Suivez-nous

Actualité

College Football Report – Semaine 8

Retour sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football avec le ton décalé de Verchain.

Publié

le

The College Football Report By Verchain Presented By The Blue Pennant is brought to you by the Jackson State University Prancing J-Settes.

 

Bon, ben… Nous partîmes 8 et par un prompt merdouillage massif nous nous trouvâmes 5 en arrivant au port… Et encore, USF n’est pas passé loin de la correctionnelle face à… U Conn…

Ainsi parlait Verchain

Verchain pense. Alors Verchain écrit. C’est son côté Rain Man. Feel free to insult me in the comments section.

Alors que tous les signes dans le ciel semblent indiquer que nous pouvons sans doute nous préparer à un épisode 3 de Alabama – Clemson en janvier prochain, la vraie question demeure… Comment battre Alabama ?

Comment battre une équipe qui écrase tout sur son passage ? Qui prend l’avantage au score quasiment à chaque fois sur sa première série offensive ? Qui peut se permettre de mettre sur le banc quasiment à tous les matchs LE candidat au trophée Heisman sur le banc à l’issue du troisième quart-temps ?

Alabama a pourtant quelques ‘faiblesses’… Ou presque…

Tua n’a jamais eu besoin de forcer son talent. Le jeu de passes en attaque repose sur une merveille de timing entre Tua et ses receveurs. C’est un peu comme si le QB du Tide pouvait lancer les yeux fermés et tout de même trouver ses receveurs. Une solution pourrait donc être de perturber le rythme de l’attaque. De forcer Tua à conserver le ballon et à improviser. Mais les routes offensives des receveurs semblent tellement étudiées qu’il paraît quasiment impossible de mettre en travers le fonctionnement de l’escouade offensive. Pour pouvoir perturber les receveurs au moment de la mise au jeu, avant qu’ils ne prennent leur route assignée, et ainsi les ‘réorienter’, il faut des corners suffisamment costauds pour pouvoir lutter physiquement avec les receveurs… Et il faudrait faire une prise à deux systématique sur Jerry Jeudy… au risque de se faire dominer au centre par le tight end…

Je ne suis pas un type spécialisé dans la défense, mais l’équation semble complètement impossible à résoudre.

Alors, la solution pourrait bien être de conserver le ballon. En espérant sortir un big play ou deux dans le match. Tenir l’attaque hors du terrain. Par exemple avec un jeu de passe type West Coast, en se focalisant sur les corners du Tide, relativement peu expérimentés.

Louisiana State, qui n’est de toute façon pas aussi solide à première vue que le Crimson Tide, avec un match à venir à Baton Rouge, semble le seul obstacle conséquent sur la route menant ‘Bama à la saison parfaite.

Notre Dame, potentiellement #3 au classement final du CFPSC (souvenons-nous que le premier classement publié de la saison viendra dans une dizaine de jours), ne me semble pas en mesure d’exploiter les rares faiblesses du Tide…

Puisqu’il faut bien cibler une faiblesse, le kicking game est perpétuellement un sujet de plaisanteries, avec une équipe qui manque tout de même un paquet d’extra-points…

Le jeu de course n’est plus celui que nous avons connu lors des années précédentes, avec le mouvement qu’a entamé Alabama, comme un paquet d’autres équipes de la SEC, vers des attaques plus ouvertes… Cette saison, Alabama n’a pas eu besoin de s’appuyer sur un jeu de course conséquent, hormis sur les fins de match, mais sans enjeu tant l’écart au score semble toujours insurmontable…

Personne ne semble aujourd’hui en mesure de battre Alabama. C’est ce qu’on se disait aussi la saison passée… Avant ce match à Auburn…

#NotImpressed

En ce mois d’octobre, où la couleur rose fleurit sur les pompons des cheerbabes, dans les tribunes ou sur les uniformes, et un peu partout autour de nous, on ne peut qu’être d’accord :

Ainsi donc, Ohio State s’est ridiculisée à Purdue. Est-ce Purdue qui a sorti son match de la saison ? Parce que bon, certains ont beau prétendre que Purdue est meilleure que ce que son record indique, tout de même, les Boilermakers ont perdu contre une Directional Michigan, Eastern…

Ou est-ce une nouvelle fois la défaite alakon à laquelle les équipes des Buckeyes de Meyer nous ont habitué. Genre, ce match totalement ridicule à Iowa la saison passée…

Certains sur ESPN semblent croire que la B1G peut envoyer deux équipes en playoff, comme la SEC l’a fait l’an dernier. Tellement cette conférence est forte… C’est cela, oui… Une conférence où un champion potentiel perd largement contre une équipe qui a perdu contre Eastern Michigan… Non, mais, vous êtes sérieux, ESPN ?

Pour en revenir au sujet qui nous occupe, Ohio State a été totalement mis hors de position par une attaque de Purdue qui a réalisé son gros match de l’année.

Ohio State a été aussi efficace dans la red zone que le puceau moyen à une soirée branchouille.

Mais plus encore que le dernier clou dans le cercueil des espoirs de QB Dwayne Haskins de toucher le trophée Heisman, c’est la performance défensive des Buckeyes qui a été plus que suspecte.

Allez savoir, au fond, si la décision de Nick Bosa de profiter de la fin de saison pour soigner sa blessure et ne pas risquer de revenir sur le terrain et d’éventuellement de s’y blesser de nouveau, tout ça pour préserver sa position dans la draft à venir.

Fuck me sideways.

Je dois sans doute faire partie des vieux conservateurs. Mais là, tout de même, on se trouve devant une nouvelle décision individuelle qui vient foutre un grand coup de machette dans la conception du football comme le sport d’équipe ultime.

