Suivez-nous

College Football Report

College Football Report 2016 – Semaine 6

Publié

le

PUBLIC SERVICE ANNOUNCEMENT : The College Football Report has been cancelled because of Hurricane Matthew hitting the East coast this Friday, or Saturday, or Sunday, or whatever, and because of cancellation of games played in Florida. It will not be rescheduled. Just because. Thank you.

Oh, fuck it, here we go…

AINSI PARLAIT VERCHAIN

(Ce qui est toujours moins moche que Zarathoustra). Souvenez-vous, jeunes gens… il y a deux ans, votre ami Verchain, alors célibataire avec un boulot pépère, avait le temps de vous abreuver chaque semaine de son humeur, dans un rendez-vous appelé « Verchain is #NotImpressed ».

Eh bien, cette saison, le #NotImpressed est de retour, mais le lundi.

Comme McKayla, il a changé, mais il ne ressemble pas encore à un sosie de Kim K-West. Ou du moins, c’est que j’espère.

Feel free to insult me in the comments section.

#NotImpressed : Faut pas rester là, monsieur…

Non, vous non plus faut pas rester là, monsieur, mais ce n’est pas de vous qu’on parlait…

Oregon n’a jamais viré un coach en cours de saison depuis 1976. Verchain n’était même pas né (même dans son état civil officiel), c’est vous dire si ça date…

Mark Helfrich sera peut-être le premier depuis cette éternité au moment où ces lignes seront publiées.

Et Oregon redeviendra peut-être ce qu’il était il y a une vingtaine d’années : une quantité négligeable sur l’échiquier du football.

Les Ducks ne sont véritablement apparus au plan national qu’il y a une quinzaine d’années, lorsque Mike Bellotti mena la troupe au Rose Bowl 2000 et au Fiesta Bowl 2001 avec une victoire contre Colorado (qui était, eh oui, une grosse fac football en ces temps immémoriaux) et un classement de numéro 2 national.

Bellotti a fini par passer la main après 2008, une période qui n’aura pas vu les Ducks gagner plus de 10 matchs… Il a donc été remplacé par Chip Kelly, son coordinateur offensif, pour que démarrent les 4 plus belles années de la fac de Eugene.

C’était devenu The Greatest Show On Earth, period. Avec une mascotte façon Donald Duck sous acides qui faisait tellement n’importe quoi que tout devenait événement, avec des cheerleaders que tout individu mâle hétérosexuel aurait souhaité peloter plus surement que le premier Bill Clinton venu se laissait aller à le faire avec les hôtesses de l’air qu’il croisait, avec un football plus spectaculaire que ça tu serais dans un jeu vidéo, avec une structuration des installations (centre d’entraînement notamment)… Avec une finale perdue avec nos regrets éternels devant Auburn de Cam ‘Son of a Preacherman’ Newton…

Avec Marcus Mariota Heisman, aussi.

Enfin, Mariota, c’était pour la deuxième saison de Mark Helfrich. Parce que l’ancien coordinateur offensif d’Oregon était devenu son head coach, une fois Kelly parti tenter de réveiller les Eagles de Philadelphia en NFL, pour les résultats qu’on sait…

Mariota, c’était le baobab qui cachait le désert. Le superman hawaiien a emmené ses équipiers à une nouvelle finale nationale, perdue, encore, pour les débuts du Playoff. Et il est parti jouer chez les pros… Et Oregon ne s’en est pas remise.

Les problèmes sont multiples, et Helfrich est au cœur du système.

La défense, même si on n’en entendait pas parler du temps de la blur offense de Chip Kelly, était au minimum moyenne sur l’ensemble des matchs durant l’ère Kelly, avec même des joueurs draftés chez les pros. Nick Aliotti n’est certes plus le coordinateur défensif depuis sa retraite en 2013, mais les changements de casting au poste de DC n’expliquent pas tout. Certes, avoir Brady Hoke et son aura de loser ultime n’aide sans doute pas, mais les Ducks manquent tout simplement de talent dans ce secteur, plain and simple.

Pourquoi ? Parce qu’Oregon ne sait plus recruter. En défense comme en attaque.

Sur les trois ‘classes’ recrutées par Kelly, les spécialistes de ce genre de choses ont toujours classé les Ducks dans les 15 premiers, avec toujours une dizaine de joueurs classés ‘4 stars’ ou mieux. Depuis ? Not so much…

La classe 2016 est considérée comme 28° nationalement, et la classe à venir, pour le moment 32°…

La meilleure illustration ? Voilà deux saisons que Mariota est pro, et sur cette période, Oregon s’est tournée vers deux QB issus des rangs de la FCS, que ce soit Vernon Adams l’an passé ou Dakota Prukop cette année, qui est tellement bon qu’il a été remplacé avant la catastrophe industrielle de ce samedi. Aucun QB développé en deux ans. Big problème, n’est-il pas ?

Oregon a de l’argent, avec les poches de Phil Knight qui sont toujours prêtes à s’ouvrir dès lors qu’il s’agit d’offrir quoi que ce soit à son alma mater. Tom Herman sera la cible de toutes les facs de premier plan qui changeront de coach cette saison. Il est déjà envoyé à LSU pour remplacer Les Miles. Oregon devrait faire le nécessaire pour aller chercher Herman, en virant Helfrich tout de suite. Quitte à finir avec un record qui ne permet pas d’aller à l’Idaho Famous Potato Bowl, autant laisser le poste à Brady Hoke… OK, faut pas exagérer… Mais tout de même… D’ailleurs, Wikipedia, ce dimanche 9 octobre, semblait déjà avoir tourné la page…

Et puis, au pire, il restera toujours PJ Fleck, qui a donné un nom à l’une des Directional Michigans de la terre, Western.

Et si tout cela n’était pas simplement le produit d’une tradition qui est arrivée au bout de sa propre logique ? Les différents assistants, hormis Yost et Hoke, ont tous au moins 10 ans de service dans la maison, pour une moyenne proche de 18 ans. Les coaches de ligne offensive et des RB ont plus de 30 ans de maison. Tous les coaches depuis Rich Brooks, le prédécesseur de Bellotti, ont été promus de l’intérieur. Ça ressemble furieusement à de la consanguinité profonde, de celle qu’on croise au fond des campagnes françaises. Au bout d’un moment, à force de faire des gosses entre cousins, on fait naître une génération de débiles aussi profonds que les campagnes où ils voient le jour… Toutes les fac de la Pac12 North ont changé de coach à un moment, en amenant du sang neuf, Harbaugh-Shaw à Stanford, Mike Leach et son Air Raid solaire à Washington State, Chris Petersen à Washington, Sonny Dykes à Cal, etc… Du sang neuf, pour bouleverser le patrimoine génétique des équipes concernées… Pas à Oregon…

En ces temps de campagne électorale aux States, et de pré-campagne électorale à nos longitudes, il est temps d’user un bon vieux slogan : « Le changement, c’est maintenant… »

Double Up #NotImpressed : Et si la Russie apportait du changement dans les modes d’investigation de la NCAA.

On a des sujets, cette semaine. Parlons donc un peu des Investigations de la NCAA sur les différents cas d’infraction à ses règlements. Verchain et le monde attendent dans les prochaines semaines les conclusions des enquêtes sur les violations des règles de l’amateurisme à North Carolina et son délicieux programme d’éducation autour de la Culture Africaine (des cours fantômes pour permettre à certains joueurs de foot et de basket d’avoir des notes préservant leur éligibilité) et à Ole Miss (plus basiquement, le paiement de joueurs…).

En attendant, Jim Delany, le commissioner de la B1G a mené un groupe de travail des 32 commishes de la Division 1 (FBS et FCS) destiné à donner des recommandations sur les évolutions à apporter aux méthodes d’investigation de la NCAA sur les infractions aux règlements. Peu d’avancées, les représentants des 32 conférences s’entendant grosso modo pour affirmer leur satisfaction quant aux pratiques actuelles, tout en s’accordant pour proposer des pistes d’amélioration.

Pourquoi la Russie, me direz-vous ? Si vous n’avez pas vécu dans l’espace en direction de Mars depuis juin (more on that later), vous avez sans doute assisté avec désolation, un sourire en coin ou un intérêt plus ou moins marqué, à la petite guéguerre que ce sont livrés le Comité International Olympique et l’Agence Mondiale Antidopage quant à l’exclusion ou pas des sportifs russes dopés par le pouvoir comme au bon vieux temps de l’URSS.

La NCAA fonctionne un peu comme l’AMA : elle fixe les règles de ce qui peut ou non faire l’objet d’une enquête, un groupe d’enquêteurs de la NCAA réputé indépendant fait son job, et c’est la NCAA qui juge s’il y a lieu de sanctionner ou non tel ou tel membre de l’organisation.

Le scandale de Rio semble avoir marqué Jimmy D, au point qu’il a lui même repris cet exemple pour justifier des recommandations de son comité de commissionners. En voici donc la substantifique moelle (citer François Rabelais dans un article sur le college football ? Check!).

  • L’outsourcing de l’enforcement. En langue de Molière, ou de Nabila Bennatia : externaliser les équipes d’enquêteurs.

Des mots mêmes de Delany, difficile de trouver un consensus sur ce point, car tout le monde est pour une bonne solution tant qu’il ne se retrouve pas dans le scope d’une enquête, moment où il aime pouvoir manipuler un peu les résultats (je grossis le trait, j’admets). Une telle mesure limiterait les luttes d’influence, car, au sein de la NCAA, une fac accusée est, en définitive, jugée par ses pairs.

Delany, à titre personnel, va même un peu plus loin en réclamant que les enquêteurs aient pouvoir de citer à comparaître, comme dans un tribunal classique.

  • Une limitation accrue de l’emploi de ressources en temps et en argent des équipes d’enquête sur les cas les moins graves pour accorder la plus grosse part des moyens sur les cas les plus graves. Ceci implique un meilleur tri à l’origine de la gravité supposée de telle ou telle affaire potentielle.

  • S’assurer que, compte tenu de la mauvaise publicité faite à une fac impliquée dans une enquête de la NCAA, l’annonce de poursuites soit réservée aux cas graves. L’opinion générale est que la NCAA communique trop sur les cas mineurs, jetant ainsi l’opprobre pour des trucs totalement ridicules (on reparle de l’histoire de l’hébergement des prospects de tennis de Boise State, là?).

  • S’assurer que les mis en cause soient tenus responsables sur une période de temps raisonnable (en tenant compte de délais pris par l’enquête…), en étant plus transparent sur les paramètres de mise en accusation.

  • Nommer un médiateur neutre qui gèrerait la communication entre la NCAA, les enquêteurs et les facs accusées pendant l’enquête, qui serait par exemple en mesure de préciser si la fac joue suffisamment le jeu de la transparence, comment les éléments de preuve ont été obtenus, et sur le timing de l’enquête…

Meiner Meinung Nach (écrire en allemand dans un article de college football ? Check!), le nouveau système d’enquêtes et sanctions de la NCAA semble ne pas trop mal fonctionner. C’est un peu moins le bordel qu’avant… Mais tout de même, il reste quelques points noirs :

La durée des enquêtes

J’ai lu que la durée moyenne d’une enquête est de 8 mois en 2015, en baisse de 10% par rapport à 2013. Cette diminution serait due selon les autorités à une meilleure organisation dans le tri des affaires à la base, permettant de clore les enquêtes sur infractions mineures beaucoup plus vite.

Rappelons toutefois que l’enquête sur Ole Miss a démarré en 2011, et celle sur North Carolina en 2011, en oubliant dans un premier temps le volet de la fraude universitaire avant de le reprendre en 2014. Et toujours pas de conclusions.

Jon Duncan, le patron de l’enforcement, affirme que les fac se montrent coopératives, et qu’elles hésitent même parfois à engager des avocats car elles prendraient ça un peu comme une déclaration de guerre aux enquêteurs, alors que ces derniers seraient tout à fait ouverts à avoir des avocats dans le jeu, et que cela fluidifierait même les relations…

Bob Bowlsby (qu’on retrouve partout dans le CFR ces derniers temps), affirme pour sa part que les enquêteurs manquent souvent de moyens… Ce qui nous amène à…

La question des moyens par rapport aux volumes à traiter…

Il y a 57 employés dans le pool d’enquêteurs, qui reçoivent chaque année environ 600 informations relatives à de possibles irrégularités. Le temps de traitement moyen d’un signalement est passé, depuis la mise en place de la nouvelle organisation, de 60 à 3 jours. Le temps moyen de recherche d’éléments complémentaires lorsqu’un signalement est jugé digne d’intérêt à été réduit de moitié sur les deux dernières années.

Sur les trois dernières années, le pool a traité 182 infractions de niveau 1 ou 2, les plus graves, et 10000 de niveau 3, les bénignes.

Jon Duncan affirme que le pool d’enquêtes est conscient de l’existence de bien plus de cas qu’il ne peut effectivement en prouver. Il souhaiterait pouvoir examiner ces cas avec les facs, sans nécessairement donner les noms des athlètes concernés, juste pour faire prendre conscience que le pool d’enquêtes connaît plein de choses sur ce qu’il se passe à un endroit ou un autre de la carte universitaire.

Accorder plus d’immunités ?

Des avocats qui ont travaillé sur des cas d’infractions NCAA affirment que la NCAA accorde de plus en plus d’immunités à des joueurs ou des coaches qui acceptent de témoigner pour prouver telle ou telle infraction. C’est à peu près le seul moyen dont dispose l’enforcement pour convaincre de coopérer, car il n’a pas le pouvoir de citation à comparaître… Jon Duncan emploie le terme d’ « outil puissant » à son propos.

Dans le cas d’Ole Miss, comme révélé par Yahoo Sports, les enquêteurs avaient offert l’immunité à trois joueurs pour qu’ils racontent la vérité sur leur recrutement.

Chaque proposition d’immunité faite par les enquêteurs doit être validée par les juges, sachant qu’elle ne peut concerner un employé de la fac (généralement le coaching staff, pour simplifier) impliqué dans une infraction non révélée par la fac, ou potentiellement impliqué dans une infraction.

Gérer la fraude scolaire

Dans le cas de North Carolina, la fac a argumenté que la NCAA n’était pas compétente pour examiner la fraude scolaire. Le problème, c’est que les membres de la NCAA considèrent que leurs procédures internes sont suffisamment poussées pour garantir qu’il n’y a pas de fraude. On a vu par exemple dans le cas d’Oklahoma State (relisez les #NotImpressed passés, ça fera des pageviews et augmentera le trafic du site, les gens!), que ce n’est pas le cas. Cela devrait donner aux enquêteurs la possibilité de mettre le nez dans le tas de fumier.

