Suivez-nous

Conférence Big 12

La conférence Big 12 renonce à l’expansion… pour le moment !

Publié

le

Crédit photo : LM Otero, AP

Au terme de deux jours de rencontre entre les membres de son Board of Directors, la conférence Big 12 a confirmé ce que nous vous annoncions il y a quelques jours : pas d’expansion… pour le moment !

L’ensemble des présidents et chanceliers de la Big 12 était réuni depuis dimanche soir à l’aéroport international de Dallas/Fort Worth (Texas) pour aborder plusieurs sujets d’actualité dont celui d’une éventuelle expansion. A l’unanimité de ses représentants, la conférence Big 12 a donc choisi le status quo en restant à 10 membres.

Le commissionnaire de la conférence, Bob Bowlsby, a qualifié cette décision unanime de « célébration de ce que nous sommes ».

Cette annonce met fin à une saga qui durait depuis plusieurs mois. Après avoir longtemps nié son intérêt pour une expansion, la conférence Big 12 avait annoncé en juillet dernier qu’elle lançait finalement une procédure pour ajouter 2 ou 4 membres. Ce choix semblait alors une réaction à l’annonce du partenariat entre ESPN et la conférence ACC pour la création d’un réseau TV, l’ACC Network.

En aout dernier, la conférence Big 12 a même procédé à des entretiens en video-conférence avec 18 universités candidates. Au final, tout cela n’aura servi à rien hormis rendre un peu plus ridicule une conférence qui est aujourd’hui la risée du Power Five.

De plus, les espoirs d’universités comme Brigham Young, Cincinnati ou Houston de rejoindre une conférence majeure ont été anéantis.

« Je décrirais nos discussions de profondes et franches qui ont démontré une grande unité et une grande force au sein de la conférence. Après des discussions approfondies, nous avons décidé de rester à 10 membres. Chacun s’est engagé à soutenir cette proposition de rester à 10 membres pour le moment » – David Boren, président du Board of Directors de la conférence Big 12.

David Boren a également indiqué qu’il n’y a eu aucune discussion concernant une université particulière lors des délibérations à propos de l’expansion.

« Nous n’avons eu aucune discussion sur telle ou telle université en particulier dans un sens qui nous aurait amené à un vote afin soutenir telle ou telle candidature. Nous avons suivi un processus profond depuis un an afin d’évaluer nos options pour renforcer la conférence parce que nous souhaitons tous voir une Big 12 renforcée » – David Boren, président du Board of Directors de la conférence Big 12.

Le président de l’université Oklahoma a également confirmé à plusieurs reprises que la décision du status quo a été prise à l’unanimité.

« Actuellement, c’est dans notre intérêt de rester tel que nous sommes tout en gardant un certain nombre d’options ouvertes afin de renforcer la conférence. Le fait qu’autant d’universités ont exprimé leur intérêt pour la Big 12 est encore un autre signe de la solidité de la conférence » – David Boren, président du Board of Directors de la conférence Big 12.

Selon plusieurs sources, des discussions entre la conférence Big 12 et ses partenaires TV, ESPN et FOX, auraient conduit à une proposition de ces derniers qui préféreraient payer davantage dans le présent contrat, qui court jusqu’en 2025, pour que l’expansion n’est pas lieu. Selon ESPN et Fox, l’expansion réduirait la valeur générale de la Big 12.

L'équipe TBP est composée de passionnés qui vous informent quotidiennement sur l'actualité du College Football et qui vous proposent des analyses et des points de vue originaux sur le 2ème sport le plus médiatisé aux Etats-Unis.

Publicité
10 commentaires

10 Comments

  1. louvressac

    18 octobre 2016 at 08h53

    en tout cas l’analyse de Verchain il y a quelques semaines était donc la bonne
    l’aspect financier a clairement pris le pas sur l’intéret sportif…
    quand Texas ou Oklahoma iront voir si l’herbe n’est pas plus verte
    du coté de la Big ten ou de la PAC 10,les autres seront tout surpris
    de se retrouver dans la western athletic ou un brol du genre

  2. Guerlouche

    18 octobre 2016 at 09h26

    Est-ce possible que texas ou Oklahoma puisse partir,notamment vers la sec dans le futur?

