourquoi c’est jouable. Les Browns vont prendre un quarterback avec le premier choix, aucun doute. Les Giants qui brouillent les cartes et les Jets grimpés dans le top 3 ont mis la pression à Cleveland. Tyrod Taylor sera néanmoins titulaire à la rentrée donc le rookie pourra attendre son tour tranquillement en apprenant les bases à l’entraînement. Les dernières indications envoient Josh Allen (Wyoming) ou Sam Darnold dans l’Ohio, deux prospects avec un potentiel effrayant mais qui ont encore besoin de progresser pour peser dans le game.

Pourquoi c’est chaud. Comme on a dit, Josh Allen est pas mal attribué aux Browns avec ce premier choix dans les mocks draft d’outre-Atlantique. Visiblement, Cleveland est tombé in love. Les Browns pourraient aussi laisser tomber le first pick dans un trade, par exemple avec les Giants, les Jets, les Bills, etc. Ou jouer la surprise avec Saquon Barkley (Penn State), le meilleur joueur de cette draft.

2. New York Giants : QB Josh Rosen, UCLA

Pourquoi c’est jouable. Eli Manning a 37 ans, on ne sait pas si Davis Webb fera un bon titulaire après lui, et les Giants ont l’opportunité de sélectionner un top quarterback avec ce second choix. Et si les choses tournent mal en début de saison, le nouveau coach Pat Shurmur pourrait lancer son rookie. Josh Rosen (UCLA) est régulièrement envoyé aux Giants pour ses qualités de passeur hors pair. Surtout, son expériences après trois années comme titulaire avec les Bruins pourrait peser dans la balance.

Pourquoi c’est chaud. Josh Rosen a besoin d’une ligne solide car il supporte très mal la pression et passe son temps à l’infirmerie. D’ailleurs les Giants ont besoin de renfort sur l’OL et Quenton Nelson (Notre Dame) est considéré comme le meilleur guard à sortir de la fac depuis longtemps. Dave Gettleman pourrait aussi sélectionner Saquon Barkley pour réveiller un jeu de course anémique ou Bradley Chubb (NC State) après avoir retourné Jason Pierre-Paul à sa Floride natale. Sans parler d’un trade down pour récupérer d’autres picks. Il paraît que les Giants et les Bills auraient trouvé un terrain d’entente pour un échange le soir de la draft. Mais si Big Blue choisit un QB, il pourrait plutôt s’agir de Sam Darnold, si le prodige californien est encore disponible, lui qui a décroché les mâchoires du front staff de New York pendant son Pro Day.

3. New York Jets : QB Josh Allen, Wyoming

Pourquoi c’est jouable. Les Jets n’ont pas grimpé de trois places dans la draft pour faire un peu parler d’eux, dont tout le monde se fout. Gang Green veut un quarterback. Ça semble compliqué de monter un peu plus haut, même si les Giants ont l’air ouvert pour un trade. Les Jets devront donc attendre patiemment leur tour, en espérant qu’un prospect comme Josh Allen soit disponible. Comparé à Carson Wentz parce qu’il vient aussi d’une petite fac et qu’il possède un bras impressionnant, Allen a tout pour taper dans l’œil d’une franchise à la recherche d’un QB.

Pourquoi c’est chaud. Josh Allen ne descendra peut être pas jusque là. Avec toute la hype autour de lui, il semble bien parti pour Cleveland et le first pick. Disponible au deuxième choix, il pourrait alors partir pour l’autre franchise de NYC ou ailleurs si les Giants montent un échange. Les Jets devront vraisemblablement plutôt se décider entre Josh Rosen et Baker Mayfield (Oklahoma) mais ça tombe bien parce qu’il paraît que Gang Green a flashé sur le vainqueur du dernier Heisman.

4. Cleveland Browns : RB Saquon Barkley, Penn State

Pourquoi c’est jouable. C’est l’hypothèse la plus probable pour Cleveland ici. Saquon Barkley est un futur patron dans cette Ligue et les Browns ont besoin d’aide dans le secteur offensif. Longtemps annoncé comme first pick après son combine de héros grec, le running back a perdu un peu de poids dans la conversation face à Sam Darnold et Josh Allen mais les Browns pourraient tout de même avoir l’opportunité de le sélectionner ici avec le rush des autres franchises pour un quarterback.

Pourquoi c’est chaud. Les Browns ont également des besoins en défense et pourraient ne pas se permettre de choisir deux joueurs offensifs aussi haut dans la draft. Bradley Chubb ou Minkah Fitzpatrick (Alabama) sont des prétendants sérieux, surtout le pass rusher qui aurait les faveurs du GM John Dorsey ; le duo Myles Garrett – Chubb en défense pourrait calmer les ardeurs adverses. Un trade down est également possible, potentiellement avec les Bills et leur multitude de picks dans les deux premiers tours cette année.

5. Denver Broncos : OG Quenton Nelson, Notre Dame

Pourquoi c’est jouable. Les Broncos ont signé un quarterback. Case Keenum. John Elway tient son starter, il va pouvoir se concentrer sur d’autres secteurs. Par exemple l’intérieur de sa ligne offensive qui a besoin d’aide. Le poste de guard n’a jamais été aussi important dans une Ligue qui compte désormais pas mal de profils à la Aaron Donald. Avec Quenton Nelson, Denver s’assurerait un titulaire de calibre All Pro pour son OL.

Pourquoi c’est chaud. Case Keenum. Le gars a peu d’expérience pour diriger une équipe et pourrait bien se planter dans le Colorado. Elway aura peut être l’occasion d’aller chercher Baker Mayfield, qui a tapé dans l’œil du GM : les Broncos ont demandé le QB dans leur roster au Senior Bowl, l’ont rencontré au Combine, étaient à son Pro Day en masse et l’ont invité à Denver sur deux jours la semaine dernière. La piste est chaude et Denver ne devrait pas hésiter si les Jets ne le prennent pas. Elway pourrait même monter au deuxième choix dans un échange avec les Giants pour s’assurer les services de Mayfield.

6. Indianapolis Colts : LB Roquan Smith, Georgia

Pourquoi c’est jouable. Le joueur de Macon, en Géorgie pas en Saône-et-Loire, est déjà comparé à Luke Kuechly ou Danny Trevathan. Cette saison, Roquan Smith a remporté le Butkus Award, a été nommé First-Team All-American et a disputé la finale nationale avec Georgia. Les Colts ne se sont pas vraiment préoccupés du poste de linebacker pendant la free agency et ils devront en choisir un à la draft. Le patron de la défense des Bulldogs est un client sérieux.

Pourquoi c’est chaud. Les Colts sont déjà descendus de trois places, un signe qu’ils n’ont pas forcément de cible prioritaire. Les experts leur attribuent généralement Bradley Chubb ou Saquon Barkley mais ces deux joueurs seront probablement déjà partis. Dans ce cas, Indy pourrait encore trade down avec une équipe à la recherche d’un quarterback, comme Arizona, Buffalo voire Miami. En plus, si les Colts veulent un linebacker, ils pourraient aussi se tourner vers Tremaine Edmunds (Virginia Tech) dont la cote a explosé cet hiver.

7. Tampa Bay Buccaneers : DE Bradley Chubb, NC State

Pourquoi c’est jouable. Les experts envoient tous Derwin James (Florida State) à Tampa Bay mais le safety a refusé l’invitation de la franchise floridienne et ça fait mal, ça fait mal. Et puis, malgré l’arrivée de Jason Pierre-Paul, les Bucs ont besoin de pass rushers pour l’une des pires défenses de la Ligue en terme de pression sur le QB adverse. Si Bradley Chubb est dispo, Tampa Bay ne devrait pas hésiter longtemps.

Pourquoi c’est chaud. Si les franchises du top 6 se jettent sur des quarterbacks, Barkley, Nelson et compagnie, Tampa Bay pourrait se retrouver en position pour sélectionner Chubb. Néanmoins, le manque de qualité au poste de pass rusher dans cette draft fait du joueur un profil rare et son tour viendra certainement avant ce septième choix. Il y a également l’hypothèse Minkah Fitzpatrick si les Bucs tiennent vraiment à renforcer leur secondary avec un joueur dominant.

8. Chicago Bears : LB Tremaine Edmunds, Virginia Tech

Pourquoi c’est jouable. 19 ans, c’est l’âge de Tremaine Edmunds. Il ne sera même pas autorisé par la loi à sabrer le champagne lorsqu’il sera sélectionné au premier tour de cette draft. Malgré son jeune âge, le linebacker est déjà l’un des joueurs les plus productifs de cette classe : 106 tackles, dont 18.5 TFL, en 2016 et 109 tackles, dont 14.5 TFL, en 2017, Edmunds est une véritable machine, bête athlétique capable de couvrir le terrain en long et en large. Un profil qui rappelle Brian Urlacher à Chicago, qui pourrait constituer une escouade de linebackers terrifiante avec Danny Trevathan, Nick Kwiatkoski et le tout jeune joueur de Virginia Tech.

Pourquoi c’est chaud. Edmunds ne sera peut être plus disponible à ce stade de la draft, c’est dire s’il a ébloui les scouts, notamment au combine. Dans ce cas, les Bears pourraient se jeter sur un autre top prospect encore disponible, comme Quenton Nelson ou Roquan Smith. Ils pourraient aussi lorgner sur un cornerback comme Denzel Ward (Ohio State) ou Minkah Fitzpatrick pour apporter du soutien à Kyle Fuller et Prince Amukamara. Chicago a également besoin d’aide dans le pass rush. Enfin, Calvin Ridley (Alabama), qui a rendu visite aux Bears récemment, est un candidat potentiel pour former un tandem jeune et prometteur avec Mitch Trubisky.

9. San Francisco 49ers : DB Minkah Fitzpatrick, Alabama

Pourquoi c’est jouable. Les 49ers tiennent leur quarterback du turfu, ils n’ont désormais plus qu’à bétonner leur roster pour se sortir d’un marasme qui a trop duré. Avec Richard Sherman et Akhello Witherspoon comme cornerbacks, K’Waun Williams et Jimmie Ward comme slot CB, Minkah Fitzpatrick pourrait faire son trou comme free safety à la place d’Adrian Colbert, le choix de septième tour des Niners l’an dernier.

Pourquoi c’est chaud. San Francisco tient déjà ses titulaires en secondary et Fitzpatrick pourrait faire doublon avec Jimmie Ward, un DB polyvalent au profil similaire. Si Roquan Smith ou Tremaine Edmunds sont disponibles ici, les 49ers pourraient être tentés. L’hypothèse Courtland Sutton (SMU) est également privilégiée par certains qui voient en lui le potentiel go-to guy de Jimmy Garoppolo dans le jeu aérien.

10. Oakland Raiders : CB Denzel Ward, Ohio State

Pourquoi c’est jouable. En queue de top 10, les Raiders auront toujours la possibilité de sélectionner un futur playmaker comme Denzel Ward, grand favori des mocks draft pour atterrir à Oakland. Il rejoindrait ainsi son ancien partenaire à Ohio State, Gareon Conley, lui-aussi cornerback et sélectionné au premier tour l’an dernier par la franchise californienne.

Pourquoi c’est chaud. John Gruden voudra probablement apporter de l’aide à Khalil Mack en défense, qu’il s’agisse du pass rush avec un joueur comme Marcus Davenport (UTSA) ou de l’escouade de linebackers si Roquan Smith ou Tremaine Edmunds sont encore là. Minkah Fitzpatrick serait également un renfort de choix pour la secondary. Il y a aussi l’éventualité du remplacement de Donald Penn, qui commence à se faire très vieux, par un rookie comme Connor Williams (Texas) ou Mike McGlinchey (Notre Dame). Enfin, Oakland pourrait préférer un autre top cornerback comme Joshua Jackson (Iowa), selon le profil recherché.

WHO’S HOT?

LB Shaquem Griffin, UCF
C’est la belle histoire cette année. Capitaine des champions nationaux auto-proclamés de UFC, Shaquem Griffin est né sans main gauche, ce qui aurait pu annihiler toute ambition de jouer au football. Mais l’énorme motivation du joueur, probablement remarquée parmi les scouts pros, lui a permis de devenir une machine sur le terrain. Au point de s’inviter au combine, où il a réalisé le meilleur temps au 40-yard dash pour un linebacker dans l’histoire de l’événement pré-draft. Les images de son bench press avec une main artificielle ont fait le tour des réseaux sociaux.

Embed from Getty Images

Shaquem Griffin, Central Florida

LB Uchenna Nwosu, USC
Tandis que certains se demandent comment prononcer son nom, d’autres qui ont moins de temps à perdre cherchent plutôt à savoir si l’un des meilleurs défenseurs de Pac-12 en 2017 correspond plutôt à un profil de linebacker ou de defensive end. Avec 75 tackles, 9.5 sacks l’an dernier et 19 passes déviées sur les deux saisons passées, Nwosu semble avoir sa place en NFL et les experts sont unanimes. Son gabarit devrait néanmoins le brider pour évoluer comme edge rusher, en dépit de qualités athlétiques certaines.

