Suivez-nous

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 4

Publié

le

Quatrième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que, contrairement à Urban Meyer, BoG parle de lui-même à la troisième personne, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé Boise State, mais, après cette lourde défaite à Oklahoma State (21-44) le débat sur la possibilité d’avoir une équipe du G5 au playoff, n’intéresse personne…

Florence et la machine à pluie

Ma bonne dame, c’est tous ces satellites qu’ils envoient dans l’espace, ça vous détraque le temps toute cette technologie. Ou alors c’est le carbone, faites votre choix. Toujours est-il que c’est la saison des ouragans (pas directement causés par le CO2 mais ça n’aide pas) et qu’un certain nombre de matchs ont été annulés en prévision de l’arrivée de l’ouragan Florence.

North Carolina peut se féliciter des affres du temps puisque les Tar Heels ont évité de se faire torpiller à Chapel Hill par UCF. Les Knights perdent une bonne occasion d’impressionner le comité de sélection du playoff, quoiqu’après la piteuse défaite de UNC à East Carolina en Semaine 2, il n’y avait pas grand chose à gagner dans cette confrontation pour Central Florida.

Ces mêmes Pirates ne se rendront pas à Virginia Tech dans ce qui aurait pu être un bon test pour les Hokies.

La plus grosse « perte » du weekend, toute proportion gardée, est l’annulation du match entre NC State et West Virginia. Petite pensée pour un copain resté à Raleigh pour braver la tempête alors que la ville s’est vidée après que ses habitants ont pris d’assaut tous les magasins d’alimentation du coin.

Enfin, le match entre Marshall et South Carolina à Columbia a également été annulé. Les Gamecocks, qui ne sont peut-être pas aussi bons qu’attendus, pourraient avoir du mal à atteindre les six victoires synonymes de bowl.

Fly, Eagles, Fly

Boston College est 3-0 pour la première fois depuis 2007, année où les Eagles avaient débuté 8-0 et grimpé jusqu’à la deuxième place du Top 25, en s’imposant à Wake Forest dans un match pour une fois très offensif (41-34). QB Anthony Brown a lancé cinq passes de TD, soit près de la moitié de sa production 2017, et RB AJ Dillon y est allé des ses 185 yards et de son TD. Compte tenu que Florida State est en délicatesse avec son programme de football, BC pourrait bien devenir l’adversaire le plus sérieux de Clemson dans l’ACC Atlantic. Okay, il ne faut tout de même pas trop s’emballer mais AJ Dillon contre la ligne défensive de Clemson pourrait valoir son pesant de cacahuètes.

Comptes d’apothicaires

Jim McElwain a quitté Colorado State en 2015 pour devenir le Head Coach de Florida, avant de se séparer à l’amiable d’avec les Gators en 2017 pour devenir cette année l’entraineur des receveurs à Michigan. Pourquoi cela a-t-il un quelconque intérêt ? Parce que le départ de Fort Collins pour Gainesville de Jim McElwain a rapporté 7.5 millions de dollars aux Rams : 3 millions payés par Florida, 2 millions payés par Jim McElwain et 2.5 millions payés par… une partie des recettes d’un match entre les Rams et les Gators à jouer au Swamp en… 2018. Colorado State est donc reparti de Gainesville avec un bon paquet d’argent et une grosse fessée (10-48).

Embed from Getty Images

Show me the money

Puisque l’on parle gros sous, le magazine Forbes a publié la liste des programmes les plus rentables du College Football. Comme s’il ne suffisait pas que Texas ait perdu sa place de numéro 1 sur les pelouses du Lone Star State, les Longhorns ont également été détrônés dans ce classement par nulle autre que… Texas A&M. On notera la montagne d’argent dépensée par Alabama (différence entre chiffre d’affaires et bénéfices). C’est ça de payer des millions pour des superviseur de la hauteur des brins d’herbe et autre manageur des dreadlocks de Jalen Hurt… Les dix programmes les plus riches sont donc (chiffre d’affaires / bénéfices annuels en millions de dollars pour la période 2014-2016) :

Texas A&M (148/107)

Texas (133/87)

Michigan (127/75)

Alabama (127/59)

Ohio State (120/69)

Oklahoma (118/72)

Notre Dame (112/72)

Auburn (112/61)

LSU (112/56)

Florida (111/67)

Maintenant, pour vos devoirs de vacances, BoG vous laisse calculer le coût et bénéfice net de chaque victoire pour ces dix prestigieuses institutions.

Going for 2

Après sa victoire inattendue à Central Michigan (31-7) en Semaine 2, Kansas était favori d’un match pour la première fois depuis quatre ans. Contre Rutgers, les 2.5 points de Vegas ont été facilement couverts par KU qui s’est aisément imposé (55-14) grâce notamment à deux interceptions retournées pour TD. Les Jayhawks n’avaient plus gagné deux matchs d’affilée depuis septembre  2011.

Revanche

Oklahoma s’en est sorti à Iowa State (37-27) dans un match au cours duquel les Cyclones n’ont jamais lâché prise. La victoire des Sooners à Ames efface l’affront de l’an passé lorsque ISU s’est imposé à Norman à la surprise générale. QB Kyler Murray (21/29, 348 yards, 3 TD / 15 courses, 77 yards) continue d’impressionner. Après trois matchs, il a produit 1032 yards et 10 TD, soit juste un petit yard de moins et autant de touchdowns que Baker Mayfield après trois semaines l’an dernier.

Pas de quoi sauter de joie

Menant 24-21 avec moins de deux minutes à jouer, BYU s’est retrouvé à défendre à 14 contre Wisconsin. Le subterfuge n’est pas passé inaperçu mais les Badgers ont manqué leur FG en fin de drive et les Cougars sont repartis de Madison avec la victoire. La série de 41 victoires consécutives à domicile hors conférence de Wisconsin qui remontait à 2003 prend fin et, avec elle, les espoirs de playoff des Badgers.

We (probably don’t) want Bama

Les Bulldogs ont-ils le meilleur groupe de receveurs du pays ? L’avenir le dira mais WR D.K. Metcalf n’a pas perdu de temps pour trouver l’en-but d’Alabama en marquant le premier TD de la rencontre sur une réception de 75 yards après 11 secondes de jeu. Bama a répondu dans la foulée puis… Ce refrain semble-t-il familier ? Le match contre le Tide n’a rien eu à voir avec celui des Red Raiders en Semaine 1 pour Mississippi. Bien au contraire… Le Crimson Tide a terminé la première mi-temps avec 49 points et en a remis 13 en seconde mi-temps tout en gardent leur end-zone inviolée. Score final : 62-7. Alabama est la première équipe de la SEC à marquer plus de 50 points lors de ses trois premiers matchs. Après cette première démonstration de force en conférence, on se demande bien qui est en mesure de tenir tête à la Sa-bande.

Embed from Getty Images

Histoire de tigres

Les Tigers d’Auburn recevaient les Tigers de LSU pour le gros match de la SEC du week-end et une place de dauphin dans la division West derrière l’intouchable Alabama. Les Tigers ont sauté d’entrée de match à la gorge des Tigers  mais les Tigers ont répondu puis gonflé les muscles pour prendre une avance de 11 points sur les Tigers en début de troisième quart temps. Ces cinq dernières années, les Tigers avaient remporté 29 de leurs 31 matchs lorsqu’ils possédaient une avance de dix points ou plus. Mais les Tigers ont inversé le script en orchestrant une remontée ponctuée par un FG victorieux à la dernière seconde (22-21). Les Tigers sont la première équipe de FBS depuis 1971, et la quatrième de l’Histoire, à battre deux équipes du Top 10 lors des trois premières journées. Vous avez tout compris ? Bon, en gros, Auburn a merdé et LSU s’est imposé dans la plaine.

Tout est plus gros au Texas (partie 1)

Puisqu’on parlait de Texas Tech (enfin pas vraiment mais bon…), les Red Raiders ont collé 63 points au Houston de DE Ed Oliver et QB Alan Bowman s’est bien amusé avec 43/59, 605 yards et 5 TD. QB D’Eriq King n’a pas été en reste pour les Cougars avec 30/51, 431 yards et 5 TD dans les airs et 11 courses, 47 yards et 1 TD au sol. Les deux équipes ont combiné pour 192 jeux, 1339 yards et 112 points.

Tout est plus gros au Texas (partie 2)

Texas a obtenu sa 800ème victoire lors du mémorable Texas-USC de 2006 au Rose Bowl, le dernier titre national des Longhorns. Pour cette troisième semaine, les Horns et leurs 899 victoires recevaient… USC. Texas n’a pas laissé passer l’occasion de signer son 900ème succès en dominant les Trojans (37-14). UT rejoint Michigan (945) et Ohio State (901) dans le club fermé des équipes à 900 victoires en College Football. Les Buckeyes ont franchi cette barre en Semaine 2. Evidemment, si l’on ajoute les victoires supprimées par la NCAA pour diverses violations, le classement varie quelque peu.

Jerry’s World

La Big 12 n’a jamais gagné (0-12) à l’AT&T Stadium d’Arlington contre une équipe hors conférence du Top 25. La dernière victime de la série noire est TCU qui y défiait, quasiment dans son jardin, Ohio State. Malgré deux FG manqués, les Buckeyes sont venus à bout des Horned Frogs (40-28) derrière une grosse performance de QB Dwayne Haskins (24/38, 344 yards, 2 TD / 3 courses, 8 yards, 1 TD). Seul bémol de taille pour OSU, DE Nick Bosa est sorti sur blessure, touché à l’aine, et sera absent au moins une semaine.

Embed from Getty Images

Matchs poubelles

Comme c’est de coutume lors des 2-3 premières semaines de la saison, une palanquée de matchs n’avait aucun intérêt si ce n’est de gonfler les statistiques des cadors de FBS et les égos de leurs fans. Florilège, par ordre alphabétique :

Arizona a signé sa première victoire de la saison en torpillant Southern Utah (62-31). QB Kahlil Tate (13/20, 349 yards, 5 TD / 4 courses, 19 yards), en délicatesse avec une cheville, est bien sagement resté dans sa poche la majorité du match.

