Suivez-nous

NFL Draft

Les Espoirs de la Draft NFL 2018 – #7

Loïc Baruteu vous présente un tour d’horizon de l’actualité de la draft NFL 2018 : Mock Draft 1.0, les rookies NFL et le moment LOL. Vous saurez tout sur les futures stars de la NFL.

Publié

le

Comme on aime bien croire qu’on peut prédire l’avenir à TBP, on analyse chaque semaine les prospects qui font du pied à la NFL et on rapporte ce qu’on a vu. Parce qu’on a sans doute plus de crédibilité que Migos, qui prédisait une saison sans défaite à Rutgers.

Qui veut gagner des millions ?

Ces dernières années, de plus en plus de redshirt sophomores et de juniors se présentent à la draft, après seulement trois ans à la fac donc. On les appelle les underclassmen.

Qui se barre ?

Ça y est, c’est l’hémorragie. Avec la fin de saison, pas mal d’underclassmen ont déjà fait leur choix. En vrac, ceux qui ont décidé de tenter leur chance chez les grands et qui ont de bonnes chances d’être sélectionnés : OG Maea Teuhema (Southeastern Louisiana), FS Jordan Whitehead (Pittsburgh), RB Royce Freeman (Oregon), CB J.C. Jackson (Maryland), WR D.J. Moore (Maryland), K Eddy Pineiro (Florida), WR Simmie Cobbs (Indiana), LB Leighton Vander Esch (Boise State), LB Matthew Thomas (Florida State), DE Josh Sweat (Florida State), CB Jaire Alexander (Louisville), QB Josh Allen (Wyoming) et WR Courtland Sutton (SMU).

Ça en fait du monde, et c’est encore loin d’être fini puisque la plupart des programmes majeurs n’ont pas encore joué leur bowl. Ohio State, Alabama, Clemson, Penn State, USC, etc. devraient fournir un bon paquet d’underclassmen également.

Embed from Getty Images

Qui retourne en classe (lol) ?

WR David Sills (West Virginia) a décidé de rester à la fac. Pas con, surtout avec son quarterback qui a également rempilé.

P’tet ben qu’oui, p’tet ben qu’non

OMG le suspense est insoutenable avec QB Sam Darnold (USC) et QB Josh Rosen (UCLA), qui filent de l’urticaire à la presse spécialisée américaine. Sachant que tous les deux ont une chance d’être sélectionné avec le premier choix, ils feraient bien de se présenter et de récupérer un gros chèque. Même si ce chèque vient de Cleveland.

Sinon, il paraît que QB Lamar Jackson (Louisville) a déjà trouvé un agent. Même pas peur des Browns. LB Malik Jefferson (Texas) aurait également pris la décision de s’inscrire pour la draft et CB Denzel Ward (Ohio State) serait plutôt pour passer chez les pros. Beaucoup de conditionnel, on en saura bien plus mi-janvier.

Mock Draft 1.0

Les mocks draft, c’est aussi pertinent qu’une photo d’oxygène pour un homme qui se noie comme on dit, mais ça fait passer le temps. Et comme l’actu’ est calme en attendant les vrais bowls à venir, il faut bien le passer, le temps.

1. Cleveland Browns : QB Lamar Jackson, Louisville

Embed from Getty Images

Il paraît clair que les Browns vont choisir un quarterback après l’échec Deshone Kizer. Maintenant, la question à plus de 30 millions de dollars, soit la valeur du contrat de Myles Garrett, first pick en 2017 : les Browns choisiront-ils un autre Johnny Manziel avec Josh Rosen ou feront-ils le choix du gentil garçon bien élevé, Sam Darnold ? Ni l’un, ni l’autre, surprise. Même si Hue Jackson, ancien coordinateur offensif à USC, a encore des liens affectifs avec son ancienne fac, comme le prouvait la sélection de Cody Kessler au troisième tour en 2016, un reach, pas certain qu’il prendra la décision cette fois-ci. Lamar Jackson sort de deux campagnes productives, où il a porté son équipe entière sur le dos, et c’est un quarterback mobile néanmoins doté d’un excellent bras.

2. New York Giants : QB Sam Darnold, USC

Embed from Getty Images

New York sort d’une saison historique, pour tout un tas de sales raisons : head coach viré, general manager viré, premier match manqué par Eli Manning depuis 2004, pire bilan de l’histoire de la franchise, mutinerie dans le vestiaire, on en passe et des meilleurs. Bref, le nouveau GM a du boulot qui l’attend. Avec le deuxième choix de la draft, ça pourrait bien entendu aider. Les fans de New York veulent conserver Eli, un souhait partagé par le proprio, et mettre l’accent sur la ligne offensive à la free agency pour ensuite sélectionner Saquon Barkley. Tant que l’on ne connait pas l’identité et les habitudes du prochain GM de Big Blue, difficile d’imaginer la décision de la franchise, qui avait sélectionné Lawrence Taylor la dernière fois qu’elle possédait le second choix de la draft, il y a presque quarante ans. Un QB mobile et qui a prouvé deux années de suite qu’il est productif et capable de rendre meilleure son attaque pourrait néanmoins tenter le front office en prévision de l’après-Eli, qui pourrait arriver plus vite que prévu.

3. Indianapolis Colts : DE Bradley Chubb, NC State

Embed from Getty Images

Andrew Luck est dans un tel état que personne ne sait quoi faire à Indianapolis. Faut-il conserver l’ancien quarterback de Stanford en espérant qu’il se remette de sa très lourde blessure à l’épaule ? Faut-il s’en débarrasser et conserver Jacoby Brissett, récupéré auprès des Pats, comme titulaire ? Ou encore sélectionner un QB à la draft avec le troisième choix ? Dans l’immédiat, il semble qu’on n’en soit pas encore arrivé à une telle extrémité, en espérant que Luck retrouve la santé pour au moins lancer le ballon correctement. Les Colts n’ont pas de pass rusher d’élite, ils n’ont d’ailleurs presque pas de pass rush du tout ; Bradley Chubb est pour l’heure considéré comme le meilleur dans ce secteur, il a fait pas mal de grabuge cette saison et partira sans doute assez haut à la draft. Les Colts auront un choix difficile à faire étant donné les trous dans leur roster mais un pass rush consistant apporte généralement pas mal de répit à la défense toute entière.

4. Cleveland Browns (from Houston Texans) : RB Saquon Barkley, Penn State

Embed from Getty Images

En 2016, les Texans ont refilé leur choix de premier tour 2017 aux Browns pour récupérer Deshaun Watson. Si Cleveland aurait sans doute pu s’accommoder avec l’ancien QB de Clemson aux commandes, ils ne s’en trouvent pas plus mal cette année avec un choix de top 5 en plus du premier choix général qu’ils ont décroché au mérite. Les Browns ont remporté un seul match en deux saisons mais ça pourrait changer avec un tandem offensif composé désormais de Lamar Jackson et Saquon Barkley, considéré parfois comme le meilleur prospect de tous les temps au poste de running back. De tous les temps. Quelques investissements sur la ligne et chez les receveurs et Cleveland est en route pour marquer cinquante points par match. Si la défense se démerde pour en encaisser moins, les Browns devraient retrouver la sensation de gagner.

5. San Francisco 49ers : CB Minkah Fitzpatrick, Alabama

Embed from Getty Images

C’est bon, les Niners ont leur quarterback. Ça va beaucoup mieux, d’un coup. N’empêche que la secondary a besoin d’aide ; un CB est une priorité, surtout s’il s’agit d’un shutdown cornerback capable de se débrouiller en un contre un face à son joueur. Minkah Fitzpatrick est probablement le meilleur prospect à ce poste cette année. Globalement, c’est peut être le meilleur joueur défensif de cette classe. Capable d’évoluer comme cornerback ou safety, c’est un joueur qui transpire le football et qui pourrait vite devenir le patron de la secondary si ses qualités se confirment en NFL, ce dont personne ne doute.

6. Chicago Bears : WR Calvin Ridley, Alabama

Embed from Getty Images

Les Bears ont besoin d’un receveur numéro un pour aider un peu leur quarterback rookie Mitch Trubisky. Calvin Ridley sort du même moule qu’Amari Cooper, également un ancien du Tide, même s’il n’a pas tellement eu l’opportunité d’exprimer pleinement son talent à Alabama où le jeu au sol compte pour 95% de la tactique offensive. Chicago a besoin d’entourer un peu mieux son jeune QB. Avec un vrai receveur numéro un pour lancer le ballon et quelques ajustements en attaque avec la free agency et le reste de la draft, Trubisky n’aura plus d’excuse en 2018.

7. Tampa Bay Buccaneers : FS Derwin James, Florida State

Embed from Getty Images

Derwin James peut évoluer un peu partout sur le terrain, peut être même nose tackle si on lui demande. Ancien prospect cinq étoiles, Derwin avait tranquillement conclu sa saison true freshman à Florida State avec 91 tackles. Malgré une grave blessure en 2016, le Seminole est revenu au top de sa forme cette année et certains le voient comme le meilleur safety à se présenter à la draft depuis une dizaine d’années, soit un joueur capable de changer le visage d’une défense tout entière. Qu’il soit aligné comme FS, SS, voire CB, Derwin a le potentiel pour transformer la secondary des Bucs.

8. Cincinnati Bengals : OG Quenton Nelson, Notre Dame

Embed from Getty Images

Les Bengals auront probablement un nouveau coach en 2018, qui sera sûrement tenté de dégager Andy Dalton après une saison bancale. Josh Rosen est là, les Bengals, c’est bien connu, ne sourcillent même pas lorsqu’il s’agit de signer un joueur au caractère complexe, la fusion est possible. Néanmoins, Andy en a encore sous le capot et le protéger un peu pourrait lui permettre de revenir à son meilleur niveau. Quenton Nelson est un guard, le choisir dans le top 10 semble aberrant mais c’est surtout un futur Pro Bowler pour dix ou quinze ans.