Ajuster les sanctions

Priver un programme universitaire de 50% de ses scholarships, c’est quasiment assurer la mort du programme ou sa disparition des radars pendant des années. Suspendre des coaches ou des assistants sans paie, par exemple, peut être un moyen de donner une sanction plus juste et compréhensible par tous sans sanctionner des étudiants potentiellement issus de classes populaires… On manque encore de recul sur la nouvelle échelle de sanctions, mais distribuer les ‘show cause’ (c’est à dire, dans notre droit français, une ‘faute lourde’ qui mène systématiquement au licenciement), ça ne résoud pas grand chose, je pense…

Diminuer les règles

Les règlements NCAA partent dans tous les sens, et on ne sait même pas si telle ou telle règle peut être appliquée à tel ou tel cas. Notamment dans le recrutement. Qu’est-ce qu’aller trop loin ? Un montage alakon comme certains en font avec tout plein de photoshop qui montre une recrue potentielle (appelons le John Doe) sous le maillot de la fac qui veut le recruter avec un faux article sur « John Doe remporte le Heisman sous les couleurs de Dakota Southern State », c’est possible, ou pas ??? Si vous le savez, moi pas…

Vous le voyez, on progresse, mais on n’est pas encore rendus. Et j’attends encore de lire ‘lack of institutional control’ et ‘academic fraud’ dans le rapport à venir sur les Tar Heels. Et qu’on n’ait plus de ‘failure to monitor’ parce qu’une recrue potentielle se fait payer une glace par un assistant coach pendant sa visite du campus.

Mais bon, j’aime toujours autant les histoires croustillantes, les Nevin Shapiro de la galaxie, des trucs avec des filles de joie sur un bateau, des tatouages contre des maillots dédicacés, et ce genre de trucs…

Time will tell…

En plus de tout ça, si le sujet vous passionne autant que Verchain, vous pouvez lire les compte rendus d’audit interne du nouveau fonctionnement du système d’enquêtes et de sanctions mis en place par la NCAA en 2012-2013. Celui du NCAA Enforcement Staff (les enquêteurs, leur document est assez sympa en cela qu’il reprend en annexes qui sont trois fois plus volumineuses que le rapport lui-même des documents NCAA récapitulant les nouvelles procédures, les devoirs des coaches, etc, j’ai trouvé ça assez sympa) et celui du NCAA Infractions Comittee (les juges), publiés cet été. Si vous n’avez pas le courage de vous fader environ 40 pages, voici un résumé : ces gens sont contents du travail qu’ils mènent. Par ailleurs, l’université de Temple a sorti une très bonne étude didactique des cas des dernières années. Lisez là. Si vraiment ça vous passionne, on peut en parler dans les commentaires, vous y êtes les bienvenus comme à chaque fois…

Quickies (parce qu’un petit coup vite fait, c’est bon pour la santé)

  • Droit de Suite du #NotImpressed de la semaine passée : Selon Denis Dodd de CBS, qui cite des sources à l’intérieur de la conférence, il n’y a que 50% de chances que la Big XII décide de procéder à une expansion dans les semaines qui viennent. Verchain was spot on on that one. Il se pourrait même que les networks PAIENT la Big XII pour qu’elle reste à 10 équipes… Le reste de l’article de Dodd (que j’aime bien, cela dit) revient à dire en anglais ce que vous avez pu lire ici sous la plume en forme de clavier de votre ami Verchain. Avec une petite précision, toutefois (on veut faire de la vulgarisation, Dennis lui rentre un peu plus dans le détail…) : toute équipe qui voudrait quitter la Big XII devrait attaquer le ‘Grant of Rights’ (en gros, l’accord entre les facs qui prévoit une inclusion dans la conférence jusque 2025) en justice. Sauf que la Big XII a déposé ce Grant of Rights au… Delaware. Le Delaware est le paradis fiscal intérieur des Etats Unis. Et devant la justice du Delaware, il est beaucoup plus compliqué d’espérer gagner en justice en dénonçant un tel contrat multipartite que nulle part ailleurs aux States. Une équipe qui quitterait la Big XII renoncerait à tous ses droits télé sur le football et le basket, soit environ 43 millions à l’année (50 pour OU et UT)…

  • Et puisqu’on parlait de Big XII, et qu’on a parlé d’un ‘faut pas rester là, monsieur…

Charlie Strong va sauter, c’est maintenant une certitude, et ce sera peut-être même une réalité d’ici à ce que ce CFR soit publié. Mais Charlie Strong à Texas, ce n’était rien d’autre qu’une catastrophe à venir, dès l’embauche de ce respectable Head Coach. Charlie Strong a à peu près autant de liens que moi avec le Texas. C’est un gars de Floride. Vexé que ses patrons de l’époque n’aient pas fait appel à lui pour prendre la succession d’Urban Meyer dont il était le coordinateur défensif, il est parti rejoindre Louisville, qu’il a transformée en une succursale floridienne au Kentucky.

Strong a gagné avec des petits gars de Floride, a ramené Louisville sur une carte pour autre chose que du basket, et a finalement atterri à Texas. Une belle trajectoire, mais qui n’aurait jamais du se produire.

On se souvient tous ou presque que Texas voulait… Nick Saban pour prendre la suite de Mack Brown qui était arrivé au bout de sa réserve d’oxygène à Austin. Et ce fut Strong, donc, parce que Nick Saban n’a pas voulu signer le plus gros contrat de l’histoire du coaching universitaire.

Strong n’a aucun réseau au Texas. Il a eu moins d’un an pour tenter de s’en créer un, parce que chez les Longhorns, l’équipe qui génère le plus de cash dans tout le college football, on n’a pas plus de temps que ça pour remettre le train sur les rails après le déraillement des dernières années de Mack Brown.

Strong avait un vrai réseau en Floride pour trouver des joueurs que les autres grosses fac qui recrutent dans la région auraient manqué. Et comme Miami n’était pas au top depuis le milieu des années 2000, les petits gars de Floride du Sud étaient tout heureux d’aller jouer au Kentucky pour un coach noir comme eux, qui leur vendait du rêve à pas cher.

Au Texas, on recrute des joueurs du Texas. Parce qu’on croit que le Texas est le plus gros réservoir de joueurs de la planète. C’est une exagération texane bien connue. Et Strong… Ne sait pas comment recruter au Texas, puisqu’il ne l’avait jamais fait avant…

Et puis, filer les clés du camion à un type qui est avant tout un maestro de la défense, dans une conférence qui vit et meurt par des scores de 45-44, pas vraiment un bon choix, si ?

Alors, merci pour tout, Charlie, et à bientôt pour de nouvelles aventures, à un endroit où tu te sentiras chez toi. Comme Florida State…

  • Juste pour vous amuser un peu, business-wise, voici la carte des jobs ‘publics’ les mieux payés aux US. Oui, si vous habitez dans la moitié des Etats, le job de ‘fonctionnaire’ le mieux payé est celui de Head Coach de la State University locale…

  • Don’t look now, but… Savez-vous que la Apple Cup, qui oppose traditionnellement U-Dub et Wazzu pourrait être un match pour le titre de la Pac12 North pour chacune des deux équipes ???

  • Félicitons au passage K Zane Gonzalez d’Arizona State pour ses 89 field goals en carrière. Mwouais, ça en dit beaucoup sur les qualités du garçon pour taper dans un ballon, mais aussi beaucoup sur l’inefficacité offensive des Sun Devils sur sa carrière, car pour en réussir 89, il faut au moins en taper 89, de field goals…

  • Stat of the week : Cincinnati a couru pour… 2 yards lors de sa brillante défaite contre U Conn…

  • Et, finalement, un bout de théorie du complot, là… Et si le match entre LSU et Florida qui n’a pu se tenir ce samedi pour cause d’ouragan Matthew ne se jouait jamais ? Et si Florida gagnait ses derniers matchs contre Mizzou, Arkansas, Georgia et South Carolina (ce qui est une vraie possibilité) ? Les Gators seraient à 6-1 en SEC. Soit 85,7% de victoires. L’autre équipe de la SEC East qui peut aujourd’hui prétendre aller disputer la finale, Tennessee, qui a battu Florida, doit encore affronter Alabama… Si les Vols perdent contre le Tide, qui reste favori dans ce match, les hommes de Butch Jones seraient au mieux à 6 victoires pour deux défaites. Soit 75%. Pourquoi ces pourcentages ? Parce que le titre de division se joue dans la SEC au pourcentage de victoires sur les 8 matchs de conférence du calendrier. Et que, donc, Florida aurait tous les droits d’aller disputer la finale contre Alabama ou Texas A&M au Georgia Dome d’Atlanta en décembre… Théorie du complot quand tu nous tiens… Ou pas.

 

VERCHAIN’S BILLBOARD

Notre patron de la rédaction n’aime pas le terme de ‘Power Rankings’. Mais alors pas du tout. Alors, pour cette partie que vous retrouverez toutes les semaines jusqu’à ce que la mort nous sépare, il fallait trouver un titre. Top 25, ça faisait redondant. ‘Pxxxx Rxxxxxxx’, c’était pas top… Alors, comme on donne dans la littérature… Voici donc les 25 équipes qui composeront le bulletin de vote de Verchain dans le TBP Top 25 de demain. Dans l’ordre, et avec un petit mot pas gentil pour chacune.

La base : c’est ce que Verchain pense de l’ordonnancement des équipes du college football. Et ça ne repose souvent que sur les idées préconçues de votre serviteur (et parfois le tour de poitrine des cheerleaders, aussi). On y va…

#1 Alabama Crimson Tide (1) : Nick Saban a eu une vie de folie quand il était assistant de Bill Bellichick à Cleveland… Wooooo…

#2 Ohio State Buckeyes (2) : Et on se demande encore pourquoi je n’accorde pas plus de respect à THE Ohio State University…

#3 Clemson Tigers (3) : Dabo, 60 minutes. Fame.

#4 Washington Huskies (5) : Call this sheer dominance. Period.

#5 Michigan Wolverines (6) : My GrandMa would have put 80 on that Rutgers team. Period. And Harbaugh is a damn liar, again…

Et puis, bon… bizarrement, ça ressemble à un concours où on se la mesure entre gentlemen…

Et puis, bon, Harbaugh qui mène de 4 scores et qui envoie une transformation à deux points, quoi… You will rue the day…

#6 Texas A&M Aggies (8) : A defensive play gave Texas A&M a win. I repeat : A defensive play gave Texas A&M a win…

#7 Louisville Cardinals (7) : Et tout à coup, Louisville vient de perdre toute chance de disputer le playoff cette saison. Bobby Petrino ne remercie pas Navy…

#8 Nebraska Cornhuskers (10) : Regardent les autres tomber…

#9 Ole Miss Rebels (13) : Chad Kelly. Hero. Le type essaie de se taper une pornstar moche avec des gros… sourcils, et se rue sur un terrain de high school pour protéger son petit frère. White trash at its finest. Si vous voulez voir ça, jetez un œil ici, la vidéo n’est pas digne de TBP, elle est plus pourrie qu’une sextape de Kim K-West.

#10 Wisconsin Badgers (14) : Ou comment une défaite la semaine passée peut te faire gagner 4 places cette semaine.

#11 Baylor Bears (17) : Regardent les autres tomber, aussi…

#12 Auburn Tigers (22) : Pour le match contre MissState, la vraie star de Last Chance U était venue voir ses anciens protégés. Brittany Wagner, qui est tranquillement en train de devenir la MILF of the Year, a donc pu retrouver John Franklin et Wyatt Roberts…

Mais bon, à Auburn, il fallait trouver autre chose pour marquer des points dans le Billboard de Verchain… And… Wait…

#13 West Virginia Mountaineers (15) : Et pourquoi pas ?

#14 Houston Cougars (4) : Tom Herman est donc officiellement disponible pour un entretien à LSU.

#15 Tennessee Volunteers (9) : Ou la fin d’une belle histoire où ce sont toujours les gars en orange et blanc qui gagnent à la fin…

#16 Florida State Seminoles (19) : Besoin de péter une dent à Brad Kaaya pour gagner un match. 7-0 FSU, série en cours. Ecoeuré.

Whatever, The U still proving it invented swagger…

#17 Miami Hurricanes (10) : Et si finalement c’était ça, les Hurricanes, cette saison ???

#18 Boise State Broncos (20) : Et tout à coup, les victoires contre Oregon State, qui vient d’enterrer les maigres espoirs de Cal en Pac12 ou presque et Wazzu qui vient d’enterrer les espoirs de Stanford tout court prennent une valeur dix fois plus importante qu’un écrabouillage en règle de New Mexico, avec un Rypien qui fait prendre feu à ses receveurs…

#19 Florida Gators (21) : Les Gators paraissent tellement meilleurs quand on ne les voit pas jouer…

#20 Navy Midshipmen (NR) : Ken Niumatololo, coach of the year. Les cours ont été annulés ce mardi à Navy, pour fêter la victoire contre Houston. À quand un porte-avion nommé USS Niumatololo ? Tremblez, terroristes !!

#21 Utah Utes (23) : Rien de bien fun, et alors ?

#22 Arizona State Sun Devils (NR) : Heureusement qu’il y avait les tribunes, tout de même, pour ce match moche contre UCLA, heureusement…

#23 Virginia Tech Hokies (NR) : Virginia Tech, where have you been ?

#24 North Carolina Tar Heels (18) : Bizarrement, pas de célébration amusante d’un kicker cette semaine.

#25 South Florida Bulls (25) : Those DEFINITELY belong.

Almost Made It : Wake Forest, Western Michigan, others…

Dropped Out : Colorado, Stanford.

THREE GAMES TO WATCH NEXT WEEK

Bon, encore une semaine où on devra se gratter la tête pour trouver trois matchs à ne pas manquer…

Verchain essaiera donc de voir :

North Carolina Tar Heels at Miami Hurricanes : Parce que bon, Miami n’est pas encore morte en ACC puisque sa défaite contre F****** S**** ne remet absolument pas en cause une possible victoire finale dans la Coastal. Et quelqu’un m’a dit de garder espoir (de garder la foi, en fait, mais le CFR est garanti sans religion).

Alabama Crimson Tide at Tennessee Volunteers : Tiens, la finale de la SEC tombe en octobre cette année ?

