Suivez-nous

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 1

Première édition de cette nouvelle chronique consacrée à l’actualité du College Football.

Publié

le

Comme ce qui compte avant tout c’est que Tua Tagovailoa soit le QB qui conduise Nick à son sixième titre à Alabama, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé UCF, mais ce titre virtuel de champion n’intéresse personne…

Un peu d’histoire

Comme Kylian M’bappé qui n’était pas né quand la France a remporté sa première étoile au soccer, l’intégralité des joueurs de CFB n’était encore qu’un distant rêve dans l’imaginaire de leurs parents quand Barry Sanders (RB Oklahoma State) s’est fendu de 2850 yards et 42 TD à la course (plus 515 yards et 2 TD sur équipe spéciale) en 1988 pour établir pléthores de records NCAA qui mettront un certain temps avant d’être battus. Le tout en jouant à peine en quatrième quart-temps et à une époque où on annonçait encore les jeux en huddle. Sa moins bonne prestation de la saison ? 154 yards et 2 TD… Malgré cela, bon nombre de votants à l’Heisman (qu’il a tout de même remporté) lui a préféré Rodney Pete (QB USC) ou Troy Aikman (QB UCLA). Faut-il être bête…

En prélude de la saison FBS 2018 qui a démarré avec un excitant UMass-Duquesne (dans lequel le paillasson UMass est tout de même favori de 28 points), retour sur les immanquables news de l’été. Séance de rattrapage pour ceux qui ont oublié qu’il y a une vie entre janvier et septembre…

On ne se marre pas des masses dans le Maryland

OL Jordan McNair est décédé le 13 juin, deux semaines après avoir été victime d’une insolation lors d’un entraînement physique un peu trop poussé du côté de College Park. DJ Durkin n’était pas présent à cette séance dirigée par Rick Court, le préparateur physique des Terrapins.

Le 13 août, l’université s’est séparée de Rick Court et a placé son Head Coach en congé administratif après une enquête qui a relevé une culture plus que toxique et un degré d’incompétence frappant au sein de son programme de football : intimidation, humiliation et abus verbaux ont été reportés comme banalement communs lors des entraînements des Terps. Sans compter les punitions en tout genre, incluant forcer certains joueurs à se suralimenter.

Ce 29 mai, le redshirt freshman de Maryland n’a pas supporté les dix séries de 100-mètres sous 30°C. Rien d’anormal peut-être pour un joueur de 147 kilos. Ce qui est peut-être anormal est le manque d’attention médicale reçu par le joueur et le mauvais diagnostique qui n’a pas décelé la sévérité de l’état de Jordan McNair. Petite erreur aux lourdes conséquences…

Il serait trop facile de juger hâtivement sans connaître tous les détails du dossier, notamment le déroulement exact de cette journée du 29 mai. Mais il semble évident, de par de nombreux témoignages, que quelque chose ne tourne vraiment pas rond dans la maison Maryland. Et un certain nombre de programmes devrait peut-être s’inquiéter des conditions éthiques de leurs propres bercails, à commencer par…

Embed from Getty Images

O-H-I-Ouch…

Une dizaine de jours supplémentaires loin de ses troupes et trois matchs de suspension. C’est ce dont a écopé Urban Meyer pour son pauvre management des accusations de violences domestiques à l’encontre de son coach des receveurs, Zach Smith. Le Head Coach d’Ohio State sera donc (miraculeusement ?) sur le bord du terrain pour le déplacement à Penn State qui pourrait déterminer le sort de la B1G East. C’est bien l’essentiel, n’est-ce pas ? Ou devrait-ce plutôt être la calamiteuse gestion de ce scandale by THE Ohio State University ?

Pour faire court dans cette affaire qui occupe le devant de la scène médiatique sportive depuis près d’un mois, le HC des Buckeyes a été accusé de ne pas sanctionner Zach Smith pour une série d’incidents étalés sur plusieurs années, et remontant à leurs temps à Florida, incluant notamment des violences domestiques sur son épouse, Courtney Smith. Violences que la victime a régulièrement discuté avec Shelley Meyer, l’épouse d’Urban Meyer.

Dans un petit jeu de « qui savait quoi », Urban Meyer s’est défendu, très maladroitement, en mentant à la presse aux B1G Media Days puis en admettant avoir laissé ses sentiments personnels interférer avec son jugement, Zach Smith étant le neveu d’Earle Bruce, joueur puis Head Coach d’Ohio State de 1979 à 1987 où il a pris sous son aile le jeune Urban Meyer. Les deux hommes se retrouveront quelques années plus tard à Colorado State et Urban Meyer considère Earle Bruce comme son mentor. Cela ne devrait pas l’excuser de couvrir les agissements condamnables de l’un de ses entraîneurs. Pour un homme qui prône le respect des femmes à ses joueurs et qui est père de deux jeunes femmes, son attitude distante lors de ses interventions médiatiques a de quoi interpeler.

Mais de deux choses l’une : soit Urban Meyer est coupable d’avoir couvert ces agissements et gardé Zach Smith dans son staff en toute connaissance de cause, soit, et c’est très peu probable, il n’était au courant de rien et a toujours agi de bonne foi. Dans le second cas, une suspension, même minime, semble quelque peu exagérée. Dans le premier cas, en revanche, la punition ressemble à un coup de règle sur le bout des doigts… On a vu des joueurs sévèrement suspendus pour moins que ça…

D’où la question qui découle : le plus important à OSU est-il la quête d’excellence, mission supposée de tout établissement d’enseignement supérieur de ce calibre, et d’être un modèle d’intégrité pour ses dizaines de milliers d’étudiants ou d’offrir à Buckeye Nation un énième titre de la B1G et une place au prochain playoff ?

Et pendant ce temps…

La conférence B1G semble plus préoccupée de trouver un accord avec Comcast pour garder BTN dans son package que de ce qu’il se passe à College Park ou Columbus. La NCAA, quant à elle, a définitivement abandonné tout espoir d’influence sur le College Football et prépare déjà sans doute sa vache à lait de March Madness.

Art italien

Tant qu’on en est à la page des scandales, Art Briles, l’ancien coach de Baylor remercié par les Bears il y a deux ans suite à une flopée d’accusations de viols impliquant ses joueurs, a retrouvé un poste en Italie, chez les Guelfi de Florence. On va se passer prudemment de commentaires…

Embed from Getty Images

Première prolongation

Côté coaches qui n’ont pas encore de bombe atomique prête à exploser à leur derrière, Nick Saban a été prolongé à Alabama jusqu’après la saison 2025 pour la modique somme de 75 millions de dollars. Je suis d’accord que c’est tout à fait indécent de ne pas lui offrir un contrat à durée indéterminée payé 10 millions par an, plus bonus. Alabama : jamais dans le reste de votre histoire vous ne trouverez un autre Nick Saban alors pourquoi ne pas mettre le paquet ?

Seconde prolongation

Côté coaches qui n’ont pas encore de bombe atomique prête à exploser à leur derrière, Bill Snyder a été prolongé à Kansas State jusqu’après la saison 2022. Je suis d’accord que c’est tout à fait indécent de ne pas lui offrir un contrat à durée indéterminée payé 4 millions par an, plus bonus. Kansas State : jamais dans le reste de votre histoire vous ne trouverez un autre Bill Snyder alors pourquoi ne pas mettre le paquet ? Bon, je déconne Kansas State. Bill Snyder a 78 ans et a passé 27 ans sur la touche des Wildcats. Après une première retraite en 2005, il a repris du service en 2009. Kansas State n’a remporté que deux titres de conférence durant ses 27 saisons en charge du programme. Il est grand temps de passer à autre chose.

Et pendant ce temps…

UMass a couvert les 28 points de Las Vegas en 33 minutes.

