Suivez-nous

Actualité

College Football Report – Semaine 8

Retour sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football avec le ton décalé de Verchain.

Publié

le

The College Football Report By Verchain Presented By The Blue Pennant is brought to you by the Jackson State University Prancing J-Settes.

 

Bon, ben… Nous partîmes 8 et par un prompt merdouillage massif nous nous trouvâmes 5 en arrivant au port… Et encore, USF n’est pas passé loin de la correctionnelle face à… U Conn…

Ainsi parlait Verchain

Verchain pense. Alors Verchain écrit. C’est son côté Rain Man. Feel free to insult me in the comments section.

Alors que tous les signes dans le ciel semblent indiquer que nous pouvons sans doute nous préparer à un épisode 3 de Alabama – Clemson en janvier prochain, la vraie question demeure… Comment battre Alabama ?

Comment battre une équipe qui écrase tout sur son passage ? Qui prend l’avantage au score quasiment à chaque fois sur sa première série offensive ? Qui peut se permettre de mettre sur le banc quasiment à tous les matchs LE candidat au trophée Heisman sur le banc à l’issue du troisième quart-temps ?

Alabama a pourtant quelques ‘faiblesses’… Ou presque…

Tua n’a jamais eu besoin de forcer son talent. Le jeu de passes en attaque repose sur une merveille de timing entre Tua et ses receveurs. C’est un peu comme si le QB du Tide pouvait lancer les yeux fermés et tout de même trouver ses receveurs. Une solution pourrait donc être de perturber le rythme de l’attaque. De forcer Tua à conserver le ballon et à improviser. Mais les routes offensives des receveurs semblent tellement étudiées qu’il paraît quasiment impossible de mettre en travers le fonctionnement de l’escouade offensive. Pour pouvoir perturber les receveurs au moment de la mise au jeu, avant qu’ils ne prennent leur route assignée, et ainsi les ‘réorienter’, il faut des corners suffisamment costauds pour pouvoir lutter physiquement avec les receveurs… Et il faudrait faire une prise à deux systématique sur Jerry Jeudy… au risque de se faire dominer au centre par le tight end…

Je ne suis pas un type spécialisé dans la défense, mais l’équation semble complètement impossible à résoudre.

Alors, la solution pourrait bien être de conserver le ballon. En espérant sortir un big play ou deux dans le match. Tenir l’attaque hors du terrain. Par exemple avec un jeu de passe type West Coast, en se focalisant sur les corners du Tide, relativement peu expérimentés.

Louisiana State, qui n’est de toute façon pas aussi solide à première vue que le Crimson Tide, avec un match à venir à Baton Rouge, semble le seul obstacle conséquent sur la route menant ‘Bama à la saison parfaite.

Notre Dame, potentiellement #3 au classement final du CFPSC (souvenons-nous que le premier classement publié de la saison viendra dans une dizaine de jours), ne me semble pas en mesure d’exploiter les rares faiblesses du Tide…

Puisqu’il faut bien cibler une faiblesse, le kicking game est perpétuellement un sujet de plaisanteries, avec une équipe qui manque tout de même un paquet d’extra-points…

Le jeu de course n’est plus celui que nous avons connu lors des années précédentes, avec le mouvement qu’a entamé Alabama, comme un paquet d’autres équipes de la SEC, vers des attaques plus ouvertes… Cette saison, Alabama n’a pas eu besoin de s’appuyer sur un jeu de course conséquent, hormis sur les fins de match, mais sans enjeu tant l’écart au score semble toujours insurmontable…

Personne ne semble aujourd’hui en mesure de battre Alabama. C’est ce qu’on se disait aussi la saison passée… Avant ce match à Auburn…

#NotImpressed

En ce mois d’octobre, où la couleur rose fleurit sur les pompons des cheerbabes, dans les tribunes ou sur les uniformes, et un peu partout autour de nous, on ne peut qu’être d’accord :

Ainsi donc, Ohio State s’est ridiculisée à Purdue. Est-ce Purdue qui a sorti son match de la saison ? Parce que bon, certains ont beau prétendre que Purdue est meilleure que ce que son record indique, tout de même, les Boilermakers ont perdu contre une Directional Michigan, Eastern…

Ou est-ce une nouvelle fois la défaite alakon à laquelle les équipes des Buckeyes de Meyer nous ont habitué. Genre, ce match totalement ridicule à Iowa la saison passée…

Certains sur ESPN semblent croire que la B1G peut envoyer deux équipes en playoff, comme la SEC l’a fait l’an dernier. Tellement cette conférence est forte… C’est cela, oui… Une conférence où un champion potentiel perd largement contre une équipe qui a perdu contre Eastern Michigan… Non, mais, vous êtes sérieux, ESPN ?