Ohio State Buckeyes at Wisconsin Badgers : Chacune des deux équipes peut perdre très très gros sur ce match. A moins que les hommes d’Urban n’aient pris une semaine de congés à l’occasion de la semaine d’Indiana, bien sur…

Also Worth A Look : West Virginia at Texas Tech : 98-96 score final – Stanford at Notre Dame, si vous avez envie de vous marrer un bon coup devant la déchéance des deux programmes – Ole Miss at Arkansas, parce que…

VERCHAIN’S CRUSH OF THE WEEK – NON FOOTBALL EDITION

La saison passée, vous avez eu droit à des demoiselles ou des dames qui évoluent dans le milieu des médias sportifs. Cette saison, c’est open bar. Mon follower préféré sur Twitter disait un truc comme ‘c’est pas parce que Verchain est marié et tout ça qu’il doit nous priver de cheerleaders…’ Bref, Verchain publiera ses crushes. Whatever…
Les Québécois sont formidables (non, ce n’est pas du cirage de pompes du maître de ces lieux). Elon Musk, l’homme qui a fait la Tesla, lance un programme de voyages sur Mars. Dans ce cadre, une équipe scientifique de l’université McGill s’est posé la question du sexe dans un tel voyage. Un site internet de porno lance même une souscription pour réaliser le premier boulard en apesanteur… La photo reprise dans l’article nous a forcément fait penser à… Kate Upton en apesanteur.

Once a 10. Always a 10.

Et toute l’admiration du monde de Verchain va à Justin Verlander, great pitcher, and happiest MuthaFucka on the damn planet…

 

NOT REALLY FOOTBALL STUFF… AND THEN WHAT  ??

Les trucs alakon autour du football. Pas forcément tous les trucs alakon. Certains trucs alakon.

We have had a slooooooow week. Non-football stuff is sparse this week. You shoul apologize for it to our beloved readers, Internet !

Here at TBP, we have an exclusive video of @VolsFrance headquarters, at the minute the Georgia game ended…

Pendant ce temps là, à Oregon, on a tellement honte des performances actuelles de l’équipe qu’on se déguise pour ne pas être remarqué…

Twitter est fantastique. Purdue Sports Turf a même un compte sur Twitter. Oui, les gars qui s’occupent de la pelouse des Boilermakers. Ces gars, qui, comme si ce qu’on voyait sur le terrain n’était pas suffisamment moche, ont apparemment merdouillé dans les grandes largeurs, avec un problème de pompe de chépakoi qui a généré un énoooooorme trou dans le terrain… La version non officielle voudrait que ce trou soit en fait la Cachette de la Honte dans laquelle pourront se réfugier coach Hazell et toute son équipe à la prochaine branlée que les joueurs de Purdue prendront en B1G…

Meet Haleigh Hughes, ancienne cheerleader des Golden Eagles de Southern Miss, girlfriend en titre de QB Nick Mullens de Southern Miss, donc… Quand je vous dis que c’est une petite semaine pour le barnum autour du football… On en vient à s’intéresser à des filles qui ont un lien avec un joueur de C-USA… Jesus !!!

Jim Harbaugh aurait envoyé une proposition de scholarship à un receveur… Nos sources à Michigan n’ont pas encore confirmé…

Nouveau programme scolaire dans le Tennessee depuis samedi dernier…

Eureka Pizza est passé à côté de la faillite ce weekend. Merci, Nick Saban.

Verchain is with you, Fat Penn State Kicker Joey Julius. Plus qu’émouvant post sur Facebook de ce garçon cette semaine.

Le titre de la vidéo m’a beaucoup amusé. A Notre Dame… « We can only get better »…

Et finalement, pour notre ami partisan des Mormons dans la Big XII…

OH I THINK THAT I FOUND MYSELF A CHEERLEADER…

They ARE the reason why we LOVE College Football. And they are in the College Football Report. Enjoy.

Cheerleader of the year Alert !!!

Your boy Verchain is DEFINITELY rooting for Washington this year.

End of Cheerleader of the Year Alert.






Voilà, les enfants, c’est tout pour aujourd’hui. Oui, je sais, ça fait court… C’est ce que ma femme me dit toujours… Bien, comme on dit là-bas en Amérique  :

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

Publicité
8 commentaires

8 Comments

  1. Balin

    10 octobre 2016 at 14h34

    Top 10 la classe de recrutement de Texas quand même. Avec beaucoup de prospects du Lone Star State.

    Merci encore pour l’article, comme d’hab’ ça vise juste.

    • Verchain

      10 octobre 2016 at 19h24

      Merci à toi. Top 10 chez Rivals et 247Sports pour la 2016, certes. La 2017, c’est encore loin, mais le classement est pour le moment pitoyable. La 2015 devait être entre 12 et 15. Mais sur la 2016, aucun 5*, tout de même, alors que par exemple Cal, Houston, Oklahoma, UCLA ont au moins 1 joueur 5*… Mais sur la quantité globale de 4* du Texas, tu n’as pas tort.

      Ce que je souhaitais mettre en lumière, c’est que Charlie semble avoir du mal à trouver la perle cachée dans le tas de joueurs moyens, le gars à 3* pour les ‘spécialistes’ (le recrutement, ça s’analyse à peu près aussi scientifiquement que le gars qui trouve de l’eau avec une baguette en bois…) qui en fait est un 5* une fois sur le terrain…

      And thanks for the kind words.

  2. Ben

    10 octobre 2016 at 14h39

    Oregon a quand même louper le coche sur ces dernières saisons. Ils avaient tout pour réussir et ils n’ont pas réussit à gagner un titre national. Pour moi ça reste la déception de ces dernières saisons. Leur fenêtre d’opportunité est passée et ça va prendre du temps pour les revoir en haut de l’affiche.

    Et sinon faut vraiment faire qqchose pour réduire la durée des matchs. Texas A&M-Tennessee qui dure presque 5h, c’est une torture…

    Et on parle de jouer le match Florida-LSU le 29. LSU est en bye week ce jour là et le Florida-Georgia du 29 se jouerait alors une semaine avant le 22 vu que UF et UGA sont tous deux en bye week à cette date là. Affaire à suivre…

  3. Verchain

    10 octobre 2016 at 19h29

    Ce n’était qu’une évocation de théorie du complot, bien sur… Mais je suis quasiment sur que l’AD de Florida fera tout pour que ça ne se joue pas. Et déplacer The World’s largest Cocktail Party n’est pas forcément très populaire… Affaire à suivre…

    Sur la durée des matchs, je plussoie. Même si les 2OT de TAMU-UT n’ont pas aidé, c’est vrai aussi. Rends toi compte, pour suivre la fin de ce match, j’ai renoncé à suivre le début de Miami-FSU, pour dormir un peu… J’ai donc raté le moment où Miami tournait correctement, et ne me suis finalement relevé que pour voir la période où FSU remontait et prenait les devants… J’ai donc eu l’impression que Miami avait joué comme des bouses. Alors que non, en fait, sur la 1° MT…

    • Ben

      12 octobre 2016 at 01h20

      Apparemment Florida veut absolument jouer le 19 novembre. Mais LSU ne lâchera JAMAIS un match à domicile pour ça. Aucune chance. Donc ce sera le 22 octobre ou rien et ça a l’air plutôt mal barré. Venant de Florida ça pue le complot…

      Même avec les 2 OT, UT-A&M c’était long. Entendre Verne Lundquist pendant 5h… J’ai lâché après ça, plus la force pour Miami-FSU que j’ai regardé tranquillement le lendemain après-midi.

  4. pep

    11 octobre 2016 at 09h59

    Trouver passionnant de lire les compte rendus d’audit interne du nouveau fonctionnement du système d’enquêtes et de sanctions mis en place par la NCAA en 2012-2013…hmmm…..Seriez-vous insomniaque Mr Verchain??

    • Verchain

      11 octobre 2016 at 16h11

      Bah écoute, pendant que The Official Wife Of Verchain (TOWOF) regarde Kim K à la télé, ça me détend.

      Et puis, oui, des fois, ça me passionne plus que de voir des FBS jouer contre Howard ou James Madison ou Jacquie & Michel… Non, pardon, William & Mary…

  5. louvressac

    12 octobre 2016 at 22h07

    quickies (lecteur édition)
    tu parles de l’apple cup,et bon c’est probablement mon coté autiste qui reprend le dessus,mais… hier soir la TV publique de mon beau pays,patrie du surréalisme diffusait le début de la 5ene saison de « person of interest » ou dans le premier épisode on voit clairement la 1ere page du dossier de la CIA de monsieur Reese (Jim Cazievel) qui indique clairement qu’il a fait ses études a washington state…c’est peut-être un détail pour vous,mais pour moi ca veut dire beaucoup….dans l’apple cup aussi the cougars rules…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

College Football Report

College Football Report – Semaine 7

Retour sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football avec le ton décalé de Verchain.

Publié

le

Par

The College Football Report By Verchain Presented By The Blue Pennant is brought to you by the Jackson State University Prancing J-Settes.

 

Bon… On avait eu Upset Week. Puis Damn Upset Week. Welcome, UUUUUUUUPPPPPPSSSSSSSSEEEEEETTTTTT WEEEEEEEEEEEEK !

 

Ainsi parlait Verchain

Verchain pense. Alors Verchain écrit. C’est son côté Rain Man. Feel free to insult me in the comments section.

What the Hell ? EVERYBODY IS BAD, this side of Tuscaloosa.

 

La B1G compte une équipe invaincue, que tout le monde envisage, en toute logique, et malgré les agissement de son head coach, comme future championne de conférence, Ohio State.

 

Ah, oui, la division Ouest (Leaders ou Legends, je ne sais plus…) compte l’une des seules équipes sans victoire cette saison, Nebraska. Qui se trouve en bonne compagnie dans ce Toilet Club, avec UTEP et San Jose State…

This Week In San Jose State :

L’ACC compte encore deux équipes invaincues, Clemson et NC State, mais n’en comptera plus qu’une la semaine prochaine.

La Pac12 n’a plus d’équipe invaincue depuis que USC a réaffirmé son droit de cuissage sur le titre de la division Sud.

La SEC n’a plus qu’Alabama comme équipe invaincue, et la route du titre passera par Baton Rouge, Louisiane.

HLAFTIME… Florida at Vandy broke ESPN…

Alors, oui, semaine après semaine, j’ai de plus en plus l’impression que, this side of Tuscaloosa, tout le monde est prenable (Dani, si tu nous regardes…).

Et c’est sans parler de la Big XII… D’ailleurs, si quelqu’un a des nouvelles d’Oklahoma State ou de TCU…

La Big XII n’a plus d’équipe invaincue depuis que le football de West Virginia est allé mourir à Ames.

Je vous rebats souvent les oreilles avec mes catchphrases réutilisées jusqu’à plus soif (et j’ai de la contenance…). Je le sais. Mais j’en abuse tout de même. Parmi celles-ci : « Ames, là où le football se rend pour mourir ».

N’en ai-je pas parlé la semaine dernière, en évoquant la visite à venir de West Virginia dans ce bled du comté de Story, peuplé de 66 000 habitants… Ce qui à l’échelle des Etats-Unis en fait l’équivalent de… Rixheim (Bas Rhin), Tarascon (Bouches du Rhône), Fourmies (Nord) ou Mende (Lozère). Pour connaître Fourmies et Rixheim, c’est pas la joie, quoi…

Donc, quoi de plus naturel que de penser que Ames est un lieu idéal pour voir le football y mourir ?

Eh oui, les Cyclones d’Iowa State ont encore frappé, encore fait s’envoler une équipe du Top 10.

Déjà, en 2011, les Cowboys d’Oklahoma State, invaincus et à deux matchs de disputer le championnat BCS, s’écrasent à Ames, conférant à l’endroit une forme de réputation de maison hantée. Comme un truc délirant à la Ghost Adventures…

 

Bon, en fait, comme dans un peu toutes les vidéos de chasseurs de fantômes ou de paranormal en tout genre (la bise à Marina de RIP), il ne s’est rien passé… Au moins durant cinq ans… Allez savoir pourquoi cette réputation… Ames, je vous dit, rien que le bled vous colle des frissons… Voilà d’où ça doit venir…

 

En fait, onze défaites de suite se sont enchaînées contre des équipes classées, à Ames…

Et puis…

Et puis l’an dernier, Texas Christian, classée numéro 4, est venue perdre son football et ses illusions à Ames…

Et puis cette saison, Western Virginia, classée numéro 6, est venue perdre son attaque, la pire démonstration offensive en trente ans de carrière pour Dana Holgorsen selon les propres mots du coach des Mountaineers…

Le mythe se poursuit… La catchphrase de VAM (Votre Ami Verchain) n’est pas prête à quitter le College Football Report…

#NotImpressed

Non mais… The human highlight reel. Sérieusement. Deuxième mise au jeu ce samedi ?

 

Give the Damn Heisman Thing to that guy Tua right now.

Oui, dans ces colonnes, on ne perd pas de temps à écorcher le nom de Tagovailoa, parce qu’on maîtrise moins l’hawaiien que l’hawaiienne. On se contente de parler de Tua. Parce que c’est un concept en soi, ce type.

Les plus anciens d’entre nous qui m’ont accompagné depuis un petit blog amateur jusqu’aux spotlights de TBP savent à quel point j’avais l’habitude de me lamenter sur les attaques de la SEC. Fini, ce temps là. La plus belle pyrotechnie offensive de la galaxie est à Tuscaloosa, Alabama, aux mains d’un maître artificier nommé Tua Tagavo… Tua Taguva… Tua Tahola… Tua, for crying out loud !

Jetez juste un œil sur sa ligne de stats…

 

Pas suffisamment impressionné par quelques chiffres ? Alors, voici une petite comparaison qui ne prend pas en compte le match contre Mizzou de ce samedi, qui a fait un tout petit peu baisser le taux de complétion, mais n’a toujours pas ajouté une interception au bilan de Tua.