Eh, on parle d’un sport où même le meilleur joueur de l’histoire ne peut pas à lui seul gagner un match. On n’est pas au basket où un arrière ou un ailier qui prend feu peut bombarder 15 paniers à trois points. On n’est pas au baseball où un lanceur touché par la grâce lancerait le match parfait, strikeout après strikeout… On parle de football, où un quarterback ne survit que par la tenue de sa ligne offensive. Où un linebacker ne peut briller que parce que sa ligne défensive fait le boulot pour perturber les gros culs de la ligne offensive opposée. Etc, etc…

Mais non, l’individualisme a pris le dessus, et plus personne ne s’émeut de voir un McCaffrey ou un Fournette sécher les bowls de leur équipe pour ne pas risquer une blessure (ce qui montre, de toute façon et pour apporter de l’eau au moulin de Verchain, que les bowls ne servent à rien d’autre qu’à octroyer des bonus aux coaches ou aux AD), ou de voir Kelly Bryant décider de transférer immédiatement après avoir perdu sa place de titulaire à Clemson.

Le football universitaire n’est plus, on le sait depuis des années, qu’un immense camp d’entraînement pour la NFL. On doit vivre avec. Et s’appuyer sur le folklore qui l’entoure pour y trouver encore et toujours plus d’intérêt…

Donc, la B1G…

Il se pourrait que les puissances autorisées, dans les bureaux de la conférence, à Chicago, soient en train d’espérer que les Wolverines de Michigan, larges vainqueurs des Spartans de Michigan State, remportent le titre de la conférence pour la première fois depuis une éternité.

Après tout, Michigan n’a perdu pour le moment que contre Notre Dame, indépendante invaincue, qui semble pour le moment en ligne pour une participation au playoff. Battre Penn State (qui n’est pas du tout l’insubmersible vaisseau qu’on a pu nous présenter), et surtout aller gagner à Colombus, enverrait les Wolverines et les khakis de Harbaugh en finale de conférence. Aucune équipe de la B1G West ne semble en mesure de vaincre Michigan ou Ohio State en ce moment. D’ailleurs, les Harboys ont écrasé Wisconsin et Nebraska, et survécu difficilement contre Northwestern, l’équipe qui est la mieux placée pour l’instant pour remporter sa division mais qui n’a pas encore affronté ses concurrentes les plus sérieuses.

Maintenant… « The Game » (nom officieux) THE OSU – Michigan aura lieu dans le Horseshoe, l’antre des Buckeyes, et – si Harbaugh a vaincu le signe indien qui semblait empêcher son équipe de battre chez elle une équipe classée – Michigan n’en sera pas favorite…

Rappelons que le CFP n’a jamais eu en son sein d’équipe à plus d’une défaite. Dans la B1G, il n’y a aucune équipe invaincue (Alabama en SEC, Clemson en ACC, UCF & USF en AAC, Notre Dame) et seulement trois qui comptent une seule défaite (Ohio State, Michigan, Iowa) alors qu’on a encore quelques matchs qui peuvent venir perturber les chances de la B1G d’accéder au playoff dont la conférence a été tenue éloigner l’an dernier…

B1G Football, in a tweet…

Les perspectives ne sont pas meilleures dans la Pac12. Elles sont même bien plus mauvaises…

Après sa victoire contre Oregon, Wazzu est la seule équipe à ne compter qu’une seule défaite dans toute la conférence. Les Cougars ont perdu à USC. Et les Leach Boys doivent encore croiser les chemins de Stanford dès samedi prochain et de Washington en clôture de saison, pour l’Apple Cup. Sans compter un match piégeux au possible à Colorado… Bref, toute défaite de Washington State condamnerait la Pac12 à regarder une nouvelle fois le playoff à la télé. Mais bon, seul compte le Rose Bowl, n’est-ce pas ?

En attendant, il ne nous reste qu’une seule chose à faire. Sit down and have fun…

 

Quickies*

*parce qu’un petit coup vite fait, c’est bon pour la santé

  • This Week In Lane Kiffin : FAU n’est pas au mieux cette saison, avec une défaite contre Marshall ce samedi. Pas grave, Lane Kiffin, maître du Perlimpimpin avait prévu le coup…

 

  • This Week in Game of The Week You Might Not Have Heard About :

  • This Week In Rutgers : Seriously ?

  • This Week In Worse Than UTEP…

  • This Week In Otherwordly Football : Army a encore gagné un match sans compléter une seule passe. Jeeee-sus. On devrait interdire Army.

Verchain’s Billboard

Le Verchain’s Selection Comittee, présidé et administré par Verchain, qui synthétise après de longs débats dans un garage luxueux du Nord de la France les réflexions d’un comité composé de Verchain et Verchain, vous offre son classement des 25 premières équipes du college football, sans vous donner d’explications pourries, mais avec du Verchain Style inside.

#1 Alabama Crimson Tide (SEC)

Joe Manchin est candidat aux prochaines élections pour le Sénat dans l’état de Virginie Occidentale. Nick Saban apporte son soutien à Joe Manchin (Dem.). Joe Manchin va écrabouiller la concurrence, de 45 points.

#2 Clemson Tigers (ACC)

Soooo. Clemson won the Textile Bowl. Again.

 

J’en connais une que j’aimerai bien voir sans textile…

 

#3 Notre Dame Fighting Irish (TBP)

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… Women’s Basket Ball

#4 UCF Knights (AAC)

Bon… ça va finir par démarrer une nouvelle tradition dans GameDay ??

 

Sinon, ben… Tremblez, braves gens…

 

#5 Florida Gators (SEC)

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… Women’s Swimming and Diving…

#6 LSU Tigers (SEC)

Les uniformes de la mort qui tuent, sérieux. Stylez Points Aplenty.