Pour en revenir au sujet qui nous occupe, Ohio State a été totalement mis hors de position par une attaque de Purdue qui a réalisé son gros match de l’année.

Ohio State a été aussi efficace dans la red zone que le puceau moyen à une soirée branchouille.

Mais plus encore que le dernier clou dans le cercueil des espoirs de QB Dwayne Haskins de toucher le trophée Heisman, c’est la performance défensive des Buckeyes qui a été plus que suspecte.

Allez savoir, au fond, si la décision de Nick Bosa de profiter de la fin de saison pour soigner sa blessure et ne pas risquer de revenir sur le terrain et d’éventuellement de s’y blesser de nouveau, tout ça pour préserver sa position dans la draft à venir.

Fuck me sideways.

Je dois sans doute faire partie des vieux conservateurs. Mais là, tout de même, on se trouve devant une nouvelle décision individuelle qui vient foutre un grand coup de machette dans la conception du football comme le sport d’équipe ultime.

Eh, on parle d’un sport où même le meilleur joueur de l’histoire ne peut pas à lui seul gagner un match. On n’est pas au basket où un arrière ou un ailier qui prend feu peut bombarder 15 paniers à trois points. On n’est pas au baseball où un lanceur touché par la grâce lancerait le match parfait, strikeout après strikeout… On parle de football, où un quarterback ne survit que par la tenue de sa ligne offensive. Où un linebacker ne peut briller que parce que sa ligne défensive fait le boulot pour perturber les gros culs de la ligne offensive opposée. Etc, etc…

Mais non, l’individualisme a pris le dessus, et plus personne ne s’émeut de voir un McCaffrey ou un Fournette sécher les bowls de leur équipe pour ne pas risquer une blessure (ce qui montre, de toute façon et pour apporter de l’eau au moulin de Verchain, que les bowls ne servent à rien d’autre qu’à octroyer des bonus aux coaches ou aux AD), ou de voir Kelly Bryant décider de transférer immédiatement après avoir perdu sa place de titulaire à Clemson.

Le football universitaire n’est plus, on le sait depuis des années, qu’un immense camp d’entraînement pour la NFL. On doit vivre avec. Et s’appuyer sur le folklore qui l’entoure pour y trouver encore et toujours plus d’intérêt…

Donc, la B1G…

Il se pourrait que les puissances autorisées, dans les bureaux de la conférence, à Chicago, soient en train d’espérer que les Wolverines de Michigan, larges vainqueurs des Spartans de Michigan State, remportent le titre de la conférence pour la première fois depuis une éternité.

Après tout, Michigan n’a perdu pour le moment que contre Notre Dame, indépendante invaincue, qui semble pour le moment en ligne pour une participation au playoff. Battre Penn State (qui n’est pas du tout l’insubmersible vaisseau qu’on a pu nous présenter), et surtout aller gagner à Colombus, enverrait les Wolverines et les khakis de Harbaugh en finale de conférence. Aucune équipe de la B1G West ne semble en mesure de vaincre Michigan ou Ohio State en ce moment. D’ailleurs, les Harboys ont écrasé Wisconsin et Nebraska, et survécu difficilement contre Northwestern, l’équipe qui est la mieux placée pour l’instant pour remporter sa division mais qui n’a pas encore affronté ses concurrentes les plus sérieuses.

Maintenant… « The Game » (nom officieux) THE OSU – Michigan aura lieu dans le Horseshoe, l’antre des Buckeyes, et – si Harbaugh a vaincu le signe indien qui semblait empêcher son équipe de battre chez elle une équipe classée – Michigan n’en sera pas favorite…

Rappelons que le CFP n’a jamais eu en son sein d’équipe à plus d’une défaite. Dans la B1G, il n’y a aucune équipe invaincue (Alabama en SEC, Clemson en ACC, UCF & USF en AAC, Notre Dame) et seulement trois qui comptent une seule défaite (Ohio State, Michigan, Iowa) alors qu’on a encore quelques matchs qui peuvent venir perturber les chances de la B1G d’accéder au playoff dont la conférence a été tenue éloigner l’an dernier…

B1G Football, in a tweet…

Les perspectives ne sont pas meilleures dans la Pac12. Elles sont même bien plus mauvaises…

Après sa victoire contre Oregon, Wazzu est la seule équipe à ne compter qu’une seule défaite dans toute la conférence. Les Cougars ont perdu à USC. Et les Leach Boys doivent encore croiser les chemins de Stanford dès samedi prochain et de Washington en clôture de saison, pour l’Apple Cup. Sans compter un match piégeux au possible à Colorado… Bref, toute défaite de Washington State condamnerait la Pac12 à regarder une nouvelle fois le playoff à la télé. Mais bon, seul compte le Rose Bowl, n’est-ce pas ?

