Suivez-nous sur

Guide du CFP pour les fans

Le guide du College Football Playoff pour les fans – 5ème partie

Retrouverez la traduction intégrale ou presque du petit livre de Stewart Mandel de FoxSports : The Thinking Fan’s Guide to the College Football Playoff.

Et on continue la traduction du bouquin de Stewart Mandel. Vous saurez tout sur le College Football Playoff…

2009-2013 : ETUDE DE CAS SUR LE PLAYOFF

Au cours des dernières années, la Tableau-logie [va traduire ‘Bracketology’, tiens…] est devenue une vraie branche d’activité dans la sphère médiatique du basket universitaire. Des experts comme Joe Lunardi pour ESPN ou Jerry Palm pour CBS Sports et tant d’autres passent leurs semaines précédant le Selection Sunday à publier des versions constamment révisées de ce qu’ils projettent comme le tableau final. Les annonceurs de la télé occupent le temps d’antenne avant les matchs ou la mi-temps à annoncer que Gonzaga en sera et St Joe’s en sera exclu avant même que le comité de sélection ait commencé à travailler sur le tableau final. Pourtant, quand vient le Dimanche, Lunardi ou Palm ne se trompent rarement que sur plus de deux ou trois des 36 sélections at-large et sont à un cheveu de placer correctement au moins deux tiers des équipes dans le tableau.

La vérité, c’est que n’importe qui peut être un bon Tableau-logue en prenant le temps de comprendre les directives connues qui s’imposent au comité de sélection mais surtout en étudiant le passé. Nous avons 30 ans de tableaux avec classement de 64 équipes. Les archives des données de RPI sont disponibles en remontant jusque 1991. Bien que les membres du comité de sélection sont renouvelés régulièrement, leurs tendances demeurent stables. Ils placent une grande importance dans la difficulté du calendrier hors conférence. Et il y a certains seuils de RPI au-dessus desquels une équipe est rarement exclue et en-dessous desquels une équipe est rarement incluse. Au Selection Sunday, il n’y a pas plus de trois ou quatre places qui font débat.

Par contraste, quand il s’agira du tout premier tableau à quatre équipes pour le football en décembre 2014, nous n’aurons aucun précédent sur lequel nous appuyer pour déterminer ce que le comité de sélection va décider. Le mieux que l’on puisse faire est de se pencher sur les saisons précédentes et de nous livrer à un exercice théorique basé sur les critères publics du CFP, qui disent : « Le comité mettra en compte des facteurs évidents comme le record victoires-défaites, la difficulté du calendrier, les victoires en championnat de conférence, les résultats face-à-face et les résultats contre des adversaires communs. » Les membres du comité vont sans doute établir une hiérarchie basée sur les résultats et les records et ce qu’ils verront des matchs mais les facteurs mentionnés – principalement la difficulté du calendrier et les championnats de conférence – seront utilisés comme moyens non officiels de départager les équipes serrées au classement.

Avec tout ça à l’esprit, revisitons les cinq dernières saisons d’avant playoff, 2009-2013, et livrons nous à un exercice théorique de sélection.

En me lançant là dedans, j’étais surtout curieux de trouver A) à quelle fréquence les quatre équipes du playoff seraient différentes de celles du classement BCS final et B) combien d’équipe chaque années pourraient avoir des prétentions légitimes à la quatrième place. J’ai utilisé les classements BCS de ces années pour limiter les possibilités de choix à une dizaine de candidates, mais j’ai aussi remis en ordre ces classements à l’exception des deux premières places pour éviter d’avoir des préjugés liés à l’ordre de départ. Les records des équipes contre le Top 25 et le Top 50 sont basés sur les classements BCS des adversaires. La difficulté du calendrier (SOS) est basée sur les classements de calendrier du site College BCS.com de Jerry Palm, qui utilise une formule assez proche du RPI du basket (deux tiers des records des adversaires, un tiers des records des adversaires de ces adversaires). J’aurais aimé utiliser une métrique plus élaborée, mais le classement BCS est le seul que j’ai trouvé pour ces années qui ne prenne pas en compte les résultats des Bowls.