9. Denver Broncos : OT Connor Williams, Texas

Embed from Getty Images

John Elway se jettera probablement sur un quarterback free agent à l’issue de la saison, comme Kirk Cousins ou Andrew Luck s’il est libre. À moins que la tête pensante des Broncos décide de sélectionner un QB à la draft. Dans tous les cas, Denver a besoin d’aide sur la ligne offensive, en particulier au poste de right tackle. Connor Williams est resté sous le radar cette saison après une blessure au genou au début de l’automne mais c’est un All-American 2016 qui fait une réelle différence lorsqu’il est aligné et qui possède le profil pour s’imposer en NFL. Avec Garett Bolles en LT, Connor devrait débuter à droite, du moins dans un premier temps.

10. New York Jets : QB Josh Rosen, UCLA

Embed from Getty Images

Les Jets veulent un franchise quarterback depuis des années. Boum, The Rosen One. Un gamin qui se prend en photo avec une meuf dans un jacuzzi dans sa piaule d’étudiant. Un gamin qui joue au golf avec une casquette « Fuck Trump ». Un gamin qui n’hésite pas à ouvrir sa trop grande gueule. Les fans vont l’adorer. Broadway Josh. Sam Darnold aux Giants, Josh Rosen aux Jets, New York est prêt à s’enflammer.

11. Arizona Cardinals : OT Mike McGlinchey, Notre Dame

Embed from Getty Images

Visiblement, Bruce Arians est toujours satisfait de Carson Palmer, actuellement blessé, et de son remplaçant Blaine Gabbert. Difficile d’imaginer le coach des Cardinals pousser pour Josh Allen, le seul prospect qui semble taillé pour l’attaque d’Arizona. Le QB de Wyoming est bien trop entouré d’incertitudes, surtout si Arians se sent bien avec son groupe de quarterbacks actuel. Les Cardinals pourraient néanmoins faire bon usage de Mike McGlinchey, le mammouth de Notre Dame. Avec D.J. Humphries à gauche et McGlinchey à droite, la ligne offensive devrait déjà être plus solide et éviter aux quarterbacks de risquer leur vie à chaque snap.

12. Oakland Raiders : LB Roquan Smith, Georgia

Embed from Getty Images

Les Raiders ont pas mal de trous en défense et ne devraient pas sélectionner de joueur offensif ici, à moins qu’ils estiment urgent de chercher un left tackle pour remplacer le vieillissant Donald Penn. Dans l’immédiat, l’idée serait plus de trouver un shutdown cornerback, un pass rusher pour aider Khalil Mack ou un DT pour éviter à Oakland de se retrouver à nouveau avec la pire défense de la Ligue contre la course en 2018. Ou encore un vrai ILB capable de diriger cette défense et de prendre la suite de l’intérimaire Navorro Bowman. L’escouade de linebackers des Raiders est très inexpérimentée et la franchise sera sûrement très active pendant la free agency mais Roquan Smith est un prospect régulièrement projeté dans le top 10, un joueur emblématique de la meilleure défense du pays à Georgia et un soutien immédiat pour stopper le jeu de course adverse.

13. Washington Redskins : DE Arden Key, LSU

Embed from Getty Images

Énorme point d’interrogation au-dessus de l’offseason à venir des Redskins. Devenu le fantasme de la plupart des franchises à la recherche d’un QB, Kirk Cousins pourrait très bien faire ses valises et laisser Washington dans une sale situation. S’il se taille, la franchise serait forcée de trouver un nouveau quarterback, durant la free agency ou à la draft. Malheureusement, un choix hors du top 10 ne laisse pas tellement de possibilités. Les Redskins pourraient monter un échange zinzin comme ils avaient fait pour Robert Griffin s’ils n’ont pas été échaudés à l’époque. Ou descendre dans la draft pour récupérer d’autres choix. Quoi qu’il en soit, la franchise de la capitale a besoin d’aide en défense, alors que les Redskins ont sélectionné trois pass rushers depuis 2014, sans grand succès. Arden Key demeure le defensive end avec le plus gros potentiel malgré une saison écourtée sur blessure et une production pas forcément à la hauteur des attentes.

14. Miami Dolphins : RB Ronald Jones, USC

Embed from Getty Images

Un reach pour certains. Ronald Jones pourrait bénéficier de l’attention portée au groupe de running backs rookies de la saison en cours. Les franchises semblent moins frileuses depuis quelques années à sélectionner un coureur dès les premiers choix. Les Dolphins ont vraiment besoin de quelqu’un après avoir transféré Jay Ajayi chez les Eagles. Ronnie sort d’une saison splendide, où il a notamment bien positionné son nom sur l’échelle des running backs de légende qui sont passés par USC. Joueur offensif complet, menace à la course et à la réception, il sort du même moule que Saquon Barkley, bien que le Nittany Lion en ait plus sous la pédale.

15. Los Angeles Chargers : OT Kolton Miller, UCLA

Embed from Getty Images

Kolton Miller est l’un des prospects les plus en vue à l’heure actuelle et sa cote ne cesse de grimper. Gigantesque, puissant, excellent en protection de passe, le left tackle des Bruins n’a pas vraiment de défaut, même si les experts estiment qu’il doit encore gagner en force. Le joueur a donc engagé un coach professionnel pour travailler et devrait décrocher un joli score au combine pour rassurer tout le monde. Après deux ans à protéger Josh Rosen, Kolton s’est fait un joli CV et, en dépit du jeu de course pourri de UCLA, il est aussi plutôt efficace pour bloquer lorsqu’il faut courir. Les Chargers pourraient ainsi bétonner le côté droit de leur ligne offensive avec l’addition de Kolton et donner à Philip Rivers un peu plus de sécurité ainsi que de nouvelles possibilités pour le jeu au sol.

16. Green Bay Packers : DE Clelin Ferrell, Clemson

Embed from Getty Images

Ted Thompson, GM des Packers, est bien connu pour être un adepte du BPA (best pick available). En outre, Green Bay n’a pas sélectionné un joueur offensif au premier tour depuis 2011. L’absence d’Aaron Rodgers a mis en évidence les nombreuses défaillances de la franchise du Wisconsin. Si le QB vedette pourrait sans doute faire bon usage d’une nouvelle cible, c’est surtout la défense des Packers qui devrait retenir l’attention du front office. Un peu de pression sur les lignes offensives adverses ne peut pas faire de mal. Clelin Ferrell est un pilier d’une défense de Clemson qui participe aux playoffs pour la troisième année consécutive.

17. Baltimore Ravens : WR Courtland Sutton, SMU

Embed from Getty Images

L’an dernier, les Ravens ont sélectionné cinq défenseurs et deux OG à la draft. En fait, les deux derniers receveurs choisis par Baltimore sont Chris Moore au quatrième tour en 2016 et Breshad Perriman au premier tour en 2015. Ces deux-là n’ont clairement pas le profil d’un receveur numéro un, et Jeremy Maclin et Mike Wallace non plus. Courtland Sutton, par contre, est considéré comme l’un des tout meilleurs receveurs de cette classe et son gabarit imposant en fait naturellement une cible de choix dans la red zone. Dans tous les cas, les Ravens sont dans l’obligation de prendre un WR pour donner une cible viable à Joe Flacco.

18. Seattle Seahawks : OT Orlando Brown, Oklahoma

Embed from Getty Images

Les Seahawks ont envoyé leur choix de deuxième tour aux Jets pour Sheldon Richardson et celui du troisième tour aux Texans pour Duane Brown, ce qui leur laisse un simple choix de premier tour pour trouver un titulaire capable d’améliorer l’équipe rapidement. Le choix ne sera pas simple, surtout si Richard Sherman va voir ailleurs. Néanmoins, la ligne offensive est un problème de taille, même avec l’arrivée de Duane Brown comme left tackle. Germain Ifedi est un bust et Orlando Brown est le meilleur OT disponible ici. Il ne semble pas encore prêt pour évoluer à gauche en NFL mais on lui demandera de s’installer à droite dans un premier temps.

19. Detroit Lions : NT Vita Vea, Washington

Embed from Getty Images

Rien n’est sûr mais il semble bien que Haloti Ngata se dirige vers une retraite bien méritée à l’issue de cette saison, qu’il a d’ailleurs passé à l’infirmerie la plupart du temps. Les Lions peuvent compter sur A’Shawn Robinson pour quelques années si tout va bien mais ils devront lui trouver quelqu’un pour faire la paire. Si la free agency ne leur permet pas de recruter à leur convenance, Vita Vea pourrait être disponible. Le gigantesque defensive tackle de Washington, qui a notamment ratatiné la ligne offensive de Stanford cette année, est aussi efficace contre le jeu au sol que dans le pass rush, et peut être aligné comme nose tackle ou à l’extérieur d’une défense 3-4 comme DE. Avec en plus le potentiel pour être Pro Bowler régulièrement.

20. Dallas Cowboys : WR James Washington, Oklahoma State

Embed from Getty Images

James Washington est un steal ici, un receveur explosif capable d’étirer le jeu dans la profondeur. Exactement ce dont les Cowboys ont besoin en attaque. L’America’s Team a réellement besoin d’aide en défense mais une cible supplémentaire pour le jeu aérien ne se refuse pas, particulièrement dans le cas présent. Washington pourrait être sélectionné dans le top 5 selon certains et Dallas s’est fait une spécialité de récupérer des joueurs prévus bien plus haut depuis quelques années.