Clemson s’est dépêché de battre Georgia Southern (38-7) avant l’arrivée de Florence. Les Tigers n’ont pas paru au pic de leur forme et QB Kelly Bryant (7/10, 68 yard, 1 INT / 6 courses, 27 yards) est sorti sur blessure, laissant QB Trevor Lawrence (12/19, 194 yards, 1 TD, 1 INT) aux commandes de l’attaque.

Georgia a disposé de Middle Tennessee State (49-7) avec une solide performance de QB Jake Fromm (10/12, 128 yards, 3TD).

Kentucky est resté invaincu en s’imposant contre Murray State (48-10).

Miami a pris la mesure de Toledo (49-24) avec cinq TD au total de QB Malik Rosier (13/23, 205 yards, 2 TD / 8 courses, 80 yards, 3 TD).

Mississippi State s’est promené contre Louisiana-Lafayette (56-10) derrière les 6 TD de QB Nick Fitzgerald (14/21, 243 yards, 2 TD / 15 courses, 107 yards, 4 TD).

Penn State a torché Kent State (63-10) grâce notamment à trois TD au sol de QB Trace McSorley (11/22, 229 yards, 2 TD, 1 INT / 9 courses, 54 yards, 3 TD).

Washington State n’a pas été tendre avec son voisin d’Eastern Washington (59-24). RB James Williams (6 courses, 19 yards, 3 TD) s’est offert un TD sur 50% de ses portés.

Style points

BoG encourage toutes les équipes qui mènent de quarante points à trois minutes de la fin du match à essayer d’aller chercher les cinquante. Ou de demander au corps arbitral de réviser une décision défavorable. Pourquoi un tel manque de fair-play ? Parce qu’on n’est pas à la Rec League locale, qu’un match est le meilleur entrainement pour les starters, back-ups et third-strings et qu’il n’y a aucune raison de changer sa philosophie de jeu entre la 1ère et le 60ème minute. Tant que la dernière seconde n’est pas écoulée, tout est permis. Hormis, et c’est l’exception, si votre équipe préférée a invité une université paillasson à venir se faire étriller à la maison. Là, on peut se comporter en gentlemen et ne jouer que dix minutes au dernier quart-temps ou éviter un Hail Mary à six secondes de la fin. Mais en dehors de ce cas de figure ? Si ces quelques jeux supplémentaires permettent au coach de donner du temps de jeu aux remplaçants ou de répéter une dernière fois les gammes en situation de match, il est tout à fait légitime de continuer à jouer. Les chouineurs sont invités à aller s’acheter une défense (éviter Starkville, de préférence).

Cuillère de bois

Après avoir été la sensation de la Semaine 2 grâce à une victoire sur Michigan State, Arizona State a été dominé à San Diego State (21-28), la fac d’origine d’Herm Edwards. Pour être tout à fait honnête, le corps arbitral semble avoir déjugé à tort un targeting qui aurait donné aux Sun Devils l’occasion d’égaliser en toute fin de match.

Arkansas s’est piètrement incliné à la maison contre North Texas (17-44). L’un des TD du Mean Green a été marqué sur un retour de punt lors duquel WR Keegan Brewer a réceptionné le ballon sur ses dix yards et marqué un temps d’arrêt avant de mettre le turbo sous les yeux médusés des Razorbacks qui avaient cru à un arrêt de volée.

Nebraska a été battu à domicile contre Troy (19-24), la même équipe que Boise State a corrigé (20-56) en Semaine 1. C’est le second revers consécutif à domicile pour la bande à Scott Frost après la défaite contre Colorado en Semaine 2 et la première fois depuis 1957 que Nebraska débute la saison par deux défaites de rang. C’est également la sixième défaite consécutive à domicile. Il fut un temps (de plus en plus éloigné) où les Huskers perdaient six matchs à domicile en dix ans… Avec l’annulation de leur premier match contre Akron, la perspective d’un bowl s’éloigne déjà pour les Cornhuskers.

Northwestern avait l’occasion de redresser la barre en recevant Akron mais les Wildcats ont piteusement perdu contre les Zips (34-39) en concédant notamment trois TD défensifs. Quand James Franklin vous dit que jouer Akron c’est un peu le Super Bowl…

Maryland est redescendu sur terre et bien dégusté la poussière contre Temple (14-35) qui restait sur deux défaites en deux matchs.

Florida State… Faut-il vraiment parler de Florida State ? Première défaite (7-30) contre Syracuse depuis 1966. Nuf said. Où faut-il mentionner les 62 yards au sol des Seminoles ?

UCLA a donné l’opportunité à Fresno State de mettre fin à une série de dix défaites consécutives contre des équipes P5 en laissant les Bulldogs s’imposer (largement) à Pasadena (14-38). Les Bruins de Chip Kelly pourraient très bien enchainer six défaites de rang avant de recevoir Arizona mi-octobre.

Il n’y a aucune honte à perdre à South Bend, mais Vanderbilt s’est tiré un chargeur de balles dans le pied en manquant un demi-million d’occasions de marquer contre la solide défense de Notre Dame. Résultat des courses : une courte défaite contre le Fighting Irish (17-22).

Embed from Getty Images

Tops

Un flambeau pour… Tyler Johnson (WR Minnesota) pour ses 133 yards et 3 TD en 9 réceptions contre Miami of Ohio (26-3).

Un brasier pour… Donovan Peoples-Jones (WR Michigan) pour ses 90 yards et 3TD en (seulement) 4 réceptions contre SMU (45-20).

Un feu d’artifice pour… La doublette de Texas Tech RB Ta’Zhawn Henry (24 courses, 111 yards, 4 TD) et WR Antoine Wesley (13 réceptions, 261 yards, 3 TD) pour leurs sept TD combinés contre Houston (63-49).

Flops

Un pétard mouillé pour… La ligne offensive de Florida State pour être à peu près aussi mauvaise pour ouvrir des trous que pour protéger son quarterback. Il va falloir être patient à Tallahassee, une O-line performante ça prend beaucoup de temps à construire…

Un seau d’eau pour… Artur Sitkowski (QB Rutgers) pour ses deux interceptions retournées pour TD à Kansas (14-55).

Un naufrage titanesque pour… La B1G dont sept équipes (Illinois, Maryland, Nebraska, Northwestern Purdue, Rutgers et Wisconsin) ont perdu contre des adversaires globalement plus faibles qu’elles, sur le papier tout du moins…

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. ACC : 5V – 0D (Total : 24V – 7D)

2. SEC : 7V – 2D (Total : 28V – 5D)

3. Big 12 : 5V – 2D (Total : 19V – 7D)

4. Pac-12 : 6V – 4D (Total : 22V – 10D)

5. B1G : 6V – 7D (Total : 24V – 11D)

Course à l’Heisman

Le week-end n’as pas été sensationnel pour le podium provisoire de l’Heisman mais disons qu’il est trop tôt pour retourner sa veste. Bénéfice du doute…

Jonathan Taylor (RB Wisconsin) a été très pédestre avec 117 yards en 26 courses lors de la défaite surprise de Wisconsin contre BYU (21-24).

Will Grier (QB West Virginia) n’a pas joué à NC State en raison de l’ouragan Florence.

Justin Herbert (QB Oregon) n’a pas particulièrement brillé (16/34, 309 yards, 3 TD, 2 INT) lors de la victoire des Ducks sur San Jose State (35-22).

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Washington

#2 Clemson – #3 Penn State

Oui, c’est barbant, mais on ne va tout de même pas mettre LSU, si ? Alabama ne va nulle part (et on se demande vraiment pourquoi on joue cette saison vu que personne ne va s’approcher à moins de trois touchdowns du Tide cette saison), Clemson n’a personne dans sa conférence et a le bénéfice du doute (oui, un comité de sélection c’est crétin), Ohio State sera dans les quatre si les Buckeyes gagnent à Happy Valley le 29 septembre, Washington sortira après une défaite à Oregon ou contre Stanford (mais ça reste à voir), Oklahoma finira par tomber sur un os (Texas sur terrain neutre à Dallas, à TCU, Oklahoma State, à West Virginia, choisissez votre poison) et Notre Dame, oui, bien sûr, Notre Dame va aller en playoff…

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Akron. Oui, okay, BoG avait promis de ne parler que des P5, quoique, certaines de ces équipes P5 étant plus proches du niveau P4 que de l’élite footballistique, on se demande parfois si on doit vraiment s’attarder sur elles… Mais bon, les Zips ont réalisé un petit exploit, certes à leur niveau, qui leur confère la palme hebdomadaire de BoG. En s’imposant à Northwestern (39-34), les Zips ont battu une équipe de la B1G pour la première fois depuis 94. 1894. A l’époque, l’université d’Akron n’était même pas l’université d’état qu’elle est depuis devenue mais un petit établissement connu sous le nom de Buchtel College. En cette fin de 19ème siècle qui ne nous rajeunit pas, un certain John Heisman (dont vous avez peut-être entendu par ailleurs) a mené Buchtel College (devenu Akron en 1913) à une victoire sur Ohio State.

Membre de la Football Writers Association of America, Blaise Collin est un passionné de football universitaire et de NFL, passé par l'Idaho et basé en Californie depuis 2018. Après avoir contribué au au site elitefoot.com, il a rejoint la rédaction de 4th&Goal en 2013. Il partage désormais sa vision du football sur The Blue Pennant et sur footballamericain.com.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blaze of Glory

Blaze of Glory : Chapitre 8

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Huitième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que Nick Saban soit (enfin) content de son équipe, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé, UCF mais la brillante (?) victoire contre Memphis n’intéresse personne…

Show me the money

Randy Edsall a emmené UConn au sommet. En 2004, Connecticut s’est qualifié pour son tout premier bowl. En 2007, les Huskies ont été classés dans le Top 25 de l’Associated Press pour la première de leur histoire et battu leur première équipe de ce même Top 25. En 2010, UConn a atteint son unique BCS bowl (Fiesta). Puis Randy Edsall a quitté East Hartford pour Maryland puis Detroit et les Huskies se sont effondrés et enchainé six saisons à record négatif après quatre à record positif. Ils ont donc rappelé Randy Edsall l’an dernier pour remonter la pente. Après un médiocre 3-9 en 2017, UConn est 1-5 cette saison, avec une courte victoire contre Rhode Island (FCS) et cinq fessées dans lesquelles les Huskies n’ont jamais été battus par moins de trente points.

