Suivez-nous

Purdue Boilermakers

Le français Anthony Mahoungou signe chez les Eagles de Philadelphie

Le meilleur receveur des Boilermakers de Purdue en 2017 a reçu une offre des champions NFL en titre.

Publié

le

L’aventure se poursuit pour le receveur français Anthony Mahoungou : non-sélectionné lors de la draft NFL, qui s’est terminée samedi 28 avril à 19h, l’ancien joueur des Boilermakers de Purdue a finalement été signé par les Eagles de Philadelphie en tant que undrafted free agent.

La journée de samedi a été plus que mouvementée pour Anthony Mahoungou. Après la déception de ne pas avoir été le premier étudiant-athlète français depuis Richard Tardits en 1989 à avoir été drafté par une franchise NFL, l’ancien receveur du Flash de La Courneuve a finalement reçu un appel des vainqueurs du dernier Super Bowl.

C’est lui-même qui l’a annoncé par un simple « Fly Eagles ».

C’est donc un nouveau défi qui se présente pour Anthony Mahoungou. Passé par la Junior College (West Hills CC) avant d’être recruté par la prestigieuse université de Purdue, il a su progresser tout au long de son cursus avant de devenir le meilleur receveur de son équipe au terme de sa 3ème saison avec les Boilermakers.

Auteur de 40 réceptions pour 688 yards et 8 TD, il a notamment connu une fin de saison 2017 exceptionnelle qu’il a conclu avec une sortie triomphale lors du Fosters Farms Bowl remporté face à Arizona au cours duquel il a inscrit le TD de la victoire des Boilermakers à moins de deux minutes du terme de la rencontre.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis près de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le podcast TBP/Radiossa - Made in US. Expert NFL et NHL. Grand amateur de la NBA et du College Basketball. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Purdue Boilermakers

Rondale Moore fait le show !

Le true freshman WR Rondale Moore a établi un nouveau record de l’université Purdue… pour son premier match NCAA !

Publié

le

Il était attendu comme le Messie du côté de West Lafayette (Indiana) avec ses moves venus de nulle part et sa vitesse folle : le true freshman WR Rondale Moore n’a pas déçu pour son premier match sous le maillot des Boilermakers de Purdue.

On savait qu’il serait aligné sur les équipes spéciales mais sa contribution au jeu offensif de l’équipe dirigée par Jeff Brohm aurait été l’une des belles surprises malgré la défaite des locaux dans ce choc de la division Big Ten West.

Résultats : 125 yards sur retour de kickoffs, 11 réceptions pour 109 yards et 79 yards au sol pour un nouveau record de yards toute catégorie de l’université Purdue !

Une star est née.

Lire la suite

Purdue Boilermakers

Preview 2017 : Purdue Boilermakers

Les Boilermakers de Purdue du français WR Anthony Mahoungou ont réussi un coup de maître en embauchant le très convoité Jeff Brohm au poste de head coach. Cela se traduira-t-il par davantage de victoires dès 2017 ?

Publié

le

Credit photo : Sandra Dukes-USA TODAY Sports

Purdue Boilermakers

Conférence Big Ten – Division West
En 2016 :
3-9, 1-8 Big Ten.
Head Coach : Jeff Brohm, 1ère année. Résultats en carrière : 30-10.
Coordinateur offensif : Brian Brohm, Tony Levine.
Coordinateur défensif : Nick Holt, Anthony Poindexter.
Titulaires de retour : 5 en attaque, 9 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : WR Deangelo Yancey, DT Jake Replogle, S Leroy Clark.
Joueurs à suivre : QB David Blough, RB Markell Jones, RB D.J. Knox, TE Brycen Hopkins, TE Cole Hardman, LB Markus Bailey, LB Ja’Whaun Bently, CB Da’Wan Hunte.

Après quatre saisons douloureuses (bilan de 9-39), les Boilermakers avaient besoin d’un changement profond. Depuis 2013, Purdue n’a remporté que trois matchs de conférence Big Ten et la fidèle fan base commençait à perdre Foi en un programme qui avait naguère l’habitude de jouer les trouble-fêtes saison après saison.

