Suivez-nous

Bowls

TBP au Rose Bowl : le Media Day du Cardinal de Stanford

Rose Bowl 2016 : compte-rendu du Media Day du Cardinal de Stanford.

Publié

le

Crédit photo : Loïc Baruteu, The Blue Pennant

Jusqu’au Rose Bowl Game du 1er janvier entre Iowa et Stanford, nous sommes à Los Angeles pour couvrir les différents événements médiatiques. Ce 29 décembre, les deux équipes ont achevé leur marathon devant la presse avec le Media Day.

Le ressenti de Loïc
Cette équipe de Stanford est vraiment très attachante. Kevin Hogan et Christian McCaffrey donnent l’impression d’être moins détendus mais ils sont sans doute sur la défensive avec l’attention maximale des médias à leur encontre. Les joueurs ont tous l’air déterminés et en excellente forme.
Avec un bilan de 11-2 et des attentes surpassées par rapport au début de saison, le Cardinal semble se satisfaire de cette participation au Rose Bowl. On sent que les joueurs sont en terrain conquis, comme à la maison, après trois Rose Bowls en quatre ans.

JOSH

David Shaw, head coach

Quel est l’état d’esprit de son équipe ?
« Pour nous, il y a vraiment une bonne énergie parce que les gars sont excités et nous essayons de mettre à profit cette énergie à l’entraînement. Nous sommes plutôt physiques à l’entraînement et nous nous focalisons sur ce que nous avons besoin de faire face à une équipe aussi physique qu’Iowa. »

Comment arrive-t-il à préparer des discours d’avant-match aussi inspirants ?
« Vous savez, je ne pense pas à ces discours avant le matin même. Je n’écris rien habituellement. Je commence simplement à réfléchir à notre parcours. Je pense à notre semaine de préparation. Je pense au moment de la saison où nous sommes et je leur dis ce que j’ai sur le cœur. Ce n’est généralement pas très long mais ça les concerne particulièrement. »

À quelle équipe de Pac-12 lui fait penser Iowa ?
« Je crois qu’ils sont plutôt similaires à notre équipe et je ne veux vraiment pas qu’ils prennent ça pour de l’irrespect. Ils jouent de la façon dont nous voulons jouer. Vous regardez les films et vous voyez onze gars en défense qui foncent sur le ballon. Offensivement, vous voyez onze gars qui font ce qu’ils sont supposés faire. Ce sont les choses pour lesquelles nous avons beaucoup de respect et ce sont les choses que nous essayons de faire nous-mêmes. »

Après trois Rose Bowls en quatre ans, l’équipe est-elle toujours aussi excitée ?
« Il n’y a aucun doute à propos de ça. Il n’y a rien qui ressemble au Rose Bowl. Je ne veux pas vous servir un discours de coach. Notre monde s’arrête quand vient l’époque du Rose Bowl. Et vos gars le ressentent. Ils ressentent cette énergie. Cette année, après le premier match, personne ne pensait que nous pourrions être ici après la façon dont nous avons joué contre Northwestern. Donc pour cette équipe, se battre pour se tracer une voie jusqu’ici, malgré un calendrier très difficile dans une conférence très difficile, est un super accomplissement. Et c’est un match vraiment spécial pour nos gars car personne ne pensait qu’ils pourraient y arriver et ils y sont arrivés. »

SHAW

Quel est le plus gros défi en affrontant Iowa ?
« Comme toutes les grandes défenses, le plus gros défi est que personne ne faillit. Certaines défenses que vous observez, vous trouvez un gars que vous pouvez exploiter parce que vous pensez que vous pouvez le mettre en difficulté, etc. Mais ces gars savent où ils vont. Et nos gars comprennent ça et ont énormément de respect pour ça. »

Quel est la clé de son succès ?
« Le principal aspect dont je suis en charge est l’environnement. Je dois veiller à qui est dans cet environnement. Notre coaching staff a été incroyable. Les gars que nous avons trouvé conviennent à Stanford en tant qu’équipe de football mais aussi en tant qu’université. Et nous avons développé la culture de l’excellence. C’est une culture de la réussite. Pour moi, c’est une question de m’entourer de gens d’exception et de les laisser faire leur boulot. »

