Suivez-nous sur

Actualité

Le fils de Ray Lewis arrêté pour deux agressions sexuelles

Ray Lewis III

Le sophomore CB Ray Lewis III des Chanticleers de Coastal Carolina (FCS), fils de l’ancien joueur NFL, Ray Lewis, a été arrêté par la Police de Conway (Caroline du Sud) pour avoir agressé sexuellement deux jeunes femmes.

Selon le rapport de police, CB Ray Lewis III aurait profité de la vulnérabilité d’une jeune femme de 18 ans qui était alors affaiblie par la drogue ou l’alcool. Les faits remontent au 23 janvier dernier.

Ray Lewis III

Ray Lewis III

Une autre jeune femme a également accusé le fils de Ray Lewis de l’avoir agressé sexuellement lors de cette soirée du 23 janvier. La Police n’a donné aucun détail concernant cette seconde accusation.

Après trois mois d’enquête pour regrouper de nombreux éléments de preuve, la Police de Conway est convaincue de la culpabilité du fils de l’ancien linebacker des Ravens de Baltimore (NFL). CB Ray Lewis III s’est finalement présenté au poste de police de Conway qui a immédiatement procédé à son arrestation, vendredi 29 avril.

Initialement recruté par les Hurricanes de Miami à sa sortie du lycée, CB Ray Lewis III n’a finalement pas marché sur les traces de son père puisqu’il a été transféré à Coastal Carolina en 2015 pour cause de manque de temps de jeu.

Pour rappel, Ray Lewis père a été accusé d’un double-meurtre en 2000 à la sortie d’une discothèque de la banlieue d’Atlanta. Il a échappé à un procès en accusant les deux amis qui l’accompagnaient à l’époque. La Justice n’a finalement jamais élucidé cette affaire malgré les traces de sang des deux victimes retrouvées dans la voiture de Ray Lewis.

Actuellement membre de la conférence Big South (FCS), les Chanticleers feront le saut au niveau FBS en 2017 en se joignant à la conférence Sun Belt.

La rédaction est composée de passionnés qui vous informent quotidiennement sur l'actualité du College Football et qui vous proposent des analyses et des points de vue originaux sur le 2ème sport le plus médiatisé aux Etats-Unis.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Actualité