Suivez-nous

Bowls

[preview] Rose Bowl : #5 Penn State vs #9 USC

Publié

le

#5 Penn State (11-2) vs #9 USC (9-3)

ROSE BOWL
Pasadena, Californie
Rose Bowl Stadium
Lundi 2 janvier 2017
17h00 (heure Est, 23h00 en France)

COMMENT SONT-ILS ARRIVÉS LÀ ?

#5 Penn State (11-2, 8-1 Big Ten)
Suite aux sanctions héritées de l’affaire Jerry Sandusky, Penn State a connu une traversée du désert ces dernières saisons. L’arrivée de James Franklin a mis du temps à porter ses fruits mais la saison actuelle semble montrer que les choses avancent dans la bonne direction. Après deux défaites en septembre face à Pittsburgh, puis Michigan, les Nittany Lions se sont remis à gagner et restent sur une série de neuf victoires consécutives, avec un titre de champion de Big Ten en prime obtenu face à Wisconsin.

L’émergence de leur attaque explosive, qui tranche avec les habitudes conservatrices de la conférence Big Ten, a permis à l’équipe dirigée par Coach Franklin de s’inviter dans le top 5 national et de manquer de peu une place pour le College Football Playoff. Invaincus à domicile, comme les Trojans, les Nittany Lions seront tout de même loin de chez eux pour ce Rose Bowl qui leur a fait traverser le pays jusqu’à Pasadena.

#9 USC (9-3, 7-2 Pac-12)
La saison s’annonçait très longue pour USC après s’être fait écraser par Alabama en ouverture de la saison. Avec un bilan de trois défaites contre une seule victoire le premier mois, les Trojans ont trouvé en leur nouveau quarterback Sam Darnold un vrai leader capable de porter l’attaque sur ses épaules. S’en est suivie une série de huit victoires consécutives, notamment contre Colorado et à Washington, les deux champions de division de la conférence Pac-12, ainsi qu’une victoire à UCLA au Rose Bowl Stadium permettant aux Trojans de rester invaincus à Los Angeles, dans leur stade et celui de leurs rivaux.

Surtout, USC a été au cœur de nombreux sujets brûlants en-dehors du terrain. Entre les débuts compliqués de Clay Helton, sur un siège éjectable dès les premiers matches, le procès du linebacker Osa Masina pour viol et le transfert précoce de l’offensive tackle E.J. Price, ainsi que le changement de quarterback qui a conduit au transfert de Max Browne avant le Rose Bowl, les distractions ont été nombreuses pour une équipe habituée à faire les choux gras de la presse à scandale.

LES CLÉS DU MATCH

La bataille des quarterbacks
C’est l’un des points les plus alléchants de cette affiche. Du côté de Penn State, Trace McSorley a émergé comme un vrai leader, capable de jeux décisifs à la passe mais aussi au sol, et il s’est imposé comme l’un des quarterbacks les plus dangereux du pays sur les longues passes. Même son de cloche pour USC qui a titularisé Sam Darnold lors du quatrième match de la saison pour un résultat véritablement satisfaisant.

Le petit gabarit du QB des Nittany Lions ne l’a pas empêché de s’imposer comme un joueur extrêmement dangereux en attaque et surtout très fiable dans ses prises de décision, avec seulement cinq interceptions au compteur cette saison. Concernant celui des Trojans, d’un gabarit plus commun, sa mobilité rompt avec la tradition des pocket passers bien établie à USC, bien qu’il soit également très à l’aise dans la pocket.

Pour contenir McSorley, trop vif pour les linebackers, les Trojans devraient envoyer leurs defensive backs dans le backfield comme ils l’ont fait à plusieurs reprises cette saison avec succès. Les safeties Chris Hawkins et Leon McQuay et

Des deux côtés, McSorley et Darnold aiment se reposer sur un groupe de receveurs pléthorique plutôt que sur un seul joueur. La menace peut venir de partout et les secondaries des deux équipes seront très occupées pour couvrir chaque joueur adverse, potentiellement tous capables d’être décisifs à la réception. Si les deux jeunes quarterbacks parviennent à garder la tête froide comme ils l’ont fait toute la saison, sans prendre de décisions hâtives et en faisant confiance à leurs nombreux receveurs, ils devraient faire tourner la tête des défenseurs adverses et participer largement au score.

