Suivez-nous sur

College Football Report

College Football Report 2016 – Semaine 9

South Beach Sansa is once again on top of this week’s column. Voilà qui tombe bien. Car le Billboard de Verchain prend les couleurs de la meilleure série télévisée de tous les temps, avec plein de boobs et de violence : Game of Thrones !

Enjoy.

On to football…

AINSI PARLAIT VERCHAIN

(Ce qui est toujours moins moche que Zarathoustra). Souvenez-vous, jeunes gens… il y a deux ans, votre ami Verchain, alors célibataire avec un boulot pépère, avait le temps de vous abreuver chaque semaine de son humeur, dans un rendez-vous appelé « Verchain is #NotImpressed ».

Eh bien, cette saison, le #NotImpressed est de retour, mais le lundi.

Comme McKayla, il a changé, mais il ne ressemble pas encore à un sosie de Kim K-West. Ou du moins, c’est que j’espère.

Feel free to insult me in the comments section.

Mais pas après ça…

#NotImpressed

Comme je suis sans accès Internet hormis mon smartphone à l’heure où vous lisez ces lignes, et pour ne pas vous laisser orphelins pendant une semaine, vous trouverez ci-dessous la traduction d’un article paru dans le Sports Illustrated du 17 octobre.

Trop intelligent pour le football ?

Corey Robinson a refusé de jouer une saison de plus à Notre Dame pour offrir tout ce qu’il pouvait.

By Pete Thamel – Traduction libre par @Verchain.

Corey Robinson glisse sur une planche à roulettes sur le campus de Notre Dame, vêtu d’un short en jeans, d’un pullover et de sandales jaune pétant. C’est un jeudi de fin août baigné de soleil, et Robinson s’arrête au moins une douzaine de fois pour cogner le poing contre celui d’un joueur de football, pour donner une accolade fraternelle à des camarades de classe ou pour converser avec des professeurs. La planche à roulettes lui permet de naviguer à travers ses univers à Notre Dame – universitaire, politique et sportif.

En dehors de South Bend, Robinson est connu pour ce qu’il n’est pas – un receveur star des Fighting Irish. Après la défaire de Notre Dame face à Ohio State au Fiesta Bowl en janvier dernier, Robinson, le fils du Hall of Famer NBA David Robinson, décide de valider son diplôme de culture générale en avance et de se lancer dans le monde du travail. Mais, quelques jours plus tard, l’opportunité de concourir pour le poste de président du corps étudiant se fait jour. Il se décide alors à revenir à Notre Dame, tenter sa chance pour le poste, jouer sa dernière saison de football et essayer de rendre à l’université tout ce qu’il sent qu’elle lui a donné.

En février, il remporte l’élection (après une campagne reposant sur cinq piliers : l’engagement pour la communauté, la prévention des agressions sexuelles, la santé et le bien être, la diversité et l’intégration, le développement durable), et, lorsque l’entraînement de printemps débute en mars, Robinson, 1m97 pour 100 kilos, est vu comme le receveur numéro 1 de l’équipe. En trois saisons, l’ancienne recrue 4 étoiles de San Antonio Christian High a réceptionné 65 ballons pour 896 yards et 7 touchdowns, et le coach Brian Kelly affirme que Robinson pourrait être un deuxième ou troisième tour de draft. C’est alors qu’il subit sa troisième commotion cérébrale…

Il s’est interrogé pendant deux mois sur son futur de joueur de football. Il a vu un spécialiste qui l’a autorisé à reprendre le football, mais Robinson ne voulait pas accepter les risques à long terme pour sa santé. En juin, il a annoncé qu’il mettait un terme à sa carrière de joueur. Aujourd’hui, Robinson est prudent quand on l’interroge sur le football. Il ne veut pas être cité en exemple dans le débat sur les commotions et le football. « Il a été difficile pour moi d’arrêter le football. J’ai toujours été un athlète. Et abandonner ça aura été très difficile. » Mais, continue Robinson, « le risque de dommages cérébraux, pour moi, était trop fort ».

