Suivez-nous sur

College Football Report

College Football Report 2012 : Semaine 14

Comme chaque lundi, retrouvez l’analyse de la semaine de College Football par le pertinent, le provoquant mais toujours drôle : Verchain.

Et voilà, c’est fini. Enfin, pas tout à fait, mais presque. Nous allons être privés de football pendant quelque temps, puis allons avoir droit à de la parodie de football, avant que la fin de l’année ne nous ramène quelques matchs qui peuvent valoir le détour. Ou pas, tant certains bowls BCS par le passé ont été d’énormes purges (oui, je pense notamment au championnat de l’an dernier). Ou alors, nous aurons peut-être droit à une orgie offensive, ou deux, comme la victoire de West F*ckin’ Virginia de l’an passé. Allez savoir. En tout cas, c’est la dernière édition de l’année 2012 de ce College Football Report, que je me suis bien amusé à faire pendant une quinzaine de semaines. Il y aura un dernier épisode un peu plus court que les autres en début d’année 2013, pour parler un peu des bowls si ça en vaut la peine, ou peut-être d’autres sujets susceptibles de vous intéresser (si vous avez quelque chose en tête, écrivez-moi sur Twitter, Facebook ou à verchaininc@gmail.com).

Je ne sais pas encore si je reviendrai l’an prochain. Ou dans une formule différente. Ou pas du tout. Ou en guest de temps en temps. C’est loin, la saison prochaine. Très loin. Et, après tout, comme le monde va s’écrouler le 21 décembre, je ferai mieux de ne pas faire de projets à trop long terme…

Some winners…

We, the people, for crying out loud !!!!

And finally… Bon, ça aurait certainement eu plus de retentissement, encore, si cela s’était produit en fin de saison prochaine, comme une forme de bras d’honneur ultime au Cartel (qui continuera à exister quand même après la fin de saison prochaine, ne nous étonnons pas si cela se produit comme je le prévois).

Nous avons un BCS Buster de première bourre. Northern Illinois représentera le Monde Libre à l’Orange Bowl. Et ça suffit à notre bonheur…

Alors, merci.

Merci à Nebraska de s’être ramassée merveilleusement en finale de la B1G.

Merci à Rutgers et Louisville d’avoir été suffisamment médiocres pour ne pas finir invaincues, ni même avec une seule défaite au compteur.

Merci au système foireux du BCS qui se croyait tellement protégé de l’intérieur qu’il a juste laissé une petite clause, comme ça, dans les modalités de qualification. Juste un petit espace, pour se dire que c’est possible, pour que les contestataires et les doux rêveurs comme moi (oui, je sais, je suis également bien classé dans les catégories annexes, comme par exemple celle des pervers libidineux qui passe des heures à regarder des étudiantes en jupette se trémousser sur le bord du terrain…), ne passent pas leur temps à se lamenter du noyautage de tout un pan du sport par le Cartel.

Take THAT, Cartel !

Tout de même, ne pas avoir de BCS Buster pour la deuxième année consécutive aurait été abominable, tant les facs des conférences non-AQ ont réussi à secouer un peu le cocotier tout au long de la saison (on en reparle un peu plus tard).

The SEC

Je fais amende honorable. Sur Twitter, je me suis bien amusé à me moquer du slugfest défensif de ce samedi, ce qu’était le premier quart-temps de la finale de la SEC. Une vraie horreur pour tous les fans de football offensif… Avant que ne commence vraiment le match, avec le deuxième quart-temps, en fait.

Et nous avons peut-être assisté à la meilleure finale de la SEC de mémoire de Verchain. Vous savez que je n’ai pas d’affinités particulières avec la SEC, qui demeure l’incarnation du Cartel, la conférence qui vit sur sa réputation, quelle que soit la qualité du produit sur le terrain. Eh bien, oui, j’ai bien fait d’avoir une légère insomnie ce samedi.

Ne serait-ce que pour la dimension dramatique du truc. Une poignée de yards et une poignée de secondes, et Georgia pouvait réaliser l’upset auquel on a cru pendant un temps. Une décision bizarre dans le playcalling, et tout était fini. Momentum swing. Une gestion de l’horloge totalement foireuse de Richt en toute fin de rencontre. Le coach des Bulldogs a oublié d’ordonner un spike du ballon pour arrêter l’horloge, privant ses hommes de la capacité à tenter plusieurs plays en direction de l’endzone, ses troupes venant mourir à 4 yards de la ligne du Tide…

Des fakes tentés des deux côtés, comme un affrontement par équipes interposées entre Nick Saban qui ira un jour au Hall of Fame, et Mark Richt, qui cherche désespérément à gagner quelque chose à nouveau à la tête de ses Bulldogs.

