Suivez-nous sur

College Football Report

College Football Report – Semaine 1

Retour sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football avec le ton décalé de Verchain.

The College Football Report is presented by South Beach Sansa.

Wow. Papa Morgan m’a fait un teasing de malade sur Twitter la semaine dernière…

Eh oui, patron…

Tous les ans, je me dis que je n’ai plus rien à dire, quand sonne l’heure du National Signing Day (soit grosso merdo le moment où l’intérêt pour le football universitaire atteint son point le plus bas à travers la planète, celui où on a le temps de lire les tweets de Donald Trump ou de s’interroger sur le fait que McKayla fait ou non de la chirurgie à outrance pour être devenue comme elle est aujourd’hui).

Que c’est foutu, que je suis vieux, usé et fatigué. Que j’ai fait la saison de trop, comme tout vulgaire Alex Rodriguez qui se respecte.

Et puis, finalement…

Le Joe Paterno de la rédaction, quand vient la fin de l’été, qu’il est temps d’oublier les orgies mélangistes du Cap d’Agde (toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé ne serait que pure fiction, vu que Verchain est un personnage de fiction), les litres de Suze sur lit de glaçons, toutes les fois où on fait fumer la merguez de la paix, les températures caniculaires (genre, 18 degrés au soleil du Nord… oui, je sais, ya pas de soleil…), les voisines exhibant leurs vergetures sous de petits tops trop petits pour être honnêtes mais surtout pour leur morphologie, l’envie de recommencer à poster mes conneries personnelles me prend, non pas comme une envie de pisser, comme un nécessaire exutoire personnel. Et ça dure donc comme ça depuis six ans, soit l’âge de la majorité sexuelle dans le Pas de Calais.

Alors, oui, il est de retour.

Nous sommes partis pour quinze longues semaines de conneries en tous genres. Des trucs pas drôles, souvent. Mais bon, c’est comme ça que vous aimez votre Verchain, les enfants…

Here we go…

Ainsi parlait Verchain

Verchain pense. Alors Verchain parle. C’est son côté Rain Man.

Feel free to insult me in the comments section.

#NotImpressed

On nous aurait menti ? Tous les beaux discours sur l’impact positif du Playoff sur les calendriers des équipes ? Quand je regarde le programme de cette première journée, après une Week Zero qui mérite bien son nom (non mais, on veut nous transformer la FBS en NFL, là, non ? On envoie des matchs pourris à l’autre bout de la Terre… A quand un Hawaii – Texas State à Wembley???), une Week Zero Et Demie, voilà ce que nous avons eu…

Vous connaissez ma position sur le sujet : il faut réduire la saison à 10 matchs. Ça en fera 11 au total, puisque les bowls moisis se multiplient, et qu’on arrivera bien à en trouver suffisamment pour que toutes les facs jouent un bowl, bientôt. Et ajouter deux tours de playoffs. Oui, je sais, ça ressemblerait trop à la NFL. Ou pas, je n’en sais rien, j’ai pris pas mal de distance avec le football pro, et quand je vois que les Dolphins et leurs cheerleaders bombassiennes ont signé Jay Cutler ça ne me donne même pas envie d’y retourner, même pas pour les plans sur Kristin Cavallari quand Cutler aura lancé sa soixante-huitième interception de la saison. De toute façon, on y est, ou presque, à la NFL. Une NFL avec juste l’équivalent d’une finale de conférence avant le SuperBowl.

Parce que là, hormis la joie légitime de revoir se trémousser des cheerleaders de 19 ans sur les bords du terrain pour les vieux pervers comme moi, qui en plus sont tous contents d’entendre les marching bands qui rappellent les kermesses de village (je vous parle d’un temps que les moins de 35 ans ne peuvent pas connaîtreuh. Montmartre en ce temps là, accrochait ses lilas jusque sous nos fenêtreuh…), on a droit à quoi ?