 

Meilleur que Baker Mayfield… Sur les 6 meilleurs matchs de sa saison. Pour Tua, ce n’étaient que les 6 premiers matchs de la saison. Pour tous ses prédécesseurs, il s’agit dans ce tableau des 6 meilleurs matchs en terme de QB rating de la saison… Il reste 6 matchs à Tua pour creuser encore l’écart… Ou perdre son football en route, certes… Mais n’oubliez pas que Tua… n’a toujours pas tenté une passe dans un quatrième quart-temps. Jamais cette saison. Pas besoin. Il vous aura démonté avant. Il pourra se reposer au coin du feu en sirotant un cognac. Et il vous salue bien… Ah, vous avez remarqué son QB Rating ? Le record de Baker Mayfield est à 198,9… Et au bout de six matchs, la saison du record, Baker était à 201. Oui, 57 points en dessous de ce que fait Tua en ce moment…

Le pire là-dedans, en fait, c’est que pour pouvoir battre le record, Tua va devoir… Passer le ballon plus souvent. Ben oui, mine de rien, pour se qualifier, il faut lancer le ballon plus de 15 fois par match en moyenne. Tua, du fait de son faible temps de jeu contre Mizzou, en est à 14.6 par match au moment d’écrire ces lignes… Et avec Nick Saban pour qui seul compte le titre final, on ne peut même pas être certain que Tua lancera le ballon entre 16 et 18 fois le ballon dans les matchs à venir…

Mais qui peut ne pas y croire ? Le génie de Nick Saban aura une nouvelle fois été de prévoir le coup, en conservant dans sa manche un joker qui est tout de même au niveau pour disputer une finale en la personne de Jalen Hurts… Alors, même si Tua venait à se perdre, ou à se blesser plus gravement que ce qu’il n’est à l’heure actuelle (parce qu’il joue avec un genou un peu tordu), Alabama continuerait sans doute son parcours parfait… Alors, sous la pression de ses collaborateurs, du DA, de la presse (Nick Saban subissant la pression de la presse, j’y crois autant qu’en mes chances de gagner un marathon…), Nicky autoriserait Tua à balancer le ballon à son incroyable armée de receveurs disons… contre Citadel… Bref…

Derrière Tua ? Un grand désert, et on retrouve des types comme Kyler Murray ou Will Greer qui font plaisir à voir jouer, certes, mais n’électrifient pas le spectateur hors des contrées où ils exercent leur talent… Dwayne Haskins ? Hormis le fait qu’il est l’un des rares QB sous Urban Meyer à ne pas courir, child please…

Crown Tua. Like, right now.

Franchement, avec l’attaque des Rainbow Warriors d’Hawaii et quelques cheerleaders en jupettes, Tua est la meilleure chose du college football cette saison, l’une des seules à être réellement fascinantes, this side of Dani McG.

Si ça continue à être aussi déprimant partout autour, il va falloir que j’arrête le football pour me mettre au vélo…

 

Quickies*

*parce qu’un petit coup vite fait, c’est bon pour la santé

  • This Week In Rutgers : Je vous avais promis un Toilet Bowl. On en a eu un beau. Avec la pire attaque de l’histoire du football sur le terrain.

 

Yup. Rutgers QBs threw more passes to guys in a Maryland uniform as they did to their own damn receivers…

  • Auburn dégringole semaine après semaine. Pourtant, Gus Malzahn ne sera pas viré. Parce que le département des sports à Birmingham n’a pas le pognon pour payer le buyout du coach qui a resigné suite à la belle saison dernière… un contrat complètement garanti. Coût d’un licenciement ? 37 millions de billets verts… Mais comme l’Amérique est le pays des possibles…

 

Et au cas où, pour votre culture personnelle, voici la liste des plus gros buyouts à payer en cas de licenciement cette saison. Oui, virer Jimbo serait plus cher que de virer Saban…

 

  • This Week In True Justice : du temps de la bonne vieille affaire Reggie Bush, la NCAA avait, dans le cadre des sanctions prises contre USC, décidé d’appliquer une ‘show cause penalty’ contre Todd McNair, alors coach des coureurs du royaume de Troie. McNair n’a jamais retrouvé de poste depuis 10 ans. Une ‘show cause’ implique que toute fac qui voudrait engager le coach ainsi suspendu devrait soumettre à la NCAA une demande formelle justifiant pourquoi elle souhaite engager le coach. C’est une suspension de fait. Un peu comme ce que Art Briles a reçu comme sanction dans le cadre du scandale sexuel Baylor-style dont nous avons reparlé la semaine passée. Un juge d’un tribunal de Los Angeles vient de rendre une décision sur le fait que cette sanction (celle de McNair, pas celle de Briles) violait les droits constitutionnels du coach, et qu’une telle sanction était désormais illégale en Californie. California against the US, le retour…

  • This Week In True Bullshitting Stuff : Alors comme ça, il paraît, selon des révélations de Yahoo Sports, que, dans la Pac12, les contrôles vidéo des décisions arbitrales sont confiées à un type qui n’a rien à voir avec le monde de l’arbitrage du football. Un type qui est vice-président de chépakoi, genre l’administration ou les finances ? Genre, la Pac12, en mode ‘don’t give a shit’ sur le sujet pourtant épineux de la sécurité de joueurs qui sont, rappelons-le, officiellement amateurs… Il a donc fallu que Larry Scott, le patron de la Pac12, le mieux payé de sa profession à près de 5 millions de dollars par an, évoque le sujet en catastrophe cette semaine au cours des media days du basket… Le basket… Un sport visé par une investigation fédérale qui aboutira prochainement à un procès à New York…

  • Bon, puisque j’ai décerné mon Heisman Trophy, il faut que je nomme mon Special Teams Player of the Year.

  • Avec la défaite attendue à Brigham Young, je ne pouvais pas encore classer Hawaii cette semaine dans le Billboard que vous trouverez juste ci-dessous. Mais, franchement, cette équipe est fabuleuse. La semaine dernière, pour laisser Wyoming dans le doute quant à la blessure, pourtant bien réelle, de QB Cole McDonald, les Rainbow Warriors ont mis sur le terrain pendant l’échauffement un type qui portait le maillot du gars qui réécrit les livres d’histoire de Colt Brennan à Hawaii. Même Urban Meyer n’avait pas pensé à ça…

Verchain’s Billboard

Le Verchain’s Selection Comittee, présidé et administré par Verchain, qui synthétise après de longs débats dans un garage luxueux du Nord de la France les réflexions d’un comité composé de Verchain et Verchain, vous offre son classement des 25 premières équipes du college football, sans vous donner d’explications pourries, mais avec du Verchain Style inside.

#1 Alabama Crimson Tide (SEC)

Et soudain, 100 000 personnes dans un stade se sont mis à prier en direction d’une… tente…

Et soudain… Lève toi et marche !!

Bon, allez, assez parlé de Tua pour aujourd’hui… It’s time to nominate Lexie Kimler for the Verchain’s Cheer of the Year Award.

 

#2 Clemson Tigers (ACC)

Qui dit semaine sans football dit… Aviron féminin !!

Pour vous remettre du traumatisme, Amanda is back.

#3 Ohio State Buckeyes (BigTen)

Minnesota aura bien essayé de contrer la puissance physique des Beurkeyes en envoyant Daniel Falele, 400 livres, plus de 2 mètres. Ça aurait pu le faire, ça a tenu pendant un temps… Mais bon, next…

#4 Notre Dame Fighting Irish (TBP)

Et grâce à la tentative de fake punt la plus moisie de l’univers, Touchdown Jesus and Friends se retrouve en position de disputer le playoff…

#5 Florida Gators (SEC)

Dan Mullen… La classe…

Bench clearing !!

#6 UCF Knights (AAC)

Le post Instagram avec le plus de likes du mois d’octobre sur l’instagram officiel de UCF ? Putain de merde, j’ai peur pour l’Amérique…

#7 Oregon Ducks (Pac12)

Avec une pensée pour Dani. Mais bon, tant pis, on ne célèbre que les vainqueurs ici…

#8 LSU Tigers (SEC)

Oui, Ed, cette douleur que tu sens, elle est due à Nick Saban, qui vient de prendre par la seule force de sa pensée le contrôle de tes intestins…

#9 Georgia Bulldogs (SEC)

Cette semaine dans le petit dictionnaire du football selon Verchain : « Overreacting »

#10 Texas Longhorns (Big XII)

C’est pas gentil de se moquer de Jamel…

#11 South Florida Bulls (AAC)

Des cheerleaders, en vert. Toute ressemblance avec une troupe bien connue du College Footbal Report serait purement fortuite.

#12 Oklahoma Sooners (Big XII)

Hé, on n’avait pas encore eu de vidéo en 360 qui font vomir, cette saison, dans le College Football Report ? Fixed.

#13 Michigan Wolverines (Big Ten)

Classless. Unsurprising.

#14 Texas A&M Aggies (SEC)

Donc… Jimbo emporte le John Bonham Trophy, remis au vainqueur du match entre Aggies et Gamecocks. Apparemment, personne ne savait, dans les deux équipes, que ce truc existait…

Verchain, lui, pensait à un autre trophée…

#15 North Carolina State Wolf Pack (ACC)

Qui dit semaine sans football dit… Soccer féminin !

#16 Washington Huskies (Pac12)

Voilà qui aura été… Comment dire… Un doux rêve, quelque chose comme ça :

#17 West Virginia Mountaineers (Big XII)

#18 Michigan State Spartans (Big Ten)

Pour nos amis analphabètes :

#19 Penn State Nittany Lions (Big Ten)

#FranklonFace. Trendy ?

#20 Iowa Hawkeyes (Big Ten)

Iowa is not far away from being interesting. Key words : « not far away ».

#21 Stanford Cardinal (Pac12)

Qui dit semaine sans football dit… Basket féminin !

#22 Kentucky Wildcats (SEC)

Qui dit semaine sans football dit… Volley féminin !

#23 Colorado Buffaloes (Pac12)

A peu près le moment le plus intéressant de la fin de nuit…

#24 Virginia Cavaliers (ACC)

Félicitations pour avoir fait ressembler Miami à Florida State.

 

Verchain nomine donc Kelly North au titre de Verchain’s Cheerleader of The Year.

#25 Appalachian State Mountaineers (Sun Belt)

And why not ?

Verchain nominates Rainey Dellinger for the Verchain’s Cheer Of The Year Award.

Under consideration : Hawaii, Arizona State, Duke, UAB, Virginia Tech, Cincinnati, Utah State, And almost 99 other teams in a DAMN BAD landscape…

Three games to watch next week

Two and a half, rather… Et, pour dire… GameDay créée l’évènement, et pour une fois pas avec une émission ridicule au centre de New York où on ne joue pas au football… Destination ??? WAZZZZUUUU !!!

Michigan Wolverines at Michigan State Spartans : UPSET ALERT. Please, Sparty… Michigan de retour dans le Top 10, ça veut dire qu’on va encore se cogner la tronche d’Harbaugh sur tous les écrans. Fessez-le. Qu’il retourne dans les oubliettes où il était. Puh-lease.

North Carolina State Wolf Pack at Clemson Tigers : UPSET ALERT. Clemson a l’une des cheerleaders de l’année, quasiment assurée d’une place dans le top 4. NC State ? Not so much. Et pourtant. Après un presque Clemsoning contre Syracuse, et compte tenu de l’état général du football universitaire this side of Tuscaloosa, tout est possible, non ?

Mississippi State Bulldogs at Lousiana State Tigers : UPSET ALERT. Les Bulldogs ont perdu de 7 points contre Florida. Les Tigers de 8 points contre ces mêmes Gators. Hé, UPSET FRAKKKIN’ ALERT !

Also worth a look :

Hé, vous avez remarqué ? Week 7 a totalement démoli tous les gros matchs à venir de Week 8… Heureusement que je n’envoie pas cet item le vendredi soir, mon choix aurait été totalement plus ridicule que d’habitude…

Alors, les Woulda Coulda Shoulda Games :
Colorado at Washington. UPSET ALERT
Oklahoma at TCU. UPSET ALERT
Auburn at Ole Mississippi. UPSET ALERT

Not really football stuff… and then what ??

Les trucs alakon autour du football. Pas forcément tous les trucs alakon. Certains trucs alakon.

La carte tactique mise à jour

Your weekly Scooter Magruder Update.

Oui, à part ça, rien trouvé de bien marrant cette semaine dans le monde merveilleux du college football…

Verchain’s Crush of The Week – Non-Football Edition

Ahhhh, cette semaine était – enfin – diffusé le début de la cinquième saison de The 100. Oui, je sais, Verchain regarde vraiment n’importe quoi. Alors que tous ceux qui savent attendent sûrement que Verchain se vautre dans son habituelle facilité en poussant la candidature de Marie Avgeropoulos. Alors certes, la donzelle est mignonne. Mais elle n’a pas le fameux X Factor si cher à Verchain. Alors, le crush de la semaine de Verchain sera Lindsey Morgan, qui incarne Raven Reyes, avec la plus jolie boîterie de l’histoire des séries télé…

Et, oui, la vraie raison du crush, c’est… UN UNIFORME DE CHEERLEADER !!!

Make our cheerleaders great again !

They ARE the reason why we LOVE College Football. And they are in the College Football Report. Enjoy.

Cette semaine, on plonge dans les profondeurs des Group of Five. Eastern Carolina, bitches ! Et oui, ils feraient mieux de virer Scotty Montgomery. Qui est un clown.

Votre ami Verchain nomine donc pour le titre de Verchain’s Cheer of the Year la charmante Payton Procopio. Just because.

C’est tout pour aujourd’hui. Alors…

Lire la suite

College Football Report

College Football Report – Semaine 6

Retour sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football avec le ton décalé de Verchain.

Publié

le

Par

The College Football Report By Verchain Presented By The Blue Pennant is brought to you by the Jackson State University Prancing J-Settes.

 

Hey, il y en a qui pensaient que Upset Week était déjà passée ??? Bam, ce samedi, on en a eu une belle. On peut arrêter la saison régulière tout de suite, il n’y a plus que 4 équipes à pouvoir prétendre au playoff. Et Notre Dame. Ahem… Upset Week, que je vous dis…

Bon, un peu de CosmoDance pour s’échauffer, en hommage à l’un de nos fans ultimes, qui doit pleurer les Saints des Derniers Jours après une fessée administrée par Utah State…

 

Ainsi parlait Verchain

Verchain pense. Alors Verchain écrit. C’est son côté Rain Man. Feel free to insult me in the comments section.

Bon, on a eu notre Upset Week. La première, ou la deuxième. Allez savoir.

En tout cas, on a eu un match fascinant, entre Mizzou et South Carolina. With a lot of wet cheerleaders. Sounds like good ol’ porn, I know…

Mais il est plus que temps de se demander si la saison n’est pas déjà finie.

Oublions un instant le fait qu’il nous reste deux mois avant la fin de saison régulière. On peut quasiment, dès aujourd’hui, prévoir à 90% la tronche qu’aura le playoff.

Examinons pour cela la situation dans les conférences Power Five.

La Pac12 est out. Une nouvelle fois. Stanford, l’une des équipes les mieux classées avant la saison (et le CFPSC prend en compte, croyez le ou pas, la situation présupposée avant la saison), vient d’encaisser sa deuxième défaite de rang, après avoir bouté Oregon hors du Playoff.

