Suivez-nous sur

College Football Report

College Football Report – Semaine 4

Retour sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football avec le ton décalé de Verchain.

College Football Report – Semaine 4

The College Football Report is presented by The Southern University Human Jukebox & Fabulous Dancing Dolls. Period.

Eh bien, une bien belle semaine, ou presque. La ‘Near Upset Week’, tant on a pu y croire, pendant un temps, voir tomber Penn State, USC, Washington, Michigan, Florida… Heureusement qu’il y a Alabama, si on veut se rassurer sur certaines petites choses, et se dire qu’on connaît un peu son football, tout de même.

By the way… The Play of the Year. I’d marry that Maryland Girl if… you know… I was not happily married right now…

 


#NuffSaid

 

Ainsi parlait Verchain

Verchain pense. Alors Verchain parle. C’est son côté Rain Man.

Feel free to insult me in the comments section.

#NotImpressed

Tout de suite la suite de l’article de SBNation sur le procès Ole Miss, et l’implication d’un joueur de Mississippi State dans les accusations portées contre la fac d’Oxford.

Dans les épisodes précédents : Mike Sheridan, enquêteur de la NCAA, interviewait Leo Lewis, actuellement linebacker des Bulldogs de Mississippi State, sur les gratifications non autorisées dont il aurait bénéficié de la part des recruteurs d’Ole Miss alors qu’il devait choisir son université : voyages et hébergements gratuits, équipements gratuits dans un magasin de sport, cash… Pour sa deuxième audition, Lewis reprend les éléments précédemment évoqués avec Sheridan, cette fois en présence des avocats de l’université d’Oxford…

La deuxième audition :

Pour sa seconde rencontre avec les officiels de la NCAA, tenue le 18 novembre à Starkville, Lewis retrouva Sheridan et Brady (son avocat) ainsi que deux avocats représentant Ole Miss, Mike Glazier et Hnery Gimenez (au téléphone). Devant les avocats d’Ole Miss, Sheridan et Lewis revinrent sur les voyages vers et depuis Oxford pour les visites non officielles, les hôtels, Funky’s et l’argent de Phyllis.

Une nouvelle fois, Lewis eut des difficultés à se souvenir de détails d’évènements s’étant déroulés deux ans et demi plus tôt. Il confondit un voyage qu’il pensait dater d’avril avec un voyage s’étant déroulé en août, comme en attestaient plusieurs éléments de preuve. Il ne parvint pas à se souvenir dans quel modèle de voiture il effectuait les déplacements vers et depuis Oxford à des dates précises. Il ne se souvenait même pas exactement qui parmi ses amis, coéquipiers ou membres de sa familles l’accompagnaient à telle ou telle occasion.

Il lui fut demandé de se souvenir précisément des articles reçus chez Rebel Rags ; il déclara qu’il avait donné un maillot de baseball siglé Ole Miss à un ami de lycée, et il affirma que le caissier chez Rebel Rags avait méticuleusement enlevé toutes les protections antivol, qui étaient des cartouches d’encre. Dans leur plainte contre Lewus, les avocats de Rebel Rags affirment que le magasin n’utilise pas de tels dispositifs.

A propos des 10000$ qu’il affirmait avoir reçu d’Allen, Sheridan fournit un document indiquant une dette de 6885$. Lewis confirma qu’il avait utilisé cette somme provenant de l’argent reçu d’Ole Miss, et donné 1000$ à sa mère pour qu’elle rembourse une dette immobilière.

Lewis décrivit la rencontre avec Allen au Hampton Inn où il reçut les 10000$, affirmant qu’elle s’était produite « aux environs de midi ». Lewis déclara à Sheridan qu’Allen lui avait fait part de sa crainte de voir Lewis signer à Mississippi State ou LSU, et qu’il pensait qu’Allen était en contact régulier avec Barney (Farrar) et Phyllis tout au long du processus de recrutement.

Sheridan montre à Lewis un message texte, transféré à Farrar, envoyé par Allen à Leo. Allen est paniqué parce qu’il a lu sur un forum de fans de LSY que Lewis allait prendre la direction des Tigers, aux dire d’un de ses anciens coaches.

« Tu me l’as juré sur la tête de ta fille S’il te plaît appelle moi. [sic] Tu me le dois », dit le message.

Lewis déclara à l’assemblée qu’il n’a pas répondu au texto ou répondu aux appels d’Allen par la suite.

« Je n’en avais pas envie », déclara Lewis.

Il affirma qu’il n’avait jamais eu l’intention de signer pour Ole Miss et que, lorsqu’il a accepté le paiement, il était en train d’hésiter entre LSU et Mississippi State. Un avocat d’Ole Miss lui demanda alors pourquoi il avait accepté l’argent.

« Je… je voulais juste cet argent… parce que j’en avais besoin… J’emménageais dans une nouvelle maison, et j’avais ma fille avec moi… Mon père venait d’être envoyé en prison… Ouais, j’en avais besoin, alors je n’ai pris. Je l’ai demandé, et je l’ai pris. » déclara Lewis.