SS Troy Apke, Penn State
Troy Apke, c’est ce mec qui a pété le chrono au 40-yd dash avec un temps de 4.34 secondes alors que personne ne s’y attendait vraiment, même si l’ancien receveur s’est fait une belle réput’ de sprinteur depuis le high school. Troy, c’est un peu l’exemple du gars qui était invité au combine parce qu’il fallait faire le nombre et qui s’est démerdé pour provoquer ce petit boum-boum dans le cœur des scouts. À voir qui dégainera le premier pour s’attirer les services de l’ancien strong safety de Penn State, un gars expérimenté avec déjà quatre années de football de haut niveau derrière lui.

CB Parry Richardson, Tulane
Au milieu d’une classe blindée en cornerbacks, Parry Richardson a fait la diff’ au combine, avec le meilleur temps au 40-yard dash cette année et 15 reps au développé-couché. Une superbe performance pour le CB de Tulane, pas forcément imposant physiquement, mais qui a prouvé ses possibilités pour couvrir en profondeur et se mesurer à des receveurs physiques. Parry pourrait bien être appelé dès la fin du premier tour si il plaît vraiment à quelqu’un.

WHO’S NOT?

WR Simmie Cobbs, Indiana
Avec son grand gabarit, Simmie Cobbs s’imaginait déjà en fin de premier ou au second tour de la draft, comme l’annonçaient les experts, au moment de faire l’impasse sur sa saison senior à Indiana. Mais ses performances athlétiques médiocres au combine devraient lui causer du tort et il pourrait désormais attendre le troisième jour de la draft pour trouver une équipe.

Embed from Getty Images

Orlando Brown, Oklahoma

OT Orlando Brown, Oklahoma
Un massacre. All-American en 2017, Orlando Brown a bossé dur pour convaincre les scouts NFL qu’il mérite sa chance et les experts l’envoyaient déjà dans le top 10 de la draft, à la sortie d’une saison passée à protéger le vainqueur du Heisman et à s’inviter en playoffs avec Oklahoma. Sauf que sa prestation au combine, avec un petit 15 reps au bench press et un temps de presque 6 secondes au 40-yard dash, l’ont complètement cramé. Brown s’inscrit plutôt comme un projet et non pas un prospect fini prêt à jouer le dimanche. L’ancien Sooner devrait glisser après le troisième tour.

DE Hercules Mata’afa, Washington State
L’exemple parfait du joueur productif au niveau universitaire qui se retrouve bridé dans ses ambitions pros par ses capacités physiques limitées. Pass rusher redouté en Pac-12, Hercules Mata’afa a terminé parmi les derniers aux différents ateliers du combine et, à moins d’un gros retournement de situation au Pro Day, il pourrait bien entrer en NFL comme undrafted free agent.

WR Jordan Lasley, UCLA
Après une saison à neuf touchdowns comme go-to guy de Josh Rosen, Jordan Lasley avait obtenu son invitation au combine. Où il s’est complètement planté. Avec un médiocre 4.50 secondes au 40-yard dash, Lasley n’a impressionné personne avec ses mesures athlétiques, toutes hors du top 15 du groupe de receveurs. Pire, il a commis plusieurs drops pendant les ateliers de réception, une faute sans doute éliminatoire aux yeux des scouts NFL. Le meilleur receveur de UCLA l’an dernier ne devrait même pas être appelé à la draft.

TOP 32

1. RB Saquon Barkley, Penn State

Regarder Saquon Barkley courir, c’est comme assister à un ballet au Bolchoï, on hallucine de voir un être humain réussir des mouvements aussi fous. Le running back de Penn State, parfois considéré comme le meilleur prospect cette année, est aussi doué pour courir comme un sprinteur olympique, éviter les plaquages comme ces mecs à poil qui envahissent les pelouses au foot, bloquer comme un tight end, attraper le cuir comme un receveur. En somme, il a le potentiel pour rendre n’importe quelle attaque au sol terriblement dangereuse. Et puis il cartonne aussi en special teams. All Eyez On Me.

2. OG Quenton Nelson, Notre Dame

Seulement quatre offensive guards ont été choisi dans le top 5 lors des vingt dernières années. Quenton Nelson est suffisamment NFL-ready pour s’inviter tout en haut de cette draft. Pour certains, le gros bébé de South Bend serait le seul prospect avec le potentiel d’un Hall of Famer cette année. L’aligner dès cette saison, c’est l’assurance de booster son jeu au sol et de fournir un blindage renforcé au quarterback pour les séquences de passe.

3. QB Sam Darnold, USC

Sam Darnold est largement considéré comme le meilleur quarterback de cette classe par les analystes, et les scouts en pensent probablement de même, en particulier après son Pro Day. Le gamin de 20 ans, qui avait cassé le Rose Bowl en deux il y a un an et demi, n’a pas changé depuis cette soirée du 1er janvier 2017 où quelques mâchoires s’étaient décrochées. Sam a simplement dû se démerder la saison passée derrière une ligne décimée et entouré de receveurs qui ont attendu la mi-saison pour se sortir les doigts. D’où un bon nombre de turnovers, qu’il multiplie dès qu’il force sous pression pour créer une action. Pêché de jeunesse.

4. DE Bradley Chubb, NC State

Embed from Getty Images

Bradley Chubb, North Carolina State

5. QB Josh Rosen, UCLA

Josh Rosen est le seul autre quarterback de cette classe, avec son meilleur ennemi Sam, à pouvoir s’intégrer rapidement dans n’importe quel système offensif NFL. Les interrogations sur son caractère et son dossier médical devraient faire réfléchir les franchises à la recherche d’un QB mais Josh possède un énorme potentiel. Les experts le considèrent comme le meilleur pocket passer de cette classe et il pourrait éventuellement être sélectionné en première position si les conditions sont réunies, c’est-à-dire si les Browns flashent sur lui ou si une équipe amoureuse grimpe tout en haut.

6. DB Minkah Fitzpatrick, Alabama
7. QB Baker Mayfield, Oklahoma
8. LB Tremaine Edmunds, Virginia Tech
9. FS Derwin James, Florida State
10. CB Joshua Jackson, Iowa
11. QB Josh Allen, Wyoming
12. NT Vita Vea, Washington
13. LB Roquan Smith, Georgia
14. CB Denzel Ward, Ohio State
15. OT Connor Williams, Texas
16. WR Calvin Ridley, Alabama
17. DT Da’Ron Payne, Alabama
18. WR Courtland Sutton, SMU
19. OT Tyrell Crosby, Oregon
20. QB Lamar Jackson, Louisville
21. DE Marcus Davenport, UTSA
22. OT Mike McGlinchey, Notre Dame
23. LB Leighton Vander Esch, Boise State
24. DT Taven Bryan, Florida
25. C James Daniels, Iowa
26. CB Donte Jackson, LSU
27. LB Rashaan Evans, Alabama
28. WR D.J. Moore, Maryland
29. OG Will Fernandez, UTEP
30. DE Rasheem Green, USC
31. OG Isaiah Wynn, Georgia
32. CB Jaire Alexander, Louisville

Membre de l'équipe de The Blue Pennant depuis septembre 2013, Loïc s'est trimballé à travers les États-Unis en 2017 pour mieux comprendre le pas-si-petit monde du college football. Seulement deux contraventions pour excès de vitesse sur 20 000 km. Intime de Mark Sanchez, Sam Darnold et des cheerleaders de Wisconsin, promo '76. Label qualité TBP et Sécurité routière.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NFL Draft

NFL Star Academy – Week 14

Loïc Baruteu fait le tour de l’actualité de la draft NFL 2020 : les news, conseil de classe, speed dating, etc… on se croirait à la Star Ac’ !
Vous saurez tout sur les futures stars du dimanche.

Publié

le

Il s’en est passé des choses depuis la dernière mise à jour de cette chronique : Tua est cassé en deux, les Dolphins gagnent des matches de football, Joe est désormais number one dans le petit cœur de pas mal de scouts et plusieurs underclassmen bien en vue ont déjà prévu de s’inscrire à la prochaine draft. On fait le tour, avec un début de mock draft parce que des fois c’est marrant, un bilan des futures stars du college football, des rookies NFL qui ont plus ou moins bien géré la transition vers la Ligue et évidemment des futurs Hall of Famers qui seront sur la grande scène à Indianapolis pour la Draft NFL 2020.

Fil d’actu’

Forcément, la grosse affaire du moment, celle qui fait trembler les scouts NFL, surtout en Floride, c’est la blessure de QB Tua Tagovailoa (Alabama). Le petit prodige de Nick Saban est attendu dans la Ligue depuis le moment où il a posé un pied sur un terrain pour décrocher un titre national avec le Tide et la sérieuse blessure qui l’accable, pour laquelle il est passé sur le billard, devrait lui faire manquer un long moment. Si les premiers retours sont positifs, ce genre de blessure peut également gâcher une carrière et certaines franchises pourraient y réfléchir à deux fois avant de le sélectionner à la draft, surtout dès les tout premiers choix. Le quarterback pourrait également décider de se remettre de sa blessure et de rester à Alabama un an de plus pour faire remonter sa cote. Pour l’heure, le joueur a décidé de prendre son temps et d’en discuter avec la mifa. À suivre sur TBP, du lundi au dimanche, 24h/24.

Coup dur pour Oklahoma qui devra boucler la saison sans TE Grant Calcaterra. Le tight end, attendu de pied ferme en NFL dès 2020 après une campagne freshman mirifique l’an dernier, a choisi de mettre un terme à sa carrière dans le football sur le conseils de plusieurs médecins. Grant a subi plusieurs commotions au cours de ses années dans le foot et son cerveau doit déjà être dans un sacré état. Le joueur a obtenu son diplôme en mai et aurait décidé de rentrer en Californie afin de devenir pompier. Pas sûr que pompier là-bas soit plus safe cependant.

À quelques heures du choc de l’année face à Bama, LB Michael Divinity avait quitté les Tigers pour « raisons personnelles » et il est désormais de retour dans l’équipe. Le senior était un joueur important du pass rush de LSU, bien que sa contribution ait diminué avec le retour de blessure de DE K’Lavon Chaisson. Ed Orgeron n’avait pas fermé la porte à un éventuel retour de Divinity et le voilà donc revenu pour donner un coup de main aux Tigers en playoffs.

SS Bubba Bolden (Miami, FL) s’est malencontreusement pété la cheville en célébrant la première interception de sa carrière avec les Hurricanes, tamponné par un coéquipier. Transféré de USC, il n’a disputé que cinq rencontres cette année et sera donc sur le banc jusqu’au bout, en attendant une autre chance en 2021. Redshirt sophomore, il lui reste encore deux ans d’éligibilité au niveau universitaire.

OMG my god, DE Chase Young a donc manqué deux rencontres alors qu’Ohio State avait décidé de mettre son meilleur joueur de tous les temps sur le banc. Apparemment, il se serait passé un truc en 2018 qui pourrait poser problème avec les règlements musclés de la NCAA et les Buckeyes avaient décidé de prendre les devants. Autrement dit, ils ont sans doute une taupe à Indianapolis. Chase aurait emprunté de l’argent à un ami de la famille et il y a évidemment un passage dans le règlement du sport universitaire qui l’interdit. On attend les conclusions de l’enquête et de la NCAA, qui a quand même autre chose à faire en ce moment, mais la cote du joueur ne devrait pas être touchée malgré son immonde délit. En attendant le top 3 à la draft, Chase a tranquillement été désigné Big Ten Defensive Player of the Year, même avec deux matches en moins.

L’événement de l’année, que dis-je, de ce siècle, c’est évidemment le fait que LSU s’est trouvé une attaque qui inscrit des points et que du coup les Tigers ne se sont pas fait étrangler à Tuscaloosa cette année. Ce bon vieux Eric Edholm de Yahoo Sports nous avait pondu un papier intéressant sur le cauchemar des scouts pour couvrir ce genre de méta-rencontre, avec une liste de prospects NFL longue comme le bras à la fin.

Florida State, qui a déjà perdu son coach, a terminé la saison sans DT Marvin Wilson qui était peut être le meilleur joueur de toute l’équipe. Le junior s’est fracturé la main et devra donc rester sur le banc, avant de probablement se présenter à la prochaine draft où les estimations l’envoyaient au premier tour avant sa blessure, visiblement bénigne.

Ready to Rumble

Chaque année, de plus en plus de prospects underclassmen, c’est-à-dire des joueurs qui ne sont pas des seniors, s’inscrivent à la grande foire aux bestiaux annuelle de la NFL. Certains n’ont pas le temps et ont déjà annoncé leur fin de carrière universitaire alors que la saison n’est pas encore totalement bouclée.

C’est le cas de LB Josh Uche (Michigan), qui a déjà accepté son invitation au Senior Bowl. Le joueur a également promis de jouer jusqu’au bout avec les Wolverines alors que la mode ces dernières années est de faire l’impasse sur les bowls pour éviter une blessure synonyme de chute dans les boards des scouts.