 

A part ça… Un partenariat avec la WWE au programme ? Un magnifique simulacre de coup de tronche…

#7 Michigan Wolverines (Big Ten)

Michigan is classless… à la surprise de… personne…

A part ça, il y a un guignol (Dan Wolken de USA Today) qui prétend que les Wolverines sont la meilleure équipe de la B1G… Mmmh… C’est dire le niveau de la conférence…

#8 Georgia Bulldogs (SEC)

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… we have to rush to find some Bulldogs’ non football related video…

#9 Texas Longhorns (Big XII)

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… Women’s Softball

#10 Ohio State Buckeyes (BigTen)

Apparemment, Urban Meyer vient de se rendre compte qu’il est un vrai bon gros connard. Il se souvient tout à coup de ce que contenaient les messages texte effacés… oh… La preuve par l’image…

 

Making excuses. A sport in Ohio, I guess…

 

#11 South Florida Bulls (AAC)

 

Et ils osent appeler ça highlights…

Chacun sa définition…

 

#12 Oklahoma Sooners (Big XII)

This Week in Stooooopid Officiating…

#13 Texas A&M Aggies (SEC)

On ne t’a pas revue dans les tribunes… Pas grave, tu es pour toute la saison dans le College Football Report.

 

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… Women’s Volleyball

#14 Washington Huskies (Pac12)

Happy Homecoming, she said… Yeah… I’m c… Forget about that… En attendant, les Huskies auront l’opportunité de ruiner les derniers espoirs de la Pac12 au cours de l’Apple Cup…

 

#15 West Virginia Mountaineers (Big XII)

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… Rifle stuff ?

 

Sinon, bon, ben… La Virginie Occidentale, c’est un peu comme le Pas de Calais chez nous, quoi…

 

#16 Penn State Nittany Lions (Big Ten)

Avec cette histoire de Sandusky, machin tout ça, est-ce une bonne communication, Lions ?

 

Bon, ben, on va tout de même nominer Jules Vulcano pour le grand classement des Cheer of the Year… Parce qu’il faut bien nominer, de temps à autre, des cheerbabes de Penn State…

 

#17 Washington State Cougars (Pac12)

Can’t say that better myself…

 

#18 Oregon Ducks (Pac12)

No comment…

 

I said « no comment »

 

#19 Iowa Hawkeyes (Big Ten)

Buttfumble is back…

 

#20 Stanford Cardinal (Pac12)

#21 Michigan State Spartans (BigTen)

Sorry but…

 

#22 Kentucky Wildcats (SEC)

Welcome back into the ranks of bowl eligible teams, Wildcats…

#23 North Carolina State Wolf Pack (ACC)

Pas de honte à perdre face à Clemson, même largement… Par contre, trolling de compétition des Tigers…

#24 Virginia Cavaliers (ACC)

On peut parfois classer des équipes, comme ça, et ne pas avoir pour autant grand chose à en dire…

#25 Appalachian State Mountaineers (Sun Belt)

Fun Belt ?

 

Under consideration : Hawaii.

Three games to watch next week

Bon, ben, on a un petit peu de mal à trouver beaucoup de matchs intéressants, au papier, cette semaine encore. Remarquez, le plus intéressant, en ce moment, c’est de trouver le match qui risque de nous apporter l’upset de la semaine… Je ne m’y risquerai pas de nouveau…

South Florida Bulls at Houston Cougars : voilà qui pourrait bien ressembler à une future finale de LA conférence passionnante de la saison. Sérieusement. Oui, je sais, il y a UCF, Temple, plein de trucs… Mais c’est selon moi le plus gros test pour les Bulls, que je vois peut-être plus forts qu’ils ne sont réellement. Mais c’est fun, cette American. Sérieusement. Je m’en suis moqué tant que je pouvais pendant un moment. Ce temps là est derrière nous. L’American a remplacé la MAC et la MWC dans le rôle de The Little Conference That Could. Really.

Florida Gators at Georgia Bulldogs : The World’s Largest Cocktail Party, avec GameDay à proximité. La victoire finale en SEC East se joue maintenant. On attend donc un paquet de comas éthyliques…

Washington State Cougars at Stanford Cardinal : L’attaque du 21° siècle face à celle du 14° siècle. Tous les types payés bien cher dans les bureaux de la Pac12 espèrent un upset de la part de Mike Leach et compagnie. Sérieusement.

Also worth a look :

Texas at Oklahoma State – pour mettre un peu de boxon supplémentaire dans la Big12, poussez pour une victoire de Mike Gundy and the Wailers.
Notre Dame at Navy – Upset alert.
Iowa at Penn State – parce que oui, Penn State a encore une petite chance de remporter la B1G East… Enfin… Presque…
Clemson at Florida State – Just joking…

Not really football stuff… and then what ??

Les trucs alakon autour du football. Pas forcément tous les trucs alakon. Certains trucs alakon.

La carte tactique mise à jour

Your Scooter Vid Of the Week.

 

Une bonne vieille baston qui m’avait échappé la semaine passée. Arkansas at Ole Miss…

Verchain’s Crush of the Week – Non-Football Edition

Toujours dans les séries de Verchain, cette semaine l’une des dernières créations Netflix : The Haunting of Hill House.

 

Ghost Adventures en série, sans Zach Bagans et son crew… Bon, disons, c’est pas mal du tout… Donc, dans la série, bim, Kate Siegel…

Make our cheerleaders great again !

They ARE the reason why we LOVE College Football. And they are in the College Football Report. Enjoy.