Washington a pris un sacré coup dans les dents avec la défaite d’Auburn à Mississippi State. La défaite des Huskies chez les Tigers en ouverture de la saison avait une certaine respectabilité tant que les hommes de Gus Malzahn sortaient une saison respectable. Avec deux défaites de rang, Auburn ne fait plus peur à personne hormis ses propres fans. Exit Washington.

Forever in our hearts

Dans la division Sud, Colorado est la seule équipe invaincue à ce jour, et les Buffaloes doivent encore jouer leurs plus gros matchs (USC, Washington, dans les deux semaines qui viennent), et je peine à les imaginer sortir de là invaincus…

La Big XII pourrait bien être out aussi. Texas s’est bien rendu service en battant Oklahoma, pour prendre la tête de la conférence avec West Virginia. Un rematch Texas – OU est largement possible en finale de la Big XII. Mais… Si jamais Texas emportait le titre, pensez-vous sérieusement qu’on puisse envoyer au playoff une équipe qui perd contre Maryland ? West Virginia finira bien par perdre un match qu’elle n’aurait pas du perdre. Et si Texas s’effondre et que c’est Oklahoma qui finit championne de la Big XII ? Difficile d’envoyer au playoff une équipe qui a perdu contre Texas… Et puis, dans le fond, la Big XII nous a tellement habitué aux résultats WTF au mois de novembre, lorsque le calendrier est prévu par les autorités compétentes pour caler les plus gros matchs.

La SEC en sera. Comme tous les ans. Et peut-être même deux fois.

Qui peut battre Alabama aujourd’hui ? Il n’y a guère que le match à Baton Rouge qui peut laisser à penser que, peut-être, si l’ensemble des joueurs du Tide est victime d’une turista foudroyante et que LSU réussit le match du siècle… Think again. Mizzou, Tennessee, Mississippi State et Auburn ont tout l’air de victimes expiatoires…

De l’autre côté du Mississippi, Florida revit. Certes. Mais on parle tout de même de l’équipe qui a perdu contre Kentucky pour la première fois depuis une éternité. Et je rappelle que le premier talent de Dan Mullen est de faire surperformer des équipes moyennes. Alors, mettre beaucoup d’espoirs dans le World’s Largest Cocktail Party qui aura lieu dans deux semaines à Athens… Mwouais… Georgia doit encore affronter un autre concurrent direct, Kentucky… Mwouais… Les Bulldogs ont tout pour pointer la truffe invaincus en finale, contre une Alabama invaincue aussi.

Et le finaliste de la SEC avec une seule défaite serait, il me semble, très difficilement laissé de côté par le CFPSC.

Si Clemson remporte l’ACC, l’ACC en sera. Certes, il y a eu ce match à Texas A&M. Certes, il y a eu le presque Clemsoning contre Syracuse. Mais si Clemson bat NC State dans deux semaines, rien ne pourra empêcher les Tigers de finir la saison invaincus, et d’aller gagner en finale contre l’équipe la moins mauvaise de la division Coastal (Miami, Virginia Tech, Virginia…).

Si Ohio State remporte la B1G, ditto. La Big Ten est très médiocre cette saison, et Ohio State semble bien ne pas avoir de concurrence. Elle sera favorite d’au moins quinze points contre ses adversaires restants, surtout après sa victoire de la semaine passée contre Penn State, sa concurrente la plus sérieuse. Qui imagine OSU perdre contre Minnesota, Purdue, Nebraska, Michigan State, Maryland ou Michigan ? Child, please…

Au fond, le seul suspense qu’on entrevoit comme le rayon de soleil perçant les nuages, c’est… Touchdown Jesus…

Notre Dame a tout pour en être. Oui, même avec Jim Kelly sur le banc. Les Golden Domers ont montré une attaque dont je ne les croyais pas capables cette semaine pour passer outre le hangover post-Stanford. Et ils n’attendent qu’une chose : que Clemson ou Ohio State perde un match.

Parce que le reste du calendrier des Irish n’a pas de quoi faire peur à une jeune fille légèrement dénudée dans un film qui fait peur… Le combo Stanford – Virginia Tech était sans doute la partie la plus effrayante du calendrier des Irish, qui seront ultra-favoris contre Pittsburgh, Navy, Northwestern, Florida State et Syracuse. Seul le match face à USC en fin de saison semble présenter à date un risque de défaite. Et ce sans préjuger de l’état d’USC en fin de saison…

Nouvelle série limitée The Blue Pennant (disponible dans tous les bons magasins)

Une défaite de Georgia pourrait aussi permettre à ND de se glisser subrepticement, comme… oh forget it, de se glisser dans le dernier carré. Parce que, quoi qu’il arrive, Notre Dame avec une fiche sans tâche est toujours considérée comme une candidate. Elle l’était au temps du BCS, elle le demeure au temps du CFP.

À l’heure d’écrire ces lignes, il reste cinq équipes en lice pour le playoff.

Et souvenez-vous, all predictions wrong or your money back…

#NotImpressed

Même notre Bill Gates (aka Morgan, aka the Godfather) le dit : Texas is back !

Hey, ça tient à pas grand chose, tout de même, non ? Gagner LE match de l’année, la Red River Rivalry.

La plus grosse victoire des Longhorns depuis le titre de la Big XII en 2009. La plus belle victoire de Tom Herman depuis son arrivée à Austin en début de saison dernière. Ah, on l’attendait, cet homme qui avait transformé Houston en candidat potentiel à un bowl du New Year’s Six (faut pas rêver, les gens, le Playoff est interdit aux équipes ne faisant pas partie de la PowerFiveMafia). Le type, qui, au moins, avait ramené Houston au niveau où se trouvaient les Cougars avant que Kevin Sumlin ne commence à recruter les joueurs en hélicoptère du côté de College Station.

Alors ? Grosse victoire, certes. Domination totale ? Think again.

On a vu un match amusant, comme souvent dans la Big XII, avec la défense optionnelle, il suffit de regarder le score.

Alors, Texas is back ?

Hmmm…. Disons que Texas a trouvé quelque chose qui rapproche un peu de ce qu’on considère aujourd’hui comme les vraies belles équipes. Des équipes avec des types qui ressemblent de plus en plus, en termes de mensurations, à des joueurs professionnels. Comme à Alabama, comme à Ohio State, comme à Clemson, comme à Georgia, comme à … Oklahoma…

Herman insuffle donc depuis son arrivée (et bénéficie encore, on l’a un peu oublié, des efforts entrepris par coach Charlie Strong en son temps) une forme de ‘professionnalisme’ dans l’approche globale. Avec des receveurs qu’on a vu toute l’après-midi, Lil’Jordan Humphrey et Collin Johnson, deux cibles immenses avec une vraie vitesse et une vraie rapidité de démarrage.

Mais Texas n’est pas encore de retour. Pas au sens où je l’entends. Je parle de Texas d’il y a douze ans, onze ans, dix ans… Du temps où les Longhorns étaient un peu (emphasis on ‘un peu’) comme ce qu’est Alabama aujourd’hui, une vraie powerhouse, qui est au rendez-vous chaque année.

Texas n’en est pas encore là. Et le background de Tom Herman ne plaide pas réellement en sa faveur. A Houston, le coach a battu 6 équipes classées, dont Oklahoma, déjà), mais a tout de même été capable de perdre, au moment où les attentes étaient au plus haut, contre Navy, ou SMU ou même UConn… UConn for crying out loud !!!

Vous n’avez pas l’impression que Texas, c’est un peu la même ? Remontons juste cinq semaines en arrière : Maryland. Défaite en ouverture de saison. Remontons juste quatre semaines en arrière : victoire contre Tulsa par sept points d’avance…

J’ai la foutue impression que Texas joue au niveau de l’équipe qu’elle affronte. Je m’étais déjà dit cela au lendemain de la victoire des Horns contre USC. USC est une belle petite équipe. Elle ne fait pas partie de l’élite, certes, mais elle gagnera sans doute 8 ou 9 matchs cette saison, et elle ira peut-être même en finale de conférence. Mais la Pac12 ne sera sans doute pas représentée au Playoff.

Avant de pouvoir considérer que Texas is Back, attendons encore quelques semaines. Parce que Texas serait favorite en l’état actuel des choses dans tous les matchs qu’il lui reste à disputer sauf peut-être contre West Virginia, pour que les hommes de Dana Holgorsen ne nous fassent pas, comme d’habitude, un faux pas inattendu (genre à Iowa State dès samedi, et on n’est pas passé si loin ce samedi face à Kansas). Et c’est dans les matchs pour lesquels une équipe est favorite, voire largement favorite, qu’on juge si cette équipe est au niveau.

Alabama ne perd pas quand elle est favorite de plus de 10 points.

Ohio State ne perd pas quand elle est favorite de plus de 10 points.

Clemson ne perd pas quand elle est favorite de plus de 10 points.

On a appris ce weekend que les Sooners d’Oklahoma n’étaient pas de ce bois là.

Seul l’avenir nous dira de quel bois Texas est faite. Pour le moment, ça ressemblent encore foutrement à n’importe quelle cochonnerie en bois aggloméré qui vous sert à entreposer des trucs… ça fait le job un moment, et puis ça vrille par le milieu, et on se dit qu’il faut encore tout changer…

Quickies*

*parce qu’un petit coup vite fait, c’est bon pour la santé

  • This Week in True Justice : comme l’a déjà résumé The Blue Pennant sous la plume de Nolan Dumont, Baylor a reçu son petit courrier de la NCAA pour informer la fac de Waco des accusations portées contre le programme, avec le fameux ‘Lack of Institutional Control’. Ce qu’on a tendance à oublier, c’est qu’au-delà de l’aspect sportif qui nous intéresse au premier titre (sinon, on ne serait pas ici, on lirait un site d’information généraliste), Baylor a tout de même couvert des cas d’agressions sexuelles en dehors des agissements répréhensibles de certains de ses joueurs de football. L’occasion de faire un vrai exemple est réelle. Et de dénoncer une fois de plus la tartufferie de la majorité des institutions religieuses… Baylor, l’emblème des évangélistes baptistes, avec un règlement qui frôle celui d’un couvent ou d’un monastère, mérite la crucifixion…

  • This Week In Lane Kiffin :

 

  • Favorite Fatty of the Year : Freddie Booth Loyd, 330 livres d’amour et de football. Deuxième TD de la saison pour le Fatty de Temple.

  • Best Player You’ve Never Heard About : et candidat au poste de receveur titulaire dans la Verchain’s All Funny Names Team : Laviska Shenault. Breakout game contre Arizona State pour le joueur des Buffaloes : 2TD à la course et deux réceptions pour TD.

  • For our non traditional audience : New Mexico a manqué son vol à Vegas… Et les Lobos n’ont rien trouvé de mieux que ça…

  • Castors fact of the week : Oregon State n’arrête pas le progrès. A grand renfort de pénalités, les Castors ont réussi à avoir une 3rd and… 54… Yup…

Verchain’s Billboard

Le Verchain’s Selection Comittee, présidé et administré par Verchain, qui synthétise après de longs débats dans un garage luxueux du Nord de la France les réflexions d’un comité composé de Verchain et Verchain, vous offre son classement des 25 premières équipes du college football, sans vous donner d’explications pourries, mais avec du Verchain Style inside.

J’ai hésité. Longuement. Très longuement. Oui. Non. Quinze. Seize. Bordel de sa maman, comment vais-je faire pour en arriver à 25 équipes classées ?

#1 Alabama Crimson Tide (SEC)

Maybe next week…

‘Cuz Lil’ Nicky just… Had a Lil’ Nicky moment for the ages…

#2 Georgia Bulldogs (SEC)

Whatever, passionnant, non, en ce moment, du côté de Georgia. Le seul truc funky, le papa de D’André Swift, qui est donc responsable pour ce prénom ridicule.

#3 Clemson Tigers (ACC)

Le stade de Wake, quelques minutes avant le coup d’envoi…

#4 Ohio State Buckeyes (BigTen)

Oh, Urban qui cherche à se souvenir de ce que contenaient les textos de son téléphone malencontreusement effacés par un type du département informatique ? Ah, non, juste un petit mal de tête, selon les autorités…

#5 Notre Dame Fighting Irish (TBP)

For whom the bell tolls ?

#6 Washington Huskies (Pac12)

Yeah, exactly where you’re heading on New Year’s Day…

#7 West Virginia Mountaineers (Big XII)

On oubliera le match difficile de Will Greer, qui, de toute façon, est déjà marié…

#8 Miami Hurricanes (ACC)

Good ol’ bench clearing…

Héhéhé…

#9 Florida Gators (SEC)

Bon, on ne pouvait plus se priver de classer Florida…

Mais, bon, il y a toujours des problèmes d’exécution…

Busted a retrouvé LA fan des Gators qui leur a presque valu un classement dans le Billboard la semaine dernière…

KA-BOOM !!

 

#10 UCF Knights (AAC)

On est quand même sur un site de football, alors on va montrer un peu de football…

 

#11 Texas Longhorns (Big XII)

Soooooo… Texas is back. Or not.

Cameron Dicker, with a hell of a name for himself, invented swagger.

#12 South Florida Bulls (AAC)

Quand on a rien à dire sur une équipe qui progresse au classement simplement en ne perdant pas, semaine après semaine après semaine, sauf cette semaine où le presque-upset de Umass fait quand même se dire que les Bulls devraient être classés derrière les Knights, on improvise un truc, généralement à base de cheerleaders.

Là, l’impro va plus loin, puisqu’il s’agit d’une cheerbabe de high school. Que Verchain vient officiellement d’embaucher comme bodyguard. En attendant…

#13 Oklahoma Sooners (Big XII)

No comment…

#14 Oregon Ducks (Pac12)

Bye week. Whatever, we have volleyball for you.

 

#15 Penn State Nittany Lions (BigTen)

Au moins, les Lions gardent un peu d’humour…

#16 Wisconsin Badgers (BigTen)

Paul Chryst abandonne toute charité chrétienne sur ce coup, à Nebraska. « F*ck you, motherf*ckers ». La classe à la Booba.

#17 LSU Tigers (SEC)

Take That, LSU.

#18 Texas A&M Aggies (SEC)

Growing as time goes…

#19 Colorado Buffaloes (Pac12)

Getting hit by a bus should be something like that…

Or…

#20 Meechigan Wolverines (BigTen)

We needed an answer.

#21 North Carolina State Wolf Pack (ACC)

Texas is BACK. I’m a NC State cheerleader and I approve this message.

#22 Auburn Tigers (SEC)

Texas State Fair Stylez.