Hors-jeu

Larry Fedora, le coach de North Carolina, a profité d’un petit laïus sur le manque de corrélation scientifique irréfutable entre les commotions cérébrales et l’encéphalopathie traumatique chronique pour prédire la chute des États-Unis. Pour être tout à fait honnête, l’entraineur en chef des Tar Heels a simplement souligné que les chocs répétés à la tête qui sont à l’origine du trauma ne sont pas le fait unique du football, ce en quoi il a tout à fait raison (la relation ne prouvant pas la causation). Avant d’ajouter que le sport n’avait jamais été aussi sûr mais qu’il était sous constante attaque et, qu’à ce rythme, on ne le reconnaîtrait plus dans dix ans et qu’avec lui tomberait carrément tout le pays. Donc c’est un message assez clair pour linebackers et safeties en tout genre : mettez un bon coup de casque en passant sinon le pays va droit au fond des toilettes.

La vie des coaches, première partie

La maison de Scott Frost, le nouvel homme fort de Nebraska (et champion national en titre avec UCF…), a été cambriolée cet été par un adolescent de 17 ans qui a dérobé pour plusieurs milliers de dollars de souvenirs sportifs, dont certains ont été revendus sur internet. Rappelons que tous les t-shirts et casquettes célébrant le titre des Knights n’ont AUCUNE valeur en dehors d’Orlando.

La vie des coaches, seconde partie

C’est avec une grande tristesse que l’on se doit de vous annoncer la disparition du mullet de Mike Gundy. Le Head Coach d’Oklahoma State a en effet décidé de se séparer de sa fidèle coupe de cheveux qui, selon lui, aurait rapporté des millions de dollars à l’université par l’incessante publicité dont il a fait l’objet. Ça et le fait que Mike Gundy est un homme et qu’il a 40 ans. Fort heureusement, internet regorge de t-shirts à l’effigie du mullet (qui valent beaucoup plus que ceux de UCF). La légende survit donc sur la toile…

Et pendant ce temps…

UMass termine avec 48 points d’avance, doublant presque la prédiction de ces pessimistes de bookmakers. C’est tout de même moins bien que Wyoming qui a fait cinq fois mieux que prédit par Vegas. Lesquels se sont bien plantés en prédisant que Colorado State battrait Hawaii par deux touchdowns. C’est donc officiel, l’imprévisibilité du College Football est bien lancée pour 2018 !

Embed from Getty Images

Air Jordan 3

L’édition limitée des Air Jordan 3 UNC Tar Heels est en vente sur ebay en provenance direct du vestiaire. Petit souci, la vente par les joueurs de leur équipement est formellement interdite par la NCAA. C’est donc treize joueurs qui ont écopé de matchs de suspension pour débuter la saison. Un vrai casse-tête pour Larry Fedora. Mais avec un bon casque, on devrait éviter le traumatisme…

Nouvelle règle

La NCAA a annoncé une nouvelle règle d’éligibilité : les joueurs pourront désormais participer à quatre matches dans la saison et garder la possibilité de conserver leur redshirt. Cela simplifie grandement la procédure précédente qui étudiait au cas par cas les blessures ou autres évènements exceptionnels qui affectaient des joueurs ayant déjà eu du temps de jeu dans la saison. Cela permettra à Alabama de faire jouer son troisième quarterback (le préféré des fans, évidemment) en finale contre Clemson sans lui faire perdre une année d’éligibilité…

Vallée de la mort

Clemson et LSU ont annoncé la planification d’une double confrontation en 2025 et 2026. On peut d’ores et déjà baptiser l’événement Death Valley Bowl, les deux universités revendiquant pour leurs stades le nom de la célèbre vallée. Pour mettre un peu de piment, il faudrait que le vainqueur ait le droit exclusif du surnom. On peut toujours rêver… On attend tout de même de voir lequel de l’étudiant de Clemson dans son costume de tigre ou de Mike rugira le plus fort…

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Washington
#2 Clemson – #3 Penn State

Blaze of Glory

Pour cette première, l’auréole de gloire revient honorifiquement et, malheureusement, de manière posthume à Jordan McNair. En espérant un peu plus de joie lors des prochaines éditions…

Membre de la Football Writers Association of America, Blaise Collin est un passionné de football universitaire et de NFL, passé par l'Idaho et basé en Californie depuis 2018. Après avoir contribué au au site elitefoot.com, il a rejoint la rédaction de 4th&Goal en 2013. Il partage désormais sa vision du football sur The Blue Pennant et sur footballamericain.com.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 4

Publié

le

Quatrième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que, contrairement à Urban Meyer, BoG parle de lui-même à la troisième personne, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé Boise State, mais, après cette lourde défaite à Oklahoma State (21-44) le débat sur la possibilité d’avoir une équipe du G5 au playoff, n’intéresse personne…

Florence et la machine à pluie

Ma bonne dame, c’est tous ces satellites qu’ils envoient dans l’espace, ça vous détraque le temps toute cette technologie. Ou alors c’est le carbone, faites votre choix. Toujours est-il que c’est la saison des ouragans (pas directement causés par le CO2 mais ça n’aide pas) et qu’un certain nombre de matchs ont été annulés en prévision de l’arrivée de l’ouragan Florence.

North Carolina peut se féliciter des affres du temps puisque les Tar Heels ont évité de se faire torpiller à Chapel Hill par UCF. Les Knights perdent une bonne occasion d’impressionner le comité de sélection du playoff, quoiqu’après la piteuse défaite de UNC à East Carolina en Semaine 2, il n’y avait pas grand chose à gagner dans cette confrontation pour Central Florida.

Ces mêmes Pirates ne se rendront pas à Virginia Tech dans ce qui aurait pu être un bon test pour les Hokies.

La plus grosse « perte » du weekend, toute proportion gardée, est l’annulation du match entre NC State et West Virginia. Petite pensée pour un copain resté à Raleigh pour braver la tempête alors que la ville s’est vidée après que ses habitants ont pris d’assaut tous les magasins d’alimentation du coin.

Enfin, le match entre Marshall et South Carolina à Columbia a également été annulé. Les Gamecocks, qui ne sont peut-être pas aussi bons qu’attendus, pourraient avoir du mal à atteindre les six victoires synonymes de bowl.

Fly, Eagles, Fly

Boston College est 3-0 pour la première fois depuis 2007, année où les Eagles avaient débuté 8-0 et grimpé jusqu’à la deuxième place du Top 25, en s’imposant à Wake Forest dans un match pour une fois très offensif (41-34). QB Anthony Brown a lancé cinq passes de TD, soit près de la moitié de sa production 2017, et RB AJ Dillon y est allé des ses 185 yards et de son TD. Compte tenu que Florida State est en délicatesse avec son programme de football, BC pourrait bien devenir l’adversaire le plus sérieux de Clemson dans l’ACC Atlantic. Okay, il ne faut tout de même pas trop s’emballer mais AJ Dillon contre la ligne défensive de Clemson pourrait valoir son pesant de cacahuètes.

Comptes d’apothicaires

Jim McElwain a quitté Colorado State en 2015 pour devenir le Head Coach de Florida, avant de se séparer à l’amiable d’avec les Gators en 2017 pour devenir cette année l’entraineur des receveurs à Michigan. Pourquoi cela a-t-il un quelconque intérêt ? Parce que le départ de Fort Collins pour Gainesville de Jim McElwain a rapporté 7.5 millions de dollars aux Rams : 3 millions payés par Florida, 2 millions payés par Jim McElwain et 2.5 millions payés par… une partie des recettes d’un match entre les Rams et les Gators à jouer au Swamp en… 2018. Colorado State est donc reparti de Gainesville avec un bon paquet d’argent et une grosse fessée (10-48).

Embed from Getty Images

Show me the money

Puisque l’on parle gros sous, le magazine Forbes a publié la liste des programmes les plus rentables du College Football. Comme s’il ne suffisait pas que Texas ait perdu sa place de numéro 1 sur les pelouses du Lone Star State, les Longhorns ont également été détrônés dans ce classement par nulle autre que… Texas A&M. On notera la montagne d’argent dépensée par Alabama (différence entre chiffre d’affaires et bénéfices). C’est ça de payer des millions pour des superviseur de la hauteur des brins d’herbe et autre manageur des dreadlocks de Jalen Hurt… Les dix programmes les plus riches sont donc (chiffre d’affaires / bénéfices annuels en millions de dollars pour la période 2014-2016) :

Texas A&M (148/107)

Texas (133/87)

Michigan (127/75)

Alabama (127/59)

Ohio State (120/69)

Oklahoma (118/72)

Notre Dame (112/72)

Auburn (112/61)

LSU (112/56)

Florida (111/67)

Maintenant, pour vos devoirs de vacances, BoG vous laisse calculer le coût et bénéfice net de chaque victoire pour ces dix prestigieuses institutions.