RB Anthony McFarland (Maryland), WR Gabriel Davis (UCF), WR Isaiah Hodgins (Oregon State), DE Yetur Gross-Matos (Penn State), WR Laviska Shenault (Colorado), C Trystan Colon-Castillo (Missouri), C Michael Menet (Penn State), WR Jalen Reagor (TCU), TE Albert Okwuegbunam (Missouri), DT Jordan Elliott (Missouri), TE Pat Freiermuth (Penn State), TE Cole Kmet (Notre Dame), OT Liam Eichenberg (Notre Dame) et RB JJ Taylor (Arizona) forment la longue liste de joueurs déjà décidés à évoluer en NFL au plus tôt.

Top 10 Mock

1. Cincinnati Bengals : QB Joe Burrow, LSU
Sacreblue, les Bengals seraient en fait l’équipe la plus nulle de la Ligue cette année ? Le titre honorifique, jalousement disputé, échoit pour l’heure à la franchise de Cincinnati, qui ne peut que compter sur une progression fulgurante/magique de son nouveau quarterback Ryan Finley pour inverser la tendance mais c’est mal barré. Sinon, il y aura la draft, avec la sensation QB Joe Burrow. Le quarterback de LSU gagne autant que les Bengals perdent et la réunion des deux pourrait provoquer des étincelles. Plus personne ne se pose la question de savoir si Burrow, qui était quand même bien pris pour une merde avant la saison, a le calibre pour le first pick, ça semble couler de source.

2. New York Giants : DE Chase Young, Ohio State
Un scénario idéal pour les Giants, qui ont déjà foiré leur saison de toutes façons. Ce pick vaut très cher avec DE Chase Young et OT Andrew Thomas encore disponibles et capables de répondre immédiatement à des besoins majeurs. La franchise du New Jersey pourrait être très, très, très tentée quand même de s’occuper de son pass rush en carton avec le Buckeye. Avec ses 16.5 sacks en neuf matches cette année et une probable place de finaliste du Heisman Trophy, Young est beaucoup trop talentueux pour que les Giants fassent l’impasse sur le meilleur prospect de cette classe.

3. Washington Redskins : OT Andrew Thomas, Georgia
Impensable que dans une configuration semblable, les Redskins puissent zapper le meilleur offensive lineman de cette classe, à moins d’une catastrophe majeure, généralement une vidéo avec un bong de deux mètres dans une piaule d’étudiant ou une arrestation pour possession d’arme, au choix. Trent Williams a promis de ne plus jamais jouer pour les Redskins et il faut quelqu’un pour bichonner le nouveau messie de la capitale Dwayne Haskins. OT Andrew Thomas est un mammouth qui a protégé un futur quarterback NFL toute l’année à Georgia et qui ne devrait pas avoir trop de mal avec la transition au niveau supérieur après une carrière dans la SEC.

4. Miami Dolphins : WR Jerry Jeudy, Alabama
Mesdames et messieurs, nous vivons une période excitante. La blessure de Tua Tagovailoa a rebattu les cartes dans la tête des experts qui ne résistent pas maintenant à l’envie d’envoyer QB Justin Herbert à Miami, alors que le Duck réalise une superbe saison avec Oregon. Mais les Dolphins auront un énorme tas de pognon à distribuer cet été et ils pourraient bien essayer d’attirer Cam Newton, en fin de contrat et potentiellement sur le départ. Le QB deviendrait instantanément la figure de proue d’une franchise jeune et talentueuse, avec trois choix de premier tour en 2020 et deux en 2021. Pourquoi pas commencer avec WR Jerry Jeudy, comparé à Julio Jones dans le genre receveur gigantesque et véloce, pour donner tout de suite une cible de talent à Cam.

5. Atlanta Falcons : DE AJ Epenesa, Iowa
Atlanta a absolument besoin de renfort dans le pass rush et la sélection de DE AJ Epenesa n’est pas si évidente tant le joueur parait encore un peu brut mais sa marge de progression est énorme et c’est bien ce qui pourrait tenter les Falcons. Son match face à Nebraska avec 14 tackles et 2 sacks a notamment marqué les esprits. DE Yetur Gross-Matos de Penn State est également en bonne position dans les récentes évaluations et pourrait aussi bien être le choix ici selon les préférences d’Atlanta et les résultats des joueurs au Combine.

DT Derrick Brown, Auburn – Crédit photo : Auburn Athletics

6. Detroit Lions : DT Derrick Brown, Auburn
Largement considéré comme le meilleur interior DL de cette cuvée, DT Derrick Brown est le genre de joueur capable d’apporter une contribution immédiate au sein d’une équipe de Detroit qui aurait besoin d’un coup de main en défense. L’imposant Tiger s’est d’ailleurs illustré dans l’Iron Bowl face à Alabama avec 7 tackles dont 3.5 TFL. Ancien prospect cinq étoiles, Brown vient de boucler sa troisième saison comme titulaire avec Auburn et son avenir chez les pros est déjà tracé.

7. Arizona Cardinals : OT Tristan Wirfs, Iowa
À l’heure actuelle des choses, OT Tristan Wirfs est le deuxième meilleur prospect au poste de left tackle, et de loin. Polyvalent, il peut évoluer à gauche ou à droite et sa position sur l’un ou l’autre côté dépendra du recrutement des Cards durant la free agency alors que les deux tackles titulaires de l’équipe seront libres au printemps. Arizona pourrait aussi se tourner vers une nouvelle cible pour Kyler Murray alors que Larry Fitzgerald devrait prendre sa retraite et devra définir ses priorités, sachant que cette classe est blindée de receveurs de qualité.

8. Jacksonville Jaguars : LB Isaiah Simmons, Clemson
C’est redevenu la lose extrêmement vite à Jacksonville, au point que pas mal de monde devrait se faire virer. Prévoyant, Jalen Ramsey s’est déjà barré depuis un moment et son absence a quand même fait très mal aux Jags. Pour le remplacer, il y a du choix chez les prospects mais peut être pas forcément de cornerback méritant le huitième choix, en dépit de l’émoi provoqué par Jeffrey Okudah parmi les experts. LB Isaiah Simmons est un défenseur hors pair, baladé entre linebacker et safety avec Clemson mais qui s’impose clairement comme un LB NFL avec les qualités athlétiques pour s’imposer au plus haut niveau. Sa cote pourrait bien exploser dans les mois qui précèdent la draft, d’où sa potentielle sélection dès le top 10. Explosif, agressif, dominant en couverture aérienne, il serait un renfort de poids pour des Jaguars qui ont également perdu Telvin Smith, désormais retraité du football, et qui ont besoin d’aider un peu Myles Jack.

9. New York Jets : OT Jedrick Wills, Alabama
Sam Darnold prouve parfois qu’il est l’un des meilleurs espoirs de la Ligue au poste de quarterback mais le problème est qu’il est bien trop irrégulier. Les stats montrent que le quarterback des Jets est affreusement mauvais lorsqu’il est sous pression et bâtir une ligne offensive robuste sera la clé de son développement à New York. OT Jedrick Wills est un monstre de puissance, pas forcément très en vue pour l’heure mais dont la cote devrait grimper à l’approche de la draft lorsque ses mérites seront reconnus. S’il devrait être plus à l’aise à droite pour débuter dans la Ligue, il n’est pas à exclure qu’il soit aligné comme left tackle et ses résultats athlétiques au Combine donneront déjà des indications.

10. Los Angeles Chargers : QB Justin Herbert, Oregon
QB Justin Herbert n’a pas encore reçu son label qualité malgré une très belle saison et les franchises devraient être frileuses à l’idée de le sélectionner trop haut. La régression de Philip Rivers est néanmoins évidente et les Chargers n’auront probablement pas un tel choix pour leur futur franchise quarterback au deuxième tour. Le quarterback d’Oregon pourrait éventuellement apprendre derrière son aîné si Rivers prolonge à Carson ou bien se voir rapidement confier la charge de l’attaque. Autrement, les Chargers ont besoin d’aide sur la ligne offensive et pourraient se tourner vers OT Austin Jackson dont la cote grimpe en flèche, voire un cornerback ou un receveur selon les besoins post-free agency.

DE Carlos Basham, Wake Forest – Crédit photo : Wake Forest Athletics

Conseil de classe

DE Carlos Basham, Wake Forest
vs Syracuse – 6 tackles, 0.5 TFL, 1 BrUp
17 TFL et 10 sacks cette saison pour Carlos, une incroyable progression depuis sa saison 2018 à 4.5 sacks. Le pass rusher de Wake Forest, aussi balèze qu’athlétique, est un futur every-down player en NFL avec le potentiel pour être sélectionné dès le milieu du premier tour, surtout au sein d’une classe de defensive ends pas forcément quantitative.
Résultat : des efforts qui vont payer. En dollars.

SS Grant Delpit, LSU
vs Texas A&M – 3 tackles, 1 BrUp, 1 int
De grosses interrogations apparaissent au sujet de Grant, préalablement projeté dans le top 10, une fenêtre trop ambitieuse pour un joueur qui rate beaucoup de plaquages. Le safety est tout simplement l’un des défenseurs qui ratent le plus de plaquage depuis le début de la saison au niveau FBS. La cote de Grant fond comme neige au soleil, malgré la superbe saison de LSU, et il parait maintenant un peu tard pour le safety qui pourrait tout de même émerger au premier tour. De retour de blessure face aux Aggies, le safety s’est illustré avec sa seconde interception de la saison.
Résultat : des lacunes évidentes malgré un talent certain.

DE Marlon Davidson, Auburn
vs Alabama – 2 tackles
Marlon fait partie de ces gars qui devraient émerger dans les prochains mois, un sleeper comme on les appelle. Sa belle technique pour le poste et son one man show face au Bulldog Andrew Thomas, a priori le meilleur left tackle de cette classe, font de lui un prospect intéressant, probablement capable de franchir un palier dans la Ligue et de se faire une place quelque part au sein d’une rotation. S’il n’a pas énormément pesé statistiquement face à Bama, ses 7.5 sacks cette saison sont révélateurs.
Résultat : mention pas mal.

CB Parnell Motley, Oklahoma
vs Oklahoma State – 6 tackles, 2 FF, 1 FR, 1 BrUp, 1 int
Il y a deux ans, à Stillwater, Parnell avait pris la misère par James Washington et s’était retrouvé sur le banc. On peut considérer qu’il a pris sa revanche sur les Cowboys cette année avec un fumble provoqué et récupéré, ainsi que deux interceptions, dont une injustement annulée. Les experts l’envisagent plutôt en queue de draft mais sa capacité à se surpasser pourrait bien convaincre une franchise à la recherche d’un cornerback pour la rotation dans le slot. Le processus de scouting au printemps prochain devrait faire évoluer significativement la cote du Sooner dans un sens ou l’autre.
Résultat : stakhanoviste.

OT Alex Taylor, South Carolina State
vs Norfolk State
Chaque année, des offensive linemen de facs modestes se mettent en évidence au Senior Bowl et Alex est déjà comparé à Ali Marpet alors qu’il a obtenu son invitation pour le fameux match des seniors. L’immense tackle pourra se confronter à une opposition plus robuste que celle qu’il connait, avec à la clé un ticket pour la NFL dès la prochaine draft. Ancien prospect deux étoiles, Alex brille surtout pour bloquer dans les jeux de course même si ses qualités de protection de passe semblent évidentes, bien qu’intermittentes. Avec un peu de temps pour se développer, il pourrait devenir une valeur sûre à son poste.
Résultat : encouragements.

LB Isaiah Simmons, Clemson
vs South Carolina – 10 tackles, 2 TFL, 1 sack, 1 BrUp
À l’époque où Isaiah était minot et pratiquait l’athlétisme, les autres parents le surnommaient « LeBron » car sa grande taille et sa vitesse faisaient de lui un homme parmi des enfants. Puis le prodige athlétique s’est tourné vers le football, comme receveur et free safety, et ses coaches l’ont surnommé « Slimmons » parce que ça lui allait mieux comme surnom vu que LeBron James était cinq à six fois plus épais que lui. Isaiah s’est rapidement imposé, jouant sur sa vitesse ébouriffante et sa détermination qui en font un playmaker à n’importe quel endroit du terrain. Un peu boudé par les programmes majeurs lors de son recrutement parce que personne ne savait comment le faire jouer, il a finalement atterri à Clemson, en manque de defensive backs. Depuis, le Tiger est devenu l’un des meilleurs prospects du pays, le linebacker du futur, capable de couvrir un slot receiver, de stopper la course avant la ligne de scrimmage ou encore de couvrir le terrain sideline-to-sideline. En un mot comme en cent, Isaiah est un three-down linebacker comme la NFL en cherche désespérément alors que les attaques de type spread sont presque devenues une norme.
Résultat : félicitations du jury, qui se lève pour applaudir.