Le Département Athlétique a donc décidé de récompenser son Head Coach par diverses primes pour toutes les petites choses bien faites par son équipe :

• En attaque : $2,000 quand UConn marque en premier, mène à la mi-temps, marque plus de points par possession que son adversaire ou termine avec plus des yards offensifs ; $20,000 si l’équipe marque entre 25 et 29 points de moyenne sur la saison, $25,000 pour 30-34 points, $30,000 pour 35-39 et $50,000 pour plus de 40 points.
• En défense : $2,000 quand les Huskies ont plus de TFL, sacks et ballons gagnés que leurs adversaires ; $10,000 si l’équipe encaisse entre 26 et 30 points de moyenne sur la saison, $20,000 pour 20-25 points, $30,000 pour 16-20, $40,000 pour 11-15 et $50,000 pour moins de 10 points.
• Une victoire rapporte $10,000.

Autant dire qu’avec un score moyen de 20-54, Randy Edsall ne s’est pas encore beaucoup enrichi cette saison…

Embed from Getty Images

Oh burnes

Auburn s’est incliné à la maison contre Tennessee (24-30) et offert aux Volunteers leur première victoire en conférence SEC en onze matchs. QB Jarrett Stidham (28/45, 322 yards, 2 TD, 2 INT) a lancé deux interceptions et perdu un fumble sur sack. Les Tigers n’avaient plus perdu contre les Vols depuis 1999, une série victorieuse de six matchs. Le dernier succès de Tennessee contre une équipe de la SEC West remontait à 2010 et la série de quinze défaites de rang a pris fin dans les plaines.

Envahissement du terrain

Iowa State a envahi le terrain après sa victoire sur West Virginia (30-14). Les Cyclones étaient donnés perdant de 4.5 points, il s’agit donc d’une petite surprise mais rien de tout à fait comparable avec la choquante victoire contre Oklahoma la saison dernière qui avait également amené la moitié des spectateurs à descendre sur la pelouse.

Certains commentateurs trouvent ce genre de manifestation irritante. BoG n’a qu’une seule règle : l’envahissement du terrain est autorisé sauf si votre équipe est un poids lourd historique classé dans le Top 10. Pour le reste, il ne faut pas oublier que, pour une bonne partie des tribunes, les joueurs sont aussi ceux avec qui ils seront en amphi le lundi suivant, ou bien un de leurs colocataires, ou un bon pote voire un petit ami. Il n’est donc pas insensé de laisser ces jeunes étudiants célébrer comme il se doit une grosse victoire de leur équipe de football.

Savonnette

Georgia Tech a battu Duke six fumbles à quatre. Chaque équipe a perdu exactement la moitié de ses fumbles et les Blue Devils ont marqué trois touchdowns sur trois pertes de balles consécutives des Yellowjackets pour remporter le match (28-14).

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :
Iowa n’a pas sué contre Indiana (42-16) avec 479 yards offensifs, le quatrième match consécutif des Hawkeyes à plus de 400 yards.

Maryland a tranquillement disposé de Rutgers (34-7) grâce notamment à cinq interceptions de la défense des Terps et un joli 2/17 à la passe pour les Scarlet Knights.

Purdue a corrigé Illinois (46-7) et signé sa plus grosse marge de points contre une équipe FBS depuis 2008.

Utah a torpillé Arizona (42-10) diminué de QB Khalil Tate, sorti sur blessure à la cheville en fin de premier quart temps.

Embed from Getty Images

Ca passe

Notre Dame s’en est sorti de peu contre Pittsburgh (19-14) profitant de deux FG ratés par les Panthers. L’Irish poursuit son petit bonhomme de chemin vers le playoff, bien aidé par les défaites de Georgia, Penn State et Washington.

Urban Meyer a célébré sa cinquantième victoire en B1G avec un succès plus serré que prévu d’Ohio State sur Minnesota (30-14).

Texas a échappé au piége Baylor (23-17) malgré la sortie sur blessure de QB Sam Ehlinger (4/5, 35 yards) et continue sa course en tête de la conférence Big 12 dont les Longhorns sont les seuls invaincus.

Ca casse

Colorado était la seule équipe invaincue de la Pac-12 mais n’a pas digéré son voyage à USC (20-31). Les Buffaloes ont désormais 13 défaites contre les Trojans pour aucune victoire. USC asigne son 19ème succès consécutif à domicile, la deuxième plus longue série en cours de FBS derrière Alabama (23 victoires).

Georgia s’est largement incliné à LSU (16-36) en étant mené au score pendant 55 minutes et 28 secondes, après n’avoir été mené que quinze secondes tout le reste de la saison. Les Bulldogs ont lâché 200 yards dans les airs et 275 yards au sol contre les Tigers.

Penn State a (à nouveau) gaspillé une avance dans le dernier quart temps pour s’incliner à domicile contre Michigan State (17-21). Les Nittany Lions ont couru pour plus de 200 yards contre la première défense contre la course du pays mais n’ont pas suffisamment profité de la faiblesse des Spartans dans les airs (122ème défense contre la passe avant ce match). C’est la seconde saison d’affilée que PSU perd consécutivement contre Ohio State et Michigan State (par un total de neuf points et en menant dans le quatrième quart temps) et voit ses rêves de playoff s’envoler.

Washington a manqué un FG sur le dernier tick de l’horloge puis perdu en double prolongation à Oregon (27-30 2OT). C’est la huitième défaite de UW lors de ses neuf derniers déplacements à Eugene. Avec cette seconde défaite, les Huskies sont hors course pour le playoff. Malgré ce succès, les Ducks devront compter sur deux faux pas de Stanford pour atteindre la finale de conférence Pac-12.

West Virginia s’est incliné à Iowa State (où il ne fait pas bon jouer quand on est dans le Top 10) avec une piètre performance offensive (152 yards). Les Mountaineers chutent avant même leur dantesque mois de novembre (à Texas, TCU, à Oklahoma State, Oklahoma).

Wisconsin a été dominé de la tête et des épaules à Michigan (13-38) et peut désormais dire adieu au playoff, même si les Badgers sont toujours favoris pour remporter la B1G West et atteindre la finale de conférence.

Cuillère de bois

Miami a chuté à Virginia (13-16) et QB N’Kosi Perry (3/6, 20 yards, 2 INT) a été sorti du match après une perte de possession sur quatrième tentative manquée et deux interceptions, le tout en quatre drives. Les Hurricanes

Nebraska s’est incliné å Northwestern (31-34 OT) après avoir mené de quatorze points à l’entame du dernier quart temps et de dix points avec moins de six minutes à jouer. Les Huskers sont 0-6 pour la première fois de leur histoire et 0-10 sur leurs dix dernies matchs.

Oklahoma State est dans une spirale descendante après une sévère défaite à Kansas State (12-31). Les Cowboys sont avant-derniers de la conférence Big 12, juste devant Kansas, bien entendu.

Embed from Getty Images

Tops

Un flambeau pour… Nate Stanley (QB Iowa) et ses six touchdowns (21/33, 320 yards, 6 TD, 1 INT) contre Indiana (42-16).

Un brasier pour… Alex Barnes (RB Kansas State) et ses 181 yards et 4 TD en 34 courses contre Oklahoma State (31-12).

Un feu d’artifice pour… Tyler Huntley (QB Utah) qui s’est offert 2 TD à la passe (14/19, 201 yards, 2 TD, 1 INT), 1 TD au sol (11 courses, 64 yards, 1 TD) et 1 TD en réception (1 réception, 58 yards, 1 TD) contre Arizona (42-10).

Flops

Un pétard mouillé pour… Will Grier (QB West Virginia) et ses 100 petits yards (11/15, 100 yards, 1 TD, 1 INT) à Iowa State (14-30). Bye-bye Heisman…

Un seau d’eau pour… Brandon McIlwain (QB California) et ses deux interceptions et deux fumbles perdus contre UCLA (7-37). Depuis que le sophomore a pris les rênes de l’attaque des Bears, il a lancé huit interceptions en trois matchs, tous perdus par Cal.

Un naufrage titanesque pour… Artur Sitkowski (QB Rutgers) et ses quatre interceptions à Maryland (7-34). C’est le quatrième match de la saison à plus de trois interceptions pour le quarterback freshman.

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. ACC : 0V – 1D (Total : 31V – 12D)

SEC : 0V – 0D (Total : 34V – 5D)
Big 12 : 0V – 0D (Total : 21V – 7D)
B1G : 0V – 0D (Total : 26V – 12D)
Pac-12 : 0V – 0D (Total : 23V – 11D)

Course à l’Heisman

Après sept semaines, les trois principaux candidats au podium sont :

Tua Tagovailoa (QB Alabama) n’a pas eu à forcer son talent contre Missouri (39-10) et est sorti en cours de match pour ne pas aggraver une blessure au genou droit.
Stats : 12/22, 265 yards, 3 TD

Dwayne Haskins (QB Ohio State) a sorti son deuxième match consécutif à plus de 400 yards contre Minnesota (30-14).
Stats : 33/44, 412 yards, 3 TD

Kyler Murray (QB Oklahoma) était au repos cette semaine.

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Ohio State – #3 Clemson

Alabama a fait du Alabama contre Missouri (39-10). Ohio State n’a pas été très dominant contre Minnesota (30-14) mais l’essentiel a été assuré. Clemson était au repos et n’a donc pas endommagé ses chances de playoffs. Notre Dame a également sorti le minimum syndical contre Pittsburgh (19-14).

Embed from Getty Images

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Dwayne Haskins (QB Ohio State), le premier Buckeye à lancer deux fois pour plus de 400 yards, consécutivement qui plus est. Après avoir claqué 455 yards contre Indiana (49-26) en Semaine 6, il a passé 412 yards à Minnesota (30-14) en Semaine 7. Prochaine victime ? Purdue et Nebraska sont au menu pour les deux prochains match de tOSU. La passe de trois devrait être réalisée avant un plus difficile déplacement à Michigan State.

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory : Chapitre 7

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Septième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que Texas et Florida jouent à nouveau les premiers rôles, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé, Jordan Conkrite (RB USF) mais les 302 yards au sol qui établissent un nouveau record dans l’American Athletic Conference n’intéressent personne

R.I.P.