En fait, la partie la plus compliquée de l’exercice est d’essayer de juger les équipes sans prendre en compte les résultats des Bowls, dont certains vous restent à l’esprit. Mais ces bowls n’étaient pas joués au moment où notre comité imaginaire se serait réuni pour faire sa sélection, donc vous devrez oublier certaines choses dans les pages qui viennent.

2009

Equipe

Record

SOS

Vs Top 25

Vs Top 50

Championnat

Alabama

13-0

4

3-0

9-0

SEC

Texas

13-0

16

2-0

5-0

Big 12

Boise State

13-0

90

1-0

2-0

WAC

Cincinnati

12-0

54

3-0

4-0

Big East

Georgia Tech

11-2

37

1-1

5-2

ACC

Iowa

10-2

18

3-1

3-2

Florida

12-1

7

1-1

8-1

TCU

12-0

69

2-0

3-0

Mountain West

Ohio State

10-2

34

3-1

4-1

Big Ten

Oregon

10-2

2

4-2

5-2

Pac10

Alabama et Texas, en tant que champions invaincus de conférences majeures, sont les deux choix évidents pour les deux premières places. Cependant, Cincinnati pourrait avoir de vrais arguments face aux Longhorns. Les Bearcats ont plus de victoires contre le Top 25, dont une victoire impressionnante chez 8-4 Oregon State 28-18. Ils ont aussi triomphé 45-44 sous la neige à 9-3 Pittsburgh dans un match qui avait des implications pour le titre de la Big East pour les deux équipes. Texas, de son côté, n’avait qu’une victoire contre le Top 25 – une démolition de 9-3 Oklahoma State chez les Cowboys par 41-14 – avant de survivre en finale de la Big 12 face à Nebraska 13-12 sur un field goal de dernière minute. Le defensive tackle star des Huskers Ndamukong Suh a montré les limites de la ligne offensive de Texas sur ce match. Cependant, les ‘Horns ont joué un calendrier sensiblement plus difficile et proposent la 3° défense du pays là où les Bearcats ne sont que 48°. Texas prend donc la deuxième place.

RB Mark Ingram, Alabama

Par rapport aux deux autres équipes invaincues, Boise State et TCU, Cincinnati a joué un calendrier plus difficile et a plus de victoires de qualité. Boise State a toutefois la plus belle victoire du trio, en ouverture de saison contre le futur champion de la Pac10 Oregon19-8 où les Broncos ont rendu inefficace l’attaque prolifique des Ducks. Mais le reste du calendrier des Broncos – avec 7 matchs contre des équipes au record négatif – est si atrocement pauvre qu’il est difficile de les imaginer prendre une des 4 premières places. Ce sera sans doute un problème récurrent pour les équipes hors conférences majeures. De son côté, TCU affiche la meilleure défense du pays, a accroché à son tableau le champion de division de l’ACC Clemson en Caroline du Sud 14-10, et a démoli 10-2 BYU (38-7) et 9-3 Utah (55-28). Séparer Cincinnati et TCU est donc très compliqué. Les anciens coaches dans la salle pencheront sans doute pour TCU du fait de sa défense d’élite. D’autres pourraient être convaincus par le niveau plus important du calendrier des Bearcats.

Par ailleurs, Florida menée par Tim Tebow a joué un calendrier du Top 10 et a remporté plus de matchs contre le Top 50 que n’importe qui à l’exception d’Alabama, qui a causé la seule défaite des Gators en finale de SEC, 32-13. Le comité se trouve ici face à une décision compliquée : le bilan de Florida est-il assez impressionnant pour la propulser devant des équipes invaincues et/ou des équipes ayant remporté leur conférence ? Bien que les Gators aient pas mal de belles victoires, leur seule contre une Top 25 est contre 9-3 LSU. Cincinnati a trois victoires dans la catégorie.