Tout au long de l’audition, les avocats d’Ole Miss n’eurent le droit de poser que les questions qui détaillaient certains points dans la ligne que Sheridan avait fixée. À la fin, Sheridan laissa la parole à Glazier. Ce dernier commença à poser des questions, toutes contestées par Brady, qui affirma que Lewis ne devait répondre qu’à Sheridan, conformément aux termes de l’accord d’immunité.

Glazier demanda à Lewis à quel endroit il avait conservé l’argent qu’il avait reçu.

« Dans ma maison », répondit Lewis.

Glazer essaya une question supplémentaire.

« OK, donc, il y avait cette vidéo… »

« Oui, monsieur », répondit Lewis

« Parlez moi de cette vidéo »

Brady intervint.

« Nous allons mettre un terme à cet entrevue, maintenant… »

Troisième audition :

Au cours du rendez-vous suivant avec la NCAA, Lewis devait évoquer la vidéo. Le 13 décembre, Lewis reçut une convocation pour être auditionné, sous le régime de l’immunité, pour une troisième et dernière fois dans le cas Ole Miss. Au cours de l’audition, une téléconférence entre Lewis, Brady, Sheridan et Stéphanie Hannan, la cheffe de Sheridan à la NCAA, le joueur évoqua la fameuse vidéo, un Snapchat posté par Lewis fin février 2015, et partagé depuis un nombre infini de fois par des fans de la SEC.

«J ‘ai vu cette vidéo un millier de fois» affirma Lewis à la NCAA au cours de l’audition.

Les avocats d’Ole Miss avaient transmis la vidéo à la NCAA le 18 novembre, le jour de la seconde audition de Lewis. De plus, un enregistrement audio d’une conversation supposée entre Farrar et la mère de Lewis, Tina Henderson, avait été transmis par l’avocat de Farrar après l’audition de novembre. Sur cette bande, enregistrée le 2 février 2015, à la veille du jour où Lewis affirme que Allen lui aurait remis 10000$ pour signer avec Ole Miss, Henderson affirmait apparemment à Farrar qu’elle avait reçu plusieurs propositions de paiement pour Lewis, comprenant une offre de 650 000$ de LSU et une de 80 000$ de Mississippi State.

Au cours de la troisième audition, Lewis confirma qu’il apparaissait bien dans la vidéo Snapchat soumise par Ole Miss. Sheridan demanda à Lewis et Brady d’écouter l’enregistrement qui comportait la mention d’offres en cash de LSU et Mississippi State et demanda à Leo « avez-vous personnellement reçu des offres financières d’autres universités qu’Ole Miss ? »

À ce moment, Brady demanda une pause. À la reprise de l’audition, Lewis répondit à la question par l’affirmative.

Lewis confirma que sa mère s’était vue proposer et avait même reçu de l’argent elle-même, ce qui poussa la NCAA à demander à son tour une interruption.

« Nous n’allons pas parler durant des heures de ce point, Leo, mais je dois vous poser ces questions, et ensuite nous passerons à autre chose. Quelle université vous a offert de l’argent durant votre recrutement ? » demanda Sheridan.

Lewis nomma une université, dont le nom a été masqué par la NCAA dans les documents que nous nous sommes procurés. Dans sa lettre du 16 août au COI, un des avocats d’Ole Miss affirme que l’institution dont le nom a été effacée était Mississippi State :

« Bien que le nom de cette autre institution a été masquée dans les documents fournis à l’Université et aux autres parties prenantes à l’affaire, il est ensuite apparu que l’institution identifiée par monsieur Lewis était Mississippi State University ».

Sheridan demanda à Lewis quelles universités avaient proposé de l’argent à Henderson, et desquelles elle avait accepté un ou plusieurs paiement. Toutes les réponses de Lewis ont été masquées. Lewis dit qu’il a reçu 11000$, 1000 directement et 10000 après le National Signing Day, les deux paiements de l’université dont le nom a été masqué.

Lewis déclara ensuite qu’il avait reçu ces deux paiements au moment du tournage de sa vidéo, mais qu’il a utilisé la somme remise par Ole Miss pour la vidéo Snapchat. Il affirma qu’il avait déposé les deux sommes d’argent dans un tiroir, chez lui, en deux tas distincts.

« Je ne sais pas… C’est ce que j’ai fait, je les ai rangées dans deux petits sacs noirs. Une dans chaque sac… » déclara Lewis.

Sheridan revint sur le sujet de la dette de Lewis pour sa voiture, et demanda à Lewis s’il était en mesure de savoir s’il avait utilisé l’argent d’Ole Miss ou « d’une autre provenance » pour régler les 6800$ au concessionnaire.

« Non monsieur » répondit Lewis.

« Vous ne pouvez pas ? » demanda de nouveau Sheridan.

« Non monsieur » dit Lewis.