La défense au sol de USC face à RB Saquon Barkley
USC a accordé seulement 3,9 yards par course cette saison face aux attaques explosives de Pac-12. Mais comme ils l’ont répété en conférences de presse, Saquon Barkley est probablement le meilleur running back qu’ils affronteront cette saison. Puissant, rapide, intelligent, le running back sophomore de Penn State a dépassé la barre des 1 000 yards au sol pour la seconde saison consécutive, inscrivant 16 touchdowns pour une moyenne de 5,3 yards par course.

Bien installé derrière une ligne offensive solide, Barkley devra néanmoins se méfier de Porter Gustin, l’un des défenseurs des Trojans les plus féroces. Si l’attaque trouve son équilibre entre la passe et la course, Penn State devrait pouvoir rapidement marquer la rencontre de son empreinte.

La dynamique des deux équipes
Les deux équipes offrent un visage similaire de par leur attaque explosive et leur défense robuste mais ont une approche très différente. Alors que USC démarre ses matches pied au plancher, les joueurs de Penn State sont plutôt passés maîtres dans la façon de traiter les secondes mi-temps. Le duel entre ces équipes aux dynamiques différentes s’annonce déjà irrésistible.

De leur côté, comme l’ont souligné plusieurs joueurs en conférences de presse, les Trojans devront prendre le meilleur départ possible et marquer le plus de points possible pour éviter un retour des Nittany Lions en seconde mi-temps, orchestré par l’excellent coaching du staff de Penn State. Clay Helton, encore jeune en tant que head coach, ne s’est pas toujours montré rassurant dans ses choix et il s’est beaucoup reposé sur son quarterback. Une fin de match serrée pourrait donc tourner à l’avantage de Penn State.

Bloquer CB Adoree’ Jackson sur les retours de coups de pied
Après avoir battu un record historique en special teams sur retours de coups de pied, Adoree’ Jackson est désormais légitimement considéré comme le meilleur returner de l’histoire de USC. Une assertion confirmée par son match face à Notre Dame où il a retourné un punt et un kickoff pour deux touchdowns. Extrêmement athlétique, Jackson a réussi 973 yards sur retours de coups de pied cette année, pour quatre touchdowns. Il sera une menace que Penn State n’oubliera certainement pas au moment de dégager le ballon.

JOUEURS À SUIVRE

WR Juju Smith-Schuster, USC
Blessé tout au long de la saison à différents endroits, notamment au dos et au pouce, Juju Smith-Schuster n’a pas eu la saison qu’on pouvait attendre de lui alors qu’il était considéré comme le meilleur prospect NFL à son poste cet été. Le receveur a expliqué aux médias qu’il se sentait à 90% de ses capacités désormais et sa présence sera un véritable soulagement pour l’attaque des Trojans face à la secondary redoutable des Nittany Lions. Même s’il est apparu avec de la fièvre lors du Media Day, son coach Clay Helton a assuré que Smith-Schuster s’était tout de même entraîné et il ne devrait pas manquer ce qui sera probablement son dernier match avec USC.

LB Koa Farmer, Penn State
En l’absence de LB Manny Bowen, suspendu, le nom de Koa Farmer a été sur toutes les bouches cette semaine. Originaire de Californie, où il a grandi tout près du Rose Bowl Stadium, le linebacker aura la lourde tâche de remplacer un joueur décisif de la défense de Penn State. Rapide et athlétique, Farmer aura néanmoins fort affaire face à une attaque explosive qui peut aussi bien mettre en évidence ses receveurs que ses tight ends ou ses running backs. Heureusement, les Nittany Lions pourront aussi se reposer sur Jason Cabinda et Brandon Bell pour faire face à toutes ces menaces.