En attendant, il ne nous reste qu’une seule chose à faire. Sit down and have fun…

 

Quickies*

*parce qu’un petit coup vite fait, c’est bon pour la santé

  • This Week In Lane Kiffin : FAU n’est pas au mieux cette saison, avec une défaite contre Marshall ce samedi. Pas grave, Lane Kiffin, maître du Perlimpimpin avait prévu le coup…

 

  • This Week in Game of The Week You Might Not Have Heard About :

  • This Week In Rutgers : Seriously ?

  • This Week In Worse Than UTEP…

  • This Week In Otherwordly Football : Army a encore gagné un match sans compléter une seule passe. Jeeee-sus. On devrait interdire Army.

Verchain’s Billboard

Le Verchain’s Selection Comittee, présidé et administré par Verchain, qui synthétise après de longs débats dans un garage luxueux du Nord de la France les réflexions d’un comité composé de Verchain et Verchain, vous offre son classement des 25 premières équipes du college football, sans vous donner d’explications pourries, mais avec du Verchain Style inside.

#1 Alabama Crimson Tide (SEC)

Joe Manchin est candidat aux prochaines élections pour le Sénat dans l’état de Virginie Occidentale. Nick Saban apporte son soutien à Joe Manchin (Dem.). Joe Manchin va écrabouiller la concurrence, de 45 points.

#2 Clemson Tigers (ACC)

Soooo. Clemson won the Textile Bowl. Again.

 

J’en connais une que j’aimerai bien voir sans textile…

 

#3 Notre Dame Fighting Irish (TBP)

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… Women’s Basket Ball

#4 UCF Knights (AAC)

Bon… ça va finir par démarrer une nouvelle tradition dans GameDay ??

 

Sinon, ben… Tremblez, braves gens…

 

#5 Florida Gators (SEC)

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… Women’s Swimming and Diving…

#6 LSU Tigers (SEC)

Les uniformes de la mort qui tuent, sérieux. Stylez Points Aplenty.

 

A part ça… Un partenariat avec la WWE au programme ? Un magnifique simulacre de coup de tronche…

#7 Michigan Wolverines (Big Ten)

Michigan is classless… à la surprise de… personne…

A part ça, il y a un guignol (Dan Wolken de USA Today) qui prétend que les Wolverines sont la meilleure équipe de la B1G… Mmmh… C’est dire le niveau de la conférence…

#8 Georgia Bulldogs (SEC)

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… we have to rush to find some Bulldogs’ non football related video…

#9 Texas Longhorns (Big XII)

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… Women’s Softball

#10 Ohio State Buckeyes (BigTen)

Apparemment, Urban Meyer vient de se rendre compte qu’il est un vrai bon gros connard. Il se souvient tout à coup de ce que contenaient les messages texte effacés… oh… La preuve par l’image…

 

Making excuses. A sport in Ohio, I guess…

 

#11 South Florida Bulls (AAC)

 

Et ils osent appeler ça highlights…

Chacun sa définition…

 

#12 Oklahoma Sooners (Big XII)

This Week in Stooooopid Officiating…

#13 Texas A&M Aggies (SEC)

On ne t’a pas revue dans les tribunes… Pas grave, tu es pour toute la saison dans le College Football Report.

 

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… Women’s Volleyball

#14 Washington Huskies (Pac12)

Happy Homecoming, she said… Yeah… I’m c… Forget about that… En attendant, les Huskies auront l’opportunité de ruiner les derniers espoirs de la Pac12 au cours de l’Apple Cup…

 

#15 West Virginia Mountaineers (Big XII)

A part ça, dans la grande tradition de Verchain… A week without football means… Rifle stuff ?

 

Sinon, bon, ben… La Virginie Occidentale, c’est un peu comme le Pas de Calais chez nous, quoi…

 

#16 Penn State Nittany Lions (Big Ten)

Avec cette histoire de Sandusky, machin tout ça, est-ce une bonne communication, Lions ?

