Suivez-nous

Actualité

[roadtrip] Trois Frenchies en Amérique (4/4)

Découvrez le Roadtrip de 3 « frenchies » partis en Amérique pour un voyage 100% football !

Publié

le

Voici donc venu le quatrième (et dernier) épisode de notre feuilleton consacré aux vacances d’Alexis, Matthieu et Benoit aux USA, séjour bâti exclusivement autour du football. Après 10 jours sur place et déjà un paquet de matchs au compteur, les derniers jours étaient tout aussi chargés que le début du programme !

Tuzzz : Salut les amis, nous vous avions laissés la semaine passée sur le campus de Georgetown après une triste défaite de l’équipe locale contre Harvard. Mais nous ne sommes que le samedi après-midi et c’est College Gameday, vous nous avez sûrement réservé encore un petit match pour la fin de journée ?

A : Tout d’abord, je rappelle que le match des Hoyas n’était pas du tout prévu dans notre programme initial. Mais comme une invitation sur la touche ne se refuse pas, on a décidé de le rajouter au programme, tout en gardant le match déjà prévu : Rutgers-Michigan. Trois heures et demie de route séparent les deux campus, mais à ce point du séjour, ce n’est pas vraiment ça qui nous effraye… Le timing était cependant très juste, nous sommes arrivés à 5 minutes du coup d’envoi !

M : Exactement ! Après le bon bout de route, le plus compliqué a été de se garer… Ce n’est pas toujours évident, et ça a bien failli nous faire rater le coup d’envoi !

Le stade de Rutgers

T : Racontez-nous un peu ce deuxièle match universitaire de la journée. De l’ambiance ? Du suspens ? Du College Football comme on l’aime ?

A : On peut le dire ! L’ambiance à Rutgers était fantastique, il faut dire que le scénario du match, avec énormément de suspens, a beaucoup aidé. Les Wolverines ont ratés le field goal de la victoire à une minute de la fin de la rencontre pour finalement s’incliner 26 à 24 ! Du coup, pendant tout le match les étudiants de Rutgers ont mis une énorme ambiance dans le stade pour encourager les Scarlets Knights. Et cerise sur le gâteau, la tradition universitaire a été respectée et on a pu envahir le terrain a la fin du match pour discuter avec joueurs et entraîneurs, vraiment génial ! En prime, on a même eu droit à un passage éclair sur la TV américaine, un super souvenir.

M : L’ambiance était au top ! Le « lieu de naissance du College Football » (ndlr : premier match en… 1869 !) n’a pas dérogé à la règle. Et petit bonus, les fans de Michigan s’étaient déplacés en masse pour l’occasion malgré les 1000 kilomètres qui séparent les deux campus. Après avoir visité le stade des Wolverines et ayant entendu les prouesses de l’équipe, j’avais vraiment envie de les voir jouer, et ce n’était pas si mal. Le match était serré jusqu’à ce que Rutgers relève le niveau et prenne le dessus. Et il faut bien dire que les coups de canon à chaque fois que l’équipe locale marque, ça met le feu au stade et surtout à la tribune étudiante ! Pour finir, on a effectivement envahi le terrain pour rejoindre le staff et les joueurs sur la pelouse : un grand moment du séjour !

Sur la pelouse du High Point Solutions Stadium

T : C’est plutôt un beau moyen de terminer ce séjour concernant le football universitaire ! Et le lendemain, j’imagine que vous aviez prévu un petit quelque chose ?

A : Évidemment, le dimanche c’est NFL avec un match entre les Giants et les Falcons au MetLife Stadium. Match sympa ou New York réalise un beau comeback pour l’emporter 30 à 20 devant son public.

M : New-yoooork ! Les Giants recevaient l’équipe qui nous avait mis en haleine tout l’été en attendant le retour de la NFL, les Falcons. Joli match dans un joli stade.

Mathieu et Alexis au MetLife Stadium

T : Et niveau NFL, New York (8 000 000 d’habitants) après Green Bay (100 000 habitants), ça donne quoi ?