Par ailleurs, si Oregon a perdu deux fois, elle a remporté sa conférence et disputé le deuxième calendrier le plus difficile du pays. Les Ducks pourraient être pris en considération mais leur défaite en face à face contre un autre prétendant, Boise State, pourrait bien être un facteur d’élimination. Le champion de la Big Ten à deux défaites, Ohio State, a aussi son mot à dire. Cependant, une de ses défaites était contre 5-7 Purdue. Iowa a en fait un bilan meilleur que les Buckeyes mais a perdu leur face-à-face et donc le titre de conférence.

Au final, il y a trois candidats sérieux pour les deux dernières places : Cincinnati, TCU et Florida. La SOS des Gators est largement supérieure aux deux autres et de ce fait annule le fait qu’ils ne soient pas champions de conférence. La différence de SOS entre Cincinnati et TCU n’est pas énorme, mais le fait est que les Horned Frogs n’ont affronté que 5 équipes qui ont terminé avec des records positifs. C’est très complexe, même si l’impression visuelle nous dit que la défense dominatrice de TCU fait d’elle la meilleure équipe.

Top 4 BCS :

  1. Alabama

  2. Texas

  3. Cincinnati

  4. TCU

Top 4 du Comité :

  1. Alabama

  2. Texas

  3. Florida

  4. Cincinnati

Une seule saison et vous imaginez déjà à quel point certains choix vont s’avérer délicats. On peut plaider pour chacun des trois derniers prétendants (Cincinnati, TCU, Florida). Je ne peux pas non plus affirmer que la victoire des Gators au Sugar Bowl 51-24 contre les Bearcats ne joue pas inconsciemment dans ma sélection. Mais si la difficulté de calendrier est un facteur aussi important qu’on le pense, alors les Gators se séparent vraiment des deux autres.

Le résultat montre également que, contrairement au BCS, perdre une finale de conférence ne vous exclue pas automatiquement de la course au titre national. On s’est trouvés dans une situation inhabituelle d’un match de championnat SEC avec deux équipes invaincues, ce qui ne s’était jamais produit avant et ne s’est plus reproduit après. De même, aucune autre équipe dans le pays n’a terminé avec exactement une défaite cette saison-là, et les autres prétendants ont joué des calendriers particulièrement faibles. Florida est donc le bon choix, mais les Gators pourraient ne pas avoir été aussi heureux une autre saison avec un autre assemblage de prétendants.

2010

Equipe

Record

SOS

Vs Top 25

Vs Top 50

Championnat

Auburn

13-0

4

6-0

6-0

SEC

Oregon

12-0

72

2-0

5-0

Pac10

Oklahoma

11-2

3

3-0

6-2

Big 12

Arkansas

10-2

6

4-2

4-2

Ohio State

11-1

42

0-1

4-1

Big Ten*

Michigan State

11-1

50

1-0

4-1

Big Ten*

Wisconsin

11-1

69

1-1

4-1

Big Ten*

Stanford

11-1

57

1-1

5-1

TCU

12-0

68

1-0

4-0

Mountain West

Boise State

11-1

47

2-1

3-1

WAC*

*co-champion

Une autre année ou le Top 2 est évident : Auburn et Oregon. Intéressant : les données des Ducks ne sont pas si différentes de l’autre invaincue TCU. Oregon était un monstre offensif qui a marqué au moins 42 points par match hormis deux exceptions et a démoli 11-1 Stanford 52-31. La victoire signature des Horned Frogs a été l’écrasante victoire contre Utah (47-7) alors invaincue et qui a terminé l’année à 10-2. Leur meilleure victoire hors conférence est venue à la maison, 45-10 contre 7-5 Baylor. Oregon l’a emporté à Tennessee, même si c’était contre des Vols à 6-6, et a gagné 48-13. Les Ducks demeureront deuxièmes devant TCU, mais avec une marge plus petite que vous ne pouviez le penser.