21. Tennessee Titans : LB Ogbonnia Okoronkwo, Oklahoma

Embed from Getty Images

Les Titans ont besoin d’aide pour leur pass rush et Ogbonnia Okoronkwo est l’un des meilleurs dans l’exercice parmi les prospects de cette classe. Avec son profil à la Khalil Mack ou Von Miller, sa capacité à couvrir et sa vitesse, Okoronkwo est déjà l’un des chouchous des fans de Tennessee en vue de la prochaine draft. La dernière pièce manquante pour la défense de Dick LeBeau, devenant instantanément l’une des plus effrayantes de la Ligue.

22. Buffalo Bills : QB Baker Mayfield, Oklahoma

Embed from Getty Images

Buffalo a plusieurs besoins à satisfaire rapidement, en particulier aux postes de quarterback et défensive tackle, suite au départ de Marcell Dareus. S’ils se sentent suffisamment confiants avec l’idée de sélectionner Baker Mayfield, dont le principal défaut reste son gabarit inférieur à la moyenne des quarterbacks pros, les Bills pourraient enfin trouver leur franchise quarterback. Surtout, le Sooner est un gagnant, qui vient de remporter le Heisman et qui a conduit son équipe en playoffs. Son caractère bien trempé qui lui a parfois valu une importante attention médiatique pourrait également rebuter quelques franchises mais ce qu’on demande à un QB, c’est d’en avoir. Et Baker en a.

23. Atlanta Falcons : DT Christian Wilkins, Clemson

Embed from Getty Images

Dontari Poe agent libre à la fin de la saison, les Falcons vont devoir injecter un peu de sang neuf à l’intérieur de leur ligne défensive. En 2015, Atlanta a sélectionné Vic Beasley au premier tour puis son équipier à Clemson Grady Jarrett au quatrième, tous deux devenus des joueurs d’impact. Il faut dire que Clemson s’est fait une belle réputation grâce à sa ligne défensive ces dernières années et Christian Wilkins est l’un des patrons dans les tranchées chez les Tigers. Si le bonhomme descend jusqu’aux Falcons, il ne devrait pas y avoir à hésiter trop longtemps.

24. New Orleans Saints : LB Malik Jefferson, Texas

Embed from Getty Images

Malik Jefferson est envoyé aux Saints depuis que des irréductibles acharnés ont commencé à balancer des mocks draft pour 2018 il y a plusieurs mois. Difficile d’imaginer une autre sélection tant la franchise de New Orleans a besoin d’un middle linebacker. Malik répond au cahier des charges actuel avec sa vitesse hallucinante ; avant même d’entrer à Texas, il était déjà plus rapide au 40-yard dash que les linebackers NFL. Malgré la situation chaotique chez les Longhorns durant son passage, le LB a développé ses instincts et c’est une force contre la course.

25. Buffalo Bills (from Kansas City Chiefs) : DT Maurice Hurst, Michigan

Embed from Getty Images

Les Bills ont donc sélectionné un quarterback et auraient bien besoin d’un DT, à condition d’avoir le coup de cœur pour un des bestiaux encore disponible. Dans le cas contraire, choisir une cible pour son nouveau QB n’est jamais une mauvaise idée. Ancien DC, Sean McDermott pourrait être intéressé par un joueur à vocation défensive avec au moins un de ses deux choix du premier tour, surtout avec le transfert de Dareus et l’éventuel départ de Kyle Williams. Il y aurait donc une place à prendre au centre de la ligne défensive et Maurice Hurst semble avoir les épaules pour s’y installer. Le Wolverine est comparé à un Aaron Donald miniature par sa capacité à complètement désorganiser les attaques adverses. Un bon point de départ pour la défense à bricoler des Bills.

26. Jacksonville Jaguars : OL Billy Price, Ohio State

Embed from Getty Images

Les Jags semblent enfin sortis de leur médiocrité habituelle, tirés vers le haut par leur rookie Leonard Fournette et leur défense surnommée « Sacksonville », mais la ligne offensive n’est pas encore au niveau pour viser le sommet. Jacksonville a besoin de renfort rapidement pour bétonner tout ça et mieux protéger son quarterback. Avec Billy Price, les Jaguars disposent d’un joueur hyper solide et capable d’être aligné en OG ou en C, ce qui a le mérite de donner pas mal de flexibilité pour composer une ligne offensive digne de ce nom.

27. Los Angeles Rams : CB Joshua Jackson, Iowa

Embed from Getty Images

Ça fait longtemps que les Rams n’ont pas eu de choix hors du top 10 mais leur incroyable saison a changé bien des choses pour la franchise récemment installée à Los Angeles. Malgré tout, la fin du premier tour permet toujours de dénicher quelques perles et les Rams ont avant tout besoin de renforcer leur secondary, étant donné la situation contractuelle de la majorité des CB dans l’effectif, pratiquement tous en fin de contrat. Avec ses trois interceptions face à Ohio State et 17 passes défendues cette année, Joshua Jackson a déjà fait pas mal parler de lui et beaucoup voient en lui un futur shutdown cornerback capable de remplacer Trumaine Johnson dès 2018.

28. Carolina Panthers : DE Sam Hubbard, Ohio State

Embed from Getty Images

La ligne défensive des Buckeyes s’est fait une petite réputation dans le monde du college football, notamment grâce à Nick Bosa, le frangin de Joey. On raconte que le gamin Nick est le meilleur prospect NFL à Ohio State. Malheureusement, il ne sera pas éligible avant un an. Néanmoins, son équipier Sam Hubbard vaut également qu’on s’intéresse à lui. Les Panthers pourraient chercher un left tackle pour remplacer Matt Kalil ou un cornerback mais ils ont besoin de renfort dans le pass rush et Hubbard sait faire ça, avec ses 26 TFL et 14 sacks en trois saison avec les Buckeyes.

29. Pittsburgh Steelers : SS Ronnie Harrison, Alabama

Embed from Getty Images

Les Steelers font partie de ces franchises intelligentes qui sélectionnent généralement le meilleur joueur dispo à la draft. Si la grave blessure de Ryan Shazier pourrait contraindre Pittsburgh à se tourner vers un linebacker au profil similaire, dans l’immédiat un renfort au sein de la secondary pourrait faire de l’effet. Ronnie est un prospect dont le potentiel n’a pas encore été pleinement exprimé mais qui a déjà évolué au plus haut niveau avec Alabama et son effectif blindé de futurs joueurs pros. Capable de couvrir les tight ends adverses, il devrait immédiatement améliorer la défense des Steelers, déjà effrayante.

30. Minnesota Vikings : CB Isaiah Oliver, Colorado

Embed from Getty Images

Les Vikings ont probablement un œil sur Ronnie Harrison pour remplacer Andrew Sendejo et former une paire redoutable avec Harrison Smith mais ils n’en auront peut être pas l’occasion. Minnesota pourrait ainsi se rabattre sur un cornerback pour venir renforcer un groupe déjà solide et une défense qui fait peur. Avec une NFL complètement pass-happy depuis quelques années, disposer d’un trio d’excellents cornerbacks est un avantage certain. Isaiah Oliver a vu sa cote s’envoler cette année et les Vikings devraient aimer son grand gabarit et sa capacité à repérer le ballon en l’air pour empêcher la réception. Le joueur de Colorado est encore irrégulier mais il sera suffisamment bien entouré pour apprendre et progresser.

31. New England Patriots : QB Josh Allen, Wyoming

Embed from Getty Images

Les Patriots se sont séparés de Jacoby Brissett et Jimmy Garoppolo, ce qui devrait les contraindre à sélectionner au moins un quarterback à la draft. Parce qu’il faut quelqu’un derrière Tom Brady, à la fois pour le remplacer au pied levé en cas d’éventuelle suspension, mais aussi parce que le golden boy n’est plus tout jeune et qu’il faudra bientôt penser à un successeur. Josh Allen est loin de faire l’unanimité mais certains scouts le considèrent comme un diamant brut, comme disent les ricains, et Bill Belichick est probablement le meilleur coach pour le polir et le faire briller. Si jamais Brady décide de jouer jusqu’à 50 ans, Allen pourra éventuellement servir dans un énième trade du front office des Pats.

32. Philadelphia Eagles : OT Mitch Hyatt, Clemson

Embed from Getty Images

Jason Peters se fait (très) vieux et les Eagles vont devoir penser à l’avenir s’ils ne veulent pas soudainement se retrouver avec une ligne bancale incapable de protéger Carson Wentz ou d’ouvrir la voie pour Jay Ajayi. Le nouveau front staff de Philly n’a sélectionné aucun OL l’an dernier et il pourrait donc bien s’agir d’une priorité de l’offseason, avec la ligne défensive. Mitch Hyatt n’est sûrement pas considéré comme le meilleur prospect à son poste mais il est très appliqué, possède une bonne technique et le jeu de jambes le plus efficace de cette classe. Il n’a peut être pas le potentiel de Mike McGlinchey ou Connor Williams mais il possède ce qu’il faut pour s’installer comme left tackle pour plusieurs années.

Les rookies NFL

C’est bientôt la saison des récompenses en NFL et on saura enfin qui sont les rookies de l’année après une lutte de longue haleine. RB Kareem Hunt (Toledo/Kansas City) est un peu le favori en attaque depuis que QB Deshaun Watson (Clemson/Houston) est en congé maladie, même si RB Leonard Fournette (LSU/Jacksonville) aura son mot à dire après une saison exceptionnelle. De l’autre côté du ballon, c’est plus tranché et tout le monde s’attend à ce que CB Marshon Lattimore (Ohio State/New Orleans) soit désigné après avoir transfiguré la défense contre la passe des Saints en seulement quelques matches.