Alors que Notre Dame patine dans un début de saison à 2-4, Robinson ne perd pas son temps à ce demander ce qui aurait pu se passer s’il avait continué à jouer. Ceux qui l’entourent se posent plutôt la question de ce qu’il va se passer demain. « De mon point de vue », dit Brian Kelly, « cette histoire a tellement plus de profondeur que ‘J’ai une commotion et j’arrête’… »

Robinson est un candidat à la bourse Rhoades Scholar que ses amis représentants des étudiants connaissent comme un connaisseur en matière de thé, un type qui est au lit tous les soirs à vingt deux heures trente. Mais, il joue aussi de la guitare et chante dans un groupe d’étudiants, ‘Rolf’s Aquatic’, qui est managé par Jesse Bongiovi, le fils du musicien Jon Bon Jovi, et l’an dernier il a enregistré un album, écrit une pièce de théâtre, et une thèse. Il a paramétré l’agenda de son I Phone en portguais, pour se perfectionner dans la langue. Son père a été surpris un peu plus tôt dans l’année en recevant un appel de la secrétaire de Corey au bureau des représentants des étudiants. « Il n’arrête pas de me surprendre », avoue The Admiral, « et j’adore ça ».

Premier joueur de football à être président des représentants des élèves depuis au moins les années 1920, Robinson est aussi un assistant-étudiant auprès de l’équipe de football. « C’est une juxtaposition intéressante », dit-il, « être président des étudiants et diriger les autres et apprendre comment aider effectivement les gars de l’équipe d’une façon pas très directe. » Il considère sa vie à Notre Dame comme l’incarnation de tout ce que le football lui a apporté : une éducation de première classe, des coéquipiers qui deviendront des amis pour la vie, et un environnement sur le campus très stimulant. «Il m’a tout donné » dit-il à propos du football.

Pour rendre ce qui lui a été donné, pour l’instant, il a mis en place la Race Relations Week, la semaine du 24 octobre, qui recevra David Krashna, le premier président des étudiants afro-américain en 1970 (Robinson est le second). Il a demandé aux autorités de la fac de rendre disponibles sur le campus des kits de viol de manière à débusquer les auteurs d’agression sexuelle, mené la réorganisation des transports des étudiants sur le campus et insisté pour que soit améliorée l’orientation du campus vers l’innovation. « Voilà ce qu’est la vie étudiante », déclare-t-il. « Challenger, questionner, profiter d’être avec de bonnes personnes et de bons amis, et repousser ses limites ».

Les divers intérêts de Corey rejoignent ceux de son père. Pour Corey, David est plus un homme d’affaires et un philanthrope qu’un joueur de basket 1à fois All Star. Après sa retraite sportive en 2003, alors que Corey avait 8 ans, David a obtenu un master en administration de l’université Incarnate Word, cofondé une société de capital-risque (Admiral Capital Group) et ouvert une école à San Antonio, la Carver Academy. Corey et son jeune frère, le joueur de basket de Duke Justin Robinson, sont allés en cours à Carver, qui est largement peuplée d’élèves issus de foyers modestes. « En voyant d’où venaient les autres gosses et ce qu’était notre vie de famille », dit David, « il a appris que les vies des uns et des autres étaient vraiment différentes, et ça l’a rendu plus compassionnel ».

Quand Robinson retoruna sur le campus l’hiver dernier, il avait 10 jours pour mettre en place sa campagne pour la présidence. La vice-présidente Rebecca Blais, son chef de cabinet Michael Markel et une poignée de coéquipiers et d’amis se sont mis en mouvement. Ils ont élaboré une plateforme, imprimé du matériel de campagne, et Robinson est allé personnellement faire du porte à porte dans 20 des 29 dortoirs du campus. Pour chaque étudiant intéressé par un problème, il y avait ceux qui voulaient un selfie avec lui, ceux qui lui proposaient une partie de Super Smash Bros ou encore une bière. Robinson s’est tellement investi qu’il a perdu 5 kilos en deux semaines. Durant un moment de grande tension, Blais se souvient que Robinson a envoyé un texto à tout son groupe, un verset de la Bible tiré du Livre des Ephésiens : « Je vous enjoins de vivre une vie digne de l’appel que vous avez reçu »

Robinson chérit cette période de frénésie, les journées de cours séchées et les nuits qui se poursuivaient bien au-delà de son heure favorite de coucher. Son coéquipier Scott Daly et lui sortaient d’un dortoir à 23h30, après toute une soirée à faire campagne, pour tomber dans une importante averse de neige. « Regarde, le Dome », dit Robinson en pointant le dôme doré symbole de l’université. « C’est de ce genre de moments qu’on se rappellera quand on pensera à nos années à Notre Dame ».