Pour succéder à un Darell Hazell renvoyé de son poste en octobre dernier, la direction athlétique du campus de West Lafayette (Indiana) a décidé de faire confiance en l’un des coachs les plus courtisés du pays : Jeff Brohm (ex-Western Kentucky). Avec son bilan de 30-10 et ses 75 records de l’université Western Kentucky établis en trois saisons avec les Hilltoppers, ce dernier arrive avec dans ses bagages le coordinateur offensif Tom Levine (ex-head coach de Houston) et son coordinateur défensif à Western Kentucky, Nick Holt.

Les défis du nouveau head coach des Boilermakers seront immenses mais excitants. Il aura à sa disposition le meilleur quarterback de la Big Ten de retour en 2017 sur le plan statistique et un solide groupe de running backs mais de nombreuses incertitudes persévèrent sur la ligne offensive et au poste de receveur. De plus, la défense a été horrible en 2016 (445.8 yards accordés en moyenne par match, #91 du pays) et les recrutements successifs de l’ère Hazell ne garantissent en rien un retournement de tendance dans les prochains mois.

Toutefois, un changement complet de staff technique s’accompagne généralement d’un regain d’énergie et d’optimisme. Si les Boilermakers parvenaient à créer une surprise en début de campagne, ils pourraient être l’équipe surprise de cette saison 2017 dans la conférence Big Ten.

Attaque

Dès l’annonce de son arrivée à Purdue, coach Brohm s’est empressé de promettre une attaque au jeu aérien agressif et des points en pagaille. L’an passé, les Boilermakers ont inscrit plus de 24 points qu’à 4 reprises. Mais aura-t-il l’effectif pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés ?

Il fera surement confiance au leader offensif de l’équipe de 2016 : le junior QB David Blough (3352 yards, 25 TD et 21 INT  et 4 TD au sol en 2016). Auteur de 3352 yards à la passe, il est le meilleur quarterback de la conférence Big Ten à faire son retour en 2017. Seul problème : ses 21 interceptions l’ont classé bon dernier dans la Big Ten l’an passé. Joueur indiscutablement combatif et capable d’improvisations inspirées, il pêche parfois dans sa lecture du jeu. Ses aptitudes seront peut-être mieux exploitées par l’ancien coach de Western Kentucky. En cas de défaillance de QB David Blough, le sophomore QB Elijah Sindelaar (165 yards à la passe et 3 INT en 2016) est toujours présent comme backup. Un temps pressenti comme la future star de l’équipe, il tarde à exploser et pourrait même se trouver relayé au rôle de QB#3 par le redshirt freshman QB Jared Sparks.

L’ancien Mr. Football de l’État d’Indiana, RB Markell Jones (616 yards au sol, 4 TD et 32 réceptions pour 215 yards en 2016) sera encore aux commandes d’un jeu de course qui devrait être assuré en comité. Ainsi, on s’attend à voir le junior RB D.J. Knox, qui fera son retour après avoir manqué l’intégralité de la saison passée à cause d’une blessure du genou, et les sophomores RB Brian Lankford-Johnson (314 yards au sol, 2 TD en 2016), RB Richie Worship (133 yards au sol, 2 TD en 2016) et RB Tario Fuller. L’objectif de ce groupe de running backs fourni : faire nettement mieux que les 95.2 yards en moyenne par match réussis en 2016 (#125 du pays !).

Le senior WR Gregory Phillips (17 réceptions, 172 yards en 2016) et le français WR Anthony Mahoungou (13 réceptions, 99 yards en 2016) sont les seuls receveurs avec un minimum d’expérience ce qui signifie que tout est ouvert pour les postes de titulaire. L’ancien joueur du Flash de la Courneuve possède la taille et la dimension athlétique pour s’imposer en 2017. A lui de saisir sa chance dès les premiers matchs de la saison. Le true freshman WR Tyler Hamilton, le sophomore WR Terrance Landers, le redshirt freshman WR Jackson Anthrop et le senior WR Malik Kimbrough (10 réceptions, 72 yards, 1 TD en 2016) seront tous en compétition lors du camp d’entrainement. Mais tout ce petit monde pourrait se faire griller la politesse par l’ancien Fighting Irish, le senior WR Corey Holmes (11 réceptions, 96 yards en 2016), tout juste débarqué de Notre Dame via un transfert d’étudiant diplômé.