Sheridan revint une nouvelle fois sur la rencontre avec Allen le 3 février 2015, demandant à Lewis d’indiquer l’heure à laquelle il a reçu l’argent. Bien qu’ayant auparavant évoqué « les environs de midi », Lewis déclara cette fois que c’était entre 5 et 6 heures de l’après midi.

Ceci créait un problème pour Sheridan, qui mentionna le texto « sur la tête de ta fille » d’Allen, reçu à 16h04 ce jour là.

Il semblait fortement improbable à Sheridan qu’Allen ait pu envoyer son message un peu paniqué avant d’avoir remis l’argent, et il demanda de nouveau à Lewis de préciser l’heure… « Il faisait jour, j’en suis certain ».

« A un moment entre 16h et un peu plus tard, pas plus tard que 18h », déclara Lewis.

Brady, Lewis et Sheridan discutèrent ensuite de l’heure du coucher de soleil au Mississippi en février, s’accordant à dire qu’elle s’établit aux environs de 17h15.

« C’était de manière certaine avant le coucher du soleil », répéta Lewis.

« OK, on en restera là », conclut Sheridan.

Ce que le COI veut obtenir de Lewis

Le 17 mai, le COI de la NCAA requit officiellement que Lewis soit présent à l’audition du 11 septembre contre Ole Miss, qui est programmée juste quelques jours avant que les Mississippi State Bulldogs du linebacker vedette ne disputent un match crucial en SEC contre LSU.

Selon plusieurs sources, l’avocat de Lewis proposa que Lewis assiste à l’audition du 11 septembre via Skype, une proposition rejetée par le COI, qui insista pour que Lewis assiste à la réunion en personne, à Covington au Kentucky.

L’avocat de Lewis cita le match à domicile de MSU le 16 septembre contre LSU comme la raison de ne pas assister physiquement à la réunion, mais insista également sur le fait que Lewis est co-défendeur dans le procès intenté par Rebel Rags.

L’un des avocats d’Ole Miss affirme maintenant que l’équipe d’investigation de la NCAA a ouvert puis clôt une enquête sur Mississippi State sur la base des entretiens de Lewis avec la NCAA, en citant un manque de crédibilité.

Le 16 août, les avocats d’Ole Miss ont écrit une lettre au chairman du COI Greg Christopher, AD de Xavier University, pour demander l’accès aux documents de l’enquête relative à Mississippi State.

Ce courrier, obtenu par SBNation, affirme que l’équipe d’enquête de la NCAA a informé Ole Miss qu’ils avaient « rapidement ouvert puis classé » cette enquête car les déclarations de Lewis sur le fait d’avoir supposément reçu de l’argent de Mississippi State étaient considérée comme « définitivement insuffisamment crédibles pour soutenir une accusation ».

Ce point met clairement en doute le fait que l’équipe d’investigation ait un double standard dès lors qu’il s’agit de considérer les déclarations de Lewis au sujet d’Ole Miss comme crédibles. À l’occasion de sa réponse écrite au COI, l’équipe d’investigation maintient considérer Lewis comme un témoin crédible. « Lewis a continuellement fourni des informations crédibles et appuyées durant notre enquête » écrivaient-ils le 21 juillet dernier.

L’argument des avocats d’Ole Miss porté devant le COI – à la fois juge et juré du destin d’Ole Miss – était simple : Si le témoignage de Lewis était considéré comme non crédible dans le semblant d’enquête diligenté contre Mississippi State, Lewis ne pouvait pas être considéré comme un témoin crédible dans l’enquête contre Ole Miss.

Si l’argument d’Ole Miss est valide, la NCAA aurait retenu ce qu’on appelle une preuve ‘disculpatoire’ devant une cours de justice – basiquement, une information pouvant disculper quelqu’un de sa culpabilité (dans ce cas, Ole Miss et certains de ses boosters). Mais la NCAA n’est pas une cour de justice. Les deux parties n’ont pas de pouvoir d’assignation et l’équipe d’investigation reste dans ses attributions données par les règlements en retenant une information d’une autre enquête, même si des preuves trouvées dans cette dernière pourraient impacter un procès ou une autre enquête en cours.

Pourquoi Lewis a-t-il témoigné ?

Une immunité conditionnelle a été accordée à Lewis par le COI en août 2016, un accord étendu à chacune de ses trois auditions.

Sur la base d’informations publiques et de documents obtenus par SBNation, rien ne prouve que Lewis soit venu témoigner spontanément à la NCAA, ou qu’il ait contacté l’équipe d’investigation de sa propre initiative. En l’absence de commentaires officiels de la part de Lewis, de son avocat ou de la NCAA, ou même de Mississippi State, il nous est impossible de déterminer comment Lewis en est venu à obtenir cette immunité.

Des preuves suggèrent que Lewis est apparu sur les radars de l’équipe d’investigation lors de leur enquête sur Ole Miss. Dans la première audition, Sherida a dit à Lewis que son nom était mentionné par des boosters d’Ole Miss dans des emails envoyés à Farrar. Ceci, en plus du Snapchat de Lewis, donnait de bonnes raisons aux enquêteurs de contacter Lewis, et pas l’inverse, contrairement aux théories des fans d’Ole Miss.