Going for 2

Après sa victoire inattendue à Central Michigan (31-7) en Semaine 2, Kansas était favori d’un match pour la première fois depuis quatre ans. Contre Rutgers, les 2.5 points de Vegas ont été facilement couverts par KU qui s’est aisément imposé (55-14) grâce notamment à deux interceptions retournées pour TD. Les Jayhawks n’avaient plus gagné deux matchs d’affilée depuis septembre  2011.

Revanche

Oklahoma s’en est sorti à Iowa State (37-27) dans un match au cours duquel les Cyclones n’ont jamais lâché prise. La victoire des Sooners à Ames efface l’affront de l’an passé lorsque ISU s’est imposé à Norman à la surprise générale. QB Kyler Murray (21/29, 348 yards, 3 TD / 15 courses, 77 yards) continue d’impressionner. Après trois matchs, il a produit 1032 yards et 10 TD, soit juste un petit yard de moins et autant de touchdowns que Baker Mayfield après trois semaines l’an dernier.

Pas de quoi sauter de joie

Menant 24-21 avec moins de deux minutes à jouer, BYU s’est retrouvé à défendre à 14 contre Wisconsin. Le subterfuge n’est pas passé inaperçu mais les Badgers ont manqué leur FG en fin de drive et les Cougars sont repartis de Madison avec la victoire. La série de 41 victoires consécutives à domicile hors conférence de Wisconsin qui remontait à 2003 prend fin et, avec elle, les espoirs de playoff des Badgers.

We (probably don’t) want Bama

Les Bulldogs ont-ils le meilleur groupe de receveurs du pays ? L’avenir le dira mais WR D.K. Metcalf n’a pas perdu de temps pour trouver l’en-but d’Alabama en marquant le premier TD de la rencontre sur une réception de 75 yards après 11 secondes de jeu. Bama a répondu dans la foulée puis… Ce refrain semble-t-il familier ? Le match contre le Tide n’a rien eu à voir avec celui des Red Raiders en Semaine 1 pour Mississippi. Bien au contraire… Le Crimson Tide a terminé la première mi-temps avec 49 points et en a remis 13 en seconde mi-temps tout en gardent leur end-zone inviolée. Score final : 62-7. Alabama est la première équipe de la SEC à marquer plus de 50 points lors de ses trois premiers matchs. Après cette première démonstration de force en conférence, on se demande bien qui est en mesure de tenir tête à la Sa-bande.

Embed from Getty Images

Histoire de tigres

Les Tigers d’Auburn recevaient les Tigers de LSU pour le gros match de la SEC du week-end et une place de dauphin dans la division West derrière l’intouchable Alabama. Les Tigers ont sauté d’entrée de match à la gorge des Tigers  mais les Tigers ont répondu puis gonflé les muscles pour prendre une avance de 11 points sur les Tigers en début de troisième quart temps. Ces cinq dernières années, les Tigers avaient remporté 29 de leurs 31 matchs lorsqu’ils possédaient une avance de dix points ou plus. Mais les Tigers ont inversé le script en orchestrant une remontée ponctuée par un FG victorieux à la dernière seconde (22-21). Les Tigers sont la première équipe de FBS depuis 1971, et la quatrième de l’Histoire, à battre deux équipes du Top 10 lors des trois premières journées. Vous avez tout compris ? Bon, en gros, Auburn a merdé et LSU s’est imposé dans la plaine.

Tout est plus gros au Texas (partie 1)

Puisqu’on parlait de Texas Tech (enfin pas vraiment mais bon…), les Red Raiders ont collé 63 points au Houston de DE Ed Oliver et QB Alan Bowman s’est bien amusé avec 43/59, 605 yards et 5 TD. QB D’Eriq King n’a pas été en reste pour les Cougars avec 30/51, 431 yards et 5 TD dans les airs et 11 courses, 47 yards et 1 TD au sol. Les deux équipes ont combiné pour 192 jeux, 1339 yards et 112 points.

Tout est plus gros au Texas (partie 2)

Texas a obtenu sa 800ème victoire lors du mémorable Texas-USC de 2006 au Rose Bowl, le dernier titre national des Longhorns. Pour cette troisième semaine, les Horns et leurs 899 victoires recevaient… USC. Texas n’a pas laissé passer l’occasion de signer son 900ème succès en dominant les Trojans (37-14). UT rejoint Michigan (945) et Ohio State (901) dans le club fermé des équipes à 900 victoires en College Football. Les Buckeyes ont franchi cette barre en Semaine 2. Evidemment, si l’on ajoute les victoires supprimées par la NCAA pour diverses violations, le classement varie quelque peu.

Jerry’s World

La Big 12 n’a jamais gagné (0-12) à l’AT&T Stadium d’Arlington contre une équipe hors conférence du Top 25. La dernière victime de la série noire est TCU qui y défiait, quasiment dans son jardin, Ohio State. Malgré deux FG manqués, les Buckeyes sont venus à bout des Horned Frogs (40-28) derrière une grosse performance de QB Dwayne Haskins (24/38, 344 yards, 2 TD / 3 courses, 8 yards, 1 TD). Seul bémol de taille pour OSU, DE Nick Bosa est sorti sur blessure, touché à l’aine, et sera absent au moins une semaine.

Embed from Getty Images

Matchs poubelles

Comme c’est de coutume lors des 2-3 premières semaines de la saison, une palanquée de matchs n’avait aucun intérêt si ce n’est de gonfler les statistiques des cadors de FBS et les égos de leurs fans. Florilège, par ordre alphabétique :

Arizona a signé sa première victoire de la saison en torpillant Southern Utah (62-31). QB Kahlil Tate (13/20, 349 yards, 5 TD / 4 courses, 19 yards), en délicatesse avec une cheville, est bien sagement resté dans sa poche la majorité du match.

Clemson s’est dépêché de battre Georgia Southern (38-7) avant l’arrivée de Florence. Les Tigers n’ont pas paru au pic de leur forme et QB Kelly Bryant (7/10, 68 yard, 1 INT / 6 courses, 27 yards) est sorti sur blessure, laissant QB Trevor Lawrence (12/19, 194 yards, 1 TD, 1 INT) aux commandes de l’attaque.

Georgia a disposé de Middle Tennessee State (49-7) avec une solide performance de QB Jake Fromm (10/12, 128 yards, 3TD).

Kentucky est resté invaincu en s’imposant contre Murray State (48-10).

Miami a pris la mesure de Toledo (49-24) avec cinq TD au total de QB Malik Rosier (13/23, 205 yards, 2 TD / 8 courses, 80 yards, 3 TD).

Mississippi State s’est promené contre Louisiana-Lafayette (56-10) derrière les 6 TD de QB Nick Fitzgerald (14/21, 243 yards, 2 TD / 15 courses, 107 yards, 4 TD).

Penn State a torché Kent State (63-10) grâce notamment à trois TD au sol de QB Trace McSorley (11/22, 229 yards, 2 TD, 1 INT / 9 courses, 54 yards, 3 TD).

Washington State n’a pas été tendre avec son voisin d’Eastern Washington (59-24). RB James Williams (6 courses, 19 yards, 3 TD) s’est offert un TD sur 50% de ses portés.

Style points

BoG encourage toutes les équipes qui mènent de quarante points à trois minutes de la fin du match à essayer d’aller chercher les cinquante. Ou de demander au corps arbitral de réviser une décision défavorable. Pourquoi un tel manque de fair-play ? Parce qu’on n’est pas à la Rec League locale, qu’un match est le meilleur entrainement pour les starters, back-ups et third-strings et qu’il n’y a aucune raison de changer sa philosophie de jeu entre la 1ère et le 60ème minute. Tant que la dernière seconde n’est pas écoulée, tout est permis. Hormis, et c’est l’exception, si votre équipe préférée a invité une université paillasson à venir se faire étriller à la maison. Là, on peut se comporter en gentlemen et ne jouer que dix minutes au dernier quart-temps ou éviter un Hail Mary à six secondes de la fin. Mais en dehors de ce cas de figure ? Si ces quelques jeux supplémentaires permettent au coach de donner du temps de jeu aux remplaçants ou de répéter une dernière fois les gammes en situation de match, il est tout à fait légitime de continuer à jouer. Les chouineurs sont invités à aller s’acheter une défense (éviter Starkville, de préférence).

