Suivez-nous sur

NFL Draft

Les Espoirs de la Draft NFL 2015 – Week 15

The Blue Pennant vous présente tous les vendredis son top 25, actualisé chaque semaine, des meilleurs prospects disponibles pour la prochaine Draft NFL.

TheBlue Pennant vous présente tous les vendredis son top 25, actualisé chaque semaine, des meilleurs prospects disponibles pour la prochaine Draft NFL.

Les finales de conférence ont été globalement bien moins disputées que prévu ; Alabama a explosé Missouri, où Shane Ray et Markus Golden n’ont absolument pas brillé, et Oregon a fait de même face à Arizona. Seuls les Seminoles ont su faire durer le suspense, comme d’habitude, mais Jameis Winston a encore mené son équipe à la victoire.

On retiendra également que Marcus Mariota s’est assuré le Heisman Trophy avec une nouvelle performance de haut rang, pendant que Melvin Gordon se heurtait au mur constitué par la ligne défensive des Buckeyes. Il n’est pas dans le classement, mais l’offensive tackle Ronnie Stanley de Notre Dame pourrait être sélectionné très haut à la draft. Zach Martin a fait des émules.

Big Board – Top 25

DL Leonard Williams, USC1. DE Leonard Williams, Jr, Southern California (=)

2. QB Marcus Mariota, rJr, Oregon (=) HOT
Cette semaine : vs. Arizona, W 51-13 ; 25/38 (65.8%), 303 yds, 2 TD, 10 run, 33 yds, 3 TD
Oregon a totalement annihilé Arizona en finale de conférence, dans un match haché par la traditionnelle pluie de pénalités des arbitres de Pac-12. Marcus Mariota, élu Joueur offensif de l’année par notre site, a encore brillé dans le jeu aérien et à la course, avec un total de cinq touchdowns. Le Duck a montré sa propension à sortir de la pocket et à lancer en pleine course, mais il a cependant été chanceux sur une passe en particulier qui aurait pu terminer en interception. La chance, c’est aussi ce qui caractérise les grands joueurs.
Comparable à : QB Andrew Luck, Indianapolis Colts
Destinations probables : St. Louis Rams, Tennessee Titans, Tampa Bay Buccaneers, New York Jets, Houston Texans, Washington Redskins

3. QB Jameis Winston, rSo, Florida State (+4) HOT
Cette semaine : vs. Georgia Tech, W 37-35 ; 21/30 (70%), 309 yds, 3 TD
Avec son gabarit à la Ben Roethlisberger, le double champion de conférence ACC serait le prospect idéal au poste de quarterback, si seulement il n’était pas impliqué dans des affaires louches. Reste qu’il s’est parfaitement repris après son match décevant de la semaine précédente, conduisant son équipe à une saison sans défaite et à un nouveau titre de conférence, avant de participer aux premiers playoffs de l’histoire du college football.
Comparable à : QB Cam Newton, Carolina Panthers
Destinations probables : St. Louis Rams, Tennessee Titans, Tampa Bay Buccaneers, New York Jets, Houston Texans, Washington Redskins

4. OT Andrus Peat, Jr, Stanford (-1)
5. WR Amari Cooper, Jr, Alabama (=)
6. DE Randy Gregory, Jr, Nebraska (-2)

7. OLB Shane Ray, rJr, Missouri (-1) COLD
Cette semaine : vs. Alabama, L 13-42 ; 2 tackles (1 solo), 0.5 TFL, 0.5 sack
Exclusion bien sévère pour Shane Ray, taxé de « targeting » par les arbitres de la finale de conférence SEC, là où le linebacker aurait simplement écopé d’une pénalité en NFL. Malgré tout, son comportement, sans doute preuve de frustration, a laissé à désirer et certaines franchises pourraient lui demander de rendre des comptes. La discipline est une qualité indispensable pour un joueur professionnel.
Comparable à : OLB Ahmad Brooks, San Francisco 49ers
Destinations probables : Chicago Bears, Atlanta Hawks, New Orleans Saints, New York Jets, Cleveland Browns, Dallas Cowboys

SS Landon Collins, Alabama8. SS Landon Collins, Jr, Alabama (+2) HOT
Cette semaine : vs. Missouri, W 42-13 ; 7 tackles (6 solo), 1 TFL, 1 FF
Excellent match de Landon Collins face à Missouri, qui n’était cependant pas l’adversaire le plus effrayant de l’année en terme de puissance offensive. Le safety n’a pas concédé d’actions importantes en couverture de passe, et il s’est encore montré efficace pour plaquer. Bien que les franchises soient généralement plutôt à la recherche de FS, Collins devrait rapidement trouver une place en NFL à la draft. Il sera attendu de pied ferme en playoffs par les scouts, en espérant une opposition face à Oregon et son attaque multidimensionnelle, pour avoir un aperçu global des qualités du safety contre un adversaire redoutable.
Comparable à : SS Kam Chancellor, Seattle Seahawks
Destinations probables : Chicago Bears, Minnesota Vikings, Washington Redskins