QB Cam Newton, Auburn

Un autre fait intéressant de cette saison est que deux des bilans les plus impressionnants appartiennent à deux équipes qui comptent deux défaites, Oklahoma et Arkansas. Les Razorbacks n’ont pas de grands espoirs à avoir, vu qu’ils n’ont pas remporté leur division et ont laissé Auburn l’emporter en leur inscrivant 65 points. Les Sooners, champions de la Big 12, sont plus intéressants. Ils ont disposé par 47-17 de 9-4 Florida State, ont terminé la saison avec deux victoires consécutives à l’extérieur contre des équipes à 10 victoires, Oklahoma State et Nebraska, et leurs défaites sont arrivées à l’extérieur chez 10-2 Missouri et 9-3 Texas A&M. La dernière, une affreuse défaite 33-19, pourrait s’avérer coûteuse…

Parmi les trois équipes co-championnes de la Big Ten à 11-1, Michigan State a battu Wisconsin, qui a battu Ohio State, qui n’a pas rencontré les Spartans. Ohio State n’a pas vraiment d’arguments et bien que Michigan State a l’avantage face-à-face sur Wisconsin, sa défaite 37-6 chez 7-5 Iowa est difficile à oublier. Wisconsin, de son côté, a terminé la saison en marquant 83 puis 70 points dans deux de ses trois derniers matchs et avait une attaque au sol puissante, aussi bien qu’une défense solide menée par la vedette JJ Watt. Les Badgers ont donc l’avantage sur les deux autres, mais mérite-t-ils d’être devant Oklahoma ? Et que dire de Stanford ? Le Cardinal mené par Andrew Luck a gagné huit matchs par au moins 20 points d’écart.

Stanford, Wisconsin et Oklahoma ont tous des arguments pour la quatrième place. Les Badgers et le Cardinal ont terminé la saison sur des séries de 7 victoires, Oklahoma sur 4. Bien qu’il est probable qu’une équipe à deux défaites passe devant une avec une seule défaite, le comité aurait du mal à justifier de placer les Sooners devant 5 d’entre elles. Ça semble improbable…

Top 4 BCS

  1. Auburn

  2. Oregon

  3. TCU

  4. Stanford

Top 4 du Comité :

  1. Auburn

  2. Oregon

  3. TCU

  4. Wisconsin

Choisir Wisconsin plutôt que Stanford n’était pas si difficile, parce que le Cardinal n’a pas de victoire aussi importante que celle des Badgers 31-18 contre 11-1 Ohio State et parce que Stanford n’a pas remporté sa conférence. Le choix le plus complexe est entre Wisconsin et Oklahoma. Si le comité envisage d’envoyer un message relatif à la difficulté du calendrier (« l’objectif » comme le dit Alvarez… de Wisconsin), il pourrait dégrader les Badgers pour avoir joué 2-11 UNLV, 1-12 San Jose State et la FCS Austin Peay. Par contraste, OU a joué Florida State, 8-4 Air Force et affronté Cincinnati à l’extérieur. Cependant la finale de la Big 12 donne aux Sooners une victoire supplémentaire contre une Top 25, alors que les Badgers ont terminé la saison en démolissant des équipes médiocres de la Big Ten. Il est amusant de constater que la situation pourrait être inversée de nos jours : la Big Ten a une finale de conférence, la Big 12 n’en a plus.

Au final, il s’agit de sélectionner les 4 meilleures équipes, et vous auriez du mal à convaincre qu’Oklahoma jouait mieux que Wisconsin. Les Badgers balayaient leurs adversaires en fin de saison. Ils ont perdu leur seul match contre une équipe à 11-1 début octobre et en ont battu une autre à 11-1 également. Les Sooners manquent d’une victoire de prestige, ont deux défaites un peu plus mauvaises et une défense qu’on peut remettre en question, concédant 41 points à Oklahoma State dans leur avant-dernier match.

Une dernière chose : comme vous vous en souvenez peut-être, Boise State a démarré sa saison par une victoire sur terrain neutre contre le futur champion de l’ACC, 11-2 Virginia Tech et a eu un classement dans le Top 5 jusqu’au 26 novembre et le match à Nevada, au cours duquel le Wolf Pack de Colin Kaepernick a remonté le score pour battre les Broncos en prolongation. Si Kyle Brotzmann avait réussi son field goal facile et que les Broncos étaient restés invaincus, il est probable que les champions de la défunte WAC auraient occupé la dernière place qualificative. De nos jours, il faudrait que les étoiles s’alignent parfaitement pour que l’équivalent de cette équipe de Boise State puisse prétendre faire partie du dernier carré.