Alors que Robinson narre en détail ses projets en tant que président, par-dessus une assiette de poulet épicé, à une table du Yats, un petit restaurant cajun proche du campus, ses diverses passions se font jour. Il a étudié ou est allé en mission en Afrique du Sud, au Brésil et au Moyen Orient. Sa thèse évoquait le fait « d’appliquer une philosophie globale à l’élaboration des politiques environnementales ». Si Robinson ne va pas étudier à Oxford (les étudiants sélectionnés par la bourse Rhoades ont la possibilité d’aller étudier une année à l’université d’Oxford en Angleterre), il tentera de se lancer dans une carrière dans l’investissement autour du développement durable. Hormis son mandat à Notre Dame, il exclue une carrière dans la politique.

« Je n’ai jamais vu personne qui n’envisage aucune limite à ce point », insiste le Director of Athletics Jack Swarbrick. « Ses performances sportives ne seront qu’une toute petite partie de l’héritage qu’il laissera ici. Et c’est fantastique ».

Quickies (parce qu’un petit coup vite fait, c’est bon pour la santé)

Je ne pouvais pas vous laisser sans une mise à jour des salaires des coaches en 2016, courtesy of USA Today… Voici donc le top 25. La liste complète est ici.

2016 NCAAF COACHES SALARIES
SCHOOL CONF HEAD COACH SCHOOL PAY OTHER PAY TOTAL PAY MAX BONUS BONUSES PAID
(2015-16)
Michigan Big Ten Jim Harbaugh $9,004,000 $9,004,000 $1,325,000 $0
Alabama SEC Nick Saban $6,939,395 $6,939,395 $700,000 $625,000
Ohio State Big Ten Urban Meyer $6,003,000 $91,800 $6,094,800 $775,000 $250,000
Oklahoma Big 12 Bob Stoops $5,550,000 $0 $5,550,000 $834,000 $333,000
Florida State ACC Jimbo Fisher $5,250,000 $5,250,000 $1,475,000 $100,000
Texas Big 12 Charlie Strong $5,200,000 $130 $5,200,130 $1,006,000 $0
Texas A&M SEC Kevin Sumlin $5,000,000 $5,000,000 $1,350,000 $50,000
Auburn SEC Gus Malzahn $4,725,000 $4,500 $4,729,500 $1,400,000 $125,000
Mississippi SEC Hugh Freeze $4,700,000 $3,500 $4,703,500 $1,225,000 $300,000
Iowa Big Ten Kirk Ferentz $4,500,000 $0 $4,500,000 $2,875,000 $900,000
Penn State Big Ten James Franklin $4,500,000 $4,500,000 $1,000,000 $200,000
Clemson ACC Dabo Swinney $4,417,500 $5,200 $4,422,700 $1,725,000 $1,100,000
LSU SEC Les Miles $4,300,000 $85,567 $4,385,567 $700,000 $100,000
Michigan State Big Ten Mark Dantonio $4,300,000 $0 $4,300,000 $650,000 $475,000
Florida SEC Jim McElwain $4,268,325 $0 $4,268,325 $450,000 $100,000
Mississippi State SEC Dan Mullen $4,200,000 $0 $4,200,000 $900,000 $200,000
Arkansas SEC Bret Bielema $4,100,000 $45,000 $4,145,000 $1,000,000 $100,000
Tennessee SEC Butch Jones $4,110,000 $4,110,000 $1,000,000 $350,000
Stanford Pac-12 David Shaw $4,067,219 $4,067,219
Texas Christian Big 12 Gary Patterson $4,014,723 $4,014,723
Louisville ACC Bobby Petrino $3,880,434 $30,000 $3,910,434 $1,464,583 $794,667
Oklahoma State Big 12 Mike Gundy $3,775,000 $3,775,000 $550,000 $100,000
Georgia SEC Kirby Smart $3,753,600 $3,753,600 $1,800,000
Utah Pac-12 Kyle Whittingham $3,650,000 $3,650,000 $935,000 $334,167
Washington Pac-12 Chris Petersen $3,600,000 $5,847 $3,605,847 $1,175,000 $150,000

VERCHAIN’S BILLBOARD – GAME OF THRONES EDITION

Allez, depuis le temps que j’en parle, mon Top 25 de la semaine (qui ne prend pas en compte les derniers résultats, notez le bien, mais est juste le même classement que la semaine dernière, quoi qu’il soit arrivé dans Wisconsin-Nebraska, dans LSU-Alabama, etc…) sera entièrement dédié à Game Of Thrones. Chacune des 25 équipes sera associées à un personnage, un lieu, un truc de la série et/ou des romans de JRR Martin, ce bon vieux pépère pervers au possible. Enjoy. Ou pas…