Cuillère de bois

Après avoir été la sensation de la Semaine 2 grâce à une victoire sur Michigan State, Arizona State a été dominé à San Diego State (21-28), la fac d’origine d’Herm Edwards. Pour être tout à fait honnête, le corps arbitral semble avoir déjugé à tort un targeting qui aurait donné aux Sun Devils l’occasion d’égaliser en toute fin de match.

Arkansas s’est piètrement incliné à la maison contre North Texas (17-44). L’un des TD du Mean Green a été marqué sur un retour de punt lors duquel WR Keegan Brewer a réceptionné le ballon sur ses dix yards et marqué un temps d’arrêt avant de mettre le turbo sous les yeux médusés des Razorbacks qui avaient cru à un arrêt de volée.

Nebraska a été battu à domicile contre Troy (19-24), la même équipe que Boise State a corrigé (20-56) en Semaine 1. C’est le second revers consécutif à domicile pour la bande à Scott Frost après la défaite contre Colorado en Semaine 2 et la première fois depuis 1957 que Nebraska débute la saison par deux défaites de rang. C’est également la sixième défaite consécutive à domicile. Il fut un temps (de plus en plus éloigné) où les Huskers perdaient six matchs à domicile en dix ans… Avec l’annulation de leur premier match contre Akron, la perspective d’un bowl s’éloigne déjà pour les Cornhuskers.

Northwestern avait l’occasion de redresser la barre en recevant Akron mais les Wildcats ont piteusement perdu contre les Zips (34-39) en concédant notamment trois TD défensifs. Quand James Franklin vous dit que jouer Akron c’est un peu le Super Bowl…

Maryland est redescendu sur terre et bien dégusté la poussière contre Temple (14-35) qui restait sur deux défaites en deux matchs.

Florida State… Faut-il vraiment parler de Florida State ? Première défaite (7-30) contre Syracuse depuis 1966. Nuf said. Où faut-il mentionner les 62 yards au sol des Seminoles ?

UCLA a donné l’opportunité à Fresno State de mettre fin à une série de dix défaites consécutives contre des équipes P5 en laissant les Bulldogs s’imposer (largement) à Pasadena (14-38). Les Bruins de Chip Kelly pourraient très bien enchainer six défaites de rang avant de recevoir Arizona mi-octobre.

Il n’y a aucune honte à perdre à South Bend, mais Vanderbilt s’est tiré un chargeur de balles dans le pied en manquant un demi-million d’occasions de marquer contre la solide défense de Notre Dame. Résultat des courses : une courte défaite contre le Fighting Irish (17-22).

Embed from Getty Images

Tops

Un flambeau pour… Tyler Johnson (WR Minnesota) pour ses 133 yards et 3 TD en 9 réceptions contre Miami of Ohio (26-3).

Un brasier pour… Donovan Peoples-Jones (WR Michigan) pour ses 90 yards et 3TD en (seulement) 4 réceptions contre SMU (45-20).

Un feu d’artifice pour… La doublette de Texas Tech RB Ta’Zhawn Henry (24 courses, 111 yards, 4 TD) et WR Antoine Wesley (13 réceptions, 261 yards, 3 TD) pour leurs sept TD combinés contre Houston (63-49).

Flops

Un pétard mouillé pour… La ligne offensive de Florida State pour être à peu près aussi mauvaise pour ouvrir des trous que pour protéger son quarterback. Il va falloir être patient à Tallahassee, une O-line performante ça prend beaucoup de temps à construire…

Un seau d’eau pour… Artur Sitkowski (QB Rutgers) pour ses deux interceptions retournées pour TD à Kansas (14-55).

Un naufrage titanesque pour… La B1G dont sept équipes (Illinois, Maryland, Nebraska, Northwestern Purdue, Rutgers et Wisconsin) ont perdu contre des adversaires globalement plus faibles qu’elles, sur le papier tout du moins…

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. ACC : 5V – 0D (Total : 24V – 7D)

2. SEC : 7V – 2D (Total : 28V – 5D)

3. Big 12 : 5V – 2D (Total : 19V – 7D)

4. Pac-12 : 6V – 4D (Total : 22V – 10D)

5. B1G : 6V – 7D (Total : 24V – 11D)

Course à l’Heisman

Le week-end n’as pas été sensationnel pour le podium provisoire de l’Heisman mais disons qu’il est trop tôt pour retourner sa veste. Bénéfice du doute…

Jonathan Taylor (RB Wisconsin) a été très pédestre avec 117 yards en 26 courses lors de la défaite surprise de Wisconsin contre BYU (21-24).

Will Grier (QB West Virginia) n’a pas joué à NC State en raison de l’ouragan Florence.

Justin Herbert (QB Oregon) n’a pas particulièrement brillé (16/34, 309 yards, 3 TD, 2 INT) lors de la victoire des Ducks sur San Jose State (35-22).

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Washington

#2 Clemson – #3 Penn State

Oui, c’est barbant, mais on ne va tout de même pas mettre LSU, si ? Alabama ne va nulle part (et on se demande vraiment pourquoi on joue cette saison vu que personne ne va s’approcher à moins de trois touchdowns du Tide cette saison), Clemson n’a personne dans sa conférence et a le bénéfice du doute (oui, un comité de sélection c’est crétin), Ohio State sera dans les quatre si les Buckeyes gagnent à Happy Valley le 29 septembre, Washington sortira après une défaite à Oregon ou contre Stanford (mais ça reste à voir), Oklahoma finira par tomber sur un os (Texas sur terrain neutre à Dallas, à TCU, Oklahoma State, à West Virginia, choisissez votre poison) et Notre Dame, oui, bien sûr, Notre Dame va aller en playoff…

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Akron. Oui, okay, BoG avait promis de ne parler que des P5, quoique, certaines de ces équipes P5 étant plus proches du niveau P4 que de l’élite footballistique, on se demande parfois si on doit vraiment s’attarder sur elles… Mais bon, les Zips ont réalisé un petit exploit, certes à leur niveau, qui leur confère la palme hebdomadaire de BoG. En s’imposant à Northwestern (39-34), les Zips ont battu une équipe de la B1G pour la première fois depuis 94. 1894. A l’époque, l’université d’Akron n’était même pas l’université d’état qu’elle est depuis devenue mais un petit établissement connu sous le nom de Buchtel College. En cette fin de 19ème siècle qui ne nous rajeunit pas, un certain John Heisman (dont vous avez peut-être entendu par ailleurs) a mené Buchtel College (devenu Akron en 1913) à une victoire sur Ohio State.

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 3

Publié

le

Troisième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que Tua ait été titulaire contre Arkansas State, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé FIU, mais la fusillade qui a impliqué RB Anthony Jones et OL Mershawn Miller n’intéresse personne…

Wild Wild West

Les deux joueurs de FIU ont été pris dans une série de coups de feu tirés depuis une voiture. Le lineman a été touché au bras et est sorti de l’hôpital. Son coéquipier a été plus gravement touché, au dos et au visage, et est toujours en observation dans un état jugé non critique. Bien évidemment, BoG n’est pas insensible à leur sort.

Jeu de mains…

Les moufles étaient de sortie à Dallas où SMU a marqué sur un safety concédé par le punter de TCU pour prendre l’avantage 9-0. Les Horned Frogs sont revenus puis passés devant au score en recouvrant leur propre fumble dans la end-zone des Mustangs. Ils ont ensuite pris le large sur un fumble de ces mêmes Mustangs retourné pour un TD. Texas Christian est tout de même parvenu à marquer quelques TD normaux pour finalement s’imposer 42 à 12.