Hunt, RB Alvin Kamara (Tennessee/New Orleans), Lattimore et ST Budda Baker (Washington/Arizona) seront donc les représentants de la génération 2017 au Pro Bowl, en attendant d’éventuels remplacements. CB Tre’Davious White (LSU/Buffalo), en course pour le titre de Defensive Rookie of the Year, est en embuscade. On compte déjà une demi-douzaine de sélectionnés qui ne participeront pas, comme Donald Penn, Ryan Shazier ou Carson Wentz, et il se peut que d’autres rookies soient appelés.

Au passage, l’ancien phénomène CB Adoree’ Jackson (USC/Tennessee) a eu quelques opportunités d’être aligné en attaque cette saison, comme à USC. Kick returner et punt returner à mi-temps, il figure parmi les trois meilleurs cornerbacks de la Ligue en défense contre la réception lorsque la passe est contestée et s’est donc également invité en attaque, avec une poignée de courses et une tentative de passe qu’il n’a pu réceptionner.

Le moment LOL

Avec un peu de chance, l’édition 2017 de la Draft NFL pourrait bien ressembler à celles de 1983 et 2004, lorsque des joueurs sélectionnés avec le premier choix ont décidé de ne pas jouer pour l’équipe qui les voulait.

En 1983, c’est John Elway qui refuse de jouer pour les Baltimore Colts. Le quarterback issu de Stanford n’est visiblement pas emballé à l’idée de jouer pour la pire franchise de l’époque, ainsi que son coach Frank Kush, reconnu pour sa sévérité. John menace ainsi de se consacrer entièrement au baseball et de rejoindre les New York Yankees si Baltimore décide quand même de le sélectionner avec son premier choix. Plusieurs pistes sont envisagées, notamment un trade avec Joe Montana, légendaire QB des San Francisco 49ers qui sort d’une saison de merde.

Finalement, un accord est trouvé avec les Denver Broncos, où John Elway passera toute sa carrière NFL couronnée de deux titres de champion. Un an après, les Colts déménagent à Indianapolis et la franchise devra attendre 1998 et la sélection de Peyton Manning pour enfin sortir de la médiocrité.

En parlant de Manning, c’est le frangin Eli qui fait le même coup en 2004, aux San Diego Chargers cette fois. Alors que la franchise californienne possède le premier choix cette année-là, le joueur de Mississippi annonce qu’il ne jouera pas s’il est sélectionné par les Chargers. Finalement, un arrangement est trouvé entre San Diego et les New York Giants, qui sélectionnent Philip Rivers pour l’envoyer à l’Ouest tandis que Manning fait le trajet inverse. Eli est donc quand même forcé de monter sur scène et de poser avec le maillot de la franchise pour laquelle il refuse de jouer. Malaise. Comme Elway, le QB des Giants a remporté deux bagues avec son équipe.

Cette année, les médias ont d’abord relayé une information selon laquelle Sam Darnold, considéré comme l’un des top prospects et le premier choix potentiel, aurait décidé de rester une saison de plus à USC pour éviter d’être sélectionné par les Cleveland Browns, qui ont gagné un match en deux ans et qui ont sécurisé le first pick depuis un bon bout de temps. Depuis quelques jours, il parait que Josh Rosen, dans la même position que Darnold, aurait également dans l’idée de rester à UCLA, voire de refuser carrément de jouer pour les Browns. Cleveland a aligné plus d’une vingtaine de quarterbacks différents depuis 1993.

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

Publicité
2 commentaires

2 Comments

  1. DOWN

    28 décembre 2017 at 09h49

    La draft 2018 est elle assez bonne en running back pour que Detroit et Indianapolis se permettent d’attendre le second tour pour en choisir un (ils avancent pas au sol), sachant que les Giants vont certainement en prendre dès leur second choix ? Arizona et Seattle n’ont ils pas également besoin d un coureur ?
    Les Patriots ne peuvent ils pas attendre le 2 ou 3ème tour pour recruter un QB ?
    Selon toi où va atterrir Bradford, ancien #1 de la draft ? 2010 je crois… Denver ? Cincinnati ? A l’infirmerie ? Ailleurs
    L’ordre de cette draft est fausse vu que les Vikings finiront le choix 32 du 1er tour 😉
    Skol !

    • Loïc Baruteu

      28 décembre 2017 at 11h35

      Haha c’est l’ordre de draft mis à jour par la NFL chaque semaine, j’imagine que c’est perturbant d’imaginer les Eagles remporter le Super Bowl
      Effectivement cette classe est hyper fournie en RB mais Saquon Barkley est très au-dessus, Indianapolis pourrait le sélectionner dès le troisième choix. Après, si plusieurs franchises se mettent à sélectionner un RB au premier tour, ça pourrait en inciter d’autres à rapidement en prendre un aussi mais il devrait y en avoir pas mal au second tour.
      Si les Pats estiment que Josh Allen est un franchise QB et qu’il tombe jusqu’à eux, ça devrait être dur de résister. Il faut penser à l’après-Brady et les Pats ont absolument besoin d’un back-up après avoir échangé Brisset et Garoppolo.
      Aucune idée pour Bradford, je ne suis pas trop la FA mais Cincinnati a déjà un bon QB, j’imagine qu’ils lui donneront une nouvelle chance en l’entourant un peu mieux. Denver, éventuellement Washington, Indianapolis, Jacksonville, pourraient chercher un QB. Arizona aussi si Bruce Arians est mis dehors.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NFL Draft

La SEC domine encore la soirée d’ouverture de la draft NFL

Avec 10 anciens joueurs draftés jeudi 26 avril, la conférence SEC a encore été la plus représentée lors du 1er tour de la draft NFL 2018.

Publié

le

Comme l’an passé, la conférence SEC s’est montrée dominante à l’occasion de la première journée de la draft NFL 2018 avec un total de 10 anciens joueurs sélectionnés au 1er tour.

Certes, la conférence SEC n’a pas fait aussi bien que l’an dernier (12 anciens joueurs draftés au 1er tour en 2017) mais la conférence du sud des États-Unis a de nouveau été la plus représentée lors du 1er tour devant la conférence ACC qui a vu 6 de ses anciens joueurs sélectionnés, jeudi 26 avril.

Sept de ces dix joueurs sélectionnés ont participé au dernier National Championship Game disputé entre Alabama (4 joueurs) et Georgia (3 joueurs).

Voici la liste complète des joueurs de la SEC draftés hier soir :

Pick Joueur Équipe Université
8 ILB Roquan Smith Chicago Bears Georgia
11 CB/S Minkah Fitzpatrick Miami Dolphins Alabama
13 DL Da’Ron Payne Washington Redskins Alabama
20 C Frank Ragnow Detroit Lions Arkansas
22 LB Rashaan Evans Tennessee Titans Alabama
23 OL Isaiah Wynn New England Patriots Georgia
25 TE Hayden Hurst Baltimore Ravens South Carolina
26 WR Calvin Ridley Atlanta Falcons Alabama
29 DL Taven Bryan Jacksonville Jaguars Florida
31 RB Sony Michel New England Patriots Georgia
Lire la suite

NFL Draft

Les Espoirs de la Draft NFL 2018 – Episode #8

Publié

le

Comme on aime bien croire qu’on peut prédire l’avenir à TBP, on analyse chaque semaine les prospects qui font du pied à la NFL et on rapporte ce qu’on a vu. Parce qu’on a sans doute plus de crédibilité que Migos, qui prédisait une saison sans défaite à Rutgers.

WITH THE FIRST PICK IN THE 2018 NFL DRAFT…

Plus que quelques heures avant de connaître enfin le nom du roi de la promo. Les Cleveland Browns sont encore une fois en bonne position pour sélectionner un playmaker, en espérant que cette fois ils ne se plantent pas. Myles Garrett était une bonne pioche l’an dernier, ça serait bien de trouver un quarterback cette année après des siècles de galère à ce poste. Coup de pot, les Browns ont l’embarras du choix. Pas mal d’experts considèrent cette cuvée de quarterbacks comme la meilleure de l’histoire de la draft. Rien que ça.

Il y a Josh Allen, dont personne ne voulait entendre parler à cause de sa précision douteuse et du fait qu’il ait évolué dans une équipe de faible niveau. Entouré de peintres, il a forcément connu des moments difficiles, surtout face aux grosses écuries qui ont croisé son chemin. Depuis la fin de la saison, la cote de Josh n’a cessé de grimper, entre son excellent combine où les médias ont failli s’évanouir sur une passe de 66 yards, et les comparaisons avec Ben Roethlisberger ou Carson Wentz, qui a partagé le même coach que le QB de Wyoming. Et comme les Browns auraient flashé sur lui, Allen a autant de chances que n’importe qui d’être sélectionné en première position.

Embed from Getty Images

Josh Allen, Wyoming

À moins que les experts ne se soient plantés, ce qui arrive chaque année avec une régularité aussi efficace que les impôts. Parce que Sam Darnold est aussi plutôt bien vu du côté des scouts. Malgré une saison décevante vis-à-vis des attentes autour du MVP offensif du Rose Bowl 2017, le golden boy californien est toujours tenu en grande estime par le monde de la NFL.

La décision de Sam de ne pas lancer au combine a fait tiquer les patrons de franchises, jusqu’à ce Pro Day sous la pluie à Los Angeles, où le QB a balancé des dizaines de passes parfaites sans sourciller. De quoi prouver aux Browns, aux Giants, aux Jets ou aux Bills, qui évoluent tous dans des stades ouverts et dans des régions capricieuses, qu’il est complètement capable de lancer comme il faut malgré des conditions difficiles. Sans parler du potentiel d’un joueur encore jeune et qui n’a été titulaire que deux saisons jusqu’ici.