Isaiah « Slimmons »

TE Albert Okwuegbunam, Missouri
vs Arkansas – 0 rec
À l’aube de la saison, Albert était vu comme un futur premier tour de draft pour ses qualités de receveur mais les choses ne se passent pas toujours comme prévu et le tight end a beaucoup souffert du départ de Drew Lock pour la NFL. Sa production a fortement chuté, au point de ne pas toucher le cuir à Arkansas, et il n’a pas non plus développé ses faibles capacités de bloqueur, ce qui fait dire aux experts que le joueur de Mizzu devrait glisser au second, voire au troisième tour.
Résultat : aurait sans doute mieux fait de redoubler.

WR Michael Pittman, USC
vs UCLA – 13 rec, 104 rec, 2 TD
Michael a été rapidement impliqué dans le jeu aérien dès ses premiers pas sur le campus de USC mais personne n’aurait imaginé une telle trajectoire, alors que le massif playmaker a été désigné MVP des Trojans cette saison et finaliste du Biletnikoff Award décerné au meilleur receveur du pays. Il a été l’un des facteurs importants des débuts réussis du jeune quarterback Kedon Slovis, en particulier sur de longues passes dans la profondeur parfois hasardeuses. Cette classe de receveurs est blindée mais le physique imposant de Michael pourrait faire la différence avec un bon Combine.
Résultat : en progression constante, prêt pour le niveau suivant.

WR Chase Claypool, Notre Dame
vs Stanford – 3 rec, 63 yds, 2 TD
Chase a clairement émergé comme le receveur numéro un à Notre Dame, en particulier dans les moments décisifs, comme avec sa réception pour 26 yards sur 4 & 10 qui a sauvé les miches des Irish avant leur touchdown vainqueur contre Virginia Tech. Attention aux drops cependant. Selon l’analyste Scott Wright, la capacité du joueur à s’illustrer également en special teams pourrait faire la différence à la draft pour se démarquer au sein d’une classe de receveurs surchargée. Surtout, la progression de Chase semble encore inachevée alors qu’il a bouclé le mois de novembre avec 30 réceptions pour 455 yards et 8 touchdowns.
Résultat : bon élève, studieux, appliqué.

LB Terrell Lewis, Alabama
vs Auburn – 1 tackle, 1 TFL
Absent toute la saison 2018 sur blessure, Terrell est tranquillement revenu au plus haut niveau et se pose aujourd’hui comme l’un des meilleurs pass rushers du pays. Pas mal de monde l’envisage au premier tour, avec son gabarit énorme qui n’empiète pas sur ses capacités athlétiques. Reste à voir si le relâchement du Tide contre Auburn joue contre lui et si ses performances dans les ateliers techniques du Combine suivent.
Résultat : sérieux.

QB Case Cookus, Northern Arizona
vs Idaho – 29/51 (56.9%), 450 yds, 3 TD
Le meilleur prospects de FCS depuis Jimmy Garoppolo devrait trouver sa place à la draft, malgré un dossier médical salé. FCS National Freshman of the Year en 2015 pour sa première saison à la tête des Lumberjacks après 40 touchdowns inscrits, Case avait passé la plupart du temps blessé lors des deux années suivantes, avant de revenir en forme en 2019. Si un no name QB devait surgir par surprise dans le top 10 à la draft, ce serait probablement lui tant sa production et son gabarit en font un prospect d’élite aux yeux des scouts.
Résultat : de retour au sommet malgré les épreuves.

LB Akeem Davis-Gaither, Appalachian State – Crédit photo : App State Athletics

Speed Dating

LB Akeem Davis-Gaither, Appalachian State
Classe : SR
Taille : 188 cm, comme Donald Trump lol.
Poids : léger.
Signe astrologique : petit mais costaud.

Les experts nous décrivent Akeem comme un garçon avec une « fluidité naturelle ». Ok, chacun son truc. Forcément, ça peut quand même servir. Surtout en couverture de passe, un domaine où le linebacker assure à mort avec des mimiques de cornerback pour pister les tight ends ou les slot receivers. Explosif, le Mountaineer semble souvent en avance sur les running backs adverses qui essaient de s’échapper du backefield et son excellente technique de plaquage lui permet généralement de terminer l’action lui-même. Il fallait quand même bien un « mais » et le modeste gabarit du joueur en est un. Ce qui ne l’a pas empêché de finir Sun Belt Defensive Player of the Year et de se présenter comme un linebacker capable d’apporter un soutien immédiat en couverture aérienne, de quoi faire réfléchir les quarterbacks adverses avant de lancer et donc de laisser plus de temps au pass rush. Avec quelques kilos en plus, quand même.

Programme

Utah vs Oregon, Santa Clara (CA)
Pac-12 Championship Game
Le samedi 7 décembre à 2h (GMT+1)
Le suspense dans la Division South a bien failli nous achever mais c’est finalement Utah, au mérite, qui s’impose et qui va se retrouver contre Oregon, beau vainqueur de Division North par TKO. Des prospects à la pelle des deux côtés et surtout une belle confrontation entre l’exceptionnelle OL des Ducks et la defensive line en forme de moissonneuse-batteuse des Utes ; DE Bradley Anae et NT Leki Fotu auront l’occasion de se mettre en évidence devant les scouts face à OG Shane Lemieux, C Jake Hanson et OT Calvin Throckmorton. Forcément, la performance de QB Justin Herbert sera observée sous moult angles et ralentis mais QB Tyler Huntley sera également scruté. Sans oublier TE Jacob Breeland et CB Deommodore Lenoir pour Oregon et RB Zack Moss et CB Jaylon Johnson pour Utah qui ont tous une chance d’être appelé à la prochaine draft.

Baylor vs Oklahoma, Arlington (TX)
Big 12 Championship Game
Le samedi 7 décembre à 18h (GMT+1)
Quel suspense pour le titre de Big 12 entre deux équipes à 11-1 alors que les Sooners se sont vautrés contre Kansas State et que Baylor a chuté face à… Oklahoma. Oh mon dieu, c’est l’heure de la revanche on dirait. Les Bears s’étaient inclinés de peu, 31-34, et les vedettes WR Denzel Mims, DT James Lynch et DT Bravvion Roy seront à nouveau en danger face à l’armada des Sooners, à moitié composée de futurs joueurs pros, dont WR CeeDee Lamb, très probable choix du top 15, C Creed Humphrey, QB Jalen Hurts, LB Kenneth Murray ou encore DT Neville Gallimore.

Georgia vs LSU, Atlanta (GA)
SEC Championship Game
Le samedi 7 décembre à 22h (GMT+1)
Grosse bagarre en perspective entre les deux meilleures équipes de SEC cette saison et deux potentiels candidats aux playoffs. LSU est un véritable pipeline à talent NFL depuis de nombreuses années et les Tigers s’apprêtent à fournir pléthore de prospects capables de faire la diff chez les pros, notamment CB Kristian Fulton, SS Grant Delpit, DT Rashard Lawrence, LB K’Lavon Chaisson, LB Jacob Phillips, WR Justin Jefferson et évidemment QB Joe Burrow. On devrait retrouver toute la clique en playoffs mais attention à QB Jake Fromm, bien protégé derrière OT Andrew Thomas et OG Solomon Kindley.

Ohio State vs Wisconsin, Indianapolis (IN)
Big Ten Championship Game
Le dimanche 8 décembre à 2h (GMT+1)
La revanche, peut être, pour les Badgers face aux Buckeyes. Une occasion, certaine, de voir s’affronter à nouveau bon nombre des meilleurs prospects de Big Ten, avec au casting à Ohio State DE Chase Young, aspirant au Heisman Trophy, CB Jeffrey Okudah, LB Malik Harrison, RB JK Dobbins, OT Thayer Munford, OG Jonah Jackson ou encore CB Shaun Wade. En face, on espère que ça ira mieux cette fois pour RB Jonathan Taylor, qui avait été contenu avec 52 minuscules yards. Il devra compter sur l’un des meilleurs centers de cette classe C Tyler Biadasz, tandis que les défenseurs LB Zack Baun et LB Chris Orr auront fort à faire de leur côté.

QB Sam Howell, North Carolina (#7) – Crédit photo : Kevin C. Cox/Getty Images

The Future is Today

Depuis quelques années, les coaches ne sont carrément plus frileux à l’idée de lancer un quarterback true freshman dans le grand bain. À USC par exemple, c’est presque devenu une tradition. Après la blessure dès le premier match de JT Daniels, true freshman en 2018, c’est la recrue QB Kedon Slovis (USC) qui a pris la relève contre toute attente ; 24 touchdowns, 9 interceptions, c’est le bilan de l’ancien prospect trois étoiles cette saison. En Pac-12 toujours, QB Jayden Daniels (Arizona State) a assuré également, de même que QB Sam Howell (North Carolina), désigné ACC Rookie of the Year. Il sera intéressant de suivre la progression de QB Taulia Tagovailoa (Alabama), le petit frère de Tua, en lice pour succéder à son frangin l’année prochaine si celui-ci décide de passer pro.

QB Tanner Morgan (Minnesota) n’est plus un freshman, lui, mais le sophomore a complètement explosé à la face de la planète cette saison et les Gophers ont réalisé une saison historique dans son sillage. À suivre.

L’une des plus énormes sensations de toute l’année, c’est évidemment le true freshman WR David Bell (Purdue) et ses 791 yards en 65 réceptions pour 5 touchdowns. Privés de Rondale Moore, les Boilermakers n’ont pas cherché longtemps avant de trouver un playmaker capable d’assurer l’intérim en l’absence du meilleur joueur de Purdue et le tandem Moore-Bell devrait causer des migraines aux coaches de Big Ten l’année prochaine.

Chez les true freshmen toujours, personne n’a raté la saison folle de CB Derek Stingley (LSU), titulaire d’entrée de jeu pour suppléer Greedy Williams, désormais en NFL. Le cornerback n’a que 18 ans mais il figure déjà en tête des meilleurs cornerbacks de Power Five selon PFF. Derek sera sans doute dans Madden 23 avec une note de 99 comme rookie.

On a aussi beaucoup vu RB Zach Charbonnet (Michigan), qui a résolu à lui tout seul le problème de jeu au sol des Wolverines, oklm. Ce qui n’a pas forcément arrangé l’hémicrânie perpétuelle de Jim Harbaugh. DB Verone McKinley (Oregon) s’est posé en patron dans une défense des Ducks pas mal efficace cette saison et le Texan pourrait chercher à se mettre en évidence sur la scène nationale l’an prochain avant de se présenter potentiellement à la draft 2021 comme underclassman. Un autre redshirt freshman a brillé de l’autre côté du pays, DE Gregory Rousseau (Miami, FL), qui s’est promené cette saison avec 12 sacks, dont 3 face à Pittsburgh puis 4 contre Florida State, mazette. Le sophomore LB Micah Parsons (Penn State) sort également d’une remarquable saison avec 95 tackles, soit le meilleur total des Nittany Lions pour la seconde année consécutive. En vingt cinq rencontres en carrière, le linebacker a compilé 178 tackles et 4.5 sacks et la NFL l’attend déjà de pied ferme.

Pour finir, avec les OL, une denrée rare ces dernières années à la draft, PFF a désigné OT Penei Sewell (Oregon) Pac-12 Player of the Year d’après une combinaison de statistiques qui montrent un niveau de jeu record aussi bien en protection de passe que dans le jeu au sol. Le left tackle de Justin Herbert sera junior l’an prochain et éligible à la draft 2021, une issue très probable alors que Sewell possède déjà deux ans d’expérience avec Oregon. Sophomore également, OT Darian Kinnard (Kentucky) s’est imposé progressivement comme left tackle titulaire depuis la fin de sa saison freshman en 2019 et ses mérites ont été reconnus cette année. OG Nick Rosi (Toledo), OG Josh Rivas (Kansas State), C Tyler Linderbaum (Iowa) ou encore OG Alijah Vera-Tucker (USC) seront à surveiller après des débuts de carrière prometteurs.

Graines de Millionnaires

Cette année, Mr Irrelevant s’appelle Caleb Wilson. L’ancien tight end de UCLA a eu chaud après avoir sauté sa dernière année de fac pour s’inscrire à la draft mais il a finalement bien été sélectionné, avec l’ultime choix des Arizona Cardinals au septième tour. Ancien walk-on à USC sous les ordres de son père Chris Wilson, il avait choisi d’être transféré à UCLA après le renvoi de son papoune. Aujourd’hui, Caleb se planque peinard dans le désert sur le practice squad des Cards en attendant mieux. Peut être.

On approche des playoffs et certains rookies n’ont pas encore su bien se mettre en évidence. C’est le cas de DT Quinnen Williams (Alabama/NY Jets) avec 23 tackles et 1.5 sacks via la rotation sur la ligne 3-4 des Jets. Troisième choix de la draft 2019, une production plus importante était quand même attendue, surtout avec le trade en milieu de saison de Leonard Williams. Il faut dire que le système dans lequel le rookie évolue ne lui permet pas forcément de briller dans le pass rush, surtout en passant la moitié du temps sur la sideline mais le ciel est la limite pour l’imposant lineman.