On ne sait toujours pas comment Lewis a été traité par son université après l’arrivée de la NCAA à Starkville. Une conversation entre Lewis et Dan Mullen, le head coach de Mississippi State, est incluse dans des documents fournis par l’avocat de l’ancien assistant coach d’Ole Miss et actuel coordinateur défensif de FAU Chris Kiffin. Chaque partie accusée de violation des règlements de la NCAA soumet une réponse à la notification d’accusation et les avocats de Kiffin, mis en cause pour plusieurs violations incluant les avantages fournis à Tunsil et qui aurait envoyé des joueurs chez Rebel Rags, ont fourni des déclarations issues d’un entretien entre la NCAA et le safety d’Ole Miss Armani Linton.

Linton est un ami de Lewis, et a détaillé à la NCAA une visite à Lewis à Starkville durant le spring game de Mississippi State. Lewis lui aurait confié que Dan Mullen lui aurait indiqué comment gérer les auditions avec la NCAA.

SBNation s’est procurée l’extrait de la réponse de Kiffin :

Linton et Lewis se sont rendus ensemble à une fête de fraternité après le match, et, alors qu’ils étaient à deux dans une voiture, Lewis a évoqué le suhet de l’enquête de la NCAA sur Ole Miss. Selon Linton, « nous étions juste en train de parler de l’enquête, et de ce qui pourrait se passer… et il a dit que Dan Mullen l’a appelé, dans son bureau… il est entré et Dan Mullen l’a interrogé sur… son recrutement et juste… comment… sur qui a fait quoi, tout ça… Et il lui a demandé (Lewis) ce qu’il pourrait faire pour le protéger des trucs qui pourraient éventuellement sortir à propos de lui (Mullen)… vous voyez… Il… il agissait comme s’il voulait être sa marionnette, dire les choses qu’il fallait pour éviter de l’impliquer, de les impliquer, d’impliquer MSU , quoi… »

Comment ça se termine ? C’est quoi la suite ?

Le procès au civil contre Lewis se base sur ses déclarations à la NCAA, mais ne sera pas affecté par sa décision d’assister à l’audience du COI – Hormis le fait que les avocats de Rebel Rags chercheront à utiliser toute déclaration complémentaire de Lewis au sujet du magasin dans leur procès. Charles Merkel, avocat de Rebel Rags, a déclaré à SBNation qu’il poursuivrait Lewis et ses co-défendeurs « aussi longtemps que nécessaire » pour laver le magasin et son propriétaire Terry Warren de toute accusation d’infractions.

Si Lewis se rend face au COI, on pourrait lui parler des gratifications reçues de la seconde université (celle dont le nom a été masqué dans les documents), celle qu’un avocat d’Ole Miss affirme être Mississippi State. De fait, Lewis pourrait avoir à répondre à des questions qui impacteraient son équipe, car si lui a une immunité, Mississippi State n’en a pas…

Si Lewis n’assiste pas à l’audience, il pourrait perdre son immunité, à discrétion du COI, pas de l’équipe d’investigation. Selon les Procédures Internes d’Enquête de la NCAA :

L’équipe d’investigation de la NCAA peut demander la révocation d’une immunité en soumettant une demande formelle au président du COI ou au vice-président si le président est indisponible. La demande doit expliciter la base de la révocation et doit être transmise à toutes les parties.

Si le COI révoque une immunité, l’équipe d’investigation peut citer l’individu concerné dans ses accusations, conformément à la loi 19.7 de la NCAA, et, le cas échéant, le citer pour conduite non conforme à l’éthique, conformément à la loi 10.1.

Au cours d’une interview donnée à SB Nation en avril, la NCAA a donné cette déclaration signée par John Duncan, vice-président du département investigation, au sujet des buts et objectifs d’utiliser l’immunité pour les joueurs : « Lorsque nous enquêtons sur une affaire, notre cible en tant qu’enquêteurs est chaque agissement contraire aux règlements effectué par des membres d’un staff, des coaches ou quelque autre représentant d’une université. L’immunité limité nous aide à nous concentrer sur les violations qui menacent le sport universitaire, au lieu de pénaliser des étudiants-athlètes ou des prospects. »

Lewis n’a aucune bonne option. Aussi longemps qu’il collabore avec la NCAA, il est dans une position risquée. S’il parle d’Ole Miss, il pourrait lâcher quelque chose qui serait utilisé contre lui dans le procès au civil intenté par Rebel Rags. S’il partle de Mississippi State, il risque de révéler de potentielles violations commises par son université. Et s’il se tait ou ne coopère pas totelement, il pourrait perdre son éligibilité si son immunité est révoquée par le COI.

A moins que le COI ne décide de rejeter ses commentaires tout en décidant de ne pas révoquer son immunité, et ainsi poussant potentiellement Rebel Rags à abandonner ses poursuittes, il n’y a aucune issue grâce à laquelle la carrière de Lewis pourrait bénéficier d’une totale immunité.

