Suivez-nous

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 1

Première édition de cette nouvelle chronique consacrée à l’actualité du College Football.

Publié

le

Comme ce qui compte avant tout c’est que Tua Tagovailoa soit le QB qui conduise Nick à son sixième titre à Alabama, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé UCF, mais ce titre virtuel de champion n’intéresse personne…

Un peu d’histoire

Comme Kylian M’bappé qui n’était pas né quand la France a remporté sa première étoile au soccer, l’intégralité des joueurs de CFB n’était encore qu’un distant rêve dans l’imaginaire de leurs parents quand Barry Sanders (RB Oklahoma State) s’est fendu de 2850 yards et 42 TD à la course (plus 515 yards et 2 TD sur équipe spéciale) en 1988 pour établir pléthores de records NCAA qui mettront un certain temps avant d’être battus. Le tout en jouant à peine en quatrième quart-temps et à une époque où on annonçait encore les jeux en huddle. Sa moins bonne prestation de la saison ? 154 yards et 2 TD… Malgré cela, bon nombre de votants à l’Heisman (qu’il a tout de même remporté) lui a préféré Rodney Pete (QB USC) ou Troy Aikman (QB UCLA). Faut-il être bête…

En prélude de la saison FBS 2018 qui a démarré avec un excitant UMass-Duquesne (dans lequel le paillasson UMass est tout de même favori de 28 points), retour sur les immanquables news de l’été. Séance de rattrapage pour ceux qui ont oublié qu’il y a une vie entre janvier et septembre…

On ne se marre pas des masses dans le Maryland

OL Jordan McNair est décédé le 13 juin, deux semaines après avoir été victime d’une insolation lors d’un entraînement physique un peu trop poussé du côté de College Park. DJ Durkin n’était pas présent à cette séance dirigée par Rick Court, le préparateur physique des Terrapins.

Le 13 août, l’université s’est séparée de Rick Court et a placé son Head Coach en congé administratif après une enquête qui a relevé une culture plus que toxique et un degré d’incompétence frappant au sein de son programme de football : intimidation, humiliation et abus verbaux ont été reportés comme banalement communs lors des entraînements des Terps. Sans compter les punitions en tout genre, incluant forcer certains joueurs à se suralimenter.

Ce 29 mai, le redshirt freshman de Maryland n’a pas supporté les dix séries de 100-mètres sous 30°C. Rien d’anormal peut-être pour un joueur de 147 kilos. Ce qui est peut-être anormal est le manque d’attention médicale reçu par le joueur et le mauvais diagnostique qui n’a pas décelé la sévérité de l’état de Jordan McNair. Petite erreur aux lourdes conséquences…

Il serait trop facile de juger hâtivement sans connaître tous les détails du dossier, notamment le déroulement exact de cette journée du 29 mai. Mais il semble évident, de par de nombreux témoignages, que quelque chose ne tourne vraiment pas rond dans la maison Maryland. Et un certain nombre de programmes devrait peut-être s’inquiéter des conditions éthiques de leurs propres bercails, à commencer par…

Embed from Getty Images

O-H-I-Ouch…

Une dizaine de jours supplémentaires loin de ses troupes et trois matchs de suspension. C’est ce dont a écopé Urban Meyer pour son pauvre management des accusations de violences domestiques à l’encontre de son coach des receveurs, Zach Smith. Le Head Coach d’Ohio State sera donc (miraculeusement ?) sur le bord du terrain pour le déplacement à Penn State qui pourrait déterminer le sort de la B1G East. C’est bien l’essentiel, n’est-ce pas ? Ou devrait-ce plutôt être la calamiteuse gestion de ce scandale by THE Ohio State University ?

Pour faire court dans cette affaire qui occupe le devant de la scène médiatique sportive depuis près d’un mois, le HC des Buckeyes a été accusé de ne pas sanctionner Zach Smith pour une série d’incidents étalés sur plusieurs années, et remontant à leurs temps à Florida, incluant notamment des violences domestiques sur son épouse, Courtney Smith. Violences que la victime a régulièrement discuté avec Shelley Meyer, l’épouse d’Urban Meyer.

Dans un petit jeu de « qui savait quoi », Urban Meyer s’est défendu, très maladroitement, en mentant à la presse aux B1G Media Days puis en admettant avoir laissé ses sentiments personnels interférer avec son jugement, Zach Smith étant le neveu d’Earle Bruce, joueur puis Head Coach d’Ohio State de 1979 à 1987 où il a pris sous son aile le jeune Urban Meyer. Les deux hommes se retrouveront quelques années plus tard à Colorado State et Urban Meyer considère Earle Bruce comme son mentor. Cela ne devrait pas l’excuser de couvrir les agissements condamnables de l’un de ses entraîneurs. Pour un homme qui prône le respect des femmes à ses joueurs et qui est père de deux jeunes femmes, son attitude distante lors de ses interventions médiatiques a de quoi interpeler.

Mais de deux choses l’une : soit Urban Meyer est coupable d’avoir couvert ces agissements et gardé Zach Smith dans son staff en toute connaissance de cause, soit, et c’est très peu probable, il n’était au courant de rien et a toujours agi de bonne foi. Dans le second cas, une suspension, même minime, semble quelque peu exagérée. Dans le premier cas, en revanche, la punition ressemble à un coup de règle sur le bout des doigts… On a vu des joueurs sévèrement suspendus pour moins que ça…

D’où la question qui découle : le plus important à OSU est-il la quête d’excellence, mission supposée de tout établissement d’enseignement supérieur de ce calibre, et d’être un modèle d’intégrité pour ses dizaines de milliers d’étudiants ou d’offrir à Buckeye Nation un énième titre de la B1G et une place au prochain playoff ?

Et pendant ce temps…

La conférence B1G semble plus préoccupée de trouver un accord avec Comcast pour garder BTN dans son package que de ce qu’il se passe à College Park ou Columbus. La NCAA, quant à elle, a définitivement abandonné tout espoir d’influence sur le College Football et prépare déjà sans doute sa vache à lait de March Madness.

Art italien

Tant qu’on en est à la page des scandales, Art Briles, l’ancien coach de Baylor remercié par les Bears il y a deux ans suite à une flopée d’accusations de viols impliquant ses joueurs, a retrouvé un poste en Italie, chez les Guelfi de Florence. On va se passer prudemment de commentaires…

Embed from Getty Images

Première prolongation

Côté coaches qui n’ont pas encore de bombe atomique prête à exploser à leur derrière, Nick Saban a été prolongé à Alabama jusqu’après la saison 2025 pour la modique somme de 75 millions de dollars. Je suis d’accord que c’est tout à fait indécent de ne pas lui offrir un contrat à durée indéterminée payé 10 millions par an, plus bonus. Alabama : jamais dans le reste de votre histoire vous ne trouverez un autre Nick Saban alors pourquoi ne pas mettre le paquet ?

Seconde prolongation

Côté coaches qui n’ont pas encore de bombe atomique prête à exploser à leur derrière, Bill Snyder a été prolongé à Kansas State jusqu’après la saison 2022. Je suis d’accord que c’est tout à fait indécent de ne pas lui offrir un contrat à durée indéterminée payé 4 millions par an, plus bonus. Kansas State : jamais dans le reste de votre histoire vous ne trouverez un autre Bill Snyder alors pourquoi ne pas mettre le paquet ? Bon, je déconne Kansas State. Bill Snyder a 78 ans et a passé 27 ans sur la touche des Wildcats. Après une première retraite en 2005, il a repris du service en 2009. Kansas State n’a remporté que deux titres de conférence durant ses 27 saisons en charge du programme. Il est grand temps de passer à autre chose.

Et pendant ce temps…

UMass a couvert les 28 points de Las Vegas en 33 minutes.

Hors-jeu

Larry Fedora, le coach de North Carolina, a profité d’un petit laïus sur le manque de corrélation scientifique irréfutable entre les commotions cérébrales et l’encéphalopathie traumatique chronique pour prédire la chute des États-Unis. Pour être tout à fait honnête, l’entraineur en chef des Tar Heels a simplement souligné que les chocs répétés à la tête qui sont à l’origine du trauma ne sont pas le fait unique du football, ce en quoi il a tout à fait raison (la relation ne prouvant pas la causation). Avant d’ajouter que le sport n’avait jamais été aussi sûr mais qu’il était sous constante attaque et, qu’à ce rythme, on ne le reconnaîtrait plus dans dix ans et qu’avec lui tomberait carrément tout le pays. Donc c’est un message assez clair pour linebackers et safeties en tout genre : mettez un bon coup de casque en passant sinon le pays va droit au fond des toilettes.

La vie des coaches, première partie

La maison de Scott Frost, le nouvel homme fort de Nebraska (et champion national en titre avec UCF…), a été cambriolée cet été par un adolescent de 17 ans qui a dérobé pour plusieurs milliers de dollars de souvenirs sportifs, dont certains ont été revendus sur internet. Rappelons que tous les t-shirts et casquettes célébrant le titre des Knights n’ont AUCUNE valeur en dehors d’Orlando.