M : Contrairement à Green Bay, l’ambiance n’était pas folichonne en tribune. Mais sur le terrain, les choses se sont bien déroulées pour les Giants et Eli Manning. Et on a même pu crier « Cruuuuuz » avec toute la foule, deux fois.

A : L’avantage de New York, c’est qu’après le match nous avions la soirée pour nous. On part donc visiter Manhattan et pour la première fois du séjour, on fait les vrais touristes français… Une ballade sur Times Square, c’est certain que ce n’est pas possible à Green Bay !

NY Giants vs Atlanta Falcons (NFL)

T : Nous sommes maintenant lundi et vous repartez le lendemain. Mais vous ne pouvez décidemment pas passer une journée sans football…

A : Bien sûr que non ! Le lendemain, retour à Washington où nous prenions l’avion le mardi. On finit le voyage en beauté avec un Monday Night Football et une rencontre entre les Redskins et les champions en titre, les Seahawks de Seattle. Pas de suspens cette fois, le match était à sens unique et totalement dominé par un Russel Wilson au sommet de sa forme. Niveau ambiance, c’était une première pour nous avec des places debout derrière les poteaux, ça change mais c’est sympa aussi !

M : On ne pouvait pas dire au revoir à notre ville d’accueil sans repasser au FedEx Field une dernière fois. Et contre les champions en titre, un must see ! Russel Wilson et Percy Harvin nous ont sorti un match de folie, vraiment impressionnant. Et cette fois je dois dire que l’ambiance NFL était plaisante malgré la défaite des Redskins. Par contre le match debout, même juste derrière les poteaux, c’est long…

T : En tout cas, vous ne portez pas chance aux pauvres Redskins ! Et pour votre tout dernier jour sur le territoire américain, un petit au revoir au ballon ovale ?

A : Pour notre dernière journée avant de se rendre à l’aéroport, on en profite pour retourner à Georgetown dire au revoir, et voir au passage un dernier entraînement des Hoyas avec l’encadrement ! Du bonheur de A à Z sur ce campus…

M : Et oui, Georgetown nous aime et on aime Georgetown. Du coup, voir un dernier entrainement là-bas juste avant le départ, c’était top. Sous le soleil et sur le terrain. Une dernière discussion avec le coach et on est parti visiter le coin avant de filer à l’aéroport. Au passage, Washington est une très belle ville !

T : Si vous le voulez bien, faisons un petit bilan du voyage : moment préféré ? Meilleure ambiance pour un match ? Des regrets au niveau du programme ?

A : Je vais commencer avec le négatif : je dirais l’ambiance du match de NFL chez les Steelers. Et aussi ne pas avoir eu de réponse de Notre Dame malgré un excellent contact ! Ça aurait été vraiment génial d’aller faire un petit tour chez les Irish… Pour le positif, il y en a beaucoup, forcément ! L’ambiance à Rutgers et à Penn State, c’était inoubliable. Le match sur la touche à Bucknell était aussi vraiment très sympa, et l’accueil quasi parfait à chaque endroit que nous avons pu visiter… Il y a tellement de bons souvenirs que c’est difficile de tout citer !

M : Me concernant, le moment préféré aura été la victoire des Packers, bien entendu ! Niveau ambiance, je dirai ex-aequo entre Penn State et Rutgers. Un seul regret, de ne pas avoir pu voir un match de lycée en plus qui était prévu. Mais bon, on ne peut pas s’en plaindre plus que ça avec tout ce qu’on a fait en si peu de temps !

T : Et au niveau des campus/installations universitaires, qu’est ce qui vous a le plus fait rêvé ? Dans quelle université auriez-vous aimé pouvoir être étudiant pour suivre votre équipe ?

A : Je vais un peu botter en touche pour cette question, car j’avais pu visiter les campus des Longhorns et des Horned Frogs de TCU lors d’un précédent séjour au Texas en 2011, et ce sont deux campus vraiment fantastiques !  Mais pour cette année, je dirais Akron et Georgetown, car c’est là que nous avons été le mieux reçu.