Un seul match qui comptera vraiment quand on fera les comptes : Ohio State – Indiana, terminé typiquement comme pas mal des matchs de conférence des Buckeyes la saison dernière, avec des Buckeyes qui ont un peu de mal à prendre de la distance avant que les adversaires rendent peu à peu les armes pour finir avec un écart au score un peu flatteur pour les hommes d’Urban Meyer.

Un match « de gala » entre Alabama et Florida State, deux équipes présentées comme les meilleures candidates au titre cette saison, certes. Mais bon, au final, on a vu le résultat… Est-ce vraiment la blessure de Deondre François (message personnel : si Maria Taylor est dispo pour me murmurer ‘François’ à l’oreille tous les samedis soirs, je suis preneur, ESPN…) qui fait tout basculer, ou Alabama est-elle tout simplement trop forte ?

Voilà de quoi nous donner deux matchs « d’importance majeure » en cette première semaine.

Alors, oui, certes, on a des matchs entre Power Five, comme ce Michigan – Florida, bien plus ronflant sur le papier et chatoyant du fait des tenues portées par les deux équipes (Nike, faut juste arrêter de célébrer l’arrivée de Neymar au PSG comme ça, avec du jaune Brésil partout…) que sur le terrain où les Gators se présentent avec des écoliers de CP… Et encore, au final, la Team Harbaugh ne score pas une victoire écrasante…

Ah oui, l’influence du playoff. On a juste une dizaine de matchs, en comptant les trois déjà cités, entre Power Five. Mais même là-dedans, à part les trois matchs précités, on a quoi ? UCLA – TAMU ? West Virginia – Virginia Tech ? Hormis ça, si l’on n’est pas ultra fanzouze d’une des 10 autres facs de P5 ayant pris part à des matchs entre P5 (oui, je pense à vous, amis du Texas, qui avez du supporter l’ouragan Harvey et l’ouragan Donald en suivant…), il n’y a pas de quoi s’enthousiasmer.

De quoi doit-on s’enthousiasmer ? De voir Miami jouer contre Bethune Cookman (qui rappelons le comme tous les ans n’est pas un centre de formation pour cuistots dans une riante bourgade du Pas de Calais) ?

De quoi doit-on s’enthousiasmer ? De voir Clemson, nos champions, affronter la redoutable équipe de Kent State dont le coach a préféré prendre un congé maladie plutôt que de voir ça ?

De quoi doit-on s’enthousiasmer ? De voir Louisville affronter Purdue si on n’est pas la petite sœur d’Anthony Mahungou ?

De quoi doit-on s’enthousiasmer ? De voir Washington affronter Rutgers, FCS déguisé en FBS, qui n’a que le fait d’installer des jacuzzi dans les tribunes comme argument de vente ?

De quoi doit-on s’enthousiasmer ? De voir Arkansas affronter FAMU ? Avec ce type au poste de quarterback des Rattlers ? Come on !

Ça ressemble à de la pré-saison comme les sœurs Kardashian ressemblent à des strip-teaseuses des faubourgs de Vegas.

Ça ressemble à du football qui compte comme Nicolas Maduro ressemble à un démocrate.

Et pourtant… Pourtant, il y a tellement de raisons de conserver son enthousiasme, au risque de le voir se décomposer comme un Marcheur Blanc sous un coup de canif en Verredragon, pour cette saison.

De quoi s’enthousiasmer, de rêver comme c’est le cas dans tous les bureaux de l’ACC, d’avoir enfin une finale de conférence Miami- Florida State.

De quoi s’enthousiasmer, d’avoir un Iron Bowl pour une place en playoff, maintenant qu’Auburn a enfin un quarterback qui ressemble à quelque chose.

De quoi s’enthousiasmer de voir la coupe mullet de Mike Gundy retrouver une finale de conférence Big 12. Oui, il y aura une finale de conférence Big 12, entre les deux premières équipes de la poule unique, donc un rematch de la saison régulière… Petite indication : cette année encore, OU-OSU clôturera la saison de la Big 12, même si le Bedlam Game a lieu le 4 novembre. Pas de quoi donner beaucoup d’espoirs au vainqueur de trouver une place en playoff, encore une fois.