La plus grosse déception 2019 demeure toutefois DE Clelin Ferrell (Clemson/Oakland) qui a vécu une première saison compliquée. Le maigre bilan du pass rusher avec 3.5 sacks fait un peu pitié face à LB Josh Allen (Kentucky/Jacksonville) et ses 9 sacks, qui lui était préféré par les experts avec le quatrième choix des Raiders et qui fait le bonheur des Bills. Pire, Ferrell est éclipsé au sein de sa propre équipe par un autre rookie, DE Maxx Crosby (Eastern Michigan/Oakland), sélectionné au quatrième tour et auteur de 7.5 sacks. Avec un an d’expérience derrière lui et, en espérant, une meilleure secondary à Oakland en 2020, Ferrell devrait remettre les pendules à l’heure.

Pas facile non plus pour QB Dwyane Haskins (Ohio State/Washington), avec son bilan de 2 touchdowns pour 6 interceptions mais la situation catastrophique chez les Redskins, avec une ligne offensive en vrac, un jeu au sol bancal et un groupe de receveurs limité, sans oublier le coach viré au milieu de la saison, n’arrange rien. On jugera l’an prochain la valeur du nouveau franchise quarterback de Washington, déjà le sixième titulaire du poste chez les Skins depuis 2018.

On suivra également la progression d’autres rookies pas encore NFL-ready mais en bonne voie pour l’exercice 2020, comme DT Jerry Tillery (Notre Dame/LA Chargers), 28e choix en 2019, ou DE LJ Collier (TCU/Seattle), sélectionné juste après, éclipsé par les vétérans Jadeveon Clowney et Ezekiel Ansah. Ce dernier arrive au terme de son contrat avec les Seahawks et Collier aura sans doute l’opportunité de se mettre en évidence plus régulièrement l’année prochaine.

Au rang des déceptions toujours, on trouve forcément les Bengals, derniers de la Ligue et qui ont bien foiré leur draft. Si la blessure grave de OT Jonah Williams (Alabama/Cincinnati) dès l’offseason ne pouvait évidemment pas être anticipée, le choix de TE Drew Sample (Washington/Cincinnati) au deuxième tour laisse pantois alors que le joueur n’a quasiment pas été utilisé cette saison, avec 5 malheureuses réceptions pour 30 yards. Enterré au fond du depth chart, l’ancien Huskie pourrait avoir sa chance l’an prochain si Tyler Eifert n’est pas re-signé par les Bengals au printemps.

On se penchera la semaine prochaine sur les rookies qui ont fait le taff cette année et qui s’inscrivent dans la durée en NFL, comme DE Nick Bosa (Ohio State/San Francisco), RB Josh Jacobs (Alabama/Oakland) ou encore LB Devin Bush (Michigan/Pittsburgh). Teasing.

Lire la suite

NFL Draft

NFL Star Academy – Week 9

Chaque semaine, Loïc Baruteu fait le tour de l’actualité de la draft NFL 2020 : les news, conseil de classe, speed dating, etc… on se croirait à la Star Ac’ !
Vous saurez tout sur les futures stars du dimanche.

Publié

le

Fil d’actu’

Beaucoup de scouts au match entre Ohio State et Northwestern, seize au total, ainsi que cinq GM.

Toujours selon Eric Edholm de Yahoo Sports, pas moins de six quarterbacks ont le talent pour partir dans le top 10 : Tua Tagovailoa (Alabama) évidemment, Justin Herbert (Oregon), Joe Burrow (LSU), Jacob Eason (Washington), Jalen Hurts (Oklahoma) et Jordan Love (Utah State). Eric se permet même un parallèle avec la classe 1983 qui compte trois Hall of Famers (John Elway, Jim Kelly, Dan Marino) mais pour l’heure rien ne permet d’affirmer que les QB envoyés au premier tour en 2020 ne sauront assurer la transition dans une NFL résolument tournée vers la passe.

RB Maurice Washington « ne fait pas partie de l’équipe à l’heure actuelle ». C’est la sentence à la Denis Brogniart annoncée par Scott Frost, coach de Nebraska, après que son running back sophomore ait été cité dans une affaire de « alleged revenge porn case » en Californie. Stay classy, my friends. Frost a cependant laissé la porte ouverte pour un retour du joueur dans l’équipe et il faudra sans doute attendre le dénouement des procédures judiciaires, en décembre, pour en savoir plus sur le futur du joueur.

La SEC n’a pas eu de quarterback sélectionné au premier tour depuis Johnny Manziel (Texas A&M) en 2014 et cette cuvée 2020 pourrait marquer l’Histoire avec QB Tua Tagovailoa (Alabama), QB Joe Burrow (LSU) et QB Jake Fromm (Georgia) tous considérés comme des choix de premier tour. Tagovailoa est toujours envisagé comme le top pick à venir pour les Miami Dolphins malgré sa récente blessure bénigne.

Les Dolphins, qui devraient être récompensés à la fin d’une saison de tanking intense par le premier choix de la draft donc, seraient quand même bien emmerdés parce qu’ils ont besoin d’un quarterback mais que DE Chase Young (Ohio State) réalise une saison de malade mental. Le gars a passé 4 sacks et 2 fumbles forcés à Wisconsin, pourtant un gros client. On parle énormément de lui pour le Heisman Trophy, et ça va même jusqu’à remettre en question la légitimité du trophée en question étant donné qu’il sera forcément remis à un joueur offensif. Certains analystes sont tellement excités qu’ils estiment que Young est un meilleur prospect que Myles Garrett il y a quelques années. La stratégie des Dolphins pourrait donc se tourner vers le pass rusher avec le top pick, avant de sélectionner un des nombreux top quarterbacks avec l’un de ses deux autres choix de premier tour, hérités des Steelers et des Texans.

Pour remercier LT Penei Sewell (Oregon) d’avoir bloqué efficacement contre les Huskies il y a deux semaines, RB Cyrus Habibi-Likio (Oregon) a tenu à le remercier (l’empoisonner ?) avec un mac’n’cheese maison. Le tackle est un élément prépondérant de la ligne des Ducks cette année et fait beaucoup parler de lui, déjà régulièrement encensé par un autre équipier, RB CJ Verdell (Oregon).

La belle histoire guimauve de la semaine qu’on adore, rapportée par Bri Amaranthus pour NBC Sports, celle des frangins WR Michael Pittman (USC) et WR Mycah Pittman (Oregon) qui s’affrontent ce week-end en Pac-12. Michael, senior, domine la conférence en yards à la réception et s’est affirmé comme un joueur vital pour les Trojans, tandis que Mycah, freshman, a récemment effectué des débuts prometteurs sous les couleurs des Ducks.

Mike Farrell de Rivals est revenu sur la façon dont les prospects sont étudiés au high school et s’est aidé de plusieurs exemples, notamment DE Chase Young (Ohio State), QB Kellen Mond (Texas A&M) ou encore QB Skylar Thompson (Kansas State) pour savoir si les scouts de Rivals avaient visé dans le mille il y a quelques années, lorsque ces futurs joueurs NFL portaient encore le teddy de leur équipe de high school, et il n’a pas hésité à se flageller lorsqu’ils se sont plantés.

OL Calvin Throckmorton, Oregon – Crédit photo : Getty Images

Conseil de classe

OL Calvin Throckmorton, Oregon
vs Washington State
Dans la victoire des Ducks contre Washington State, Calvin a fêté sa quarante-sixième titularisation consécutive avec Oregon. Désigné Pac-12 Offensive Lineman of the Week contre Washington il y a deux semaines, Calvin est l’un des piliers de la ligne offensive des Ducks, qui s’affirme comme l’une des meilleures du pays cette année. Reste à déterminer si le joueur sera aligné à droite ou à l’intérieur de la ligne en NFL mais il devrait probablement retrouver un rôle de guard chez les pros.
Résultat : régulier et appliqué, passage au niveau supérieur.

QB Brian Lewerke, Michigan State
vs Penn State – 16/34 (47.1%), 165 yds, 1 int
Seulement 11 touchdowns en huit rencontres cette saison pour le quarterback de Spartans qui piétinent avec leur bilan de 4-4. Face à Penn State, Brian était sans doute in the kitchen tellement il était transparent sur le terrain, avec moins de la moitié de ses passes complétées et une interception, sa quatrième cette année. En dépit de conditions difficiles et d’une adversité féroce, il n’a pas su élever son niveau de jeu et a montré les mêmes faiblesses habituelles, c’est-à-dire une difficulté à se montrer précis et à ne pas saisir les bonnes opportunités. Difficile de l’imaginer ailleurs que sur un practice squad.
Résultat : bonnet d’âne.

RB JK Dobbins, Ohio State
vs Wisconsin – 20 att, 163 yds, 2 TD, 3 rec, 58 yds
JK est une star nationale cette année, qui fait couler beaucoup d’encre avec ses performances dignes d’un ancien running back des Buckeyes qui aime se promener le nombril à l’air sur les sidelines NFL. Encore mieux, JK est le premier coureur de l’histoire d’Ohio State à atteindre mille yards lors de ses saisons freshman, sophomore et junior, malgré un temps de jeu réduit puisqu’il termine généralement les matches sur le banc pour se reposer quand les Buckeyes dominent leur sujet. Les analystes s’enflamment sur le joueur, lui font remporter le Heisman Trophy, l’envoient au premier tour, et surtout le considèrent comme le meilleur running back de cette classe, devant Jonathan Taylor.
Résultat : major de promo. À l’aise.

OL Josh Jones, Houston
vs Southern Methodist
La question se posait de savoir si Josh pourrait évoluer comme offensive tackle en NFL, poste qu’il occupe actuellement avec Houston. La réponse est visiblement non. Complètement submergé par les edge rushers de SMU, il a surtout montré que sa seule chance de jouer dans la Ligue serait éventuellement de se décaler à l’intérieur de la ligne comme guard où ses capacités limitées de bloqueur seraient moins exposées.
Résultat : devrait penser à une réorientation post-études.

OT Matt Peart, Connecticut (#65) – Crédit photo : Ian Bethune/The UConn Blog

OT Matt Peart, Connecticut
vs Massachussets
Connecticut s’est récemment fait virer de la conférence AAC et il faut dire qu’ils sont tellement nuls que ça paraît légitime ; les Huskies n’ont pas remporté le moindre match de conférence en deux ans et n’ont pas sorti de joueur NFL en 2019. Avant la saison, les scouts estimaient cependant le right tackle comme un potentiel choix de fin de draft, entre le cinquième et le septième tour, Matt s’étant taillé une belle réputation dès ses débuts comme redshirt freshman en 2016. Depuis, silence radio. Le lineman n’a jamais paru progresser et ses faiblesses, un jeu trop en dilettante et une attitude nonchalante, semblent l’avoir définitivement grillé. Désolé UConn mais ça semble peu probable qu’un Husky soit sélectionné en 2020.
Résultat : recalé.

LB Mykal Walker, Fresno State
vs Colorado State – 5 tackles, 2 TFL, 1.5 sacks
Avant la saison dernière, tout le monde s’en foutait royalement d’un joueur transféré de Azusa Pacific, une fac évangélique de Californie, vers le modeste programme de Fresno State. Jusqu’à ce que Mykal termine l’exercice avec 87 plaquages, dont 4,5 sacks, sans oublier 1 interception et 7 passes déviées. Aujourd’hui, on s’intéresse déjà un peu plus au linebacker, aligné à l’extérieur dans une défense 3-4 en 2019 et désormais posté au milieu de la défense Ce qui impressionne surtout cette saison, c’est la facilité avec laquelle Mykal a effectué la transition de pass rusher vers ILB. Évidemment, le Bulldog devra beaucoup compter sur ses performances avant la draft, qu’il s’agisse d’une probable participation à un senior bowl ou au Combine. Mykal devrait faire les affaires d’une franchise NFL à la recherche de profondeur et de qualité en special teams, avec une sélection estimée au quatrième ou cinquième tour.
Résultat : ne dispose pas de facilités mais travaille dur pour atteindre ses objectifs.

C Cesar Ruiz, Michigan
vs Notre Dame
Ça fait quelques semaines que Cesar fait le buzz parmi les scouts et la perf’ des Wolverines contre Notre Dame, en particulier celle du center, abonde dans le sens des scouts. Le center de Michigan est actuellement considéré comme un choix de second ou troisième tour, alors qu’il s’est montré quasiment parfait face à la DL des Irish, avec 303 yards au sol pour l’équipe de Jim Harbaugh. Athlétique, solide, volontaire, Cesar semble en bonne voie pour être l’un des premiers joueurs à son poste sélectionnés en 2020.
Résultat : bon élève.

WR Whop Philyor, Indiana
vs Nebraska – 14 rec, 178 yds
On pensait que Whop est un prénom pourri pour son gosse mais il s’agit en fait d’un surnom. Le receveur des Hoosiers s’appelle en réalité Mister. C’est un prénom, visiblement. Comme quoi on peut se taper des parents un peu originaux et réussir dans la vie. Whop, ou Mister donc, est l’une des bonnes surprises de l’année au sein d’une équipe d’Indiana qui fait son trou avec un joli bilan de 5-2. À Nebraska, le receveur a signé son troisième match de l’année avec au moins dix réceptions et cent yards au compteur. Encore junior, Whop pourrait choisir de rester à la fac pour faire grimper sa cote mais ses deux belles campagnes consécutives en 2018 et 2019 pourraient le tenter à s’inscrire à la prochaine draft.
Résultat : discret mais efficace.