John Gagliardi a quitté le petit monde du football universitaire. Le Head Coach de Saint John’s University (Minnesota) de 1953 à 2012 s’est éteint à l’âge de 91 ans après une carrière bien remplie, quatre titres nationaux de Division III et 489 victoires, un record toutes divisions du College Football confondues.

Le prix de la victoire

USA Today a publié son classement des salaires des coaches FBS. Sans surprise, Nick Saban est tout en en haut de cette liste mais est-ce bien mérité ? (Réponse : soyons sérieux deux minutes, s’il vous plait…). Si le coach d’Alabama mérite sans conteste son chèque de fin de mois, certaines universités déboursent des millions (littéralement) pour un retour sur investissement plutôt médiocre. Absents notables du Top 25, Paul Chryst (Wisconsin, 29ème), Ed Orgeron (LSU, 37ème), Chip Kelly (UCLA, 40ème), Clay Helton (USC, 47ème), Mario Cristobal (Oregon, 54ème), ou encore Brian Kelly (Notre Dame, 59ème). Compte tenu du pédigrée de certains ou de la notoriété de leur employeur, on peut se demander pourquoi tout ce beau monde végète loin derrière Lovie Smith (Illinois, 13ème).

BoG a compilé la moyenne de victoires par saison de ces 25 coaches et calculé le coût de chacune d’entre elles (évidemment, les salaires 2018 sont plus élevés que ceux des années précédentes donc la métrique est légèrement faussée mais BoG ne prétend pas publier ses recherches dans Applied Mathematics…).

Coach

Equipe

Salaire

(million $)

Victoires

par saison

Coût par

victoire

Première

saison

Nick Saban

Alabama

8.3

11.9

0.7

Urban Meyer

Ohio State

7.6

12.2

0.6

Jim Harbaugh

Michigan

7.5

9.4

0.8

Jimbo Fisher

Texas A&M

7.5

4.0

0.9

*

Gus Malzahn

Auburn

6.7

9.0

0.7

Kirby Smart

Georgia

6.6

10.8

0.6

Dabo Swinney

Clemson

6.5

10.6

0.6

Dan Mullen

Florida

6.0

5.0

0.6

*

Tom Herman

Texas

5.5

8.0

0.7

Scott Frost

Nebraska

5.0

0.0

n/a

*

Mike Gundy

Oklahoma State

5.0

8.7

0.6

Willie Taggart

Florida State

5.0

3.0

0.8

Lovie Smith

Illinois

5.0

2.7

1.9

Gary Patterson

TCU

4.8

9.3

0.5

James Franklin

Penn State

4.8

9.1

0.5

Lincoln Riley

Oklahoma

4.8

11.3

0.4

Kirk Ferentz

Iowa

4.7

7.6

0.6

Mark Dantonio

Michigan State

4.4

9.0

0.5

Chris Petersen

Washington

4.4

9.3

0.5

David Shaw

Stanford

4.3

10.4

0.4

Will Muschamp

South Carolina

4.2

7.4

0.6

Mark Richt

Miami

4.1

9.6

0.4

Mark Stoops

Kentucky

4.0

5.6

0.7

Justin Fuente

Virginia Tech

4.0

9.4

0.4

Oiseaux contre Poissons

Non, BoG n’a rien à faire de Navy – Air Force ou des autres matchs du Trophée du Commandant en Chef. Les médecins sauvent des vies, les pompiers sauvent des vies… La dernière attaque d’une puissance étrangère sur le sol américain ? 1812. La protection de la liberté ? Un vieux papier appelé « Constitution » et une bande de branques réunis en « Congrès ». Et vaguement cet espèce de crétin de DJ Trump (non, pas le gars de la boite de nuit de samedi soir, celui de la Maison Blanche). Mais bon, merci pour le pétrole, pour la démocratie dans des pays qui ne sont pas prêtes à l’assumer et pour les milliers de vétérans qui reviennent à moitié frappadingues et dont plus personne n’a rien à secouer hormis proclamer haut et fort son amour pour les « Boys » à Memorial et Veterans Days ou se lever pour l’hymne national avant chaque match de peewee football.

Compte tenu que l’on demande à ces jeunes adultes de savoir manier des Beretta, Sig Sauer et autres Glock davantage qu’un ballon de football, l’intérêt de s’enflammer pour ces matchs est donc l’équivalent de s’enthousiasmer pour un Wyoming – Nevada ou un Marshall – Rice. Enjoy the games…

Embed from Getty Images

Oiseaux contre Farfadets

Notre Dame a eu un peu de mal à se mettre en route mais a finalement facilement disposé de Virginia Tech (45-23) à Blacksburg. Les Domers restaient sur quatre défaites de rang en déplacement chez une équipe du Top 25 mais n’ont, cette fois, pas flanché.

Contre des Hokies qui sont désormais 2-35 contre les équipes du Top 6, l’Irish a fait la différence en seconde mi-temps, en commençant par un TD de 97 yards de RB Dexter Williams (17 courses, 178 yards, 3 TD). ND avait -5 yards à la course avant cette traversée du terrain de son running back. Le Fighting Irish est de mieux en mieux placé dans la course au playoff, grâce notamment à l’émergence de QB Ian Book (25/35, 271 yards, 2 TD, 1 INT).

Quarterbacks

Ian Book (Notre Dame), Sam Darnold (ex-USC), Trevor Lawrence (Clemson), Jake Fromm (Georgia), N’Kosi Perry (Miami), Tua Tagovailoa (Alabama)… Vous avez un quarterback remplaçant qui est meilleur que le titulaire ? Sortez les cojones et le titulaire et faites rentrer le petit jeune. Tout le monde y gagnera du temps. Ce n’est pas L’école des Fans et il y a à peu près 120 équipes de FBS qui seront ravies de ramasser les miettes.  

Alabama

Alabama marqué sur tous ses premiers drives cette saison. Contre Arkansas ? La première passe de QB Tua Tagovailoa (76 yards) a fait mouche, en route pour une destruction en règle des Razorbacks (65-31). Nick Saban est ressorti du match mécontent de la performance défensive de son équipe mais, bon, s’il faut marquer plus de 45 points (le plus faible total offensif du Tide cette année) pour battre Bama, il n’y aura pas beaucoup de monde au portillon cette saison.

Bummer Sooner

Texas a remporté la Red River Rivalry/Showdown/Shootout (48-45) sur un FG avec neufsecondes restantes à jouer après avoir gaspillé une avance de 21 points en un peu moins de huit minutes. Le temps mort pris par Oklahoma après trois minutes de jeu en seconde mi-temps a couté aux Sooners 45 précieuses secondes qui pu permettre à QB Kyler Murray d’aller chercher la prolongation ou la victoire.

Oklahoma a été particulièrement fébrile en défense. Les 48 points des Longhorns sont le plus grand nombre de points marqués par UT durant les 113 années de la rivalité (les 93 points au total sont également un record). Depuis le début de la saison, OU n’a toujours pas stoppé lamoindre quatrième tentative (0/8) et a accordé 100% de TD dans sa red zone. Le coordinateur défensif Mike Stoops, frangin de l’ancien patron Bob Stoops, en a perdu son boulot.

Embed from Getty Images

Retour sur terre

Rappel à l’ordre pour Kentucky qui s’était un peu enflammé avec ses cinq victoires en cinq matchs pour débuter la saison. Battus à Texas A&M en prolongation (14-20), les Wildcats n’ont pas joué un seul snap offensif dans le camp des Aggies de tout le temps réglementaire (en prolongation, ils n’ont guère eu le choix). TAMU, dont les deux seules défaites de l’année sont contre Clemson (24-28) et les Alabama Browns (23-45) n’était curieusement pas classé dans le Top 25 avant le match. Erreur réparée avec la 22ème place du nouveau classement, juste derrière Auburn qui a perdu contre LSU (21-22) et Mississippi State (9-23). Ne cherchez pas, tout est logique…

Pac pas d’attaque

Week-end cauchemardesque pour la conférence Pac-12 dont le fer de lance, Washington, n’a battu le misérable UCLA que de sept points (31-24). Pire, la courte défaite contre Auburn a perdu encore un peu de lustre après la piètre sortie des Tigers et de leur attaque anémique à Mississippi State (9-23). Pire encore, une semaine après avoir déçu à Notre Dame (17-38), Stanford, certes sans RB Bryce Love, a sombré à Utah (21-40) pour la première victoire des Utes en conférence.

Déjà mal partie dans la course au playoff, la Pac-12 peut quasiment lui dire adieu après ce week-end peu convaincant. L’invincibilité en cours de Notre Dame et la résurgence de Texas (qui a puni USC mi-septembre, 37-14) ne font, en outre, pas les affaires de la conférence.

Deux règles de base

1. On ne tente pas d’interception sur une passe en quatrième tentative.

Meilleur des cas : une belle remontée du terrain et un TD à la clé.

Pire des cas : un mauvais rebond et le ballon atterrit dans les mains du receveur.

En général : interception réussie et la balle change de camp ; sauf que si elle avait été battée pour et la passe incomplète, elle aurait également changée de mains mais à la ligne de mêlée et pas vingt cinq yards plus loin.

2. Avec un point d’avance et grosso-modo une minute à jouer aux portes de la end-zone, on ne marque pas, on bouffe l’horloge et on prend son FG à cinq secondes de la fin du match.

Meilleur des cas : avec huit points de retard et en gros une minute à jouer, l’équipe adverse ne parvient pas à revenir au score.

Pire des cas : avec huit points de retard et en gros une minute à jouer, le QB adverse vous découpe en morceau et égalise sur TD et transformation à deux points avant de vous achever en prolongation.

En général : il n’y a que ces deux cas extrêmes. Vous voulez vraiment tenter le diable ? Florida s’en est sorti contre LSU (19-27) parce que Joe Burrow (QB LSU) n’est pas Trace McSorley (QB Penn State) mais demandez à Appalachian State comment s’est terminé son petit voyage à Happy Valley ?