De quoi s’enthousiasmer devant la possibilité de voir se réaliser une des quatre prévisions Power Five de votre ami Verchain, qu’il classe sans ordre de probabilité :

  1. Deux équipes reconnues pour la difficulté de leurs critères d’admission joueront une finale de conférence : Northwestern dans la Big Ten et Stanford dans la Pac12.

  2. Jarett Stidham sur le podium du Heisman après sa démonstration contre le Tide et les Tigers de Clemson (mais pas dans cet ordre…)

  3. La conférence ACC ne sera pas en playoff. North Carolina State pourrait bien ruiner les espoirs de Florida State, Clemson ou Louisville dans l’Atlantic et faire perdre des places au classement du CFPSC à ces équipes, qui risquent bien de se tirer mutuellement des balles dans le pied. Miami ou Virginia Tech ne sera pas assez bien classée pour que la Coastal puisse espérer quelque chose une fois encore.

  4. Deux équipes de la SEC en playoff.

Et souvenez vous : all predictions wrong or your money back…

De toute façon, ça ne peut pas être pire que Desmond Howard, niveau prédictions…

De quoi s’enthousiasmer, de voir Charlie Strong mener les Bulls à une saison à 13-0 pour se retrouver hors du playoff… Ou le même type de scénario pour Boise State, ou encore, allez savoir, un improbable Toledo…

De quoi s’enthousiasmer, d’avoir encore plein de chroniques judiciaires à lire, avec des trucs bien crades comme on les aime, parce qu’il y aura forcément au moins un mini-scandale qui verra le jour (à moins que nous n’ayons déjà mangé notre pain blanc autour de l’histoire de Mister Freeze et des call-girls).

De quoi s’enthousiasmer de voir Lane Kiffin, le meilleur pourvoyeur de trucs desquels se moquer de la galaxie, retenter l’expérience du head coaching alors que tout le monde sauf lui-même sait que, s’il est un excellent coordinateur offensif, il a touché son plafond de verre déjà trois fois en carrière.

De quoi s’enthousiasmer devant le Year of the Quarterback qui nous attend un peu partout dans le pays, avec un QB Heisman Trophy encore une fois…

De quoi s’enthousiasmer de savoir lequel des head coaches potentiellement en difficulté ne passera pas le mois d’octobre. Mes favoris pour cette ‘course à Pôle Emploi’ : Todd Graham d’Arizona State, Jim Kelly à Notre Dame, Rich Rodriguez à Arizona, Kevin Sumlin à Texas A&M, et Jim Mora Jr à UCLA.

De quoi s’enthousiasmer d’une nouvelle saison qui n’a, comme toutes les précédentes, qu’un seul défaut : de manquer de matchs qui comptent vraiment pendant les deux ou trois premières semaines.

 

Quickies*

*parce qu’un petit coup vite fait, c’est bon pour la santé

  • We, The People… Ah, là là, et dire que j’allais écrire dans le #NotImpressed que (révélation sur les secrets de publication de Verchain) j’ai préparé dans la journée de samedi, pendant les pubs de GameDay tout en me lamentant de l’absence de la MILF ultime du college football Sam P., que Baylor avait une nouvelle fois mis Liberty au programme pour avoir une première journée peinarde… Take that, Verchain. Euh, pardon… Take that, Baylor ! Liberty jouera en FBS à partir de 2018 il me semble, et Turner Gill, l’ancien coach de Kansas, vient donc de doubler son nombre de victoires en carrière contre les équipes Big 12 dites donc… Et puis, tiens, une des équipes dont Verchain a du se moquer le plus depuis des années, alors que bon, hein, dans le fond… Ce brave Howard qui joue tout seul et pour lequel le site de CBS utilise le logo des Buffalo Bills (alors que par exemple Yahoo utilise bien le logo réel du Bison… Howard, l’alma mater de Taraji P Henson a.k.a. Cookie Lyon, et la fac du frangin de Dab Newton) a réussi à battre UNLV à Vegas… Mais ce qui se passe à Vegas reste à Vegas… Et puis ce brave James Madison, qui est pourtant un des Pères Fondateurs, a réussi, malgré le poids des ans, à disposer de East Carolina (bon, qui n’est pas tout à fait, comme UNLV, une référence depuis quelques temps…). Quel plus bel hommage rendre à « We, The People… » qu’une victoire de James Madison ?