Finalement, le secteur aérien des Boilermakers en 2017 pourrait être marqué par une sur-utilisation des tight-ends. Car Purdue peut compter sur deux des plus prometteurs joueurs de la conférence Big Ten à ce poste. Le junior TE Cole Herdman (35 réceptions, 344 yards, 3 TD en 2016) a été une cible de sureté régulière l’an passé et le sophomore TE Brycen Hopkins (10 réceptions, 183 yards, 4 TD en 2016) a connu quelques coups d’éclat notoires en 2016.

Mais les plans de coach Brohm ne fonctionneront qu’en cas de net progrès d’une ligne offensive aux abois l’an dernier et qui n’a pas vraiment rassuré lors du Spring Game (11 sacks accordés). Le junior C Kirk Barron est la pierre angulaire d’un groupe qui a soif de revanche. Le poste de blind side tackle est promis au puissant redshirt freshman LT Grant Herrmanns alors qu’à l’opposé, le sophomore RT Matt McCann conservera sa place.

C’est au poste de guard que le bas blesse. En grande difficulté lors du Spring game en raison de nouveaux schémas offensifs encore en apprentissage, le sophomore LG Peyton Truitt et le junior RG Bearooz Yacoobi détiennent peut-être la clé d’une partie de la saison 2017 des Boilermakers.

Défense

Le nouveau coordinateur défensif Nick Holt arrive avec ses systèmes hybrides 4-3 basés sur de nombreux blitzes. Son but et celui de son adjoint, Anthony Poindexter : restaurer l’honneur d’un secteur en perdition en 2016 (38.3 points accordés par match, #117 du pays).

Le junior DE Rob Simmons (2 sacks) et l’ancien joueur de JUCO, DE Kai Higgins (8 plaquages), ont été les deux bonnes surprises du printemps. Ils mettront sous pression les deux pass rushers favoris pour débuter la saison : les seniors DE Austin Larkin (19 plaquages, 2.5 sacks en 2016) et DE Antoine Miles. A l’intérieur, c’est la stabilité avec les retours de l’efficace DT Gelen Robinson (61 plaquages, 5 sacks, 1 INT en 2016) et du prometteur DT Eddy Wilson (36 plaquages, 2.5 sacks en 2016).

C’est probablement sur le second rideau que les convictions du coaching staff sont les plus fortes. La raison : le retour du meilleur plaqueur de l’équipe, le sophomore LB Markus Bailey (97 plaquages, 4 INT en 2016), et du 4ème meilleur plaqueur, le senior LB Danny Ezechukwu (52 plaquages en 2016). Si on y ajoute le senior LB Ja’Whaun Bentley (50 plaquages en 2016) et le fils de l’ancien coordinateur défensif des Boilermakers, LB Garrett Hudson, ce sera donc un solide groupe de linebackers qui débutera la saison. Cependant, il devra montrer davantage de constance que la saison passée (238.4 yards au sol accordés par match, #115 du pays).

Le nouveau staff de coachs a décidé de prendre le taureau par les cornes en s’attaquant à l’amélioration du secondary. L’ancien joueur de JUCO S T.J. Jallow et l’ancien joueur de Wake Forest, S Josh Okonye, ont fait leur arrivée durant l’intersaison renforçant ainsi un groupe qui a accordé 22 TD la saison dernière. Le sophomore S Navon Mosley (45 plaquages en 2016) et le senior S C.J. Parker (35 plaquages, 1 INT en 2016) devrait toutefois débuter la saison aux côtés des revenants CB Da’Wan Hunte (47 plaquages en 2016) et CB Tim Carson (17 plaquages en 2016).