Au moment où ces lignes sont écrites, Lewis est listé comme titulaire au poste de linenacker pour le match d’ouverture des Bulldogs contre Charleston Southern le 2 septembre. Il est sophomore, et considéré comme une des pierres angulaires de la défense de Mississippi State pour l’automne qui vient. Il va jouer au football, et en retour recevoir des gratifications légales comme une chambre, des fournitures scolaires et une éducation. C’est ce qu’il fera alors qu’il est au centre d’une enquête de la NCAA et impliqué dans un procès au civil, au milieu d’une situation sans bonne option restante. Ce sera sans doute ça, son éducation.

 

Double Dose Not Impressed

Kevin Sumlin vient-il de sauver ses fesses ? Peut-être. Peut-être pas.

On a l’habitude de voir des matchs entre Texas A&M et Arkansas qui sont un peu délirants, se finissent en prolongation, et d’avoir la tête de l’un ou des deux coaches préalablement posée sur le billot attendant que s’abatte la hache du bourreau avant que le match ne commence.

Texas A&m, qui venait fièrement depuis le début de saison de s’écrouler devant UCLA après avoir mené par trouzmille points d’écart, une équipe de UCLA dont on ne sait pas trop bien ce qu’elle vaut, capable d’enchaîner deux défaites contre Memphis et Stanford (le Cardinal a même paru pratiquer un football à moitié séduisant lors de leur rencontre de samedi), puis d’avoir bien du mal à battre les traditionnelles superpuissances du football que sont Nicholls State (qui doit aller chez Lamar la semaine prochaine, apparemment il va mieux depuis un petit moment, je pense qu’il a réussi à oublier l’immonde postérieur de Khloe Kardashian) et Louisiana Lafayette (qui n’a toutefois inscrit que 21 points, alors qu’ils tournent à 50 de moyenne cette saison, les Raging Cajuns…), sort son meilleur match de la saison – so far – pour vaincre au bout de l’après midi une équipe des Razorbacks volontaire, parfois même impressionnante offensivement.

Le problème, maintenant, c’est que nous nous trouvons au moment crucial de la saison des Aggies depuis quelques années.

Le moment où les espoirs de grandeur plongent dans la médiocrité absolue.

Le moment où on se dit que ce sera pour l’année prochaine…

Alors, ce matin, Texas A&M en est à une fiche de 3-1. Avec deux victoires contre successivement une équipe cupcake et une équipe demi-cupcake (oui, mesdames et mesdames, la Sun Belt fait après tout encore partie de la Division FBS).

Et habituellement, quand arrive le match numéro 5, ça part en cacahuète.

Non, pas comme ça… plutôt en matchs bien médiocres, en défaites éclaboussantes… Toutes ces choses qui ont fait de Kevin Sumlin la cible consécutivement de son propre Director of Athletics, d’un administrateur de l’université en direct sur facebook, par le public des Aggies, et a même reçu un courrier du meilleur goût suprémaciste chez lui, menaçant femme et enfants… On a même l’impression qu’il n’y a plus de vie dans Kevin Sumlin, par moments, sur le bord du terrain. Traits tirés, les yeux enfoncés à fond dans les orbites… Il est loin, le type qui portait beau et faisait un peu flambard…

Ce qui peut sauver Sumlin, hormis le fait que, comme on dit dans le soccer, « ses joueurs ne l’ont pas abandonné », c’est que, cette saison, la SEC semble d’un niveau plus que moyen.

La SEC East, rebaptisée dans le College Football Report la SEC Least, est médiocre, au mieux, depuis des années.

La SEC West abritait jusqu’il y a peu les équipes les plus terrifiantes de la division FBS.

Oh, certaines, le Juggernaut Alabama est toujours là, avec son énorme et implacable marée pourpre prête à tout emporter sur son passage, mais derrière, Marie-Claire, c’est la misère (c’est beau, non ? On dirait du Jul…).

Auburn et Mississippi State sont des équipes capables d’une performance magistrale une journée, et d’une performance pitoyable la semaine suivant.

LSU… A semble-t-il perdu la clé, et se cherche perpétuellement un quarterback.