De grosses performances des coureurs, notamment Eddie Lacy pour le Tide. Deux interceptions qui auraient pu s’avérer cruciales pour chaque équipe (celle lancée par McCarron dans l’endzone au deuxième quart-temps prive le Tide d’un TD qui aurait collé un sale coup au moral des Dawgs). Et même un retour de block de FG…

Oui, un vrai beau match. Qui nous a changé des habituelles purges de la SEC, qui sont ou des matchs qui se terminent par des scores de soccer ou des matchs qui sont des promenades de santé pour l’une des deux équipes au moins.

Dave Doeren

Et ainsi donc, deux victoires consécutives des Huskies de Northern Illinois en finale de la MAC auront mené le coach Doeren à une place à la table des grands. Enfin, presque… En multipliant son salaire par quatre, Doeren est maintenant le coach du Wolf Pack de North Carolina State. Dans l’ACC, donc… Quand on voit le niveau montré par les différentes équipes de la conférence, on se demande ce que Doeren va faire dans cette galère.

Prendre un chèque, donc… Ce qui le fait tomber du piédestal sur lequel nous l’avions installé depuis quelques temps. Comme d’autres tomberont, Sonny Dykes et les autres, sans doute.

Au moins, nous conservons pour le moment tout notre respect à Chris Petersen qui a résisté aux appels du Sud la saison passée en restant à Boise, ou à Gary Andersen, qui a choisi de rester à Utah State alors que son nom était murmuré pour plusieurs ouvertures dans des facs AQ. Chapeau bas, monsieur.

Dave, tu passeras prendre ton chèque à la compta, pour ta part…

Some Coaches

On ne les mentionne sans doute pas assez dans la liste des coaches de l’année.

Mais Verchain tire également son chapeau à deux coaches qui viennent de réaliser des saisons exceptionnelles.

À David Shaw de Stanford, qui devait remettre en place une équipe après le départ de grosses vedettes comme Andrew Luck ou Coby Fleener. Résultat des courses : le titre de la Pac12, après une saison solide qui aura connu comme seuls accrocs une défaite incompréhensible contre Washington, et une autre au goût amer de vol manifeste contre Notre Dame. C’est le premier Rose Bowl pour le Cardinal depuis 1999.

Et à Art Briles, le coach des Bears de Baylor, qui vient de terminer sa deuxième saison en tant qu’équipe qualifiable pour un bowl, cette fois sans bénéficier de l’appui du Heisman qu’était Robert Griffin la saison passée. C’est une nouvelle fois la même histoire, défense optionnelle, attaque qui marche bien, et qui a mis une belle petite claque à Oklahoma State pour finir une nouvelle fois à 7-5. Pride of Texas…

…and some more losers

The BigTen, as usual…

Eh bien voilà, Wisconsin sera l’équipe avec le plus faible taux de victoires à représenter la Big Ten au Rose Bowl depuis une éternité. À l’issue d’un match qui aura vu la résurrection de l’attaque au sol des Badgers qui nous a pourtant paru aussi chancelante qu’un adolescent qui subit les avances de sa prof d’anglais au moment de passer à table. 70 points ? Des yards en paquet pour une moyenne de 10,9 yards par course. Ahurissant.

On a même eu droit au trick play des familles avec une passe de TD lancée par le coureur James White.

Il faut dire que le QB supposé, Philipps, s’est contenté de lancer le ballon 8 fois. Pas besoin de passer quand Monteé Ball (202 yards, 3TD), James White (109 yards, 4TD) et surtout Melvin Gordon, le freshman (216 yards en 9 courses, 1TD), courent comme des habitants de l’URSS derrière un ticket de rationnement au début des années 80.

Bah, au moins, on aura eu droit au TD de l’année pour Taylor Martinez…

2012 Verchain awards

Comme vous le savez, bien entendu, Verchain a été invité à participer, comme vous, amis lecteurs, à la sélection des Blue Pennant Awards de 2012 (vous pouvez voter jusqu’au 4 décembre, ici). Par contre, ces awards sont assez ‘traditionnels’ (les joueurs, les coaches, tout ça, des trucs logiques compte tenu du professionnalisme du site). J’ai donc décidé d’ajouter mes 9 awards personnels, individuels et collectifs, pour la saison qui vient de s’écouler. Plus trois classements complémentaires pour vous tenir au courant de ce qu’est le monde universitaire.