La vie des coaches, seconde partie

C’est avec une grande tristesse que l’on se doit de vous annoncer la disparition du mullet de Mike Gundy. Le Head Coach d’Oklahoma State a en effet décidé de se séparer de sa fidèle coupe de cheveux qui, selon lui, aurait rapporté des millions de dollars à l’université par l’incessante publicité dont il a fait l’objet. Ça et le fait que Mike Gundy est un homme et qu’il a 40 ans. Fort heureusement, internet regorge de t-shirts à l’effigie du mullet (qui valent beaucoup plus que ceux de UCF). La légende survit donc sur la toile…

Et pendant ce temps…

UMass termine avec 48 points d’avance, doublant presque la prédiction de ces pessimistes de bookmakers. C’est tout de même moins bien que Wyoming qui a fait cinq fois mieux que prédit par Vegas. Lesquels se sont bien plantés en prédisant que Colorado State battrait Hawaii par deux touchdowns. C’est donc officiel, l’imprévisibilité du College Football est bien lancée pour 2018 !

Embed from Getty Images

Air Jordan 3

L’édition limitée des Air Jordan 3 UNC Tar Heels est en vente sur ebay en provenance direct du vestiaire. Petit souci, la vente par les joueurs de leur équipement est formellement interdite par la NCAA. C’est donc treize joueurs qui ont écopé de matchs de suspension pour débuter la saison. Un vrai casse-tête pour Larry Fedora. Mais avec un bon casque, on devrait éviter le traumatisme…

Nouvelle règle

La NCAA a annoncé une nouvelle règle d’éligibilité : les joueurs pourront désormais participer à quatre matches dans la saison et garder la possibilité de conserver leur redshirt. Cela simplifie grandement la procédure précédente qui étudiait au cas par cas les blessures ou autres évènements exceptionnels qui affectaient des joueurs ayant déjà eu du temps de jeu dans la saison. Cela permettra à Alabama de faire jouer son troisième quarterback (le préféré des fans, évidemment) en finale contre Clemson sans lui faire perdre une année d’éligibilité…

Vallée de la mort

Clemson et LSU ont annoncé la planification d’une double confrontation en 2025 et 2026. On peut d’ores et déjà baptiser l’événement Death Valley Bowl, les deux universités revendiquant pour leurs stades le nom de la célèbre vallée. Pour mettre un peu de piment, il faudrait que le vainqueur ait le droit exclusif du surnom. On peut toujours rêver… On attend tout de même de voir lequel de l’étudiant de Clemson dans son costume de tigre ou de Mike rugira le plus fort…

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Washington
#2 Clemson – #3 Penn State

Blaze of Glory

Pour cette première, l’auréole de gloire revient honorifiquement et, malheureusement, de manière posthume à Jordan McNair. En espérant un peu plus de joie lors des prochaines éditions…

Membre de la Football Writers Association of America, Blaise Collin est un passionné de football universitaire et de NFL, passé par l'Idaho et basé en Californie depuis 2018. Après avoir contribué au au site elitefoot.com, il a rejoint la rédaction de 4th&Goal en 2013. Il partage désormais sa vision du football sur The Blue Pennant et sur footballamericain.com.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blaze of Glory

Blaze of Glory : Chapitre 11

Publié

le

Onzième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que DJ Durkin ait conservé son poste de Head Coach ait été viré de Maryland, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé UTEP, mais la fin de série de vingt défaites consécutives après la victoire à Rice (34-26) n’intéresse personne…

Qu’est-ce qu’on se marre (yland)…

Le Heach Coach de Maryland DJ Durkin a été confirmé dans ses fonctions par le Président de l’université Wallace Loh sur avis du Conseil d’Administration, puis viré le lendemain par Wallace Loh, sur avis de… lui-même. On ne sait pas très bien si ce sont les remords ou la pression populaire (presse, étudiants, gouverneur, etc.) qui nous a valu ce retournement de veste à 180° mais l’homme fort du programme de football n’est plus en charge. Et Wallace Loh, qui aurait été menacé de licenciement en cas de désaccord avec son CA, a annoncé qu’il quitterait ses fonctions en juin prochain.

L’épilogue de la tragédie Jordan McNair est donc pour le moins confus.

Cas typique de responsable mais pas coupable, le PDG est supposé prendre même s’il n’est pas directement responsable, ce sont les règles du métier. La décision du Conseil d’Administration laisse à penser que DJ Durkin n’était pas vraiment en charge de l’intégralité de son programme de football, ce qui a été confirmé par le résultat de la longue enquête commanditée par l’université. Mais, même si la culture n’est pas « toxique », les agissements douteux aux entraînement, repas, etc., déjà relayés par TBP, auraient dû mener à des actions bien moins tardives et au licenciement du HC, voire de certains de ses supérieurs.

Le problème avec la décision en deux temps et à rebrousse-poil de Maryland est le manque de leadership dont à fait preuve Wallace Loh, acceptant la décision du CA de garder DJ Durkin puis cédant à la pression populaire (ou à sa propre conscience ?) pour finalement le virer, alors que la position des étudiants et des employés de la fac était connue d’avance. Pourquoi ne pas avoir pris ses responsabilités et contredit le CA plutôt que de se plier à sa décision avant de changer d’avis le lendemain ? Si les voies du Seigneur sont impénétrables, celles de Maryland sont en béton armé de bunker…

Difficile de ne pas penser que l’Université du Maryland avait une occasion en or de sortir grandie (autant que faire se peut) de ce merdier sans nom et a fait exactement l’inverse… De façon totalement anecdotique (puisqu’après tout on est tout de même là pour parler football), les Terps se sont piteusement inclinés face à Michigan State (3-24). Mais l’essentiel (tout comme la vérité) est ailleurs…

Jamais deux sans trois

On a eu Ohio State et le mystère des textos qui s’effacent tous seuls et du cousin de la grand-mère de la demi-sœur du curé qui a filé sa première communion au Head Coach donc c’est normal qu’il ne dise pas trop fort que le cousin en question tape sa femme.

Puis on a eu Maryland et son gentil Head Coach qui n’a vraiment, mais alors vraiment, rien à se reprocher dans le petit malaise sans conséquence d’un de ses joueurs à un entrainement de pré-saison. Ah, oui, le jeune homme a été transporté à la morgue ? Bon, ben, c’est pas tout ça mais y a un match samedi à préparer !

Et maintenant, dans le monde joyeux de la B1G qui a totalement abandonné le contrôle du navire à ses présidents d’universités (ou aux directeurs athlétiques, ou aux Head Coaches, ou aux préparateurs physiques, ou aux mecs de l’informatique qui gèrent les téléphones portables, on se sait plus très bien…), voilà qu’un joueur du Rutgers est accusé de complicité de tentative de double-meurtre.

Et sur le terrain ? Ohio State 20 – Purdue 49… Tout va très bien, Madame la Marquise…

Embed from Getty Images

Playoffs? Don’t talk about – playoffs? You kidding me? Playoffs?

A l’issue de sa première réunion, le Comité de Sélection du Playoff a-t-il vraiment considéré que Kentucky (9ème) est meilleur qu’Ohio State (10ème), puisque l’exercice est de classer les meilleures équipes et non les plus méritantes ou celles qui ont le meilleur résumé ? Sinon, pourquoi Alabama a-t-il été classé numéro 1 avec son calendrier que Tua Tagovailoa et dix de vos potes de quartier pourrait naviguer sans verser une goutte de sueur ? Pour faire simple, si Angers s’impose à Bordeaux et bat Lyon pendant que le PSG tape Guingamp et Amiens, les Parisiens sont tout de même meilleurs que les Angevins. Pourquoi ? Parce que Neymar et Mbappé.

Tout pareil avec le College Football, les programmes qui recrutent les meilleures classes ont, statistiquement, les meilleures équipes sur le terrain. Bien entendu, une équipe peut toujours se vautrer (Florida State) ou se faire surprendre (Oklahoma), parfois de façon brutale (Ohio State). Dans le premier cas, le produit n’est simplement, pas au niveau attendu et la discussion s’arrête là. Dans le deuxième cas, le Comité de Sélection considère qu’un petit accroc n’a pas d’incidence sur la qualité de l’équipe mais une deuxième défaite fait basculer le prétendant dans la catégorie des équipes pas au niveau et qui n’a rien à faire en playoff – et donc la bague de Les Miles (deux défaites avec LSU avant de disputer la finale nationale 2008 contre Ohio State) doit être envoyée d’urgence à Urban Meyer. Dans le troisième cas, on attend de voir…

Bon, c’est en fait un peu plus compliqué que ça. Le Comité de Sélection regarde au jour « j » le travail accompli depuis le début de la saison et est censé (?) prendre en compte le bilan victoires/défaites (évidemment) mais aussi la qualité de l’opposition et les éventuels face-à-face entre équipes proches ou encore les titres de conférences le cas échéant. Mais, comme on l’a vu par le passé, remporter son face-à face ou sa conférence ne suffit pas toujours.