Ole Miss… Forget it…
Pour sauver sa tête, Sumlin aura besoin de gagner encore 6 ou 7 matchs. Et plus certainement 7 que 6. Considérant que le match contre Alabama est déjà perdu, ça laisse une opportunité de défaite (ou aucune si on considère que Sumlin doit atteindre les 10 victoires). Pas gagné d’avance… Pas perdu non plus…

Tout ça pour dire que, malgré les espoirs placés en Auburn en début de saison, la SEC, cette saison, ne semble pas la mieux armée pour terroriser tous les adversaires potentiels. Et qu’on ne risque probablement pas de voir deux équipes SEC en playoff cette saison encore, sauf si Georgia fait une saison parfaite, qui demeure possible vu que les Bulldogs ne croiseront pas Alabama avant la finale de la SEC…

La B1G (Penn State, Ohio State, Michigan), la Big XII (Oklahoma ou TCU), l’ACC (Clemson), pourraient revendiquer une place dans le dernier carré… La Pac12 aussi, pour peu que son champion finisse invaincu. Heureusement qu’il est encore bien trop tôt pour se lancer dans de telles conjonctures…

Quickies*

*parce qu’un petit coup vite fait, c’est bon pour la santé

  • Merci, TCU, ou pas. Moi qui pensais pouvoir prendre peinard mon weekend du 11 novembre pour emmener madame Verchain s’aérer à la montagne, me voilà bien emm… ennuyé. Bah, oui, parce que bon, la finale avant la finale de la Big 12 (à dix équipes et poule unique… Faire une finale pour récompenser le numéro 2 et lui donner une chance d’être quand même numéro 1, faut le faire… c’est à peu près aussi malin que de prolonger le contrat de Bob Bowlsby… Wait…), le Bedlam Game positionné de manière tout à fait étrange le 4 novembre, vient de perdre tout à coup 90% de son intérêt, hormis pour @SquadStilly… La finale avant la finale, ce sera le 11 novembre, du coup… Oklahoma – TCU ! A moins, une nouvelle fois, que Kansas… Euh… Non.
    • Le jumeau maléfique de Ryan Gosling, Kliff (avec un putain de K) Kingsbury et ses Red Raiders viennent de mettre un terme à la plus longue série de victoires à domicile consécutives, tenue par les Cougars de Houston (16 matchs). Eh oui, tout ça pour une saison qui va encore se finir à 7-5…
    • Pittsburgh, bienvenue dans le club des victimes perpétuelles…
    • Du côté de Rutgers aussi, on a droit à la discipline de la NCAA. Le compte rendu des sanctions est ici. C’est principalement l’ancien coach Kyle Flood qui est mis en cause, mais il s’en floode car il est maintenant en NFL… Rien de bien grave, dans le fond, hormis une belle petite fraude académique des familles, un truc tellement classique qu’on ne devrait même pas en parler, tiens…
    • Du côté des petites conférences, la polémique du moment est le double refus de la Conference USA et de la Sun Belt d’accueillir Liberty (qui a battu Baylor en ce début de saison) à partir de la saison prochaine. Liberty, université chrétienne ultra-conservatrice (ce qui nous promet sans doute des scandales à la Baylor… trop de religion amène toujours de la frustration…) était prête à payer plus de 20 millions de dollars (selon la fac) alors que le ticket d’entrée dans la C-USA coûte 2 millions. Liberty est pétée de thunes, comme disaient les jeunes à la fin des années 90. La preuve ? Elle paiera 1,3 millions de dollars à Old Dominion pour un match la saison prochaine. OD sera donc un cupcake pour Liberty. Nice…
    • En parlant de Sun Belt… Coastal Carolina, les Chanticleers, réalise l’exploit de la semaine. La fac est en période de transition et rejoindra la Sun Belt l’an prochain… Eh bien… Félicitations, les Chanticleers. Oh, pas pour avoir le nom le plus pourri de la division FBS, mais pour vous être fait fesser à coups de pelle par la surpuissante armada de Western Illinois (52-10).

    Et pourtant, les cheerleaders des Chanticleers avaient tout pour devenir la troupe favorite de Verchain. Escorting, strip dans des clubs pour messieurs, abus d’alcool, fausses identités… Ce qui a poussé la fac à suspendre l’intégralité de la troupe en novembre dernier.

    Du coup, Verchain nomine deux cheerleaders des Chanticleers (c’est tellement ridicule que j’adore ce nom) comme candidates au titre de Cheer of the Year (qui sera remporté, jusqu’à nouvel ordre, par Dani, de toute façon…)

    • Oregon aura été à une ridicule défaite à Arizona State près de rentrer dans mon Top25. Mais bon, en remettant sur le terrain les deux attaquants des Penguins de Pittsburgh, fallait pas s’attendre à du bon football…

    • Take That, TD Of The Year !
    • You just can’t win with a soccer player practicing throw-ins on the field on game day, Tar Heels…

    • Et comme si le fait d’être à New York n’était pas déjà suffisamment ridicule, il faut encore que ESPN donne dans la justification alakon. #smh


     

    Verchain’s Billboard

    Le Verchain’s Selection Comittee, présidé et administré par Verchain, qui synthétise après de longs débats dans un garage luxueux du Nord de la France les réflexions d’un comité composé de Verchain et Verchain, vous offre son classement des 25 premières équipes du college football, sans vous donner d’explications pourries, mais avec du Verchain Style inside.