Comme la semaine dernière nous étions quasiment en mode « Full Sparty », il fallait en venir à l’un des rares groupes à valoir un peu le coup d’oeil dans la B1G. Michigan State.

 

Et nous nominons Kaylee Schuiteman au titre de Verchain’s Cheerleader of the Year (coming soon…)

C’est tout pour aujourd’hui. Alors…

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

Publicité
4 commentaires

4 Comments

  1. Louvressac

    22 octobre 2018 at 08h59

    Dis moi grand maître , sans rire… qu’est ce que tu penses des chances de Kentucky dans la SEC east ? Si ils gagnent à Mizzou ce week-end pendant que les 2 autres s’étripent à Jacksonville ils ont leur finale de coupe du monde la semaine suivante contre Georgia… parce que vu la confiance emmagasinée depuis le début de la saison le reste du calendrier (tennessee, middle tennessee et Louisville ) semble tout à fait abordable…. bon, je sais que c’est Kentucky, mais quand meme !

  2. Verchain

    22 octobre 2018 at 15h47

    Hey, ami des Derniers Jours !

    On a une saison avec tellement de n’importe quoi, en effet, on peut même se prendre à penser que Kentucky pourrait… Aller en finale de SEC.

    Si Florida bat Georgia, ce qui est loin d’être fait, les Gators auront la meilleure chance de disputer la finale, puisque leurs deux derniers matchs seront contre Mizzou et South Carolina à la maison… Dans le même temps, Kentucky doit aller à Mizzou et à Tennessee. Et recevoir Georgia. Même si Florida venait à battre Georgia, j’ai du mal à imaginer les Bulldogs perdre deux fois de suite…

    Kentucky gagne avec un football assez moche en ce moment. Dans la lutte à trois pour la division East, UK a à ce jour l’avantage d’avoir battu Florida…

    Honnêtement, je n’y crois pas trop. Georgia demeure pour moi le prétendant le plus sérieux. Après tout, ils n’ont perdu que contre LSU, certes largement, mais ont eu une semaine pour s’en remettre.

    Georgia et Florida arriveront au WOrld’s largest cocktail party avec des effectifs frais suite à une semaine de repos chacun… Je crois que c’est là la vraie finale de la SEC East.

    Kentucky… Pfff… Je ne me sens pas prêt à en faire un favori pour l’instant.
    Bien évidemment, tout peut changer en deux semaines…

    Tu y crois, toi ?

    • louvressac

      22 octobre 2018 at 19h05

      ben j’en sais trop rien…je n’ai vu pour l’instant que leurs résumés de matchs dans college football final. c’est clair que ce n’est pas très sexy mais en tout cas c’est assez difficile a battre (si on m’aurait dit ça il y a 3 mois !) et finalement ils ne sont jamais qu’a une prolongation perdue @ texas A&M d’etre encore invaincus.

      Je reste persuadé que Georgia va le faire,mais cette saison est somme toute assez surprenante, alors qui sait… sur un malentendu ça peut marcher !

      Et en plus je ne pourrais même pas vérifier de visu ce week-end prochain le match a Missouri est programmé en même temps que la grande cocktail party, mais surtoutque match de qui tu sais contre Northern Illinois à 21h30 sur ESPNU… pour une fois qu’on ne joue pas à 03h30 du matin c’est immanquable !

      • Verchain

        22 octobre 2018 at 21h41

        Et ce n’est pas NIU qui va poser beaucoup de problèmes à qui je sais…
        Moi je zapperai sans doute de streaming pourri en streaming plus ou moins moisi entre différents matchs. Comme toujours. Il y a certes les matchs SEC à 21h30, mais aussi un Iowa PSU qui pourrait être moche, et le match qui m’intéresse le plus : USF à Houston…

        On fera le décompte dimanche…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

Saison 2020 : est-ce déjà trop tard?

La semaine dernière a été riche en événements dans le petit monde du College Football : entre éclosions de cas de COVID-19, calendriers bouleversés et autres annulations, on fait le point sur la situation.

Publié

le

Crédit photo : Lynne Sladky, AP

Avec plus de 70 000 nouveaux cas positifs au Covid-19 en un jour, les Etats-Unis ont établi un triste record le weekend dernier. Pire encore, on retrouve parmi les foyers de la pandémie des États tels que la Floride, l’Arizona et le Texas, états connus pour l’engouement de leurs fans pour la saison de football.

Selon le Washington Post, les campus universitaires représentent un vrai risque pour l’ensemble de la population du fait de la difficulté des contrôles à réaliser. Le journal pointe notamment du doigt les fraternités, réputées pour leurs soirées et le risque associé de non-respect des règles d’hygiène.

Depuis l’éclosion d’il y a deux semaines, plus de 150 membres de fraternités (sur environ un millier) de l’Université Washington à Seattle (qui abrite les Huskies) ont été contrôlés positifs. De même à l’Université Mississippi à Oxford (chez les Rebels d’Ole Miss), les services de santé ont dénombré plus d’une centaine de nouveaux cas au lendemain d’une soirée organisée par une fraternité.

Les universités se trouvent donc dans une situation d’urgence qui nécessite des mesures bien plus conséquentes que des matches organisés à huis clos ou une bulle dans un parc d’attraction (la FBS est en effet constituée de plus 10 000 joueurs…).

Une timeline impossible ?

La « Week 0 » qui lance la saison 2020 est censé avoir lieu le 29 août prochain, dans 7 semaines exactement. A l’heure actuelle, les équipes sont encore dans leur période de « voluntary workouts » et n’ont même pas encore pu aller à l’entrainement avec des effectifs complets.