Retour en 2018, où, avant son match à LSU, Alabama n’a joué absolument personne (hormis Texas A&M) mais s’est retrouvé confortablement numéro 1 du classement. Pourquoi ? Parce Tua, Tua et Tua. Mais derrière, on ne sait pas trop si les équipes sont jugées sur leur valeur intrinsèque ou sur les équipes qu’elles ont effectivement battues. Kentucky est-il vraiment meilleur qu’Ohio State ??? Apparemment plus après avoir perdu contre Georgia (17-34) et ce malgré une équipe d’OSU qui a tourné au vieux diesel pourri contre Nebraska (36-31). C’est ça le truc avec ce Comité de Sélection : une équipe qui perd contre les trois meilleures équipes du pays ne sera JAMAIS classé quatrième parce qu’il y aura toujours deux ou trois autres équipes avec une seule défaite au plus au compteur (et dont personne n’a la moindre idée de la raclée potentielle qu’elles pourraient prendre contre lesdites trois meilleures équipes). Conclusion, c’est mieux de gagner et, même mieux, d’être invaincu. Ce qui expliquerait pourquoi UCF a été placé dans le Top 15 alors qu’aucun de ses adversaires, jusqu’alors, n’avait un bilan positif. Et puis il y a la question du face-à-face, par exemple Michigan contre Notre Dame. Bien sûr, le Fighting Irish a battu les Wolverines sur le terrain et cela devrait compter (comme gagner sa conférence… ah non, ça apparemment on s’en fout). Sauf que la bande à Harbaugh déculotterait sans doute celle de Brian Kelly si les deux équipes rejouaient au mois de novembre. Pour l’heure, le terrain dicte que ND est classé un rang au-dessus de UoM mais cela changera sûrement si Michigan punit Ohio State. Pourquoi ? Pourquoi pas…

Pour être tout à fait franc et honnête, BoG n’a toujours rien compris à ces critères de classement.
Certaines équipes sont jugées sur leur bilan, d’autres sur une impression visuelle (justifiée ou non). Il ne faut pourtant peut-être pas trop blâmer le Comité de Sélection dont la majorité des membres sont des pointures intellectuelles capables de gérer des situations de crises (mais dont les compétences en matière de football pourraient être discutées). Ce pauvre comité a été chargé d’une mission quasi impossible : comparer 130 équipes dont certaines ne se sont probablement même jamais affrontées sur un terrain de football…

Bref, ce système de sélection est une espèce de chiasse d’éléphant mélangée à du dégueuli de rhinocéros. Passez dix minutes au four et dégustez avec un Beaujolais Nouveau glacé.

Clemson – Alabama

Texas A&M – Clemson : 26-28
Alabama – Texas A&M : 45-23

Clemson – Louisville : 77-16
Alabama – Louisville : 51-14

Comité de Sélection, please discuss…

Le fruit défendu

Pomme contre poire : lequel est le meilleur fruit ?

Comité de Sélection, please discuss…

Embed from Getty Images

We (don’t) want Bama!

On attendait avec impatience le choc entre LSU et Alabama. Certains (surtout en Louisiane) pensaient que les Tigers (les autres, pas ceux de la future finale nationale pourraient faire chuter le colosse Bama. Le Tide restait sur sept victoires de rang contre Louisiana State et n’avait, avant ce match, été mené que soixante dix secondes lors de ses huit premiers matchs (contre Ole Miss, victoire finale du Crimson Tide 62-7).

En fait de clash de titans, il n’y a pas eu de match. La bande à Saban s’est trimbalé à Death Valley (29-0) et limité LSU à 12 yards au total à la course. Avec cette nouvelle victoire facile (personne n’a encore terminé à moins de trois touchdowns d’Alabama), le Tide s’assure la couronne de la SEC West et jouera Georgia pour le titre de la SEC (Mon Dieu, faites que les Dawgs gagnent et que le chaos s’abatte sur le playoff !).

Bama is going down!

Alabama n’a pas marqué de TD sur son premier drive ! Tua a lancé une interception ! Et joué au dernier quart temps ! C’est la fin d’Alabama ! Le Tide se fissure ! La dynastie est enterrée ! La tête de Nick Saban va tomber ! Et… 29-0 à LSU…

Bon, okay, on se calme, tout est normal. Alabama est Alabama. Félicitations pour cette reluisante médaille d’argent Clemson/Notre Dame/Michigan !

Main à couper ?

A moins que… Et si jamais… Ca n’est pas impossible… non, soyons réalistes, tout aussi brillant que soit Clemson avec son jeu au sol dévastateur, sa ligne défensive qui va être toute entière draftée par les Oakland / Las Vegas Raiders et son talentueux quarterback pré-pubère… non, loin de BoG l’idée que… flûte alors, ça mérite bien une petite pièce chez les bookmakers dudit Vegas, non ? Bon, ça suffit ! Non, non et non, Clemson n’a aucune chance contre Alabama, je répète, aucune chance ! Oui, mais si…? Bon, d’accord, mais pas plus de 10 dollars, hein ?

BoG n’encourage évidemment pas les jeux d’argent illicites (à moins que la Française des Jeux ne lui reverse une partie des recettes pour ses bons tuyaux sur le National Championship Game) mais vous ne viendrez pas dire qu’on ne vous a pas prévenu ! Oui, c’est vrai, les douze apôtres en sandales pourraient battre Louisville sans miracle de Coach Jésus (mais c’est triché, ils sont douze !) mais Clemson monte doucement mais sûrement en régime et BoG ne mettrait pas sa main à couper (tiens, traitre de Judas, on a besoin d’une main à couper, BoG n’est pas joueur…) que les Tigers (pas les minables qui ont perdu 0-29, les autres, les bons !) n’ont pas leur chance contre le Crimson Tide. Réponse (et flagellation de BoG par Nick Satan ?) le 7 janvier 2019…

Attaques équilibrées

A la mi-temps de Georgia – Kentucky, les statistiques offensives s’établissaient ainsi :

Kentucky : 66 yards à la passe, 67 yards au sol
Georgia : 89 yards à la passe, 87 yards au sol

Difficile de faire plus équilibré sans le faire exprès ! Ca s’est beaucoup déséquilibré en seconde mi-temps pour terminer ainsi :

Kentucky : 226 yards à la passe, 84 yards au sol
Georgia : 113 yards à la passe, 331 yards au sol

La course s’est révélée plus efficace que la passe et Georgia a remporté la SEC East en gagnant à Kentucky (34-17).

Embed from Getty Images

Sept sur sept

Chip Kelly a perdu sept matchs à Oregon en quatre ans et sept en un an à UCLA après la défaite des Bruins chez les Ducks (21-42).

Qui veut gagner des millions (et la Pac-12 South) ?

Utah a perdu à Arizona State (20-38), USC et Arizona ont gagné (à Oregon State 38-21 et contre Colorado 42-34, respectivement) et voilà que les trois leaders de la Pac-12 South ont chacun quatre victoires et trois défaites en conférence au compteur. Avec Arizona State juste derrière à 3-3.

Comme il est tard, BoG va éviter les gros calculs et laisser gentiment les trois prochaines semaines se dérouler pour voir qui gagnera le ticket pour la finale de conférence. Tout ce que nous en dirons c’est que UCLA peut encore mathématiquement remporter la division et que BoG est à fond derrière les Bruins et un champion de la Pac-12 avec sept défaites !

Simple comme la Big-12

West Virginia a pris une option sur la finale de la Big 12 en s’imposant sur le fil à Texas (42-41). Les Mountaineers pourraient y retrouver Oklahoma, qui s’en est sorti à Texas Tech (51-46), une semaine après leur rencontre de saison régulière. Etude de cas.

Admettons qu’Iowa State (4-2 en conférence), Texas (4-2), West Virginia (5-1) et Oklahoma (5-1) gagnent tous les matchs qui ne les opposent pas les uns aux autres. Le 17 novembre, Texas reçoit Iowa State. Le 23 novembre, Oklahoma rend visite à West Virginia. Texas a battu OU mais perdu contre WV. Iowa State a gagné contre West Virginia mais s’est incliné contre Oklahoma.

Le vainqueur entre Sooners et Mountaineers jouerait la finale de la Big 12. L’autre finaliste pourrait être n’importe laquelle des trois autres équipes. Si OU perd contre WV, les Sooners seraient en finale si ISU bat Texas. Dans le cas contraire, Texas rejoindrait WV en finale, puisque les Longhorns ont remporté leur face-à-face contre OU. Si OU bat WV, ISU serait en finale si les Cyclones battent les Longhorns, à la faveur de leur victoire contre les Mountaineers. S’ils perdent, West Virginia gagnerait le ticket (et remercierait QB Will Grier pour la conversion à deux points qui leur a donné une victoire inespérée à Texas).