    #1 Alabama Crimson Tide (SEC) : And Nick Saban would nuke your Korean ass…

    Yup, you’ll just look like that…

    #2 Clemson Tigers (ACC) : Je me demande si Josh Rosen a quelque chose à déclarer sur le niveau nécessaire scolairement pour être recruté par les Tigers…

    #3 Oklahoma Sooners (Big 12) : Moi qui pensais que Baker Mayfield était un homme de goût… #smh

    #4 Washington Huskies (Pac12) : Couldn’t say it better myself, Dani…


    #5 USC Trojans (Pac12) : La carrière de Sam Darnold sur le point de prendre un sale tournant…

    #6 Penn State Nittany Lions (Big Ten) : Mike Francesca, welcome to the Verchain Universe.

    #7 Wisconsin Bagders (Big Ten) : Comme annoncé la semaine dernière, les fans des Badgers ont coulé un bar à Provo…

    #8 Ohio State Buckeyes (Big Ten) : ROFL, comme on dit peut-être encore…

    #9 Georgia Bulldogs (SEC) : Bulldogs Bowl. Yup. Uga just won the dog fight…

    #10 Michigan Wolverines (Big Ten) : What the fuck is PETA waiting for ? Sue his ass !

    #11 TCU Horned Frogs (Big XII) : Les donzelles de la Showgirl Team de TCU sont tellement affriolantes qu’apparemment même les linemen offensifs adverses décident de sacker leur propre quarterback…

    #12 Auburn Tigers (SEC) : Farewell, Sean White !

    #13 Virginia Tech Hokies (ACC) : Note : faire débuter un quarterback de 17 ans contre Virginia Tech n’est pas une bonne idée.

    #14 Oklahoma State Cowboys (Big 12) : L’un des meilleurs pétages de plombs d’un coach dans l’histoire, c’était il y a dix ans, c’était Mike Gundy.

    Le meilleur pétage de plombs dans mon palmarès ?

    #15 Miami Hurricanes (ACC) : Mark Walton peut courir 204 yards en restant la moitié du match au vestiaire pour se faire soigner. Take that, Upset Alert !

    #16 Louisville Cardinals (ACC) : Comment dire… Il n’y a pas que la ligne offensive qui est en carton à Louisville apparemment, le public aussi…

    #17 Florida Gators (SEC) : La classe. Florida Style…

    #18 Washington State Cougars (Pac12) : There it was, in that parody of a GameDay !

    #19 Utah Utes (Pac12) : Bon, ça fait son entrée dans le Billboard… Mais là, on a une photo officielle de la cheerleading team qui fait un peu cheap, limite Division III…

    #20 Texas A&M Aggies (SEC) : Kevin Sumlin. Priceless.

    #21 San Diego State Aztecs (MWC) : Aztecs are good at water-polo too.

    #22 Mississippi State Bulldogs (SEC) : It was almost fun while it lasted…

    #23 West Virginia Mountaineers (Big XII) : Oui, je sais, rien à voir avec les Mountaineers. Et alors ? Je fais ce que je veux ici, mayrde !

    #24 Notre Dame Fighting Irish (Independant) : ouais, voilà ce que c’est, les universités catholiques. Le pape a dit pas de sexe avant le mariage… Alors, bon, faut bien relâcher la pression testiculaire, des fois…

    #25 Florida State Seminoles (ACC) : Benny Hill Moment Of The Week

    Under consideration : Duke, Wake Forest, Minnesota, LSU, South Florida, Grambling State.

    Ce qui nous donne, dans le Power Ranking des Conférences :

    1 – SEC : 6 équipes
    2 – ACC  : 5 équipes
    3 – Big Twelve, Big 10, Pac12: 4 équipes
    6 – Reste du monde : 2 équipes.

    Three games to watch next week

    UPSET ALERT : USC Trojans at Wazzu Cougars : Si Sam Darnold continue de faire du sous-Luke Falk, beware…

    Clemson Tigers at Virginia Tech Hokies : Où l’occasion sera donnée à Team Dabo de se positionner en #2 dans le pays en espérant une défaite d’Alabama un jour prochain pour devenir numéro 1. C’est le plus gros test de Clemson cette saison.

    Vanderbilt Comodores at Florida Gators : ça va être moche, mais moche, mais moche… Avec un possible 6-3 dans un sens ou dans l’autre, mais un match qui pourrait, si le chaos qui s’est emparé de la SEC Least continue encore un peu (rappelons que nous aurons aussi un Georgia at Tennessee pas piqué des hannetons [expression alakon casée]), avoir des conséquences sur l’identité de la victime expiatoire du Tide en finale de conférence…

    Also worth a look :

    Mon doux regard se portera, tout enamouré, sur Miami of Florida at Duke.

    Oklahoma State contre Texas Tech. 89-75.

    Columbia at Princeton, puisque maintenant on suit le football de New York…

     

    Verchain’s Crush of the week – Non-Football edition

    Vous savez quand sortira la prochaine édition du Swimsuit de SI ? Moi non plus. Mais je n’ai pas oublié une des rookies de la saison dernière, qui sera donc mon crush de la semaine. Gentlemen, Kelly Gale…


     

    Not Really Football Stuff… and then what ??