FACTEUR X

DT Stevie Tu’ikolovatu, USC
Avec le manque de profondeur des Trojans sur la ligne défensive suite à la blessure de Kenny Bigelow avant le début de la saison, la présence de Stevie Tu’ikolovatu, débarqué de Utah cet été, est une véritable bénédiction. Surtout depuis qu’il a émergé comme un leader dans le vestiaire et un monstre physique sur la ligne de scrimmage. Le nose guard de USC aura du pain sur la planche pour mettre la pression à Trace McSorley et pour empêcher Saquon Barkley de s’infiltrer au centre de la ligne défensive mais il est le joueur parfait pour réussir ces deux missions.

HISTORIQUE

USC et Penn State ont une histoire en commun au Rose Bowl. Les deux équipes se sont affrontées pour la première fois à Pasadena, en 1923, pour une victoire 14-3 des Trojans, et la dernière fois lors du même match, en 2009, pour une autre victoire 38-24. USC était alors dirigé par Pete Carroll et Penn State par Joe Paterno. Entre temps, les deux équipes se sont rencontrées sept fois entre 1982 et 2000. Au total, USC mène par cinq victoires à quatre contre Penn State et reste sur une série de deux matches remportés.

BLESSÉS

#5 Penn State
Absent : WR Saeed Blacknall (suspension), LB Manny Bowen (suspension), LB Nyeem Wartman-White (genou)
Incertain : OT Paris Palmer (jambe), WR Brandon Polk.
Probable : Aucun.

#9 USC
Absent : DT Kenny Bigelow (genou), WR Steven Mitchell (genou), C Toa Lobendahn (genou).
Incertain : Aucun.
Probable : Aucun.

PRONOSTIC

USC 38, Penn State 34

Membre de l'équipe de The Blue Pennant depuis septembre 2013, Loïc s'est trimballé à travers les États-Unis en 2017 pour mieux comprendre le pas-si-petit monde du college football. Seulement deux contraventions pour excès de vitesse sur 20 000 km. Intime de Mark Sanchez, Sam Darnold et des cheerleaders de Wisconsin, promo '76. Label qualité TBP et Sécurité routière.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bowls

Rose Bowl 2020 : 3 TDs au sol de Justin Herbert renversent Wisconsin, 29-28

Le senior QB Justin Herbert ne pouvait pas mieux conclure sa carrière universitaire : avec trois TD au sol réussis face aux Badgers de #8 Wisconsin, il permet aux Ducks de #6 Oregon de remporter un 3ème Rose Bowl en 9 ans.

Publié

le

Crédit photo : Oregon Athletics

Les Badgers de #8 Wisconsin (10-4) semblaient avoir fait le plus difficile lorsque K Mason Stokke (4 courses, 6 yards, 1 TD) redonna les devants à son équipe sur un TD au sol de 2 yards en fin de 3ème quart-temps…

Les joueurs de coach Paul Chryst imposaient alors leur avantage physique et rien ne laissait penser que #6 Oregon (12-2) serait capable de renverser la situation.

Pourtant, si la défense des Badgers a réussi à contenir les velléités offensives des Ducks tout au long de ce Rose Bowl, elle a été en grande difficulté dès que le senior QB Justin Herbert (14/20, 138 yards, 1 INT et 9 courses, 29 yards, 3 TD) s’est mis à courir avec le ballon. Après deux TD au sol réussis en première mi-temps et ponctués à chaque fois par des stiff arms surpuissants, le quarterback de #6 Oregon a remis ça en milieu de 4ème quart-temps.

#6 Oregon était alors mené de 6 points (21-27) lorsque QB Justin Herbert écarta LB Jack Sanborn sur la ligne de scrimmage avant de filer jusqu’à la zone des buts pour un TD au sol de 30 yards. Le quarterback des Ducks avait réussi un seul TD au sol au cours de la saison régulière. Il en a réussi trois à l’occasion de ce Rose Bowl.