M : Moi, j’ai adoré le campus de Penn State. Les vieilles briques rouges, l’ambiance, tout ça. Bon, peut être que le soleil a bien aidé mais c’était vraiment mon préféré (un peu dans le style de Rutgers par ailleurs). Du coup si j’avais à choisir je dirai Penn State !

T : Une question maintenant purement pratique et pragmatique. Quel est le budget pour un séjour pareil ? Êtes-vous des vainqueurs anonymes de l’Euromillion pour vous permettre un programme aussi fourni ?

A : Même pas. Pour le budget d’un tel séjour, il faut prévoir entre 2000 et 2500€ en sachant que plus on est nombreux et moins c’est cher. L’idéal pour ce genre de voyage, c’est de partir à 4 personnes.

M : Par contre, on s’y est pris 4 mois à l’avance pour les billets d’avion et cela nous a fait pas mal d’économies. Le plus cher restant les hôtels et les billets de match (en essayant d’être correctement placé à chaque fois, bien sûr). Pour info le match le plus cher du séjour, c’était les Packers. Mais bon, une victoire au Lambeau Field ça n’a pas de prix. Et un dernier point, sachez qu’on a fait 5476 kilomètres pour à peine 415 dollars, donc c’est possible de s’en sortir à moindre coût quand même, il suffit d’aimer conduire !

Eli "Benoit" Manning

T : Et entre la NFL et la NCAA, la différence de prix est elle vraiment importante?

M : Il n’y a pas de réelle différence dans le merchandising entre NFL et NCAA, ils sont clairement là pour faire du beurre tous les deux ! Les billets sont chers mais sans plus, tout dépend de quelle place on accepte de voir les matchs. Et en fait si l’on planifie bien le tout à l’avance, les billets ne coûtent pas si cher que ça.

T : Et enfin, évidemment, la question que les millions de lecteurs qui ont suivi vos aventures se posent : rebelote l’année prochaine ? Déjà une ébauche de programme ?

A : Pour l’an prochain, on est en train de plancher sur un séjour Californie-Oregon-Seattle, bref tout le côté Nord-Ouest du pays… J’ai un ami dans l’état de Washington qui est coach de lycée, ça nous ouvrira peut être des portes 😉

M : L’Oregon apparemment, d’après notre organisateur en chef ! Mais je dois dire que le Texas me tente bien aussi, moi qui n’y suis jamais allé. Mais en effet, le trip est déjà en gestation !

T : Et enfin petit pronostic de connaisseurs pour cette saison de College Football: une idée pour les demi-finales, la finale et le champion? Et que pensez-vous de ce système de playoffs, bonne idée ou mauvaise choix selon vous?

M : Mississippi State Champion ! En tout cas ils le méritent pour le moment, même si ce n’est pas mon équipe préférée. Au vu du classement actuel, TCU serait aussi une bonne surprise. On verra bien ! Perso, je ne suis pas tellement fan du format des playoffs mais attendons de voir pour juger. C’est toujours ce système de classement qui pêche pour moi…

A : Moi je vois bien Alabama. Ils ont la réussite de ceux qui finissent champion.

T : Les amis, je vous remercie infiniment pour votre disponibilité et votre patience, je pense que vous avez envoyé un peu de rêve à pas mal de fans de football ! Je vous laisse finir par un petit conseil à ceux qui voudraient suivre vos pas outre-Atlantique…

M : Le seul conseil que j’ai à donner, c’est de mettre le paquet sur la préparation. Comme vous l’avez vu, parfois ça s’est joué à 30 minutes pour voir plusieurs matchs dans la même journée ! Un planning très chargé (voir trop) n’est jamais abusé, sachant que si vous avez des plans de secours, tout est possible pour pouvoir apprécier le séjour.

A : Et si vous le souhaitez, n’hésitez pas à me contacter sur mon email coach@gj57.fr pour toute question.

M : Et pour finir, sachez qu’on a tenu un petit blog concernant ce séjour, l’adresse sera communiquée lorsqu’il sera terminé ! Merci aux lecteurs et j’espère utopiquement qu’un jour, des américains viendront voir du football US en France.