Petite pomme

C’était seulement le troisième match hors conférence contre une équipe du Top 25 joué à domicile par Kansas State sous les ordres de Bill Snyder. C’était aussi le retour de QB Nick Fitzgerald (11/27, 154 yards, 2 TD, 1 INT / 19 courses, 159 yards) mais c’est RB Kylin Hill (17 courses, 211 yards, 2 TD / 1 réception, 16 yards, 1 TD) qui a volé la vedette dans la victoire de Mississippi State à Manhattan (31-10).

Monsieur 50%

6 courses, 149 yards, 3 TD. A.J. Dillon (RB Boston College) n’a pas eu besoin de miracle pour aider les Eagles à génocider Holy Cross (62-14).

Reçus 3 sur 7

Aucun receveur de Michigan n’avait marqué lors des douze dernières rencontres des Wolverines. La disette a pris fin avec trois des sept TD qui ont permis à UofM de facilement disposer de Western Michigan (49-3). QB Shea Patterson (12/17, 125 yards, 3 TD) s’est montré plus serein que la semaine passée contre Notre Dame mais la compétition était autrement moindre.

Embed from Getty Images

La mitaine

Puisque l’on parle de l’état du Michigan (« The Mitten State »), Eastern Michigan a surpris Purdue sur un FG à la dernière seconde (20-19). Les Boilermakers perdent un deuxième match d’un rien après leur courte défaite contre Northwestern la semaine passée (27-31). Lesquels Wildcats ont pondu un bon gros tas de m… en s’inclinant à la maison contre Duke (7-21). Northwestern a investi un paquet de dollars dans de superbes installations au bord du lac Michigan (évidemment puisque c’est un peu le thème, là…) et il commence à être temps que cela se traduise par des performances un peu plus constantes.

Matchs poubelles

Comme c’est de coutume lors des 2-3 premières semaines de la saison, une palanquée de matchs n’avait aucun intérêt si ce n’est de gonfler les statistiques des cadors de FBS et les égos de leurs fans. Florilège, par ordre alphabétique :

Alabama n’a pas sué contre Arkansas State (57-7) avec 4 TD de QB Tua Tagovailoa et 2 TD de QB Jalen Hurts. Cela faisait près d’un siècle (1925) qu’Alabama n’avait pas marqué plus de cinquante points lors de ses deux premiers matchs.

Miami a blanchi Savannah State (77-0) en faisant tourner les quarterbacks pour établir la victoire avec la plus grosse marge de son histoire.

Ohio State a écrabouillé Rutgers (52-3) avec 4 TD de QB Dwayne Haskins en une mi-temps et deux minutes. C’est dans la moyenne pour les Scarlet Knights qui avaient marqué 7 points lors de leurs trois dernières confrontations contre les Buckeyes. Parmi les matchs qui ne servent à rien, celui-là était un match de conférence donc il compte un peu tout de même…

Oklahoma State y est également allé de ces cinquante pions contre South Alabama (55-13) malgré deux interceptions et un fumble perdu.

Ole Miss a joué au basket avec Southern Illinois (76-41) avec 448 yards et 5 TD de QB Jordan Ta’amu (qui, sérieusement, aurait dû jouer à Texas A&M…) mais en lâchant plus de 600 yards à une équipe FCS. Devinez qui vient diner à la maison au prochain match ? Yup, la bande à Saban…

Oregon a atomisé Portland State (62-14) avec 4 TD de QB Justin Herbert en première mi-temps.

Tennessee a gagné contre ETSU (59-3), une université qu’on ne savait même pas qu’elle existait… Bon, ce sont les voisins d’East Tennessee State à 150 bornes de Knoxville, donc c’était pour la bonne cause…

Texas Tech aurait pu envoyer le practice squad contre Lamar (77-0).

Virginia Tech s’est promené contre William & Mary (62-17). Les mauvaises langues diront que c’est la seconde victoire facile en deux matchs…

Washington s’est débarrassé de North Dakota (45-3) malgré deux interceptions de QB Jake Browning. Le score est toutefois élogieux pour les Huskies qui ont eu du mal à se mettre en route offensivement.

West Virginia a capitalisé sur les 4 TD de QB Will Grier, dont trois pour WR Gary Jennings Jr., pour disposer de Youngstown State (52-17).

Iron Bowl bis

Auburn jouait Alabama…State dans l’un de ces matchs qui ne servent à rien hormis s’assurer une victoire automatique, toujours appréciée en ces temps de playoff. Les Tigers ont marqué 9 TD par neuf joueurs différents dans la démolition des Hornets (63-9).

Embed from Getty Images

KKK

Comme « Kudos to Kansas and Kentucky », à quoi d’autre pensiez-vous ? En s’imposant à Central Michigan (31-7), les Jayhawks ont mis fin à une série de 46 défaites consécutives à l’extérieur. Leur dernier succès remontait à 2009 à UTEP. Une petite décennie qui n’est rien en comparaison des 31 dernières années au cours desquelles Kentucky s’est constamment incliné contre Florida. Aucun des joueurs des Wildcats n’était né lors de la dernière victoire de UK. Cette série de 31 revers consécutifs a pris fin avec la victoire de Kentucky ce week-end à Gainesville (27-16).

September Madness

La grande fête annuelle du basket universitaire n’est que dans six mois, mais cela faisait vingt ans que Duke, Indiana, Kansas et Kentucky n’avaient pas tous les quatre gagné au football le même week-end.

Pac-12 After Bedtime

Le match entre Arizona State et Michigan State à Tempe a débuté à 22h45 heure de la Côte Est, à l’heure où la plupart des joueurs de MSU vont sans doute se coucher. Les Spartans n’ont pas dormi sur le terrain mais ce fut tout comme. ASU s’est imposé sur un FG à la dernière seconde (16-13) et signé sa dixième victoire à domicile contre la B1G, pour zéro défaite. Sparty, quant à lui, enchaine un douzième revers d’affilée chez une équipe de la Pac-12, dont huit contre des équipes hors du Top 25.

Super Bowl ?

Une autre équipe de la B1G qui avait souffert pour son premier match mais qui a joliment rectifié le tir est Penn State. En visite chez son rival (mais pas vraiment, c’est comme jouer Akron) le jour de l’inauguration du Hall of Fame des Pittsburgh Panthers, qui y ont notamment intronisé Mike Ditka, Tony Dorsett et Dan Marino, les Nittany Lions ont mis le turbo en seconde mi-temps pour annihiler leurs hôtes (51-6).

L’As des A’s

Une équipe qui n’a pas connu de problème ni en première semaine ni en seconde est Oklahoma. Les Sooners n’ont plus perdu contre une équipe non classée hors conférence depuis 2005 et une défaite à UCLA. Ces mêmes Bruins étaient en visite à Norman pour la deuxième de Chip Kelly, après le décevant premier acte contre Cincinnati. Les protégés de l’ancien coach d’Oregon n’ont pas pesé lourds, balayés par des Sooners bien supérieurs (21-49) et un QB Kyler Murray qui commencerait presque à faire oublier l’autre boulanger. Gros coup dur néanmoins pour Oklahoma avec la sortie sur blessure à la jambe de RB Rodney Anderson qui manquera le reste de la saison.

L’autre USC

South Carolina avait remporté 2 de ses 28 confrontations contre une équipe du Top 3 avant la venue de Georgia. Les Bulldogs étaient en « upset alert » mais il n’y a vraiment pas eu de suspense, les Dawgs prenant l’avantage au bout de 47 secondes, sur une interception retournée pour TD, pour ne plus lâcher la tête au tableau d’affichage. Les Gamecocks ont été totalement dépassés au sol, courant pour 54 yards et en concédant 271, dont plus de 30 yards à cinq running backs des Dawgs différents.

Embed from Getty Images

Chez les bobos

« Dura lex sed lex ». Le fumble de Quartney Davis (WR Texas A&M) a bien semblé passer au-dessus du pylône de la end-zone de Clemson pour un touchback justifié. Les hommes de Jimbo ont eu l’opportunité d’égaliser en fin de match mais n’ont pas capitalisé. Jeu, set et match, la bande à Dabo l’emporte à College Station (28-26) dans un environnement tout sauf amical. QB Kellen Mond (23/40, 430 yards, 3 TD) a été le meilleur quarterback de la soirée et QB Kelly Bryant (12/17, 205 yards 1 TD / 15 courses, 54 yards, 1 TD) a repris l’ascendant sur QB Trevor Lawrence (5/9, 93 yards, 1 TD) dans la bataille des QB à Clemson.