Avec l’assistance pour animer la cérémonie du crush absolu de Verchain, Kate Upton, here are the 2012 Verchain Awards, coming to you live frome The Inc’s Headquarters in Montcuq, France !

Best Player You Might Never Had Heard About Award

Antonio Andrews, RB, Western Kentucky.

Yeh oui, ce gamin a juste besoin de 274 yards en deux matchs pour battre un certain Barry Sanders et s’emparer de la deuxième place dans la liste des yards gagnés sur une saison. Et vous n’avez jamais entendu parler de lui…

Enjoy.

Best Player You Didn’t See On TV (or not that much) Award

Jordan Lynch, QB, Northern Illinois

Si vous regardez les matchs sur ESPN, vous avez eu droit à des purges comme Auburn at Alabama, à des Penn State – Northwestern et d’autres trucs dans le genre…Et vous n’avez sans doute jamais eu l’occasion de voir en direct les matchs du QB des Huskies, titulaire au poste pour la première année pour remplacer la petite légende locale Chandler Harnish.

Jordan Lynch, c’est le Johnny Football que personne ne connaît, ou presque. Un one man show permanent. Oh, certes, il y a un moment que je parle de ce joueur. Et la presse américaine s’est récemment souvenu de l’existence du joueur.

Jordan Football, sur les 12 matchs de saison régulière des Huskies, avant la finale de samedi, c’est 16 TD au sol, et 1611 yards. 23 passes de TD et 2750 yards. 4 interceptions. Oh, et un punt de 63 yards pour amuser la galerie…

Johnny Football, c’est, en 12 matchs, 3419 yards, 24TD, 8 interceptions, 19TD au sol sur 1181 yards.

And, well,we love the kid. Et tiens, juste en passant, il vient de détrôner Denard Robinson comme QB avec le plus grand nombre de yards au sol sur une saison…

Most Verchain Style’s Game Of The Year Award

Baylor Bears at West Virginia Mountaineers

63 points pour les Bears, 70 pour les Mountaineers, 19 TD. Une seule interception. Une explosion offensive, avec les Bears qui tentent de revenir au score en fin de match. Défense ? Optionnelle ! Un truc de malade, le meilleur moment de l’année devant la télé (bon, OK, le premier quart-temps entre Texas A&M et ‘Bama était fun aussi).

Thank you for having me learn something actually this year award

Lane Kiffin, USC Trojans, Head Coach

Merci, professeur Kiffin. Maintenant, je sais qu’un ballon de football doit être gonflé entre 12,5 et 13,5 livres par pouce carré de pression. Ah, et j’ai aussi appris qu’on pouvait sans trop de conséquence changer le numéro de son punter pendant le match pour tromper l’adversaire. Bush league…

Well, It Was Fun While It Lasted Award

Louisiana Tech Bulldogs. The price is awarded to QB Colby Cameron

J’y ai cru. Pendant un bon moment. Plus Texas A&M gagnait des matchs, plus la courte défaite, presque imméritée, des Bulldogs contre les Aggies prenait de la valeur. Colby Cameron, le quarterback des Bulldogs, a été pendant un petit moment le seul QB à n’avoir pas lancé une interception (en lançant deux fois plus le ballon qu’AJ McCarron, autre joueur à avoir réalisé l’exploit presque aussi longtemps que Cameron). Ça sentait bon le BCS Buster monstrueux, une équipe de la moribonde conférence WAC. En plus, une belle histoire avec le centre Stephen Warner chargé d’appeler les plays et les protections… Ouais, c’était vraiment fun, tant que ça a duré…. Tant que les Bulldogs n’ont pas croisé la route d’autres Aggies, ceux de Utah State…

Et dans tout ça, pour parachever la saison, les Bulldogs sont privés de bowls avec un record de 9-3. Bien entendu, pour discréditer la fac, les amis du Cartel tentent de répandre la rumeur que Louisiana Tech a refusé une invitation à l’Independance Bowl, ce que les autorités de la fac démentent, évidemment. Le Cartel gagne toujours. Même quand on leur insère délicatement un bon petit BCS Buster dans les fesses, il finit quand même par avoir les notres, de fesses. Allez, je vais me chercher une bouée pour pouvoir m’asseoir…