  • Donc, Ohio State a été poussive pendant toute la première mi-temps du seul match de conférence joué cette semaine. Le seul match qui compte, en somme… Voilà qui ressemble beaucoup à la saison passée, je trouve, ce que peu de monde a relevé. Et souvent contre des équipes moyennes voire très moyennes, comme c’est le cas d’Indiana. Et d’ailleurs, Indiana tenait la saison dernière assez souvent la dragée haute à des équipes supposées plus fortes avant de s’écrouler comme n’importe quel type ayant bu le verre de trop… Mais, au bout du compte, j’ai comme l’impression que ça ne compte pas beaucoup, les style points, en ces temps troublés de Selection Comittee, qui aura oublié tout ce qu’il se passe ces jours-ci quand viendra l’heure de distribuer les places en playoff…

Yeah, I’do that to her too… And so much more…

  • Lane Kiffin Watch : Verchain reviendra, à chaque fois que ce sera nécessaire, sur les nouvelles aventures de Lane Kiffin à Florida Atlantic…

Et donc, première rencontre de la saison pour les Owls, et première Kiffinerie… Le retour de Lane s’est donc passé sous l’orage, avec une interruption de près de deux heures et demie au total, en deux parties. Une première interruption d’une heure alors que les éclairs se déchaînaient au dessus du stade…. Les deux équipes reviennent sur le terrain, les Owls perdent le ballon suite à un échec sur 4th down. Navy inscrit de suite un TD à la passe, puis FAU un TD de 60 yards. Nouvelle interruption… Tentative de revenir, troisième interruption… et tout le monde croit qu’on va bâcher…

Les joueurs de Navy sont en train de prendre leur collation d’après-match dans le vestiaire… Et on les rappelle sur le terrain. Pour qu’un match soit terminé après des interruptions, il faut que les deux équipes s’accordent pour valider le score. Et bien sur, Lane Kiffin refuse d’en rester là… Il annonce à la télé vouloir gagner le match, alors que ses Owls perdent déjà de 23 points… Un truc totalement irréel, à 1h20 du matin, devant trois personnes à tout casser dans les tribunes… Tsss…

La cerise sur le gâteau d’un premier match de Kiffin qui aura vu les Owls inscrire le premier TD de la saison sur un jeu de 95 yards, avec Lane sur la sideline qui signale, comme déjà vu faire avec Alabama, le TD alors que son joueur n’a pas encore réceptionné le ballon… Un match où un certain Chris Kiffin, coordinateur défensif, semblait tout droit sortir d’un sauna… Bref, on n’a pas fini de se marrer…

  • In case you missed it : le marching band de Clemson…

  • Et la célébration du jour est attribuée à Bowling Green…

  • Message personnel à notre rédacteur en chef : et si on se mettait à suivre la Division III ? Ce football m’a l’air tellement plus Verchain Style… 98-0.


 

Verchain’s Billboard

Le Verchain’s Selection Comittee, présidé et administré par Verchain, qui synthétise après de longs débats dans un garage luxueux du Nord de la France les réflexions d’un comité composé de Verchain et Verchain, vous offre son classement des 25 premières équipes du college football, sans vous donner d’explications pourries, mais avec du Verchain Style inside.