Les regards se sont alors tournés vers les instances gouvernementales du football telles que la NCAA, qui a tardivement fini par ouvrir la boite de Pandore : alors qu’on attendait des mesures fédératrices, dans une optique de coordonner à l’échelle du pays les mesures pour contrer la pandémie dans football, la NCAA a annoncé le 10 juillet dernier qu’elle « soutenait ses membres dans les décisions importantes qu’ils prendront relatives aux circonstances spécifiques (i.e. de chaque programme) en vue de protéger la santé et le bien-être des étudiants-athlètes. ».

Comme prévu, cela a mené à ce que chaque conférence joue son propre jeu et crée une dynamique à multiples vitesses.

Les conférences Big Ten et Pac-12 ont annoncé qu’elles suspendaient leurs matches hors conférence.

L’Ivy League a purement et simplement annulé la saison 2020 d’automne de sport (sans possibilité de report).

La NCJAA (qui régit le sport dans les Community College) a décidé de décaler la saison de football au prochain semestre pour la jouer, si tout va bien, entre janvier et avril 2021 en même temps que les sports de printemps (tels que le basketball).

Certaines conférences ont donc pris les devants mais c’est loin d’être le cas partout. Pour le reste, les deux prochaines semaines seront décisives pour la saison à venir.

La Pac-12 a indiqué que le reste des mesures prises en calendrier ne seraient dévoilées avant le 31 juillet. L’ACC va quant à elle communiquer sur la saison 2020 « d’ici fin juillet » soit pile un mois avant la reprise théorique.

En FBS, le Big Ten et la Pac-12 ont donc créé un effet boule de neige : avec les mesures annoncées, des matches inter-conférences comme le très attendu Alabama-USC n’auront pas lieu.

Parce qu’elle tarde à prendre une décision, la SEC (dans laquelle se trouve Alabama), qui de prime abord aurait souhaité un status quo, voit ses plans inévitablement chamboulés. Les conférences étant étroitement liées par le calendrier et par d’autres évènements tels que les bowl games et les playoffs, elles vont donc devoir agir vite : plus elles attendent, plus d’autres dominos vont tomber et moins elles auront de marge de manœuvre.

Des initiatives individuelles de mauvais augure

Certains programmes se veulent rassurant dans leur communication comme le blog Sport Illustrated « DawgsDaily » qui couvre les Georgia Bulldogs, qui affirme qu’en interne le programme se prépare à un début de saison d’ici octobre – novembre au plus tard. Pourtant, d’autres signes vont dans le sens contraire.

En effet Ohio State, Maryland ou encore North Carolina pour ne citer qu’eux, ont annoncé la suspension jusqu’à nouvel ordre de leurs voluntary workouts. Ohio State n’a pas communiqué sur le nombre de cas recensés de peur que « cela ne mène à l’identification d’individus spécifiques et ne compromette le secret médical ». Les Tar Heels, quant à eux, ont pris cette décision après que le département de santé ait identifié le campus comme un foyer d’éclosion, avec 37 cas avérés rien qu’au sein de la cellule athlétique, staff et joueurs inclus.

L’Université Hampton, pensionnaire de la conférence Big South en FCS, a frappé encore plus fort en annonçant en son seul nom le report de tous les sports d’automne pour le semestre suivant.

La Patriot League (où l’on retrouve des programmes comme Holy Cross et Georgetown) ont également annoncé le report d’un semestre des sports d’automne, à l’exception d’Army et Navy, pour qui il a été considéré que « du fait de leurs environnement et mission uniques dans l’enseignement supérieur, elles (i.e. ces académies) pourront continuer à s’engager dans des compétitions sportives en accord avec la vision de leurs directions respectives ».

31 juillet 2020 : la planète football retient son souffle

Alors à quoi s’attendre dans les prochaines semaines ?

Selon le site 247sports.com, l’ACC, dont le communiqué officiel est toujours attendu, se pencherait sur l’idée d’une conférence avec trois poules de 5 équipes (Notre Dame serait incluse dans ce format, bien qu’étant listée comme indépendante). Dans chaque poule, les équipes s’affronteraient toutes deux fois en phase aller-retour. A l’issue de ce round de poule les deux équipes avec le meilleur bilan seraient alors sélectionnées pour jouer la finale de conférence.

Cette idée représente un compromis alléchant pour les conférences du Power Five qui perdraient gros niveau revenu en cas d’annulation totale de la saison.

La décision dépendra cependant de l’évolution de la situation dans le pays. Les Etats-Unis parviendront-ils à endiguer la pandémie d’ici septembre pour permettre à un championnat remanié d’avoir lieu ? De plus, il faudra suivre de près la situation dans les universités. L’administration et les différents services seront-ils en mesure de déployer les moyens humains, financiers et médicaux pour assurer la présence saine sur le campus de plusieurs dizaines de milliers d’étudiants ? L’Université d’Harvard a par exemple déjà indiqué le 6 juillet dernier que la totalité des cours du premier semestre 2020 de leurs underclassmen (1ère et 2e années) auront lieu en ligne…

Lire la suite

Actualité

À quoi va ressembler la saison 2020 de College Football ?

Pandémie, tension raciale sur fond de révolution sociétale… le College Football fait face à des défis sans précedent. Tour d’horizon de la situation à 78 jours du début de la saison 2020.

Publié

le

D’habitude, l’offseason est toujours d’un ennui total, à peine rythmé par quelques faits divers plus ou moins sordide… cette fois-ci, le College football devra s’adapter suite aux nombreux événements d’un début d’année 2020 en roue libre. On fait le tour des changements, des annonces et des différentes mesures annoncées depuis quelques semaines.

Évidemment, pas question d’annuler la saison de College football : ESPN estime les pertes des conférences du Power 5 à 4 milliards de dollars minimum dans une telle éventualité. On y reviendra.