Passionné de football depuis une quinzaine d'années, il est propriétaire des Packers de Green Bay (NFL) et a un petit faible pour les Golden Bears de Californie depuis son passage au Memorial Stadium en 2012. Suivant tout particulièrement la Pac 12 et la Big 10, il rejoint l'équipe de rédacteurs de The Blue Pennant à l'automne 2014.

Lire la suite
Publicité
2 commentaires

2 Comments

  1. Luzoan

    18 novembre 2014 at 19h25

    Le prochain voyage couvre les 3 regions qui m’ ont toujours fait rêver!!!!
    Bravo les gas, mais sans le carnet d’ adresse, ce ne serait pas possible!
    Je vous envie beaucoup! Merci à TBP et aux Gueules jaunes de Tereville.
    Beaucoup d’ associations en France dans le FootUS devraient prendre exemple.
    Merciiiiii!

  2. Ben

    19 novembre 2014 at 13h52

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

Actualité

Les paris sportifs bientôt autorisés partout aux États-Unis ?

La Cour Suprême américaine vient d’annuler une Loi fédérale qui interdisait aux États américains d’autoriser les paris sportifs.

Publié

le

Crédit photo : David Becker / For the Washington Post

La Cour Suprême vient d’annuler une loi fédérale qui interdisait les paris sur le football, le basketball, le baseball et d’autres sports dans la plupart des Etats américains, donnant à ces derniers le feu vert pour légaliser les paris sportifs.

À 7 voix contre 2, la Cour Suprême a voté en faveur de l’annulation de la Loi fédérale sur la protection des sports professionnels et amateurs (PASPA). Cette loi de 1992 interdisait les jeux de hasard et les paris sportifs que certains États autorisaient à l’époque, à quelques exceptions près. Le Nevada était le seul État où une personne pouvait parier sur les résultats d’un match.

Une firme de recherche avait estimé avant cette décision que si la Cour suprême venait à invalider la loi, 32 États proposeraient probablement des paris sportifs dans les cinq ans.

“La légalisation des paris sportifs nécessite un choix politique important, mais le choix ne nous appartient pas. Le Congrès peut réglementer directement les paris sportifs, mais s’il choisit de ne pas le faire, chaque État est libre d’agir seul. Notre travail consiste à interpréter la loi adoptée par le Congrès et à décider si elle est conforme à la Constitution. PASPA ne l’est plus.” Samuel Alito, membre de la Cour Suprême.

Menace sur l’intégrité des différents sports ?

La décision de la Cour Suprême intervient suite à un combat juridique mené par l’État du New Jersey, qui a lutté pendant des années pour légaliser les paris sportifs dans ses casinos et les hippodromes de l’État.

Plus d’une douzaine d’États soutenaient l’État du New Jersey, qui affirmait que le Congrès avait outrepassé son autorité en adoptant la loi de 1992 sur la protection des sportifs professionnels et amateurs, leur interdisant de facto d’autoriser les paris sportifs. Le New Jersey plaidait depuis des années que la Constitution américaine permet au Congrès d’adopter des lois interdisant les paris sportifs, mais qu’il ne peut exiger des États qu’ils maintiennent des interdictions. Or, aucune Loi n’a été voté par le Congrès ce qui ouvre la voie à plusieurs États de décider maintenant d’autoriser ces paris sportifs.

Les quatre grandes ligues de sport professionnel américaines, la NCAA et le gouvernement fédéral ont demandé à la Cour de faire respecter la loi fédérale (PASPA). La NBA, la NFL, la NHL et la MLB soutenaient que l’autorisation des paris sportifs au New Jersey nuirait à l’intégrité de leurs sports. Pourtant, plusieurs dirigeants de ces quatre grandes ligues (à l’exception de la NFL) ont récemment montré un certain intérêt pour les paris sportifs encadrés.