Evidemment, il faut, pour que ce scénario se réalise, qu’aucune des quatre équipes ne chute d’ici-là.

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Clemson a oblitéré Louisville (77-16) avec 492 yards au sol et trois coureurs (Travis Etienne [8 courses, 153 yards, 1 TD], Lyn-J Dixon [4 courses, 116 yards, 1 TD] et Tavien Feaster [6 courses, 101 yards, 2 TD]) à plus de 100 yards et une moyenne combinée de 20 yards par course.

Illinois a puni Minnesota (55-31) dans un match à gros jeux. Le Fighting Illini a marqué sur des courses de 72, 72 et 77 yards et sur une passe de 67 yards. Les Gophers ont répondu avec deux TD sur passes de 61 et 86 yards.

Iowa State a aisément disposé de Kansas (27-3), qui est retombé sur terre après sa victoire contre TCU (27-26) et en a profité pour virer son coach David Beaty.

Michigan a écrasé Penn State (42-7). Les trois dernières saisons entre Wolverines et Nittany Lions se sont soldées par des raclées : 49-10 en 2016 pour UofM, 42-13 l’an passé pour les Nitts, et donc 42-7 cette saison pour les hommes de Jim Harbaugh.

Mississippi State a étrillé Louisiana Tech (45-3) dans un de ces matchs du mois de novembre qui ne servent vraiment à rien.

Embed from Getty Images

Cuillère de bois

Colorado a enchaîné une quatrième défaite de rang à Arizona (34-42) après avoir débuté par cinq victoires. Les Buffaloes n’ont remporté qu’un seul de leurs sept derniers matchs de Pac-12 à l’extérieur.

Florida s’est incliné à domicile contre Missouri (17-38) en étant découpé par QB Drew Lock (24/32, 250 yards, 3 TD).

Florida State continue sa saison de futilité avec une sévère défaite à NC State (28-47). Les Seminoles doivent désormais remporter deux de leurs trois dernières rencontres pour aller en bowl pour la trente septième année consécutive. Avec un match à Notre Dame et les venues de Boston College et Florida à Tallahassee, la plus longue série de participation à la post-saison du College Football est en sérieux danger.

Iowa a chuté à Purdue (36-38) et laissé filer sa dernière chance de remporter la B1G West.

Louisville n’a toujours pas gagné en conférence ACC et a encaissé plus de cinquante points pour la quatrième fois de l’année, soit contre la moitié de ses adversaires FBS. Le dernier chef d’œuvre en date est à mettre au crédit de Clemson, qui a atomisé les Cardinals (77-16), signant par là-même le deuxième plus gros écart dans l’histoire de l’ACC (derrière le 63-0 de Florida State – Maryland en 2013) et le plus large à l’extérieur. Il n’y a pas si longtemps, deux ans exactement, Louisville jouait le haut du tableau et un certain Lamar Jackson (QB Baltimore Ravens) faisait trembler le roi Clemson.

Miami a subi sa troisième défaite consécutive (après Boston College 14-27 et Virginia 13-16), cette fois contre Duke (12-20) qui s’est imposé chez les Canes pour la première fois depuis 1976.

Penn State a perdu ses trois matchs contre Michigan (7-42), Michigan State (17-21) et Ohio State (26-27). Depuis l’arrivée de James Franklin à la tête des Nittany Lions, PSU est 3-12 en cinq saisons contre le trio de la B1G East.

Virginia Tech a perdu à domicile contre Boston College (21-31), sa troisième défaite consécutive à domicile (après Georgia Tech 28-49 et Notre Dame 23-45) ce qui n’était plus arrivé aux Hokies depuis 1994-1995.

Tops

Un flambeau pour… Jonathan Taylor (RB Wisconsin) et ses 27 courses, 208 yards et 3 TD contre Rutgers (31-17).

Un brasier pour… Terry Wright (WR Purdue) et ses 146 yards et 3 TD en seulement 6 courses contre Iowa (38-36).

Un feu d’artifice pour… Darrin Hall (RB Pittsburgh) et ses 19 courses, 229 yards et 3 TD contre Virginia (23-13) soit 73% de la production offensive de Pitt et 78% de ses points.

Flops

Un pétard mouillé pour… Georgia Tech et ses trois fumbles perdus à North Carolina (38-28).

Un seau d’eau pour… Nathan Elliott (QB North Carolina) et ses trois interceptions contre Georgia Tech (28-38).

Un naufrage titanesque pour… les P5 floridiennes, Florida, Florida State et Miami, qui ont toutes trois perdu pour la seconde fois d’affilée. La dernière telle occurrence remonte à… ah ben non, cela ne s’était jamais produit avant…

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. SEC : 2V – 0D (Total : 38V – 5D)
2. B1G : 0V – 1D (Total : 27V – 13D)

Big 12 : 0V – 0D (Total : 21V – 7D)
ACC : 0V – 0D (Total : 31V – 12D)
Pac-12 : 0V – 0D (Total : 23V – 11D)

Course à l’Heisman

Après dix semaines, les trois principaux candidats au podium sont toujours :

Tua Tagovailoa (QB Alabama) a lancé sa première interception de l’année à LSU (29-0) mais cela a-t-il vraiment de l’importance à ce stade ?
Stats : 25/42, 295 yards, 2 TD, 1 INT / 3 courses, 49 yards, 1 TD

Kyler Murray (QB Oklahoma) a sorti OU d’une bien mauvaise passe à Texas Tech (51-46).
Stats : 20/35, 360 yards, 3 TD, 2 INT / 11 courses, 100 yards, 1 TD

Dwayne Haskins (QB Ohio State) a dû s’employer pour venir à bout de Nebraska (36-31).
Stats : 18/32, 252 yards, 2 TD, 1 INT

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Clemson – #3 Ohio State

Il faudrait un cataclysme pour qu’Alabama ne soit pas en playoff. Le Tide est solidement ancré à la première place et on voit mal comment il pourrait la perdre (non, Georgia, personne ne vous parle…). Clemson joue toujours contre une opposition bien inférieure mais l’équipe a fière allure (et, apparemment, ça compte). Ohio State a des très fortes chances de se faire dégager par Michigan après « The Game ». Les Buckeyes ne ressemblent en rien à l’une des meilleures équipes du pays mais, si tOSU remporte la B1G à 12-1, il sera difficile de mettre Oklahoma (qui n’a pas de défense non plus) devant (oui, Washington State, vous êtes mignons, tout le monde vous aime bien, mais il faut laisser les grands tranquilles, maintenant…). Notre Dame complète ce quatuor sans être vraiment impressionnant. ND devrait récupérer la troisième place si Michigan intègre le dernier carré, au bénéfice de leur face-à-face du 1er septembre (remporté 24-17 par l’Irish). Bien sûr, Michigan est BIEN meilleur à ce jour que l’équipe qui a perdu son premier match de l’année à South Bend mais, bien que le Comité de Sélection juge quelles équipes sont les meilleures à l’instant « t », on peut lui faire confiance pour donner l’avantage aux Domers.

Embed from Getty Images

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Nick Mullens (QB SF 49ers). Oui, ça n’a rien à voir avec le College Football mais l’autre Mullens (Rob Mullens, directeur athlétique d’Oregon) est le président du Comité de Sélection du Playoff et ne pouvait ABSOLUMENT pas briguer cette récompense. Au moins, le troisième quarterback des Niners a rendu le meilleur rating depuis 1970 (et la création de la NFL telle qu’on la connaît aujourd’hui) pour un QB débutant son premier match avec au moins vingt passes à son actif. Rob Mullen ? Il a fait rendre son petit-déjeuner à BoG…

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory : Chapitre 10

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Crédit photo : Twitter/@KU_Football

Dixième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que tous les Noles n’aient pas encore totalement abandonné le navire du capitaine Willie Taggart, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé G5, mais les quatre équipes (UCF, Houston, Utah State et Fresno State) dans le Top 20 de l’Associated Press pour la première fois depuis Mathusalem (littéralement !) n’intéresse personne…

Champions don’t quit

Florida State a subi la plus sévère défaite à domicile de son histoire face à Clemson (10-59). Ce qui n’a pas plu à Willie Taggart qui a déclaré que certains joueurs ont abandonné l’équipe. Au vu de la rencontre, on ne peut pas forcément en vouloir à l’entraineur en chef des Seminoles. Ses troupes ont produit plus de pénalités (16) que de premiers downs (14) et Christian Wilkins (DT Clemson) a terminé avec plus de yards à la course (1 contre -21) et autant de TD (1) que l’attaque de FSU…

Qui est à blâmer pour cette débacle ? Willie Taggart qui ne parvient pas à motiver ses troupes, dont la moitié est héritée de l’ère Jimbo Fisher, ou l’actuel entraineur de Texas A&M qui a recruté toutes les pièces maitresses de cette équipe avant la laisser à son triste sort pour des cieux plus dorés chez les Aggies ? Quoiqu’il en soit, un grand ménage s’impose du coté de Tallahassee.

