Suivez-nous sur

Penn State Nittany Lions

Scandale à Penn State : la chute d’un monument

On savait tous qu’un jour viendrait ou la Légende, le Phare, le Monument Joe Paterno ne serait plus le coach des Nittany Lions de Penn State et il semblerait que son départ ne soit plus qu’une question de jours, d’heures peut-être…

C’est une Institution considérée comme irréprochable qui s’éffondre sous nos yeux, le programme de football de Penn State… dont l’existence de celle de Joe Paterno se mélange un peu finalement.

Selon plusieurs informations relayées par la plupart des organes de presse, le Conseil d’Administration (« Board of Trustees ») de l’université de Penn State aurait déjà décidé que Joe Paterno ne serait plus le coach des Nittany Lions la saison prochaine et pourrait même annoncé, dès vendredi 11 novembre prochain, que la légende Paterno est tout simplement renvoyée… Le choc !

Penn State affronte Nebraska le lendemain pour son traditionnel « senior day » (le dernier match à domicile des seniors)…

Comment en est-on arrivé là ?

L’Histoire qui suit est odieuse, ignoble, inimaginable…

Jerry Sandusky, assistant de coach Paterno pendant 30 ans (de 1969 à 1999), a été arrêté samedi 5 novembre, suite à de multiples accusations d’agressions sexuelles commises entre 1994 et 2009 sur au moins neuf enfants… dont certains de ces actes affreux ont eu lieu dans l’enceinte même des installations sportives du campus de State College !

Reconnu dans le milieu du College Football pour avoir formé un nombre incalculable d’excellents linebackers, à un tel point que certains ont alors donné le surnom de « Linebackers U » à Penn State, Jerry Sandusky s’est retiré du coaching staff de Paterno en 1999 pour se consacrer à sa fondation, The Second Mile, qui avait, croyait-on, pour but de venir en aide aux enfants en difficulté….

Il semblerait plutôt que cette Fondation ait été un prétexte pour Jerry Sandusky afin de profiter d’enfants en difficulté en leur offrant des cadeaux, des voyages ou de billets de matchs pour la attirer et finalement abuser d’eux sexuellement. Certaines de ses présumés victimes, qui ont témoigné devant un grand jury du comté de Harrisburg (Pennsylvanie), ont affirmé avoir été forcées et agressées en cas de refus de se soumettre à Jerry Sandusky. A vomir, on vous disait.
Mais ce n’est pas tout… en plus de profiter de son statut d’intouchable au sein des Nittany Lions, Jerry Sandusky commettait parfois ses crimes dans les douches du stade d’entrainement de Penn State !
Jusqu’au jour, en 2002, ou un « grad student » (assistant diplômé aux côtés de coach Paterno), Mike McQueary, surprit Jerry Sandusky, dans ces mêmes douches, en train de sodomiser un enfant d’une dizaine d’années… désolé de la violence de l’image, mais il faut savoir de quoi on parle…

Mike McCreary prit la décision d’en parler à Joe Paterno, qui alerta alors son directeur athlétique, Tim Curley.
Rapidement, le vice président de l’université, Gary Schultz, et le président de l’université, Graham B. Spanier, furent dans la confidence… le « grad student » fût convoqué et Jerry Sandusky reçut alors l’interdiction de mettre les pieds avec des enfants sur le campus de State College… mais aucun des membres dirigeants de l’Université ne porta plainte à la Police contre Jerry Sandusky !

Pire, on apprend que ce dernier avait toujours un bureau sur le campus et qu’il fréquentait encore l’entourage des Nittany Lions.

Incompréhensible.

Immoral.

En plus de la vie brisée de jeunes hommes évidemment, c’est finalement, le sous-entendu de toute cette affaire : l’immoralité.

Car si légalement seuls Tim Curley et Gary Schultz sont actuellement inquiétés pour ne pas avoir alerté les autorités policières à propos d’actes d’agressions sexuelles commis sur le campus dont ils ont la responsabilité, pour avoir fourni de faux-témoignages et pour avoir menti devant le grand jury lorsqu’ils ont nié avoir été au courant des détails de ce qu’avait vu Mike McCreary, on peut se demander si ce n’est pas au niveau de la Morale que tout ce petit monde, dont Joe Paterno, a failli.

Comment ont-ils pu garder le secret ? Comment ont-ils pu accepter ne rien faire ? Ou plutôt, si, laisser un pédophile dans la nature ?

Depuis 1998, plusieurs accusations de pédophilie ont été portées contre Jerry Sandusky et ils n’ont rien fait, rien dit…

Alors pourquoi ?

Ont-ils sous-estimé les actes ignobles d’un personnage qui l’est autant ? Ont-ils voulu protéger une membre de la « Famille » ? Disent-ils la vérité quand ils affirment ne pas avoir été au courant des détails scabreux ?
Ont-ils voulu protéger le programme de football d’un scandale. Surement. Les enjeux ne sont pas seulement sportifs, ils sont aussi financiers. L’université de Penn State bénéficie d’une aura incroyable et les donateurs finançant les différents laboratoires d’étude, chairs et autres organismes, sont nombreux et ont beaucoup d’argent. Une affaire aussi sordide aurait été mal vue. Mais à quel prix ? Celui de sacrifier de jeunes enfants victimes de l’inhumanité ? Il semble qu’ils ont fait ce choix.

Gary Schultz a démissionné de son poste, dimanche 6 novembre. La tête de Graham Spanier, le président de l’université, est demandée… Tous sont d’anciens étudiants de Penn State. Ils font partie de la Famille. Les fondations du programme de football s’effondrent.

Et Joe Paterno ?

Il a témoigné en début de semaine devant le grand jury et a confirmé avoir été au courant, en 2002, d’un incident regrettable dans les douches du stade entre Jerry Sandusky et un enfant, mais il a affirmé ne pas avoir été informé des détails connus aujourd’hui. Il s’est défendu en indiquant qu’il avait respecté ses obligations légales en informant ses supérieurs hiérarchiques… ce qu’a confirmé le procureur Linda Kelly… toutefois, le commissaire de la police locale s’est étonné que Joe Paterno ne l’ait pas alerté immédiatement…

Comment celui dont les valeurs de respect, de probité, d’honnêteté et de responsabilité ont été vantées depuis près de 50 ans a-t-il pu faillir à ce point ?

Etait-il tellement obnubilé par la victoire du prochain match qu’il en a perdu tout sens de la réalité ?

Durant ses 46 années à la tête des Nittany Lions au cours desquelles il a remporté 409 victoires faisant de lui le coach le plus prolifique au niveau national, Joe Paterno, 84 ans, a réussi l’incroyable exploit de faire de l’université publique de Penn State l’une des références, si ce n’est LA référence des programmes de football. Valorisant sans cesse l’intégrité, l’excellence et l’altruisme, il a remporté deux titres de champions nationaux mais est surtout devenu une icône incontestée, celui auquel on aime s’identifier… une source d’inspiration…

La fin annoncée du plus grand coach de tous les temps est tout simplement pathétique… une grande détresse… une immense tristesse…

EDIT : Joe Paterno a été démis de ses fonctions, mercredi 9 novembre.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis près de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le podcast TBP/Radiossa - Made in US. Expert NFL et NHL. Grand amateur de la NBA et du College Basketball. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Penn State Nittany Lions