#8 Wisconsin peut avoir des regrets. La défense des Badgers a limité l’attaque des Ducks à 204 petits yards offensifs. QB Justin Herbert n’a eu quasiment aucun impact dans le jeu aérien et RB CJ Verdell (17 courses, 49 yards, 0 TD) a été limité à moins de 3 yards par course. Hormis un premier drive parfaitement exécuté par #6 Oregon et conclu donc par une course de 4 yards de QB Justin Herbert, les Ducks ont surtout été ultra-opportuniste suite à des erreurs adverses.

QB Justin Herbert, Oregon – Crédit photo : Oregon Athletics

Le second TD au sol du quarterback senior de #6 Oregon est survenu juste après une interception de DB Thomas Graham Jr sur une passe imprécise de QB Jack Coan.

Le 3ème TD des Ducks a été inscrit sur équipes spéciales. Alors que #8 Wisconsin voulait punter le ballon, P Anthony Lotti cafouilla et commit un fumble ! Le ballon fût récupéré par S Brady Breeze qui fila vers la zone des buts pour redonner l’avantage aux Ducks, 21-17. Enfin, c’est après un fumble forcé par S Brady Breeze que QB Justin Herbert inscrit le TD de la victoire sur une course de 30 yards. #6 Oregon a donc marqué 21 points suite à des turnovers !

Les Badgers ont ouvert leur compteur sur un TD de 96 yards de WR Aron Cruickshank sur un retour de kickoff. WR Quintez Cephus (7 récpetions, 59 yards, 1 TD) sur une réception de 11 yards à quelques secondes de la mi-temps donna les devants à #8 Wisconsin. Puis, RB K Mason Stokke redonna les devants 24-21 au programme de Madison (Wisconsin) sur le drive suivant le TD de S Brady Breeze.

Malgré la 4ème défaite de #8 Wisconsin au Rose Bowl lors des 10 dernières années, le junior RB Jonathan Taylor (21 courses, 94 yards) a atteint le plateau des 2000 yards au sol en une saison pour la 2ème année consécutive.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Bowls

Sugar Bowl 2020 : Georgia dompte les Bears de Baylor, 26-14

Un an après une nette défaite contre Texas dans ce même Sugar Bowl, les Bulldogs de #5 Georgia ont effacé ce souvenir douloureux en battant les Bears de #7 Baylor sur le score de 26-14.

Publié

le

Crédit photo : USA Today

Pourtant diminués par l’absence d’une douzaine de titulaires réguliers, les Bulldogs de #5 Georgia (12-2) ont effectué une démonstration de force face à une équipe de #7 Baylor en grande difficulté offensivement.

En l’absence de WR Lawrence Cager, WR Dominick Blaylock et WR Kearis Jackson, le true freshman WR George Pickens (12 réceptions, 175 yards, 1 TD) a pris les choses en main au sein d’un groupe de receveurs très diminué. Suspendu lors de la 1ère mi-temps du SEC Championship Game (pour une bagarre la semaine précédente contre Georgia Tech), WR George Pickens avait des choses à se faire pardonner. Il a parfaitement assumé ses nouvelles responsabilités réussissant notamment 11 réceptions pour 165 yards et 1 TD… en 1ère mi-temps ! Il a finalement été nommé MVP offensif de ce Sugar Bowl.

#5 Georgia a complètement dominé les deux premiers quart-temps, des deux côtés du ballon. Une interception de CB Richard Lecounte a donné le ton, puis un QB Jake Fromm (20/30, 250 yards, 2 TD) retrouvé s’est superbement connecté avec WR George Pickens pour un TD de 27 yards avant que le sophomore WR Matt Landers (3 réceptions, 25 yards, 1 TD) ne réussisse le premier TD sur réception de sa carrière sur une passe de 16 yards.

Les Bulldogs rentrèrent aux vestiaires avec une large avance de 19-0 et les Bears avaient peu d’espoir tant ils étaient inefficaces offensivement.