9. OT Brandon Scherff, rSr, Iowa (-1)
10. DE Dante Fowler, Jr, Florida (+2)

11. CB P.J. Williams, Jr, Florida State (+1)
12. WR Sammie Coates, rJr, Auburn (+1)
13. RB Melvin Gordon, rJr, Wisconsin (-4)

14. WR Kevin White, rSr, West Virginia (+1)

15. CB Ifo Ekpre-Olomu, Sr, Oregon (+10) HOT
Cette semaine : vs. Arizona, W 51-13 ; 5 tackles (4 solo), 1 FF
Même s’il n’a pas le gabarit le plus imposant qui soit pour un cornerback, Ifo Ekpre-Olomu n’en reste pas moins un joueur agressif et capable de prendre le dessus physiquement sur son vis-à-vis. Il a brillé face à Arizona en finale de conférence, et il sera intéressant de le suivre contre Florida State. Ekpre-Olomu sera peut être récompensé par son choix de rester un an supplémentaire à Oregon si les Ducks remportent le titre national. En ce qui concerne sa valeur sportive, il ne devrait pas grimper beaucoup plus haut dans le classement d’ici la draft.
Comparable à : CB Richard Sherman, Seattle Seahawks
Destinations probables : St. Louis Rams, Miami Dolphins, Philadelphia Eagles, Baltimore Ravens, Pittsburgh Steelers, Green Bay Packers, New Orleans Saints, Arizona Cardinals, Houston Texans

CB Ifo Ekpre-Olomu, Oregon16. OT Cedric Ogbuehi, rSr, Texas A&M (=)
17. RB Todd Gurley, Jr, Georgia (-3)
18. OLB Shaq Thompson, Jr, Washington (+2)
19. OLB Vic Beasley, rSr, Clemson (-1)
20. CB Trae Waynes, rJr, Michigan State (-3)
21. OT La’El Collins, Sr, Louisiana State (N)
22. WR DeVante Parker, Sr, Louisville (-1)
23. DE Alvin Dupree, Sr, Kentucky (=)
24. ILB Denzel Perryman, Sr, Miami (FL) (-2)
25. DE Shilique Calhoun, rJr, Michigan State (N)

C’est maintenant la saison des bowls, avec de nombreuses oppositions intéressantes. Au rayon des duels à distance, on pourra observer Leonard Williams et Randy Gregory prendre tour à tour leur place sur le terrain du Holiday Bowl, dans le match entre USC et Nebraska. Il y aura aussi l’opposition entre Marcus Mariota et Jameis Winston qui promet beaucoup. Ce dernier devra d’ailleurs se méfier de l’excellente défense d’Oregon, en particulier d’Arik Armstead et Ifo Ekpre-Olomu.

L’autre demi-finale de playoffs opposera Alabama à Ohio State, où on suivra attentivement Michael Bennett face à la solide ligne offensive du Tide, et Landon Collins contre une attaque généralement explosive. L’affrontement entre Baylor et Michigan State sera l’occasion de voir à l’oeuvre Shilique Calhoun et Trae Waynes, face à l’une des meilleures attaques du pays.

Top 10 Mock Draft

Avec deux franchises en quête de QB aux deux premières places, aucune chance de trade. Les New York Jets en font les frais. La surprise vient des Jaguars qui sélectionnent Brandon Scherff pour protéger leur QB rookie Blake Bortles. Luke Joeckel ne convainc pas et le profil de déménageur du tackle d’Iowa pourrait plaire à Jacksonville. Les New York Giants se trouvent alors en bonne position pour choisir Randy Gregory dans l’optique de remplacer un Jason Pierre-Paul sur le départ.

1. Tennessee Titans : QB Marcus Mariota
2. Tampa Bay Buccaneers : QB Jameis Winston
3. Oakland Raiders : DE Leonard Williams
4. New York Jets : WR Amari Cooper
5. Jacksonville Jaguars : OT Brandon Scherff
6. Washington Redskins : OT Andrus Peat
7. New York Giants : DE Randy Gregory
8. Carolina Panthers : OLB Shane Ray
9. New Orleans Saints : DE Dante Fowler
10. Chicago Bears : SS Landon Collins