#1 Alabama Crimson Tide (SEC) : Les Saban Boys numéro 1, c’est comme l’innocence d’un prévenu devant la justice. C’est une obligation légale. Et tant que Nick Saban n’est pas considéré par le Jury populaire de Verchain comme coupable au delà du doute raisonnable, il est innocent. Bon, vu les performances parfois surprenantes des Saban Boys en playoff, il est parfois innocent comme OJ Simpson. Mais il s’en fout. Il est comme ça, Nick Saban.

#2 Ohio State Buckeyes (Big Ten) : Les sexcams, c’était mieux avant…

#3 USC Trojans (Pac12) Not sold on USC’s defense.

But sold on that Darnold guy…

#4 Auburn Tigers (SEC) : Jarett Stidham, le chaînon manquant, peut se permettre d’aller voir un film des années 80 la veille d’un match sans que ça ne lui brûle les yeux ?

Verchain will have to investigate on the girlfriend too…

#5 Washington Huskies (Pac12) : YOU KNOW WHAT ???? Becca is still on U-Dub’s cheerleading team !!!!

#6 Florida State Seminoles (ACC) : Hey, les ‘Noles ont essayé de faire jouer Cam Newton à la place de Deondre François (message personnel : si Maria Taylor est dispo pour me murmurer ‘François’ à l’oreille tous les samedis soirs, je suis preneur, ESPN…) !!!

#7 Penn State Nittany Lions (Big Ten) : Champions du monde de l’enflammade, les gens… En face, on avait… Akron…

#8 Oklahoma State Cowboys (Big 12) : Le meilleur argument de vente des Pokes…

#9 Oklahoma Sooners (Big 12) : On ne peut pas dire grand chose de bien intéressant après cette première journée en forme d’aimable entraînement… UTEP, quoi…

#10 Clemson Tigers (ACC) : Il suffit d’un titre pour que Dabo pète définitivement les plombs, non ?

#11 Michigan Wolverines (Big Ten) : En fait, voilà la vraie star du match contre Florida… le coiffeur du kicker des Maize And Maize :

#12 Wisconsin Bagders (Big Ten) : ESPN’s Molly McGrath agrees with this ranking…

#13 Louisville Cardinals (ACC) : Sans faire de bruit, Louisville devient tout doucement un endroit respectable. Et Lamar Jackson n’a rien à voir là-dedans…

#14 Georgia Bulldogs (SEC) : Avec ou sans Jacob Eason, ce ne sera sans doute pas la même sauce… et les adversaires n’auront peut-être pas besoin d’un circus catch comme nos amis d’Appalachian…

#15 Miami Hurricanes (ACC) : You have to know it : THE U IS BACK !

#16 LSU Tigers (SEC) : Pas persuadé que Coach O est la solution à tous les problèmes des Bayou Bengals… Mais bon, apparemment QB Dany Etling parle de culs. De culs de ses centres. S’en passe de belles, à Baton (à bout) Rouge…

#17 West Virginia Mountaineers (Big 12) : Les Mountaineers de West Virginia, et leurs fans qui brûlent des canapés, célèbrent cette saison leur 125ème année de compétition football.

#18 Texas A&M Aggies (SEC) : L’avantage de publier un article avant les matchs, c’est qu’on peut classer des équipes n’importe comment. Mais bon, comme j’aime assez ce qu’Adidas a fait cette saison avec les maillots des Aggies, je me dis pourquoi pas…

 

#19 Stanford Cardinal (Pac12) : Stanford Football.

#20 Florida Gators (SEC) : On reverra cette équipe quand elle aura moins de 1268 joueurs suspendus en même temps… Ou pas… Parce que mine de rien, c’est UAB l’adversaire lors de la Cupcake Week de la SEC en novembre. Tremblez, Gators !!

#21 Northwestern Wildcats (Big Ten) : Ouais, pourquoi pas ? On peut rêver…

#22 Virginia Tech Hokies (ACC) : Oui, il me fallait aussi une équipe en #22.