WR George Pickens, Georgia – Crédit photo : Gabriella Audi

Le début de 2ème mi-temps sera beaucoup plus encourageant pour l’équipe de coach Matt Ruhle. Un drive de 75 yards ponctué par trois réceptions de WR Denzel Mims (5 réceptions, 75 yards, 1 TD) de 40, 8 et 12 yards ramena le score à 19-7. Et #7 Baylor sembla avoir repris le momentum du match lorsque QB Charlie Brewer (24/41, 211 yards, 1 TD, 1 INT) se fit sacker sur une 4ème tentative tentée au milieu du terrain. LB Peyton Mercer récupéra le ballon.

Les Bears payeront cher cette erreur. 7 jeux plus tard et après un fake FG parfaitement exécuté par P Jake Camarda, le sophomore RB Zamir White (18 courses, 92 yards, 1 TD) transperça le rideau défensif de #7 Baylor pour un TD de 13 yards qui donna une avance 26-7 à #5 Georgia. Le tournant de ce match.

Le TD au sol de QB Charlie Brewer sur le drive suivant n’y changera rien. Les Bulldogs remporteront le 5ème Sugar Bowl de leur Histoire.

À noter qu’un mois après une commotion cérébrale subie face à Oklahoma, QB Charlie Brewer est de nouveau sorti prématurément de ce match dans le 4ème quart-temps en raison d’un coup reçu à la tête sur un plaquage violent.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Bowls

Citrus Bowl 2020 : Alabama se défait facilement de Michigan, 35-16

Malgré l’absence de son leader offensif QB Tua Tagovailoa, l’attaque du Crimson Tide de #13 Alabama menée par QB Mac Jones et WR Jerry Jeudy n’a pas ralenti accumulant près de 500 yards dans une victoire 35-16 face à #14 Michigan lors du Citrus Bowl.

Publié

le

Crédit photo : Kirthmon F. Dozier, Detroit Free Press

Le junior WR Jerry Jeudy (6 réceptions, 204 yards, 1 TD) aurait pu déclarer forfait pour ce Citrus Bowl afin de se protéger à quelques mois d’une draft NFL au cours de laquelle il sera surement sélectionné au premier tour.

Le receveur du Crimson Tide a souhaité conclure sa carrière NCAA de la plus belle des manières en devenant le premier receveur de #13 Alabama (11-2) à réussir plus de 200 yards sur réception dans un bowl game lors d’une large victoire 35-16 des joueurs de coach Nick Saban face aux Wolverines de #14 Michigan.

Sa connection avec QB Mac Jones (16/25, 327 yards, 3 TD) a fait des étincelles tout au long de l’après-midi. C’est d’ailleurs sur le premier snap du Crimson Tide qu’il fit parler la poudre en inscrivant son seul TD de cette rencontre sur une réception de 85 yards !

Certes, #14 Michigan (9-4) menait 16-14 à la mi-temps mais deux TD sur réception de WR DeVonta Smith (3 réceptions, 56 yards, 1 TD) et TE Miller Forristall (3 réceptions, 36 yards, 1 TD) vont permettre au Crimson Tide de rapidement prendre le large au retour des vestiaires.

Malgré un début de match plutôt encourageant, QB Shea Patterson (17/37, 232 yards, 1 TD, 2 INT) est retombé dans ses travers commettant notamment deux interceptions dans les dernières minutes. Son manque d’efficacité à la passe a régulièrement cassé le momentum naissant d’une équipe de #14 Michigan qui perd un bowl game pour la 4ème année consécutive.

La 2ème mi-temps a été particulièrement difficile pour Jim Harbaugh et les Wolverines : 6 possessions, 4 punts, 2 interceptions.

En réussissant trois FGs dont un de 57 yards quelques secondes avant la mi-temps, K Quinn Nordin a fait illusion pour des Wolverines qui perdent pour la 16ème fois d’affilée à l’extérieur ou sur terrain neutre contre une équipe du Top 15.