Cartel Award

Georgia Bulldogs

Avant la finale de la SEC, Georgia était classée numéro 3 au BCS. Troisième pour les votants de Harris, qui sont donc des gens qui ne regardent pas les matchs. Troisième pour les coaches, enfin, comme vous le savez, pour les secrétaires des coaches. Et quatrième pour les ordinateurs, et leurs formules compliquées qui ne tiennent pas compte de grand-chose…

La saison de Georgia, c’est une seule victoire contre une équipe à plus de 10 victoires sur la saison (Florida, 11-1). C’est une défaite écrasante (35-7) contre une autre équipe à 10 victoires (South Carolina, 10-2). Le reste ? Une victoire contre une FCS (Georgia Southern), mais bon, tout le monde le fait… Et pour les équipes FBS : Vanderbilt (8-4), Georgia Tech (6-6), Buffalo (4-8), Mizzou (5-7), Florida Atlantic (3-8), Tennessee (5-7), Kentucky (2-10), Ole Miss (6-6) et Auburn (3-9). Vous parlez d’une troupe d’adversaires de qualité. Mais bon, Georgia est en finale de la SEC. Et ça suffit pour que l’influence du Cartel permette de le classer dans les 3 premières équipes. Foutage de gueule.

Notez bien qu’Ohio State aurait été un prétendant sérieux si les B*ckeyes avaient pu être classés au BCS…

Cheerleader of the Year Award

Don’t know your name. But you can call me anytime.

Mademoiselle, à gauche sur la photo, je veux que tu sois la mère des enfants de Verchain. Encore plus que Kate Upton. Best looking cheerleader of the year, period.

New Pop Culture Idol of the Year Award

Liz Honey, Youtube celebrity, Arkansas Razorbacks.

Toutes ses vidéos sont ici : Liz Honey 2 U.

Ma préférée ? Celle-ci, peut-être…

Person We Will Miss The Most Next Year Award

John L. Smith, aka John El, head coach, Arkansas Razorbacks

Le grand n’importe quoi absolu… Mais l’important, c’est de garder le sourire.

Colleges Actually Doing Their Jobs AND Winning Football Games Awards

Allons un peu au-delà du simple aspect terrain (et c’est pas comme si vous n’y étiez pas habitués, avec moi, si ?). Voici les cinq équipes les plus méritantes de la Division FBS. Celles qui fournissent un très haut niveau d’éducation (puisque c’est à ça que sert une fac, non ?) ET gagnent des matchs de football de manière consistante. Deux indications pour faire ce classement :

  • La performance sur le terrain : le record et la conférence sont pris en compte.
  • La performance universitaire : la position au classement des 200 premières facs tel que publié par US News & World Report sur Internet (USNWR). Pour relativiser les performances des équipes, sachez que le top 5 du classement est composé de Harvard, Princeton, Yale, Columbia et l’Université de Chicago (le MIT est 6°). Ces facs jouent dans l’Ivy League, un monde à part. Chicago joue dans l’UAA, une conférence indépendante qui regroupe des facs ‘pour les grosses têtes’. Le MIT joue en division III. Juste pour que vous puissiez relativiser le truc qui vient, quoi…

Voici donc le top cinq de la saison, selon le Verchain Inc

  1. Stanford, Pac12, 11-2 football, Pac12 champions, 6° rang au USNWR.
  2. Duke, ACC, 6-6 football, 7° rang au USNWR.
  3. Northwestern, BigTen, 9-3 football, 12° rang au USNWR.
  4. Notre Dame, Independant, 12-0 football, 17° rang au USNWR.
  5. Vanderbilt, SEC, 8-4 football, 17° rang au USNWR.

Honorable mention : Rice, C-USA, 6-6 football, 17° rang au USNWR.

Pour info, Alabama est 77° au classement, avec un record football en saison régulière de 11-1. S’il ne vous fallait qu’une bonne raison si vous êtes un Nerd de soutenir les Irish, vous l’avez !