150 millions de paris illégaux chaque année

Pour donner un ordre d’idée, l’American Gaming Association (AGA) estime que les Américains parient illégalement environ 150 milliards de dollars sur les sports chaque année.

La loi de 1992 interdisait donc l’organisation de paris sportifs par les États avec des exceptions pour le Nevada, le Montana, l’Oregon et le Delaware, États qui avaient approuvé certaines formes de paris sportifs avant l’entrée en vigueur de la PASPA. Le Nevada est le seul état où une personne peut aujourd’hui parier sur les résultats d’un seul match. A noter que la PASPA ne couvrait pas les paris entre amis. La loi ne couvrait pas non plus les paris sur les courses d’animaux, telles que les courses de chevaux, que de nombreux États autorisent déjà.

Le New Jersey a dépensé des millions de $ en frais juridiques pour tenter de légaliser les paris sportifs dans ses casinos et ses hippodromes. En 2012, avec le soutien des électeurs, les législateurs du New Jersey avaient voté une loi autorisant les paris sportifs, contestant directement la loi fédérale de 1992. L’Etat avait finalement perdu devant les tribunaux.

Cette décision de la Coup Suprême devrait avoir des conséquences énormes car de très nombreux États sont près à autoriser rapidement les paris sportifs. La NCAA et le College Football en particulier seront des cibles privilégiées des parieurs. Les instances de la NCAA ne s’y sont pas trompés en réagissant immédiatement.

Les craintes majeurs des grandes ligues professionnelles et de la NCAA sont liées à l’intégrité et à la crédibilité de leur compétition. En effet, en autorisant les paris sportifs, c’est, selon elles, la porte ouverte à la corruption et aux matchs truqués.

Toutefois, la fin de l’interdiction des paris sportifs pourrait représenter une incroyable opportunité pour la NCAA. En proposant un partage des revenus de ces paris, État par État, elle pourrait ainsi constituer une manne financière très importante afin de rémunérer ses étudiants-athlètes et régler ainsi le dossier épineux de leur rémunération.

Lire la suite

Actualité

La 135ème édition de Harvard-Yale se jouera à Fenway Park

Publié

le

Pour la première fois depuis plus de 100 ans, le traditionnel match annuel entre Harvard et Yale ne se déroulera pas sur l’un des deux campus puisque c’est au légendaire stade de baseball des Red Sox de Boston (MLB) que le Crimson et les Bulldogs s’affronteront.

Ce choc annuel met traditionnellement fin à la saison régulière de l’Ivy League. L’édition 2018 aura lieu le 17 novembre prochain.

C’est la première fois depuis 1912 que les deux équipes seront opposées sur terrain neutre.

Le Fenway Park accueillait les Patriots de Boston dans les années 60 et a été l’hôte de nombreux matchs de College Football comme ce fût le cas l’an passé avec l’affrontement entre Boston College et UConn dans la FBS mais aussi celui entre Dartmouth et Brown dans l’Ivy League (FCS).

Bien que cette annonce ait satisfait les deux camps, le capitaine de Yale, le senior Kyle Mullen, regrette qu’il n’aura pas une dernière occasion de battre Harvard dans son stade.

« J’attendais avec impatience d’avoir l’opportunité de s’imposer à Harvard mais je vais devoir me contenter de ce match au Fanway Park » – Kyle Mullen, capitaine des Bulldogs de Yale.

Cette 138ème édition de The Game marquera le 50ème anniversaire du fameux match de 1968. Cette année-là, Harvard marqua 16 points dans les 42 dernières secondes pour égaliser le score à 29-29. Le lendemain, le journal de l’université Harvard avait titré sa première page par le devenu célèbre : « Harvard s’impose face à Yale 29-29 ».

Lire la suite

Actualité

La NCAA approuve le fair catch dans les 25 yards sur les kickoffs

Le NCAA Football Rules Committee a officiellement décidé de permettre à une équipe qui réussit un fair catch dans ses propres 25 yards de bénéficier d’un touchback.