Il y a aussi Saquon Barkley, qui a survolé le truc. C’était son combine, merci aux autres d’être venus.Dès le premier jour, le running back a explosé les chronos, tapé plus de reps au développé-couché que le left tackle de Baker Mayfield et a répondu aux questions comme un grand, en mec habitué. On avait déjà ses highlights à Penn State, on a maintenant ses perfs à Indianapolis pour savoir que Barkley devrait péter la NFL en deux dès sa saison rookie.qui a tout simplement cassé en deux le combine.

Même si la hype s’est un peu éteinte, notamment parce que les Browns sont désormais sous pression pour sélectionner un quarterback avec le premier choix depuis que les Jets ont récupéré le troisième choix, le running back est un talent incroyable capable de transformer une attaque. Ce dont auraient bien besoin les Browns, qui seront peut être contraints de sélectionner le running back de Penn State avec leur premier choix s’ils tiennent vraiment à lui, sachant que les Giants pourraient se ruer dessus en deuxième position.

Embed from Getty Images

Josh Rosen, UCLA

Quant à Baker Mayfield et Josh Rosen, aucun des deux n’a réellement été relié à Cleveland mais les voies des franchises NFL sont impénétrables et on n’est jamais à l’abri d’une surprise. Comme un trade, par exemple. Bien que les Browns aient visiblement écarté l’idée d’échanger leur premier choix cette année, qui vaut de l’or étant donné la valeur des top prospects disponibles. Difficile d’abandonner un siège aussi confortable.

TBP MOCK DRAFT

Si vous étiez sur les plages pour profiter des premiers rayons de soleil, sachez que Morgan et Grégory nous ont livré un mock draft à quatre mains le week-end dernier. L’occasion de passer en revue une dernière fois les différents scénarios possibles. On va se contenter du top 10, c’est déjà pas mal.

1. Cleveland Browns : QB Sam Darnold, USC

Pourquoi c’est jouable. Les Browns vont prendre un quarterback avec le premier choix, aucun doute. Les Giants qui brouillent les cartes et les Jets grimpés dans le top 3 ont mis la pression à Cleveland. Tyrod Taylor sera néanmoins titulaire à la rentrée donc le rookie pourra attendre son tour tranquillement en apprenant les bases à l’entraînement. Les dernières indications envoient Josh Allen (Wyoming) ou Sam Darnold dans l’Ohio, deux prospects avec un potentiel effrayant mais qui ont encore besoin de progresser pour peser dans le game.

Pourquoi c’est chaud. Comme on a dit, Josh Allen est pas mal attribué aux Browns avec ce premier choix dans les mocks draft d’outre-Atlantique. Visiblement, Cleveland est tombé in love. Les Browns pourraient aussi laisser tomber le first pick dans un trade, par exemple avec les Giants, les Jets, les Bills, etc. Ou jouer la surprise avec Saquon Barkley (Penn State), le meilleur joueur de cette draft.

2. New York Giants : QB Josh Rosen, UCLA

Pourquoi c’est jouable. Eli Manning a 37 ans, on ne sait pas si Davis Webb fera un bon titulaire après lui, et les Giants ont l’opportunité de sélectionner un top quarterback avec ce second choix. Et si les choses tournent mal en début de saison, le nouveau coach Pat Shurmur pourrait lancer son rookie. Josh Rosen (UCLA) est régulièrement envoyé aux Giants pour ses qualités de passeur hors pair. Surtout, son expériences après trois années comme titulaire avec les Bruins pourrait peser dans la balance.

Pourquoi c’est chaud. Josh Rosen a besoin d’une ligne solide car il supporte très mal la pression et passe son temps à l’infirmerie. D’ailleurs les Giants ont besoin de renfort sur l’OL et Quenton Nelson (Notre Dame) est considéré comme le meilleur guard à sortir de la fac depuis longtemps. Dave Gettleman pourrait aussi sélectionner Saquon Barkley pour réveiller un jeu de course anémique ou Bradley Chubb (NC State) après avoir retourné Jason Pierre-Paul à sa Floride natale. Sans parler d’un trade down pour récupérer d’autres picks. Il paraît que les Giants et les Bills auraient trouvé un terrain d’entente pour un échange le soir de la draft. Mais si Big Blue choisit un QB, il pourrait plutôt s’agir de Sam Darnold, si le prodige californien est encore disponible, lui qui a décroché les mâchoires du front staff de New York pendant son Pro Day.

3. New York Jets : QB Josh Allen, Wyoming

Pourquoi c’est jouable. Les Jets n’ont pas grimpé de trois places dans la draft pour faire un peu parler d’eux, dont tout le monde se fout. Gang Green veut un quarterback. Ça semble compliqué de monter un peu plus haut, même si les Giants ont l’air ouvert pour un trade. Les Jets devront donc attendre patiemment leur tour, en espérant qu’un prospect comme Josh Allen soit disponible. Comparé à Carson Wentz parce qu’il vient aussi d’une petite fac et qu’il possède un bras impressionnant, Allen a tout pour taper dans l’œil d’une franchise à la recherche d’un QB.

Pourquoi c’est chaud. Josh Allen ne descendra peut être pas jusque là. Avec toute la hype autour de lui, il semble bien parti pour Cleveland et le first pick. Disponible au deuxième choix, il pourrait alors partir pour l’autre franchise de NYC ou ailleurs si les Giants montent un échange. Les Jets devront vraisemblablement plutôt se décider entre Josh Rosen et Baker Mayfield (Oklahoma) mais ça tombe bien parce qu’il paraît que Gang Green a flashé sur le vainqueur du dernier Heisman.

4. Cleveland Browns : RB Saquon Barkley, Penn State

Pourquoi c’est jouable. C’est l’hypothèse la plus probable pour Cleveland ici. Saquon Barkley est un futur patron dans cette Ligue et les Browns ont besoin d’aide dans le secteur offensif. Longtemps annoncé comme first pick après son combine de héros grec, le running back a perdu un peu de poids dans la conversation face à Sam Darnold et Josh Allen mais les Browns pourraient tout de même avoir l’opportunité de le sélectionner ici avec le rush des autres franchises pour un quarterback.

Pourquoi c’est chaud. Les Browns ont également des besoins en défense et pourraient ne pas se permettre de choisir deux joueurs offensifs aussi haut dans la draft. Bradley Chubb ou Minkah Fitzpatrick (Alabama) sont des prétendants sérieux, surtout le pass rusher qui aurait les faveurs du GM John Dorsey ; le duo Myles Garrett – Chubb en défense pourrait calmer les ardeurs adverses. Un trade down est également possible, potentiellement avec les Bills et leur multitude de picks dans les deux premiers tours cette année.

5. Denver Broncos : OG Quenton Nelson, Notre Dame

Pourquoi c’est jouable. Les Broncos ont signé un quarterback. Case Keenum. John Elway tient son starter, il va pouvoir se concentrer sur d’autres secteurs. Par exemple l’intérieur de sa ligne offensive qui a besoin d’aide. Le poste de guard n’a jamais été aussi important dans une Ligue qui compte désormais pas mal de profils à la Aaron Donald. Avec Quenton Nelson, Denver s’assurerait un titulaire de calibre All Pro pour son OL.

Pourquoi c’est chaud. Case Keenum. Le gars a peu d’expérience pour diriger une équipe et pourrait bien se planter dans le Colorado. Elway aura peut être l’occasion d’aller chercher Baker Mayfield, qui a tapé dans l’œil du GM : les Broncos ont demandé le QB dans leur roster au Senior Bowl, l’ont rencontré au Combine, étaient à son Pro Day en masse et l’ont invité à Denver sur deux jours la semaine dernière. La piste est chaude et Denver ne devrait pas hésiter si les Jets ne le prennent pas. Elway pourrait même monter au deuxième choix dans un échange avec les Giants pour s’assurer les services de Mayfield.

6. Indianapolis Colts : LB Roquan Smith, Georgia

Pourquoi c’est jouable. Le joueur de Macon, en Géorgie pas en Saône-et-Loire, est déjà comparé à Luke Kuechly ou Danny Trevathan. Cette saison, Roquan Smith a remporté le Butkus Award, a été nommé First-Team All-American et a disputé la finale nationale avec Georgia. Les Colts ne se sont pas vraiment préoccupés du poste de linebacker pendant la free agency et ils devront en choisir un à la draft. Le patron de la défense des Bulldogs est un client sérieux.

Pourquoi c’est chaud. Les Colts sont déjà descendus de trois places, un signe qu’ils n’ont pas forcément de cible prioritaire. Les experts leur attribuent généralement Bradley Chubb ou Saquon Barkley mais ces deux joueurs seront probablement déjà partis. Dans ce cas, Indy pourrait encore trade down avec une équipe à la recherche d’un quarterback, comme Arizona, Buffalo voire Miami. En plus, si les Colts veulent un linebacker, ils pourraient aussi se tourner vers Tremaine Edmunds (Virginia Tech) dont la cote a explosé cet hiver.

7. Tampa Bay Buccaneers : DE Bradley Chubb, NC State

Pourquoi c’est jouable. Les experts envoient tous Derwin James (Florida State) à Tampa Bay mais le safety a refusé l’invitation de la franchise floridienne et ça fait mal, ça fait mal. Et puis, malgré l’arrivée de Jason Pierre-Paul, les Bucs ont besoin de pass rushers pour l’une des pires défenses de la Ligue en terme de pression sur le QB adverse. Si Bradley Chubb est dispo, Tampa Bay ne devrait pas hésiter longtemps.