2011

Equipe

Record

SOS

Vs Top 25

Vs Top 50

Championnat

LSU

13-0

1

6-0

8-0

SEC

Alabama

11-1

11

3-1

6-1

Clemson

10-3

19

3-1

5-2

ACC

Boise State

11-1

39

1-1

3-1

Oregon

11-2

32

1-2

3-2

Pac12

Oklahoma State

11-1

4

4-0

8-1

Big 12

Stanford

11-1

41

1-1

4-1

Wisconsin

11-2

45

3-1

4-1

Big Ten

Arkansas

10-2

40

2-2

5-2

Kansas State

10-2

16

2-2

6-2

C’est la saison qui pour beaucoup a précipité la fin du BCS. J’ai protesté fortement à l’époque, et les chiffres viennent encore appuyer mon plaidoyer : Oklahoma State méritait bien plus qu’Alabama d’aller disputer le match du BCS Championship. Bien sur, le Crimson Tide possédait une défense parmi les meilleures de l’histoire du sport, concédant une moyenne de 8,8 points par match et qui a produit une fournée de premiers tours de draft NFL (7 dans les deux drafts suivants). Ils ont fini par égorger LSU au cours de la revanche, 21-0. Mais s’il y avait eu un comité de sélection BCS en 2011, je crois fermement qu’il aurait attribué la place de numéro 2 aux Cowboys derrière les Tigers.

CB Tyrann Mathieu, LSU

En fait, cette saison semble tomber dans la catégorie des sélections les plus faciles à effectuer. Bien que Boise State et Stanford sont les deux seules équipes hors du trio déjà mentionné à ne compter qu’une défaite, Oregon a battu le Cardinal 53-30, à l’extérieur, et a fini par remporter la Pac12. Les Ducks ont une défaite hors conférence, mais elle était contre #1 LSU 40-27 lors du match d’ouverture. Ils se retrouvent logiquement classés devant Stanford. Et les autres prétendants ont trop de défauts. Le champion de l’ACC Clemson, qui a démarré par 8 victoires de suite, aurait pu prétendre à une place mais le comité jugerait sans doute considérer négativement les défaites larges de fin de saison contre NC State (37-13) et South Carolina (34-13). Idem pour Kansas State avec sa défaite 58-17 contre 9-3 Oklahoma. Boise State était comme l’année précédente à un field goal raté à la dernière seconde de terminer une nouvelle fois invaincue, mais cette défaite, contre 10-2 TCU, coûte aux Broncos le titre de conférence.

Le champion de la Big Ten Wisconsin, mené par Russell Wilson et Monteé Ball, a le meilleur argument restant. Le comité noterait sans doute la manière dont les Badgers se sont vengés de leur cruelle défaite en saison régulière face à 10-3 Michigan State sur un hail mary avec leur victoire suivante 42-39 contre ces mêmes Spartans en finale de conférence. Mais il est difficile de justifier une défaite 33-29 contre 6-6 Ohio State. Par contraste, la deuxième défaite d’Oregon était contre 10-2 USC.

Top 4 BCS :

  1. LSU

  2. Alabama

  3. Oklahoma State

  4. Stanford

Top 4 du Comité :

  1. LSU

  2. Oklahoma State

  3. Alabama

  4. Oregon

Tout d’abord, pauvre Stanford. C’est la seconde année de suite que le BCS considère le Cardinal comme une équipe du Top 4 et que mon comité imaginaire ne le fait pas. Condoleeza Rice serait sans nul doute énervé quand elle reviendrait dans la salle de sélection. Cependant, les championnats de conférence sont un facteur déterminant selon le règlement. Oregon a remporté la Pac12, pas Stanford.