#23 Iowa Hawkeyes (Big Ten) : Ces types font peur. Au moins au punter de Wyoming.

Et au passage, nous donnent à penser, pour ceux que ça intéresse, que QB Josh Allen pourrait bien finalement ne pas être le futur numéro 1 de la draft…

#24 Houston Cougars (AAC) : Harvey n’a pas du tout aimé le départ de Tom Herman pour la grande fac de Texas, qui n’a pour le moment produit aucun effet. Mais alors pas du tout. Une opportunité de voir si tout tenait à Tom Herman, oui s’il y aura une vie après Tom Herman. Comme il y avait eu une vie après Art Briles, et une vie après Kevin Sumlin…

#25 Nebraska Cornhuskers (Big Ten) : Fox Sports a un nouveau contrat avec la B1G et a donc publié des vidéos pour chacune des 14 équipes de la conférence. Nebraska a demandé que la sienne ne soit plus diffiusée par le Network. Effectivement, ça fait un peu trop pays du maïs pour être honnête, ce truc…

Under consideration : Wazzu, UCLA, California, Navy, North Carolina State, South Carolina, Howard, William & Mary, Holy Cross.

Ainsi donc, cette semaine, on retrouve dans les Power Rankings (je sais que Morgan notre Dieu à tous déteste ce terme, donc j’en abuse, c’est contractuel) des Conférences, qui est une demi-nouveauté basée sur le nombre d’équipes de chaque conférence dans le Billboard ci-dessus :

1 – Big Ten : 7 équipes

2 – SEC : 6 équipes

3 – ACC : 5 équipes

4 – Big XII et Pac12 : 3 équipes

6 – American : 1 équipe

7 – Reste du monde : aucune équipe.

Les présences un peu contestables, peut-être, de Nebraska, Iowa, Northwestern, ne doivent pas fausser la lecture. Si la SEC est ‘Top Heavy’, c’est encore une fois dans l’Ouest que ça risque de se jouer. L’Est, pour le moment, place les Gators et les Bulldogs dans le Billboard. Tennessee sera peut-être candidate la semaine prochaine… Allez savoir…

 

Three games to watch next week

Deux matchs exhibition sur lesquels je poserai un œil presque attentif :

Oklahoma Sooners at Ohio State Buckeyes : Un match qui comptera peut-être dans le classement du CFPSC… Si Sooners et Buckeyes sont champions de conférence… et que le CFPSC décide de ne pas nous refaire le coup de Penn State l’an passé…

Auburn Tigers at Clemson Tigers : Le premier Tiger Bowl de la saison. Can’t wait… C’est maintenant ou presque qu’on va savoir ce que ces deux équipes ont dans le bide…

Dans les autres matchs exhibition, on notera BYU – Utah (avec une pensée émue pour notre ami mormono-belge ou belgo-mormon), la question étant de savoir si les Cougars parviendront à franchir la ligne des 50 yards en attaque…

Les matchs qui comptent :

Stanford Cardinal at USC Trojans : ou le match que tout le monde nous vend déjà comme la finale de la Pac12 en décembre prochain…

Dans les autres matchs qui comptent, euh… Louisville at North Carolina… euh… South Carolina at Mizzou… et euh… On a fait le tour…

 

Verchain’s Crush of the Week – Non-football Edition

Verchain regarde Twin Peaks en ce moment. Oui, le truc incompréhensible de David Lynch et Mark Frost.

Eh bien, dans Twin Peaks, on trouve Madeline Zima, célèbre au moins pour son rôle dans Californication.

Enfin, on ne la trouve pas longtemps. Mais bon, si c’est vraiment elle et pas une doublure dans cette scène, elle mérite d’être le Crush of The Week. Period.

 

Not really Football stuff… and then what ??

Les trucs alakon autour du football. Pas forcément tous les trucs alakon. Certains trucs alakon.

Une saison de Verchain ne commence jamais sans son Scooter Magruder.