Colleges Actually Winning Football Games AND Not Doing Their Jobs Awards

Et de l’autre côté du spectre, nous trouvons logiquement les football factories. Des facs qui ont des résultats football, mais pas de résultats universitaires. J’ai volontairement restreint le champ d’application aux facs des grosses conférences AQ (Northern Illinois gagne aussi beaucoup de matchs ces dernières années dans la MAC, et doit être 199° au USNWR…). Je n’ai pas repris non plus les équipes qui perdent à la pelle, puisqu’il faut prétendre gagner des matchs pour être dans ce classement (exemple : South Florida, BigLEast, 170° au classement, 3-9…)

  1. West Virginia, Big12, 7-5 football, 165° rang USNWR.
  2. Texas Tech, Big12, 7-5 football, 165° rang USNWR
  3. Louisville, Big Least, 10-2 football, 160° rang USNWR
  4. Mississippi State, SEC, 8-4 football, 160° rang USNWR.
  5. Kansas State, Big12, 10-1 football, 139° rang USNWR.

Honorable mention : Oregon State, Pac12, 9-3  football, 139° rang USNWR.

Tout au bout du bout du spectre, notons les formidables Lobos de New Mexico State, MWC, football, 189° au classement USNWR…

Non-AQ Rankings

Holly Anderson et moi avons au moins une chose en commun (avant d’avoir des enfants…) : une certaine fascination pour tout ce qui est petite fac, petite équipe, en bref tout ce à quoi je me tue à vous vanter les mérites chaque semaine depuis l’an dernier. Puisqu’on décerne aujourd’hui les récompenses, voici pour finir le classement final des conférences Non-AQ, avec un petit mot pour chacune d’entre elles.

  1. Sun Belt : Avec des victoires contre Kentucky, Arkansas et Georgia Tech, respectivement pour Western Kentucky, ULM et MTSU, la Petite Conférence qui fait peur aux grands méchants a eu son lot de réussite, et n’a du qu’à un punt bloqué et retourné pour TD de perdre ce qui aurait été l’upset de la saison, Louisiana-Lafayette contre Florida. Great season.
  2. MAC : #MACtion sera bientôt une marque déposée. Et nous en avons eu pour notre argent cette saison, entre Northern Illinois (11-1 avec une défaite de justesse contre Iowa), Kent State (vainqueur de Rutgers), Toledo (victoire contre Cincinnati), Ohio (vainqueur de Penn State) ou encore la victoire de Western Michigan contre Connecticut, on a eu notre lot de belles performances contre des équipes du Cartel.
  3. WAC : Utah State a battu Utah et perdu de deux petits points contre Wisconsin. Louisiana Tech est passé près de l’exploit contre Texas A&M, a battu Illinois et Virginia. Et San Diego State n’a perdu que de trois petits points contre Stanford en ouverture, avant de battre BYU. Une belle sortie de scène.
  4. MWC : Boise State n’a pas connu la promenade attendue (malgré les nombreux départs des seniors de l’an dernier, au premier rang desquels Kellen Moore), et a perdu son seul vrai gros match au programme, contre Michigan State. On a tout de même eu quelques performances contre des équipes AQ, entre Nevada qui bat Cal, Colorado State qui bat Colorado, comme Fresno State l’a fait.
  5. Conference USA : Les temps sont durs, et ce n’est pas parti pour s’arranger. Finies, les belles histoires de la saison passée, avec notamment Houston et Southern Miss classées, et en passe de nous fournir un BCS Buster (les Cougars).

Landscape – Final edition

La saison régulière est maintenant terminée. Voici donc la situation finale, avec les équipes qualifiées pour les bowls.

Champions :

SEC : Alabama Crimson Tide

ACC : Florida State Seminoles

Pac12 : Stanford Cardinal

Big 12 : Kansas State Wildcats et Oklahoma Sooners partagent le titre, K-State est le représentant de la conférence au Fiesta Bowl, en ayant battu les Sooners en rencontre directe.

Big Ten : Wisconsin Badgers

Big East : Louisville, Rutgers, Cincinnati et Syracuse partagent le titre avec des records équivalents de 5-2. Les Cardinals sont premiers en termes de classement BCS, en ayant battu Rutgers.

Mountain West : Boise State, Fresno State et San Diego State partagent le titre.

WAC : Utah State Aggies

MAC : Northern Illinois Huskies

Conference USA : Tulsa Golden Hurricane

Sun Belt : Arkansas State Red Wolves

Eligibles pour un Bowl :

SEC : 9 équipes : Alabama, Georgia, Florida, South Carolina, Mississippi State, Ole Miss, Vanderbilt, LSU, Texas A&M.

ACC : 6 équipes : Florida State, Georgia Tech (avec un record de 6-7, bénéficie d’une dérogation de la NCAA), Clemson, Virginia Tech, Duke, North Carolina State.