Les deux équipes at-large que j’ai incluses pour le moment dans le playoff, Florida en 2009 et Alabama en 2011, étaient deux équipes SEC à une défaite avec des difficultés de calendrier classées septième et onzième, respectivement. Cette tendance pourrait bien sur entraîner toutes sortes d’envies de vomir en dehors du Sud, mais chaque saison est différente. Bien que le coach d’Arkansas Bret Bielema [et la bise à Jen, bien sur… #karma] ait prédit en mai 2014 que deux places au moins dans le playoff reviendront tous les ans à la SEC, c’est loin d’être garanti. Aucun calendrier SEC ne naît égal, comme vous allez le voir…

2012

Equipe

Record

SOS

Vs Top 25

Vs Top 50

Championnat

Notre Dame

12-0

5

3-0

4-0

Alabama

12-1

30

3-1

4-1

SEC

Oregon

11-1

24

1-1

7-1

Florida State

11-2

85

1-1

1-1

ACC

Florida

11-1

1

4-1

5-1

Georgia

11-2

40

1-2

2-2

LSU

10-2

16

2-2

4-2

Texas A&M

10-2

11

1-2

3-2

South Carolina

10-2

13

2-2

4-2

Kansas State

11-1

33

2-0

6-1

Big 12*

Stanford

11-2

2

5-1

7-2

Pac12

* co-champion

Cette saison, pour laquelle 12-0 Ohio State était inéligible pour la post-saison, serait un foutoir absolu. Je m’en suis rendu compte la première fois lorsque nous avons réuni notre panel de DS pour simuler la sélection au cours de la dernière semaine de compétition.

Notre Dame, invaincue, et le champion de la SEC 11-1 Alabama étaient des 1-2 évidents et le sont encore à ce jour. Oui, il y avait des sceptiques à propos des Irish du fait de leurs nombreuses victoires moches avec des scores faiblards et oui, ces sceptiques allaient avoir raison lorsque Edie Lacy courrait sur la tronche de Manti Te’o et des Irish, 42-14. Mais peu de gens peuvent affirmer avant ça que Notre Dame avait bel et bien mérité sa place de #1. Elle a terminé invaincue en affrontant 10 équipes éligibles pour un bowl dont 11-2 Stanford et 10-2 Oklahoma. Le calendrier d’Alabama avait son lot de poids morts mais le Tide a battu 10-2 LSU à l’extérieur et 11-2 Georgia sur terrain neutre. Ils ont aussi démoli une équipe du Top 25, 8-4 Michigan, lors du match d’ouverture.

LB Manti Te’o, Notre Dame

Après cela, nos DS ont considéré les candidatures de pas moins de 7 équipes. Un prétendant populaire était Texas A&M, qui avait réussi la plus grosse performance de la saison, une victoire surprise 29-24 contre une Alabama alors #1. Mais si vous donnez trop d’importance à ce match, vous perdrez de vue que Johnny Manziel et les Aggies ont perdu à la maison contre leurs deux autres adversaires de l’élite, LSU et Florida, et ont en fait seulement battu une autre équipe de leur conférence avec un record positif, 8-4 Mississippi State. On peut dire à peu près la même chose de Georgia qui, s’il n’y avait pas eu cette passe déviée à la dernière seconde, aurait pu battre Alabama au championnat SEC et atteint le BCS Championship. Mais les Dawgs alors #3 n’y sont pas parvenus. Ils ont perdu 35-7 à South Carolina et battu seulement deux équipes qui ont terminé avec des records positifs.

Parmi ce paquet d’équipes SEC, le bilan le plus impressionnant revient à une équipe que Georgia a battue. Florida n’a pas remporté sa division mais a disputé le calendrier le plus compliqué du pays, battant 10-2 Texas A&M, 10-2 LSU, 10-2 South Carolina et 11-2 Florida State. Bien que plusieurs de leurs victoires peuvent sembler un écran de fumée, comme celle 44-11 contre South Carolina en gagnant juste 183 yards en attaque, les Gators méritent la troisième place.