Équipes spéciales

En K J.D. Dellinger (10 sur 14 FG en 2016) et P Joe Schopper (40.7 yards par punt en 2016), les Boilermakers possèdent deux des meilleurs spécialistes de la conférence Big Ten. Après avoir manqué ses deux premiers FG en carrière, K J.D. Dellinger a terminé la saison 2016 en force avec 8 FG réussis consécutivement. Son éclosion potentielle pourrait être un élément important pour une équipe qui devra batailler pour remporter des victoires en match de conférence. KR Brian Lankford-Johnson (21.5 yards par KR en 2016) et PR Malik Kimbrough (7.1 yards par PR en 2016) sont de retour au poste sur le return game.

Calendrier

L’ère Jeff Brohm à Purdue débutera par un match disputé au Lucas Oil Stadium d’Indianapolis face à son ancienne fac, Louisville et son récent vainqueur du trophée Heisman QB Lamar Jackson. Aïe, aïe, aïe ! Le calendrier hors-conférence se poursuivra par la réception d’Ohio et le voyage au Sud dans la SEC Nation du côté de Missouri. Ce premier mois de compétition ne sera pas tendre avec les Boilermakers qui débuteront leur matchs de conférence Big Ten en accueillant Michigan, le 23 septembre, suivi de la réception de Minnesota, le 7 octobre, dans un affrontement crucial.

Certes, Purdue n’a ni Ohio State, ni Penn State, ni Michigan State à son programme en 2017 mais les déplacements à Wisconsin, Northwestern et Iowa ne seront pas de tout repos. C’est pourquoi les Boilermakers devront faire le plein à domicile (Nebraska, Illinois, Indiana) pour avoir la moindre chance de lutter pour une participation à un bowl game en fin de saison.

Match clé
Minnesota, le 7 octobre
Les Golden Gophers de Minnesota ont remporté les 4 derniers affrontements entre les deux équipes. La dernière victoire des Boilermakers remontent à 2011. Après un premier mois de compétition éprouvant, Purdue a l’occasion dans cette rencontre de donner le ton de sa saison de match intra-division face à un adversaire qui sort d’une excellente saison (9-4) mais que WR Anthony Mahoungou et ses coéquipiers doivent battre pour ne pas sombrer dès le mois d’octobre.

Conclusion

Cancre de la Big Ten West sous les ordres de Darrell Hazell, Purdue repart de zéro avec Jeff Brohm à sa tête. Chef d’orchestre de l’explosive attaque de Western Kentucky, le spécialiste offensif devra enfin apporter un peu de stabilité au poste de quarterback. QB David Blough a de fortes chances de garder sa place comme quarterback et a de quoi faire malgré le départ de nombreux receveurs seniors. Outre le Français WR Anthony Mahoungou, le duo de tight end TE Cole Herdman – TE Brycen Hopkins sera une bonne soupape de sécurité. On n’omettra pas non plus l’exceptionnelle profondeur du backfield offensif, RB Markell Jones, RB D.J. Knox et RB/WR Tario Fuller pouvant prendre feu n’importe quand.
La défense sera clairement à faire progresser car, hormis le deuxième rideau, les playmakers se font assez discrets. Cela pourrait changer avec un pass rush intéressant entrevu lors des entraînements printaniers.

Lire la suite

Purdue Boilermakers

Anthony Mahoungou : « Je mets toutes les chances de mon côté »

A quatre mois du début de sa dernière saison dans l’élite du College Football, le seul joueur français évoluant au niveau FBS nous confie ses impressions et ses objectifs au terme des spring practices des Boilermakers de Purdue.

Publié

le

Du 27 février mars au 8 avril dernier, WR Anthony Mahoungou a participé aux spring practices avec les Boilermakers de Purdue. A quatre mois du début de la saison, retour sur ce printemps riche en événements avec le seul joueur français évoluant dans l’élite du College Football. Entretien.

– Anthony, les spring practices des Boilermakers de Purdue ont touché à leur fin il y a quelques jours avec notamment le Spring Game organisé le samedi 8 avril. Comment te sens-tu après un mois et demi de préparation intensive et comment va ton talon d’Achille ?