LB Omari Cobb, Marshall (#31) – Crédit photo : Herdzone

Speed Dating

LB Omari Cobb, Marshall
Classe : SR
Taille : 1m95 les bras baissés.
Poids : 102 kg, poids de forme.
Signe astrologique : Anthony Mackie/Nate Ruffin dans
We Are Marshall.

Qui est Omari Cobb ? Un étudiant consciencieux, désigné Student of the Week à Marshall ? Un retwitter fou qui partage sur son compte perso tout ce qui passe devant son écran ? Un cauchemar pour l’attaque de FAU ? Tout ça en même temps. Avec ses 11 plaquages, 1 sack et 1 passe déviée contre les Owls, Omari a fait un joli carton et le capitaine du Herd, senior cette année, marque le coup alors que les scouts ne l’envisageaient pas à la draft. Son gabarit et sa vitesse de pointe pourraient faire parler de lui au Combine, histoire de montrer à tout le monde qu’il n’est pas devenu un linebacker aussi redoutable contre la course sans raison.

Programme

Georgia vs Florida, Jacksonville (FL)
Le samedi 2 novembre à 20h30 (GMT+1)
Les Gators n’ont peut être pas de superstar au poste de receveur mais le groupe est blindé, avec WR Van Jefferson, WR Freddie Swain ou WR Trevon Grimes qui pourraient bien tous atterrir en NFL, et CB Eric Stokes sera donc soumis à rude épreuve toute la soirée mais le joueur des Bulldogs a le talent pour dominer et le redshirt sophomore pourrait partir dès cette saison si ses performances suivent. Ce sera également l’occasion d’en voir plus sur LT Andrew Thomas face aux pass rushers de Florida DE Jon Greenard et DE Jabari Zuniga.

Miami (FL) @ Florida State, Tallahassee (FL)
Le samedi 2 novembre à 20h30 (GMT+1)
Saisons pourries en Floride, avec les deux rivaux à 4-4 pour l’instant. Malgré tout, on trouve quelques prospects intéressants des deux côtés, en particulier RB Cam Akers et DT Marvin Wilson pour les Seminoles, et LB Michael Pinckney et LB Shaquille Quarterman chez Miami (FL). Le running back pourrait passer une sale soirée face aux linebackers des Hurricanes, qui seront épaulés par DE Jonathan Garvin et DE Trevon Hill. La défense de Florida State ne sera pas en reste, avec LB Dontavious Jackson, CB Levonta Taylor et DT Cory Durden tous intéressés par une place dans la Ligue en 2020.

Utah @ Washington, Seattle (WA)
Le samedi 2 novembre à 21h (GMT+1)
LT Trey Adams et C Nick Harris sont deux futurs pros qui ont rendu la ligne offensive des Huskies extrêmement difficile à bousculer, mais le défi est toujours de taille face aux Utes et leurs defensive linemen. DT Leki Fotu et DE Bradlee Anae seront deux gros clients alors que leur nom grimpe dans les boards. Ils auront pour mission de déstabiliser QB Jacob Eason, qui espère également être appelé en NFL en 2020.

Southern Methodist @ Memphis, Memphis (TN)
Le dimanche 3 novembre à 0h30 (GMT+1)
Un match intéressant de par son duel de quarterbacks, avec QB Shane Buechele pour SMU et QB Brady White pour Memphis. Les deux joueurs ont été transférés de facs de Power 5 et sont juniors mais une belle saison pourrait leur valoir une place dès la prochaine draft. Pour l’instant, White semble un meilleur prospect, déjà prêt sur certains aspects qui échappent encore à Buechele, qui avait perdu son poste à Texas au profit de Sam Ehlinger. C’est quand même FS Rodney Clemons de SMU qui pourrait être le plus haut sélectionné des trois alors qu’il réalise une superbe saison.

RB Markese Stepp, USC (#30) – Crédit photo : Katie Chin, USCTrojans

The Future is Today

Ok, donc il y a deux semaines on parlait du redshirt freshman RB Markese Stepp (USC) qui réalisait des débuts tonitruants avec les Trojans, et là c’est un autre coureur de la même fac qui s’est complètement révélé ; face à la modeste défense d’Arizona, RB Kenan Christon (USC) s’est promené avec 103 yards et 2 touchdowns en huit courses, avant d’inscrire son premier touchdown à la réception contre Colorado la semaine dernière. Kenan est un vrai bolide, recordman de l’État de Californie au 100m au niveau high school, déjà comparé à Reggie Bush, originaire de San Diego également. À suivre.

Le redshirt freshman RB Kenneth Gainwell (Memphis) continue sa jolie première saison avec les Tigers et on se demande un peu ce que le joueur ne sait pas faire ; réceptions, courses, Kenneth est partout à la fois et il a déjà marqué 11 touchdowns au sol pour 3 par les airs cette année. On n’oublie pas RB Javon Williams (Southern Illinois), redshirt freshman également, et ses 4 touchdowns au sol contre South Dakota, pour un total de 11 touchdowns sur la saison.

Privé de Rondale Moore, Purdue s’est trouvé un autre playmaker à tout faire avec WR David Bell, déjà désigné deux fois Big Ten Freshman of the Week cette saison avec ses 4 touchdowns et 653 yards en sept rencontres. Chip Kelly s’est également trouvé un freshman de folie, WR Kyle Philips, nommé Pac-12 Freshman of the Week avec ses 10 réceptions pour 100 yards et 2 touchdowns contre Stanford. L’une des rares satisfactions des Bruins et une lueur d’espoir pour l’avenir.

Graines de Millionnaires

C’est la mi-saison en NFL, de quoi avoir déjà suffisamment de recul pour juger un peu la réussite des franchises à la dernière draft. Chris Wesseling de NFL.com a d’ailleurs sorti son top 10 des meilleures classes, avec les Jaguars de QB Gardner Minshew (Washington State/Jacksonville) en tête évidemment. Derrière, on trouve Oakland et San Francisco complète le podium, en particulier grâce à DE Nick Bosa (Ohio State/San Francisco), archi-favori pour le titre de NFL Defensive Rookie of the Year à l’heure actuelle.

Ce sont cependant les New York Giants qui ont fait le plus jouer leurs rookies en cette première partie de saison avec 2 907 snaps, contre 2 418 pour les Jaguars derrière. Dans le top 10, on trouve quand même surtout des équipes de bas de tableau.

Lire la suite

NFL Draft

NFL Star Academy – Week 7

Chaque semaine, Loïc Baruteu fait le tour de l’actualité de la draft NFL 2020 : les news, conseil de classe, speed dating, etc… on se croirait à la Star Ac’ !
Vous saurez tout sur les futures stars du dimanche.

Publié

le

Les Dolphins donnent vraiment tout pour ce first pick 2020, c’est beau, avec une superbe défaite contre des Redskins qui ont viré leur coach et qui ne savent pas trop qui est leur QB. On sait déjà que Miami prendra un quarterback de toutes façons, mais qui ? Encore quelques mois de mocks draft plus ou moins farfelues avant d’avoir la réponse.

Fil d’actu’

L’un des favoris ultimes pour le premier tour de la draft, CB Bryce Hall (Virginia), s’est pété la jambe contre Miami (FL) et manquera donc le reste de la saison. Le joueur s’est fait opérer dimanche et aucune estimation n’a été faite concernant la durée de sa convalescence. Senior, Hall est l’un des cornerbacks les plus estimés de cette classe et sa blessure ne devrait pas trop l’handicaper à la draft.

La draft inaugurale de la XFL s’est déroulée mardi et mercredi, avec pas mal de noms bien connus : QB Connor Cook (Michigan State/Houston Roughnecks), RB Elijah Hood (North Carolina/LA Wildcats), OT Kyle Murphy (Stanford/DC Defenders) ou encore DE Kony Ealy (Missouri/Houston Roughnecks). La XFL démarrera le 8 février, après le Super Bowl, et s’achèvera fin avril. Ça risque de faire un peu cheap ce truc quand même.

Mort de lol quand le running back Todd Gurley (LA Rams) s’est pointé en conférence de presse avec un t-shirt « NCAA Not Concerned About Athletes ». Balec. Todd était à Georgia avant, il connait bien l’hypocrisie du milieu, avec son diplôme en « pré-business ». Il s’agit évidemment de la réaction du joueur en soutien au Fair Pay to Play Act mis en place en Californie, qui prendra effet en 2023 et qui permet aux étudiants-athlètes d’être rémunérés pour les droits sur leur image. Le légendaire coach de l’équipe universitaire de basketball de Duke, Mike Krzyzewski et le joueur des Golden State Warriors Raymond Green ont également apporté leur appui dans la volonté d’un changement des règlements de la NCAA. Todd Gurley avait été suspendu en 2014 avec Georgia pour avoir touché $3,000 en signant des autographes. L’ancien linebacker NFL Brian Bosworth avait également porté un t-shirt symbolique à l’encontre de la NCAA en 1987, à l’Orange Bowl, avec le message « NCAA National Communists Against Athletes ».

Une petite histoire de The Associated Press revient sur le parcours fumeux de Willie James Barley, ce gars qui voulait tellement signer Robert Quinn, le pass rusher des Dallas Cowboys aujourd’hui, qu’il s’est un peu oublié et que son pognon s’est retrouvé dans la poche de l’ancien Tar Heel. Oups. Aujourd’hui interdit d’exercer, donc probablement viré de sa boîte d’agent, Barley a en prime écopé de 18 mois de probation et de 12 à 25 mois de sursis. Ça, c’est mon champion.

Pas de WR Theo Howard à la draft en 2020 puisque le receveur a décidé de quitter Westwood et UCLA. Recrue quatre étoiles en 2016, il n’a disputé qu’un seul match cette saison avec les Bruins, pour aucune réception. Theo a déjà enfilé son redshirt, peinard, et s’est inscrit sur le portail des transferts. Il restera au receveur une année d’éligibilité avec l’équipe qu’il aura choisi de rejoindre dès l’an prochain. Quoi qu’il en soit, Chip Kelly s’en tape un peu.

LB Try Dye, Oregon – Crédit photo : Daniel Gluskoter/Icon Sportswire via Getty Images

Conseil de classe

LB Troy Dye, Oregon
vs Colorado – 4 tackles, 0.5 TFL
Ça fait presque trois ans maintenant que Troy est la vedette de la défense des Ducks et cette saison ne déroge pas à la règle. Pourtant, dans le reste du pays, tout le monde s’en fout un peu d’un linebacker aux statistiques faméliques (21 plaquages en six rencontres). Qu’en pensent les scouts ? Après un démarrage sur les chapeaux de roue contre Auburn, dans la défaite, Troy ne tourne pas à plus de quatre plaquages par match depuis mais Oregon est invaincu dans le même temps donc bon. C’est toujours mieux quand un linebacker est productif mais les franchises ne s’arrêteront pas forcément à ça au moment de le juger. Ça aurait quand même été pas mal si le joueur avait passé un palier cette année et sa cote à la draft ne semble plus si haute que lors de ses surprenants débuts comme freshman.
Résultat : doit persévérer.

OT Thayer Munford, Ohio State
Bye.
Le left tackle des Buckeyes ne jouera peut être pas cette semaine et ce pourrait bien être une perte d’envergure tant il a stabilisé le côté gauche de la ligne offensive. Thayer n’est que junior mais sa valeur s’envole depuis le début de la saison et il pourrait se faire une place bien au chaud en NFL dès 2020 s’il évite les blessures et les contre-performances alors que les Buckeyes attaquent la partie compliquée de leur calendrier.
Résultat : encouragements.

WR Devin Duvernay, Texas
vs Oklahoma – 8 rec, 54 yds
Ancien champion d’État du Texas au 100m en high school, Devin est un client sérieux, comme il l’a prouvé à Grant Delpit lors de leur confrontation directe. Le safety des Tigers a bien compris que le Longhorn n’est pas seulement une flèche mais aussi un gars physique et l’un des meilleurs joueurs offensifs de Texas, contre toute attente. Nommé capitaine en cours de saison, Devin est un joueur extrêmement véloce, agressif, polyvalent car il retourne les coups de pied en special teams, avec toutes les mensurations pour se faire une place en NFL, même au sein d’une classe blindée en receveurs. Il ne fait aucun doute que le receveur jouera chez les pros en 2020, comme son couz Kyler Murray, dont il semble assez proche. Réunion de famille dans l’Arizona ?
Résultat : félicitations.