Membre de l'équipe de The Blue Pennant depuis septembre 2013, Loïc s'est trimballé à travers les États-Unis en 2017 pour mieux comprendre le pas-si-petit monde du college football. Seulement deux contraventions pour excès de vitesse sur 20 000 km. Intime de Mark Sanchez, Sam Darnold et des cheerleaders de Wisconsin, promo '76. Label qualité TBP et Sécurité routière.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bowls

Sugar Bowl 2019 : Texas foudroie Georgia

Plus costauds et agressifs que les vice-champions nationaux en titre, les Longhorns de #15 Texas créent la surprise en s’imposant 28-21 face aux Bulldogs de #5 Georgia lors du Sugar Bowl.

Publié

le

Crédit photo : Twitter

Tout a commencé quand la mascotte des Longhorns, Bevo, s’en est pris à celle des Bulldogs, Uga. Mauvais présage pour des Dawgs qui ne n’avaient pourtant pas caché leur mécontentement de ne pas avoir été sélectionné parmi les 4 équipes participant aux playoffs.

Une victoire convaincante face aux Longhorns de #15 Texas (10-4) aurait pu renforcer cette idée. C’est tout le contraire qui s’est produit.

Plus costauds sur la ligne de scrimmage, agressifs en attaque et en défense, les Longhorns ont rapidement pris les commandes de ce Sugar Bowl et ont conservé la tête jusqu’au bout grâce à une nouvelle superbe performance de leur leader, QB Sam Ehlinger (19/27, 169 yards et 64 yards au sol, 3 TD).

Le quarterback sophomore des Longhorns a réussi 3 TD au sol permettant ainsi à Texas d’atteindre le plateau des 10 victoires pour la première fois depuis 2009.

Du côté de #5 Georgia (10-3), la désillusion est énorme. Déçus de ne pas avoir pris part aux playoffs, les Dawgs avaient une chance en or de conclure cette belle saison par un succès dans ce match prestigieux. Ils ont finalement été pris à leur propre jeu face à une équipe de #15 Texas remontée à bloc.

Ainsi, les Bulldogs ont été menés 17-0 et même 28-7 en début de 4ème quart-temps avant de tenter un comeback désespéré. QB Jake Fromm (20/34, 212 yards, 3 TD, 1 INT), clairement pas dans son assiette à l’occasion de ce match, réussira deux courtes passes de TD à destination de WR Mecole Hardman et RB D’Andre Swift mais ce sera trop peu, trop tard.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Bowls

Rose Bowl 2019 : Urban Meyer termine sa carrière en beauté

Avec ses 3 passes de TD, QB Dwayne Haskins offre une dernière victoire à coach Urban Meyer dont la carrière se termine donc par un succès 28-23 des Buckeyes de #6 Ohio State sur les Huskies de #9 Washington lors du 105ème Rose Bowl.

Publié

le

Crédit photo : Jay C. Hong, AP

Auteur de 251 yards à la passe pour 3 TD, QB Dwayne Haskins aura été le grand artisan d’une victoire qui a été contestée jusqu’au bout par une accrocheuse équipe de #9 Washington.

Avec ce succès, Urban Meyer conclut sa carrière avec un bilan exceptionnelle de 83-9 à Ohio State. A la tête des Buckeyes, il a également remporté un titre national, trois titres de conférence Big Ten et donc un Rose Bowl.

Largement dominant des deux côtés du ballon, #6 Ohio State a d’abord pris une avance de 21-3 à la mi-temps suite à des TD sur réception de WR Parris Campbell (11 réceptions, 71 yards, 1 TD), WR Johnnie Dixon et DL Rashod Berry. RB JK Dobbins portera le score à 28-3 en milieu de 3ème quart-temps assommant quasiment tout suspense dans ce Rose Bowl.