Verchain’s Award for the Most Ridiculous Bowl Game Of The Year goes to…

Ou quand un festival de pirates (oui, oui, oui…) s’allie à un fabricant de tondeuses (oui, aussi) pour sponsoriser le St Petersburg Bowl, qui se joue sur un terrain improbable dans l’antre des Rays de Tampa Bay…

Je vous parlais des vidéos de FoxSports sur la B1G, si ça vous intéresse, ça se trouve ici.

Le seul intérêt de la Week Zero ? Oregon State qui a un Crying Jordan sur le panneau de jeu montré aux joueurs depuis la sideline… Any surprise the play resulted in a good ol’ fumble ?

First class contender for Verchain’s Funny Names All Star Team.

Vous savez que vous n’avez aucune chance de briller sur le terrain quand vous êtes coaché par un type… qui a été danseur pour… MC Hammer… Way to go, San Jose State…

AJ McCarron ouvre un restaurant de sushis à Tuscaloosa. Moi qui déteste le poisson cru, Katherine Webb peut me nourrir exclusivement de makimachins si elle le souhaite…

PJ Fleck… Un certain sens du bon goût vestimentaire… Apparemment, après ses Broncos de WMU, c’est au tour des Gophers de Minnesota de se mettre à l’aviron…


 

Cheerleaders

They ARE the reason why we LOVE College Football. And they are in the College Football Report. Enjoy.

Pour cette première édition de la saison, direction la Floride.

Avec le petit classement made by Verchain des cheerbabes.

En tête, imbattables, les bombasses de Coral Gables. Même s’il y a quand même un ou deux spécimens surprenants, disons… pas aux standards habituels…

Dommage que le site des Hurricanes dédié aux cheerbabes ne soit pas plus développé, parce que cette année, il y a peut-être la cheerleader de l’année qui se trouve là…

Ensuite, je dirai que ça se tient entre Seminoles et Gators… Avec pour le coup une petite préférence pour les demoiselles de Gainesville.

Et donc, War Chant et compagnie…

Derrière les trois grandes facs, c’est la débandade…

Sans mauvais jeu de mots…

Que ce soit UCF…

FIU, qui avait il y a quatre ou cinq ans trois des plus jolies cheerleaders de tout le college football…

Florida Atlantic, qui semble avoir plus de mal que Lane Kiffin à recruter des reprises de justice dans son squad…

Ou South Florida qui a en plus des photos toutes pourries sur leur site principal (faut aller chercher sur Twitter pour trouver des photos présentables, et encore je parle de la qualité des photos)…

On constate que les trois grandes facs de l’état n’ont pas de leçons à recevoir de leurs consoeurs de moindre ampleur…

Voilà, les enfants, c’est tout pour aujourd’hui.

  • That’s too short

  • That’s what she said.

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

7 Commentaires

7 Comments

  1. Nicolas

    4 septembre 2017 à 10h07

    Ah enfin 😂😂

  2. pep

    4 septembre 2017 à 11h45

    Du bon Verchain qui nous avait manqué et qui donne la température de ce que sera la saison 🙂

  3. Tamoul-a-moustache

    5 septembre 2017 à 03h50

    Décidément la meilleure chronique de tout le football, voire du sport tout entier. (True story)
    On aura jamais les mêmes goûts pour les cheerleaders à part celles aux visages d’ange.