FS Kyler Dugger, Lenoir-Rhyne
vs Tusculum – 3 tackles, 1 TFL.
Depuis les débuts de leur programme de football en 1907, les Lenoir-Rhyne Bears n’ont sorti que deux joueurs NFL, le tight end Craig Keith en 1993 et le defensive end John Milem en 2000. Et bientôt Kyler en 2020. Le safety de seconde division est régulièrement cité quand il s’agit de nommer un joueur de petite fac capable d’être sélectionné assez haut, avec un buzz qui devrait s’intensifier jusqu’à la fin de la saison. Évidemment, l’opposition est faible en face mais Kyler est un joueur productif depuis trois ans, carré, rapide, qui devra assurer ses entretiens pré-draft avec les franchises NFL s’il veut partir dès le second tour comme les experts l’envisagent.
Résultat :

CB Essang Bassey, Wake Forest
vs Louisville – 6 tackles.
Après trois années d’expérience comme titulaire, Essang est prêt à faire le grand saut. Son modeste gabarit le prédestine plutôt à un rôle de slot cornerback en NFL, ce qui devrait le faire descendre dans les prévisions de draft au sein d’une classe de CB dense. Ce qui n’a pas empêché Chris Trapasso de CBS Sports d’envoyer Essang aux Kansas City Chiefs au premier tour de leur mock draft. Le capitaine de Wake Forest n’est pas étranger à la réussite des Demon Deacons cette saison, même si la défense a sombré contre Louisville.
Résultat : doit mieux faire.

QB Jake Fromm, Georgia
vs South Carolina – 28/51 (54.9%), 295 yds, 1 TD, 3 int.
Ça y est, Georgia s’est vautré et il faut un coupable. Pas de problème, ce sera Jake qui n’a pas assuré contre South Carolina avec plusieurs turnovers, entre interceptions et fumble. En plus, les experts ont trouvé qu’il n’a pas les épaules pour prendre le jeu à son compte et qu’il se repose plutôt sur ses équipiers, de quoi refroidir les scouts qui veulent un vrai mâle alpha pour diriger les rênes d’une franchise NFL. Du coup, Jake a disparu des mocks draft, qui se limitent généralement au premier tour à cette période de l’année.
Résultat : passé de chouchou de la maîtresse à cancre de la classe.

FS Jeremy Chinn, Southern Illinois – Crédit photo : Twitter/@ChinnJeremy2

Speed Dating

FS Jeremy Chinn, Southern Illinois
Classe : SR
Taille : 1m92 quand même.
Poids : le quintal.
Signe astrologique :
float like a butterfly, sting like a bee.

Jeremy est le roi de la promo ; en FCS, tout le monde connait son nom. Capitaine à Southern Illinois, Freshman All-American en FCS en 2016, le safety est également sur la watch list du Senior Bowl, une invitation qui ferait du bien au CV maigrelet d’un joueur de Southern Illinois au moment de se pointer pour les entretiens avec les franchises avant la draft. Ce serait aussi l’occasion de briller avec son instinct et ses qualités physiques, histoire de faire rentrer son nom dans le crâne de tout le monde. On se souviendra de lui en tout cas, Jeremy pourrait bien également être la reine du bal à la prochaine draft, le conte de fée que les Américains adorent.

Programme

Ohio State @ Northwestern, Evanston (IL)
Le samedi 19 octobre à 2h30 (GMT+1)
On va pas se le cacher, c’est surtout du côté des Buckeyes qu’il faudra lorgner, avec DE Chase Young en lice pour le first pick, CB Jeffrey Okudah considéré comme un choix du top 10, et bien d’autres gars qui devraient être appelés au cours de la draft : RB J.K. Dobbins, LB Tuf Borland, LB Malik Harrison, DE Jonathon Cooper ou encore CB Damon Arnette. En face, c’est moins fourni mais LB Paddy Fisher a toujours ses chances pour faire bonne figure.

Wisconsin @ Illinois, Champaign (IL)
Le samedi 19 octobre à 18h (GMT+1)
Football champagne à Champaign, lol. Wisconsin se déplace à Illinois avec ses habituels têtes d’affiche, RB Jonathan Taylor, C Tyler Biadasz, LB Zack Baun ou encore DT Isaiahh Loudermilk. On en profitera pour surveiller DE Oluwole Betiku, dont on a déjà causé, qui casse le game avec les Fighting Illini cette saison : déjà 7 sacks en 2019 pour l’ancien joueur de USC. On surveillera au passage son équipier DE Bobby Roundtree, bien revenu après une grave blessure spinale au printemps.

Boise State @ Brigham Young, Provo (UT)
Le dimanche 20 octobre à 4h15 (GMT+1)
Affiche sympa entre BYU, qui a bousculé du beau monde cette saison, et les fringants Broncos, de retour sur la scène nationale. On suivra évidemment DE Curtis Weaver, l’âme de la défense de Boise State, ainsi que son partenaire en défense LB Mykal Walker et le meilleur tight end de Mountain West TE Jared Rice. Du côté de BYU, DT Khyiris Tonga se donne à fond pour se présenter comme underclassman à la draft, tout comme TE Matt Bushman, junior lui-aussi.

CB Verone McKinley, Oregon – Crédit photo : Eric Evans Photo

The Future is Today

Oregon s’est baladé contre Colorado, maîtrisant totalement l’attaque adverse grâce à une défense aérienne monstrueuse, dirigée par le surprenant freshman CB Verone McKinley (Oregon) et ses deux interceptions, remportant au passage la distinction de Pac-12 Defensive Player of the Week.

Originaire de l’Indiana, RB Markese Stepp (USC) s’était d’abord engagé avec Notre Dame avant de passer complètement à l’ennemi avec USC. De plus en plus impliqué dans le jeu de course poussif des Trojans, le freshman s’est promené contre les Irish avec des portées de balle zinzins, comme celle-ci où il trimballe la moitié de la défense adverse sur son dos.

Visiblement pressé de se présenter à la draft NFL, OG Jack Anderson (Texas Tech) manquera malheureusement la fin de la saison et devrait donc décaler ses projets professionnels d’un an. Dommage pour le joueur dont les performances cette année lui promettaient effectivement une place à la prochaine draft. En attendant son retour en forme l’an prochain, c’est donc le freshman OL Weston Wright (Texas Tech) qui reprend son poste. Il se peut d’ailleurs qu’on entende reparler de Wright d’ici un an ou deux.

Graines de Millionnaires

On a bien avancé dans la saison pro, qu’en est-il de nos rookies superstars ? QB Daniel Jones (Duke/NY Giants) s’est pris la défense des Patriots dans les dents, y a encore du boulot. Dans le même match, LB Chase Winowich ( ) a inscrit un touchdown oklm en special teams sur un punt contré. Toujours dans le même match, le champion universitaire DT Dexter Lawrence (Clemson/NY Giants) s’est un peu essuyé les pieds sur le champion NFL Tom Brady. « Sexy Dexy » a aussi fait un peu le buzz chez les Giants pour sa danse de célébration de sack assez naze.

On parle régulièrement des rookies qui assurent mais on ne pointe pas assez du doigt ceux qui se trouent depuis le début de la saison et c’est pas très équitable quand même. Donc on va se pencher un peu sur les choix de premier tour qui ne sont pas encore à la hauteur des attentes. Par exemple, C Garrett Bradbury (NC State/Minnesota), recruté pour apporter une meilleure protection sur les jeux de passe et qui n’apporte finalement pas grand chose à Kirk Cousins, qui finit souvent sous pression.

On peut aussi dénoncer LB Rashan Gary (Michigan/Green Bay), le pari des Packers au douzième choix de la draft, qui affiche 20% de plaquages ratés, c’est pas rien. On savait que son développement demanderait du temps et les Packers ont l’effectif pour faire tourner et ne pas trop compter sur Gary, qui joue actuellement moins de 40% des snaps défensifs.

De manière générale, la classe 2019 que l’on louait pour ses pass rushers est encore mitigée de ce côté-là : DE Clelin Ferrell (Clemson/Oakland) et DE Montez Sweat (Mississippi State/Washington) ne sont pas non plus au niveau attendu mais il est évidemment bien prématuré pour les considérer comme des bust.

Lire la suite

NFL Draft

NFL Star Academy – Week 6

Chaque semaine, Loïc Baruteu fait le tour de l’actualité de la draft NFL 2020 : les news, conseil de classe, speed dating, etc… on se croirait à la Star Ac’ !
Vous saurez tout sur les futures stars du dimanche.

Publié

le

Une semaine sans chronique, pardon, c’était un peu les congés du côté de la Californie parce qu’il se trouve que j’étais au match entre Cal et Arizona State, grassement défrayé par The Blue Pennant et Morgan, qui m’a même négocié le parking. Donc on va pas mal causer de Sun Devils et de Golden Bears. Douze scouts de douze franchises NFL différentes (et un des Saskatchewan Roughriders 🇨🇦) étaient en press box pour ce match, des représentants notamment des New York Jets et Giants, des Minnesota Vikings ou encore des Dallas Cowboys, pour ne citer qu’eux. On va donc un peu se pencher sur l’art du scouting, si impénétrable mais quand même plus clair quand on est assis juste derrière le mec des Giants.

Fil d’actu’

On ne s’est jamais vraiment demandé, mais comment les scouts scoutent ? Pour beaucoup de rencontres entre gros programmes, forcément là où on trouve le plus de futurs pros, les franchises envoient un représentant afin d’étudier les prospects. Parfois, c’est carrément un ponte du front staff comme le GM himself. En press box, généralement au premier rang, ils sont plus ou moins nombreux selon l’affiche et la présence de joueurs majeurs. Presque tous ont des jumelles, la plupart une tablette ou un ordinateur avec leur logiciel maison pour évaluer les joueurs, quelques réfractaires ont leur bon vieux bloc notes. Concentrés, ça ne discute pas dans les rangs lorsque le match est lancé. Il y en a même qui visionnent le match en streaming en parallèle, pour le ralenti offert par la retransmission. Les mecs ont généralement un logiciel maison pour référencer leurs observations, avec un accès à une énorme base de données interne sur les prospects de tout le pays. Big data.

RB Lanard Fournette, LSU – Crédit photo : SI

RB Lanard Fournette s’est tout simplement barré de LSU la semaine dernière, déjà diplômé en mai dernier. Le senior, frangin du running back pro Leonard Fournette (Jacksonville Jaguars) aurait juste décidé « d’aller de l’avant dans sa vie ». Après 36 yards et un seul touchdown en 2019, son départ ne devrait pas être trop regretté à LSU avec les sensationnels freshmen RB John Emery et RB Tyron Davis-Price déjà majoritairement impliqués dans la rotation. On ne sait pas encore si Lanard reprendra le football ailleurs mais ça semble mal barré.

Dans la rubrique « une famille en or » toujours, le petit frère de la fashionista Cam Newton (Carolina Panthers), QB Caylin Newton, a choisi de quitter Howard où il évoluait, parce qu’aucune fac de première division ne lui avait fait une offre à l’époque de son recrutement. Sur son tableau de chasse, une raclée contre Maryland 79-0 pour ouvrir la saison, 22 touchdowns et 17 interceptions en 2018, mais quand même un titre de Mid-Eastern Athletic Conference (MEAC) Rookie of the Year. On ne sait pas encore où il atterrira, mais sans doute pas dans la Ligue. En voici un qui ferait bien de se concentrer sur son diplôme « gratuit », tiens.

John Raby, de The Associated Press quand même, nous a pondu un papier bien américain-famille-tradition-père idéal sur les rejetons de Gary Stills, ancien Pro Bowler NFL, tous deux à West Virginia comme leur papoune. DT Darius Stills, junior, et DT Dante Stills, sophomore, font les beaux jours de la ligne défensive des Mountaineers cette saison et devraient tous deux jouer encore une année de plus ensemble en 2020 puisque Darius ne semble pas encore faire briller les yeux des scouts.

Georgia Tech a perdu trois seniors sur blessure pour la saison en peu de temps : il y a d’abord eu OT Jahaziel Lee il y a trois semaines, puis le meilleur receveur de l’équipe WR Jalen Camp et C Kenny Cooper, titulaire lors des trois dernières années comme center, tous deux blessés contre Temple. Donc sans doute absents à la draft puisque tous trois peuvent prétendre à une année redshirt car ils n’ont pas joué plus de quatre matches.

LB Jeremy Banks s’est fait virer de Tennessee à coups de pompes dans le derrière après avoir été un peu lourd avec une nana (#balancetonporc), ce qui a provoqué l’irruption de la police dans la soirée (#mercijerem) et la découverte que Jerem n’avait plus de permis, suspendu, et qu’il était recherché après avoir brillé par son absence le jour de son audition à la cour. Sophomore, il était pourtant prometteur au poste de linebacker cette année, mais la vie lui réserve une autre voie désormais.