Oui, un peu ce qu’un paquet de fans des Tigers envisagent de faire à Gus Malzahn s’ils croisent sa route…

#23 Stanford Cardinal (Pac12)

Ridicule.

Sur le terrain ? La même…

#24 Kentucky Wildcats (SEC)

Time to jump off of the Cats’ bus…

#25 Cincinnati Bearcats (AAC)

Yeah, right. Cincy…

#26 Syracuse Orange (ACC)

Look, compte tenu des résultats, je ne pouvais pas laisser Syracuse dans le Billboard. BUUUUUUUUUUT…

Meet the Orange’s contestant for the Verchain’s Cheerleader Of The Year Award. Maddie Dallas. Oui, à gauche sur la photo. Top Ten, at least…

Under consideration : Hawaii, Arizona State.

Three Games to Watch Next Week

Woputain. Oh pfffff… Va falloir se retourner le cerveau pour trouver un truc sympa à vous proposer, jeunes gens… Je-sus…

Washington Huskies at Oregon Ducks : un match à regarder d’une seule main, non ? Dani vs The Ducks’ Cheerleaders. F*ckin’ happening… Can’t wait.

Georgia Bulldogs at Louisiana State Tigers : une affiche, quoi. Le genre de match que tu te sens obligé de regarder, parce que c’est Georgia et LSU. A part donner le titre de la SEC West à Alabama en cas de victoire des Bulldogs, c’est tout de même un match qui ne sert pas à grand chose…

West Virginia Mountaineers at Iowa State Cyclones : Ames, l’endroit où le football se rend pour mourir.

Also worth a look : Colorado at USC, demi-finale de la Pac12 South – Hawaii at BYU, parce qu’on n’a quasiment jamais l’occasion de voir les Warriors, et que, franchement, cette équipe vaut le détour.

Toilet Bowl, Week 7 Edition : Rutgers at Maryland.

Not really football stuff… and then what ??

Les trucs alakon autour du football. Pas forcément tous les trucs alakon. Certains trucs alakon.

La carte tactique mise à jour

Tribute to FSU.

On pourrait penser que… Mais bon… Finalement, vaut mieux être du côté de Miami, non ?

And your Scooter update.

Verchain’s Crush of The Week – Non-Football Edition

Je viens de me payer un retour vers le futur de sa race. Sérieusement. The Orville. C’est une sorte de parodie de Star Trek, plutôt bien troussée, je trouve. Une que je trousserai bien si ma fidélité à Madame Verchain n’était pas ce qu’elle est, c’est Adrianne Palicki. Remember her ? Oh oui, la bombe blonde bitchy bitchy de Friday Nights Lights, en opposition à la bombe brune not so bitchy incarnée par l’inoubliable Minka Kelly, qui demeure une des membres du Verchain’s Crushes Hall of Fame.

Adrianne, donc. Crush of the week.

Un petit reminder, Adrianne du temps de Friday Night Lights :

Et Adrienne maintenant…

Make Our Cheerleaders Great Again !

They ARE the reason why we LOVE College Football. And they are in the College Football Report. Enjoy.

Week 6… J’ai déjà presque l’impression d’avoir fait le tour de la question… Alors, je me suis dit : « Mon gars, fais comme d’hab : back to basics ». Je me tourne donc vers un des groupes de cheerleaders Vintage Verchain : Arizona State

Verchain nomine donc au titre de Cheer of the Year Allison Kenley :

C’est tout pour aujourd’hui. Alors…

Lire la suite

College Football Report

College Football Report – Semaine 5

Retour sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football avec le ton décalé de Verchain.

Publié

le

Par

The College Football Report By Verchain Presented By The Blue Pennant is brought to you by the Grambling State World Famed Tiger Marching Band (just because the Southern University Prancing J-Settes were idle this week).

Ainsi parlait Verchain

Verchain pense. Alors Verchain écrit. C’est son côté Rain Man.

Feel free to insult me in the comments section.

Enfin une semaine où on ne se moquera pas de Florida State. Je ne promets pas de tenir jusqu’à la fin de l’article, mais pour l’instant, je fais des efforts… Mais enfin, College Football, donne moi du bon gros scandale sexuel ou financier, ou les deux !!!

Non, quand je regarde globalement cette saison, je suis un peu comme un fan de Tennessee…

Et en tenant pour l’instant ma promesse de ne pas me moquer de Florida State. Remarquez, Florida classée dans le Top 25, ça me fait bien marrer aussi…

The point is : The ACC suckzzzz.

OK, Clemson est toujours invaincue, mais n’est pas passée loin de la correctionnelle contre Syracuse, qui était invaincue avant cette rencontre. Cette « presque défaite » n’aura aucun poids dans le classement du CFPSC. Clemson demeure la seule et unique chance de voir l’ACC représentée au playoff.

Derrière ? Il ne reste plus que North Carolina State à être invaincue. Et je suis sincèrement persuadé que le Wolf Pack ne serait plus du côté des invaincues si le match contre West Virginia n’avait pas été annulé du fait de l’ouragan Florence.

Duke vient de tomber à plat contre Virginia Tech (oui, l’équipe qui avait perdu contre Old Dominion) après un début de saison sans connaître la défaite avec notamment une victoire contre Northwestern, que Michigan a eu beaucoup de difficultés à battre, ce qui démontre la médiocrité de Team Harbaugh, si besoin était.

VT, donc, a perdu contre Old Dominion. Next up ?

Le Boston College, lui, s’est étalé contre Purdue, alors sans aucune victoire en poche…

Georgia Tech est Georgia Tech, et a été battu par USF. Ditto for Pittsburgh, battue par UCF, l’autre champion potentiel de la conférence… Américaine…

Miami a abandonné ses partisans depuis la première semaine de compétition, avec son plus gros match de la saison en ouverture. N’Kosi Perry est présenté comme le Messie, et, certes, Miami n’a plus perdu depuis la première semaine… De là à rêver de battre Clemson en sortant douze fois la turnover bling bling… Clemson n’est pas North Carolina (battue, au passage, par ECU… On n’en parlera pas plus avant…).

Virginia avait bien débuté la saison, on se disait que Bronco Mendenhall avait finalement transformé son effectif pour en faire quelque chose de solide, malgré une défaite à Indiana… Bon, ben, NC State plus tard, on se demande si ça vaut encore un peu la peine de jeter un œil sur ce qu’il se passe à Charlottesville…

Wake Forest ? Comme d’habitude, ai-je envie de dire… Victoires contre une FCS et deux G5, défaites contre BC et ND… Bref…

Il ne nous reste plus que nos chères disparues, Florida State et Louisville, deux équipes qui rêvaient de playoff il y a deux ans… C’est beau de rêver…

Dans les rankings compliqués de Jeff Sagarin, les deux divisions de l’ACC sont classées sixième (Atlantic) et huitième (Coastal), sur 9 divisions du Power Five. Seule la désespérante Big Ten West est derrière la Coastal…

#NotImpressed

Who in the freaking hell could beat ‘Bama ?

La saison d’Alabama, métaphore…

J’ai comme l’impression que la fameuse banderole « We Want Bama » a disparu cette saison. Effet de mode ou compréhension du public du college football que ouais, vraiment, personne ne veut croiser la route du Tide.

On parle tout de même d’une équipe qui, si j’en crois les stats publiées par The Worldwide Leader In Sports, inscrit en trois quart-temps (50,8 de moyenne en 5 matchs) plus de points que Ohio State (49), Penn State (49,6) ou Oklahoma (48,6) en inscrivent en moyenne par match (oui, en quatre quart-temps)…

Qu’elle semble loin l’époque des victoires 17-3. Un festival offensif permanent… Pour espérer battre Alabama, non seulement il faut contenir une attaque de feulialoa qui pourrait emmener Tuavailoa au Heismanialoa, mais aussi disposer d’une défense qui ressemble plus un réseau de tranchées au Chemin des Dames qu’à une vieille ligne Maginot…

Chaque semaine qui passe laisse les adversaires d’Alabama démembrés comme une actrice de film pour adultes ayant performé dans The World’s Largest Gang Bang… On en est même au point où Nick Saban (Nick Saban!!!) demande à la presse de mettre en avant dans ses colonnes les quelques imperfections dans les performances de ses joueurs pour qu’il puisse leur foutre les articles sous les yeux à titre de motivation supplémentaire.

On en est là… De la part d’un type qui parlait l’an passé de la presse comme de ‘mort aux rats’, et se réjouissait du fait que ses joueurs ne lisaient pas les journaux…

Bon, Alabama n’a pas l’habitude de se faire bouger. La défense, notamment la secondary, demeure susceptible de craquer sur un big play. L’attaque a parfois du mal sur troisième tentative, sans doute par manque d’habitude de se retrouver dans cette situation. Tua n’est encore qu’un sophomore. Ce qui veut dire qu’il est là pour durer, certes, mais qu’il pourrait manquer d’un peu d’assurance si son équipe se retrouvait dans une situation délicate. Et puis, allez savoir, Alabama n’est pas à l’abri d’un coup de #CollegeKicker  des familles, tant le jeu sur équipes spéciales demeure fragile. Jusqu’à maintenant, personne n’a vraiment éprouvé le Tide. A&M a un peu chatouillé ‘Bama sur la fin de match, mais la messe était déjà dite depuis longtemps… Alors, la question demeure : qui peut battre le Tide ?

Allons-y de notre petit classement, Verchain Style…

En saison régulière, Bama ira à LSU. Il nous reste encore quelques semaines pour découvrir si ces Tigers sont faits de bois massif ou de panneaux de carton. Test à Florida dès ce samedi. Je n’y crois pas un instant. Possibilité : 5%.

Et puis, il y aura l’Iron Bowl, le truc qui se produit à chaque fin de saison, avec parfois des scénarii improbables au possible, mais difficile de penser que les Tigers d’Auburn sont à même de faire le même type de match surprenant au possible qu’à l’Iron Bowl de l’an dernier, qui se déroulait à Jordan-Hare, War Eagle et compagnie. J’y crois peut-être encore moins que pour les autres Tigers… Possibilité ? 1%

Alors ?

Chronologiquement, Georgia. Alabama serait sans doute favorite au betting d’au moins 14 points. Georgia a le genre d’attaque rébarbative à laquelle Alabama n’a pas encore été exposée cette saison, à base de course, course, course, play action. Kirby Smart connaît Nick Saban mieux que ses propres enfants, presque. Sauf que, dans un match serré, Alabama saurait sans doute modifier quelque peu ce qui semble être son plan de jeu depuis le début de saison, et la jouer façon Doppelganger des Bulldogs. Et la défense contre la course des hommes de Smart n’est pas une assurance tous risques. Mizzou et South Carolina ont prouvé que le front défensif pouvait se fissurer assez facilement, avec plus de 150 yards à la course contre ces deux rivales de la SEC East. Possibilité ? 20%

Ensuite… Ohio State ou Clemson. Ces deux équipes pourraient bien finir 2 et 3 dans le classement final du Comité, en terminant la saison régulière championnes de leurs conférences et étant invaincues et donc s’affronter en playoff au premier tour.

Pour Ohio State, ça dépendra peut-être de la réelle durée d’indisponibilité de son meilleur joueur défensif, Joey Bosa. Parce que, avec Bosa dans l’effectif, Ohio State est peut-être l’équipe qui peut le plus se mesurer à Alabama. J’ai beau détester cordialement Urban Meyer pour tout un tas de raison hors du terrain, force est de constater (expression presse pute à clics, check) qu’il demeure un des meilleurs coaches du milieu, qui se trompe rarement et qui sait préparer ses troupes. Possibilité ? 30%

Pour Clemson… J’ai peur que les Tigers, qui sont ce qui ressemblent le plus à une équipe d’Alabama jouant en orange, en termes de recrutement et de constance dans la performance, et dans la qualité de coaching, Dabo Swinney s’étant définitivement établi comme l’un des trois meilleurs coaches du college football actuel, avec Meyer et Saban, donc… Mais bon, Clemson n’est jamais à l’abri d’un Clemsoning des familles, on a même eu droit à du presque-Clemsoning ce samedi (en fait, c’est carrément un Syracusing qu’on a eu de la part de coach Dino Babbers), et de gros points d’interrogation se font jour autour des conséquences de la blessure du nouveau QB titulaire Trevor Lawrence et du retour ou pas de l’ancien titulaire présenté comme transférant… Parce que bon, un QB numéro 3, ça peut être suffisant pour battre Syracuse. Contre Alabama, not so much, et ce même avec possiblement la meilleure ligne défensive du pays… Possibilité ? 25% avec Lawrence, 15% avec Kelly Bryant s’il revient, et 5% avec n’importe qui d’autre sous le centre.

Et puis, après, il y a toutes celles qui seraient underdogs d’au moins 20 points si elles devaient croiser ‘Bama…

Oklahoma, qui a eu besoin d’une prolongation pour battre… Army…

Penn State, qui de toute façon n’ira pas au playoff…

Notre Dame qui est Notre Dame et qui n’ira peut-être pas au playoff…

Bref…

Quickies*

*parce qu’un petit coup vite fait, c’est bon pour la santé

  • This Week in Wazzu : Mike Leach did it again, ala Britney Spears. Une nouvelle fois, les Cougars de Washington State s’imposent sans courir. Que c’est beau, ce football Arena. Verchain Approves !

  • This Week In Directional Michigans : Stat of the Week :

  • Chip Kelly en est donc à 4 défaites de suite depuis sa prise de fonction à UCLA. Il avait perdu 7 matchs de toute sa carrière à Oregon…

Verchain’s Billboard

Le Verchain’s Selection Comittee, présidé et administré par Verchain, qui synthétise après de longs débats dans un garage luxueux du Nord de la France les réflexions d’un comité composé de Verchain et Verchain, vous offre son classement des 25 premières équipes du college football, sans vous donner d’explications pourries, mais avec du Verchain Style inside.

#1 Alabama Crimson Tide (SEC)

Comment voulez-vous encore ne pas aimer Tua ? Déjà parce que le garçon n’emploie pas son nom de famille impossible à écrire sur Twitter, mais surtout parce qu’il a un vrai beau cerveau qui fonctionne….

#2 Georgia Bulldogs (SEC)

C’est bien la saison où rien ne peut arriver à Georgia. Rien. Sauf Alabama.

#3 Clemson Tigers (ACC)

That guy is not the reason why we love Clemson.

That girl is.

#4 Oklahoma Sooners (Big XII)

At least they had that guy in the stands…

#5 Ohio State Buckeyes (BigTen)

Une raison de plus de détester Urban Leyer.