C’était un intéressant spring camp étant donné l’arrivée du nouveau coaching staff. Tout était nouveau, la structure des meetings et des entraînements, le tempo, etc… je suis prêt à me préparer comme jamais cet été pour mon dernier camp et ma dernière saison collégiale. Mon talon d’Achille va beaucoup mieux.

– Il s’agissait de tes 3ème spring practices à Purdue. Te sens-tu désormais comme un vétéran de l’équipe ?

Oui, c’est fou à quel point le temps passe vite. Maintenant, les nouveaux joueurs viennent me voir et me demandent des conseils sur les différents aspects de la vie universitaire. Mes coéquipiers comptent réellement sur moi cette année.

– L’intersaison des Boilermakers a été marquée par l’arrivée de coach Jeff Brohm (ex-Western Kentucky) et d’un nouveau staff sur le campus de West Lafayette. Jeff Brohm favorise une attaque agressive et très rythmée. As-tu déjà remarqué un changement dans le tempo lors des practices et comment te sens-tu dans ces nouveaux systèmes ?

Comme je l’ai dis plus tôt : le tempo des entraînements est différent. Pour ce qui est des receveurs: ON COURT ! On court énormément. Mon escouade et moi prenons toujours au moins 5 minutes allongés sur le synthétique à la fin des entraînements (rires). Il a une attaque électrique basée sur la passe, ce qui me satisfait énormément. Il n’a peur de rien et n’hésitera pas à prendre des risques.

– Ton nouveau coach de position, JaMarcus Shephard, a récemment déclaré que le groupe de receveurs « a soif d’apprendre ». Comment se sont passées tes séances d’entrainement avec ce nouveau coach ?

Coach Shep est incroyable, c’est difficile de décrire son énergie. Il est intense et c’est un honneur et un plaisir de jouer pour lui. Il va m’aider à exploiter ce que j’ai en moi, et il attend de la production de ma part pour gagner des matchs.

– Avec les départs de DeAngelo Yancey, Bilal Marshall et Cameron Posey, on a le sentiment que tout est possible pour les places de receveurs titulaires à Purdue. Comment évalues-tu tes chances d’être parmi les starters au Lucas Oil Stadium d’Indianapolis pour le coup d’envoi de la saison face à Louisville ?

Il ne faut pas se cacher la vérité et voir les choses en face : si je ne suis pas titulaire contre Louisville, je peux dire adieu à mes objectifs. La compétition est ouverte, et rien ne m’empêchera d’atteindre le but qui m’a fait quitter la France…

– On sait aussi que coach Jeff Brohm a régulièrement utilisé des fake plays et des motions non-conventionnelles lors de son passage à Western Kentucky. Nous en avons vu un exemple lors du Spring Game (fake flea flicker). Peut-on s’attendre à quelques systèmes surprises et spectaculaires à l’occasion de la prochaine saison ?

Coach Brohm prendra des risques, nos matchs seront intéressant à regarder (clin d’oeil).

– Après plusieurs saisons décevantes, on sent un vent de renouveau souffler sur le programme de Purdue. Est-ce qu’une participation pour un bowl est votre objectif d’équipe en 2017 ?

Bien sûr, un bowl game est un objectif, parmi tant d’autres.

– Votre calendrier du mois de septembre est infernal avec au programme des matchs contre les Cards de Louisville vainqueur du trophée Heisman, QB Lamar Jackson, puis la réception des vice-champions de conférence MAC, Ohio, avant un déplacement à Missouri et l’ouverture de votre calendrier à domicile face à Michigan. Penses-tu que ce premier mois de compétition sera décisif pour la réussite de votre saison ?

Je suis extrêmement ravi de notre calendrier pour ma dernière année. On commence avec l’équipe du Heisman winner au Lucas Oil Stadium, le stade des Colts d’Indianapolis. On peut dire que notre calendrier entier est énorme je suis vraiment impatient. Évidement, le mois de septembre sera important pour la dynamique de notre groupe, il est grand temps de choquer le monde du College Football !