    • Ryujii

      18 octobre 2016 at 09h51

      Si la SEC allonge la monnaie, ils ne se feront pas prier.

      A jouer aux imbéciles comme ça la Big 12 sera vouer à l’implosion à plus ou moins long termes surtout si leur champion est incapable d’aller en play off.

    • Verchain

      18 octobre 2016 at 19h17

      Pas avant 2025 normalement, comme dit précédemment… On te voit plus aux soirées, dis donc…

      La Big XII a un ‘Grant of Rights’, un accord sur les droits donnés par les facs à la conférence, qui court jusqu’à cette date, qui est celle de la fin des contrats avec les diffuseurs. Il peut être attaqué devant un tribunal, mais au Delaware, dont les lois sont très protectrices en termes de contrats de droit privé, et ça coûterait la blinde du siècle à l’université qui essaierait de casser le contrat.

      Donc, théoriquement, pas d’implosion avant 2025.

      Et, honnêtement, je ne vois pas la SEC partir sur un raid Oklahoma-Texas, car certaines facs seront contre, à commencer par Texas A&M, qui est parti en SEC pour ne plus subir l’ombre envahissante du géant d’Austin. Big Ten, ACC et Pac12 seront des candidats plus sérieux, je pense, à l’avènement de giga-conférences à 18 ou à 20 équipes.

      • Guerlouche

        18 octobre 2016 at 20h30

        J’ai mis la SEC car c’est la conférence la plus proche géographiquement et la plus puissante pour texas et Oklahoma,la pac sa fait loin et la big ten encore plus

        • Verchain

          18 octobre 2016 at 21h29

          Si la géographie jouait pour quelque chose là dedans, Colorado et Utah seraient toujours dans la Big XII, et la Pac10 n’aurait pas tenté de devenir une Pac14 avec justement Texas et Oklahoma (même si on trouve un bout de frontière par le Colorado et l’Utah en repassant par l’Arizona)… Washington Texas, et encore plus Washington State – Texas, là tu aurais du déplacement… Et puis, bon… les expansions, ça met parfois bien à mal la géographie. Hello Rutgers, Hello Maryland dans la B1G, par exemple (ah oui, frontière commune avec la Pennsylvanie, donc Penn State, donc logique géographique qui est dans les faits inexistantes, parce que le Maryland et le new jersey dans le midwest… mwouais…)… Hello TCU et Boise dans la Big East (cherchons une frontière commune entre l’Idaho et les membres football de la Big Least, voyons… ahem…) … Hello West Virginia dans la Big XII… Ou encore Mizzou dans la SEC, ah oui, frontières communes avec l’Arkansas, le Tennessee et le Kentucky… Le Kentucky, c’est déjà pas dans le SouthEast à proprement parler… La même pour Pittsburgh avec l’ACC, ou Syracuse (NY)… Pittsburgh est plus proche de l’Ohio que de l’Atlantique… Et le Maryland qui pouvait servir de faux nez dans une idée de continuité géographique… est dans la B1G…

          La PAC1x d’aujourd’hui, si on veut, a une frontière commune avec l’Oklhoma et le Texas, c’est le Colorado.
          La B1G, ya que le Kansas entre l’Oklahoma et le Nebraska, tiens, une ancienne Big XII…

          Disons donc plutôt que la géographie est bien torturée pour faire rentrer dans les cases des expansions des trucs difficilement défendables…

          Et ce n’est pas forcément l’intérêt de la conférence la plus puissante d’ouvrir ses portes à des facs ultra-puissantes au niveau national. Encore une fois, Alabama, Georgia, Florida, même LSU ne verraient pas d’un bon oeil de devoir se coltiner Texas… C’est en ça que le truc de 4 Super Conférences à l’ère du Playoff à 4 équipes, c’est pas un truc forcément facile à mettre en place… Tiens, voilà peut-être une idée d’article pour dimanche…

          • louvressac

            19 octobre 2016 at 11h21

            juste pour faire mon intéressant….Colorado OK,mais a ma connaissance l’équipe en rouge,qui joue a Salt Lake city,vient de la mountain west (et même la western athletic avant ça) mais n’a jamais joué dans la BIG XII.