Embed from Getty Images

Mais ces Huskies ont décidément du caractère… RB Myles Gaskin (121 yards au sol, 2 TD) réussissant trois TD pour une équipe de #9 Washington qui revint donc à cinq points des Buckeyes à :42 de la fin. Toutefois, cette tentative de comeback échouera. QB Jake Browning (35/54, 313 yards) manquera d’abord la conversion à 2 points (interceptée par LB Brendon White), puis WR Johnny Dixon recouvrira l’onside kick qui suivit.

Décevant pendant trois quart-temps, les Huskies se sont montrés agressifs et dynamiques pendant les 15 dernières minutes accumulant 170 yards offensifs en trois drives tout en forçant 5 punts consécutifs des Buckeyes. #9 Washington échoue finalement de peu pour sa première apparition au Rose Bowl en 18 ans.

Les seniors QB Jake Browning et RB Myles Gaskin jouaient leur dernier match en carrière sous le maillot des Huskies. Le running back de #9 Washington est devenu le 2ème joueur de l’histoire de l’élite du College Football à accumuler plus de 1200 yards au sol lors de 4 saisons consécutives. Un exploit.

S’il s’agissait du dernier match d’Urban Meyer, on pourrait également avoir vu QB Dwayne Haskins (25/37, 251 yards, 3 TD) pour la dernière fois sous le maillot des Buckeyes. Nommé meilleur offensif de ce Rose Bowl, il a profité de ce Grandaddy of Them All pour devenir le 6ème joueur de l’Histoire à réussir 50 TD à la passe en une saison.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Bowls

Fiesta Bowl 2019 : Les Tigers de LSU domptent Central Florida

Menés par un QB Joe Burrow des grands jours, les Tigers de #11 LSU ne se sont pas faits surprendre par les Knights de #8 Central Florida et remportent le Fiesta Bowl sur le score de 40-32.

Publié

le

Crédit photo : Twitter/@LSUFootball

Victime d’un violent block en début de match, le senior QB Joe Burrow a su parfaitement rebondir en lançant 4 passes de TD permettant aux Tigers de #11 LSU de remporter le Fiesta Bowl 2019.

Du même coup, #11 LSU met un terme à la série de 25 victoires consécutives des Knights de #8 Central Florida, qui espéraient faire tomber un second membre de la SEC en deux ans après avoir battu Auburn lors du Peach Bowl 2018.

Privés de plusieurs joueurs forfaits pour ce match notamment en défense, les Tigers auraient pu sombrer lorsque les Knights ont pris une avance 14-3 en milieu de 1er quart-temps suite à un magistral Pick Six de 93 yards de DB Brandon Moore. Sur le jeu, QB Joe Burrow (21/34, 394 yards, 4 TD, 1 INT) fût victime d’un monumental block de DL Joey Connors au niveau de l’épaule, qui laissa craindre que son match pourrait se terminer là.

Embed from Getty Images

Il n’en fût rien. Le quarterback des Tigers revint plus fort que jamais réussissant trois passes de TD coup sur coup à destination de WR Justin Jefferson (4 réceptions, 87 yards, 2 TD), à deux reprises, et de WR Derrick Dillon (2 réceptions, 86 yards, 1 TD). Le score était alors de 24-14 pour une équipe de #11 LSU qui survolait les débats dans ce 2ème quart-temps grâce à un travail énorme de la ligne défensive.

#8 Central Florida se redonna espoir sur le dernier drive de la première mi-temps, WR Gabriel Davis captant une passe de 32 yards de QB Darriel Mack (11/30, 97 yards, 1 TD, 1 INT) pour un TD des Knights. Les deux équipes rentrèrent ainsi aux vestiaires avec un score de 24-21 pour #11 LSU.

Les Tigers reprirent leur marche en avant dès le début du 3ème quart-temps. QB Joe Burrow réussira même sa 4ème passe de TD en se connectant sur 32 yards avec WR Ja’Marr Chase (6 réceptions, 93 yards, 1 TD) dès le premier drive de la 2ème mi-temps.