LB Evan Weaver, Cal – Crédit photo : Darren Yamashita-USA TODAY Sports

Conseil de classe

LB Evan Weaver, Cal
vs Oregon – 6 tackles, 1 TFL, 1 BrUp
En route pour battre le record de 189 plaquages en une saison détenu par Luke Kuechly ? Evan s’est arrêté sur une série de douze matches consécutifs à plus de dix plaquages, avec une pointe à 22 contre Ole Miss il y a trois semaines. S’il n’est pas le plus athlétique, le joueur est intelligent, attentif et on le voit généralement attendre de comprendre l’action avant de se jeter, aidé par une capacité surnaturelle à pister le ballon. Pour l’heure, difficile de deviner la position du joueur à la draft mais il paraît clair qu’il ne passera pas le troisième tour. Surtout s’il éclipse le record de Kuechly. La question est encore de savoir si Evan est un three down linebacker, c’est-à-dire le genre de LB capable de jouer contre tous les types d’attaque, contre la course et en couverture aérienne, et ses lacunes athlétiques laissent penser que non. Par contre, son extrême intelligence de jeu, sa patience et son placement quasi infaillible font quand même réfléchir les experts et le combine sera déterminant pour déterminer la vélocité et l’explosivité du Golden Bear.
Résultat : tableau d’honneur.

CB Jeffrey Okudah, Ohio State
vs Michigan State – 1 tackle
On n’a pas encore parlé de lui mais Jeffrey est sur les radars des scouts depuis déjà quelques temps, alors qu’il a débuté sa seconde saison comme titulaire chez les Buckeyes avec un casque déjà plein d’autocollants de feuilles de beuh. Ah non c’est une feuille de marronnier d’Ohio. Ce qui veut dire beaucoup à Columbus. Pas forcément actif dans la large victoire contre les Spartans, il a tout de même enregistré trois interceptions cette saison et trois passes déviées et ne semble pas montrer de réelle faiblesse dans son jeu. Ohio State n’a pas encore abordé la partie compliquée de son calendrier et les prochaines semaines seront révélatrices du niveau du joueur face à la compétition.
Résultat : doit faire ses preuves pour le top 10.

CB Paulson Adebo, Stanford
vs Washington – 5 tackles, 4 BrUp
Ouais, on a déjà parlé de lui y a pas longtemps mais c’était pas gentil et Paulson nous a bien fait mentir contre Washington. Celui que pas mal de monde estime comme le meilleur cornerback de cette classe a tout simplement annihilé l’attaque aérienne des Huskies ; quatre passes déviées, et un cauchemar pour son opposant direct toute la soirée. Face à une attaque très solide, Paulson n’a pas flanché et a assuré toute la soirée à son poste, en jouant un grand rôle dans la victoire du Cardinal contre son rival du Nord. Du coup, la Pac-12 l’a choisi comme Defensive Player of the Week.
Résultat : s’est bien repris, doit confirmer.

LB Patrick Queen, LSU
vs Utah State – 6 tackles, 3 TFL
Face à Utah State, Patrick était absolument partout, même si ses statistiques ne le laissent pas deviner. La moitié de ses plaquages ont fait reculer l’adversaire, respectivement de cinq, deux et six yards. Le linebacker vient d’avoir vingt ans cet été et c’est lui qui remplace Devin Bush, le dixième choix de la dernière draft, avec brio jusqu’ici. Ancien running back, il montre encore parfois des faiblesses en couverture mais pourrait bien faire partie du lot d’underclassmen des Tigers qui se présenteront en 2020 si les performances suivent.
Résultat : passage au niveau supérieur si les résultats suivent.

LB Cam Brown, Penn State
vs Purdue – 3 tackles
Il était une fois Penn State, qu’on surnommait LBU (avant pédophile-U), parce que la fac sortait quand même pas mal de linebackers pour la NFL. Ça s’est bien tassé ces derniers temps puisque le dernier LB des Nittany Lions sélectionné à la draft est Michael Mauti en 2013, au septième tour. Ça pourrait changer dès 2020 avec Cam, bien plus actif face à Purdue que ce que sa ligne de stats laisse entrevoir. Selon PFF, le linebacker a assuré en couverture avec deux réceptions accordées sur trois tentatives dans sa direction, pour un minuscule gain total de 4 yards, mais également sur blitz avec trois pressions sur le QB adverse. Il devra quand même se calmer sur l’agressivité dans une NFL qui multiplie les flags dans tous les sens.
Résultat : à suivre.

SS Ashtyn Davis, Cal
vs Oregon – 7 tackles, 1 BrUp, 1 int
Ashtyn peut se vanter d’être le premier gars à intercepter Justin Herbert cette saison. De manière générale, il a été l’un des meilleurs joueurs d’une solide défense des Golden Bears, pas aidée par une attaque anémique. Ancien membre de l’équipe d’athlétisme, le safety est partout sur le terrain et semble parfois se téléporter tant il bouge rapidement. Il reste encore pas mal de matches pour garder un œil sur ses performances mais Ashtyn semble bien parti pour le second tour, voire le premier s’il ne montre aucune faiblesse d’ici la fin de la saison.
Résultat : en progression constante, le travail finira par payer.

TE Jared Pinkney, Vanderbilt
vs Mississippi – 1 rec, 7 yds
L’analyste d’EPSN Todd McShay estime que Jared sera le premier tight end sélectionné à la draft. Soit Todd est un farceur, soit il se drogue depuis quelques années déjà. Si le TE de Vanderbilt a effectivement de bonnes chances d’être choisi par une franchise NFL à la draft, le premier tour semble quand même très ambitieux. Jared n’a pas du tout brillé cette saison, avec un minuscule yard contre Northern Illinois, et ne semble pas assez athlétique pour tous les types de situation, surtout qu’il est loin d’être le meilleur bloqueur sur le terrain.
Résultat : overrated.

LB Jordyn Brooks, Texas Tech
vs Oklahoma State – 19 tackles, 4 TFL, 3 sacks, 1 FF
Encore un joueur dont on ne sait pas trop quoi penser jusque là. Jordyn a complètement assommé Oklahoma State avec ses statistiques folles et son omniprésence dans le backfield adverse sur blitz mais ses capacités de couverture aérienne ne semblent pas encore convenir aux scouts. Étrange pour un joueur qui n’a accordé aucune réception en 110 snaps en couverture cette année. Encore quelques matches pour faire mentir les scouts et se faire une belle place à la draft.
Résultat : au-delà des attentes.

C Cohl Cabral, Arizona State – Crédit photo : thesundevils.com

Speed Dating

C Cohl Cabral, Arizona State
Classe : SR
Taille : 6’5 pieds
Poids : 304 livres
Signe astrologique : le physio du Berghain, c’est rare qu’il laisse passer quelqu’un.

Ces dernières années on assiste un peu à une pénurie d’offensive linemen déjà ready pour le jeu pro à leur arrivée dans la Ligue, parce que les schémas offensifs au college football n’ont plus grand chose à voir aujourd’hui avec ceux exécutés en NFL et Cohl a sans doute pris la bonne décision en revenant pour son année senior, parce qu’il a pensé à la draft l’an dernier. Left tackle en début de saison pour compenser l’absence du titulaire habituel, il a depuis récupéré son poste de center où il excelle depuis quelques temps déjà. Même qu’il a été désigné Offensive Lineman of the Week en Pac-12 pour sa performance scénique contre Cal. Bon, le poste de center n’est pas sexy et Arizona State n’est pas non plus un programme réputé pour ses OL mais ça pourrait changer dès l’an prochain si Cohl se trouve une bonne place de titulaire quelque part dans la Ligue.

Programme

Oklahoma @ Texas, Dallas (TX)
Le samedi 12 octobre à 18h (GMT+1)
Red River Showdown au Texas cette semaine. Les Sooners sont la dernière équipe invaincue de Big 12 avec Baylor et Texas n’a subi qu’une petite défaite, face à LSU. Comme d’hab’ on surveillera QB Jalen Hurts qui est dans le trio des favoris pour le Heisman, ainsi que ses coéquipiers LB Kenneth Murray, WR CeeDee Lamb et DT Neville Gallimore, tous prétendants au premier tour. Du côté de Texas, QB Sam Ehlinger devrait revenir en 2020 à la fac pour faire grimper sa cote, tandis que ses partenaires FS Brandon Jones et WR Collin Johnson ont déjà les yeux rivés sur la NFL. On devrait avoir un sacré nombre de paires d’yeux de scouts au Cotton Bowl ce week-end.

Alabama @ Texas A&M, College Station (TX)
Le samedi 12 octobre à 21h30 (GMT+1)
La dernière fois que les Aggies ont battu Alabama, c’était en 2012. Obama était président, Johnny était encore parmi nous et The Blue Pennant était déjà la référence francophone du college football. Ça ne nous rajeunit pas, et il y a de fortes chances pour qu’Alabama reste sur sa série de victoires. Comme chaque année, le Tide alignera plusieurs potentielles futurs stars NFL : QB Tua Tagovailoa, WR Jerry Jeudy, WR Henry Ruggs, OT Alex Leatherwood, CB Trevon Diggs ou encore DB Xavier McKinney. Bon courage à Texas A&M donc, qui comptera surtout sur QB Kellen Mond pour s’en sortir.

Florida @ LSU, Baton Rouge (LA)
Le dimanche 13 octobre à 2h (GMT+1)
À la fin de ce match, l’une de ces deux équipes ne sera plus invaincue. QB Joe Burrow a fait décoller sa cote auprès des scouts, on parle maintenant de lui au premier tour, et il fait partie des trois favoris pour le Heisman. Il devra se méfier de DE Jabari Zuniga, lui-aussi attendu assez haut à la draft. La confrontation entre la secondary de LSU emmenée par CB Kristian Fulton et SS Grant Delpit vaudra probablement le détour face aux Gators WR Van Jefferson et WR Tyrie Cleveland.

Colorado @ Oregon, Eugene (OR)
Le samedi 12 octobre à 4h (GMT+1)
Contre toute attente, Oregon est donc tout en haut de sa division en Pac-12, devant Washington ou Stanford. Les Ducks peuvent encore croire aux playoffs avec leur seule défaite face à Auburn et QB Justin Herbert peut quant à lui espérer être choisi en première position à la draft 2020. Son entente avec TE Jacob Breeland pourrait également bénéficier au tight end. Colorado alignera également deux prospects de talent, l’inévitable WR Laviska Shenault, qui cherche à se mettre en évidence au sein d’une classe de receveurs très fournie, et DE Mustafa Johnson, qui s’est révélé aux scouts cette année.

Illinois State @ Southern Illinois, Carbondale (IL)
Le dimanche 13 octobre à 1h (GMT+1)
Gros derby en FCS entre deux facs de l’Illinois. Il risque de faire un peu frisquet sur le terrain et ce n’est vraiment pas la plus grosse affiche du week-end mais plusieurs potentiels prospects seront alignés. Du côté d’Illinois State, il faudra surveiller QB Brady Davis, RB James Robinson et OT Adam Solomon, sans oublier FS Luther Kirk, probablement le Redbird le plus talentueux. En face, TE Nigel Kilby et FS Jeremy Chinn, qui visent également une sélection à la prochaine draft.

OG Wyatt Davis, Ohio State – Crédit photo : Casey Cascaldo, The Lantern

The Future is Today

Des nouvelles de CB Jack Jones (Arizona State), qui s’était fait virer de USC pour raisons académiques, qui avait choisi d’être transféré vers un junior college, qui s’est aussi mangé un procès pour avoir cambriolé un Panda Express, et qui est maintenant avec les Sun Devils. Ça va plutôt bien pour lui aujourd’hui, même si ça va être compliqué de trouver une place en NFL (Dallas ? Cincinnati ?) après toutes ces histoires dignes des frangins Cohen. Il reste encore un an d’éligibilité au cornerback pour éventuellement convaincre les franchises pros qu’il a le talent, et surtout qu’il s’est calmé.

OG Wyatt Davis (Ohio State) est indéboulonnable depuis sa titularisation précipitée en fin de saison dernière pour remplacer un blessé. Contre Nebraska, il a été impeccable et le redshirt sophomore pourrait décider de se présenter à la draft en fin d’année si ses performances restent égales.

Graines de Millionnaires

Je vous avais promis avant de partir qu’on reviendrait sur la Minshew Mania, et c’était surtout une façon de jouer la montre pour voir si l’euphorie allait perdurer autour du quarterback des Jaguars. Ladies and gentlemen, QB Gardner Minshew (Washington State/Jacksonville). Le mec est devenu une superstar d’Internet avec sa moustache à la Magnum et ses passes téléguidées. Du coup, voici quelques memes léchés et bien lol comme Internet sait le faire. Enjoy.

Au passage, l’analyste de NFL Media Daniel Jeremiah a sorti son top 25 où il a concocté une liste des vingt-cinq meilleurs rookies de la saison après quatre rencontres et devinez qui est en première position ? Gardner, encore lui. Les Jags placent deux autres joueurs DE Josh Allen (Alabama/Jacksonville) et LB Quincy Williams (Murray State/Jacksonville) dans ce top 25, à égalité avec les Giants et les surprises QB Daniel Jones (Duke/NY Giants), LB Ryan Connelly (Wisconsin/NY Giants) et DE Oshane Ximines (Old Dominion/NY Giants). Connelly s’est malheureusement pété les ligaments du genou contre les Redskins et manquera la fin de la saison.

Lire la suite

Articles les plus lus