Suivez-nous sur

Dossier

House of Texas Football : A qui le pouvoir ?

Qui possède vraiment le pouvoir à Texas ?

Moins de deux ans après sa nomination, Steve Patterson s’est fait virer de son poste de directeur athlétique de Texas suite à une décision du président Gregory L. Fenves, approuvée par le conseil d’administration de l’université du campus d’Austin (Texas).

Dans l’ombre de cette décision : certains boosters aux poches bien remplies. Après tout, ce sont eux qui paient.

Finalement à Texas, qui a réellement le pouvoir ? Qui prend les décisions pour mener le programme ? Quid de l’avenir du programme ?

Texas, ton univers impitoyable

Les boosters sont généralement des personnes qui possèdent de gros comptes en banque et qui donnent chaque année de l’argent pour que le programme tourne bien. Le conseil d’administration gère cet argent et le redistribue aux différents sports. Le football prend un grosse part du gâteau, bien entendu. Les sports ne sont pas les seules à profiter de ces dons. Ils permettent aux étudiants d’avoir des bourses d’études ou de nouvelles infrastructures.

Charlie Strong, Texas

A Texas, certains gros donateurs n’étaient pas satisfait du travail effectué par Patterson avec « leur » argent. Il faut dire qu’il avait pris quelques décisions controversées dont l’augmentation du prix de l’abonnement (augmentation de 6% pour le football, 7% pour le basketball), du parking etc… Pas de quoi le rendre populaire.

Sportivement, l’équipe de football est dans un creux depuis plusieurs années. Depuis sa nomination, Texas détient une fiche de 9-12, 0-2 en bowls, et la stat’ qui fait mal : 1-9 contre des équipes classées.

L’occasion était trop belle pour certains boosters pour tirer à boulets rouges sur Patterson.

Et si ce renvoi n’était que l’arbre qui cache la forêt ?

Les clés d’un programme

Après la démission de Mack Brown, le coach légendaire des Longhorns – certes sur le déclin-, il fallait trouver un successeur suffisamment attractif pour les médias et aussi capable de gérer le bazar laissé par Brown.

Les premières rumeurs sont alors ré-apparues : Nick Saban pourrait être le futur coach de Texas. Le programme d’Austin a les moyens de se payer Saban (Texas est l’équipe la plus rentable au niveau national). Toutefois même s’il s’agit d’un coach très talentueux, il était peu probable qu’il quitte Tuscaloosa (Alabama).

Pourquoi ces rumeurs ? Étaient-elles fondées ? Un groupe de boosters a toujours voulu Saban a tout prix. Nous le savons, Saban n’a pas vraiment prêté l’oreille à ces rumeurs bien que son agent l’a régulièrement contacté à ce sujet. Finalement, Charlie Strong a eu le poste. Les boosters avaient alors émis de sérieux doutes le concernant. Strong ne savait pas encore à quel point.

Sauve le programme et tu te sauveras toi-même

Charlie Strong n’a qu’une mission à accomplir. Gagner. Cela peut sembler simple, mais vu l’état du programme de Texas à son arrivée, la tâche était bien plus compliquée que prévue.

Coach Strong a d’abord « nettoyé » le programme en se séparant de plusieurs joueurs à problèmes. Mais le mal était bien plus profond. Une fiche de 6-7 n’est pas bien glorieuse pour un programme de ce standing. La fin de règne de Mack Brown a plongé le programme de Texas dans la crise et il a bien du mal à se relever, pire encore ce sont 3 autres programmes texans qui trustent les premières places du classement Top 25 : Baylor, Texas A&M et Texas Christian.

Un nouveau départ ?

Ce renvoi de Steve Patterson peut-il remettre Texas sur de bons rails ? Peu probable… pour l’instant (malgré la belle performance contre California et Oklahoma State lors des semaine 3 et 4). Un coach ne peut améliorer un programme que dans un environnement « sain ». C’est-à-dire sans une pression inutile. Or, certains boosters aimeraient bien voir Mack Brown au poste de directeur athlétique, car ils sont copains-copains avec lui. Quid de coach Charlie Strong alors ? Le Directeur athlétique intérimaire, Mike Perrin, lui a exprimé publiquement son soutien. Strong a les outils et le talent à disposition pour réussir. A lui de construire une équipe gagnante, et vite. Car rien ne dit que le successeur de Mike Perrin (Oliver Luck vice président des affaires réglementaires de la NCAA ? Tom Jurich de Louisville ? John Curie de Kansas State ?) ne voudra pas venir avec un coach qu’il n’aura pas personnellement choisi si la situation ne s’améliore pas. Coach Strong mérite encore du temps. En fait, chaque coach en College Football devrait avoir le temps de fabriquer le programme à sa façon sans subir de pressions externes qu’elles soient de l’administration de l’université ou de quelques boosters…

Et vous, chers lecteurs, que pensez-vous de cette situation ? Coach Charlie Strong mérite-t-il de rester à son poste chez les Longhorns de Texas ?

Rédacteur occasionnel depuis 2015.

3 Commentaires

3 Comments

  1. Loïc Baruteu

    27 septembre 2015 à 23h51

    Pas du tout fan des Horns mais c’est triste de les voir dans cette situation. Pour les boosters, c’est un peu partout pareil je pense, c’est peut être exacerbé au Texas parce que les mecs vivent pour le football.

    Comme tu dis, Charlie Strong va être sous pression maintenant. Je suis d’avis de lui laisser un peu de temps mais les fans, et surtout les boosters du coup, ont très peu de patience dans les programmes majeurs.

  2. Pats87

    29 septembre 2015 à 02h28

    Il faut être honnête sa lui pend au bout du nez son départ saison dernière décevante , celle la est encore bien parti pour être pire que la première je pense que nous vivons les derniers moments de Charlie strong au Longhorns

  3. tozo

    10 octobre 2015 à 13h56

    Fans des Longhorns je ne sais pas comment un programme comme celui-ci est arrivé aussi bas…
    Concernant Strong j’aimerais qu’il reste l’année prochaine il faut au moins 3-4 ans pour pouvoir relancer un programme (même si cette saison aurait du être le lancement). Mais clairement depuis McCoy je n’ai pas vu un QB qui sortait du lot. Sans QB baaa on fait pas grand chose ,mais ce qui m’énerve le plus est la défense, je ne suis pas un vrai connaisseur mais la défense c’était le domaine des Longhorns et ça fait un moment que c’est le néant…
    GO HORNS !!!!

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Dossier