Deux autres équipes à une défaite, Oregon et Kansas State, restent en course. Les Ducks semblaient l’équipe la plus dominante du pays, enchaînant les matchs à plus de 50 points, jusqu’à croiser la route de Stanford dans leur avant dernier match. Les visiteurs du Cardinal ont éteint les Ducks 17-14 en prolongation et ont fini par remporter le championnat de la Pac12. Après des débuts difficiles à 4-2, Stanford a changé de quarterback et terminé la saison sur 7 victoires de suite, les quatre dernières contre des adversaires du Top 20 Oregon State (9-3), Oregon (11-1) et, deux semaines de suite, UCLA (9-4). En fait, Stanford est devant Oregon sur trois des critères cités : face-à-face, difficulté du calendrier et championnat de conférence. C’est un renversement de situation par rapport à 2011 lorsque 11-2 Oregon prévalait sur 11-1 Stanford. Comme les Ducks, le Cardinal a aussi perdu contre le #1, cette fois Notre Dame, en prolongation et à l’extérieur. En ce qui concerne Kansas State, les champions de la Big 12 ont un bilan global fort, mais leur défaite embarrassante chez 7-5 Baylor par 52-24 à l’avant-dernier match leur coûte cher. Les Wildcats n’ont pas reçu de marque d’affection de notre comité fictif. « Je pense juste que Texas A&M et Oregon les battraient », affirma le DS d’Ohio State Gene Smith.

Top 4 BCS :

  1. Notre Dame

  2. Alabama

  3. Florida

  4. Oregon

Top 4 du Comité :

  1. Notre Dame

  2. Alabama

  3. Florida

  4. Stanford

C’est la deuxième année de suite où l’une des demi-finales serait une revanche de la saison régulière (LSU Oregon en 2011, Notre Dame – Stanford en 2012). Cependant, l’autre demie serait une rencontre entre deux équipes de SEC qui ne se sont pas rencontrées en saison régulière. C’est assez dingue, mais ce scénario est possible. Merci, le réalignement…

2013

Equipe

Record

SOS

Vs Top 25

Vs Top 50

Championnat

Florida State

13-0

61

2-0

4-0

ACC

Auburn

12-1

6

4-1

7-1

SEC

UCF

11-1

81

1-1

3-1

American

Stanford

11-2

3

4-1

8-1

Pac12

Alabama

11-1

50

2-1

5-1

Michigan State

12-1

62

1-0

5-1

Big Ten

Baylor

11-1

38

1-1

4-1

Big 12

Ohio State

12-1

56

1-1

4-1

Missouri

11-2

13

2-2

4-2

C’était l’année « Mais Vous Avez Joué Qui Au Fait ??? ». A l’orée du dernier weekend de la saison, le débat faisait rage de savoir si le champion de la SEC avec une défaite au compteur devait passer devant l’invaincue Ohio State, ces Buckeyes au calendrier si faiblard. À dire vrai, celui de #1 Florida State était encore pire, mais les Noles avaient été si dominants – gagnant tous leurs matchs d’au moins 17 points – que peu de monde remettait en cause leur légitimité. La victoire surprise de Michigan State contre les Buckeyes en finale de la Big Ten a mis un point final à ce débat sur le calendrier et a dégagé une rencontre en finale relativement logique entre Florida State et Auburn. Choisir quatre équipes au total aurait été pour le moins compliqué.

QB Jameis Winston, Florida State

La plupart des projections après coup – comme celle des affiches des Bowls que j’ai publiée plus tôt dans ce livre – assument qu’Alabama était #3. Le Tide était invaincu jusqu’à ce que Chris Davis ne réussisse son miraculeux retour d’un field goal manqué pour 109 yards pour emporter l’Iron Bowl. Mais le bilan du Tide était plus maigre que celui des saisons précédentes, y compris la controversée campagne de 2011. En échouant à atteindre une nouvelle finale de la SEC, l’équipe de Nick Saban n’a pu jouer aucune des cinq meilleures équipes de la division East (Missouri, South Carolina, Georgia, Vanderbilt et Florida). Ses meilleures victoires ont été obtenues contre 9-3 LSU, 8-4 Virginia Tech et 8-4 Texas A&M et sa défense habituellement dominatrice a montré quelques lézardes, en particulier en secondary. La question est de savoir si une autre équipe était plus impressionnante.