QB Aaron Rudgers, ex-California et Green Bay Packers, NFL

L’ancienne gloire universitaire, par Verchain

QB Aaron Rodgers, California Golden Bears / Green Bay Packer

Voici le meilleur joueur de l’histoire des Golden Bears de California Berkeley. Un magicien. Peut-être le meilleur quarterback de la NFL à l’heure actuelle. Moins bien entouré qu’un Manning chez les Colts ou les Broncos ou qu’un Brady chez les Patriots (surtout en ligne offensive pour ce dernier), il a mené quasiment à lui tout seul ses Packers au Superbowl. Après un début de carrière dans l’ombre de Brett Favre, avant que ce dernier ne se décide à aller montrer le contenu de son caleçon via texto à la plus célèbre Cowgirl de Tallahassee, Jenn Sterger, suite à une draft un peu bizarre qui l’a vu dégringoler jusqu’à la vingt quatrième place, loin, très loin du QB issu de Utah Alex Smith…

Le petit Aaron s’est baladé sur la côte Ouest pendant son enfance en suivant ses parents, avant de commencer à faire parler de lui à Pleasant View High School, décrochant sa première une de presse dans un journal local.

A sa sortie du lycée, Aaron Rodgers, élève brillant qui rêvait d’aller jouer à Florida State avec Bobby Bowden ne reçut aucune offre de bourse sportive. La seule offre qui se présentait à lui émanait d’Illinois, en tant que walk-on. Le petit Aaron était un peu en retard en termes de croissance physique, un peu maigrelet et pas très grand. Rodgers s’engagea alors à Butte Community College, menant sa fac à un championnat. Jeff Tedford, le coach de Cal, le remarqua, s’étonnant qu’il n’ait reçu aucune offre. Ses excellents résultats en secondaire lui permirent d’intégrer directement la fac de Berkeley, sans avoir à passer par une deuxième année en JuCo.

La légende était en marche. Dès sa première saison en 2003, il bat le record de la fac avec 5 matchs à plus de 300 yards à la passe, un record de 7-3 et le record du plus faible taux d’interceptions lancées, avec 1.49%, pour finir la saison sur une victoire à l’Insight Bowl contre Virginia Tech.

En 2004, les Bears terminent la saison à 10-1 et classés quatrièmes. Rodgers termine sa carrière avec un pourcentage d’interceptions sur passes lancées de 1.95%, record de la fac. Il décide alors de passer pro.

Les scouts trouvaient que Rodgers jouait dans un système qui favorisait trop le quarterback, ce qui permettait de gonfler artificiellement ses statistiques… Les pauvres… Rester derrière Brett Favre pendant un temps aura permis à Aaron de prendre ses marques dans le jeu pro, pour devenir aujourd’hui un improvisateur de génie balle en main, suffisamment mobile pour donner du temps à ses receveurs avant de leur passer le ballon. 4000 yards, 28 TD et 13 INT sur sa première saison en tant que titulaire. MVP du Superbowl remporté par les Packers, il a une liste de records des Packers et/ou de la NFL longue comme ma… mon bras.

Aaron Rodgers, c’est une certaine forme de classe tranquille californienne dans une équipe légendaire, où le poids de la tradition pèse aussi lourd que les mètres cubes de neige qui s’abattent régulièrement sur Lambeau Field. Le gars dégage une vraie sympathie, est un chef de meute tranquille pour ses coéquipiers, s’amuse parfois à photobomber ses partenaires sur le bord de la touche… Et on lui a prêté une liaison avec Erin Andrews. Aux dernières nouvelles, il passerait ses nuits avec Olivia Munn. Un modèle, je vous dis. Tout gamin de 12 ans normalement constitué rêverait sans doute d’être Aaron Rodgers. Role model. Really.

Hey, l’Etat du Wisconsin a même déclaré le 12 décembre 2012 le Aaron Rodgers Day.

Et pour ne rien gacher, sa célébration de TD ‘Championship Belt’ directement empruntée au catch professionnel est juste un petit truc de plus qui fait de lui une des dernières icônes du football professionnel, presque la seule raison de regarder du football professionnel aujourd’hui.

Merci à Verchain pour son aide précieuse cette semaine. Rendez-vous dans quelques semaines, après la saison des bowls, pour faire le point une dernière fois sur les prospects NFL.

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

2 Commentaires

2 Comments

  1. tozo

    12 décembre 2014 à 23h46

    ouuu grosse erreur de frappe de votre part « Peut-être le meilleur quarterback de la NFL à l’heure actuelle », 2eme à égalité avec Peyton mais derrière Brady 😉 !

  2. Luzoan

    13 décembre 2014 à 22h15

    Brady est un papi a la fin de sa carrière comme Peyton! Aaron est dans ses plus belles années, il est largement au dessus des 2 mythes cette saison! Et si il fait un SB de plus il dépassera Peyton.
    Donc les 2 « vieux » sont des légendes c’ est clair, mais Aaron est plus jeune 32 ans de mémoire, il a encore le temps de nous faire rêver! Les 2 futurs H.O.Famers en ont un peu moins^^

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - NFL Draft