Embed from Getty Images

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Clemson a démantelé Wake Forest (63-3) avec 471 yards au sol dont un bon tiers pour RB Travis Etienne (10 courses, 167 yards, 3 TD)

Georgia s’est promené contre Vanderbilt (41-13). Le calendrier s’intensifie quelque peu pour les Bulldogs dans le mois à venir : à LSU, Florida (à Jacksonville), à Kentucky, Auburn.

Ole Miss a atomisé Louisiana-Monroe (70-21).

Georgia Tech a ridiculisé Louisville dans le Kentucky (66-31) avec 542 yards au sol et… 12 yards dans les airs.  Les Yellowjackets n’ont pas punté du match.

Cuillère de bois

Michigan State s’est incliné à domicile contre Northwestern (19-29) dont la seule victoire cette saison était à Purdue en ouvertutre de la saison. Après une victoire étriquée contre Utah State (38-31) et une défaite à Arizona State (13-16), la saison déraille définitivement pour les Spartans. Ça ne devrait pas s’arranger avec la visite à venir à Penn State qui était au repos cette semaine.

Oklahoma State a subi son second revers de rang à domicile en s’inclinant contre Iowa State (42-48) qui était mené par son troisième quarterback, Brock Purdy (18/23, 318 yards, 4 TD, 1 INT / 19 courses, 84 yards, 1 TD).

Stanford a lourdement chuté sur sa pelouse contre Utah (21-40) qui était jusque-là vierge de victoire en Pac-12. L’absence de RB Bryce Love (blessure à la cheville) s’est faite ressentir pour le Cardinal qui n’a produit que 42 yards au sol.

Tops

Un flambeau pour… Justin Love (CB Notre Dame) pour son interception et un fumble retourné pour TD lors de la victoire du Fighting Irish à Virginia Tech (45-23). 

Un brasier pour… Alex Barnes (RB Kansas State) pour ses 250 yards et 3 TD en 22 courses lors de la défaite des Wildcats à Baylor (34-37).

Un feu d’artifice pour… Tanner Gueller (QB Idaho State) qui a lancé huit passes de TD contre le rival Idaho (62-28). Ah, on parle de FCS dans BoG maintenant ? Bon, pas vraiment, mais Holt Arena (le stade couvert d’Idaho State à Pocatello) se trouve être le turf sur lequel BoG a définitivement raccroché ses épaulières. On a tout de même droit à un peu de nostalgie, bordel, non ?

Embed from Getty Images

Flops

Un pétard mouillé pour… Will Grier (QB West Virginia) qui a lancé trois et perdu un fumble lors de la victoire des Mountaineers sur Kansas (38-22).

Un seau d’eau pour… Brandon McIlwain (QB California) qui a lancé trois interceptions (dont deux retournées pour TD ) et perdu un fumble lors de la défaite des Bears contre Arizona (17-24).

Un naufrage titanesque pour… Florida State qui a gâché 20 points d’avance et produit un pédestre 45 yards en seconde mi-temps dans sa défaite à Miami (27-28).

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. SEC : 1V – 0D (Total : 34V – 5D)

2. ACC : 0V – 1D (Total : 31V – 11D)

Big 12 : 0V – 0D (Total : 21V – 7D)

B1G : 0V – 0D (Total : 26V – 12D)

Pac-12 : 0V – 0D (Total : 23V – 11D)

Course à l’Heisman

A mi-saison, la hiérarchie s’établit comme suit :

Tua Tagovailoa (QB Alabama) continue sa course en tête avec une nouvelle démonstration contre Arkansas (65-31).
Stats : 10/13, 334 yards, 4 TD

Dwayne Haskins (QB Ohio State) a produit son troisième match de la saison à plus de cinq passes de TD lors de la victoire des Buckeyes sur Indiana (49-26), une première dans l’histoire d’OSU.
Stats : 33/44, 455 yards, 6 TD, 2 INT

Kyler Murray (QB Oklahoma) n’a pas évité la défaite des siens contre Texas (45-48) mais n’en n’a pas été moins impressionnant pour autant.
Stats : 19/26, 304 yards, 4 TD, 1 INT / 11 courses, 92 yards, 1 TD

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Ohio State #3 Clemson

Même avec une défense suspecte, Alabama est intouchable en ce moment. Ohio State est ce qui se rapproche le plus du Crimson Tide, à distance raisonnable toutefois. Clemson n’a toujours personne de calibre contre qui jouer mais ne sous-estimons pas la faculté du Comité de Sélection à tendre un ticket aux Tigers s’ils terminent invaincus. Même cas de figure pour Notre Dame, qui a fait le plus dur et sera favori de tous ses prochains matchs.

Embed from Getty Images

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Nick Fitzgerald (QB Mississippi State) qui, avec 2999 yards à la course en carrière, détient désormais le record de gain au sol pour un quarterbacken SEC. Mais, c’est promis, Tim Tebow jouera plus dur que jamais pour récupérer sa couronne.

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 6

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Sixième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est Maryland et Penn State soient coachés par des psychopathes, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé Hawaii, mais la victoire sur San Jose State (44-41) en cinq prolongations n’intéresse personne …

Dura lex sed lex

Il fallait bien que ça arrive. Avec la nouvelle règle qui autorise les joueurs à participer jusqu’à quatre matchs dans la saison sans perdre une année d’éligibilité, les transferts en tout genre devaient bien commencer au bout d’un mois de compétition. C’est donc Kelly Bryant (QB Clemson) qui, le premier, a profité de cette règle pour prendre la poudre d’escampette après que Dabo Swinney a confié les clés de la maison à son compère Trevor Lawrence.

La mesure avait été essentiellement mise en place pour permettre aux freshmen de voir un peu le terrain sans cramer leur potentiel redshirt. Mais elle ouvre la porte à la fuite des joueurs de toutes classes (freshman à senior) frustrés de leur temps de jeu. On peut déplorer le manque de fidélité de Kelly Bryant envers ses coéquipiers, son coach et son université et le critiquer pour abandonner la compétition à la première difficulté, ou, au contraire, applaudir la possibilité qui lui est offerte de continuer à accomplir sa passion sous d’autres projecteurs, pourquoi pas en route vers une carrière NFL. Quoiqu’il en soit, la loi est la loi et le quarterback déchu des Tigers ne fait qu’utiliser la règle à son avantage et, on l’espère pour lui, dans son intérêt. Après tout, si les coaches ont le droit de quitter le navire pour de$ prairie$ plu$ verte$, pourquoi pas les joueurs aussi…

Papy fait de la résistance

Kelly Bryant parti et Trevor Lawrence désormais aux commandes, Clemson se retrouve léger sur le banc des quarterbacks. Qu’à cela ne tienne, WR Hunter Renfrow, maintenant dans sa 138ème année chez les Tigers, a été intégré dans le groupe des QB.

Embed from Getty Images

Brice pas de Nice

Clemson recevait Syracuse avec une marge de manœuvre confortable selon les bookmakers (25.5 points). Mais tout n’est pas allé au mieux pour les Tigers qui ont perdu QB Trevor Lawrence sur blessure peu avant la mi-temps. Le nouveau titulaire a été remplacé par QB Chase Brice qui a évité le pire en menant le drive de la gagne et un TD de RB Travis Etienne à 41 secondes de la fin du match (27-23).

Pour tout le bien que l’on dit de la ligne défensive de Clemson, Syracuse a gagné la bataille des sacks (4-1) et n’est pas passé loin de ruiner la saison de la bande à Dabo.

Ce dernier a fait savoir qu’il réintégrera Kelly Bryant dans l’effectif si ce dernier décide de revenir. Reste à savoir si le déserteur retournera à la caserne et, le cas échéant, quel sera l’accueil qui lui sera réservé par les coéquipiers qu’il a égoïstement abandonné.

Destins contraires et chemins croisés

En 2015, Tennessee s’imposait d’un touchdown contre Georgia (38-31). En 2016, les Vols l’emportaient à Athens d’un field goal (34-31). En 2017, les Bulldogs prenaient leur revanche en écrasant UT à Knoxville (41-0). En 2018, les Dawgs l’ont à nouveau facilement emporté (38-12).

La gifle subie contre Georgia en 2016 et un joli 0-8 en conférence SEC ont couté sa tête à Butch Jones (désormais analyste à Alabama), remplacé cette saison par Jeremy Pruitt (anciennement coordinateur défensif à Georgia puis à Alabama). Coté Bulldogs, Kirby Smart (anciennement coordinateur défensif à Alabama et remplacé par Jeremy Pruitt – vous suivez ?) a repris les rênes après le limogeage de Mark Richt (parti à Miami et pas à Alabama) et plutôt bien mené sa barque avec une finale nationale l’an dernier. Bref, dans ce carrousel de Head Coaches, l’un des deux rivaux continue son ascension de l’Everest et l’autre essaie péniblement d’éviter de sombrer dans la fosse des Mariannes.

Légende contre légende

Peyton Manning, présent à ce Georgia-Tennessee sur la ligne de touche des Vols, a donc assisté au onzième match consécutif de Tennessee perdu en conférence. Sur la touche d’en face, Herschel Walker a pu apprécier un cinquième match de rang dans lequel ses Bulldogs n’ont pas encore été menés au score.

Baby-sitter, baby-sitter, baby-sitter, baby-sitter

La sœur de Trace McSorley (QB Penn State) est la baby-sitter de son Head Coach James Franklin. Oui, globalement, on s’en fout. Mais BoG est également là pour vous fournir ces petites informations croustillantes que vous pouvez ressortir à votre prochain diner mondain. Essayer et vous remercierez BoG plus tard. Ou pas.

Boomerang

Avant le début de la saison 2015, le coordinateur défensif de Mississippi State est parti pour Florida, un départ moqué par le Head Coach de l’époque, Dan Mullen, qui l’avait caractérisé de « lateral move». Qu’à cela ne tienne, un marchand de glace de Starkville, qui avait nommé « Mullen » le parfum préféré de sundae de l’ancien coach des Bulldogs, l’a rebaptisé « The Lateral Move » après le départ de celui-ci pour Florida. Florida rendait visite à Mississippi State ce week-end et Dan Mullen a eu sa revanche dans un match très défensif où ses Gators se sont imposés contre les Bulldogs (13-6).