Pac12 : 8 équipes : Stanford, UCLA, USC, Oregon, Oregon State, Arizona, Arizona State, Washington

Big 12 : 9 équipes : Kansas State, Oklahoma, Oklahoma State, Texas, Texas State, Baylor, West Virginia, Iowa State, TCU

Big Ten : 7 équipes : Wisconsin, Nebraska, Purdue, Northwestern, Michigan, Michigan State, Minnesota

Big East : 5 équipes : Louisville, Rutgers, Cincinnati, Syracuse, Pittsburgh.

Mountain West : 5 équipes : Boise State, Fresno State, San Diego State, Nevada, Air Force.

WAC : 3 équipes : Utah State, Louisiana Tech, San Jose State.

MAC : 7 équipes : Northern Illinois, Kent State, Ohio, Bowling Green, Toledo, Ball State, Central Michigan.

Conference USA : 5 équipes : Tulsa, Central Florida, East Carolina, Southern Methodist, Rice.

Sun Belt : 5 équipes : Arkansas State, Middle Tennessee State, Western Kentucky, Louisiana Monroe, Louisiana Lafayette.

And in other College football news…

Enfin un bon petit scandale, ça nous manquait, tiens. Ross Parmley, le DA de Tulsa, a été suspendu par la fac après que le FBI a annoncé que le monsieur est un parieur impliqué auprès d’un bookmaker de l’Oklahoma. Classe.

Nous sommes donc en pleine folie, une nouvelle fois, du réalignement des conférences. La saison a commencé très tôt… Mais de quoi va-t-on parler en février et mars, je vous le demande…

Pour faire le point, l’ACC a récupéré Louisville en provenance de la Big East. Et ça suffit pour la réputation de l’ACC, qui se vantait d’avoir des facs à très haut niveau universitaire (Duke, Miami, Maryland, le Boston College par exemple). Louisville, c’est très médiocre de ce point de vue là. Mais niveau football, notamment au niveau des infrastructures et également du basket, c’est autre chose que Maryland… Bon, Duke et North Carolina sont furieuses de voir entrer une fac merdique sur le plan universitaire, mais en termes de pognon, avec le futur contrat télé de l’ACC, ça pourrait les calmer un peu…

La Big East a trouvé le remplaçant de Rutgers : Tulane ! Comme quoi, on peut encore faire pire niveau football dans la Big LEast. Bon, ça nous aura au moins fait rigoler avec un tweet d’un AD assistant de Temple, qui a depuis été effacé et que je n’ai donc pas pu récupérer, qui disait en gros ‘What’s the deal with Tulane ??????’. Avant que le type ne s’excuse, un tweet qui est toujours en ligne.

Bah, en plus, la Big East accueillera East Carolina. Oui…

Et la Conférence USA a mené son propre raid sur la Sun Belt, en ajoutant… Middle Tennessee State et Florida Atlantic… Les Owls ? Wow…

Bref, attendons nous à voir encore un peu de mouvement dans les semaines qui viennent, tiens…

Enfin, je suis au regret d’apprendre que notre #FatCoach favori, Mark Mangino, a demandé à ne pas interviewer pour le poste de head coach de Colorado.

Tous les jours que Dieu fait, je regarde une photo de Mark Mangino,

juste pour me souvenir de ce à quoi je ne veux pas ressembler

si j’atteins un jour la quarantaine…

Et donc, par contre, on pourrait assister au grand retour de The Vest, Jim Tressel, dans le coaching la saison prochaine, à Tennessee… Il est en tout cas le favori des bookmakers…

Top Ten

La version définitive. Le Top 10 final.

Si vous recherchez les classements officiels, les fameux et fumeux Polls, vous pourrez les trouver sur The Blue Pennant, et sur tous les sites de la presse américaine s’intéressant au football universitaire.

  1. Notre Dame Fighting Irish – Independant (1)
  2. Alabama Crimson Tide – SEC (2)
  3. Oregon Ducks – Pac12 (3)
  4. Georgia Bulldogs – SEC (4)
  5. Kansas State Wildcats – Big 12 (5)
  6. Stanford Cardinal – Pac12 (7)
  7. Florida Gators – SEC (6)
  8. Louisiana State Tigers – SEC (8)
  9. Texas A&M Aggies – SEC (9)
  10. Oklahoma Sooners – Big 12 (10)

Flop Five

Notre Flop Five final est donc :

  1. Arkansas Razorbacks.
  2. Houston Cougars.
  3. Memphis Tigers.
  4. Colorado Buffaloes
  5. Iowa Hawkeyes

Also receiving votes : Utah Utes Wisconsin Badgers,Boston College.