#6 Notre Dame Fighting Irish (TBP)

La classe absolue. Aller dans les tribunes de Ohio State à Penn State, comme ça…

#7 LSU Tigers (SEC)

We are going full Arte on that cheerleaders thing…

#8 Auburn Tigers (SEC)

Rien à déclarer….

#9 Washington Huskies (Pac12)

Alabama NorthWest. Ou presque.

#10 West Virginia Mountaineers (Big XII)

Des serviettes à Tortilla ? Même ça, c’était pas suffisant pour arrêter Will Greer le Pharmacien et ses ouailles…

#11 Miami Hurricanes (ACC)

Plein de turnover chains, blablabla…

#12 South Florida Bulls (AAC)

Les cheerleaders de USF répètent leur prochaine apparition à un mariage près de Vierzon…

#13 UCF Knights (AAC)

Your… still… National Champs : The UCF Knights…

#14 Stanford Cardinal (Pac12)

Donc, les chercheurs de Stanford travaillent sur un test de détection du cannabis… Faut dire que pour supporter les matchs de Stanford, mieux vaut se mettre la tête à la White Widow…

#15 Oregon Ducks (Pac12)

Une belle victoire contre Cal, jusqu’alors invaincue… Tout ça pour avoir une saison qui se finit… Là…

#16 Penn State Nittany Lions (BigTen)

Coach Franklin is a dumbass. Whatever, here’s what really important :

#17 Wisconsin Badgers (BigTen)

No football this week…

#18 Meechigan Wolverines (BigTen)

Au moins, le community manager des Wolverines est plus performant en attaque que les types du terrain. Take that, Darren Rovell…

#19 Kentucky Wildcats (SEC)

So… Here are your Kentucky Cheerleaders…

#20 Texas Longhorns (Big XII)

Hey, Texas, where have you been ?

#21 Texas A&M Aggies (SEC)

Jimbo peut bien secouer ses joueurs…

Verchain sait bien ce qui secoue son classement…

#22 Colorado Buffaloes (Pac12)

Watch out for a Colorado – Washington Pac12 Championship Game.

#23 Boise State Broncos (WAC)

There’s no « W » in « yoming »…

#24 Michigan State Spartans (BigTen)

Les matchs des Spartans sont tout sauf passionnants. Même résumés dans des vidéos parfaitement produites…

#25 Syracuse Orange (ACC)

Comment se maintenir dans le Billboard ? Avec du trashouille dans les tribunes…

 

Under consideration : Hawaii, Wazzu, Arizona State.

Heck, c’est tellement un océan de médiocrité, le football, cette saison, que j’ai failli classer Florida, juste pour

ça…

Three Games to watch next week

Grmpfff. Ouais… Sérieusement ? On n’a pas cinquante matchs intéressants la semaine prochaine, surtout quand on considère la situation dans les conférences P5.

Oui, parce que bon… Rappelons ici les critères du comité : les victoires contre les équipes du dernier classement Top 25 du Comité, les victoires contre les équipes qui jouent un bowl, les victoires démonstratives, être Alabama, ne pas être une équipe du Group of Five. Et une défaite bizarre en début de saison ne compte pas.

Avec tout ça, allez trouver des matchs intérssaints, tiens…

Texas Longhorns at Oklahoma Sooners : la première place de la Big XII… Bon, on sait bien que la Big XII arrange son calendrier de façon à ce que les matchs vraiment importants tombent en fin de saison. Genre Oklahoma State et West Virginia en fin de saison pour les Sooners. Genre, les gus chargés du calendrier avaient sans doute prévu que Texas aurait bien du mal en début de saison… Bon, ben, là, on est début octobre. Donc, en fait, selon les gars chargés du calendrier, c’est pas un match important.

Kentucky Wildcats at Texas A&M Aggies : Match SEC obligatoire de la semaine. Deux divisions différentes, certes. Ça ne remettra pas en cause l’importance du match entre Kentucky et Georgia qui décidera sans doute de la division East. Mais ça pourrait indiquer que Texas A&M est en course pour une saison ‘réussie’… Reste à savoir ce que veut dire ‘réussie’…

Notre Dame Blue Pennants at Virginia Tech Hokies : sans doute le dernier gros obstacle à se trouver sur les route des Golden Domers (hormis peut-être USC en dernière semaine) vers une bonne grosse polémique autour du thème : Notre Dame à 12-0 mérite-t-elle plus que le perdant de la finale de la SEC avec une seule défaite au compteur de jouer le playoff…

Also worth a look : Florida State at Miami (oui, je sais, j’avais promis de ne pas me moquer), LSU at Florida (quitte à classer Florida, autant que ce soit pour une bonne raison), Auburn at Mississippi State (le Not As Good As You Thought They Were Bowl), San Diego State at Boise State (the WAC championship).

Toilet Bowl Doubleheader of the Week : Illinois at Rutgers et Georgia Tech at Louisville !!!!

Not Really Football Stuff… And Then What ??

Les trucs alakon autour du football. Pas forcément tous les trucs alakon. Certains trucs alakon.

La carte tactique mise à jour

Les Mormons ne veulent plus être appelés Mormons ? Cosmo en perd la tête…

Verchain’s Crush of the Week – Non-Football Edition

Continuons l’exploration de séries passées sous les radars, avec cette semaine Berlin Station. Un truc sur l’antenne de la CIA de Berlin, avec des actrices recyclées comme Ashley Judd qui a bien foiré sa chirurgie chez le docteur Choukroun… Donc, dans la saison 2, il y a des vraies actrices allemandes. Dont Emilia Schüle, avec un umlaut…

 

Make our cheerleaders great Again !

They ARE the reason why we LOVE College Football. And they are in the College Football Report. Enjoy.

Cette semaine, #YouCanHaveMyAztecLife… Direction San Diego State.

Et nominons donc comme candidate au titre de Verchain’s Cheerleader of the Year… Jordyn Stein.

C’est tout pour aujourd’hui. Alors…

Lire la suite

College Football Report

College Football Report – Semaine 4

Retour sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football avec le ton décalé de Verchain.

Publié

le

Par

The College Football Report By Verchain Presented By The Blue Pennant is brought to you by the Jackson State University Prancing J-Settes…

 

C’était vrai au moment de GameDay, alors que la côte ouest s’éveillait à peine…

Après une victoire convaincante contre cette foutue powerhouse de Northern Illinois, dans un remake d’Orange Bowl du meilleur aloi (mon Dieu, c’est là qu’on voit à quel point on vieillit)…. DEAD WRONG !!

Mais, hé… Mia Khalifa !!! Where the F**k have you been ???

Ainsi parlait Verchain

Verchain pense. Alors Verchain écrit. C’est son côté Rain Man.

Feel free to insult me in the comments section.

Welcome to the Monday morning after Upset Saturday…

Blahhh…

Sérieusement.

Sérieusement…

Sérieusement, sérieusement…

Vous arrivez à vous intéresser réellement au college football en ce moment ?

C’est certain, en voyant le programme de la semaine, on se disait qu’on allait se faire chier comme des rats morts. Mortel enchaînement de matchs passionnants, comme Minnesota – Maryland ou South Carolina – Vanderbilt ?

Alors, on s’est inventé des headlines, des oh là là Jimbo retrouve Nicky. Des ah ouais ouais ouais c’est le retour d’Urban Meyer sur le banc des Buckeyes contre la terrible équipe de Tulane, qui avait quand même gagné un match contre Nicholls State, cette sublime équipe qui avait triomphé de Kansas en ouverture de la saison…

On se fabrique des trucs, sérieusement. Fake hype et al. Parce que, mine de rien, cette saison est désespérante au possible, pour le moment, vu de ma fenêtre.

Quand on est dans le monde de Disney (non, je ne parle pas de l’actionnariat de ESPN, quoique…), on se dit, quand même, quel samedi…

Wow, Purdue qui bat le Boston College sans avoir gagné quoi que ce soit avant. Ah, oui, Purdue était meilleur que ce que son record affichait (j’ai vraiment entendu ça… pour une équipe qui avait perdu contre une Directional Michigan…), mais tout de même, le monde entier craignait le Boston College, invaincu après avoir notamment triomphé de Maryland et Holy Shit.. pardon, Holy Cross…

Et puis, ça pouvait s’enchaîner dans cette formidable Upset Week.

Old Dominion sortait le match du siècle contre Virginia Tech, triomphateur de Florida State, l’équipe qui fait marrer tout le monde. Shock !

TCU se ridiculisait à Texas.

Mississippi State devenait un sujet de plaisanterie contre Kentucky, vraiment…

Oklahoma State tombait sur la face contre Texas Tech, la fac qui doit virer le sosie de Ryan Gosling depuis trois saisons ou presque. Comme si Oki State ne nous avait pas habitué à des défaites pétrifiantes contre des Iowa State ou des Baylor…

Ah, et puis, invention médiatique absolue, les ‘presque Upset’, tels Oklahoma face à Army, Wisconsin à Iowa ou encore Stanford à Oregon, au bout de la nuit… Ou Washington contre Arizona State (pardon, personne ne parle de Washington)…

Tout ça pour quoi ?

 

Voilà ce que nous fabriquent les deux premières semaines inutiles du college football : des soi-disant équipes à craindre ouh là là là là… Boston College, allons…

Parce qu’au tiers de la saison régulière – oui, je sais, 13/3, ça fait 4,33333333333333333333333333333 – on est plus que jamais assurés que le théorème de Verchain qui veut que le football universitaire est un sport qui se joue à trouzmille et que c’est Alabama qui gagne à la fin, se vérifie.

On en vient à tresser des lauriers à Texas A&M, la seule équipe à avoir empêché le Tide de couvrir l’écart au score prévu par les bookmakers. Il faut savoir se contenter de peu.

Et si on arrêtait maintenant cette saison régulière, qu’on passait aux finales de conférence ?

SEC : Alabama – Georgia
Big Ten : OSU – Wisconsin
Pac-12 : Washington – USC
Big 12 : Oklahoma – West Virginia
et Clemson – …

Ouais, non, on n’organise pas de finale dans l’ACC, toutes les équipes hormis Clemson sont à pleurer. De rire ou de tristesse.

Ah oui, certains nous présentaient Wake Forest comme un redoutable concurrent pour Notre Dame…

Les amis de SB Nation, qui reprennent les tweets de The Blue Pennant sans même les traduire en anglais produisent un indicateur statistique nommé S&P+. Je vous passe le calcul compliqué du truc, sachez juste que ça indique la qualité d’une équipe par rapport au reste du monde de manière prédictive.

Que nous indique le S&P+ ? Alabama, Ohio State, Georgia, Clemson dominent le truc. On arrête la saison, on met ces quatre équipes en playoff et on passe à autre chose, les World Series du baseball par exemple. Parce que sérieusement…

Qui peut battre Alabama avant une finale de conférence (contre Georgia, donc…) ?

Qui peut battre Clemson avant le playoff ?

Qui peut battre Ohio State, hormis Penn State qui recevra les Pinnochios la semaine prochaine ?

Certes, on nous vend le football universitaire comme un sport merveilleusement imprédictible, tout peut toujours arriver et tout remettre en cause. Certes, Iron Bowls happen, mais tout de même ? L’argument fallacieux de l’imprédictibilité se trouve renforcé par des samedis comme le dernier, quand Mediocre Team A perd contre Mediocre Team B…

Parce que bon, TCU a perdu son statut de concurrent en perdant contre Ohio State, et une défaite à Austin n’est pas une surprise délirante…

Certes, Old Dominion battant Virginia Tech, c’est une vraie grosse surprise. Mais pouvait-on prétendre voir en Virginia Tech autre chose que l’adversaire potentiel en finale de conférence de Clemson ? Virginia Tech, dans la division Coastal, avec des équipes aussi peu impressionnantes que Miami, Duke, North Carolina, Georgia Tech ou Virginia, ça ne fait pas peur à Clemson…

Alors, oui, au bout de 4 semaines de compétition, il est encore temps pour Mediocre Team C de s’affirmer, de devenir la hype pas chère du moment… On en vient même à se dire, allez savoir, qu’une défaite de Clemson (j’ai retourné le calendrier, et hormis un exploit des Gamecocks en dernière semaine ou une Syracusation comme il peut en arriver, j’ai du mal à trouver quelque chose de piégeux), ou Oklahoma (on n’est jamais loin du nawak de compétition dans la Big XII) ou Ohio State (et encore, si c’est contre Penn State, tout le monde enverra les Lions au playoff), pourrait propulser Notre Dame et son football assez peu enthousiaste et enthousiasmant dans une position de concurrent potentiel à une place en playoff (pour peu que les Irish disposent du Cardinal de Stanford)…

Sérieusement, au bout de quatre semaines, j’ai la foutue impression que la messe est déjà dite, et que le Comité de Sélection n’aura même pas besoin de trouver des arguments issus d’une cinquième dimension fantasmagorique pour justifier ses choix…

#NotImpressed

Bon, vu qu’on s’ennuie fermement, on peut se donner un peu de temps, après quatre semaines de « compétition », pour évaluer, Verchain Style, les nouveaux coaches…

Soyons clairs, et nous sommes tous passés par là, hormis si on est fan d’Alabama depuis plus de 10 ans, voir débarquer un nouveau coach nous laisse ou pleins de doutes ou pleins d’espoirs les plus fous… Certes, au bout de 4 semaines, il n’est pas encore temps de paniquer totalement. Mais on peut se donner un premier aperçu.

Votre ami Verchain a donc décidé de classer les recrues au poste de coach, par catégories.

Who the hell gives a damn ?

Dans cette catégorie, je place, pour évacuer rapidement, les coaches dont, au fond, tout le monde se fout, à moins d’avoir une petite amie cheerleader dans la fac concernée… Donc :

  • Sean Lewis – Kent State. Bien parti pour une carrière de ‘presque’. ‘Presque’ battu Illinois en ouverture. ‘Presque’ rivalisé avec Ole Miss cette semaine. Rien de brillant, mais donne l’impression que les Golden Flashes peuvent gagner quelques matchs cette saison.

  • Jonathan Smith – Oregon State. Les Castors sont une équipe de FCS qui joue en FBS. Next…

  • Steve Campbell – South Alabama. Need comment ?

  • Mike Bloomgren – Rice. Really ?

  • Billy Napier – Louisiana Lafayette. Le concept de Raging Cajuns, en soi, est fantastique. Maintenant, tout le monde se fout de ce qu’il pourrait advenir de Billy Napier…

  • Jeremy Pruitt – Tennessee. Après le fiasco Butch Jones qui succédait au fiasco Derek Dooley, Tennessee, désolé les copains de Vols_France, a totalement disparu de la carte…

  • Dana Dimel – UTEP. Miners’ best assets this year are in the cheerleaders’ locker room.