– En février dernier, nous t’avons vu participer à un match de dodgeball (balle aux prisonniers) avec les enfants du West Lafayette Boys and Girls Club. Prépares-tu déjà ta reconversion après ta carrière de joueur de football ?

Hahaha, c’est dommage de m’avoir démasqué ! J’espérais annoncer ça le plus tard possible mais on ne peut rien vous cacher. Vous avez l’œil sur tout le pays !

– Maintenant que les spring practices sont terminés, quel est ton programme pour les prochains mois d’ici le Fall Camp des Boilermakers au mois d’aout ?

Je viens de terminer mes examens finaux du semestre, donc je vais passer une semaine à l’université d’Oregon pour m’évader un petit peu de West Lafayette. Puis, rentrer plus tôt que mes coéquipiers afin de prendre de l’avance sur ma préparation. Je mets toutes les chances de mon côté pour ma dernière année, je sais que beaucoup de gens comptent sur moi et je ne décevrai personne… #2018 !
Merci beaucoup au staff de Blue Pennant pour l’énorme travail que vous faites encore une fois, et au plaisir de lire des rédactions sur l’incroyable saison 2017 des Boilermakers.

Propos recueillis par Morgan Lagrée.

Lire la suite

Purdue Boilermakers

Les 12 travaux de Jeff Brohm

A l’occasion des spring practices 2017, qui se sont terminés le 8 avril dernier, le nouvel head coach de Purdue a pu faire l’évaluation des forces en présence à quelques mois de sa première saison à la tête des Boilermakers.

Publié

le

Crédit photo : Alex Kumar

De l’avis de tous, les Boilermakers de Purdue ont réussi l’un des plus beaux coups de cette intersaison 2017 en s’assurant les services de l’ancien coach des Hilltoppers de Western Kentucky, Jeff Brohm.

Après les trois années et demi décevantes de l’ère Darrell Harrell, le programme de West Lafayette (Indiana) a mis fin à l’un des chapitres les plus sombres de son Histoire récente et c’est avec un état d’esprit nettement plus optimiste que les Boilermakers ont participé du 27 février au 8 avril dernier à leurs spring practices.

En trois saisons à la tête des Hilltoppers, Jeff Brohm a remporté un total de 30 victoires en trois ans, dont 22 sur les deux dernières saisons, permettant à Western Kentucky de remporter deux titres de champion de conférence USA (2015, 2016).

Véritable stratège offensif et fervent militant d’une attaque spread au rythme ultra-élevé, coach Jeff Brohm sera-t-il capable de rapidement transformer les Boilermakers à son image et de relancer un programme qui n’a plus atteint le plateau des 8 victoires depuis 2007 ?

Embed from Getty Images

Pour y parvenir, lui et son staff feront face à plusieurs défis dont celui de trouver le leader qui va diriger l’attaque des Black and Old Gold. Lors de la première saison de coach Jeff Brohm à Western Kentucky, en 2014, QB Brandon Doughty (Miami Dolphins, NFL), a terminé 2ème meilleur quarterback du pays avec une moyenne de 371.5 yards à la passe par match . L’année suivante, il a fait quasiment aussi bien (363.0 yards). Et l’an passé, son successeur, QB Mike White, a gardé un rythme similaire terminant 8ème du pays avec une moyenne de 311.6 yards à la passe par match.

Le junior QB David Blough (3352 yards, 25 TD, 21 INTs en 2016) n’a pas toujours convaincu dans ses prises de décision même s’il a été capable de coups d’éclat dans la seconde partie de la saison 2016. A lui de démontrer qu’il peut franchir un cap et devenir le vrai leader offensif des Boilers. Dans le cas contraire, le talentueux junior QB Elijah Sindelaar n’attend qu’une chose : qu’on lui donne les rênes de l’attaque. Au cours de l’été, on gardera aussi un oeil sur le freshman QB Nick Sipe qui rejoindra l’équipe en aout prochain.