Déjà chamboulée par les récentes lois permettant aux étudiants-athlètes de profiter des droits sur leur image, la NCAA doit en plus faire face à la crise de covid-19 qui frappe de plein fouet les États-Unis, sans oublier dans une moindre mesure le mouvement protestataire en cours, qui ébranle toute la société civile américaine, jusqu’à son gouvernement fédéral.

Un calendrier bouleversé

Pays le plus touché par la pandémie au niveau mondial, les États-Unis ont subi un confinement prolongé remettant en cause le calendrier spartiate des joueurs de College football. L’annulation partielle des spring practices à travers le pays pourrait avoir une incidence sur le développement de joueurs privés d’entraînement, mais ce sont surtout des enjeux plus larges qui inquiètent.

Comment réunir des dizaines de gamins dans un vestiaire tout en respectant les consignes sanitaires ? Et surtout, comment les protéger durant leur entraînement pour un sport de contact au plus haut degré ? Si le virus a fait et continue de faire des ravages aux États-Unis, la phase de confinement a été express dans la plupart du pays alors que le président américain Donald Trump et différents gouverneurs républicains exhortaient les citoyens à retourner au travail et à l’école.

Cependant, il y aura bien une saison de football, les enjeux économiques étant énormes au regard de la part des revenus liés au sport universitaire #1 pour la majorité des universités. La NCAA, qui annoncé le retrait de son moratoire à partir du 1er juin, a ainsi laissé le soin aux différentes conférences de fixer les calendriers de reprise des entraînements.

La question autour de cette reprise a longtemps été en suspens, nombre d’universités estimant qu’un retour des étudiants sur les campus serait dangereux. La majorité des facs américaines a annulé le trimestre d’été, la fameuse Summer School, et certaines jouent encore la montre vis-à-vis de la rentrée.

Comme le reste du monde, le College football s’est tourné vers les outils technologiques à disposition pour maintenir la cohésion et les communications. Des réunions récurrentes en vidéo-conférence ont été tenues entre les coaches et les joueurs. Yahoo Sports a d’ailleurs pu suivre le staff d’Arizona State lors de ces meetings en télétravail.

Plusieurs programmes ont rouvert leurs installations aux joueurs et démarré les entraînements volontaires, même si certains patientent et jouent la sécurité, comme Oklahoma qui ne rouvrira la porte à son équipe que le 1er juillet. Les joueurs et le personnel sont testés au covid-19 et la plupart des programmes ayant déjà repris leurs activirés annoncent des cas positifs, généralement asymptomatiques : 5 à Alabama, 7 à Arkansas State, 3 à Oklahoma State, 1 à Iowa, 4 à Florida, 3 à Auburn ou 3 à Marshall, avec mise à l’écart immédiate des concernés.

Pour la Pac-12 et la Big 12, la reprise a été fixée au 15 juin, tandis que la Big Ten n’a donné aucune indication, préférant laisser le choix à ses membres. La décision sera néanmoins laissée aux programmes à chaque fois, en fonction de la situation locale.

Si les salles de sport sont déjà ouvertes en Arizona, les États de Californie, Washington et Oregon sont encore durement touchés par le virus et les facs concernées pourraient attendre début juillet pour la reprise des entraînements volontaires.

Une reprise volontaire

Si la décision est laissée aux universités pour le retour de leurs étudiants sur le campus et la réouverture complète des installations sportives, une partie de l’initiative revient également aux joueurs eux-mêmes. Pour le coach de Georgia Kirby Smart, chaque étudiant-athlète a pu décider de revenir ou non :

« Nous n’avons personne qui ne souhaite pas revenir, pour l’instant en tout cas, mais il s’agit évidemment d’une décision personnelle. (…) Nos gars sont impatients. » – Kirby Smart, coach des Bulldogs de Georgia.

Le directeur des sports d’Iowa Gary Barta a également tenu à rassurer les joueurs qui ne souhaiteraient pas revenir à l’entraînement pour des questions de santé.

« Il faut se rappeler que tant que le virus est là, tant qu’il n’y a pas de vaccin, il y aura toujours un risque. Quoi que nous fassions, nous ne pouvons pas l’éliminer. Nous travaillons pour le réduire et laisserons le choix à ceux qui doivent le faire. […] Si un de nos étudiants-athlètes choisit de ne pas revenir, il fera toujours partie de l’équipe. Nous travaillons pour diminuer l’inquiétude mais si un étudiant-athlète choisit de rester à l’écart de l’équipe à cause de ce covid-19, il ne perdra pas son statut ou sa bourse d’études. » – Gary Barta, directeur athlétique de l’université Iowa.

Le New York Times s’est néanmoins fendu d’un papier décrivant le ressenti des joueurs, dont l’avis n’est jamais pris en compte lors des prises de décision concernant la saison à venir, alors que 43% d’entre eux craignent une exposition au covid-19 selon une étude de la NCAA.

Crédit photo : DSPhotography / Dan Smith

Des stades vides ?

Partout, des mesures drastiques ont été prises, comme à South Bend où les joueurs résideront dans des hôtels sur le campus de Notre Dame durant le camp d’entraînement. Les Irish n’ouvriront d’ailleurs pas leur saison en Irlande face à Navy, comme initialement prévu, et le match se déroulera à Annapolis, probablement le 5 ou 6 septembre. Reste à savoir si le stade pourra accueillir des visiteurs…

Iowa State, qui comptait 22 000 abonnés la saison passée et qui espère atteindre les 30 000 cette année, a déjà choisi de réserver l’accès au stade aux supporters les plus fidèles, comme l’explique son directeur des sports Jamie Pollard :

« Puisque nous estimons atteindre la limite de 50% de la capacité du stade simplement avec nos abonnés, nous n’envisageons pas de vendre de billets à l’unité, à moins que les limites soient revues à la hausse. » – Jamie Pollard, directeur athlétique de l’université Iowa State.