Embed from Getty Images

Chose promise…

« Je suis désolé. (…) Mais je vous promets une chose, beaucoup de bonnes choses vont ressortir de tout ça. Vous ne verrez jamais aucun joueur dans tout le pays jouer aussi dur que je vais jouer le reste de la saison et vous ne verrez personne pousser le reste de l’équipe aussi fort que je vais pousser tout le monde le reste de la saison. Et vous ne verrez jamais une équipe jouer aussi dur que nous allons le faire le reste de la saison. Dieu vous bénisse. »

Puisqu’on parle des Gators… Il y a dix ans, Tim Tebow délivrait ce message en conférence de presse après la défaite surprise de Florida contre Ole Miss. Le message, inscrit deux mois plus tard sur un mur du Ben Hill Griffin Stadium, a résonné dans les oreilles des Gators et Tim Tebow n’a pas menti : Florida a remporté ses dix matchs suivants et le titre national.

Depuis sa retraite universitaire, Florida a signé quinze quarterbacks, dont dix ont quitté Gainesville avant terme, et les Gators sont toujours à la recherche du Messie 2.0. Avec onze QB différents aux commandes en huit saisons et demi, UF a rendu un piètre 62-43 et glané deux petits titres de division SEC East, soit autant que Missouri et un de moins que Georgia. Le bilan de Tim Tebow ? Deux titres de la SEC et deux titres nationaux en quatre ans.

Et la petite friandise pour votre prochaine sortie entre amis : qui était le coach des QB de Florida en 2008 ? Yep, Dan « lateral move » Mullen !

Oh, le vilain !

Kyler Murray (17/21, 432 yards, 6 TD / 10 courses, 45 yards, 1 TD), en retard à l’entraînement, n’a pas débuté contre Baylor. Une grosse punition pour le QB des Sooners qui a repris les commandes lors du deuxième drive d’OU et marqué deux de ses sept TD sur ses deux premiers drives. Boomer Sooner s’est trimbalé contre les Bears (66-33). Bon, qu’on lui fasse faire trois tours de terrains ou trois séries de vingt pompes pour lui apprendre la ponctualité, mais le laisser sur le banc c’était ridicule…

Texas is back

Or is it? Texas s’est imposé à Kansas State (19-14) pour mettre fin à une série de cinq défaites de rang à Manhattan. Après un raté contre Maryland en ouverture de la saison (29-34), les Longhorns sont gentiment montés en puissance avec des victoires contre Tulsa (28-21), USC (37-14), TCU (31-16) et, donc, à Kansas State. Leur retour parmi l’élite ne sera vraiment confirmé que lors de leur prochain match, la Red River Rivalry contre Oklahoma.

Remontée

Michigan n’avait jamais remonté 17 points dans l’ère Jim Harbaugh (dont aucune équipe n’avait d’ailleurs jamais remonté un tel handicap). C’est désormais chose faite contre Northwestern (20-17) qui avait mis la tête des Wolverines profondément sous l’eau en début de deuxième quart temps.

Embed from Getty Images

We Are !

Not elite… Dixit l’auto-proclamé psychopathe James Franklin, son équipe n’a pas encore le statut « élite » d’Ohio State. Ce qui explique peut-être que les Buckeyes se soient imposés à Beaver Stadium (27-26) en remontant un déficit de 12 points dans le dernier quart temps. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé pour les Nittany Lions dont le QB Trace McSorley (16/32, 286 yards, 2 TD / 25 courses, 175 yards, 1 TD) a établi un nouveau record individuel à PSU avec 461 yards offensifs.

C’était seulement la seconde fois que deux équipes de la B1G du Top 10 s’affrontaient en septembre. La première fois, en 1983, Ohio State s’était incliné à Iowa. Cette fois, tOSU a prévalu devant une foule record (110,889 spectateurs) tout de blanc vêtue.

Le match, comme les trois précédents entre les deux équipes, ne s’est joué à rien. Avec quatrième tentative et cinq yards à parcourir, Penn State a choisi de faire courir RB Miles Sanders (16 courses, 43 yards, 1 TD) malgré sa moyenne 3.0 yards par course jusque-là. Trace McSorley a confirmé le choix inattendu, expliquant qu’il avait vu dans l’alignement défensif des Buckeyes que ce jeu était le mieux adapté à la situation mais que son équipe l’avait juste mal exécuté. Un raté qui coûte très cher puisque les chances des Nittany Lions d’atteindre le playoff sont désormais réduites à 16%. Les Buckeyes sont, en revanche, lancé sur la voie royale, avec 75% de chances d’être parmi les quatre heureux élus.

Où l’on reparle de Maryland…

Un autre psychopathe, selon des joueurs et parents de joueurs, est DJ Durkin, le Head Coach toujours suspendu de Maryland. L’université, qui a récemment déclaré sa responsabilité dans la mort de Jordan McNair se retrouve maintenant bombardée de témoignages accablants sur la culture toxique de diatribes et humiliations en tout genre qui régnait jusqu’à peu à College Park. Les méthodes plus que douteuses de DJ Durkin et de son staff auraient été signalées en décembre 2016 par une mère de joueurs dans une lettre délivrée en main propre au bureau du Président de l’université et envoyée électroniquement au Directeur Athlétique de l’époque. Pourquoi n’a-t-elle pas eu d’écho ? Pourquoi a-t-il fallu attendre la mort d’un joueur pour mettre à jour ces agissements dépassant l’entendement ? Il va falloir un certain temps pour déterminer les responsabilités des uns et des autres dans l’affaire mais, une chose est quasi certaine, des têtes vont tomber. Pas la peine de parier $1600 là-dessus…

Notre Dame – Stanford

On se demande vraiment ce qui a mis si longtemps à convaincre Brian Kelly de confier les rênes de son équipe à QB Ian Brook (24/33, 278 yards, 4 TD / 15 courses, 47 yards) qui a été impérial dans la correction infligée à Stanford (38-17). Le Cardinal, qui s’en était miraculeusement sorti à Oregon, n’a, cette fois, rien pu faire contre l’Irish. Pire, RB Bryce Love (13 courses, 73 yards, 1 TD) est sorti sur blessure en début de dernier quart temps.

Cette éclatante victoire du Fighting Irish met ND en position idéale pour la course au playoff. Avec deux victoires contre des équipes du Top 15 (la première sur Michigan, 24-17) et plus grand monde de qualité à l’horizon – à Virginia Tech et à USC sont les deux gros ( ?) morceaux restant si l’on part du principe que les Domers devraient disposer sans trop souffrir de Florida State et Syracuse à South Bend, Notre Dame pourrait terminer la saison 12-0 et il serait alors difficile de lui fermer la porte du playoff. Mais avec des si…

Embed from Getty Images

Pari osé ?

Alabama contre Louisiana-Lafayette c’est un peu comme Brésil – Fidji au foot. La question n’est pas tellement de savoir qui va gagner mais plutôt si le nombre de buts de Neymar sera supérieur au nombre de fois où il se roulera par terre (au passage, félicitations à nos lecteurs belges pour la première place de leur pays au classement FIFA – comme quoi il n’y a pas que le vénéré Comité de Sélection du Playoff qui a de la fiente de pygargue dans les yeux – oui, c’est moche, mais le Bald Eagle, emblème des Etats-Unis, n’est pas un aigle…).

Quoi qu’il en soit, donner des cotes à des matchs déséquilibrés dont on se demande même pourquoi on les joue, c’est le boulot des bookmakers de Las Vegas. Ils ont donc sereinement donné à la victoire de Bama la cote de 990 contre 1. Et, dixit l’un d’entre eux, la cote a été jugée trop faible mais c’était la limite du logiciel. Le Tide colle donc des roustes à tout le monde sur le terrain et s’avère aussi trop fort pour les ordinateurs de Las Vegas… Ce pari absurde, avec lequel il n’y a pas grand chose à gagner, n’a pas découragé un parieur qui a empoché la coquette somme de… 1 dollar et 60 cents après avoir parié près de mille six cent dollars. De quoi se faire une petite frayeur pendant au moins 3 minutes et 35 secondes, le temps qu’il a fallu au Crimson Tide pour ouvrir la boite à touchdowns.

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Alabama a été dominé par Louisiana-Lafayette (7-14)… en seconde mi-temps. Le Tide avait 49 points d’avance à la pause, de quoi lever le pied, faire tourner l’effectif et rendre un parieur heureux (56-14).

Arizona State a aisément disposé d’Oregon State (52-24), mais qui en Pac-12 ne le fait pas ?

Cincinnati a atomisé Connecticut (49-7) qui attend impatiemment le début de la saison de basketball.

Georgia Tech a enterré Bowling Green (56-17) avec huit TD au sol. QB TaQuon Marshall (5/6, 160 yards / 13 courses, 42 yards, 2 TD) a passé pour 160 yards en 5 passes complétées.

LSU a tranquillement déroulé contre Ole Miss (45-16) qui s’avère avoir la pire défense de la SEC.

Miami a écrasé North Carolina (47-10) en marquant trois TD défensifs, égalant le record de l’école. Les défenseurs des Hurricanes ont également forcé six pertes de balles et donc passé la soirée à se piquer la « Turnover Chain » à tour de rôle.

Wake Forest a confortablement battu Rice (56-24).

Washington a facilement battu BYU (35-7).

Cuillère de bois

Le mariage entre Mississippi State et son nouveau Head Coach Joe Moorhead n’a pas débuté par une lune de miel. Après n’avoir marqué que 7 points contre Kentucky (7-28) la semaine passée, les Bulldogs n’en ont mis que 6 contre Florida (6-13). On est loin de ce que Joe Mo produisait à Penn State.

Il fut un temps où La Défense de Nebraska était l’une des plus féroces du pays. Un certain nombre des lecteurs de BoG salissait probablement encore ses couches à cette époque désormais révolue. Après avoir concédé 56 points à Michigan, les Huskers en ont lâché 42 contre Purdue (24-42) pour leur second match de la B1G. Leur nouveau Head Coach Scott Frost n’était pas content en conférence de presse…

Pas qu’on s’attendait à un exploit à Colorado mais avec son revers à Boulder (16-38), UCLA est 0-4 pour la première fois depuis 1971.