Le champion de la Big Ten Michigan State présentait la meilleure défense du pays et a remporté une victoire essentielle contre les Buckeyes. Avant ça, cependant, les meilleures victoires des Spartans auront été emportées contre un trio d’équipes peu inspirantes à 8-4 dans la Big Ten. Le champion de la Big 12, Baylor, a accumulé un paquet de points et de yards contre des équipes largement inférieures mais n’a juste battu qu’un adversaire du Top 25, 10-2 Oklahoma (41-12) et a été écrasée à 10-2 Oklahoma State (49-17).

Dans le même temps, le champion de la Pac12 Stanford présente la meilleure candidature d’une équipe à deux défaites depuis Oklahoma en 2010 pour une place dans le playoff. En fait, le Cardinal peut être l’illustration ultime de l’importance que donne le comité à la difficulté du calendrier. Leurs 9 matchs de conférence plus le match de championnat de conférence leur confèrent un impressionnant total de 9 rencontres contre des équipes du Top 50, comprenant des victoires contre les Top 25 10-2 Oregon, 10-3 Arizona State (deux fois) et 9-3 UCLA. Mais le Cardinal n’a pas perdu que deux fois… L’une des défaites était contre Utah, une équipe à 5-7. Au pire, ils seraient devant Baylor, qui compte moitié moins de victoires en Top 50 et une humiliation totale au compteur. Le comité choisirait sans doute Michigan State devant Stanford du fait de sa victoire contre Ohio State, mais le choix d’Alabama ou Stanford pourrait être beaucoup moins net que du temps du BCS.

Finalement, la défaite contre Utah serait fatale au Cardinal.

Top 4 BCS :

  1. Florida State

  2. Auburn

  3. Alabama

  4. Michigan State

Top 4 du Comité :

  1. Florida State

  2. Auburn

  3. Michigan State

  4. Alabama

Bien que le choix aboutisse aux quatre mêmes équipes que le BCS, imaginez un peu la réaction dans le Sud au fait de voir Michigan State placé devant la toute puissante Alabama – empêchant une revanche de l’Iron Bowl, rien que ça… Mais si le comité peut passer outre les impressions d’avant saison, ils favoriseraient probablement les Spartans qui restent sur 9 matchs d’affilée et ont montré une belle amélioration en attaque au fur et à mesure que la saison progressait, plutôt que le Tide qui a perdu son dernier match et a atteint son meilleur début novembre. Sans rappeler que Michigan State a remporté sa conférence et pas Alabama.

Une dernière pensée au sujet de UCF. La saison 2013 nous a apporté la première image du nouveau paysage de notre sport, avec les Knights jouant un an dans une conférence AQ avant que l’American ne perde son statut privilégié. UCF avait une belle équipe, comme elle l’a montrée en démolissant Baylor au Fiesta Bowl ou en battant dans le courant de la saison 11-1 Louisville et 7-5 Penn State. Malgré tout, son calendrier global – qui comprenait cinq équipes à trois victoires ou moins – était trop faible pour mériter une vraie considération. L’histoire aurait pu être différente si les Knights avaient battu South Carolina qui n’a gagné que 28-25 lors de leur rencontre.

Vous voyez maintenant ce que pourrait être le nouvel ordre mondial du football. Mon comité fictif avait un avis différent du BCS sur au moins une équipe pour chacune des cinq saisons, et l’ordre du classement n’a jamais collé. Vous avez aussi un petit avant-goût des controverses potentielles à venir. Le nombre d’équipes avec des griefs potentiels quant à leur exclusion du playoff se situe en général autour de 2 par saison. Le BCS était relativement clair sur la même période de temps. « Je pense que les choix 1 et 2 émergeront clairement », dit Gene Smith d’Ohio State. « Mais les positions 3 et 4… Oh, mon Dieu… »

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Guide du CFP pour les fans