Here’s your casting :

#1 Alabama Crimson Tide as The White Walkers : semblent inarrêtables. Leur chef est aussi sympa que Nick Saban et transforme des bébés en joueurs de football de premier plan. Enfin, non, en futurs marcheurs blancs inarrêtables. Et ils ont même un Lane Kiffin pour leurs plans d’attaque…

#2 Washington Huskies as Tyene Sand : Drop dead gorgeous. Comme la cheerleader of the week. Mais vient de trop loin pour triompher…

#3 Clemson Tigers as Oberyn Martell : Flamboyant, souvent. Finira par se faire écrabouiller la tête par un grand méchant trop costaud pour lui.

#4 Michigan Wolverines as Ramsay Snow / Bolton : Qui mieux que Jim Harbaugh pour incarner le pire psychopathe de la série ?

#5 Nebraska Cornhuskers as Walder Frey : la route du playoff en B1G passe par Le Pont. Finit quand même par mourir sans gloire.

#6 Louisville Cardinals as Rob Stark : comme le Jeune Loup, impressionne à ses débuts, avant de se faire déboîter bêtement…

#7 Texas A&M Aggies as Missandei : Très jolie à voir. Ne sert pas à grand chose, comme les Aggies…

#8 Wisconsin Badgers as Ygritte : On l’aime beaucoup, la rouquine du nord du nord d’au-delà du Mur. Mais elle finit par mourir sous les flèches sans avoir rien gagné…

#9 Auburn Tigers as Jon Snow : Le dernier rempart contre les White Walkers. Pas très sexy à la base. Ni au milieu, finit cependant par triompher de certains de ses ennemis et se rêve d’un destin… qui devrait se fracasser sur les White Walkers…

#10 West Virginia Mountaineers as Melissandre : comme la prêtresse rouge, les fans des Mountaineers font brûler tout ce qui ressemble à un canapé de près ou de loin…

#11 Ohio State Buckeyes as Cersei Lannister : Trouve toujours un moyen de s’en sortir, souvent de manière moche… Et puis, les consanguins de l’Ohio…

#12 Baylor Bears as Lyanna Mormont : Un ours comme emblème, petite fac… Lyanna de l’ile aux Ours, quoi…

#13 Florida State Seminoles as Sansa Stark : you coined #SouthBeachSansa, bitches…

#14 Utah Utes as Ros as Provoquante. Finit attachée et démantibulée.

#15 Florida Gators as Jaime Lannister : Comme l’Ohio, la Floride a son lot de consanguins. Ne fait plus peur à personne après avoir perdu sa main droite. Un peu comme n’importe quel QB des Gators, en fait…

#16 Boise State Broncos as Tyrion Lannister : Un nain flamboyant qui survit à tout, tue un grand de ce monde… You bet…

#17 Navy Midshipmen as Hodor : Run, run, run. Hodor, Hodor, Hodor.

#18 North Carolina Tar Heels as Petyr ‘Littlefinger’ Baelish : Prêt à toutes les compromissions pour gagner…

#19 Colorado Buffaloes  as Mance Rayder : ‘Roi’ des sauvageons. Donne l’impression de pouvoir triompher… Mais, non, en fait…

#20 Tennessee Volunteers as Daenerys Targaryen : Quand le dragon sera réveillé, vous verrez ce que vous verrez que vous allez voir…

#21 Oklahoma Sooners  as Bran Stark : N’a pas de jambes pour se défendre. A toujours beaucoup de soutien.

#22 Western Michigan Broncos as Tommen Baratheon : Trop gentil pour aller bien loin. Finira par se jeter par la fenêtre…

#23 Lousiana State University Tigers as Gregor The Mountain Clegane / Ser Strong : Donné pour mort. Par d’étranges opérations de Qyburn / Orgeron, est toujours là pour fracasser quelques adversaires…

#24 Washington State Cougars as Davos Mervault : L’ancien Pirate a bien vieilli, mais a toujours le bon mot au moment où il faut…

#25 Penn State Nittany Lions as Mestre Pycelle : Un vieux dégueu qui aime la chair fraîche, ça ne vous rappelle personne ?

Not Ranked :

Texas Longhorns as Tywin Lannister : A tout l’or du monde. Fait parfois mine de gagner. Perd toujours à la fin.