Cuillère de bois

Arizona s’est fait mangé à Houston (45-18). QB Khalil Tate (24/45, 341 yards, 2 INT / 7 courses, 8 yards, 1 TD) n’a pas encore retrouvé sa magie du début 2017.

Florida State est en progrès. Après leur sévère défaite en première semaine contre Virginia Tech, les Seminoles ont relevé la tête pour s’imposer de 10 points contre Samford State (36-26), grâce notamment à une interception retournée pour touchdown à deux minutes et demi du terme de la rencontre alors que les Bulldogs drivaient pour la gagne. Le seul Nole qui n’aurait pas pleuré si FSU s’était incliné est Bobby Bowden : le Head Coach historique de Florida State (1976 – 2009) a joué sa carrière universitaire à Samford (1949 – 1952).

USC n’a jamais quitté les starting blocks à Stanford, limité à un petit FG contre le Cardinal (3-17). La dernière fois que les Trojans n’ont marqué que trois points dans un match était en 1997. Il faut remonter à 1941 pour le dernier match au cours duquel Southern California n’a marqué que trois points au Cardinal.

Tops

Un flambeau pour… WR Gary Jennings Jr et ses 97 yards et 3 TD contre Youngstown (52-17).

Un brasier pour… Jermar Jefferson (RB Oregon State) et ses 238 yards et 4 TD contre Southern Utah (48-22).

Un feu d’artifice pour… Greg Dortch (WR Wake Forest) et ses deux TD sur retour de punt contre Towson (51-20). Et puis, au diable les conventions, célébrons également Terrence Horne (WR South Florida) et ses deux TD sur retour de kick-off contre Georgia Tech (49-38).

Flops

Un pétard mouillé pour… Ricky Slade (RB Penn State) et ses deux fumbles perdus contre Pitt (51-6). Il y a encore du boulot pour remplir les chaussures laissées vides par Saquon.

Un seau d’eau pour… Dr Jekyll et Mr Wimbush (QB Notre Dame), solide contre Michigan et abominable contre Ball State avec trois interceptions et -7 yards au sol (premier total négatif de sa carrière) lors de la courte victoire de l’Irish (24-16).

Un naufrage titanesque pour… La Floride où UCF est classé par l’Associated Press devant les Canes, Noles et Gators. Bon, ça n’est pas comme si on n’était pas habitué mais ça fait tout de même moyen sérieux.

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. SEC : 8V – 2D (Total : 21V – 3D)
1. Big 12 : 8V – 2D (Total : 14V – 5D)
1. Pac-12 : 8V – 2D (Total : 16V – 6D)
4. B1G : 8V – 3D (Total : 18V – 4D)
5. ACC : 10V – 4D (Total : 19V – 7D)

Embed from Getty Images

Course à l’Heisman

Bien entendu, si Tua Tagovailoa (QB Alabama : 13/19, 228 yards, 4 TD), Kyler Murray (QB Oklahoma : 19/33, 306 yards, 3 TD, 1 INT / 10 courses, 69 yards, 2 TD) et Dwayne Haskins (QB Ohio State : 20/23, 253 yards, 4 TD) continuent à aligner des stats « insérez votre console de jeu préférée ici » et emmènent leurs équipes en playoff, ils trusteront un fauteuil à New York. Mais pour l’instant, le Top 3 Heisman de BoG s’établit comme suit :

Avec 33 courses, 253 yards (record en carrière) et 3 TD, Jonathan Taylor (RB Wisconsin) a signé son quatrième match à plus de 200 yards et son quatorzième à plus de 100 yards, le tout en seize matchs, lors de la victoire, plus poussive que ne l’indique le score, de Wisconsin sur New Mexico (45-14).

Will Grier (QB West Virginia) a été chirurgicalement précis avec 21 passes complétées sur 26 tentatives pour 332 yards et 4 TD (et une interception) contre Youngstown State (52-17).

Justin Herbert (QB Oregon) a été un poil moins précis avec 20 sur 26 pour 250 yards et 4 TD contre Portland State (62-14).

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Washington
#2 Clemson – #3 Penn State

BoG a la désagréable sensation d’être obligé de se justifier sur ce classement qui n’a pas bougé depuis deux semaines. Personne n’a vraiment encore compris comment sont sélectionnées les quatre équipes qui disputent le playoff. Les quatre meilleures équipes, apparemment. Meilleure comme « même pas capable de gagner sa division » ? Ou meilleure comme « meilleure que Pittsburgh ou Syracuse » ? Ben non, « meilleure », c’est tout, ce n’est pas compliqué à comprendre « meilleure », si ? Bon, en gros, « meilleure » ca veut plus ou moins dire « qui signe les meilleures recrues en février et ne sombre pas totalement à l’automne à la mode Texas ou Florida State ». Avec cela en tête, un champion de la Pac-12 ou B1G avec un record de 12-1 sera au playoff, même si Georgia et les deux tiers de la SEC West sont « meilleurs ». Enfin tout est évidemment possible mais certains commissaires de conférence pourraient commencer à trouver le système quelque peu irritant si le playoff oppose Alabama à Georgia et Clemson à Auburn. Donc, pour faire dans le raisonnable, disons qu’Alabama est Alabama, Clemson a la meilleure ligne défensive de NFL et Washington et Penn State sont encore en course pour remporter leurs conférences respectives avec une défaite ou moins. Voilà, vous avez votre playoff avec les équipes qui sont le mieux positionnées à l’heure d’aujourd’hui (la bande à Meyer devant se rendre à un White-out à State College qui n’est jamais une partie de plaisir).

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Herm Edwards (HC Arizona State) pour la victoire de Sparky sur Sparty (16-13). Après avoir été éloigné des terrains de football pendant près d’une décennie (analyste chez ESPN) et de ceux du football universitaire pendant plus d’un quart de siècle (entraineur en NFL), le nouvel entraineur en chef d’ASU a réussi un joli coup en dominant Michigan State, pourtant annoncé par certains comme la deuxième meilleure équipe de la B1G East. Par la même occasion, il fait taire un certain nombre de ses détracteurs.

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 2

Deuxième édition de cette nouvelle chronique consacrée à l’actualité du College Football.

Publié

le

Crédit photo : Jeffrey Becker-USA TODAY Sports

Deuxième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est qu’Urban Meyer ne savait vraiment pas pour Zach Smith, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé Fresno State, mais les 79 points contre Idaho n’intéressent personne…

On se calme et on respire un grand coup

C’est la première semaine de College Football. Hormis si votre QB s’est fracturé le pouce ou votre RB star s’est retourné le genou, que U State ait galéré pour se défaire de U Tech, que U A&M ait atomisé un paillasson de conférence inférieure ou que U of X ait perdu son premier match à U A&T ne signifie absolument rien en présage de la saison à venir. À la fin du jour, Alabama et Clemson joueront pour le titre et votre équipe favorite finira grosso-modo là où tout le monde l’attend. Donc « chill out and enjoy the ride ! »

Arrêtez de demander !

Un qui ne se relaxe pas des masses quand on lui parle de ses quarterbacks, c’est Nick Saban.

A tous les journalistes et fans d’Alabama : si vous n’aimez pas la façon dont le Head Coach communique sur ses QB, personne ne vous oblige à couvrir le Crimson Tide ou à payer vos billets de stade. Il est 100% clair que Nick Saban ne veut pas discuter de ses QB publiquement. Il n’y a pas besoin de sortir d’Harvard pour comprendre que même si Tua Tagovailoa est le titulaire de choix (il débutera samedi contre Arkansas State), le Tide ne peut pas se permettre de perdre Jalen Hurts sur un transfert. Bon, Alabama peut sans doute se le permettre mais ça n’est pas comme ça que Nick Saban traite un QB qui lui a fait gagner un titre national et est à une erreur d’arbitrage près d’en avoir un second sous les épaulières.