 

Bon, ben, on va tout de même nominer Jules Vulcano pour le grand classement des Cheer of the Year… Parce qu’il faut bien nominer, de temps à autre, des cheerbabes de Penn State…

 

#17 Washington State Cougars (Pac12)

Can’t say that better myself…

 

#18 Oregon Ducks (Pac12)

No comment…

 

I said « no comment »

 

#19 Iowa Hawkeyes (Big Ten)

Buttfumble is back…

 

#20 Stanford Cardinal (Pac12)

#21 Michigan State Spartans (BigTen)

Sorry but…

 

#22 Kentucky Wildcats (SEC)

Welcome back into the ranks of bowl eligible teams, Wildcats…

#23 North Carolina State Wolf Pack (ACC)

Pas de honte à perdre face à Clemson, même largement… Par contre, trolling de compétition des Tigers…

#24 Virginia Cavaliers (ACC)

On peut parfois classer des équipes, comme ça, et ne pas avoir pour autant grand chose à en dire…

#25 Appalachian State Mountaineers (Sun Belt)

Fun Belt ?

 

Under consideration : Hawaii.

Three games to watch next week

Bon, ben, on a un petit peu de mal à trouver beaucoup de matchs intéressants, au papier, cette semaine encore. Remarquez, le plus intéressant, en ce moment, c’est de trouver le match qui risque de nous apporter l’upset de la semaine… Je ne m’y risquerai pas de nouveau…

South Florida Bulls at Houston Cougars : voilà qui pourrait bien ressembler à une future finale de LA conférence passionnante de la saison. Sérieusement. Oui, je sais, il y a UCF, Temple, plein de trucs… Mais c’est selon moi le plus gros test pour les Bulls, que je vois peut-être plus forts qu’ils ne sont réellement. Mais c’est fun, cette American. Sérieusement. Je m’en suis moqué tant que je pouvais pendant un moment. Ce temps là est derrière nous. L’American a remplacé la MAC et la MWC dans le rôle de The Little Conference That Could. Really.

Florida Gators at Georgia Bulldogs : The World’s Largest Cocktail Party, avec GameDay à proximité. La victoire finale en SEC East se joue maintenant. On attend donc un paquet de comas éthyliques…

Washington State Cougars at Stanford Cardinal : L’attaque du 21° siècle face à celle du 14° siècle. Tous les types payés bien cher dans les bureaux de la Pac12 espèrent un upset de la part de Mike Leach et compagnie. Sérieusement.

Also worth a look :

Texas at Oklahoma State – pour mettre un peu de boxon supplémentaire dans la Big12, poussez pour une victoire de Mike Gundy and the Wailers.
Notre Dame at Navy – Upset alert.
Iowa at Penn State – parce que oui, Penn State a encore une petite chance de remporter la B1G East… Enfin… Presque…
Clemson at Florida State – Just joking…

Not really football stuff… and then what ??

Les trucs alakon autour du football. Pas forcément tous les trucs alakon. Certains trucs alakon.

La carte tactique mise à jour

Your Scooter Vid Of the Week.

 

Une bonne vieille baston qui m’avait échappé la semaine passée. Arkansas at Ole Miss…

Verchain’s Crush of the Week – Non-Football Edition

Toujours dans les séries de Verchain, cette semaine l’une des dernières créations Netflix : The Haunting of Hill House.

 

Ghost Adventures en série, sans Zach Bagans et son crew… Bon, disons, c’est pas mal du tout… Donc, dans la série, bim, Kate Siegel…

Make our cheerleaders great again !

They ARE the reason why we LOVE College Football. And they are in the College Football Report. Enjoy.

Comme la semaine dernière nous étions quasiment en mode « Full Sparty », il fallait en venir à l’un des rares groupes à valoir un peu le coup d’oeil dans la B1G. Michigan State.

 

Et nous nominons Kaylee Schuiteman au titre de Verchain’s Cheerleader of the Year (coming soon…)

C’est tout pour aujourd’hui. Alors…

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

Publicité
4 commentaires

4 Comments

  1. Louvressac

    22 octobre 2018 at 08h59

    Dis moi grand maître , sans rire… qu’est ce que tu penses des chances de Kentucky dans la SEC east ? Si ils gagnent à Mizzou ce week-end pendant que les 2 autres s’étripent à Jacksonville ils ont leur finale de coupe du monde la semaine suivante contre Georgia… parce que vu la confiance emmagasinée depuis le début de la saison le reste du calendrier (tennessee, middle tennessee et Louisville ) semble tout à fait abordable…. bon, je sais que c’est Kentucky, mais quand meme !