La gestion du public en pleine épidémie est évidemment un point épineux. À Ann Arbor, le stade de 107 000 places des Wolverines pourrait bien rester vide face à l’impossibilité de tester chaque visiteur. Jim Harbaugh serait en tout cas favorable à une reprise, même en cas de gradins déserts :

« Je serais d’accord pour jouer sans supporters. Si le dilemme est de jouer sans fans ou de ne pas jouer du tout, alors je choisis l’option du stade vide. » – Jim Harbaugh, coach des Wolvrines de Michigan.

À la fin du mois de mai, Michigan s’est également illustré via les propos du président de l’université Mark Schlissel au Wall Street Journal, expliquant que les sports ne reprendraient pas tant que tous les étudiants ne seraient pas de retour sur le campus…

Le recrutement en pause pendant plusieurs mois

Le recrutement a également connu un long temps mort puisque les visites et les déplacements de prospects ou de coaches sont évidemment prohibés. La NCAA a décidé de prolonger la période de suspension du recrutement jusqu’au 31 juillet. Le processus continue cependant naturellement, de nombreux prospects ayant donné leur accord verbal depuis le début de cette pause officielle.

Oregon sera ainsi dans l’incapacité de tenir son traditionnel camp « Saturday Night Live » de fin juillet, qui rassemble habituellement de nombreux top prospects venus de tout le pays. Les habitudes sont là-aussi bouleversées, alors que Penn State compense la proximité physique avec son « Football Virtual Combine », à destinations des prospects; des instructions sont fournies pour prendre ses mensurations et se tester sur différents ateliers athlétiques, en marge de conseils du staff distribuées via les réseaux sociaux.

Les émeutes et le mouvement anti-raciste auront-t-ils une influence sur le calendrier ?

Pour l’heure, rien ne permet d’anticiper un report de la saison ou l’annulation de certaines rencontres mais le mouvement de protestations à l’encontre de la police et du gouvernement a déjà un impact sur le College football à différents niveaux, principalement extra-sportifs jusque-là.

Dans le Minnesota, l’État où George Floyd a été tué par un policier lors de son arrestation, le département des sports des Gophers a pris la décision immédiate de rompre son contrat avec la police locale pour l’encadrement des événements sportifs. Le coach de Minnesota, PJ Fleck, s’est fendu d’un message sur Twitter afin de rendre hommage à la victime.

Partout dans le pays, les programmes tentent de faire le ménage dans leur entourage et les racistes ont été excommuniés : Utah a suspendu son coordinateur défensif Morgan Scalley, auteur d’un texto raciste en 2013, en attendant la conclusion d’une enquête interne; Oregon State a renvoyé le tight end Rocco Carley pour des commentaires du même genre il y a trois ans et USC a révoqué l’abonnement saisonnier d’un booster qui recommandait d’ouvrir le feu sur les manifestants via son compte Twitter.

C’est surtout Clemson qui se retrouve sous le feu des projecteurs ces derniers jours. L’université, nommée d’après son fondateur Thomas Green Clemson, est critiquée pour son héritage pro-esclavagiste, avec la star NFL DeAndre Hopkins comme porte-parole du mouvement. En outre, le coach de l’équipe de football Dabo Swinney a également dû s’excuser après le déchaînement des réseaux sociaux à son égard, consécutif à la position du coach des Tigers qui défendait un de ses assistants pointé du doigt pour son langage raciste.

À Missouri et Iowa, deux programmes critiqués par d’anciens joueurs et des étudiants-athlètes actuels pour le racisme ambiant au sein de l’université et de l’encadrement de l’équipe de football, la situation est extrêmement tendue. Les joueurs de Missouri ont d’ailleurs organisé une marche pour s’inscrire sur les listes législatives afin de voter pour un changement de gouvernement aux prochaines élections présidentielles. Une initiative reprise à LSU par les joueurs de football. Une marche a également été organisée sur le campus de Texas avec l’équipe de football en hommage à George Floyd.

Crédit photo : @MizzouAthletics/Twitter

À Atlanta, le College Football Hall of Fame a été la cible des manifestants, comme tous les commerces alentour. Le bâtiment de 68,5 millions de dollars accueille le musée du College Football et le mur des célébrités (« Hall of Fame ») du football universitaire américain depuis son déménagement de South Bend en 2014. La capitale de l’État de Géorgie est l’une des villes les plus concernées par les émeutes.

Vers un retour à la normale ?

Alors que les médias américains estiment que la crise du covid-19 pourrait se prolonger aux États-Unis, exacerbée par les rassemblements actuels de manifestants et accentuée par l’usage industriel de gaz lacrymogène propice à la propagation du virus, la NCAA maintient le début de la saison le 29 août prochain pour la Week 0.

La prochaine réunion du comité chargé d’administrer la Division I de College football se tiendra le 17 juin, avec comme enjeu l’adoption du plan établi par la NCAA sur six semaines pour la reprise. Ce plan fixerait la reprise des contacts entre coaches et joueurs au 6 juillet, bien que tous les programmes auront sans doute repris leurs activités d’ici là, avec un début du fall camp en août, comme de coutume; entre mi-juillet début août, les équipes seraient ainsi autorisées à pratiquer douze entraînements sans équipements, pour un maximum de vingt heures par semaine. Avant de reprendre le calendrier normal de 29 jours de fall camp jusqu’au coup d’envoi de la saison 2020.