Pourquoi c’est chaud. Si les franchises du top 6 se jettent sur des quarterbacks, Barkley, Nelson et compagnie, Tampa Bay pourrait se retrouver en position pour sélectionner Chubb. Néanmoins, le manque de qualité au poste de pass rusher dans cette draft fait du joueur un profil rare et son tour viendra certainement avant ce septième choix. Il y a également l’hypothèse Minkah Fitzpatrick si les Bucs tiennent vraiment à renforcer leur secondary avec un joueur dominant.

8. Chicago Bears : LB Tremaine Edmunds, Virginia Tech

Pourquoi c’est jouable. 19 ans, c’est l’âge de Tremaine Edmunds. Il ne sera même pas autorisé par la loi à sabrer le champagne lorsqu’il sera sélectionné au premier tour de cette draft. Malgré son jeune âge, le linebacker est déjà l’un des joueurs les plus productifs de cette classe : 106 tackles, dont 18.5 TFL, en 2016 et 109 tackles, dont 14.5 TFL, en 2017, Edmunds est une véritable machine, bête athlétique capable de couvrir le terrain en long et en large. Un profil qui rappelle Brian Urlacher à Chicago, qui pourrait constituer une escouade de linebackers terrifiante avec Danny Trevathan, Nick Kwiatkoski et le tout jeune joueur de Virginia Tech.

Pourquoi c’est chaud. Edmunds ne sera peut être plus disponible à ce stade de la draft, c’est dire s’il a ébloui les scouts, notamment au combine. Dans ce cas, les Bears pourraient se jeter sur un autre top prospect encore disponible, comme Quenton Nelson ou Roquan Smith. Ils pourraient aussi lorgner sur un cornerback comme Denzel Ward (Ohio State) ou Minkah Fitzpatrick pour apporter du soutien à Kyle Fuller et Prince Amukamara. Chicago a également besoin d’aide dans le pass rush. Enfin, Calvin Ridley (Alabama), qui a rendu visite aux Bears récemment, est un candidat potentiel pour former un tandem jeune et prometteur avec Mitch Trubisky.

9. San Francisco 49ers : DB Minkah Fitzpatrick, Alabama

Pourquoi c’est jouable. Les 49ers tiennent leur quarterback du turfu, ils n’ont désormais plus qu’à bétonner leur roster pour se sortir d’un marasme qui a trop duré. Avec Richard Sherman et Akhello Witherspoon comme cornerbacks, K’Waun Williams et Jimmie Ward comme slot CB, Minkah Fitzpatrick pourrait faire son trou comme free safety à la place d’Adrian Colbert, le choix de septième tour des Niners l’an dernier.

Pourquoi c’est chaud. San Francisco tient déjà ses titulaires en secondary et Fitzpatrick pourrait faire doublon avec Jimmie Ward, un DB polyvalent au profil similaire. Si Roquan Smith ou Tremaine Edmunds sont disponibles ici, les 49ers pourraient être tentés. L’hypothèse Courtland Sutton (SMU) est également privilégiée par certains qui voient en lui le potentiel go-to guy de Jimmy Garoppolo dans le jeu aérien.

10. Oakland Raiders : CB Denzel Ward, Ohio State

Pourquoi c’est jouable. En queue de top 10, les Raiders auront toujours la possibilité de sélectionner un futur playmaker comme Denzel Ward, grand favori des mocks draft pour atterrir à Oakland. Il rejoindrait ainsi son ancien partenaire à Ohio State, Gareon Conley, lui-aussi cornerback et sélectionné au premier tour l’an dernier par la franchise californienne.

Pourquoi c’est chaud. John Gruden voudra probablement apporter de l’aide à Khalil Mack en défense, qu’il s’agisse du pass rush avec un joueur comme Marcus Davenport (UTSA) ou de l’escouade de linebackers si Roquan Smith ou Tremaine Edmunds sont encore là. Minkah Fitzpatrick serait également un renfort de choix pour la secondary. Il y a aussi l’éventualité du remplacement de Donald Penn, qui commence à se faire très vieux, par un rookie comme Connor Williams (Texas) ou Mike McGlinchey (Notre Dame). Enfin, Oakland pourrait préférer un autre top cornerback comme Joshua Jackson (Iowa), selon le profil recherché.

WHO’S HOT?

LB Shaquem Griffin, UCF
C’est la belle histoire cette année. Capitaine des champions nationaux auto-proclamés de UFC, Shaquem Griffin est né sans main gauche, ce qui aurait pu annihiler toute ambition de jouer au football. Mais l’énorme motivation du joueur, probablement remarquée parmi les scouts pros, lui a permis de devenir une machine sur le terrain. Au point de s’inviter au combine, où il a réalisé le meilleur temps au 40-yard dash pour un linebacker dans l’histoire de l’événement pré-draft. Les images de son bench press avec une main artificielle ont fait le tour des réseaux sociaux.

Embed from Getty Images

Shaquem Griffin, Central Florida

LB Uchenna Nwosu, USC
Tandis que certains se demandent comment prononcer son nom, d’autres qui ont moins de temps à perdre cherchent plutôt à savoir si l’un des meilleurs défenseurs de Pac-12 en 2017 correspond plutôt à un profil de linebacker ou de defensive end. Avec 75 tackles, 9.5 sacks l’an dernier et 19 passes déviées sur les deux saisons passées, Nwosu semble avoir sa place en NFL et les experts sont unanimes. Son gabarit devrait néanmoins le brider pour évoluer comme edge rusher, en dépit de qualités athlétiques certaines.

SS Troy Apke, Penn State
Troy Apke, c’est ce mec qui a pété le chrono au 40-yd dash avec un temps de 4.34 secondes alors que personne ne s’y attendait vraiment, même si l’ancien receveur s’est fait une belle réput’ de sprinteur depuis le high school. Troy, c’est un peu l’exemple du gars qui était invité au combine parce qu’il fallait faire le nombre et qui s’est démerdé pour provoquer ce petit boum-boum dans le cœur des scouts. À voir qui dégainera le premier pour s’attirer les services de l’ancien strong safety de Penn State, un gars expérimenté avec déjà quatre années de football de haut niveau derrière lui.

CB Parry Richardson, Tulane
Au milieu d’une classe blindée en cornerbacks, Parry Richardson a fait la diff’ au combine, avec le meilleur temps au 40-yard dash cette année et 15 reps au développé-couché. Une superbe performance pour le CB de Tulane, pas forcément imposant physiquement, mais qui a prouvé ses possibilités pour couvrir en profondeur et se mesurer à des receveurs physiques. Parry pourrait bien être appelé dès la fin du premier tour si il plaît vraiment à quelqu’un.

WHO’S NOT?

WR Simmie Cobbs, Indiana
Avec son grand gabarit, Simmie Cobbs s’imaginait déjà en fin de premier ou au second tour de la draft, comme l’annonçaient les experts, au moment de faire l’impasse sur sa saison senior à Indiana. Mais ses performances athlétiques médiocres au combine devraient lui causer du tort et il pourrait désormais attendre le troisième jour de la draft pour trouver une équipe.

Embed from Getty Images

Orlando Brown, Oklahoma

OT Orlando Brown, Oklahoma
Un massacre. All-American en 2017, Orlando Brown a bossé dur pour convaincre les scouts NFL qu’il mérite sa chance et les experts l’envoyaient déjà dans le top 10 de la draft, à la sortie d’une saison passée à protéger le vainqueur du Heisman et à s’inviter en playoffs avec Oklahoma. Sauf que sa prestation au combine, avec un petit 15 reps au bench press et un temps de presque 6 secondes au 40-yard dash, l’ont complètement cramé. Brown s’inscrit plutôt comme un projet et non pas un prospect fini prêt à jouer le dimanche. L’ancien Sooner devrait glisser après le troisième tour.

DE Hercules Mata’afa, Washington State
L’exemple parfait du joueur productif au niveau universitaire qui se retrouve bridé dans ses ambitions pros par ses capacités physiques limitées. Pass rusher redouté en Pac-12, Hercules Mata’afa a terminé parmi les derniers aux différents ateliers du combine et, à moins d’un gros retournement de situation au Pro Day, il pourrait bien entrer en NFL comme undrafted free agent.

WR Jordan Lasley, UCLA
Après une saison à neuf touchdowns comme go-to guy de Josh Rosen, Jordan Lasley avait obtenu son invitation au combine. Où il s’est complètement planté. Avec un médiocre 4.50 secondes au 40-yard dash, Lasley n’a impressionné personne avec ses mesures athlétiques, toutes hors du top 15 du groupe de receveurs. Pire, il a commis plusieurs drops pendant les ateliers de réception, une faute sans doute éliminatoire aux yeux des scouts NFL. Le meilleur receveur de UCLA l’an dernier ne devrait même pas être appelé à la draft.

TOP 32

1. RB Saquon Barkley, Penn State

Regarder Saquon Barkley courir, c’est comme assister à un ballet au Bolchoï, on hallucine de voir un être humain réussir des mouvements aussi fous. Le running back de Penn State, parfois considéré comme le meilleur prospect cette année, est aussi doué pour courir comme un sprinteur olympique, éviter les plaquages comme ces mecs à poil qui envahissent les pelouses au foot, bloquer comme un tight end, attraper le cuir comme un receveur. En somme, il a le potentiel pour rendre n’importe quelle attaque au sol terriblement dangereuse. Et puis il cartonne aussi en special teams. All Eyez On Me.

2. OG Quenton Nelson, Notre Dame

Seulement quatre offensive guards ont été choisi dans le top 5 lors des vingt dernières années. Quenton Nelson est suffisamment NFL-ready pour s’inviter tout en haut de cette draft. Pour certains, le gros bébé de South Bend serait le seul prospect avec le potentiel d’un Hall of Famer cette année. L’aligner dès cette saison, c’est l’assurance de booster son jeu au sol et de fournir un blindage renforcé au quarterback pour les séquences de passe.