Nick Saban ne doit d’explication sur ses QB à personne : si ça dérange ESPN ou les medias, qu’ils arrêtent de couvrir Alabama; si ça dérange les fans d’Alabama, qu’ils arrêtent d’aller au stade ou de donner des millions à l’université; si ça dérange l’université, qu’elle vire Nick Saban. Alors ? Qui se lance ?

En attendant, avec cette destruction de Louisville par le Crimson Tide (51-17), Alabama a désormais aligné 74 victoires d’affilée contre des équipes hors du Top 25, nouveau record FBS, et égalé le record d’Ohio State de 105 semaines en tête du classement de l’Associated Press. Nick Saban s’est excusé auprès de l’infortunée journaliste d’ESPN qui a osé l’interroger sur ses deux QB après le match contre Louisville mais, non Coach, aucune excuse n’était requise : quand on a gagné cinq des neufs derniers titres nationaux, on ne doit de comptes à personne.

Pour les grands et les petits de 7 à…

Puisqu’on parle des Buckeyes, Ohio State a planté 77 pions contre Oregon State pour le premier match de suspension d’Urban Meyer. QB Dwayne Haskins (22/30, 313 yards, 5 TD, 1 INT) et RB Mike Weber (20 courses, 186 yards, 3 TD / 1 réception, 3 yards, 1 TD) ont fait le boulot. Pour tous ceux qui s’inquiétaient des répercussions de l’affaire Zach Smith sur les performances d’OSU, circulez, il n’y a rien à voir.

Petit frère n’a pas déserté les terrains de jeu

Puisqu’on parle des Buckeyes, Nick Bosa (DE Ohio State) a entamé sa saison par un fumble recouvert sur le premier drive d’Oregon State pour mettre Ohio State sur les rails de cette écrasante victoire. Le petit frère de Joey (DE LA Chargers) a également recouvert un second fumble dans la end-zone des Beavers peu avant la mi-temps et collecté deux sacks. Il n’est pas exclu que le cadet des Bosa soit le meilleur defensive end de la famille.

Olé! Miss

Les Bulldogs ont-ils le meilleur groupe de receveurs du pays ? L’avenir le dira mais WR D.K. Metcalf n’a pas perdu de temps pour trouver l’en-but de Texas Tech en marquant le premier TD de la rencontre sur une réception de 58 yards après 33 secondes de jeu. TTU a répondu dans la foulée puis Ole Miss a repris l’avantage sur le kickoff suivant dans un match finalement remporté par Mississippi (47-27) et dans lequel McLane Carter (QB Texas Tech) est sorti sur blessure au premier quart temps. Les Rebels ont profité du match pour dévoiler leur nouvelle mascotte, Landshark Toni, un requin qui remplace Colonel Rebel, et qui a été conçu pour ne pas effrayer les enfants… Quelle impression fera-t-il sur les éléphants, bulldogs, alligators et autres tigres de la SEC ?

Une victoire est une victoire est une victoire

Amani Oruwariye (CB Penn State) a sauvé la soirée pour les Nittany Lions en interceptant Zach Thomas (QB Appalachian State) en prolongation et offrir la victoire à PSU (45-38 OT). Tout n’a pas été rose pour Penn State en défense et l’attaque a encore un peu de boulot mais QB Trace McSorley (21/36, 230 yards, 1 TD / 12 courses, 53 yards, 2 TD) a prouvé une fois de plus qu’il est le meilleur quarterback de la ligue quand le match se joue sur le fil du rasoir.

Win one for Jordan

Maryland a honoré la mémoire de Jordan McNair en n’alignant que dix joueurs sur son premier snap contre Texas (qui a élégamment décliné la pénalité) puis en marquant sur le tout premier ballon touché en universitaire par WR Jeshaun Jones (course de 28 yards). Son deuxième ballon ? Une réception de 65 yards pour TD sur le troisième drive des Terps. Pour faire bonne mesure, le freshman de Maryland a aussi lancé une passe de TD en fin de première mi-temps sur son troisième ballon touché. Les Terrapins ont terrassé les Longhorns (34-29) pour la seconde année de suite.

OUps

Lane Kiffin et Florida Atlantic n’ont pas existé à Oklahoma qui a marqué un TD sur cinq de ses six premières possessions (en plus d’un TD sur punt bloqué). FAU retournait dix défenseurs d’une équipe qui a remporté 11 matchs et la conférence USA l’an passé. Quand votre meilleur défenseur de la rencontre s’avère être l’un des arbitres, il y a comme un problème dans la maison Owls. Sans vraiment craindre pour les Sooners, il était légitime de se demander comment OU allait gérer l’après Baker Mayfield. Apparemment, sans trop de souci, merci pour eux.

Dame Nature

Il ne faisait pas bon mettre un casque dehors dans le Midwest, les matchs de Nebraska (contre Akron) et Iowa State (contre South Dakota State) ont été annulés pour cause d’orage. Cela dit, tout n’était pas perdu dans l’Iowa ce week-end : le lycée de Sioux City North, qui rendait visite à celui de Council Bluffs Jefferson, a marqué la bagatelle de 81 points mais tout de même réussi l’exploit de perdre le match, leurs hôtes terminant la rencontre avec 99 points. Council Bluffs a eu l’occasion d’atteindre la centaine sur un PAT en fin de rencontre mais son Head Coach a opté pour poser un genou à terre, expliquant que le football n’est pas censé se terminer sur un score à trois chiffres…

Petit frère veut grandir trop vite

Joe Bachie (LB Michigan State) a contré et intercepté Jordan Love (QB Utah State) à 75 secondes du terme de la rencontre pour assurer une courte victoire à MSU, pourtant favori de 27 points, sur USU (38-31). Avec dix neuf titulaires de retour, la performance des Spartans n’est pas des plus rassurantes dans l’optique des joutes à venir dans la très relevée B1G East.

Top 5

En parlant du « grand frère »,  cela fait quelques années que Michigan n’a pas goûté les charmes d’un classement dans le Top 5 de la saison mais, avec cette défaite à Notre Dame (17-24), les Wolverines signent leur 17ème défaite de rang chez un adversaire du Top 25, ce qui les place en cinquième position de l’infâme liste derrière Kansas (19), Vanderbilt (19), Purdue (23) et Colorado (28), un quatuor d’équipes dont la compagnie n’est pas des plus agréables. La défaite contre le Fighting Irish place Jim Harbaugh dans une situation délicate, d’autant que le match a montré des lacunes similaires à celles de l’an dernier. QB Shea Patterson (20/30, 227 yards, 1 INT) n’est pas encore le sauveur espéré et sur ses épaules reposent sans doute le sort de son Head Coach (et ses 50% de victoires seulement lors de ses 18 derniers matchs) à Ann Arbor.

Le College Football a-t-il besoin de Notre Dame ?

Pour Notre Dame, la victoire sur Michigan  (24-17) est un premier pas gigantesque dans la course au playoff, que certains observateurs verraient bien le Fighting Irish atteindre cette année. Nombre de nostalgiques y voit un bon signe selon la légende urbaine qu’une bonne équipe de Notre Dame est bénéfique au College Football. Sans vouloir refroidir l’atmosphère, il me semble que le College Football se porte très bien ces dernières décennies, avec ou sans ND. D’où la question qui s’impose : le College Football a-t-il besoin de Notre Dame ?

Et la réponse qui en découle : non. Si vous n’avez jamais vécu dans un monde sans téléphone portable et sans Internet, Notre Dame est cette équipe qui joue sur NBC pendant que vous regardez ESPN. Petit historique pour toute la jeunesse d’aujourd’hui : Notre Dame est une équipe de l’Indiana dont sont amoureux tous les New Yorkais et qui, au temps de Rudy, a gagné un paquet de matchs de football. Pensez Michigan mais avec un lutin pour mascotte.