  2. Verchain

    22 octobre 2018 at 15h47

    Hey, ami des Derniers Jours !

    On a une saison avec tellement de n’importe quoi, en effet, on peut même se prendre à penser que Kentucky pourrait… Aller en finale de SEC.

    Si Florida bat Georgia, ce qui est loin d’être fait, les Gators auront la meilleure chance de disputer la finale, puisque leurs deux derniers matchs seront contre Mizzou et South Carolina à la maison… Dans le même temps, Kentucky doit aller à Mizzou et à Tennessee. Et recevoir Georgia. Même si Florida venait à battre Georgia, j’ai du mal à imaginer les Bulldogs perdre deux fois de suite…

    Kentucky gagne avec un football assez moche en ce moment. Dans la lutte à trois pour la division East, UK a à ce jour l’avantage d’avoir battu Florida…

    Honnêtement, je n’y crois pas trop. Georgia demeure pour moi le prétendant le plus sérieux. Après tout, ils n’ont perdu que contre LSU, certes largement, mais ont eu une semaine pour s’en remettre.

    Georgia et Florida arriveront au WOrld’s largest cocktail party avec des effectifs frais suite à une semaine de repos chacun… Je crois que c’est là la vraie finale de la SEC East.

    Kentucky… Pfff… Je ne me sens pas prêt à en faire un favori pour l’instant.
    Bien évidemment, tout peut changer en deux semaines…

    Tu y crois, toi ?

    • louvressac

      22 octobre 2018 at 19h05

      ben j’en sais trop rien…je n’ai vu pour l’instant que leurs résumés de matchs dans college football final. c’est clair que ce n’est pas très sexy mais en tout cas c’est assez difficile a battre (si on m’aurait dit ça il y a 3 mois !) et finalement ils ne sont jamais qu’a une prolongation perdue @ texas A&M d’etre encore invaincus.

      Je reste persuadé que Georgia va le faire,mais cette saison est somme toute assez surprenante, alors qui sait… sur un malentendu ça peut marcher !

      Et en plus je ne pourrais même pas vérifier de visu ce week-end prochain le match a Missouri est programmé en même temps que la grande cocktail party, mais surtoutque match de qui tu sais contre Northern Illinois à 21h30 sur ESPNU… pour une fois qu’on ne joue pas à 03h30 du matin c’est immanquable !

      • Verchain

        22 octobre 2018 at 21h41

        Et ce n’est pas NIU qui va poser beaucoup de problèmes à qui je sais…
        Moi je zapperai sans doute de streaming pourri en streaming plus ou moins moisi entre différents matchs. Comme toujours. Il y a certes les matchs SEC à 21h30, mais aussi un Iowa PSU qui pourrait être moche, et le match qui m’intéresse le plus : USF à Houston…

        On fera le décompte dimanche…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

North Dakota State remporte son 8ème titre de champion FCS

En s’imposant 28-20 face aux Dukes de James Madison, North Dakota State conclut une saison FCS 2019 dominée de bout en bout par le Bison.

Publié

le

Crédit photo : AP Photo/Sam Hodde

Le redshirt freshman QB Trey Lance a marqué ce FCS National Championship de son empreinte en accumulant 166 yards au sol dont un un TD décisif de 44 yards dans le 4ème quart-temps pour offrir la 16ème victoire de NDSU cette saison.

C’est la première fois depuis Yal en 1894 qu’un programme NCAA termine une saison avec un bilan de 16-0.

L’autre héros de ce match joué à Frisco (Texas) aura été le safety senior James Hendrick. Arrivé chez le Bison au poste de quarterback avant d’être repositionné en défense en 2017, il a réussi une interception à un moment crucial dans les dernières secondes du 4ème quart-temps qui a assuré le 8ème titre de champion national en 9 ans au programme de Fargo.

Alors que QB Ben DiNucci (22/33, 204 yards, 2 TD, 1 INT) avait réussi à ramener les Dukes sur la ligne des 2 yards du Bison sur un dernier drive magique, il fût intercepté par S James Hendrick qui anticipa magnifiquement une passe de type « flat » dans la coin gauche de la endzone assurant ainsi le succès des jaunes et verts.

Ce succès porte ainsi à 37 le nombre de victoires consécutives de North Dakota State dont la dernière défaite remonte au 4 novembre 2017 face à South Dakota State.