World’s Largest Outdoor Cocktail Party

Apparemment il ne faut plus l’appeler « Cocktail Party » depuis 1988… Vraiment ? De qui se moque-t-on… ?

Comme BoG ne souhaite pas encourager la consommation de Bud Light (mais surtout parce que, bon, c’est tout de même de la Bud Light…), les douze derniers Florida-Georgia (appellation piteusement officielle) ont été gagnés par l’équipe qui a couru le plus. Et désormais treize après que Georgia a remporté la bataille au sol (189 yards à 170) ce week-end à Jacksonville (36-17). Les Dagws se sont surtout imposés grâce à leur jeu de passe (240 yards à 150) et trois pertes de balles (une interception et deux fumbles) des Gators.

Embed from Getty Images

Basketball

La saison de basket-ball universitaire approche à grand pas et Pittsburgh et Duke répètent leurs gammes. Lors de la victoire des Panthers sur les Blue Devils (54-45), les deux équipes ont chacune amassé plus de 600 yards en attaque (634 à 619) et combiné pour 1253 yards au total. Les 484 yards au sol de Pitt sont la deuxième plus grosse performance de son histoire. Les locaux ont pris l’avantage à 5 secondes de la fin sur une passe de 25 yards de QB Kenny Pickett (8/18, 150 yards, 2 TD) pour WR Maurice Ffffffffffrench (7 courses, 69 yards / 2 réceptions, 75 yards, 2 TD) – bon, ok, c’est « juste » Ffrench avec deux « f » – puis achevé Duke sur un safety.

Ni strong, ni free

En parlant de safety, Penn State en a accordé deux sur deux mauvais snaps en première mi-temps contre Iowa. Les Nittany Lions s’en sont remis pour battre les Hawkeyes pour la cinquième fois d’affilée (30-24). C’est aussi la cinquième défaite consécutive pour Iowa chez un adversaire du Top 25.

Texas is (not) back

C’est toujours la même histoire. Un programme autrefois élite sombre dans la médiocrité. Puis semble renaitre de ses cendres grâce à une grosse performance et tout le monde proclame le retour de l’enfant prodigue. Et puis la réalité frappe à la porte et tout le monde redescend sur terre. Texas a perdu à Maryland (29-34) puis battu des équipes de USC (37-14), TCU (31-16) et Kansas State (19-14) qui ne sont que l’ombre d’elles-mêmes. Puis est venu la Red River Rivalry (qu’on ne doit plus appeler « Rivalry » ou « Shootout » mais « Showdown », encore une connerie de puritain…) et Texas a vaincu le grand rival Oklahoma (48-45). Et l’on a cru que Texas était enfin de retour au sommet. Mais Oklahoma State n’a pas joué le jeu et les Longhorns ont chuté à Stillwater (35-38). Les Horns sont toujours premiers de la Big 12 et pourraient quasiment valider leur ticket pour la finale de conférence en battant West Virginia à leur prochain match. Mais la route vers le sommet va encore prendre quelques années.

Wazzu en playoff ?

La Pac-12 est un chantier sans nom et perçue comme éliminée du playoff depuis que Washington, Stanford et USC ont franchi le cap des deux défaites. Et, sans faire de bruit, Washington State s’est hissé en haut du classement de la Pac-12 North avec une seule défaite à USC (36-39) en ouverture de ses matchs de conférence.

Alors, est-ce que Wazzu pourrait finir 12-1 et obtenir un ticket pour le playoff ? Malheureusement pour les Cougars, c’est fort peu probable… Avec un calendrier hors-conférence constitué de Wyoming (41-19), San Jose State (31-0) et Eastern Washington (59-24), il faudrait que les vainqueurs de la Big 12 et de la B1G terminent à deux défaites pour laisser leur place aux Cougs. A moins peut-être que Wazzu écrabouille Colorado à Boulder et Arizona et Washington à la maison avant de mettre une trempe au vainqueur de la Pac-12 South en finale de conférence. Avant de rêver, il faudra déjà battre Cal qui avait fait lourdement tomber les Cougars l’an passé (7-37) alors que ceux-ci étaient classés dans le Top 10.

En parlant de WSU, le meilleur QB de P5 dont vous n’avez pas entendu parler joue du coté de la Palouse : à Stanford, Gardner Minschew a complété 80% de ses passes (40/50) pour 436 yards et 3 TD. En huit matchs, il a passé pour 3183 yards à un taux de 71% avec 26 Td et 6 INT.

Embed from Getty Images

Ca ne sourit pas qu’à moitié pour Kentucky

Kentucky s’en est sorti miraculeusement à Missouri (15-14) sur son dernier drive alors que les Wildcats étaient menés 3-14 à moins de six minutes de la fin du match. La défense de Kentucky est dans le Top 10 national, et l’a prouvé en n’accordant aucun premier down à Mizzou en seconde mi-temps, mais RB Benny Snell Jr. (19 courses, 69 yards / 2 réceptions, 48 yards) a bien été muselé par les Tigers. Et ces derniers auraient pu ne pas avoir grand chose à se reprocher puisqu’ils menaient encore à expiration de l’horloge. Malheureusement pour eux, une interférence de passe (contestable) dans la end-zone a redonné une dernière chance aux visiteurs, hors temps. Ils ne se sont pas fait prier pour profiter de l’aubaine et crucifier leurs hôtes du jour…

Cette septième victoire de la saison de UK a rapporté à Mike Stoops un bonus de deux cent cinquante mille dollars. Il en sera de même pour toutes les prochaines victoires du reste du calendrier. L’entraineur en chef des Wildcats bénéficie également d’une extension automatique de contrat d’un an qui lui rapportera 5.25 millions de dollars en 2024 (ou seulement 75% de cette somme s’il se fait virer avant terme).

Matchs poubelles

Arizona a puni Oregon (44-15) grâce notamment au retour de blessure de QB Khalil Tate (19/33, 189 yards, 3 TD, 1 INT / 7 courses, 26 yards)

Clemson a détruit Florida State (59-10) en marquant le plus grand nombre de points dans la rivalité.

Maryland a tapé Illinois (63-43) dans un autre match de basketball.

Nebraska a encore gagné ! Cette fois contre… Bethune-Cookman (45-9). Circulez, y a rien à voir…

Oklahoma a corrigé Kansas State (51-14) et le plus jeune coach des Power 5 (Lincoln Riley) a renvoyé le plus vieux coach de FBS (Bill Snyder) à ses études.

Utah a éteint UCLA (41-10) et pris seul la tête de la Pac-12 South.

West Virginia a marqué 31 points au deuxième quart temps pour étriller Baylor (58-14).

Cuillère de bois

Arkansas est bon dernier de la SEC après sa défaite de vingt cinq points à la maison contre Vanderbilt (30-45), qui signe par là-même son premier succès en conférence cette saison. Pour les Razorbacks, ce 0-5 en conférence est le pire départ depuis 2014.

Colorado a perdu à la maison contre… Oregon State (34-41 OT). Les Beavers mettent fin à une série de vingt deux revers consécutifs à l’extérieur.

Iowa avait l’occasion de prendre sa revanche sur Penn State et une option sur la B1G West mais a trébuché à quelques yards de la end-zone de PSU avec une balle lancée dans le dos de TE Noah Fant, pas prêt au moment du snap, et interceptée par S Nick Scott. Pour une fois, les Nittany Lions ont préservé leur avance et la victoire dans un match serré (30-24).

Miami s’est incliné à Boston College (14-27) une semaine après être tombé à Virginia (13-16). Les Canes sont quasiment éliminés de la course à l’ACC Coastal.

TCU a été défait à Kansas (26-27) et continue sa décevante saison. Les Jayhawks n’avaient plus gagné au mois d’octobre depuis 2009 et trente huit matchs.

Texas A&M a été surpris à Mississippi State (13-28). C’est la troisième défaite consécutive des Aggies contre les Bulldogs en étant classés et pas leurs adversaires.

USC est désormais 4-4 après sa défaite à domicile contre Arizona State (35-38). C’est la première fois depuis 2001, lorsque Pete Carroll a pris les commandes, que les Trojans attaquent le mois de novembre avec un bilan non positif.

Washington a piteusement chuté à Cal (10-12) sans RB Myles Gaskin (blessé) et en mettant QB Jake Browning (11/21, 148 yards, 1 TD, 1 INT) sur le banc en cours de match. C’est la première fois depuis 1998 que les Bears gagnent un match sans marquer de touchdown offensif.

Wisconsin, sans QB Alex Hornibrook (commotion cérébrale), s’est sérieusement compliqué la tâche dans la B1G West en s’inclinant à Northwestern (17-31). Les Wildcats ont remporté douze de leurs treize derniers matchs de conférence et leur record de 5-1 en B1G est leur meilleur depuis 2000.

