Suivez-nous sur

Bowls

TBP au Rose Bowl : conférence de presse de l’attaque de Stanford

Rose Bowl 2016 : compte-rendu de la conférence de presse de l’attaque du Cardinal de Stanford.

Crédits photo : Loïc Baruteu, The Blue Pennant

Jusqu’au Rose Bowl Game du 1er janvier entre Iowa et Stanford, nous sommes à Los Angeles pour couvrir les différents événements médiatiques.

Avec 18.5 points encaissés par rencontre, la défense d’Iowa n’est pas la plus abordable pour les attaques adverses. Stanford dispose néanmoins d’une attaque productive, qui inscrit en moyenne 37.2 points par match, soit le 19e meilleur bilan national.

Mike Bloomgren, architecte offensif de Stanford, s’est présenté ce deuxième jour de rencontre avec les médias en compagnie de Kevin Hogan, Austin Hooper, Kyle Murphy, Joshua Garnett et l’inévitable Christian McCaffrey, finaliste du Heisman Trophy.

IMG_7787

Mike Bloomgren, coordinateur offensif

Pourquoi Kevin Hogan a-t-il été si efficace tout au long de sa carrière, en particulier cette année ?
« Ce qui le rend si efficace, c’est la façon dont il aborde le plan de jeu. Je pense que beaucoup de monde parle de Kevin comme un game manager et je pense que c’est une véritable insulte car j’estime qu’ils ne savent pas à quel point il travaille dur tout au long de la semaine. Nous avons aussi confiance en Kevin pour aller sur la ligne de scrimmage et gérer le no huddle. Il a été phénoménal pour ça. Mais ce que je soulignerais le plus, c’est son leadership. Donc sa préparation, son exécution et son leadership, je pense, sont les trois choses qui font que Kevin a été incroyable cette année. »

La première chose que l’escouade offensive a dit quand Christian McCaffrey est revenue de la remise du Heisman ?
« Il n’y a rien qui se dit en tant que groupe, vous savez. Beaucoup d’entre nous étaient avec lui à New York et nous étions déçus. On pense qu’ils se sont trompés. On pense que l’Associated Press a vu juste. Mais il est tellement humble et si prompt à souligner tout ce que ses partenaires font pour lui. Christian a été incroyable sur et en-dehors du terrain cette année. Vous l’écoutez en conférence de presse et vous voyez son éthique de travail, vous voyez les choses qu’il fait sur le terrain, c’est tellement inhabituel pour quelqu’un de 19 ans. »

Comment vous préparez-vous contre Iowa ?
« Le meilleur moyen est de nous préparer contre notre propre défense car c’est le seul moyen de s’approcher d’une défense aussi physique que celle d’Iowa. Je crois que beaucoup d’entre nous, quand nous imaginons ce match, on se dit que ça va être une grosse bataille des deux côtés du ballon, et ça devrait l’être. »

Y a-t-il un joueur de la défense d’Iowa qui attire votre attention ?
« Le middle linebacker, numéro 43 (ndlr : Josey Jewell), est vraiment bon. Il est partout. »

Est-ce que ça aide d’être à Stanford, avec des critères académiques d’excellence, pour que les joueurs puissent saisir plus de cinquante formations en attaque ?
« Le cahier de jeux que nous utilisons est plus gros que ceux que nous avions quand j’étais avec les New York Jets. On peut se le permettre car les gars comprennent et maîtrisent beaucoup de tactiques différentes. Donc nous en utilisons un grand nombre. »

hooper

Austin Hooper, tight end

Qu’est-ce qu’il a en tête quand il est dans la red zone ?
« Pour être honnête avec vous, pas grand chose. Si les choses se déroulent comme prévu, on essaie juste de rester cool. »

Christian McCaffrey, running back

Est-ce qu’il y a un joueur de la défense d’Iowa qui l’interpelle sur les films ?
« Il y en a beaucoup. Vous regardez Desmond King, ce qu’il a fait cette année, évidemment. Mais une fois de plus, beaucoup d’individualités ont de grands joueurs autour d’eux et, quand vous regardez la défense d’Iowa, ils sont rapides et physiques. Il y a des joueurs partout sur le terrain dont vous devez vous méfier. »

Est-ce un avantage que Kevin Hogan ait déjà été titulaire dans deux Rose Bowls ?
« C’est certain. Quand vous avez un gars comme Kevin Hogan qui prend les snaps, ça amène beaucoup de confiance à votre attaque. Donc l’avoir ici et avoir cette expérience est bien pour nous. »

Comment était l’expérience du Heisman pour lui ?
« C’était beaucoup de fun. C’était un grand honneur pour moi d’être là-bas, pour ma famille. C’était super de rencontrer deux autres excellents joueurs. Donc c’était une expérience géniale pour moi. »

Peut-il décrire ce qu’il a en tête quand il réussit des big plays ?
« Il n’y a pas grand chose. Le football est tellement instinctif. Souvent vous vous demandez ce que vous pensiez durant telle action. Je ne m’en souviens pas, vraiment, parce que c’est très instinctif. Je sais simplement qu’après, il y a beaucoup de joie quand vous réussissez un big play. Mais le match n’est pas fini tant que l’horloge n’indique pas zéro. Donc quand je réussis un big play, j’essaie simplement de me concentrer sur le prochain jeu pour que nous puissions porter la balle dans la end zone ou faire la même chose sur le drive suivant. »

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Bowls