Oregon Ducks as Theon Greyjoy : Pouvait faire peur quand il avait encore des testicules. Pathétique depuis qu’il n’en a plus…

Stanford Cardinal as Stannis Baratheon : Digne jusqu’au bout. Chiant, moche, en noir et blanc.

Houston Cougars as Arya Stark : Prépare sa vengeance pour les saisons à venir…

BYU Cougars as Le Grand Moineau : A son armée de fanatiques. N’a finalement aucun impact.

Miami Hurricanes as Robert Arryn : Grande histoire familiale. Mais n’est que le dernier rejeton débile de la famille.

Ole Miss Rebels as Robert Baratheon : Aime trop la fête et le sexe. Beaucoup trop.

Notre Dame Fighting Irish as Mace Tyrell : Très grand nom. Tout le monde se fout de sa gueule.

Georgia Bulldogs as Sandor ‘Le Limier’ Clegane : A fait peur par le passé. Finalement, attire la sympathie quand il est au fond du trou…

USC Trojans as Olenna Tyrell : La vieille dame peut encore piquer, parfois…

THREE GAMES TO WATCH NEXT WEEK

Goddamnit !! J’ai mal choisi ma semaine pour partir en weekend… Tssss… Parce que la semaine qui vient, elle est tout de même bien dispensable… Alors, Verchain essaiera de regarder sans s’endormir…

Washington at California : parce que Verchain aime bien Sonny Dykes et Chris Petersen, et qu’il espère toujours en découvrir plus sur la cheerleader of the year.

Alabama at LSU : le must watch de la semaine, bien entendu.

Nebraska at Ohio State : De l’enjeu, dans le fond… et ça pourrait partir en travers pour l’une ou l’autre des équipes…

Also watchable : Florida at Arkansas, que les fans des Volunteers attendent avec impatience…

VERCHAIN’S CRUSH OF THE WEEK – NON FOOTBALL EDITION

La saison passée, vous avez eu droit à des demoiselles ou des dames qui évoluent dans le milieu des médias sportifs. Cette saison, c’est open bar. Mon follower préféré sur Twitter disait un truc comme ‘c’est pas parce que Verchain est marié et tout ça qu’il doit nous priver de cheerleaders…’ Bref, Verchain publiera ses crushes. Whatever…

Meet Emma Hernan. Just because.

NOT REALLY FOOTBALL STUFF… AND THEN WHAT  ??

Les trucs alakon autour du football. Pas forcément tous les trucs alakon. Certains trucs alakon.

Pour l’anniversaire de Drake le rappeur, un maillot d’Alabama signé par… Kenyan Drake, who else ?

Michigan fans loved this, I guess.

Et c’est parti, au sortir du plus beau match de la saison, des fans d’Oklahoma ne trouvent rien de mieux que de proposer de virer Mike Stoops, le coordinateur défensif de son frère Bob…

For all of you, LSU fans… Leonard Fournette, The Tribute…

Quand on a la classe, on l’a jusqu’au bout, du coach aux sororités aux inconnu(e)s du campus… #ASUStyle

La vraie histoire à la con de la semaine. Une recrue nommée Jeter comme Derek mais n’ayant rien à voir, a été récupérée par Jim Harbaugh dans un mini-van après qu’elle ait décidé d’annuler son engagement en faveur de Notre Dame, suite à un entretien qui s’est un peu mal passé avec Brian Kelly (surprise, bitch).

OH I THINK THAT I FOUND MYSELF A CHEERLEADER…

They ARE the reason why we LOVE College Football. And they are in the College Football Report. Enjoy.

And finally : Cheerleader of the year (runner up) Alert !!

Voilà, les enfants, c’est tout pour aujourd’hui. Oui, je sais, ça fait court… C’est ce que ma femme me dit toujours… Bien, comme on dit là-bas en Amérique  :

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

3 Commentaires

3 Comments

  1. Ben

    1 novembre 2016 à 12h34

    LSU-Bama week! La défense des Tigers et la forme actuelle de Fournette me font espérer… Même si je devrais pas trop 🙂
    En tout cas c’est peut-être l’entretien d’embauche de coach O. Une victoire contre Saban et à lui le poste ?

    Sympa la comparaison avec GoT, en plus ça spoile pas trop (j’ai du retard) donc ça va 🙂

  2. Loïc Baruteu

    2 novembre 2016 à 22h34

    Très intéressant ce papier de SI sur Robinson, cimer

    • Verchain

      4 novembre 2016 à 05h05

      You’re welcome…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - College Football Report