Embed from Getty Images

Tops

Un flambeau pour… Ke’Shawn Vaughn (RB Vanderbilt) et ses 172 yards et 3 TD en 26 courses à Arkansas (45-31).

Un brasier pour… Zach Moss (RB Utah) et ses 211 yards et 3 TD en 26 courses à UCLA (41-10).

Un feu d’artifice pour… Matt Colburn (RB Wake Forest) pour ses 243 yards et 3 TD en 20 courses à Louisville (56-35) qui lui avait retiré une offre de bourse en 2015.

Flops

Un pétard mouillé pour… Jonathan Taylor (RB Wisconsin) et ses 46 petits yards à Northwestern (17-31). Il était une fois l’histoire d’un candidat au trophée Heisman…

Un seau d’eau pour… Charlie Brewer (QB Baylor) et ses trois interceptions, soit trois fois plus que son nombre de passes complétées en huit tentatives à West Virginia (14-58).

Un naufrage titanesque pour… Appalachian State, North Carolina State, Oregon, Texas, Texas A&M, USF, Washington et Wisconsin, les huit équipes du Top 25 qui ont perdu contre des adversaires non classés, un record égalé depuis 1936 et l’établissement du classement de l’Associated Press.

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. B1G : 1V – 0D (Total : 27V – 12D)

SEC : 0V – 0D (Total : 36V – 5D)
ACC : 0V – 0D (Total : 31V – 12D)
Big 12 : 0V – 0D (Total : 21V – 7D)
Pac-12 : 0V – 0D (Total : 23V – 11D)

Course à l’Heisman

Après neuf semaines, les trois principaux candidats au podium sont toujours :

Tua Tagovailoa (QB Alabama) était au repos cette semaine.

Dwayne Haskins (QB Ohio State) était au repos cette semaine.

Kyler Murray (QB Oklahoma) n’a eu besoin que de deux quart temps et demi pour assurer la victoire contre Kansas State (51-14).
Stats : 19/24, 352 yards, 3 TD / 5 courses, 46 yards, 1 TD

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Clemson – #3 Ohio State

Status quo pour le carré d’as. Alabama et Ohio State étaient au repos cette semaine. Clemson a conforté sa place de dauphin en atomisant Florida State (59-10) tandis que Notre Dame a confirmé sa place en dominant facilement Navy (44-22).

Après la première bouffonnade du Comité de Sélection, les quatre gagnants à l’heure d’aujourd’hui sont :

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Clemson – #3 LSU

Comme LSU reçoit Bama au prochain match, il est peu probable que le classement actuel tienne plus d’une semaine…

Embed from Getty Images

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Kansas qui a signé sa troisième victoire de la saison en l’emportant contre TCU (27-26) soit autant que les des trois dernières années combinées (3-33). C’est le premier succès des Jayhawks en conférence Big 12 depuis novembre 2016 après une série de quatorze défaites.

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory : Chapitre 9

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Neuvième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que Nebraska ait enfin remporté un match cette saison (Minnesota, 53-28) on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé, Temple mais la première victoire contre une équipe du Top 20 (Cincinnati, 24-17 OT) depuis 1936 n’intéresse personne…

L’éternel débat

Après avoir subi une blessure musculaire contre TCU, Nick Bosa (DE Ohio State) a décidé de ne pas remettre l’uniforme écarlate et gris des Buckeyes et de se préparer pour la draft NFL dont il pourrait être le premier joueur sélectionné. Sa décision pose, comme chaque année, la question de l’interruption anticipée de la carrière universitaire pour maximiser les chances de gagner des millions à l’échelon supérieur. Jouer ou ne pas jouer sa dernière saison pour éviter la blessure, telle est donc la question…

Evidemment, chacun fait ce qu’il veut en fonction des circonstances familiales et autres mais il devrait y avoir une règle (presque) de base : si l’équipe est en lisse pour un titre de conférence ou le playoff, il y a tout un groupe de coéquipiers qui a travaillé aussi dur et également fait d’énormes sacrifices pour en arriver là, et la majorité n’aura plus jamais l’occasion de réenfiler un casque et des épaulières. De là à suggérer que le football est un sport d’équipe et que l’on a des devoirs à l’égard de ses copains de vestiaire…

Tradition

Bien sûr, il y a le White Out de Penn State, le Jump Around de Wisconsin, le Script Ohio d’Ohio State, le 12ème homme de Texas A&M, Ralphie le bison de Colorado, le toilettage papier des chênes du Toomer’s Corner à Auburn, la fanfare déjantée de Stanford et tant d’autres… Mais l’une des plus grosses traditions du College Football n’a pas lieu sur un seul campus, elle a lieu sur le College GameDay d’ESPN. Depuis 2003, des fans dévoués et, il faut bien l’admettre, à moitié frappés de Washington State s’assurent qu’Ol’ Crimson, le drapeau à l’effigie du logo de Wazzu ne manque aucun show. Ce weekend, College GameDay était en visite à Pullman. Pour la première fois, Ol’ Crimson a donc joué à domicile et n’a pas eu à traverser le pays en avion ou à faire 10 heures de voiture pour se montrer à la télé.

Embed from Getty Images

Top 25

A l’issue de la Semaine 7, Alabama a récolté 60 des 61 premières places du classement de l’Associated Press. Ohio State a reçu le vote manquant. Keith Sargeant (NJ.com) a expliqué que les équipes étaient toutes deux à 7-0, gagnant leurs matchs par la même marge mais que les Buckeyes avaient battu deux équipes du Top 25 (TCU et Penn State, ndlr) contre une seule à Alabama (Texas A&M, ndlr). Bon, même si le-dit journaliste couvre Rutgers et que sa compréhension du football peut être remise en question vu que les Scarlet Knights jouent à peu prêt à tout sauf au football, le raisonnement se tient (enfin, jusqu’à un petit raté des Buckeyes du côté de West Lafayette…).

Dans le classement USA Today des coaches, Alabama avait 61 premières places, Ohio State 1 et Clemson 2. On peut comprendre que les assistants en charge des votes à Ohio State et Clemson (puisque, ne soyons pas naïfs, les coaches n’ont ni le temps ni l’envie de se taper ces classements) décident de mettre leurs universités en pôle position. Mais quel est le second « coach » qui pense vraiment que Clemson est meilleur qu’Alabama au vu de leurs débuts de saisons respectifs ???

Bon, correction après la Semaine 8, Ohio State a perdu son vote (on n’est tout de même pas complètement fou du côté de Columbus) et Clemson a conservé les deux siens. Quant à Alabama, la bande à Saban a récolté 60 votes, ce qui signifie que soit un « coach » a oublié de se lever pour voter soit il a, lui aussi, un sérieux problème de compréhension du College Football. Au moins, les journalistes de l’Associated Press sont maintenant unanimes : après le torpillage de Tennessee (58-21), Alabama est le consensuel numéro 1 parmi les 61 votants.

On ne change pas une habitude qui gagne

Oklahoma n’a pas perdu deux matchs consécutifs depuis 1999, la première saison de l’ancien entraîneur Bob Stoops. Après le revers contre Texas en Semaine 7 (45-48), OU a remis les pendules à l’heure en punissant une équipe de TCU qui n’a fait illusion qu’une mi-temps (52-27).

C’est (presque) L.A. fête

Premier match à domicile (perdu) pour le roi LeBron, les Dodgers aux World Series et UCLA qui gagne son deuxième match d’affilé de la saison contre Arizona (31-30). Pour faire bonne mesure, les Chargers et Rams ont aussi gagné ce week-end. Évidemment, il fallait que ces enfants gâtés de USC gâchent la fête. Les Trojans ont pris l’eau à Utah (28-41) et on peut même se demander comment le score est resté « décent » vu que les Utes ont passé 541 yards offensifs à SC qui n’en a amassé que 205 (la réponse : un fumble recouvert et retourné pour TD et un punt bloqué qui a placé Southern California en position idéale pour marquer).

Embed from Getty Images

Purdue

La dernière victoire de Purdue contre l’une des deux meilleures équipes du pays remontait à 1984 contre… Ohio State (28-23). La valeur n’attendant pas le nombre des années, il aura fallu patienter 34 ans pour répéter pareil exploit.

Seulement, cette fois, les Buckeyes, qui étaient 20-2 à l’extérieur contre des adversaires non-classés sous Urban Meyer, ont totalement bu le bouillon préparé dans le chaudron des Boilermakers (20-49). OSU, qui a traditionnellement connu des difficultés à West Lafayette, n’a jamais mené du match et, alors qu’on aurait pu penser à un retour au quatrième quart temps, a concédé trois TD en moins de cinq minutes.