Les principales inquiétudes concernent forcément la santé des joueurs et l’évolution de la crise sanitaire déterminera le calendrier de la saison. Une annulation de la saison 2020 n’est absolument pas envisagée à l’heure actuelle, la NCAA ayant déjà anticipé une extension possible de l’exercice jusqu’au printemps. Reste à connaître les conditions d’éligibilité pour les playoffs et les bowls de fin de saison en cas de perturbations. Bob Bowlsby, membre du comité d’administration du College Football Playoff, résume parfaitement le « laissez-jouer » actuel :

« Je pense qu’on va jouer le maximum de matches possibles et on fera un point au milieu de la saison pour constater les différentes expériences vécues par les équipes. Je pense que chaque expérience sera distincte. […] On va juste attendre de voir la tournure de la saison et faire avec. » – Bob Bowlsby, membre du comité d’administration du College Football Playoff.

Lire la suite

Actualité

La NCAA finalise son plan de déconfinement

Le comité de surveillance qui administre le College football a annoncé un plan de reprise des activités de football en 6 semaines pour assurer le début de saison à la date prévue initialement, le 29 aout.

Publié

le

Crédit photo : Bob Rosato

Afin de préserver la possibilité d’un coup d’envoi de la saison 2020 en temps et en heure, le NCAA Division I Football Oversight Committee se devrait de publier ses lignes directrices permettant aux différents programmes de football de mettre en place la reprise de ses activités en vue des premiers matchs prévus à la fin du mois d’aout. C’est chose faite.

Ce plan devra cependant être validé, mercredi 17 juin, par le Division I Council.

La reprise des entrainements se ferait ainsi en trois phases : entrainements obligatoires, période de « formation avancée » et camp d’entrainement.

La date de début des entrainements obligatoires avec interaction entre les joueurs et les entraineurs dépendra de la date du premier match de la saison. Ainsi, pour les équipes qui joueront lors de la Week 0 (29 aout), la date de reprise est fixée au 6 juillet. Ce sera une semaine plus tard, soit le 13 juillet pour toutes les autres équipes.

Si la transition entre la période des entrainements volontaires à celle des entrainements obligatoires est habituelle, l’ajout d’une période dite de « formation avancée » (20 heures maximales par joueur), qui débutera le 24 juillet, vise à permettra aux coachs d’encadrer et d’évaluer individuellement certains étudiants-athlètes sur le terrain, de permettre à certains joueurs de poursuivre leur préparation physique ou d’organiser des sessions videos afin de favoriser l’apprentissage des différents playbooks. Rappelons que la majorité des programmes ont été contraints d’annuler tout ou partie de leur spring practices ce qui a largement modifié les habitudes des coachs dans leur approche avec les joueurs.

Le 7 aout marquera le début des habituels camps d’automne (Fall camp) qui devront respecter une durée maximale de 29 jours.

Certaines directions athlétiques souhaiteraient réduire la période de reprise progressive avant le début des Fall Camps préférant le 20 juillet pour le début des entrainements obligatoires et une période de « formation avancée » plus courte afin d’éviter un relâchement durant cette 2ème phase de préparation.

« Nous souhaitions trouver un consensus afin d’assurer une reprise graduelle qui garantira que nous mettons tout en oeuvre fin de protéger la santé des étudiants-athlètes tout en permettant au coaching staff de récupérer les sessions d’apprentissage hors terrain. » – Shane Lyons, le directeur athlétique de Virginia Tech et président du comité de surveillance.

La période de « formation avancée » devra comporter un maximum de 20 heures d’apprentissage sous forme d’un maximum de 12 sessions sur terrain, sans contacts et sans équipements.

Alors que plusieurs programmes de football ont déjà réouvert leurs installations sportives aux étudiants-athlètes dans le cadre de la période autorisée des « entrainements volontaires », la NCAA réaffirme ainsi sa volonté de mettre tout en oeuvre pour assurer que la date de début de la saison NCAA 2020 sera maintenue à la date prévue, le 29 aout prochain.

Lors cette Week 0, Arizona accueillera Hawaii, UCLA sera l’hôte de New Mexico State tandis que UNLV jouera son premier match à l’Allegiant Stadium de Las Vegas face à California.

La semaine suivante, le choc entre Alabama et USC sera la tête d’affiche d’une week 1 qui débutera le jeudi 3 septembre par la Holy War entre Utah et Brigham Young.

Lire la suite

Actualité

Georgia et Clemson donneront le coup d’envoi de la saison 2021

Deux des meilleurs programmes des cinq dernières années se sont donnés rendez-vous au Bank of America Stadium, le 4 septembre 2021, pour Kickoff Game de la saison.

Publié

le

Crédit photo : AP

Les deux universités de Clemson et Georgia avaient déjà annoncé leur intention d’organiser un match entre Tigers et Bulldogs dans le cadre du Chick-fil-A Kickoff Game d’Atlanta en 2024.

Ce sera donc, dès 2021, dans le stade des Panthers de Carolina (NFL) qu’aura lieu le duel entre coach Dabo Swinney et coach Kirby Smart.

Deux séries aller-retour sur campus prévues en 2029-30 et 2032-33 sont également actuellement en pourparlers.

Le dernier match entre Georgia et Clemson remonte au 30 aout 2014. Les Bulldogs s’étaient imposés 45-21 grâce notamment à 3 TD au sol d’un RB Todd Gurley qui avait frôlé les 200 yards au sol. Un an plus tôt, QB Tajh Boyd et WR Sammy Watkins avaient permis à Clemson de l’emporter 38-35 dans un duel au sommet entre équipes classées dans le Top 10.

Lire la suite

Articles les plus lus