Depuis 25 ans, ND n’a perdu moins de trois matchs par saison qu’une seule fois. C’était en 2012 et, pour sa seule défaite, le Fighting Irish s’est fait démonté par Alabama au feu BCS Championship Game (14-42). Pour être honnête, Bama a joué tout le match à 12, renforcé par la petite amie de Manti Te’o (LB NO Saints). Hormis cette année là, Notre Dame a été globalement invisible ce dernier quart de siècle (un peu comme ladite petite amie). La faute sans doute à une certaine suffisance qui a vu son administration refuser toute affiliation à une conférence, résultant année après année en un calendrier assez démentiel. Comme ND n’est pas Alabama ou Ohio State, la marche à franchir est juste un petit peu trop haute. Alors, certes, c’est une bonne victoire contre Michigan mais, non, l’Irish n’atteindra pas le playoff cette année.

Faites sonner les cloches

QB Nick Fitzgerald était suspendu pour le match contre Stephen F. Austin remporté par Mississippi State sans trop suer (63-6). L’occasion pour son remplaçant QB Keytaon Thompson de faire bon usage de son temps de jeu : 13/31, 364 yards, 5 TD et 10 courses, 109 yards, 2 TD.

Dis-moi qui est ton QB et je te dirai… (première partie)

Probablement pas grand chose que les fans ne sachent pas déjà. Quel que soit son QB, Clemson sera Clemson. QB Kelly Bryant (10/16, 127 yards, 1 TD / 5 courses, 44 yards, 1 TD) a débuté mais QB Trevor Lawrence (9/15, 137 yards, 3 TD) a rendu la meilleure feuille de stats lors de la victoire des Tigers sur Furman (48-7). Le freshman a fait marquer Clemson sur chacun de ses cinq drives (3 TD et 2 FG) mais le senior reste la meilleure arme des Tigers à la course.

Dis-moi qui est ton QB et je te dirai… (seconde partie)

Que Jake Fromm (12/16, 157 yards, 2 TD) est le quarterback à Georgia malgré toute l’excitation qui entoure le QB numéro 2 Justin Fields (7/8, 63 yards, 1 TD / 3 courses, 33 yards). Le freshman a débuté la seconde mi-temps, profitant sans doute de la nouvelle « règle des quatre matchs » et de la faiblesse relative de l’adversaire du jour, Austin Peay, que les Bulldogs ont facilement dominé (45-0). Georgia a également le mauvais (?) souvenir d’avoir perdu son QB titulaire Jacob Eason (transféré ce printemps à Washington) sur blessure l’an passé, ce qui avait forcé Jake Fromm à plonger dans le grand bain.

Sleepless in Seattle

Les fans de Washington ont dû passé une mauvaise nuit après la défaite des Huskies contre Auburn à Atlanta (16-21). Il n’est pourtant pas encore temps de paniquer : Washington sera favori de tous ses prochains matchs et les remportera probablement tous. Si les conférences B1G et Big 12 se cannibalisent comme prévus, les Huskies et leur probable record de 12-1 seront en playoff. U-Dub a néanmoins cramé son joker, puisqu’une deuxième défaite les éliminera définitivement de la course. De son côté, Auburn s’est fait une grosse faveur. Les Tigers peuvent se permettre un, voire même peut-être deux, faux pas et, si tout va bien pour Washington, tout de même prétendre à une place en playoff en mettant en avant leur victoire sur le champion de la Pac-12. Inversement, un titre de la SEC pour Auburn rendrait un fier service à Washington.

S-E-C, S-E-C !

On n’a pas fini d’entendre parler de la SEC cette année et la bataille pour la suprématie entre la B1G East et la SEC West s’annonce passionnante. Si Ohio State s’est baladé, Michigan State et Penn State ont souffert pour s’imposer, malgré les larges faveurs des bookmakers, et Michigan s’est incliné à Notre Dame (seule défaite de la B1G hors conférence, comme lors des bowls de l’an dernier). De son coté, la SEC West s’est offert le scalp de Louisville, Miami et Washington, à chaque fois de façon convaincante.

Cuillère de bois

Quelques équipes se sont particulièrement distinguées dans la catégorie «  je peux rendre mon diplôme et être effacé des archives de la fac ? » :

Texas s’est incliné à Maryland (29-34). C’est la première fois depuis 1966-1967 (contre USC) que Texas perd consécutivement contre le même adversaire en ouverture de la saison. Même si le revers n’ampute en rien les chances des Longhorns dans la course à la Big12, le résultat ne fera pas belle figure pour le comité de sélection vu que Maryland ne terminera probablement pas parmi les quatre meilleures équipes de la B1G East. Ceux qui voyait Texas frapper à la porte du playoff seront sans doute contents de ne pas avoir encore pris l’habitude de parier (légalement s’entend) sur le College Football.

Miami a dynamité ses chances de playoff. On se souvient que les Hurricanes avaient débuté la saison 2017 par dix succès de rang avant de perdre par trois fois. Le quatre à la suite vous est offert par LSU qui a étouffé les Canes (33-17). Bon, n’exagérons rien, Louisiana State devrait être un sérieux candidat au titre de conférence SEC et, si Miami remporte la conférence ACC (probablement en battant Clemson en finale de conférence), la porte du playoff pourrait se ré-ouvrir.

Arizona et son électrique quarterback Khalil Tate ont rendu une pâle copie contre BYU en s’inclinant à Tucson (23-28). La lune de miel tant attendue entre le QB vedette des Wildcats et le nouvel entraineur en chef Kevin Sumlin devra attendre…

Kansas… Non, rien à dire sur Kansas. Laissons Nicholls State (division FCS) célébrer à juste titre sa victoire à Lawrence (26-23 OT).

Florida State était censé jouer les premiers rôles en conférence ACC avec le retour de QB Deondre Francois  mais les Seminoles ont été cueillis à froid par Virginia Tech sous la pluie de Tallahassee et se sont lamentablement inclinés (3-24).

Tops

Un flambeau pour… Trayveon Williams (RB Texas A&M) et ses 240 yards et 3 TD contre Northwestern State (59-7).

Un brasier pour… JJ Arcega-Whiteside (WR Stanford) et ses 226 yards et 3 TD contre San Diego State (31-10).

Un feu d’artifice pour… Caleb Farley (DB Virginia Tech) et ses deux interceptions contre Florida State (24-3). Le redshirt freshman des Hokies a manqué toute la saison dernière avec une blessure à un ligament et, en début d’année, Caleb Farley a perdu sa mère suite à un cancer. Il était temps que quelque chose d’un peu positif arrive au joueur de VT.   

Flops

Un pétard mouillé pour… Khalil Tate (QB Arizona) et ses 14 yards en 8 courses contre BYU (24-28).

Un seau d’eau glacé pour… Bryce Love (RB Stanford) et ses 29 yards en 18 courses contre San Diego State (31-10).

Un naufrage titanesque pour… Deondre Francois (QB Florida State) et ses trois interceptions contre Virginia Tech (3-24).

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

  1. SEC : 13V – 1D
  2. B1G : 10V – 1D
  3. ACC : 9V – 3D
  4. Big 12 : 6V – 3D
  5. Pac-12 : 8V – 4D

Course à l’Heisman

Jonathan Taylor (RB Wisconsin) n’a rien fait pour diminuer ses chances à l’Heisman, au contraire, en courant pour 145 yards (8.1 yards par course) et 2 TD  lors de la facile victoire de Wisconsin sur Western Kentucky (34-3).

Will Grier (QB West Virginia) a tranquillement découpé la défense de Tennessee avec 429 yards et 5 TD pour mener les Mountaineers à la victoire (40-14).

Justin Herbert (QB Oregon) a fait de même avec Bowling Green : 281 yards et 5 TD (mais aussi 2 INT) à la passe et 41 yards et 1 TD à la course.

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Washington

#2 Clemson – #3 Penn State

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Kirk Ferentz (HC Iowa) pour sa 144ème victoire à la tête des Hawkeyes (33-7 contre Northern Illinois) qui le place désormais devant son mentor Hayden Fry en première position au plus grand nombre de victoires à Iowa. Le très classe entraîneur en chef des Hawkeyes n’a évidemment pas tirer la couverture à lui mais rendu hommage aux joueurs, staff et fans. Dans un monde où l’on trouvera bientôt son futur Head Coach sur une application mobile, il est rafraîchissant d’avoir encore des figures comme Kirk Ferentz dans le paysage du College Football.

Lire la suite

Articles les plus lus