K Tracy Cole ajoutera ensuite trois FGs pour les Tigers qui menaient 40-24 en milieu de 4ème quart-temps.

RB Taj McGowan entretint l’illusion d’une surprise des Knights avec un TD au sol de 2 yards convertis à 2 points mais #11 LSU récupérera la possession du ballon sur l’onside kick qui suivit. Une toute dernière passe de QB Darriel Mack fût intercepté pour sceller le sort du match.

Sacké à 5 reprises dans ce match, QB Darriel Mack n’a pas su trouver le bon rythme au sein de la 3ème attaque du pays qui a été limitée à 250 yards (bien loin de leur 546.3 yards en moyenne en 2018). L’absence de QB MacKenzie Milton (gravement blessé au genou droit) s’est de nouveau fait ressentir.

À moins d’une énorme surprise, #8 Central Florida ne devrait pas s’auto-proclamer champion national, cette année.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Bowls

Citrus Bowl 2019 : Benny Snell marche sur Penn State

Portés par un fabuleux RB Benny Snell, les Wildcats de #14 Kentucky concluent leur superbe saison 2018 par une victoire 27-24 sur les Nittany Lions de #12 Penn State lors du Citrus Bowl.

Publié

le

Crédit photo : Twitter/@UKFootball

Auteur de deux TD et de 144 yards au sol qui lui permettent de devenir le meilleur coureur de l’Histoire de la fac de Kentucky, RB Benny Snell a été le grand artisan de cette 10ème victoire des Wildcats en 2018. Un exploit qu’ils n’avaient plus réalisé depuis plus de 40 ans.

En plus de ses deux TD, le running back des Wildcats a réussi de précieuses courses en toute fin de match alors que les Nittany Lions de #12 Penn State (9-4) étaient revenus à trois petits points et avaient repris le momentum grâce au travail phénoménal de QB Trace McSorley (17/33, 246 yards, 2 TD, 1 INT et 75 yards au sol, 1 TD).

Le quarterback des Nittany Lions a réussi une 2ème mi-temps sensationnel échouant de peu dans sa tentative de comeback… et ce, malgré une blessure de la jambe. #12 Penn State était mené 27-7 au début du 4ème quart-temps avant que QB Trace McSorley conclut un long drive de 75 yards par une course d’un yard, puis qu’il se connecte avec TE Pat Friermuth pour un TD de 18 yards réduisant ainsi l’écart à 6 points.

Les Nittany Lions se sont même présentés sur la ligne de 14 yards des Wildcats mais ont été contraints de se contenter d’un FG qui a porté le score à 27-24 à 4:12 de la fin. La décision de coach James Franklin de ne pas tenter la 4ème tentative s’est avérée plus que controversée.

Car, le jeu au sol des Wildcats a terminé le travail, RB Benny Snell mangeant le chronomètre avec ses courses assassines.

Tout a commencé pour #14 Kentucky (10-3) par un TD sur un retour de punt de 58 yards réussi par Lynn Bowden Jr. Le score était de 10-7 à la mi-temps, Penn State ayant réduit le score sur une passe de TD de QB Trace McSorley pour WR Nick Bowers.

Les deux TD au sol de RB Benny Snell et un FG de 28 yards de K Miles Butler donneront une confortable avance de 20 points aux Wildcats avant la tentative de comeback des Nittany Lions.

On notera que le meilleur défenseur de l’année, LB Josh Allen (Kentucky), termine ce Citrus Bowl avec 3 sacks.

Avec ce succès, #14 Kentucky atteint le plateau des 10 victoires pour la première fois depuis 1977. Avec ses 3895 yards au sol en carrière, RB Benny Snell a battu le vieux record de Sonny Collins qui datait de 1975 (3835 yards).

Cette défaite prive les Nittany Lions d’atteindre le plateau des 10 victoires pour la 3ème année d’affilée.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Articles les plus lus