    À part ça, c’est du tout bon. 🙂

  4. Tamoul-a-moustache

    5 septembre 2017 à 04h11

    Wishlist non exhaustive :
    Stanford qui brille, ça fait plaisir de voir des équipes de lettrés au casier judiciaire pas trop rempli bien figurer.
    Penn st bat Ohio st et va pour de vrai en PO. Rutgers sera moins mauvais que prévu (wishful thinking, pas envie d’aller mater des matchs pourris)
    Alabama a une vraie concurrence en SEC (Auburn, on compte sur vous)
    Un membre non P5 dans un bowl majeur
    Un comité dont on comprend les classements. On a le droit de rêver
    Des trick plays, des victoires d’underdog, du beau jeu, des déceptions, du waouh, du wtf
    Des cheerleaders moins grossièrement maquillées et dans ces putains de cheveux blondis lissés réondulés (c’est pas jersey shore bordel), et des milf de la télé en bord de terrain pas moins moches pour plus de fractures de l’œil (penser à prendre rdv chez l’ophtalmo)
    Des grosses ambiances comme on aime et du charriage en règle
    Des joueurs enfin rétribués à la valeur de ce qu’ils rapportent ou qu’on les laisse étudier si c’est vraiment la raison. Faut pas rêver #2
    Un ou deux scandales quand même sinon ce serait pas drôle

  5. Verchain

    5 septembre 2017 à 06h03

    Wow. La meilleure chronique du monde… Toi, tu vas me demander de l’argent…

    Sinon, une équipe non P5 dans un ‘bowl majeur’ je suppose le New Year’s Six, il y en a une tous les ans, mon ami, Western Mich. l’an passé. Je pense que tu voulais dire ‘une équipe non P5 en playoff’, et là c’est beaucoup beaucoup plus compliqué, il faudrait un alignement des astres qui rendrait fous les spécialistes du zodiaque…

    Mais, parlons de l’essentiel de ton commentaire : qu’est-ce qu’elles ont mes cheerleaders ? Certes, Becca est blonde (note pour moi-même : si tu veux faire un truc un peu journalistique, va investiguer dans sa culotte à Washington…), comme Kate Upton, mais il n’y a pas que des blondes dans mes sélections tout de même… J’y peux rien si les vraies ou fausses blondes sont majoritaires dans les équipes, c’est pas moi qui fais les sélections… et pour le moment, ma candidate numéro 1 au titre de « Cheer of the Year » n’est pas blonde, mais semble à première vue plutôt latina…

    • Luzoan

      5 septembre 2017 à 15h47

      Une des meilleures plumes que je lis sur le foot us en général…. Ouais je suis moins bavard qu’ avant, et oui, je suis vieux, la femme et la maison…;)
      aller même si çà sert à rien, çà occupe:

      1.Bama
      2.USC( même si j’aimerai écrire ducks;) )
      3.Ohio State
      4.Oklahoma
      le reste pipi de chat^^ aller à plus les spécialistes de la rubrique teen and cheer…. 😉

    • tamoul-a-moustache

      5 septembre 2017 à 18h12

      Of course, un non P5 en PO. Avec les deux premiers matches de PO qui portent des noms de bowls, je m’ai tout confondu. Juste histoire de mettre un coup dans les dents des P5 dont certaines commencent un peu a puer malgre tout ce qu’elles clament et l’argent qu’elles ramassent. c’est mon cote coupe de France et amour du petit poucet.

      Et pour les femmes a jupette, disons que la jeune demoiselle aux 33124 dents de the U selectionnee n’a pas ma preference. Neanmoins, la jolie meneuse de claque de Washington deja presente l’an dernier a tous mes hommages et louanges. Un excellent choix.
      Le combo, tristement bien implante sur les campus, maquillage a la truelle + rouge a levres a t’en peter les yeux + dents ultra-bright + coiffure de bimbo, certes, on n’y peut rien, mais ca gache un peu de belles promesses visuelles. Mais bon, avec Kardashian en modele des Americaines, j’ai peu d’espoir d’un changement a court terme. Alors que de fraicheur, de beautes sportives, de douceur dans ce monde de brutes 😉

      La critique positive, c’est gratuit, et le cadeau, c’est toi qui nous le fait avec cette chronique mon cher Verchain. Le bloody Mary du journalisme. Piquant, corrosif, melange foutraque a rebours du classique et finalement surprenamment excellent. Ca me fait le lundi de septembre a decembre. Et c’est deja pas mal ! 🙂

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - College Football Report