Petit frère n’a qu’un souhait devenir grand

Michigan State se comporte comme une bande d’amateurs, selon Jim Harbaugh. Lors de leur rituelle traversée en long du stade bras-dessus-bras-dessous sur toute la largeur du terrain, les Spartans ont forcé le passage autour de quelques joueurs de Michigan qui s’échauffaient au milieu du terrain. L’altercation n’a pas plu à Devin Bush (LB Michigan) qui a entrepris de ratisser le logo de MSU avec ses crampons. L’incident n’a pas fait rigoler le coach des Wolverines qui s’en est plaint en conférence de presse, accusant même son alter ego d’avoir assisté à la scène en souriant.

Puisqu’il y avait tout de même un match à jouer, UM a marqué son premier TD à la passe contre MSU depuis 2011, en route pour une victoire convaincante à East Lansing (21-7). Le succès a été notamment acquis grâce à sa défense qui n’a accordé que 94 yards au total à Sparty, le troisième plus petit total de son histoire. Cette victoire met fin à une série de dix-sept revers consécutifs contre un Top 25 à l’extérieur pour Michigan, le dernier succès remontant à 2006 à Notre Dame.

Les stats ne veulent souvent rien dire

Michigan State a la meilleure défense contre la course du pays avec 80 yards accordés au sol par match. Avant de recevoir Michigan, Sparty était à 62 yards par match. Les semaines précédentes, la défense des Spartans ne concédait que 34 yards par match en moyenne. Comment passe-t-on de 34 à 80 yards en deux semaines ? En lâchant successivement 183 et 205 yards contre Michigan et à Penn State, ce qui correspond actuellement aux 84ème et 102ème défenses au sol du pays. Pas exactement étanche…

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Pour fêter le 100ème match entre les deux universités, Alabama a passé 58 points à Tennessee lors de sa confortable victoire sur les Volunteers (58-21). C’est le total le plus élevé dans la rivalité débutée en 1903.

California n’a fait qu’une bouchée d’Oregon State à Corvallis (49-7)

Clemson a atomisé NC State (41-7) que beaucoup d’observateurs voyaient comme son adversaire le plus sérieux dans la conférence ACC. Apparemment, pas tant que ça… Les Tigers qui s’étaient beaucoup appuyés sur leur jeu au sol les semaines précédentes ont fait exploser le Wolfpack dans les airs avec 380 yards au total.

Missouri a torpillé Memphis (65-33).

Texas Tech a simplement joué contre Kansas (48-16).

Wisconsin s’est refait une santé contre Illinois (49-20).

Embed from Getty Images

Cuillère de bois

Colorado a concédé son second revers consécutif en conférence Pac-12 en s’inclinant à Washington (13-27), une semaine après son échec à USC (20-31). Les Buffaloes ont entamé le dernier quart temps menés de quatre points mais avec l’avantage de 36 points marqués en quatrième quart contre seulement 6 à tous leurs adversaires jusqu’alors. Les Huskies ont marqué un TD et un FG lors de ce dernier quart temps sans concéder le moindre point.

Mississippi State est désormais 0-26 contre une équipe du Top 5 loin de ses bases de Starkville après sa défaite à LSU (3-19). Avec seulement 59 yards, c’est le troisième match consécutif avec moins de cent yards à la passe pour les Bulldogs après 69 yards contre Auburn (23-9) et 98 yards à Florida (6-13). Pour la défense de MSU, LSU n’a plus perdu à domicile au mois d’octobre depuis 2009. Les Tigers sont au repos le week-end prochain, la série tiendra donc jusqu’en 2019.

Une semaine après avoir fait tomber Washington, Oregon s’est incliné à Washington State (20-34). Les 39 petits yards offensifs accumulés à la mi-temps n’ont pas aidé la cause des Ducks qui n’ont jamais réussi à faire leur retard après la pause.

Tops

Un flambeau pour… Travis Etienne (RB Clemson) et ses 39 yards et 3 TD en 15 courses contre NC State (41-7).

Un brasier pour… Albert Okwuegbunam (TE Missouri) et ses 159 yards et 3 TD en 6 réceptions et pour Larry Roundtree III (RB Missouri) et 118 yards et 3 TD en 9 courses contre Memphis (65-33).

Un feu d’artifice pour… D.J. Knox (RB Purdue) et ses 128 yards et 3 TD en 16 courses contre Ohio State (49-20).

Flops

Un pétard mouillé pour… Trace McSorley (QB Penn State) dont la série de 34 matchs avec au moins une passe de TD a pris fin à Indiana (33-28). Le quarterback des Nittany Lions a toutefois marqué deux fois au sol.

Un seau d’eau pour… la défense de LSU qui a donné 45 yards gratuits à Mississippi State (19-3) sur une interception annulée pour targeting combinée à deux fautes personnelles pour comportement antisportif.

Un naufrage titanesque pour… Nick Fitzgerald (QB Mississippi State) et ses quatre interceptions contre LSU (3-19).

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. SEC : 2V – 0D (Total : 36V – 5D)

ACC : 0V – 0D (Total : 31V – 12D)
Big 12 : 0V – 0D (Total : 21V – 7D)
B1G : 0V – 0D (Total : 26V – 12D)
Pac-12 : 0V – 0D (Total : 23V – 11D)

Embed from Getty Images

Course à l’Heisman

Après huit semaines, les trois principaux candidats au podium sont :

Tua Tagovailoa (QB Alabama) a signé son troisième match à plus de 300 yards et 4 TD contre Tennessee (58-21), ce qui constitue un record de l’université. Son bilan actuel de vingt cinq TD pour zéro interception est également une première à Bama.
Stats : 19/29, 306 yards, 4 TD

Dwayne Haskins (QB Ohio State) a passé pour 470 yards malgré la lourde défaite des siens à Purdue (20-49), nouveau record de l’école. Ses 49 passes complétées et 73 passes tentées sont également des records à OSU.
Stats : 49/73, 470 yards, 2 TD, 1 INT

Kyler Murray (QB Oklahoma) a repris là où il s’était arrêté avant sa semaine de repos en découpant la défense de TCU.
Stats : 19/24, 213 yards, 4 TD / 9 courses, 51 yards

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Clemson – #3 Ohio State

Oui, Ohio State a pris une fessée à Purdue mais les Buckeyes sont encore les mieux placés pour remporter la conférence B1G (Michigan joue à Columbus fin novembre). Contrairement à l’an passé et la correction à Iowa, OSU n’a pas perdu hors conférence et un bilan de 12-1 avec un titre de conférence B1G lui assurerait une place en playoff. Clemson récupère la place de dauphin après sa démonstration contre NC State (41-7). Alabama conserve sans surprise sa couronne temporaire. Notre Dame était au repos. L’Irish pourrait revendiquer la troisième place (et éviter de se faire étriller en demi) mais la finale de conférence B1G redonnera l’avantage aux Buckeyes.

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Shaka Toney (DE Penn State) qui a signé quatre sacks en moins de cinq minutes contre Indiana. La performance, réalisée au dernier quart temps du match, a permis aux Nittany Lions de préserver leur courte victoire à Bloomington (33-28).

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory : Chapitre 8

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Huitième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que Nick Saban soit (enfin) content de son équipe, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé, UCF mais la brillante (?) victoire contre Memphis n’intéresse personne…

Show me the money

Randy Edsall a emmené UConn au sommet. En 2004, Connecticut s’est qualifié pour son tout premier bowl. En 2007, les Huskies ont été classés dans le Top 25 de l’Associated Press pour la première de leur histoire et battu leur première équipe de ce même Top 25. En 2010, UConn a atteint son unique BCS bowl (Fiesta). Puis Randy Edsall a quitté East Hartford pour Maryland puis Detroit et les Huskies se sont effondrés et enchainé six saisons à record négatif après quatre à record positif. Ils ont donc rappelé Randy Edsall l’an dernier pour remonter la pente. Après un médiocre 3-9 en 2017, UConn est 1-5 cette saison, avec une courte victoire contre Rhode Island (FCS) et cinq fessées dans lesquelles les Huskies n’ont jamais été battus par moins de trente points.

Le Département Athlétique a donc décidé de récompenser son Head Coach par diverses primes pour toutes les petites choses bien faites par son équipe :

• En attaque : $2,000 quand UConn marque en premier, mène à la mi-temps, marque plus de points par possession que son adversaire ou termine avec plus des yards offensifs ; $20,000 si l’équipe marque entre 25 et 29 points de moyenne sur la saison, $25,000 pour 30-34 points, $30,000 pour 35-39 et $50,000 pour plus de 40 points.
• En défense : $2,000 quand les Huskies ont plus de TFL, sacks et ballons gagnés que leurs adversaires ; $10,000 si l’équipe encaisse entre 26 et 30 points de moyenne sur la saison, $20,000 pour 20-25 points, $30,000 pour 16-20, $40,000 pour 11-15 et $50,000 pour moins de 10 points.
• Une victoire rapporte $10,000.