The Expected :

On n’attendait pas mieux. Ou pas pire…

  • Josh Heupel – Central Florida. Les Knights, champions nationaux, rappelons le, ahem, ont repris 2018 exactement ou presque là où on les avait laissés en 2018. On attend la fin novembre pour le titre de l’American East…

  • Chad Morris – Arkansas. Bret et Jen ont laissé le programme dans une situation catastrophique. Et Chad Morris se retrouve à devoir faire des miracles avec une escouade qui n’a pas les qualités pour implémenter correctement son attaque explosive. Aucune surprise, donc, à voir Arkansas au plus mal… Même si, quand on est sensé être une équipe de SEC, perdre contre North Texas ou Colorado State (seule victoire à ce jour des Rams), ça la fout mal…

  • Dan Mullen – Florida. Une seule défaite. À la maison, contre Kentucky, le truc qui n’était pas arrivé depuis 32 ans. A part ça, qui, sérieusement, attendait de Dan Mullen, un coach avant tout doué pour faire surperformer des équipes moyennes du côté de Mississippi State, qu’il transforme les Gators de 2018 en Gators de 2008 ?

  • Joe Moorehead – Mississippi State. Justement, on en parlait… Ah, oui, il y a cette défaite contre Kentucky… Mais c’est totalement le genre de trucs qui arrivent chez les Bulldogs… Impression de powerhouse offensive, et tout à coup une défaite qu’on attendait pas forcément… Ouais, un peu comme les Bulldogs sauce Mullen…

  • Sonny Dykes – Southern Methodist. Sérieusement, Dykes s’est lentement effiloché à Cal. Alors, le voir arriver à SMU qui n’avait franchement pas fait grand chose de sexy sous Chad Morris, on se disait que c’était au mieux renforcer l’impression que donnaient les Mustangs sous le régime précédent : des tas de points marqués. Des tas de points encaissés. Pas de surprise sous le soleil…

The good looking hires :

  • Mario Cristobal – Oregon. Après trois premières semaines pour se faire un peu de victoires à pas cher, Cristobal a foiré son grand oral. Mais tout de même, qui aurait pensé au vu de l’an dernier que les Ducks pouvaient bousculer salement Stanford, au point d’être en position de gagner avant de se foirer totalement avec le fumble qui tue ?

  • Jimbo Fisher – Texas A&M. Je me moquais plus haut de couenneries journalistiques entendues à propos du fait que Purdue était meilleure que ce que son record laissait supposer… Texas A&M est meilleure que ce que son record laisse supposer. Parce que les deux défaites au compteur des Aggies étaient aussi prévisibles que la pluie à Dunkerque en novembre.

  • Herman Edwards – Arizona State. On s’était marrés à mort quand ASU avait nommé Edwards à la tête de son programme. Le gars ne semblait même pas savoir que les joueurs de Tempe étaient les Sun Devils. Rien de spectaculaire, une défaite moche à SDSU, une victoire moche contre Michigan State avec au passage une leçon de stratégie donnée par ce bon vieux Herm… Il ne manque aux Sun Devils qu’une victoire de prestige (disons contre USC…) pour que l’embauche de Herman soit une réussite, autant que les uniformes Adidas de cette année…

The Shit Storms :

  • Willie Taggart – Florida State. On s’est assez moqués, à base de Samford et compagnie, non ? Difficile, quand on pense aux Bulls de Tampa il y a deux saisons, et même dans une certaine mesure à Oregon (qui partait de loin au moment de recruter Taggart), de se dire que ce type a perdu son football. Au point de perdre contre Syracuse ou de devoir s’arracher pour battre Samford… Certes, FSU régressait quelque peu sous Jimbo Fisher ces deux dernières saisons, mais un record de 4-8 est une belle possibilité cette saison…

  • Scott Frost – Nebraska. Pouah… Certes, Mike Riley n’a pas fait de bien au cours de son passage à Lincoln, mais on a sans doute mis trop d’espoirs dans l’arrivée de Frost, de son bilan incroyable à UCF… Beaucoup trop de hype pour l’arrivée de l’ancien QB maison… Un peu comme l’arrivée de Harbaugh à Michigan quelques années en arrière…

  • Kevin Sumlin – Arizona. Ah, ça, on allait voir ce qu’on allait voir… Comme quoi, on ne devrait jamais recruter un coach qui vient de se faire virer… Comparé à ce pitre d’Edwards à ASU, les Wildcats venaient de recruter le Cerveau Offensif ultime. En lui donnant The Human Highlight Reel Khalil Tate comme quarterback, on allait avoir un festival de pyrotechnie… Ouais, on a surtout un festival de pitreries, et Khalil Tate ressemble plus à une bouse nucléaire qu’à un quarterback depuis ce début de saison…

  • Chip Kelly – UCLA. Une vraie possibilité cette saison : 0-12. Certes, il n’y a aucun raccord possible entre une équipe façonnée par Jim Mora Jr et un effectif qui conviendrait au système Kelly, mais là… On voit bien que ça ne marchera pas avant un an ou deux… Et puis, bon… N’oublions pas que Kelly a poussé la classe jusqu’à nous donner… ça…

Quickies*

*parce qu’un petit coup vite fait, c’est bon pour la santé

  • This week in Liberty : Oui, je sais, l’Université du monde libre dans la foi a perdu. Ce sont des choses qui arrivent. Mais Liberty a remporté une victoire transitive contre Virginia Tech, Enter Sandman et al. Parce que bon, les Monarchs d’Old Dominion, ils en ont pris combien, contre Tea Party U ? Uh ?

  • Dans le monde du presque football, un rapport a été remis aux autorités de la fac sur les conséquences et le timing de la mort du joueur Jordan McNair, survenue en mai dernier, cette semaine, réalisé par le Dr Rod Walters. On n’apprend rien de bien nouveau, hormis le fait d’avoir une timeline précise des circonstances du décès du joueur. DJ Durkin, le coach des Terrapins, est toujours officiellement suspendu, dans l’attente d’un autre rapport lié à la ‘culture’ insufflée par le coach dans le programme. Juste pour vous amuser un peu, deux photos du rapport remis à la presse :

  • Play of the week :

Ou comment apprendre les règles à une service academy… Sonny Dykes doing Sonny Dykes things…

  • Rutgers of the week : Rutgers a payé 900 000 $ pour se faire fesser à domicile contre Buffalo, 42-13. Je me demandais il y a peu si Kansas serait avisée d’abandonner le football. Rutgers devrait abandonner le football.

 

Verchain’s Billboard

Le Verchain’s Selection Comittee, présidé et administré par Verchain, qui synthétise après de longs débats dans un garage luxueux du Nord de la France les réflexions d’un comité composé de Verchain et Verchain, vous offre son classement des 25 premières équipes du college football, sans vous donner d’explications pourries, mais avec du Verchain Style inside.

#1 Alabama Crimson Tide (SEC)

#RollTide…

Jimbo est maintenant à 0-2 contre Darth Saban.

#2 Georgia Bulldogs (SEC)

Toujours plus facile de scorer quand tu as un lineman déguisé en arbitre qui bloque un adversaire…

A part ça ? Oui, coach Smart va très bien, merci pour lui…

#3 Clemson Tigers (ACC)

La seule chose à mentionner de ce match Clemson at GT ? Mwouais…

#4 Oklahoma Sooners (Big XII)

Les fans des Sooners résidant dans l’Oklahoma, en raison d’un contrat entre leur fac favorite et Fox, ont du payer 55$ pour voir ce match dégueulasse au possible (avec le football Stanfordien d’Army). Une magnifique arnaque…

Avec un magnifique #CollegeKicker au passage…

Et une passe victorieuse pour Kyler Heisman…

#5 Ohio State Buckeyes (BigTen)

Il faut vraiment que ça cesse. Non, je ne parle pas des commentaires live de TBP sur les matchs des Buckeyes quand on sait longtemps à l’avance qu’il n’y aura de toute façon pas de match puisque THE OSU joue contre une équipe de culs de jatte, mais cette histoire d’Urban Meyer.

Ce type est un menteur compulsif. Sa dernière trouvaille ? Un ‘type de l’informatique’ aurait décidé, comme ça, d’effacer tous les anciens textos du téléphone d’Urbanocchio, en programmant le téléphone pour que seuls les messages de moins d’un an soient conservés. Oui, c’est ce que dit Urban en conférence de presse. Juste à gerber, quoi. Un peu comme AD Gene Smith, du CFPSC, qui lui aussi a fourni un téléphone dénué de textos. Juste parce qu’il supprime systématiquement les textos juste après les avoir reçus… Mais bien sur…

Ou comme ce tee shirt…

#6 Notre Dame Fighting Irish (TBP)

Pas compliqué de gagner, Domers, quand vos adversaires oublient d’aller sur le terrain…

#7 LSU Tigers (SEC)

Cette semaine dans le trashouille… L’ancien receveur des Tigers Drake Davis, arrêté deux fois pour violences, est maintenant dans une sale affaire de pornographie infantile… Claaaaaaaasse… Bizarrement, les enquêteurs de Louisiane ont trouvé des preuves dans les textos du type… Bizarrement…

#8 Auburn Tigers (SEC)

No comment. War Eagle.

 

#9 Washington Huskies (Pac12)

Happy Birthday, Dani !

Maintenant que tu as 21 ans, on peut te faire boire légalement en espérant… Oh, forget it…

#10 Stanford Cardinal (Pac12)

Accessoire indispensable pour contempler les matchs du Cardinal…

#11 West Virginia Mountaineers (Big XII)

Dans la lignée de tous les matchs moyens de cette semaine, WVU vs KSU…

 

La campagne Heisman de Will Greer a pris un coup dans l’aile…

#12 Penn State Nittany Lions (BigTen)

Regardez la vidéo ci-dessous. Avec un peu moins de 9 minutes à jouer au troisième quart temps, Illinois menait devant Penn State. Oui.

#13 Miami Hurricanes (ACC)

La saison de Malik Rosier, allégorie…

#14 South Florida Bulls (AAC)

Business as usual… Et dire qu’on va sans doute attendre la dernière semaine pour voir un match des Bulls avec un enjeu…

#15 UCF Knights (AAC)

Les joueurs des Knights savent utiliser leur vitesse aussi dans les parkings pour éviter la presse…

Notez que le garçon est sous caution suite à des accusations de viol sur une personne ‘trop saoule pour consentir’…

#16 Oregon Ducks (Pac12)

Cette semaine, pas de cheerleaders. Pas le cœur à ça. Oregon pouvait nous débarrasser de Stanford. Caramba, encore raté, et Mario Cristobal est wanted dans tout l’Oregon…

#17 Wisconsin Badgers (BigTen)

Un nouveau match bien pourri, cette fois contre Iowa. Et une presque défaite de plus. Et quasiment la BigTen West en poche. Tristouille…

#18 Meechigan Wolverines (BigTen)

Comment donner un poids quelconque à la victoire des Harboys quand on voit l’état du football à Nebraska ces jours derniers ?

#19 South Carolina Gamecocks (SEC)

Il fut un temps où tous les objectifs se seraient tournés vers Tennessee – Florida. Oui, il fallait bien trouver un emplacement pour en parler, non ?

#20 Kentucky Wildcats (SEC)

Oui, heureusement, on trouve un peu de place pour en parler, de ce magnifique Tennessee – Florida…

#21 Mississippi State Bulldogs (SEC)

Apparemment, les Bulldogs ont oublié de suivre le bon conseil de la semaine…

#22 Texas Longhorns (Big XII)

Tom Herman n’est pour rien dans les deux succès récents et à moitié surprise des Horns cette saison. Tom Herman soutient d’ailleurs la lutte de Verchain pour supprimer les deux premières semaines de la saison.

#23 Syracuse Orange (ACC)

Style points. Aplenty.

#24 Texas A&M Aggies (SEC)

A moins de perdre contre une FCS, les Aggies ont quasiment assuré leur place à l’année dans le Billboard du College Football Report. Dis merci à cette demoiselle, Jimbo.

#25 Michigan State Spartans (BigTen)

Félicitations pour ce premier trophée de l’année, The Old Brass Spittoon… Oui, un crachoir… La classe, BigTen style…

Under consideration : Hawaii, Temple, Old Dominion, Illinois State.

Three games to watch next week

Ohio State Buckeyes at Penn State Nittany Lions : Coach Perjury vs Coach Moron. Peut-être le premier match où on pourra envoyer des pelletées de superlatifs en direction des Buckeyes. Parce que sérieusement, ‘magnifique’, ‘impressionnant’, ‘digne d’Alabama’… Contre TULANE ??? TULANE !!! Stop bullshitting.

Stanford Cardinal at Notre Dame Morgans : Amis des années 60, du football sepia, de la nostalgie à la con des moteurs V8 avec des bagnoles de six mètres de large, des robes à jupettes bouffantes à carreaux, du rock à bon compte, tout ça, bienvenue chez vous…

Brigham Young University Cougars at Washington Huskies : BYU est classée… Ouais… Une des rares rencontres entre équipes classées de la semaine. Si vous avez une insomnie…

Also worth a look : South Carolina – Kentucky, ou comment donner à Georgia le titre de SEC East tout de suite, Gamecocks… Boise State at Wyoming, football rural. West Virginia at Texas Tech, 77-75.

Not really football stuff… and then what ??

Les trucs alakon autour du football. Pas forcément tous les trucs alakon. Certains trucs alakon.

La carte tactique mise à jour :

Un camping car Illinois ? On n’arrête pas le progrès…

I… feel… your… pain… Brother…

Verchain’s Crush of the Week – Non-Football Edition

Dans la playlist séries de Verchain cette semaine, The Deuce, une série HBO qui parle de porno et de prostitution dans le New York des années 70… Avec James Franco et Maggie Gyllenhall. Cette dernière est craquante, mais pas bombesque… La bombesque de la série, c’est Margarita Levieva.

Make our cheerleaders great again !

They ARE the reason why we LOVE College Football. And they are in the College Football Report. Enjoy.

Ah, quand même, ils se sont décidés à se mettre au boulot, ces gens de Gainesville. Here are the Florida Gators’ Cheerledears !!

Et pour finir, donc, nous nominerons Micah Sheerin comme candidate au titre de Cheer of the Year…

C’est tout pour aujourd’hui. Alors…

Lire la suite

Articles les plus lus