BCS bowls analysis

BCS Championship : Notre Dame – Alabama.

Voilà qui pourrait être bien moche. Bien, bien moche. Comme le premier quart-temps du championnat de la SEC… Si on en vient à un duel de kickers… Remarquez, ça ne pourra pas être pire que ce qui nous occupe traditionnellement dans la nuit du lundi, le Monday Night Snoozefest…

The Pick  : Notre Dame. Même si je crois sincèrement qu’Alabama va gagner.

Rose Bowl  : Stanford – Wisconsin

La grosse surprise de la dernière semaine de compétition. Les Badgers ont retrouvé leur niveau de l’an dernier pendant 60 minutes. Mais ils auront sans doute plus de mal à courir comme ils aiment le faire contre une défense de Stanford qui est très solide au sol.

The Pick  : Stanford.

Fiesta Bowl  : Kansas State – Oregon

Voilà peut-être notre seul espoir de voir une orgie offensive dans la série de bowls BCS de cette année. Et ça dépendra de pas mal de choses, en fait… De savoir si Chip Kelly n’aura pas déjà les pieds ou au moins les idées en NFL. Et de savoir si la défense des Wildcats parviendra à contenir l’attaque des Ducks. Parce que K State devrait pouvoir marquer pas mal de points. Plus que les Ducks ? Peut-être…

The Pick : Oregon

Sugar Bowl  : Florida – Louisville

Le bowl qui laisse le moins de place au suspense. Ce sera moche, et je m’abstiendrai.

The Pick : Florida, by 20.

Orange Bowl  : Florida State – Northern Illinois

Les Huskies n’ont jamais eu à croiser une défense aussi étouffante que celle des Seminoles tout au long de la saison. Il se pourrait donc bien que, sans Dave Doeren pour coordonner l’orchestre, la jolie petite musique des Huskies et du merveilleux soliste Jordan Lynch ne se rendent compte de ce que c’est, de jouer devant une salle à moitié vide, surtout quand la moitié pleine

The Pick : Florida State

Bowling ?

Oui, cet idem remplace pour cette semaine le désormais célèbre ‘Games to watch next week’, en cette dernière semaine de publication. Les Bowls qui pourraient, peut-être, de loin, comme ça, valoir le coup d’œil. Qui pourraient vous apporter un peu de divertissement, en ce triste décembre. En tout cas, ces trucs auront rempli les poches des organisateurs des bowls, et leurs enfants passeront un bon petit Noël… Un classement en quatre catégories… Qui ne prennent pas en compte les Bowls BCS (çay le mal  !).

Bien entendu, je n’ai pas repris les 30 bowls dans la liste suivante… Faut pas pousser, non plus, cette liste est disponible partout… Juste ma sélection, en somme. Tout le reste… M’est au mieux indifférent, au pire totalement repoussant…

Must See  :

Oklahoma – Texas A&M au AT&T Cotton Bowl le 4 janvier. Parce que ça pourrait pulser, et se finir par 55-54. Et que ça a franchement plus de gueule que Florida-Louisville…

Boise State – Washington au MAACO Las Vegas Bowl, le 22 décembre. Parce qu’on aime bien les Broncos sous nos latitudes et qu’on essaie de les pimper un peu. Même si cette saison n’a pas été éblouissante.

Baylor – UCLA au Bridgepoint Education Holiday Bowl, le 27 décembre. Pour les mêmes raisons que OU/A&M, bien entendu.

Syracuse – West Virginia au New Era Pinstripe Bowl, le 29 décembre. Parce qu’un samedi soir avant les débilitantes célébrations de fin d’année, il y a mieux à faire que de préparer la fête. Laissons-ça aux cons. On en profitera deux ou trois

Could watch that if your girlfriend has a headache (or you got cramps in your arm because of too many self pleasure…)  :

Clemson – Louisiana State au Chick-Fil-A Bowl, le 31 décembre. Comme je l’ai déjà dit, sur le coup de 2 heures et demie du matin, vous devriez avoir laissé tous ces gens bourrés qui vous entouraient lorsque, sur le coup de minuit, vous avez sacrifié à la tradition ridicule de souhaiter bonne année à des gens dont vous souhaiteriez qu’ils crèvent au plus profond de votre être. Bobonne risque d’être torchée au champagne et d’être plus morte sous l’homme que votre amie Eva la Poupée Gonflable qui partageait les nuits de votre bataillon pendant le service militaire, ou quasiment de passer la nuit avec la tête dans la cuvette des toilettes. Pas grave, vous pisserez dans le lavabo. Et vous regarderez un match. Et puis, des Tigres contre des Tigres, ça le fait au moins aussi bien que des Tigres contre des Dragons. Une opposition de styles, en tout cas.