  3. Ryujii

    18 octobre 2016 at 09h53

    ESPN et FOX ont secoué leurs liasses de billets verts et ils ont tous perdu la boule.

  4. benoit

    18 octobre 2016 at 13h56

    le fan mormon dit top classe encore une fois l’article !

  5. Verchain

    19 octobre 2016 at 19h39

    @louvressac : il ne me semble pas avoir prétendu le contraire dans mon propos, ou il y a une formulation qui n’est pas claire, sans doute…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Oklahoma Sooners

Oklahoma perd CB Tre Norwood pour toute la saison 2019

Le defensive back des Sooners s’est blessé au genou lors d’un practice du Fall Camp des champions de Big 12 en titre.

Publié

le

Très mauvaise nouvelle pour Oklahoma qui perd donc un titulaire régulier et dont l’expérience devait apporter aux jeunes pousses d’un backfield défensif décrié l’an dernier.

« Il va manquer l’intégralité de la saison. C’est dur, vraiment dur pour lui et notre équipe. Il nous apporte tellement. Sa polyvalence lui permet de jouer à plusieurs positions sur le terrain. Il va nous manquer en défense mais aussi sur les équipes spéciales. Mais ça fait partie de notre sport. Nous avons déjà plusieurs blessés. C’est aussi pour ça que nous travaillons toute l’année pour le recrutement afin d’avoir des joueurs talentueux prêts à assumer leurs responsabilités » – Lincoln Riley, coach des Sooners d’Oklahoma.

CB Tre Norwood a été titularisé à 14 reprises la saison dernière totalisant 58 plaquages (5ème de l’équipe) dont 1 sack. Il a également réussi 1 interception et défendu 5 passes.

Son absence aura un impact majeur sur la défense d’Oklahoma notamment au poste de nickelback. Du coup, le sophomore CB Brandon « Bookie » Radley-Hines sera lancé dans le grand bain après une saison 2018 en demi-teinte.

Lire la suite

Texas Longhorns

Florida et Texas annoncent une série aller-retour en… 2030 et 2031

Deux programmes mythiques du College Football se sont donnés rendez-vous pour un duel aller-retour… mais il faudra être patient !

Publié

le

Crédit photo : Brian Bahr/Getty Images

Les Gators et les Longhorns s’affronteront sur le gridiron lors d’une série aller-retour dont le premier match sera ainsi organisé en 2030.

Le 7 septembre 2030 à Gainesville (Floride), Florida sera l’hôte du premier affrontement entre les deux programmes. Les Longhorns recevront les Floridiens, le 6 septembre 2031, dans leur stade d’Austin (Texas).

Florida et Texas se sont affrontés trois fois dans l’Histoire. En 1924, les deux programmes se sont quittés sur un score égal de 7-7. Puis, en 1939 et 1940, les Longhorns ont remporté les deux matchs sur un blanchissage (26-0, puis 12-0).

En une semaine, les Gators ont donc finalisé deux séries aller-retour. En plus de Texas donc, Florida affrontera Colorado en 2028 et 2029.

Historiquement réfractaire à l’idée d’organiser des séries aller-retour en dehors de leur traditionnel et annuel match contre Florida State, Florida avait annoncé une série de 3 matchs (two-for-one) face à South Florida débutant en 2021. La dernière série aller-retour des Gators remontaient à 1988-89 face à Memphis et le dernier match hors-conférence de Florida joué en dehors de la Florida datait de 1991 contre Syracuse.

Lire la suite

Oklahoma Sooners

Jalen Hurts transféré d’Alabama à Oklahoma

L’ancien quarterback titulaire du Crimson Tide d’Alabama rejoint un programme dont sont issus les deux derniers vainqueurs du trophée Heisman.

Publié

le

Crédit photo : Michael Reaves/Getty Images

Le junior QB Jalen Hurts a annoncé sur The Players’ Tribune qu’il quitte le Crimson Tide d’Alabama via un grad transfer pour jouer sa dernière saison d’éligibilité au niveau NCAA avec les Sooners d’Oklahoma.