Embed from Getty Images

Tops

Un flambeau pour… Eno Benjamin (RB Arizona State) qui a galopé tant qu’il a pu contre Oregon State (52-24) avec 30 courses, 312 yards et 3 TD.

Un brasier pour… Greg Dortch (WR Wake Forest) pour ses 11 réceptions, 163 yards et 4 TD contre Rice (56-24).

Un feu d’artifice pour… Jerry Tillery (DL Notre Dame) pour ses quatre sacks sur K.J. Costello (QB Stanford) lors de la nette victoire de l’Irish sur le Cardinal (38-17).

Flops

Un pétard mouillé pour… les QB de Clemson. Kelly Bryant quitte le navire, Trevor Lawrence se blesse, Chase Brice prend les commandes et évite le naufrage contre Syracuse (27-23), rôle qui était dévoué à Kelly Bryant s’il était resté. Lequel Kelly Bryant est attendu les bras ouverts par Dabo Swinney lorsqu’il aura fini son caprice.

Un seau d’eau pour… les QB de North Carolina. Chazz Surrat faisait son retour après sa suspension purgée pour avoir vendu ses Jordan et il a fêté ça avec trois interceptions dont 2 retournées pour TD. Son compère Nathan Elliot n’a guêre fait mieux en perdant trois fumbles dont l’un a été retourné pour TD. Autant dire que les Tar Heels n’ont pas pesé lourd contre Miami (10-47).

Un naufrage titanesque pour… Scott Frost, le Head Coach de Nebraska qui, suite à la déroute subie face à Purdue (28-42) a déclaré que son équipe lui semblait être la plus indisciplinée du pays, que ses joueurs avaient l’air d’aimer perdre et qu’il en avait assez d’entrainer une équipe indisciplinée. S’en prendre à ses joueurs, des amateurs de 18 à 22 ans, faut-il le rappeler, n’est pas la meilleure leçon éducative qu’il soit…

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. SEC : 3V – 0D (Total : 33V – 5D)
2. B1G : 1V – 0D (Total : 26V – 12D)
3. ACC : 3V – 1D (Total : 31V – 10D)
4. Pac-12 : 1V – 1D (Total : 23V – 11D)

Big 12 : 0V – 0D (Total : 21V – 7D)

Course à l’Heisman

Comme on ne change pas une équipe qui gagne…

Tua Tagovailoa (QB Alabama) n’a pas eu a forcé contre Louisiana-Lafayette (56-14). Stats : 8/8, 128 yards, 2 TD.

Dwayne Haskins (QB Ohio State) a mené ses Buckeyes à une courte mais précieuse victoire dans l’enfer du White Out de Penn State (27-26). Stats : 22/39, 270 yards, 3 TD, 1 INT.

Will Grier (QB West Virginia) a bien maitrisé sa sortie à Lubbock en dominant la bataille des QB lors de la victoire des Mountaineers dur Texas Tech (42-34). Stats : 27/41, 370 yards, 3 TD.

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Oklahoma
#2 Ohio State – #3 Clemson

Alabama a manqué un FG et doit vraiment se mettre au boulot pour… Bon, okay, on s’en fout de ce FG manqué. Tua Tagovailoa n’a besoin que d’une mi-temps pour gagner les matchs, tant que ça ne changera pas le Tide sera numéro 1. Ohio State a fait le boulot en patron et s’est ouvert une voie royale pour un second titre de la B1G consécutif. Sûr, il y a encore du progrès à faire mais y-a-t-il beaucoup d’équipes clairement supérieures aux Buckeyes à l’heure actuelle ? Clemson ne fait sûrement pas parti de ce groupe-là mais les Tigers n’ont personne de sérieux à jouer avant de soulever le trophée de la conférence ACC. Et pour finir, si Kyler Murray continue de merder les réglages de son réveil et d’être en retard à l’entrainement on finira par… Par quoi ? Tant qu’Oklahoma n’affronte plus une équipe qui joue l’option, les Sooners sont favoris pour terminer invaincus dans la Big 12.

Embed from Getty Images

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Washington State pour sa victoire contre Utah (28-24) au cours de laquelle les Cougars ont terminé avec… zéro yard au sol. C’est la 10ème victoire de rang à domicile pour Wazzu, sa plus longue série depuis neuf succès consécutifs entre 1941 et 1946.

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 5

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le monde du College Football et attribue sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Cinquième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que personne à part Vanderbilt (dixit Brian Kelly) ne joue mal au football, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé McKenzie Milton mais les 308 yards et 3 TD à la passe et 81 yards et 3 TD à la course n’intéressent personne…

Votre playoff 2018-2019

Après s’être levé du pied gauche ce matin, BoG a renversé son marc de café sur sa boule de cristal. La journée commençait bien… Mais là, un pseudo-miracle est arrivé alors que la lune allait tranquillement se coucher entre les constellations de la Balance et du Scorpion : les noms des futurs participants au playoff sont apparus à la surface de la précieuse sphère. BoG vous offre, avec explication à la clé, ce cadeau des dieux du College Football :

Alabama : 12-1, finaliste SEC. Invaincu en saison régulière, Alabama se présente à Atlanta avec une équipe diminuée, la faute à une intoxication alimentaire. Le « process » en prend définitivement un coup et la bande à Saban s’incline en prolongation sur une grossière erreur d’arbitrage. Malgré cette défaite, Bama est toujours considéré comme la meilleure équipe du pays.

Clemson : 12-0, vainqueur ACC. La bande à Dabo se fait une frayeur à Texas A&M puis écrabouille tout le monde sur son passage.

Georgia : 12-1, champion SEC. Avec une seule défaite en saison régulière à LSU, les Bulldogs s’imposent contre Alabama lors du SEC Championship Game.

LSU : 11-1. Vainqueur sans contestation de Georgia en saison régulière, LSU s’incline d’un petit point contre Alabama et termine la saison avec une demi-douzaine de victoires contre des équipes du Top 15.

Notre Dame : 12-0. Ca n’est pas toujours joli mais 12-0 c’est 12-0.

Oklahoma : 12-1, champion Big 12. OU domine toute la saison mise à part une claque reçu à TCU. Les Sooners prennent une courte revanche au Big 12 Championship Game pour remporter la conférence.

Ohio State : 11-1. Ohio State perd après trois prolongations à Penn State mais se promène lors de tous ses autres matchs de la saison.

Penn State : 13-0, champion B1G. Les Nittany Lions sont invaincus dans l’une des deux meilleures conférences du pays.

Stanford : 12-1, champion Pac-12. Stanford domine la conférence Pac-12 et subit son unique revers de la saison lors d’un match très disputé à Notre Dame malgré un Bryce Love étincelant qui écrase la compétition de l’Heisman.

Bon, vous ne voyez pas comme un petit problème là ? Evidemment, ce scénario ne se produira pas et la saison se décantera, comme d’habitude, d’elle-même pour ne laisser que cinq ou six candidats sérieux mais il arrivera un jour où le terrain ne fera pas le boulot et où le comité de sélection se retrouvera avec une dizaine d’équipes à départager. Encore une fois, la sélection finale sera entachée de subjectivité et l’on se demandera encore pourquoi les décideurs ultimes sont une bande de branquignoles qui n’ont jamais touché un ballon de football de leur vie. Mais au-delà de ça, le débat n’est pourtant pas compliqué à comprendre : un système censé être objectif ne peut pas être basé sur de l’empirisme dont la variabilité est aléatoire d’une année sur l’autre. Les règles doivent être immuables et fermement objectives. Comme ça ne peut probablement pas être le cas, il serait de bon ton d’au moins réduire la subjectivité au minimum en ajoutant une règle qui semble évidente : pas de bras, pas de chocolat. Euh, non, pas celle-ci, celle-là plutôt : pas de titre de champion de conférence, pas de playoff. Les P5 peuvent faire leur propre playoff si ça les amuse, personne ne croira jamais que Boise State ou UCF ont la profondeur de banc pour remporter une conférence majeure. Et Notre Dame peut aller prier la Vierge ou joindre une conférence s’il veut jouer à la baballe avec les grands.

Embed from Getty Images

STFU ESPN

STFU comme « Shut The Fuck Up ». BoG n’aime pas la vulgarité mais trop c’est trop. Après un quart de la saison, 90% du temps d’antenne du « leader mondial du sport » sur le College Football est consacré à théoriser sur quelles seront les quatre équipes choisies pour le playoff. Et si LSU bat Georgia et Alabama mais perd contre Mississippi State et perd la revanche contre Georgia en finale de conférence SEC ? Et si Georgia perd un second match contre Georgia Tech ? Et que devient la meilleure équipe d’Alabama de l’ère Saban dans un tel scénario ? Cela dépend si Stanford peut finir 13-0 et si Ohio State, et sa solide victoire contre TCU, ou Penn State, qui n’a joué personne hors conférence, gagne la B1G. Et si Clemson et Oklahoma sont invaincus ? Ou subissent une défaite chacun ? Et que fait-on d’une équipe de Notre Dame invaincue dans tout ça ? Et si, et si, et si ? Et si vous la boucliez un peu et laissiez la saison se dérouler et qu’on reparle de tout ça début décembre une fois que tous les matchs seront joués et que l’on pourra discuter avec des faits et des chiffres et pas de pures supputations ?

Du plomb dans le cerveau ?

Jeremiah Holloman (WR Georgia) a marqué contre Missouri (43-29) en lâchant le ballon juste au dessus (apparemment) de la ligne d’en-but. Il n’y a pas eu suffisamment de preuve vidéo pour déjuger la décision initiale de TD mais ce genre de négligence arrive beaucoup trop souvent sur les terrains de College Football et fait automatiquement le tour de tous les résumés de match. Pourrait-on, une fois pour toute, apprendre à ces jeunes joueurs à garder le ballon dans la end-zone et à le tendre à l’arbitre pour éviter ces stupides ballons lâchés qui donnent de l’ulcère à tous les coachs ? Si les joueurs universitaires décident de ne pas aller en amphi pour se consacrer au football, qu’ils apprennent au moins quelque chose durant leur temps à la fac !