Autant dire qu’avec un score moyen de 20-54, Randy Edsall ne s’est pas encore beaucoup enrichi cette saison…

Embed from Getty Images

Oh burnes

Auburn s’est incliné à la maison contre Tennessee (24-30) et offert aux Volunteers leur première victoire en conférence SEC en onze matchs. QB Jarrett Stidham (28/45, 322 yards, 2 TD, 2 INT) a lancé deux interceptions et perdu un fumble sur sack. Les Tigers n’avaient plus perdu contre les Vols depuis 1999, une série victorieuse de six matchs. Le dernier succès de Tennessee contre une équipe de la SEC West remontait à 2010 et la série de quinze défaites de rang a pris fin dans les plaines.

Envahissement du terrain

Iowa State a envahi le terrain après sa victoire sur West Virginia (30-14). Les Cyclones étaient donnés perdant de 4.5 points, il s’agit donc d’une petite surprise mais rien de tout à fait comparable avec la choquante victoire contre Oklahoma la saison dernière qui avait également amené la moitié des spectateurs à descendre sur la pelouse.

Certains commentateurs trouvent ce genre de manifestation irritante. BoG n’a qu’une seule règle : l’envahissement du terrain est autorisé sauf si votre équipe est un poids lourd historique classé dans le Top 10. Pour le reste, il ne faut pas oublier que, pour une bonne partie des tribunes, les joueurs sont aussi ceux avec qui ils seront en amphi le lundi suivant, ou bien un de leurs colocataires, ou un bon pote voire un petit ami. Il n’est donc pas insensé de laisser ces jeunes étudiants célébrer comme il se doit une grosse victoire de leur équipe de football.

Savonnette

Georgia Tech a battu Duke six fumbles à quatre. Chaque équipe a perdu exactement la moitié de ses fumbles et les Blue Devils ont marqué trois touchdowns sur trois pertes de balles consécutives des Yellowjackets pour remporter le match (28-14).

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :
Iowa n’a pas sué contre Indiana (42-16) avec 479 yards offensifs, le quatrième match consécutif des Hawkeyes à plus de 400 yards.

Maryland a tranquillement disposé de Rutgers (34-7) grâce notamment à cinq interceptions de la défense des Terps et un joli 2/17 à la passe pour les Scarlet Knights.

Purdue a corrigé Illinois (46-7) et signé sa plus grosse marge de points contre une équipe FBS depuis 2008.

Utah a torpillé Arizona (42-10) diminué de QB Khalil Tate, sorti sur blessure à la cheville en fin de premier quart temps.

Embed from Getty Images

Ca passe

Notre Dame s’en est sorti de peu contre Pittsburgh (19-14) profitant de deux FG ratés par les Panthers. L’Irish poursuit son petit bonhomme de chemin vers le playoff, bien aidé par les défaites de Georgia, Penn State et Washington.

Urban Meyer a célébré sa cinquantième victoire en B1G avec un succès plus serré que prévu d’Ohio State sur Minnesota (30-14).

Texas a échappé au piége Baylor (23-17) malgré la sortie sur blessure de QB Sam Ehlinger (4/5, 35 yards) et continue sa course en tête de la conférence Big 12 dont les Longhorns sont les seuls invaincus.

Ca casse

Colorado était la seule équipe invaincue de la Pac-12 mais n’a pas digéré son voyage à USC (20-31). Les Buffaloes ont désormais 13 défaites contre les Trojans pour aucune victoire. USC asigne son 19ème succès consécutif à domicile, la deuxième plus longue série en cours de FBS derrière Alabama (23 victoires).

Georgia s’est largement incliné à LSU (16-36) en étant mené au score pendant 55 minutes et 28 secondes, après n’avoir été mené que quinze secondes tout le reste de la saison. Les Bulldogs ont lâché 200 yards dans les airs et 275 yards au sol contre les Tigers.

Penn State a (à nouveau) gaspillé une avance dans le dernier quart temps pour s’incliner à domicile contre Michigan State (17-21). Les Nittany Lions ont couru pour plus de 200 yards contre la première défense contre la course du pays mais n’ont pas suffisamment profité de la faiblesse des Spartans dans les airs (122ème défense contre la passe avant ce match). C’est la seconde saison d’affilée que PSU perd consécutivement contre Ohio State et Michigan State (par un total de neuf points et en menant dans le quatrième quart temps) et voit ses rêves de playoff s’envoler.

Washington a manqué un FG sur le dernier tick de l’horloge puis perdu en double prolongation à Oregon (27-30 2OT). C’est la huitième défaite de UW lors de ses neuf derniers déplacements à Eugene. Avec cette seconde défaite, les Huskies sont hors course pour le playoff. Malgré ce succès, les Ducks devront compter sur deux faux pas de Stanford pour atteindre la finale de conférence Pac-12.

West Virginia s’est incliné à Iowa State (où il ne fait pas bon jouer quand on est dans le Top 10) avec une piètre performance offensive (152 yards). Les Mountaineers chutent avant même leur dantesque mois de novembre (à Texas, TCU, à Oklahoma State, Oklahoma).

Wisconsin a été dominé de la tête et des épaules à Michigan (13-38) et peut désormais dire adieu au playoff, même si les Badgers sont toujours favoris pour remporter la B1G West et atteindre la finale de conférence.

Cuillère de bois

Miami a chuté à Virginia (13-16) et QB N’Kosi Perry (3/6, 20 yards, 2 INT) a été sorti du match après une perte de possession sur quatrième tentative manquée et deux interceptions, le tout en quatre drives. Les Hurricanes

Nebraska s’est incliné å Northwestern (31-34 OT) après avoir mené de quatorze points à l’entame du dernier quart temps et de dix points avec moins de six minutes à jouer. Les Huskers sont 0-6 pour la première fois de leur histoire et 0-10 sur leurs dix dernies matchs.

Oklahoma State est dans une spirale descendante après une sévère défaite à Kansas State (12-31). Les Cowboys sont avant-derniers de la conférence Big 12, juste devant Kansas, bien entendu.

Embed from Getty Images

Tops

Un flambeau pour… Nate Stanley (QB Iowa) et ses six touchdowns (21/33, 320 yards, 6 TD, 1 INT) contre Indiana (42-16).

Un brasier pour… Alex Barnes (RB Kansas State) et ses 181 yards et 4 TD en 34 courses contre Oklahoma State (31-12).

Un feu d’artifice pour… Tyler Huntley (QB Utah) qui s’est offert 2 TD à la passe (14/19, 201 yards, 2 TD, 1 INT), 1 TD au sol (11 courses, 64 yards, 1 TD) et 1 TD en réception (1 réception, 58 yards, 1 TD) contre Arizona (42-10).

Flops

Un pétard mouillé pour… Will Grier (QB West Virginia) et ses 100 petits yards (11/15, 100 yards, 1 TD, 1 INT) à Iowa State (14-30). Bye-bye Heisman…

Un seau d’eau pour… Brandon McIlwain (QB California) et ses deux interceptions et deux fumbles perdus contre UCLA (7-37). Depuis que le sophomore a pris les rênes de l’attaque des Bears, il a lancé huit interceptions en trois matchs, tous perdus par Cal.

Un naufrage titanesque pour… Artur Sitkowski (QB Rutgers) et ses quatre interceptions à Maryland (7-34). C’est le quatrième match de la saison à plus de trois interceptions pour le quarterback freshman.

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. ACC : 0V – 1D (Total : 31V – 12D)

SEC : 0V – 0D (Total : 34V – 5D)
Big 12 : 0V – 0D (Total : 21V – 7D)
B1G : 0V – 0D (Total : 26V – 12D)
Pac-12 : 0V – 0D (Total : 23V – 11D)

Course à l’Heisman

Après sept semaines, les trois principaux candidats au podium sont :

Tua Tagovailoa (QB Alabama) n’a pas eu à forcer son talent contre Missouri (39-10) et est sorti en cours de match pour ne pas aggraver une blessure au genou droit.
Stats : 12/22, 265 yards, 3 TD

Dwayne Haskins (QB Ohio State) a sorti son deuxième match consécutif à plus de 400 yards contre Minnesota (30-14).
Stats : 33/44, 412 yards, 3 TD

Kyler Murray (QB Oklahoma) était au repos cette semaine.

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Ohio State – #3 Clemson

Alabama a fait du Alabama contre Missouri (39-10). Ohio State n’a pas été très dominant contre Minnesota (30-14) mais l’essentiel a été assuré. Clemson était au repos et n’a donc pas endommagé ses chances de playoffs. Notre Dame a également sorti le minimum syndical contre Pittsburgh (19-14).

Embed from Getty Images

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Dwayne Haskins (QB Ohio State), le premier Buckeye à lancer deux fois pour plus de 400 yards, consécutivement qui plus est. Après avoir claqué 455 yards contre Indiana (49-26) en Semaine 6, il a passé 412 yards à Minnesota (30-14) en Semaine 7. Prochaine victime ? Purdue et Nebraska sont au menu pour les deux prochains match de tOSU. La passe de trois devrait être réalisée avant un plus difficile déplacement à Michigan State.

Lire la suite

Articles les plus lus