Suivez-nous sur

Dossier

CSI : Tallahassee

ESPN affirme que l’ADN de Jameis Winston correspond à l’ADN découvert à l’aide d’un kit de viol sur la lingerie de la victime présumée d’une agression sexuelle du côté de Tallahassee.

ESPN affirme que l’ADN de Jameis Winston correspond à l’ADN découvert à l’aide d’un kit de viol sur la lingerie de la victime présumée d’une agression sexuelle du côté de Tallahassee. C’est un rebondissement dans l’enquête sur le quarterback redshirt freshman qui mène selon les spécialistes largement la course au Heisman Trophy.

ESPN aurait obtenu une copie de l’analyse de l’échantillon ADN recueilli sur les dessous de la jeune femme, analyse qui affirme qu’il y a une chance sur 2200 milliards que cet ADN ne soit pas celui de QB Jameis Winston.

Jameis Winston a fourni son ADN via un prélèvement classique avec un écouvillon dans la bouche, prélèvement qui a été effectué dans le cadre de l’enquête récemment rouverte, plus ou moins directement du fait de l’intérêt des médias pour le cas.

Un intérêt bien évidemment lié à la survenue de Jameis Winston sur le devant de la scène footballistique et donc médiatique.

QB Jameis Winston, Florida State Seminoles

Dans le cadre d’une enquête qui sent de plus en plus mauvais et pourrait nous rappeler, sans en avoir la conclusion dramatique pour le moment, certains agissements du côté de South Bend – attendu que la victime présumée affirme que la police lui aurait indiqué qu’il valait mieux ne pas pousser plus avant sa plainte du fait de l’importance du football universitaire dans la capitale de la Floride (eh oui…) qui pourrait lui valoir de nombreux désagréments dans sa vie de tous les jours, que ce soit une ‘traque’ des médias ou de certains fans pas tout à fait bien équilibrés mentalement – Winston n’est pour le moment accusé de rien, et n’a pas encore été entendu par la police ou confronté à la victime présumée.

Rappelons qu’en droit américain, dans un procès criminel, le jury populaire doit se prononcer sur la culpabilité du suspect ‘au delà du doute raisonnable’.

Un étudiant-athlète peut avoir la défense facile dans un cas comme celui-là : la victime présumée était consentante et a porté plainte uniquement parce qu’elle n’a pas obtenu ce qu’elle voulait (une relation suivie, un cadeau, n’importe quoi…).

Devant la détresse d’une victime, il est toujours délicat de ramener ce type d’affaire sur le terrain qui nous intéresse au premier chef, celui sur lequel s’exprime le talent sportif du joueur concerné par l’enquête. Florida State, pour le moment, n’a pris (et n’a pas déclaré étudier la possibilité d’en prendre) aucune sanction contre le joueur.

Affaire – sans doute – à suivre…

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

3 Commentaires

3 Comments

  1. Verchain

    22 novembre 2013 à 19h48

    Petite coquille dans l’article envoyé. Pour le cas de l’ADN, il faut lire qu’il y a une chance sur 2200 milliards que l’ADN recueilli sur la lingerie de la victime présumée ne soit pas celui de Jameis Winston.

    • Guerlouche

      22 novembre 2013 à 22h17

      donc en gros il est foutu quoi?

      • yacine

        23 novembre 2013 à 06h19

        Il faut que les juges se prononcent, mais généralement le jugement va vers la victime donc perso je crois qu’il est finit pour l’Heisman cette saison.

        Heureusement pour lui qu’il n’est que redshirt freshman car cette histoire aurait réduit son stock à la draft je dirais…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Dossier