Avec ce succès, #13 Alabama termine la saison avec 11 victoires. C’est la 9ème année consécutive que le Crimson Tide remporte au moins 11 victoires au cours de la saison.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Bowls

Outback Bowl 2020 : Minnesota surprend Auburn, 31-24

Dominant dans le jeu au sol, les Golden Gophers de #18 Minnesota ont marché sur la défense des Tigers de #12 Auburn pour finalement remporter l’Outback Bowl sur le score de 31-24.

Publié

le

Crédit photo : Mike Ehrmann/Getty Images

Pourtant pas favori au moment du coup d’envoi, les Golden Gophers de #18 Minnesota (11-2) ont marché sur les Tigers de #12 Auburn (9-4) pour remporter l’Outback Bowl lors du premier match entre ces deux programmes.

Avec ce succès historique, #18 Minnesota termine la saison avec un bilan de 11-2, la meilleure performance des Golden Gophers depuis les 13 victoires remportées en 1904.

Les joueurs de coach PJ Fleck se sont assurés la victoire sur le dernier drive. Malgré une 4ème tentative et 1 yard à parcourir alors qu’ils menaient au score de 7 points, les Golden Gophers n’ont pas tremblé et TE Bryce Witham (2 réceptions, 12 yards, 1 TD) a réussi une courte réception sur une passe inspirée de QB Tanner Morgan (19/29, 278 yards, 2 TD, 1 INT) pour donner une victoire 31-24 à #18 Minnesota.

Pour son dernier match sous le maillot des Golden Gophers, WR Tyler Johnson a impressionné terminant avec un total de 204 yards sur réception et 2 TD. Il a d’abord marqué le premier TD de son équipe sur une spectaculaire réception à une main avant de sceller le sort du match sur un catch-and-run de 73 yards.

Après une interception de CB Javaris Davis pour #12 Auburn sur la première possession de #18 Minnesota, les deux équipes ont souffert dans la red zone adverse en début de rencontre devant se contenter de FGs (3-3), puis les Tigers ont finalement trouvé l’ouverture lorsque CB Noah Igbinoghene remonta le ballon sur 96 yards sur un retour de kickoff (10-3 pour Auburn) pour son 2ème TD en carrière.

Les Golden Gophers égaliseront en profitant d’un muffed punt de DB Christian Tutt que LB Thomas Barber va récupérer. Quelques instants plus tard, RB Mohamed Ibrahim (20 courses, 140 yards, 1 TD) transpercera le rideau défensif des Tigers pour égaliser à 10-10, le score à la fin du 1er quart-temps.

WR Tyler Johnson, Minnesota – Crédit photo : Minnesota Athletics

Dans le 2ème quart-temps, on a bien cru que les Golden Gophers ne réussiraient jamais à entrer dans la zone des buts après deux échecs à 1 yard de la ligne des Tigers. Finalement, WR Seth Green s’est connecté avec TE Bryce Witham pour une passe de TD de 1 yard donnant alors une avance 17-10 à #18 Minnesota.

Le match devint alors complètement fou. QB Bo Nix (17/26, 176 yards, 1 TD) trouva WR Sal Cannella totalement esseulé dans le dos de la défense des Golden Gophers pour un TD de 37 yards puis WR Tyler Johnson réussit l’une des réceptions les plus spectaculaires de cette saison de bowls en captant à une main une passe de QB Tanner Morgan pour porter le score à 24-17 en faveur de #18 Minnesota à la mi-temps.

Au retour des vestiaires, #12 Auburn exécutera un drive parfait de 86 yards que RB JaTarvious Whitlow (9 courses, 24 yards, 1 TD) conclut par un TD au sol de 3 yards (24-24).

WR Tyler Johnson marquera finalement le TD de la victoire sur son catch-and-run de 73 yards.

#18 Minnesota termine donc la saison avec un bilan de 11-2. Les Golden Gophers peuvent avoir des regrets d’être passé à côté du match face à Wisconsin qui a assuré le titre de division Big Ten West à des Badgers qui ont été invité au Rose Bowl par la suite.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Articles les plus lus