3. QB Sam Darnold, USC

Sam Darnold est largement considéré comme le meilleur quarterback de cette classe par les analystes, et les scouts en pensent probablement de même, en particulier après son Pro Day. Le gamin de 20 ans, qui avait cassé le Rose Bowl en deux il y a un an et demi, n’a pas changé depuis cette soirée du 1er janvier 2017 où quelques mâchoires s’étaient décrochées. Sam a simplement dû se démerder la saison passée derrière une ligne décimée et entouré de receveurs qui ont attendu la mi-saison pour se sortir les doigts. D’où un bon nombre de turnovers, qu’il multiplie dès qu’il force sous pression pour créer une action. Pêché de jeunesse.

4. DE Bradley Chubb, NC State

Embed from Getty Images

Bradley Chubb, North Carolina State

5. QB Josh Rosen, UCLA

Josh Rosen est le seul autre quarterback de cette classe, avec son meilleur ennemi Sam, à pouvoir s’intégrer rapidement dans n’importe quel système offensif NFL. Les interrogations sur son caractère et son dossier médical devraient faire réfléchir les franchises à la recherche d’un QB mais Josh possède un énorme potentiel. Les experts le considèrent comme le meilleur pocket passer de cette classe et il pourrait éventuellement être sélectionné en première position si les conditions sont réunies, c’est-à-dire si les Browns flashent sur lui ou si une équipe amoureuse grimpe tout en haut.

6. DB Minkah Fitzpatrick, Alabama
7. QB Baker Mayfield, Oklahoma
8. LB Tremaine Edmunds, Virginia Tech
9. FS Derwin James, Florida State
10. CB Joshua Jackson, Iowa
11. QB Josh Allen, Wyoming
12. NT Vita Vea, Washington
13. LB Roquan Smith, Georgia
14. CB Denzel Ward, Ohio State
15. OT Connor Williams, Texas
16. WR Calvin Ridley, Alabama
17. DT Da’Ron Payne, Alabama
18. WR Courtland Sutton, SMU
19. OT Tyrell Crosby, Oregon
20. QB Lamar Jackson, Louisville
21. DE Marcus Davenport, UTSA
22. OT Mike McGlinchey, Notre Dame
23. LB Leighton Vander Esch, Boise State
24. DT Taven Bryan, Florida
25. C James Daniels, Iowa
26. CB Donte Jackson, LSU
27. LB Rashaan Evans, Alabama
28. WR D.J. Moore, Maryland
29. OG Will Fernandez, UTEP
30. DE Rasheem Green, USC
31. OG Isaiah Wynn, Georgia
32. CB Jaire Alexander, Louisville

Lire la suite

NFL Draft

[NFL Draft] La Mock Draft 2018 officielle de TBP

À moins d’une semaine de la draft NFL 2018 organisée cette année au AT&T Stadium d’Arlington, The Blue Pennant vous présente sa Mock Draft officielle préparée par Grégory Richard et Morgan Lagrée.

Publié

le

Crédit photo : Thearon W. Henderson/Getty Images

Quel sera le premier choix des Cleveland Browns ? Quatre quarterbacks seront-ils sélectionnés dans le Top 10 ? À moins d’une semaine de la draft NFL 2018, c’est toujours l’incertitude totale.

Nous avons choisi un format croisé sans trades : Grégory et Morgan ont choisi un prospect chacun leur tour, Grégory ayant remporté le tirage au sort pour le 1st Pick.

1- Cleveland Browns : QB Sam Darnold, USC
Pour se relancer, Cleveland a sans doute besoin du plus beau projet de cette classe. Lequel pourra apprendre derrière Tyrod Taylor. Très clairement, le jeu peut en valoir la chandelle pour des Browns souvent raillés pour leur gestion des quarterbacks lors de la draft. (Grégory Richard)

2- New York Giants : QB Josh Rosen, UCLA
Les Giants ont des besoins un peu partout dans leur roster mais le manager général Dave Gettlemen sait que le premier d’entre-eux se situe au niveau du poste de quarterback. QB Eli Manning et QB Davis Webb sont la solution à court terme mais les Giants veulent préparer l’avenir avec le quarterback possédant le plus de talent pur de cette draft 2018. Les problèmes de caractère de QB Josh Rosen sont connus mais son égo est aussi gros que Big Apple. A perfect fit. (Morgan Lagrée)

3- NY Jets : QB Josh Allen, Wyoming
Josh Allen ou Baker Mayfield ? Le doute persiste, mais si Allen semble moins prêt que son homologue, il fait beaucoup plus fantasmer les franchises, dont les New-Yorkais. (Grégory Richard)

Embed from Getty Images

RB Saquon Barkley, Penn State

4- Cleveland Browns : RB Saquon Barkley, Penn State
RB Saquon Barkley est probablement le meilleur joueur de cette draft 2018. Il est d’ailleurs classé #1 de très nombreux Big Boards. Certes, les Browns ont encore dans leur tête le souvenir du fiasco Trent Richardson et la sélection de l’ancien coureur de Penn State va créer un certain embouteillage au poste de running back avec la présence de RB Carlos Hyde et de RB Duke Johnson mais Cleveland ne peut pas laisser passer un joueur aussi talentueux et explosif que RB Saquon Barkley. Les Browns ont besoin de game-changers en attaque et RB Saquon Barkley pourrait devenir un playmaker ultime, et ce, dès la saison 2018. (Morgan Lagrée)

5- Denver Broncos : OG Quenton Nelson, Notre Dame
Après l’ajout de Jared Veldheer, Denver a une occasion en or de bâtir une ligne de fer, sur le modèle des Cowboys, il y a quelques années. Nelson est l’un des meilleurs joueurs de cette draft, et John Elway ne s’y trompera pas. (Grégory Richard)

6- Indianapolis Colts : ILB Roquan Smith, Georgia
L’arrivée de l’ancien coach des linebackers de Dallas, Matt Eberflus, au poste de coordinateur défensif va entrainer un changement de schema défensif important avec l’implantation d’une défense 4-3 Tampa qui repose sur des linebackers polyvalents capables d’être très efficaces sur les couvertures tout en réagissant très vite pour stopper les coureurs adverses. L’ancien Bulldog de Georgia possède toutes ces qualités ce qui lui a permis de remporter le trophée Butkus 2017 (meilleur linebacker de l’année) et d’être nommé meilleur défenseur de la saison 2017 par TBP. (Morgan Lagrée)

Embed from Getty Images

DL Bradley Chubb, NC State

7- Tampa Bay Buccaneers : DE Bradley Chubb, NC State
Longtemps un problème en Floride, le pass rush peut prendre un sérieux coup de boost, avec l’ajout de Jason Pierre-Paul et Bradley Chubb. De quoi donner des cauchemars aux autres talentueux quarterbacks d’NFC Sud… (Grégory Richard)

8- Chicago Bears : LB Tremaine Edwards, Virginia Tech
À 19 ans, l’ancien joueur des Hokies de Virginia Tech est un véritable phénomène et sa marge de progression est énorme. Les Bears sont à la recherche d’un général sur le 2ème rideau depuis le départ à la retraite de Brian Urlacher. L’occasion est trop belle d’offrir au coordinateur défensif Vic Fangio un linebacher capable d’être performant sideline-to-sideline. (Morgan Lagrée)

9- San Francisco 49ers : S Minkah Fitzpatrick, Alabama
Certes, Richard Sherman a été signé pendant l’intersaison, mais personne ne sait dans quel état le Californien va revenir. De plus, San Francisco a besoin d’aide dans un backfield souvent renforcé. Fitzpatrick aurait le potentiel pour sévir en nickelback avant de trouver sa vraie place dans le secondary local. (Grégory Richard)

10- Oakland Raiders : CB Denzel Ward, Ohio State
Dès son arrivée chez les Raiders, coach John Gruden n’a pas été tendre avec son backfield défensif et la tentation du manager général Reggie McKenzie de réunir le meilleur cornerback de cette draft 2018, CB Denzel Ward, avec son ancien coéquipier des Buckeyes d’Ohio State, Gareon Conley (1er tout de draft 2017) pourrait être forte. (Morgan Lagrée)

Embed from Getty Images

DL Vita Vea, Washington

11- Miami Dolphins : DT Vita Vea, Washington
Le départ de Ndamukong Suh doit être compensé, et ce n’est pas le seul Davon Godchaux qui semble faire l’affaire. Avec le meilleur defensive tackle de cette classe, Miami aurait l’occasion d’avoir un front-4 ultra-intimidant et de mettre en grosse difficulté Tom Brady et le reste de l’AFC Est. (Grégory Richard)

12- Buffalo Bills : QB Baker Mayfield, Oklahoma
Après avoir vu partir QB Sam Darnold, QB Josh Rosen et QB Josh Allen, les Bills ne peuvent pas se permettre de laisser filer la charismatique QB Baker Mayfield. Sa combativité, sa mobilité et la puissance de son bras font du vainqueur du trophée Heisman 2017 le candidat parfait pour devenir le leader de la franchise newyorkaise pour les 10 prochaines années. Dès la week 1, il sera un concurrent pour AJ McCarron. (Morgan Lagrée)

13- Washington Redskins : S Derwin James, Florida State
L’un des meilleurs joueurs disponibles, à un poste sans véritable taulier. James a une vraie variété de jeu et une capacité à devenir un excellent strong safety à l’échelon supérieur. (Grégory Richard)