En tant qu’étudiant-athlète déjà diplômé, il sera autorisé à jouer pour les Sooners dès septembre 2019 héritant probablement du poste de quarterback titulaire laissé vacant suite au départ de Kyler Murray.

QB Jalen Hurts reprend donc en main une attaque d’Oklahoma dirigée ces deux dernières années par deux vainqueurs du trophée Heisman, QB Baker Mayfield et QB Kyler Murray.

L’ancien quarterback titulaire du Crimson Tide rejoint le campus de Norman (Oklahoma) après trois ans passés à Tuscaloosa (Alabama). Arrivé en 2016 à Alabama, il a gagné le poste de titulaire dès sa première saison malgré la présence de prometteurs quarterbacks comme Blake Barnett, Cooper Bateman et David Cornwell.

Il a été nommé Meilleur Joueur Offensif de la conférence SEC dès sa saison true freshman menant son équipe jusqu’au National Championship Game (perdu face à Clemson).

Le tournant de sa carrière à Alabama s’est produit en finale nationale 2018 lorsqu’il a laissé sa place à QB Tua Tagovailoa à la mi-temps du match face à Georgia finalement remporté par le Crimson Tide. Il est alors devenu le backup du quarterback hawaiien restant pourtant dans l’effectif d’Alabama en 2018.

QB Jalen Hurts a d’ailleurs joué un rôle important dans le parcours du Crimson Tide la saison dernière en prenant le relais d’un QB Tua Tagovailoa blessé lors de la finale de conférence SEC et marquant 2 TD face aux Bulldogs de Georgia. Il est ainsi devenu une légende sur le campus de Tuscaloosa.

En 42 matchs joués sous le maillot du Crimson Tide, il a réussi 5626 yards à la passe pour 48 TD et 12 interceptions. Il a également inscrit 23 TD au sol.

Lire la suite

Texas Tech Red Raiders

Texas Tech renvoie Kliff Kingsbury après 6 saisons

Au terme d’une saison 2018 qui avait pourtant bien débuté pour les Red Raiders, l’université Texas Tech a annoncé le renvoi de coach Kliff Kingsbury.

Publié

le

C’en était trop pour le directeur athlétique des Red Raiders, Kirby Hocutt : après trois saisons au bilan négatif, Kliff Kingsbury a été remercié.

Son bilan en 6 saisons à la tête du programme de Texas Tech : 35-40. La défaite 35-24 des Red Raiders contre les Bears de Baylor lui aura été fatale. Il faut dire que ce revers prive Texas Tech d’une participation à un bowl.

Ancien étudiant de la fac, Kliff Kingsbury s’est exprimé via son compte Twitter indiquant qu’il se sentira toujours chez lui à Lubbock et qu’avoir été coach de Texas Tech fût « un rêve devenu réalité » :

Il reste deux années à l’actuel contrat de Kliff Kingsbury. Il touchera 4.2 millions de $ en indemnités de départ.

Pourtant, tout avait bien débuté pour le futur ex-coach des Red Raiders. En 2013, avec QB Baker Mayfield, à la tête de l’attaque, Texas Tech avait remporté ses 7 premiers matchs faisant même une apparition dans le Top 10 du classement AP Top 25. Les Red Raiders ont alors perdu leurs 5 matchs suivants.

Le transfert du futur #1 de la draft vers Oklahoma a été définitivement le début de la fin pour Kilff Kingsbury.

L’embauche de David Gibbs au poste de coordinateur défensif semblait avoir apporté une certaine stabilité défensive à un programme qui avait terminé la saison 2016 avec la plus mauvaise défense du pays.

Mais après un début de saison convaincant (5-2) comprenant des victoires à Oklahoma State et Texas Christian, les Red Raiders ont de nouveau sombré à partir de la fin du mois d’octobre. La perte du true freshman QB Alex Bowman a engendré un effondrement des performances offensives de l’équipe. Les 6 petits points inscrits lors de la défaite contre Kansas State en week 11 en sont le parfait exemple. Les Red Raiders n’ont pas été aidés par les blessures de QB Jett Duffey et QB McLane Carter.

Lire la suite

Articles les plus lus