QB Trey Lance, North Dakota State – Crédit photo : AP Photo/Sam Hodde

C’est aussi un succès personnel pour coach Matt Entz qui dirigeait le Bison pour la première saison après avoir été le coordinateur défensif de l’équipe lors des 5 saisons précédentes.

Le meilleur joueur FCS de l’année, QB Trey Lance (6/10, 72 yards et 30 courses, 166 yards, 1 TD), s’est de nouveau montré décisif lors de ce FCS National Championship. Comme souvent cette saison, c’est au sol qu’il a fait la différence réussissant notamment le TD de la victoire de 44 yards sur une époustouflante improvisation au milieu du terrain. Le score passait alors à 28-13.

WR Riley Stapleton (10 réceptions, 100 yards, 2 TD) réussira bien son 2ème TD sur réception à 7 minutes de la fin pour ramener les Dukes à 8 points (28-20) mais l’interception de S James Hendricks scellera définitivement le sort du match.

En début de saison, la pression n’était pas mince sur les épaules de QB Trey Lance qui devait prendre la sucession de l’un des meilleurs quarterbacks de l’Histoire de la FCS, Easton Stick (qui avait lui-même succédé à un certain Carson Wentz). Ce dernier avait quitté NDSU en janvier 2019 après avoir remporté 49 victoires sous le maillot du Bison et établit de nombreux records du programme de Fargo.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Actualité

ESPN révèle ses équipes All-Time All-America pour les 150 ans du college football

Le média américain ESPN a récemment publié ses deux meilleures équipes All-America de tous les temps à l’occasion des 150 ans du college football.

Publié

le

Crédit photo : ESPN Press Room

Le 6 novembre 1869, Princeton et Rutgers s’affrontaient dans ce qui est désormais considéré comme le premier match de football universitaire de l’Histoire. Pour l’anniversaire des 150 ans du college football, ESPN s’est amusé à constituer deux équipes All-America truffées de joueurs légendaires, qui donnent leur nom à un trophée national ou qui figurent au Pro Football Hall of Fame.

Contre toute attente, c’est le programme de Pittsburgh qui place le plus de joueurs au sein de ce prestigieux regroupement, avec quatre anciennes gloires dans la First Team. Les Panthers n’ont plus gagné de titre national depuis 1976. Derrière, on retrouve les habitués du haut niveau que sont Ohio State, Alabama ou encore Notre Dame et Texas.

First Team

Offense
QB Roger Staubach, Navy (1962-64)
RB Jim Brown, Syracuse (1954-56)
RB Herschel Walker, Georgia (1980-82)
WR Jerry Rice, Mississippi Valley State (1981-84)
WR Larry Fitzgerald, Pittsburgh (2002-03)
TE Mike Ditka, Pittsburgh (1958-60)
C Chuck Bednarik, Pennsylvania (1945-48)
T Orlando Pace, Ohio State (1994-96)
T Bill Fralic, Pittsburgh (1981-84)
G John Hannah, Alabama (1970-72)
G Jim Parker, Ohio State (1954-56)

Defense
DE Hugh Green, Pittsburgh (1977-80)
DE Reggie White, Tennessee (1980-83)
DT Bronko Nagurski, Minnesota (1927-29)
DT Lee Roy Selmon, Oklahoma (1972-75)
LB Dick Butkus, Illinois (1962-64)
LB Lawrence Taylor, North Carolina (1977-80)
LB Tommy Nobis, Texas (1963-65)
CB Deion Sanders, Florida State (1985-88)
CB Charles Woodson, Michigan (1995-97)
S Jack Tatum, Ohio State (1968-70)
S Ronnie Lott, USC (1977-80)

Specialists
K Sebastian Janikowski, Florida State (1997-99)
P Ray Guy, Southern Mississippi (1970-72)
AP Johnny Rodgers, Nebraska (1970-72)

Second Team

Offense
QB Peyton Manning, Tennessee (1994-97)
RB Bo Jackson, Auburn (1982-85)
RB Archie Griffin, Ohio State (1972-75)
WR Randy Moss, Marshall (1996-97)
WR Fred Biletnikoff, Florida State (1962-64)
TE Keith Jackson, Oklahoma (1984-87)
C Dave Rimington, Nebraska (1979-82)
T Anthony Munoz, USC (1976-79)
T Jonathan Ogden, UCLA (1992-95)
G Aaron Taylor, Notre Dame (1990-93)
G Dean Steinkuhler, Nebraska (1981-83)