14- Green Bay Packers : CB Josh Jackson, Iowa
Suite au transfert de CB Damarious Randall chez les Browns de Cleveland, les Packers de Green Bay n’ont pas d’autre choix que de se renforcer au poste de cornerback car les re-signatures de CB Tramon Williams et CB Davon House ne suffiront pas. CB/S Minkah Fitzpatrick et CB Denzel Ward n’étant plus disponible, le meilleur joueur sur le board est l’ancien Hawkeye d’Iowa. (Morgan Lagrée)

Embed from Getty Images

OL Kolton Miller, UCLA

15- Arizona Cardinals : OT Kolton Miller, UCLA
Le poste de tackle est clairement l’un des plus exposés du côté de Glendale. Il faut donc un lineman capable de couvrir rapidement côté aveugle et donner le temps à Sam Bradford de ne pas filer tout de suite à l’infirmerie. (Grégory Richard)

16- Baltimore Ravens : WR Calvin Ridley, Alabama
En faisant l’acquisition de WR Michael Crabtree et de WR John Brown durant la période de free agency, les Ravens ont clairement démontré leur intention de donner à QB Joe Flacco les armes offensives dont il a besoin et il ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin en mettant la main sur le meilleur receveur de cette draft 2018 : WR Calvin Ridley. L’ancien joueur du Crimson Tide d’Alabama possède la vitesse et les mains pour devenir rapidement le go-to guy du jeu aérien des Ravens. (Morgan Lagrée)

17- Los Angeles Chargers : LB Rashan Evans, Alabama
Le run stop a longtemps été une plaie pour LA, notamment en raison d’un manque de talent sur le poste de linebacker. Evans aurait le mérite d’apporter une polyvalence salvatrice, capable de brouiller les cartes des attaques adverses. (Grégory Richard)

18- Seattle Seahawks : RB Derrius Guice, LSU
Les Seahawks ont échangé leur 2ème et 3ème tour de draft 2018 pour faire l’acquisition de DL Sheldon Richardson et OT Duane Brown. Résultat : c’est probablement au 1er tour qu’ils devront combler leur besoin le plus urgent en attaque en sélectionnant un running back. L’ancien joueur des Tigers de LSU possède une accélération et une puissance entre les plaquages qu’on n’a pas été vues sur le Puget Sound depuis le départ de Marshawn Lynch. (Morgan Lagrée)

19- Dallas Cowboys : S Ronnie Harrison, Alabama
D’autres besoins existent, mais avec le passage de Byron Jones en cornerback, Dallas a plus que jamais besoin d’un joueur d’envergure au milieu de son backfield. Free safety taillé comme un strong, Harrison peut imposer le respect made in Arlington. (Grégory Richard)

Embed from Getty Images

DL Maurice Hurst, Michigan

20- Detroit Lions : DT Maurice Hurst, Michigan
Les Lions ont souffert sur la ligne défensive tout au long de la saison 2017 et le départ de DL Haloti Ngata, parti chez les Eagles de Philadelphie, n’a pas vraiment arrangé les choses… Detroit est clairement à la recherche d’un defensive tackle maitrisant la « 3-technique » pour former un duo prometteur avec l’ancien joueur du Crimson Tide, A’Shawn Robinson. L’enfant du pays, DL Maurice Hurst a le profil parfait grâce à son explosivité et sa capacité déconcertante à se défaire de son adversaire. Il a été constant avec les Wolverines et pourrait être une pièce importante de la colonne vertébrale de la défense des Lions. (Morgan Lagrée)

21- Cincinnati Bengals : C James Daniels, Iowa
Polyvalent, James Daniels aurait le mérite de pallier efficacement au départ de Russell Bodine, tout en étant à même de passer guard si Christian Westermann ne fait pas l’affaire. Un beau pari donc pour permettre à Marvin Lewis de sauver sa tête. (Grégory Richard)

22- Buffalo Bills : OG Isaiah Wynn, Georgia
Avec le départ à la retraite de Richie Incognito, les Bills doivent trouver un joueur polyvalent capable de jouer au poste de guard et de tackle. Buffalo doit impérativement renforcer sa ligne offensive si les Bills veulent mettre leur quarterback du futur (Baker Mayfield, voir plus haut) dans les meilleures conditions pour réussir. (Morgan Lagrée)

23- New England Patriots : OT Mike McGlinchey, Notre Dame
L’un des meilleurs joueurs dispos sur un poste à besoin. Tom Brady a souvent profité d’une belle protection de la ligne et cela ne devrait pas changer à ce moment de sa carrière. (Grégory Richard)

24- Carolina Panthers : WR Christian Kirk, Texas A&M
Comme les Ravens (voir plus haut), les Panthers ont été actifs durant la période de free agency afin de renforcer leur groupe de receveurs mais WR Jarius Wright et WR Torrey Smith n’ont pas le profil de WR#1 que pourrait devenir l’ancien Aggie de Texas A&M. Les Panthers n’ont pas eu un receveur explosif et polyvalent comme Christian Kirk depuis le futur Hall of Famer, Steve Smith. (Morgan Lagrée)

25- Tennessee Titans : OLB Harold Landry, Boston College
Le pari Kevin Dodd semble avoir été raté et Tennessee a toujours besoin d’une vraie rotation d’envergure sur le pass rush, surtout si Andrew Luck et Deshaun Watson sont amenés à revenir en 2018. (Grégory Richard)

26- Atlanta Falcons : CB Jaire Alexander, Louisville
CB Robert Alford et CB Desmond Trufant forment un solide duo de cornerback mais les Falcons ont besoin de renfort au poste de nickelback. Excellent sur les blitzes, CB Brian Poole est nettement plus médiocre sur les coverages. Dans une division où défendre face au jeu aérien est primordial, Atlanta pourrait se tourner vers l’ancien Cardinal de Louisville avant de choisir un defensive tackle au 2ème tour. (Morgan Lagrée)

27- New Orleans Saints : DT Da’Ron Payne, Alabama
La puissance de Payne associée à la vélocité de Rankins : de quoi faire du transfuge au centre de la ligne défensive de Louisiane. Trop souvent ignorée, sous l’ère Mickey Loomis, la défense aurait vraiment de la gueule avec une telle sélection. (Grégory Richard)

28- Pittsburgh Steelers : LB Leighton Vander Esch, Boise State
La grave blessure subie par LB Ryan Shazier va forcer les Steelers à chercher du renfort à l’intérieur du second rideau défensif. Bien qu’il n’a été titularisé qu’une seule saison à Boise State, ses statistiques (87 plaquages, 3 INTs, 3 fumbles forcés, 3.5 sacks et 9 passes défendues) ressemblent étonnement à celles de l’ancien joueur d’Ohio State. Ancien basketteur, LB Leighton Vander Esch possède des aptitudes physiques énormes et une vitesse incroyable (4.65 sec sur 40 yards). (Morgan Lagrée)

29- Jacksonville Jaguars : QB Lamar Jackson, Louisville
Meilleur quarterback disponible, Jackson aurait le mérite de mettre une vraie pression sur les épaules de Blake Bortles, tout en apportant un style de jeu totalement différent si les Jags venaient à reconsidérer leurs options. (Grégory Richard)

30- Minnesota Vikins : OG Will Hernandez, UTEP
Les Vikings ont fait un pont d’or à QB Kirk Cousins pour qu’il soit la clé de leur succès en playoffs, ce n’est pas pour le laisser se faire démolir par les puissantes lignes défensives de la conférence NFC. Will Hernandez est un monstre. Robuste et mobile, il a une incroyable capacité de s’ajuster face au bull rush adverse. C’est également un formidable blocker sur le jeu de course. (Morgan Lagrée)

31- New England Patriots : CB Isaiah Oliver, Colorado
La possibilité Mason Rudolph existe mais le dernier Super Bowl a démontré qu’avec une absence au poste de cornerback, la profondeur pouvait faire défaut. Complet, volontaire, trash-talker, Oliver apporterait cette détermination appréciée par Belichick et la franchise de Foxborough. (Grégory Richard)

32- Philadelphia Eagles : TE Mike Gesicki, Penn State
Les champions en titre ont perdu deux tight ends avec les départs de Trey Burton et Brent Celek… qui d’autre que l’enfant chéri de Pennsylvanie pour venir renforcer ce groupe de tight-ends ? Né à moins de 100 km du Lincoln Financial Field, TE Mike Gesicki a été dominant pendant ses 4 saisons passées à Penn State. Probablement l’un des joueurs les plus sous-côtés de cette draft 2018. (Morgan Lagrée)

Lire la suite

Houston Cougars

DT Ed Oliver se présentera à la draft NFL 2019

Le joueur de ligne défensive All-American des Cougars de Houston devrait faire le saut chez les professionnels au terme de la prochaine saison.

Publié

le

Crédit photo : Troy Taormina-USA TODAY Sports

DT Ed Oliver a révélé, lundi 5 mars, qu’il a l’intention de renoncer à son année senior avec les Cougars de Houston afin de se rendre éligible pour la draft NFL 2019.

« J’envisage de partir. J’aurai souhaité un an de plus mais je pense que mon temps est venu.  » – Ed Oliver, DT des Cougars de Houston.

Depuis son arrivée dans le Texas en 2016, le defensive tackle junior a été une menace incessante pour les Cougars. Il a notamment réussi 73 plaquages pour 5.5 sacks l’an dernier ce qui lui a permis de remporter le trophée Outland remis chaque année au meilleur joueur de ligne intérieure.

Originaire de Houston, DT Ed Oliver est considéré comme un futur choix de 1er tour d’une draft NFL 2019 qui promet d’être chargée en joueurs de ligne défensive talentueux.

Pour rappel, son arrivée à Houston en 2016 avait fait l’effet d’une bombe. Jamais un prospect 5 étoiles au poste de ligne défensive n’avait été recruté par un programme n’appartenant pas à une conférence du Power Five.

Lire la suite

Articles les plus lus