Poison à rat

Jimbo Fisher avait promis de manger vegan pour un an si Texas A&M parvenait à battre Alabama. Coup de bol pour l’homme fort des Aggies, qui vit tout de même au pays du T-bone steak, le Crimson Tide s’est promené contre TAMU (45-23). Nick Saban s’est empressé de ressortir le poison à rat et de demander aux médias de critiquer ses joueurs. Oui, bien sûr Nick, le Tide n’est pas parfait et a encore à travailler et les joueurs ne doivent pas attraper la grosse tête, et yadi, yadi, yada… Saban est désormais 13-0 contre ses anciens assistants : Jim McElwain (ex-Florida, 3-0), Derek Dooley (ex-Tennessee, 3-0), Mark Dantonio (Michigan State, 2-0), Will Muschamp (ex-Florida et South Carolina, 2-0), Jimbo Fisher (ex-Florida State et Texas A&M, 2-0), et Kirby Smart (Georgia, 1-0).

Embed from Getty Images

Fin de série

La faute à un fumble perdu par QB Joe Burrow, LSU a enregistré sa première perte de balle de la saison. Il n’y a donc plus d’équipe FBS à n’avoir pas perdu le ballon au moins une fois.

Pas de série

Aucun Head Coach n’avait jamais débuté sa carrière 4-0 à Mississippi State. Il y avait beaucoup d’espoir pour Joe Moorhead mais ses Bulldogs se sont inclinés à Kentucky (7-28). Les Wildcats ont remporté leurs quatre premiers matchs de la saison dont deux contre des équipes du Top 25, une première depuis 1977. 1977 est également la dernière fois que Kentucky a commencé par deux victoires en SEC.

Où l’on reparle basket-ball

Kentucky et Duke sont tous les deux dans le Top 25 de l’Associated Press pour la première fois depuis 1957. Entre ces deux instances, leurs équipes de basket ont partagé le Top 25 547 fois.

Against all odds

Ca n’est pas terminé tant que ça n’est pas terminé… Avec une avance de 24-7 et aux portes de l’en-but de Stanford en fin de troisième quart temps, Oregon était en très bonne posture pour battre le Cardinal. Et dans une position encore meilleure quand RB Jaylon Redd est rentré dans la end-zone pour ce qui devait être le dernier clou dans le cercueil de Stanford. Mais le corps arbitral a jugé que le coureur des Ducks était sorti avant de marquer (en shootant le pylône au passage). Deux jeux plus tard, le snap s’est envolé au dessus de la tête de QB Justin Herbert et LB Joey Alfieri a récupéré le cuir pour aller marquer dans la end-zone opposée. Moins de quatre vingt dix secondes plus tard QB Bryce Love a ramené le Cardinal à trois petites longueurs d’Oregon. Les Ducks ont alors repris de l’avance avant que l’inévitable WR JJ Arcega-Whiteside permette aux siens de recoller au score. Rien n’était pourtant perdu pour les Ducks qui, avec moins d’une minute à jouer et trois points d’avance, ont eu l’occasion de tuer l’horloge jusqu’à ce que RB CJ Verdell perde le ballon sur fumble. Standford ne s’est pas laissé prier pour égaliser sur FG avant de prendre l’avantage en prolongation sur un TD tout en jongle de WR Colby Parkinson. L’avantage (38-31 OT) s’avèrera définitif lorsque Justin Herbert manquera sa cinquième passe de la prolongation, après n’en avoir manqué que deux lors de tout le temps réglementaire.

Oklahoma-Army

Pour ceux qui ont eu la chance de voir le match, qui n’était pas télévisé, Oklahoma est passé tout près de la correctionnelle contre Army (28-21 OT). Les Sooners ont eu un mal de chien à arrêter le jeu au sol des Knights qui ont contrôlé la balle pendant près de 45 minutes et amassé 339 yards sur 78 courses. QB Kelvin Hopkins Jr n’a complété que 3 passes sur 8 et deux de ses passes incomplètes ont été des interceptions, la première à 21-21, alors qu’Army était en marche pour aller taper le FG de la gagne, et la seconde en prolongation pour sceller le sort de la rencontre. Oklahoma a eu lui-même l’occasion de l’emporter sur FG à la dernière seconde du temps réglementaire mais a raté la tentative. Avec ces 15 minutes de possession de balle, OU a joué 40 jeux, son plus faible total depuis 1960.

Embed from Getty Images

Matchs poubelles

Avec le (vrai) début des matchs de conférence, on a eu droit à moins de branlées cette semaine. Florilège, par ordre alphabétique :

Auburn s’est appuyé sur ses équipes spéciales et son jeu au sol pour punir Arkansas (34-3) malgré une domination offensive des Razorbacks (290 yards contre 225).

Clemson a maitrisé la triple-option de Georgia Tech (49-21) avec 4 sacks et 10 tackles-for-loss. Qui a dit « grosse ligne défensive » ?

Duke a tapé son voisin de North Carolina Central (55-13) et est désormais 4-0.

Maryland a coulé le bateau de Minnesota (42-13).

Michigan a écrasé Nebraska (56-10) avec notamment 3 TD de RB Ben Mason en 6 courses et 18 yards.

Notre Dame n’a pas connu trop de problème pour s’imposer à Wake Forest (56-27). Ca aide quand le kicker adverse oublie de venir sur le terrain sur une tentative de FG…

Ohio State a fêté le retour d’Urban Meyer sur la touche en écrasant Tulane (49-6).

Penn State a démarré lentement à Illinois et s’est retrouvé mené en début de troisième quart temps (21-24) avant de passer la seconde et de claquer 42 points d’affilée (63-24). Les Nittany Lions ont marqué plus de 35 points dans toutes les secondes mi-temps de leurs matchs.

Syracuse a suivi la voie tracée par Eric Dungey (cinq TD dont trois au sol) pour disposer facilement de Connecticut (51-21).

West Virginia a mis un peu plus d’un quart temps à se mettre en route contre Kansas State (35-6).

Cuillère de bois

Boston College a été dominé à Purdue (13-30) avec seulement 85 yards de production au sol. Le passage de BC dans le Top 25 n’aura été qu’un éclair.

Nebraska a été humilié à Michigan (10-56). C’est la première fois depuis 1945 que Nebraska débute la saison par trois défaites et la première fois depuis 1957 que les Huskers enchaînent sept revers consécutifs.

Oklahoma State n’a pas réussi la passe de dix en perdant à la maison contre Texas Tech (17-41).

Rutgers s’est lourdement incliné à domicile contre Buffalo (13-42) qui signe là sa première victoire contre une équipe de la B1G.

Tennessee a perdu à domicile contre Florida (21-47), la faute à six pertes de balles (2 interceptions et quatre fumbles).

Virginia Tech était favori de 28.5 points mais s’est fait surprendre par Old Dominion (35-49) qui n’avait pas encore gagné de match cette saison. Après la défaite, les Hokies ont viré leur coach. Ah, pardon, non, ils ont viré un joueur, DE Trevon Hill, pour ne pas maintenir les standards de l’université. Allez savoir ce que cela veut dire… VT a aussi perdu QB Josh Jackson sur fracture du tibia.

Embed from Getty Images

Tops

Un flambeau pour… Miles Sanders (RB Penn State) pour ses 200 yards et 3 TD en 22 courses à Illinois (63-24).

Un brasier pour… Ian Brook (QB Notre Dame) pour ses 325 yards et 2 TD à 25/34 et ses 43 yards et 3 TD en 10 courses à Wake Forest (56-27).

Un feu d’artifice pour… Kenneth Murray (LB Oklahoma) pour ses 28 plaquages contre Army (28-21 OT), un record FBS depuis que la NCAA traque la statistique (2000).

Flops

Un pétard mouillé pour… Drew Lock (QB Missouri) pour sa performance médiocre (23/48, 221 yards, 1 INT) contre Georgia (29-43). Le futur joueur NFL a désormais lancé 22 TD et 24 INT contre des équipes P5 qualifiées pour un bowl (et BoG assume, peu présomptueusement, que Georgia jouera un bowl cette saison).

Un seau d’eau pour… Khaleke Hudson (LB Michigan) pour une deuxième expulsion pour targeting en deux matchs.

Un naufrage titanesque pour… Anthony Brown (QB Boston College) pour ses quatre interceptions à Purdue (13-30).

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. SEC : 2V – 0D (Total : 30V – 5D)
1. Big 12 : 2V – 0D (Total : 21V – 7D)
3. ACC : 4V – 2D (Total : 28V – 9D)
3. B1G : 2V – 1D (Total : 25V – 12D)

Pac-12 : 0V – 0D (Total : 22V – 10D)

Course à l’Heisman

Après les performances des QB d’Alabama et d’Ohio State, petit changement dans le classement…

Tua Tagovailoa (QB Alabama) a mené le Crimson Tide à une facile victoire sur Texas A&M (45-23). Stats : 22/30, 387 yards, 4 TD / 4 courses, 10 yards, 1 TD.

Dwayne Haskins (QB Ohio State) n’a joué qu’une mi-temps contre Tulane (49-6) et n’a pas été loin de la perfection. Stats : 21/24, 304 yards, 5 TD.

Will Grier (QB West Virginia) a eu du déchet contre Kansas State (35-6) avec deux interceptions mais aussi cinq TD. Stats : 25/35, 356 yards, 5 TD, 2 INT.

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Washington
#2 Clemson – #3 Penn State

Alabama a quelques détails à régler et… bon, de qui se moque-t-on ? Dans un monde où les Cleveland Browns gagnent des matchs de football, l’Alabama Crimson Tide gagne tous ses matchs en trois quart temps. C’est mathématique, c’est immuable, c’est comme ça que ça marche, un point c’est tout. Clemson n’a personne à jouer avant le mois de janvier mais personne n’osera les virer du Top 4. Penn State pourrait dégager de cette rubrique lors de son prochain match ou, au contraire, y planter sa tente aux couleurs de Nittanyville pour un bon bout de temps. Washington est meilleur que Stanford et que l’équipe qui remportera la Pac-12 South (BoG a été informé de source sûre qu’une équipe remportera la Pac-12 South mais a encore du mal à le croire).

Embed from Getty Images

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Old Dominion qui, en battant Virginia Tech, s’est offert sa toute première victoire contre une équipe P5, qui plus est du Top 25. Les Monarchs n’avaient que 1.8% de chance de remporter le match.

Lire la suite

Articles les plus lus