Defense
DE Bubba Smith, Michigan State (1964-66)
DE Bruce Smith, Virginia Tech (1981-84)
DT Randy White, Maryland (1972-74)
DT Joe Greene, North Texas (1966-68)
LB Jack Ham, Penn State (1968-70)
LB Derrick Thomas, Alabama (1985-88)
LB Cornelius Bennett, Alabama (1983-86)
CB Rod Woodson, Purdue (1983-86)
CB Champ Bailey, Georgia (1996-98)
S Kenny Easley, UCLA (1977-80)
S Ed Reed, Miami (1998-2001)

Specialists
K Kevin Butler, Georgia (1981-84)
P Russell Erxleben, Texas (1975-78)
AP Tim Brown, Notre Dame (1984-87)

Lire la suite

Actualité

Clay Helton retenu à USC pour 2020

Le coach controversé des Trojans a été confirmé à son poste par le nouvel athletic director Mike Bohn alors que les fans et les boosters s’attendaient à son licenciement.

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

Récemment débarqué à Los Angeles pour remettre dans le droit chemin un département des sports entaché de scandales, l’ancien athletic director de Cincinnati Mike Bohn n’aura finalement pas écouté les fans de USC qui réclamaient le départ du coach actuel de l’équipe de football, Clay Helton.

Les boosters se plaignent du manque d’ambition ces dernières années alors qu’Urban Meyer semblait potentiellement disponible pour reprendre la main sur un programme de football en perdition depuis le départ de Pete Carroll il y a plus d’une décennie. Une médiocrité banalisée qui affecte le recrutement puisque la classe 2020 des Trojans est pour l’heure classée 86e du pays selon 247Sports, et 11e de Pac-12. Une hérésie pour un programme habitué au top 5, désormais bousculé dans son recrutement local en Californie par Oregon et les programmes majeurs de SEC ou de Big Ten. Depuis la confirmation par Mike Bohn du maintien de son coach il y a quelques jours, USC a perdu les engagements de deux prospects trois étoiles, OT Kyle Juergen et OT Joey Wright.

Clay Helton est à 40-21 depuis sa prise de fonction en 2015 et avait remporté le Rose Bowl en 2016 face à Penn State, puis le titre de conférence Pac-12 en 2017, avant de s’effondrer en 2018 avec un bilan de 5-7. USC a terminé l’exercice 2019 avec huit victoires et quatre défaites et affrontera Iowa au Holiday Bowl. Le coach des Trojans avait été prolongé jusqu’en 2023 il y a un an et demi.

Lire la suite

Actualité

La NCAA va permettre aux étudiants-athlètes de tirer profit de leur droit à l’image

C’est un changement culturel majeur qui s’annonce : la NCAA a indiqué, mardi 29 octobre, qu’elle va modifier ses règlements pour permettre aux étutidants-athlètes d’être payés pour l’utilisation de leur nom et de leur image.

Publié

le

Le sport universitaire américain vient de faire un premier pas vers un changement potentiellement drastique suite à l’annonce de la NCAA dont le Board of Governors a voté en faveur d’un texte visant à « permettre aux étudiants pratiquant un sport universitaire de bénéficier de l’utilisation de leur nom, de leur image et de leur ressemblance d’une manière compatible avec le modèle universitaire. »

C’est un bouleversement majeur puisque la NCAA a toujours considéré qu’autoriser les étudiants-athlètes de profiter de leur droit à l’image mettrait en péril le modèle d’amateurisme du sport NCAA face au sport professionnel. D’ailleurs, aujourd’hui encore, les étudiants qui contreviennent à ce règlement perdent immédiatement leur éligibilité pour participer à des compétitons organisées par la NCAA.

Dans sa déclaration publiée mardi 29 octobre, la NCAA demande aux trois divisions qui la composent de « mettre à jour leurs règlements, dès aujourd’hui, pour le 21ème siècle » avant janvier 2021.

« Nous devons accepter le changement afin de fournir la meilleure expérience possible aux athlètes universitaires.  » – Michael Drake, président de l’université Ohio State et président du Board of Governors.