Kent State – Arkansas State au GoDaddy.com Bowl, le 5 janvier. Je ne sais pas si Candice Michelle fait encore des pubs pour GoDaddy. Mais moi, j’aimais bien Candice Michelle. Comme ce bowl, finalement. Au papier, je l’aime bien… Sauf que d’ici là, il pourrait opposer deux équipes privées de leur coach… Et ce serait sans doute beaucoup moins fun, du coup… Bon, et puis, le mpeme jour, en guise d’apéro, on aura eu droit à un fantastique Pittsburgh – LOL Miss, donc, bon…

Could raise some interest… If you used to love, as a child, to look at your hamster running like mad in its cage, for hours, and hours, and hours…

Toledo – Utah State au Famous Idaho Potato Bowl, le 15 décembre. Parce que le premier bowl planifié, le Gildan New Mexico, nous proposera un Nevada-Arizona qui sentira bon le désert, et se déroulera à Albuquerque, au Nouveau Mexique. Albuquerque, quoi… Alors que bon, yaura le canon à patates à Boise, bordel !

Texas – Oregon State au Valero Alamo Bowl, le 29 décembre. Ou un bel affrontement entre deux équipes qui ont laissé des débuts de saison prometteurs s’évaporer lentement, certains pour abus de télévision si on en croit leur coach, les autres pour abus de hamburgers pour fêter les premières victoires. Le pire, c’est qu’il va y avoir une des deux équipes qui va gagner alors qu’on ne s’y attend pas…

Better get a coloscopy than watch this  :

Navy- Arizona State au Kraft Fight Hunger Bowl, le 29 décembre. Parce qu’il y a ‘Cuse et WVU qui jouent à la même heure, et que Ryan Nassib contre Geno Smith, ça t’a tout de suite plus de gueule que… Euh… Machin contre Bidule…

Southern Methodist – Fresno State au Sheraton Hawaii Bowl, le 24 décembre. Ya pas à dire, le Père Noel est une ordure… SMU doit logiquement se faire démonter comme une nymphomane dans un gang bang.

Duke – Cincinnati au Belk Bowl, le 27 décembre. ‘Belk’, comme ont dit dans nos campagnes reculées…

Air Force – Rice au Bell Helicopter Armed Forces Bowl, le 29 décembre. Deux équipes médiocres, les Falcons ayant même réussi à perdre des matchs contre Navy et Army. Faut juste pas se moquer de nous, là…

Not really Football stuff and then what ?

OK, donc Johnny Manziel rend les gens complètement dingues…

https://www.youtube.com/watch?v=Qf6_w1d539o

Complètement dingues.

Remarquez, Lee Corso, lui, pense que le prochain Heisman ne sera pas Johnny Football, mais… Calvin Klein…

Les étudiants de Georgia se sont mis au rap avant la finale de la SEC. On a vu des trucs bien pires cette saison…

Le match entre Navy et Army pour le Commander In Chief Trophy n’aura lieu que la semaine prochaine, mais la mascotte de Navy a toutefois fait l’objet d’un kidnapping cette semaine, et a été libéré devant le Pentagone… Passionnant, non, la vie des Service Academies ?

La Légion étrangère française a nié toute responsabilité

dans le kidnapping.

Pourtant, selon l’adjudant Kronenbourg, « y’a d’la prise, là »

Et vous n’êtes pas allés assister à la finale de l’ACC ? Pourtant, il y avait des places à 4 dollars…

La vidéo de campagne pour le Heisman de Manti Te’o est à peu près aussi séduisante que le jeu de Notre Dame cette saison, si vous vous appelez Verchain, ou faites partie de la Verchain Nation…

Cheerleaders

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eh bien, ce sera tout pour cette année 2012, les amis. Rendez-vous en 2013, sans doute. D’ici là…

Oh, et joyeux Noël !

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - College Football Report