Publié

le

Changement important de règlement sur les kickoffs à partir de la saison prochaine : les kick returners seront désormais autorisés à exécuter un fair catch en agitant un brad dans les airs dans leurs propres 25 yards afin de bénéficier de la possession du ballon sur la ligne des 25 yards.

Finalement, ce nouveau règlement adopté par le NCAA Football Rules Oversight Panel, vendredi 13 avril, revient à élargir la zone de touchback de 25 yards.

Si le ballon se rend jusque l’en-but adverse lors du kickoff, l’attaque débutera toujours sur la ligne de 25 yards. Toutefois, si le kick returner décide de retourner le ballon, la possession du ballon commencera sur la ligne où le kick returner a été arrêté dans sa progression.

Ce changement de règlement vise à renforcer la sécurité des joueurs lors d’une phase de jeu qui est statistiquement l’une des plus dangereuses en raison de la violence des chocs entre joueurs.

A noter que d’autres changements ont été adoptés par le NCAA Football Rules Oversight Panel :

  • Suite au kickoff après un TD, l’horloge débutera avec 40 secondes au compteur afin d’accélérer le jeu.
  • Si un replay video vient inverser une décision arbitrale dans la dernière minute des deux mi-temps, un runoff de 10 secondes sera imposé dans le cas où la bonne décision n’aurait pas stopper l’horloge.
  • Les joueurs offensifs ne seront plus autorisés à effectuer des blocs sous la taille au delà de 5 yards par rapport à la ligne de scrimmage. Tous les blocs sous la taille doivent être effectués de manière frontale à l’exception des joueurs de ligne intérieure.
  • Il est interdit de prendre appui sur un coéquipier pour tenter de contrer un field goal ou un extra point.
  • Si une pénalité pour conduite anti-sportive est appelée contre la défense sur un FG, l’attaque a désormais l’option de bénéficier des yards associés à la pénalité sur le kickoff suivant.
Lire la suite

Actualité

Mark Emmert : « Payer les étudiants-athlètes en football et en basketball tuerait les autres sports »

Le président de la NCAA a une nouvelle fois fait un réquisitoire en faveur du status quo.

Publié

le

Crédit photo : Matt York/AP

Alors que le Final Four débutera dans quelques heures, le président de la NCAA était l’invité de l’ancien reporter d’ESPN pour une interview au cours de laquelle la question de l’amateurisme a été abordée.

Évidemment, c’est plutôt la question de la possibilité d’accorder des revenues à certains étudiants-athlètes qui fût au coeur des discussions.

« Si vous commencez à payer les étudiants-athlètes masculins, vous devez faire la même chose pour les femmes […] si vous payez seulement les athlètes en football et en basketball, les départements athlétiques devront éliminer les autres sports » – Mark Emmert, président de la NCAA.

Les commentaires de Mark Emmert sont plus que contestables.

Tout d’abord, il tente délibérément de mettre un terme au débat en suggérant que la seule façon de rémunérer les athlètes universitaires reviendrait à ce que les universités leur paient directement un salaire. Or, le modèle olympique est l’alternative la plus populaire. Elle rendrait possible de contourner à la fois les questions financières, le droit du travail et les questions de la Loi Title IX ce qui permettrait ainsi aux quarterbacks vedette ou aux rameurs féminines de bénéficier de différentes sources de revenus, notamment publicitaires. Mark Emmert le sait mais il a préféré d’écarter cette option prétendant ainsi qu’il n’y a pas d’autre alternative que le status quo.

Deuxièmement, Mark Emmert considère que le modèle NCAA a un impératif moral imposant ainsi que les joueurs de football et de basketball masculins s’affrontent gratuitement pour que le tennis et la natation puissent exister. Encore une fois, le président de la NCAA choisit d’ignorer le fait que le football et le basketball rapporte des millions de $ aux universités… qui le dépensent, certes, pour construire des installations sportives de haut niveau mais aussi pour offrir des salaires faramineux aux coaching staffs tout en préservant une bureaucratie parfois surabondante…

Le débat

Lire la suite
Publicité

TBP SUR TWITTER

Articles les plus lus