La NCAA a également rappelé un certain nombre de principes forts et lignes directrices qui devront être pris en considération au moment de l’établissement de ces nouveaux règlements :

  • Considérer les étudiants-athlètes de la même manière que les étudiants non-athlètes, sauf s’il existe une raison impérieuse de les différencier.
  • Maintenir les priorités de l’éducation et de l’expérience universitaire afin de fournir des opportunités de réussite pour les étudiants athlètes.
  • Veiller à ce que les réglements soient transparents, ciblés et applicables, et qu’ils facilitent une concurrence juste et équilibrée.
  • Réaffirmer la distinction entre opportunités universitaires et professionnelles.
  • Indiquer clairement qu’une compensation financière pour la participation à une compétition sportive est inadmissible.
  • Réaffirmer que les étudiants athlètes sont d’abord des étudiants et non des employés de l’université.
  • Renforcer les principes de diversité, d’inclusion et d’égalité des sexes.
  • Protéger l’environnement autour du recrutement et interdire les incitations (en argent ou autres bénéfices) visant à convaincre un étudiant de choisir, de rester ou d’être transféré dans une institution spécifique.

Si les trois divisions de la NCAA mettaient à jour leurs statuts et règlements pour s’aligner sur la position du Board of Governors, les étudiants-athlètes seraient alors en mesure de gagner de l’argent, et ce, pour la première fois de l’Histoire.

Toutefois, la NCAA n’est pas entrée dans les détails concernant les règlementations et les contraintes imposées. L’argent sera-t-il placé dans une fiducie jusqu’à ce que l’athlète quitte l’université ? Qui sur le campus réglementera ces transactions ? Une limite sera-t-elle fixée sur le montant qu’un athlète peut recevoir pour le droit d’utilisation de son nom et de son image ? Toutes ces questions sont encore sans réponse.

Une décision pris sous la contrainte

Qu’on ne s’y trompe pas : c’est sous la contrainte que la NCAA a revu sa position.

En septembre dernier, l’État de Californie a accéléré le processus en votant une Loi (« The Fair Pay to Play Act ») qui autorisera tous les étudiants-athlètes inscrits sur un campus californien de tirer profit de leur droit à l’image, sans limitation, à partir de 2023.

Plusieurs autres États ont emboité le pas mettant ainsi la NCAA dans une situation délicate. Elle n’avait pas d’autres choix que d’agir afin de garder un minimum de contrôle sur cette mini-révolution.

Toutefois, la Loi californienne devrait entrer en vigueur en 2023 et, quelle que soit la position de la NCAA dans 4 ans, on peut parier qu’on devrait avoir une belle bataille devant la Justice américaine. La NCAA a déjà indiqué qu’elle estimait « anti-constitutionnelle » la Loi votée par l’État de Californie.

La NCAA veut protéger le processus de recrutement

C’est le sujet semblant préoccuper le plus la NCAA qui veut ardemment « protéger l’environnement autour du recrutement et interdire les incitations visant à convaincre un étudiant de choisir, de rester ou d’être transféré dans une institution spécifique ».

La NCAA redoute un système qui permettrait de rémunérer un étudiant-athlète (via un contrat de sponsoring, par exemple) en échange d’une signature dans son université préférée.

S’il n’y a pas de principes régulant ce prochain système, il est plus que probable que ce sont les meilleures universités en football et en basketball qui seront les grands bénéficiaires accentuant encore un peu plus l’écart entre l’élite et la base.

La question de l’impact sur le Transfer Portal est également en suspend. Là encore, la NCAA redoute que les étudiants-athlètes inscrits sur le portail des transferts se retrouvent toujours dans les mêmes facs en raison de rémunérations plus élevées.

Bientôt le retour du jeu video NCAA Football ?

Pour tous les fans du jeu video d’Electronic Arts (EA), ce mardi 29 octobre est une bonne nouvelle.

C’est un pas de plus vers le retour d’un jeu qui n’a plus été publié depuis 2014 après que plusieurs actions en Justice, dont la célèbre affaire Ed O’Bannon, aient forcé EA à mettre un terme à la sortie annuel de l’un des ses jeux à succès.

Les Tribunaux avaient alors condamné EA à payer 60 millions de $ pour avoir utilisé la ressemblance et l’image de certains étudiants-athlèteseeee sans leur accord.

En acceptant le principe d’une rémunération concernant le droit à l’image des étudiants-atlètes, la NCAA vient de lever la dernière contrainte à laquelle faisait face Electronic Arts qui pourrait ainsi payer les joueurs afin d’utiliser leur nom et leur image dans son célèbre jeu.

EA n’a d’ailleurs jamais caché son intérêt de faire revivre un jeu qui avait connu un grand succès jusqu’à cette interruption de publication annuelle. En mai dernier, Ben Haumiller (ancien producteur exécutif du jeu NCAA Football) avait très clairement affirmé que si l’opportunité se présentait, EA serait ravi de sortir une nouvelle version de NCAA Football.

Lire la suite

Articles les plus lus