L’expérience de QB David Blough pourrait lui être précieuse afin de développer une certaine alchimie avec un groupe de receveurs prometteurs mais inexpérimentés. Les trois meilleurs receveurs de l’an passé (DeAngelo Yancey, Bilal Marshall et Cameron Posey) sont partis laissant ainsi toutes leurs chances à de jeunes joueurs (WR Tyler Hamilton, WR Jackson Anthrop, WR DJ Edwards, WR Isaac Zico, WR Terry Wright) qui seront en concurrence jusqu’à la fin du mois d’aout avec des receveurs plus expérimentés pour les places de titulaires. Certains de ces derniers ont su attendre leur tour depuis 2-3 ans. Si le sophomore WR Terrance Landers Jr a le profil pour occuper le poste de X-receiver, le français WR Anthony Mahoungou possède la taille et la dimension athlétique pour occuper celui de Z-receiver. Comme l’an passé, il sera au coude à coude avec le senior WR Gregory Phillips.

Crédits photo : Alex Kumar

Le jeu aérien des Boilermakers ne se limitera pas à l’utilisation de receveurs. Dans les systèmes offensifs de Jeff Brohm, les tight-ends et les running backs sont très souvent sollicités. Ainsi, TE Cole Herdman et RB Markell Jones pourraient encore être des cibles de choix.

Mais le grand chantier de coach Jeff Brohm sera la défense. En 2016, les Boilermakers ont fini bon dernier dans la conférence Big Ten et… 117ème au niveau national avec une moyenne de 38.3 points et 445.8 yards accordés par match. L’arrivée du coordinateur défensif Nick Holt pourrait tout changer. L’ancien assistant coach de Western Kentucky a complètement relancé une défense des Hilltoppers aux abois à son arrivée. En deux ans, ces derniers sont passés du 123ème rang national au 41ème rang. Bonne nouvelle pour les Boilermakers : six de leurs sept meilleurs plaqueurs de la saison passée sont de retour et ils auront également le renfort de l’ancien Hilltopper, LB T.J. McCollum.

L’un des problèmes principaux d’un nouveau régime est de trouver l’équilibre entre l’implantation d’un nouveau système tout en capitalisant sur les forces en présence. Pour Purdue, le défi sera d’autant plus grand que le manque de profondeur sur les lignes offensives et défensives est manifeste.

« Nous avons poussé les joueurs tout en étant prudent car notre roster est encore restreint. Cependant, nous avons multiplié les reps afin de polir notre façon de jouer. » – Jeff Brohm, coach des Boilermakers de Purdue.

Comme souvent dans un programme qui se remet d’une saison catastrophique (3-9) et qui fait face au challenge de remplacer plusieurs titulaires, l’intégration des petits nouveaux revêt une importance cruciale. Cinq early enrollees se sont joints à l’équipe durant l’hiver dont trois anciens joueurs du Junior College : DE Kai Higgins, CB T.J. Jallow et OL Ethan Smart. La réussite de leur adaptation de ces joueurs expérimentés est primordiale. C’est également au programme de Jeff Brohm…

– – – – –

Classés au dernier de la division Big Ten West en 2016, les Boilermakers débuteront la saison 2017 comme outsiders. L’embauche de Jeff Brohm a apporté son lot d’optimisme au sein d’un programme moribond depuis plusieurs années. Ses objectifs à court terme : améliorer dramatiquement les performances sur le terrain, restaurer le « Cradle of Quarterbacks* » et repositionner Purdue parmi les programmes menaçants dans la conférence Big Ten.

Les Boilermakers seront-ils capables de renverser Wisconsin et Nebraska dès septembre prochain ? Probablement pas. Mais la compétition avec Illinois, Minnesota, Northwestern, voire Iowa, est ouverte.

*Purdue possède une longue tradition d’avoir des quarterbacks prolifiques qui ont marqué l’Histoire de la conférence Big Ten (Curtis Painter, Drew Brees, Jim Everett, Scott Campbell, Mark Herrmann, Bob Grise, Don Lawson)

Lire la suite

Articles les plus lus