    Les trucs alakon autour du football. Pas forcément tous les trucs alakon. Certains trucs alakon.

    Je crois que vous allez y avoir droit toutes les semaines, à cette Imperialism Map…

    Tennessee, Tennessee… Sérieusement, vous devriez laisser ‘Fire’ sur le roc. Tout le temps. Comme ça, vous n’auriez plus qu’à peindre le nom que vous souhaitez…

    George Eddy Moment : « Get Back, Baby !!! »

    In case you missed it, Austin Peay (comment il va, d’ailleurs ? ) a gagné un match la semaine passée. L’apocalypse arrive…

    Non, mais bon… Ohio being Ohio ?

    Yup, pas de quoi s’étonner, au fond… #BadgersFan

     

    Make our cheerleaders great again

    They ARE the reason why we LOVE College Football. And they are in the College Football Report. Enjoy.

    The Gold and Bluez de Southern University ne sont pas à proprement parler des cheerleaders. Mais Verchain fait ce qu’il veut dans son article hebdomadaire (c’est une clause de son contrat, et ça coûterait trop cher à Morgan de le virer, le Verchain), alors, un petit documentaire pour vos yeux. Passque… Verchain est officiellement devenu fan de Southern University. Allez savoir pourquoi…

    Sinon, dans le monde plus habituel de Verchain… Cette semaine, je me suis demandé que faire… Alors, j’ai regardé autour de moi, et je me suis dit… Tiens, au fait, quand les Longhorns de Texas avaient une équipe de foot qui ressemblait à quelque chose, ils avaient une sacrée bande de cheerbabes, aussi… Et tiens, là… Ils ont presque causé l’upset de la saison, la semaine dernière… Alors, plongeons avec délectation (ou pas) dans la team de cette saison des cheerbabes d’Austin…

    On tient une grosse machinerie. Everything’s Bigger In Texas (Except For George W’s Brain), et ce sont donc trois équipes de babes que nous propose Austin. Orange, White, Pom Squad. OK… On y va alors ?

    Bon, on n’en est pas encore revenus aux grandes années du Texas, avec les bottines et le gilet à franges qui valaient à eux seuls de s’intéresser épisodiquement aux matchs des types en burnt orange. Alors, nominons… Talia Hill comme candidate au titre de Cheerleader of the Year (c’est pas gagné…)

    Les Texas babes ne sont pas très actives sur les réseaux sociaux, et il est assez ennuyeux de trouver des jolies photos de ces demoiselles…

    Voilà, les enfants, c’est tout pour aujourd’hui.

    • That’s too short

    • That’s what she said.

    Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

7 Commentaires

7 Comments

  1. louvressac

    25 septembre 2017 à 13h11

    « fait chier,tout le monde se l’est faite ! (Michel Blanc,les bronzés font du ski)

    enfin,tout semblait sur la table pour que la plus grande injustice du sport américain soit enfin réparée….Lee Corso et consorts pour la première fois à Pulmann pour certainement une high scoring battle »entre les trojans et les cougars.Pas ceux que je supporte habituellement et qui vont encore se prendre une branlée la veille à Logan dans le derby des nuls de l’Utah.
    non,non,les autres….ceux qui ont une page facebook pour supporter leur combat et qui envoient systématiquement un drapeau au 4 coins du pays pour promouvoir la venue de collegE game day au fin fond de l’état de Washington….Bref tout semblait prêt,et la la mouche dans le lait,le contretemps bête….ESPN à choisi Clemson @ Virginia tech….que dire ? à mon avis les Cleveland browns gagneront 5 fois le supperbowl avant que les autres saligauds se pointent au Martin Stadium un samedi soir…dégouté !

  2. Nicolas

    25 septembre 2017 à 18h02

    Ou est south beach sansa !!!

    • Verchain

      25 septembre 2017 à 19h32

      She’ll be right back. You know… Girls sometimes… Well…

  3. Luzoan

    25 septembre 2017 à 19h04

    Pour mason et mario, je suis pas sur que tu ne parles pas un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre….;)

    • Verchain

      25 septembre 2017 à 19h34

      Euh… J’ai du mal à te suivre, mon jeune ami… Dafuk you’re talkin’ about ?

  4. Luzoan

    25 septembre 2017 à 19h07

    la carte imperialiste a jugé bon de mettre les bulls de south florida en californie et en floride…. hasard….. pas sur^^

    • Verchain

      25 septembre 2017 à 19h37

      C’est tout sauf un hasard…

      Le principe : chaque fois qu’une équipe bat une autre équipe, elle « conquiert » son territoire (comme dans je ne sais plus quel wargame ou jeu de plateau).

      USF a battu San Jose State, et donc pris ce territoire. Le ‘territoire’, ce sont les comtés sur lesquels la fac rayonne à la base… Tu peux voir que Memphis a ainsi pris aussi une partie de la Californie du sud en battant UCLA… Bref, si le gars tient jusqu’à la dernière semaine, tu n’es pas loin d’avoir une carte encore plus bizarre…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - College Football Report